Navigation – Plan du site
Dossier : pratiques du Web

Le mouvement « 2.0 » des lycéens chiliens de mai 2006

Usages des TICs et action collective
Dominique Meunier et Rayén Condeza
p. 53-67

Résumé

Cet article traite des rapports multiples et complexes qui se tissent aujourd’hui entre les usages que les jeunes font des médias traditionnels, du Web participatif et de la communication mobile, et leur organisation à des fins d’action collective. Nous présentons une étude de cas, ancrée dans le contexte du mouvement social pour l’éducation publique, ayant eu lieu au Chili entre mai et août 2006. La méthodologie proposée, une analyse par « rhizome », nous a semblé adaptée à l’étude de ces rapports mouvants, se manifestant autant dans l’espace public, dans les médias, que sur la Toile. L’analyse montre comment, dans l’action, les jeunes ont réussi à articuler leurs stratégies de communication et leurs usages des TICs, selon les conjonctures du moment. D’une certaine façon, les adolescents chiliens ont été des pionniers, dans leur pays, dans l’emploi hybride des technologies à des fins d’action collective. Ils ont développé un éventail de stratégies que nous pourrions qualifier de « communiticaction » (c’est-à-dire une articulaètion de stratégies communicationnelles, technologiques et d’actions), déployées autant dans la rue, que sur l’espace Web ou médiatique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toutes les citations de ce texte, provenant des personnes impliquées dans le mouvement chilien sont (...)
  • 2 Les chiffres entre parenthèses renvoient à la webographie citée en fin d’article.

1En mai 2006, un mouvement social historique s’est déclenché du Nord au Sud du Chili, sur une distance de 5 000 kilomètres. Ses leaders, de jeunes lycéens du système secondaire public âgés de 13 à 17 ans, demandaient du gouvernement de Michelle Bachelet, première femme élue présidente en Amérique du Sud, une éducation publique de qualité et gratuite. La portée de leur action fut considérable et fit quotidiennement les manchettes, pendant quatre mois : « Le mécontentement des étudiants vis-à-vis de l’éducation publique qu’ils reçoivent est général. Nous sommes les principaux touchés par la mauvaise qualité de l’éducation et par les inégalités qu’elle produit, mais on ne nous a jamais demandé notre avis sur le modèle éducatif »1, rapportait alors dans un journal chilien María Jesús Sanhueza, une des porte-parole du mouvement âgée de 16 ans (1)2.

2Au fur et à mesure que le mouvement prit de l’ampleur, il attira l’intérêt des médias étrangers. Une journaliste de la BBC World questionna cette même porte-parole, autre leader âgée de 16 ans, sur les raisons de l’émergence du mouvement en 2006 et non avant : « Le premier point important à mentionner qui n’était pas aussi présent avant est celui de l’information. Aujourd’hui, la majorité des étudiants sont informés des raisons pour les quelles l’éducation chilienne est en crise. Avant, ils n’étaient pas au courant des problèmes. Cette année, nous avons informé nos bases, c’est-à-dire nos camarades de classe et ils ont pu eux-mêmes proposer des solutions »(2). De son côté, William Vallejos, 17 ans, explique à l’Humanité : « Forcément les plus gros budgets se trouvent dans les quartiers les plus riches, alors que ce n’est pas là que se trouvent les besoins les plus importants » (3). Bien que les porte-parole furent nombreux (dispersés souvent à travers tout le pays) et les opinions émises parfois divergentes, la demande pour un changement fut unanime, comme en témoigne Karina Delfino, autre jeune militante, au Washington Post : « Nous voulions tous la même chose, du changement. C’est pour ça qu’on essayait de respecter les différentes opinions tout en cherchant un consensus. C’est tout ! » (4).

3L’émergence du mouvement peut se comprendre comme une réaction à une profonde iniquité, présente depuis des décennies, entre l’enseignement dispensé par les lycées publics et celui des lycées privés [Matear, 2007]. Cette situation d’inégalité serait un des derniers héritages du gouvernement militaire, incarné par la Loi LOCE sur l’enseignement signée en mars 1990 et laissant l’éducation à la merci des forces du marché (par une déréglementation et une décentralisation des modes de subventions, notamment) [Vogler, 2006].

4Les premières manifestations eurent lieu en avril 2006, pour s’intensifier entre mai et juin de la même année. Bien qu’il soit difficile de rendre compte d’un contexte aussi complexe que celui dans lequel ce mouvement s’est déclenché, trois éléments méritent d’être soulignés. Premièrement, les étudiants des lycées publics s’étaient organisés une année auparavant, dans le cadre d’assemblées délibératives et de réflexion. Suite à ces délibérations, ils avaient proposé des réformes au ministère chilien de l’Education, pour apporter des changements à la structure du système éducatif en place. Après divers échanges, en novembre 2005 les autorités demandèrent aux leaders lycéens d’attendre l’assermentation du nouveau gouvernement, mais en mars 2006 le nouveau ministre n’avait toujours pas réagi. Deuxièmement, deux augmentations financières furent annoncées par les nouvelles autorités : les frais de transport en commun et ceux d’inscription à l’examen national pour accéder à l’université. Les lycéens interprétèrent ces mesures comme allant à l’encontre du discours du 11 mars 2006 de la présidente, dans lequel elle appuyait « ces jeunes pleins de talent qui veulent aller à l’université ou à l’institut » [...] promettant de « les soutenir avec beaucoup de force. » [Bachelet, 2006]. Finalement, le troisième élément contextuel important est qu’à cette période, la plupart des leaders du mouvement participaient à des ateliers et des joutes oratoires. Ils avaient donc l’habitude d’argumenter en public.

Les lycéens chiliens « 2.0 »

5D’entrée de jeu, et en accord avec Jenkins et al. [2006], il est important de dire que nous inscrivons les pratiques des lycéens chiliens de 2006 dans une culture de convergence médiatique participative et expressive, dans laquelle ses membres sont des « participants créatifs (...) qui croient en l’importance de leur contribution et sentent un certain degré de connexion les uns avec les autres. » (Ibid. :3 ; notre traduction). Comme le souligne Allard [2007], l’environnement Web 2.0 lui-même transforme chaque internaute en un « média » potentiel par le travail expressif qu’il permet (que l’on pense par exemple aux réseaux sociaux, aux blogs et autres lieux d’expression). En fait, la culture numérique renvoie à des pratiques hybrides de communication où « les outils de production et de diffusion culturelles sont entre les mains des jeunes d’environ 14 ans » [Rheingold, 2007 :29]. Mais comme le souligne justement cet auteur, cela ne garantit pas pour autant « qu’ils se livreront au difficile exercice de l’auto-gouvernance démocratique » (ibid.).

6Dans ce contexte, ce qui nous a intéressées c’est justement de voir comment, lorsque l’organisation de l’action collective et le développement des TICs s’entrecroisent, émerge un espace de communication, autant virtuel que matériel, qui ne peut être étudié qu’en acte. Déjà Akrich en 1989 suggérait aux chercheurs intéressés par la construction sociale des réalités sociotechniques de montrer la genèse simultanée de l’objet et de son environnement, autant dans sa richesse que sa complexité. D’après Diminescu et Renault [2009 : 64, citant Babha, 1995], il s’agit de mettre « en relief la conjugaison de la voix des sans-voix, avec l’appropriation ou le détournement des techniques » et de montrer comment ce qui compte avant tout pour l’action c’est d’exploiter toutes les connexions susceptibles de s’avérer utiles. Ceci est important car, tel que Jenkins [2007] le souligne : « Bienvenue dans la culture de convergence, où anciens et nouveaux médias s’entrechoquent, où activistes et médias institutionnels s’entrecroisent, où le pouvoir du producteur médiatique et celui du consommateur médiatique interagissent de façon imprévisible » (p. 33).

7Bien sûr, l’actualité récente nous a montré d’autres mouvements sociaux d’envergure organisés à la base par les jeunes, notamment dans différents pays arabes, depuis décembre 2010. L’explosion de ces manifestations de par le monde a été recueillie par le journal Courrier International [septembre 2011] qui qualifie l’année 2011 d’« année révoltée », mais la référence à la culture numérique y est quasi-absente. Or, ce magazine nous renvoie au renouveau du mouvement chilien de 2006, par la photo de couverture de Camila Vallejo, l’une des leaders universitaires chiliens du mouvement déclenché en avril 2011. En octobre de cette même année, Camila Vallejo et deux autres leaders ont pris la parole à l’Unesco, à l’OCDE et à La Sorbonne, pour s’adresser ensuite au parlement européen à Bruxelles. Là, la question relative au rôle spécifique joué par les TICs dans l’organisation de ces mobilisations a été prédominante.

8Par ailleurs, si l’on prend l’exemple de l’Égypte, l’envoyé spécial du journal Le Monde au Caire [Ourdan, 2011], intitulait son article du 21 février : Les révoltes sont-elles des révolutions 2.0 ? De leur côté, les chaînes de télévision diffusaient autour du monde la vidéo téléchargée sur YouTube par Asmaa Mahfouz, jeune activiste égyptienne de 26 ans, dans laquelle elle appelait son peuple à sortir dans la rue pour réclamer ses droits, lors de la manifestation populaire du 25 janvier au Caire (5). Les journalistes, pour leur part, nous apprenaient aussi que c’est un chef de marketing de Google pour le Moyen Orient, Whael Ghomin, âgé de 30 ans, qui a crée la page Facebook « We are all Khaled Said » [Ourdan, 2011], ce qui lui a valu d’être emprisonné. Khaled Said, jeune Égyptien tué après avoir été torturé par la police en 2010, est devenu martyr et symbole de cette révolution. Cette page a servi de plateforme pour organiser les premières mobilisations « éclairs » (Flashmob ou Smartmob) au pays (6). Devant l’ampleur et le succès de la mobilisation, les autorités ont dû libérer Whael Ghomin.

  • 3 Sans tomber pour autant dans un « techno-utopisme » ou un « technocentrisme » (Alzouma, 2008 :40), (...)

9Sans entrer dans les détails qui nous éloigneraient de notre propos, ces quelques exemples montrent une multiplicité d’usages des TICs et leur portée, à des fins d’action collective3.

Stratégie d’analyse : la métaphore du rhizome pour la recherche de documents en ligne

10Par comparaison, l’exemple auquel nous nous attardons ici est ancien [2006]. C’est justement cet aspect qui nous a permis d’avoir le recul nécessaire pour analyser les pratiques de communication dans un mouvement social spontané. Nous souhaitons montrer que la communication performée par les lycéens chiliens a été le résultat d’interactions et d’articulations d’éléments hétérogènes : les changements du paysage médiatique, les TICs disponibles pour l’action dans cet espace, ainsi que les événements conjoncturels du contexte chilien participant à déclencher le mouvement.

11Dans une culture numérique qui multiplie et élargit les espaces possibles de communication et d’action des jeunes, ce qui nous intéresse est l’étendue de ce que l’on pourrait nommer un répertoire de TICs et leurs usages potentiels. À cet égard, nous défendons l’idée que les modalités d’usage ne préexistent pas à l’action, mais qu’elles s’activent (et prennent des formes diverses) dans des situations contingentes qui, à leur tour, déclenchent l’action au cours de laquelle différents usages sont produits.

  • 4 L’exemple le plus récent étant celui de Speak2Tweet (Parler Pour Tweetter), né de la collaboration (...)

12Il y a donc co-constitution, par l’action et par l’usage, des pratiques de communication. Ainsi, le défi réside dans la manière de rendre compte de ces mouvements et changements constants où les usages sont à la fois multiples et flexibles, c’est-à-dire parfois imprévus, voire innovants ou de contournement4.

13L’étude de ce mouvement a commencé à distance (à Montréal Canada) et a posteriori (en 2007 alors que celui-ci était terminé). L’Internet a été employé comme une plateforme de recherche de documents, en présupposant que différents « textes » (écrits, vidéos, audios, photos, blogs, etc.) des traces de pratiques de communication des adolescents circulaient encore sur la Toile [Condeza, 2009]. Mais ce qui nous manquait à ce moment-là, et qui est devenu pour nous un enjeu, était de trouver une méthodologie qui soit cohérente avec les pratiques que l’on voulait retracer.

  • 5 Ce point de vue est fort important pour rendre compte de ce qui se passe quand les personnes n’ont (...)

14En effet, comme le soulignent Chevallier et Illien [2011 : 3], « les chercheurs travaillant dans un univers Web dont ils reconnaissent à la fois la richesse et la volatilité (...) se heurtent à la difficulté de définir et circonscrire, dans un espace qui semble illimité, des corpus significatifs ». Qui plus est, nous avons voulu contribuer à une méthodologie qui réponde à un contexte où la diversification de l’offre des TICs ajoute à la difficulté car elle « oblige à prendre en compte des trajectoires beaucoup plus complexes, dans lesquelles l’entrelacement de multiples médias de communication est mis au service de l’entretien des relations sociales »5 [Smoreda, et al. 2007 :22]. Finalement, nous voulions rendre compte de ce que Diminescu et Renault [2009] nomment « l’intégration par le bas », c’est-à-dire de la dimension horizontale de la communication, de laquelle les TICs participent en tant « qu’accélérateur et démultiplicateur des ‘‘gestes’’«  (p.61).

15Comment alors retracer des pratiques de communication passées, tout en rendant compte de la richesse du contexte participant à leur émergence ? Quelle approche nous permettrait de montrer les stratégies de communication déployées par les lycéens chiliens, comme des vecteurs liés à des personnes, des moments, des technologies, des lieux et des événements ? Quel outil permettrait de rendre compte de notre déplacement sur la Toile ?

16Pour tenter de répondre à ces questions, nous avons mobilisé la métaphore du rhizome. Selon Lakoff et Johnson [2003], l’usage de la métaphore permet de rendre compte des aspects de notre expérience difficiles à expliciter autrement (dans notre cas, notre parcours) et, ce faisant, à rendre cohérente cette expérience. Lorsqu’on observe le rhizome d’une plante, on peut voir des tiges qui prolifèrent, par des mouvements de lignes de fuite, à partir de nœuds et dans de multiples directions. Un des principes du rhizome qui nous intéresse dans une perspective analytique, c’est que rien n’est hiérarchisé dans un tel système. Il n’y a pas de centralité qui donnerait préséance d’un nœud ou d’un point sur un autre. Un autre principe qui nous est utile est l’entrecroisement de ses tiges, qui nous permet de mettre l’accent sur les multiples portes d’entrée possibles pour l’analyse, et surtout sur les liens entre les traces d’action repérées.

  • 6 C’est-à-dire de recenser ou de prescrire a priori des technologies utiles à l’action collective, d’ (...)

17La métaphore du rhizome nous est aussi utile pour représenter la manière de nous déplacer dans le réseau que nous construisons, en de multiples directions et de manière non linéaire, tout en établissant des associations entre des éléments de nature différente. Cela signifie que l’étude par rhizome n’est pas exhaustive, ni n’a la prétention de regrouper les usages des TICs ou d’en faire une logique d’inventaire6, ou encore de faire une chronologie linéaire de l’agir du mouvement dans sa dimension sociotechnique. Il s’agit plutôt de suivre des directions toujours mouvantes et de rendre compte de leur multiplicité [Deleuze et Guattari, 1976].

18En effet, « archiver un flux semble impossible, voire paradoxal » selon Chevallier et Illien [2011 :3]. Les archives du Web ne peuvent être assimilées à une archive traditionnelle renvoyant à des unités documentaires stables : le « site », capturé isolément et ponctuellement, peut difficilement jouer ce rôle, car c’est son inscription dans un réseau et dans le temps qui intéresse d’abord les chercheurs (ibid).

Quelques articulations d’usages des TICs

19Il est difficile dans un texte écrit ayant ses propres contraintes (de linéarité mais aussi de place) de ne pas faire un découpage arbitraire ou une énumération rigide sans trahir le caractère dynamique et mouvant des pratiques de communication des jeunes. À des fins de clarté et de cohérence, nous présenterons de manière distincte trois « lieux » où, dans les faits, des actions en interdépendance s’y sont déroulées, parfois de manière concomitante, parfois successivement. Le premier correspond à « l’occupation » de la rue et aux marches d’envergure qui s’y sont déroulées. Le deuxième correspond à la mise en place d’une grève et l’occupation progressive des lycées, du nord au sud du Chili. Dans les deux cas, l’articulation des TICs s’observe autant dans l’organisation interne du mouvement que dans la communication avec les autorités et les journalistes. Le troisième lieu est le Web en tant que tel, matérialisé par le blog d’un jeune leader, et correspond à des pratiques de communication personnalisées.

Les jeunes dans la rue : stratégies de communication hybrides

  • 7 Jusqu’en 2011, ces marches ont été les plus importantes de l’Histoire contemporaine du Chili, après (...)

20Au début du mouvement, les jeunes ont déployé de manière transversale, synchrone et asynchrone, une série d’actions de communication. Un des espaces matérialisant ces actions a été la rue, occupée par des milliers de lycéens du Nord au Sud du pays7. Ce lieu nous a semblé intéressant à regarder, du fait qu’avant l’existence des plateformes Web, la rue et les médias traditionnels étaient les espaces par excellence de l’action collective.

  • 8 Dans une moindre mesure nous avons aussi employé www.google.ca (descripteurs employés en anglais et (...)
  • 9 Notre traduction de « estudiantes secundarios+2006+marchas ».

21Concrètement, la procédure de recherche a commencé en espagnol sur www.google.cl8, avec la combinaison de descripteurs suivante : « étudiants secondaires+2006+Chili+marches »9. Des centaines de liens ont alors apparu, que nous avons réduits par les filtres : « Web », « Images » et « Vidéos » (notons qu’en 2007, les filtres Google « +Vous », « Maps » ou « Actualités » n’apparaissaient pas automatiquement, ce qui montre le dynamisme propre des moteurs de recherche). Nous avons là encore dû faire un choix et décider de partir du nœud « Images », l’expression visuelle et esthétique chez les adolescents nous semblant prendre une place centrale.

  • 10 Au Chili, les étudiants des lycées publics portent tous des uniformes.

22Il est important de souligner à nouveau que nous ne pouvons montrer que des bribes de l’univers de traces d’actions que tout cela représente. Ainsi, sur un seul site de partage de photos (www.flickr.com), des centaines d’images font référence au mouvement et montrent les jeunes en uniforme10, participant à des marches massives. Parmi elles, nous nous attardons ici à celle qui a particulièrement retenue notre attention (voir ci-dessous illustration).

La révolution des pingouins ? Pris sur un site de partage de photos

La révolution des pingouins ? Pris sur un site de partage de photos

23Il s’agit du profil d’un adolescent, dont le visage est maquillé en blanc et sur lequel coule une grosse larme peinte. Qu’exprime cette image dans le cadre de ce mouvement ? À quelle pratique de communication renvoie-t-elle ? Si nous regardons le fond de la page, nous observons que l’on parle d’une « révolution des pingouins » (notre traduction de revolución pinguina). Pourquoi ? Ces interrogations nous incitent alors à taper une nouvelle combinaison générale de descripteurs : « marches chili + révolution + pingouins + 2006 ». Des milliers de résultats (222.000 en 0,25 seconde) apparaissent (voir ci-dessous illustration).

Les rigueurs du climat et la marche difficile des pingouins

Les rigueurs du climat et la marche difficile des pingouins

24On peut y voir des liens qui renvoient au mouvement en tant que tel ou au documentaire La Marche de l’Empereur (en espagnol La Marcha de los pinguinos), via Wikipédia. Mais ce sont les trois images de vidéos renvoyant sur YouTube qui ont toutefois retenu notre attention. La première image est issue du film et montre un groupe de manchots empereurs pris dans la tourmente d’une tempête de neige. La deuxième dévoile un amoncellement de neige et de glace. La troisième montre les étudiants tentant d’éviter les puissants jets d’eau de la police. Ces trois images côte à côte nous portent à voir une analogie entre la marche des manchots dans le film et leur capacité à endurer la rigueur du climat antarctique et les marches des jeunes Chiliens dans la rue qui « endurent » la répression policière, lors de leurs manifestations (voir ci-dessous illustration).

Traces de la répression lors des manifestations de rue

Traces de la répression lors des manifestations de rue

25Dans notre exemple de « La marche des pingouins », les pratiques de communication renvoient aussi à une hybridation de textes, issue notamment de la culture populaire et des images event [Dayan et Katz, 1992], c’est-à-dire des images qui frappent les esprits et qui sont préparées à des fins de couverture médiatique. L’illustration ci-dessous en est un bon exemple.

Circulation de la culture populaire et « images event » lors des manifestations.

Circulation de la culture populaire et « images event » lors des manifestations.

26On peut voir comment le film (au box-office des cinémas chiliens un mois avant le déclenchement du mouvement) et son affiche, ont été repris par les jeunes pour produire entre autres une mascotte (le pingouin devenu l’emblème du mouvement) et des autocollants (pris sur Wikipédia) sur lesquels on peut lire : « Abrogeons la LOCE ». Cet autocollant s’est propagé rapidement un peu partout (entre autres sur les vitres des autobus, des métros, des voitures et des feux-rouges). Cette hybridation de textes, renvoie aussi à l’image de la façade du campus central de l’Université du Chili. On peut y lire « Pour le futur de l’éducation chilienne ». La statue en premier plan est celle du premier recteur, habillée en partie en uniforme des lycéens (veste sombre, chemise blanche et cravate) et en partie en pingouin.

L’occupation nationale des lycées par les jeunes

27L’occupation des lycées publics par les adolescents correspond à une phase de repli du mouvement, quand ils décident de quitter momentanément la rue et n’ont pas d’interlocuteur avec qui dialoguer parmi les autorités du gouvernement. L’enchaînement de la prise des établissements va durer une semaine. Du nord au sud du pays, tel un virus et par effet de surprise, chaque jour le nombre de lycées occupés progresse, jusqu’à atteindre une pointe de 100. Parmi les traces d’organisations présentes sur le Web, nous avons repéré que le déclenchement de cette action s’est faite en ligne, via une adresse courriel et un Fotolog, spécialement créés à cet effet (Photo 1 ci-dessous).

28Au fur et à mesure que les lycées étaient occupés par les jeunes, ceux-ci envoyaient l’information à tomate.un.liceo@gmail.com (que l’on pourrait traduire par : occupe ton lycée) et téléchargeaient en parallèle des photos témoignant de l’action, sur un site de partage de photos. Ils l’annonçaient à la presse par leur téléphone mobile, sur le site Web institutionnel de l’établissement, ou intégraient constamment des informations sur des blogs. Le fait que les journalistes ne savaient pas quel serait le lycée suivant à être occupé augmentait l’attention des médias et, par rebondissement, la couverture journalistique du mouvement dans tout le pays. Les lycéens occupants prenaient aussi des photos avec leur téléphone et les envoyaient aux médias ou à des sites Internet, afin de montrer à la population ce qu’il se passait à l’intérieur des locaux (opération de peinture et de nettoyage des classes ; organisation d’ateliers et de discussion, mais aussi, bien sûr, organisation de fêtes).

29Nous avons répertorié plus de 100 blogs ou pages Web à propos du mouvement (lycées ou blogs personnels)11. En lien avec des médias alternatifs ou communautaires, certains étudiants ont mis en ligne des vidéos sur Youtube d’entrevues inédites avec les leaders du mouvement, des enregistrements des manifestations ou encore des copies d’extraits du journal télé parlant de l’occupation (7).

30Nous avons aussi observé que les leaders du mouvement ont eu recours aux médias traditionnels pour être présents dans la sphère publique. Pour ce faire, ils ont invité les journalistes des quotidiens et de la télévision à des points de presse (Voir ci-dessous illustrations).

Conférence de presse lors de l’occupation des lycées

Conférence de presse lors de l’occupation des lycées

31Ces derniers se sont faits à des moments stratégiques de la mobilisation et quelques minutes avant le début de la transmission des journaux télé nationaux, aux heures de grande écoute. Pour augmenter la tension, les leaders étudiants, grâce à leur téléphone cellulaire, prenaient connaissance en direct des résultats des assemblées des lycées et de leur occupation pour en rendre compte à la population, en direct via la télévision.

Espaces privés et publics sur le Web

32En parallèle aux deux lieux précédents, le mouvement se déployait aussi dans des espaces personnels. L’illustration 6 ci-dessous montre le blog d’un des leaders. On voit que l’auteur publie dans un même espace, et à la même période, différentes facettes de lui-même. Dans cet exemple, les frontières entre le public et le privé s’effacent.

Un exemple de blog d’un porte-parole du mouvement

Un exemple de blog d’un porte-parole du mouvement

33En effet, la photo « officielle » du jeune leader en tant que président de l’association étudiante de l’Institut national, prise de face, contraste avec celle plus artistique de lui, de profil et ombragée, sur laquelle il a écrit en anglais Confessions of a Broken Heart (l’emploi de la typographie et le style de composition minimaliste employés font penser au style des publicités de Benetton). Nous voyons qu’il se présente à la fois comme leader, poète et cinéphile. Chacune de ces identités est associée, par des liens, à divers sites Web.

Le Web 2.0... Et ensuite ?

34Les pratiques de communication des lycéens dans divers espaces montrent la complexité de leur organisation, mais aussi leur créativité. Un des aspects qu’il nous semble intéressant de creuser pour la suite de notre recherche est de mieux comprendre les enjeux de reconfiguration « sur mesure » des usages des TICs face à différentes contraintes. Ces pratiques observées semblent peupler, progressivement, l’espace discursif public jusqu’à le saturer. Ce repeuplement fait-il partie d’une stratégie des lycéens pour que leurs actions perdurent ? Ou bien est-ce l’effet de pratiques « spontanées », déjà bien ancrées chez eux ?

35Par ailleurs, la culture participative et expressive des jeunes soulignée par Jenkins nous paraît ici étroitement liée à des pratiques en rhizome, c’est-à-dire à la fois synchrones et asynchrones, mouvantes et changeantes, adaptées aux conjonctures qui les traversent et dispersées dans le temps et l’espace. Ces pratiques nous amènent alors à réfléchir à l’amenuisement des frontières entre le public et le privé, de même qu’à l’enchevêtrement plus complexe des usages, à la fois sur le Web et en dehors de celui-ci.

36C’est lorsque est venu le temps de penser à une méthodologie capable de rendre compte de ces pratiques que nous avons « filé » la métaphore du rhizome pour nos propres pratiques de recherche. Il s’agit d’un outil méthodologique riche à plusieurs égards : comme « technique » il sert de guide pour nos propres actions et nos choix lors de nos déplacements sur la Toile. Pour l’analyse, il permet d’assurer la cohérence de ces déplacements et des articulations que nous y voyons (pour retracer l’éclosion du mouvement dans des lieux géographiquement dispersés, par exemple). Comme outil heuristique, il permet de comprendre les pratiques hétérogènes des jeunes et leurs articulations.

37Le renouveau du mouvement, en avril 2011, a réactivé notre recherche. Par rapport à 2006, à côté des jeunes on retrouve à présent des parents en grand nombre, certains mouvements citoyens et des organismes internationaux. Nous observons aussi qu’en quatre ans, le répertoire des usages des TICs s’est enrichi : Facebook et autres réseaux sociaux, Twitter, Stream TV, les radios alternatives sur Internet, des sites de partage de vidéos autres que YouTube, les Flashmobs, Skype, LipDub, etc. Autant cette multiplicité que la métamorphose constante de la plateforme de recherche qu’est l’univers du Web participatif nous incitent à nous demander : le Web 2.0... Et ensuite ? 

Haut de page

Bibliographie

Liens Internet

1) www.puntofinal.cl/616/terremoto.htm

2) BBC Mundo América Latina. Chile, seguiremos luchando... Entrevista a Maria Jesus Sanhueza, 5 juin 2006.

http://news.bbc.co.uk/hi/spanish/latin_america/newsid_5047000/5047920.stm (consulté en avril 2011)

3) www.humanite.presse.fr/journal/2006-06-06/2006-06-06-831085

4)www.washingtonpost.com/wpdyn/content/article/2006/11/24/AR2006112401362.html

5) Meet Asmaa Mahfouz and the vlog that Helped Spark the Revolution. www.youtube.com/watch?v=SgjIgMdsEuk (consulté en février 2011).

6) Nahine Wahab. (Communications Director, Rigths Working Groups). Protesters find a way around Emergency Law. www.huffingtonpost.com/nadine-wahab/first-flash-mob-in-egypt_b_618412.html (consulté en février 2011).

7) Línea de vista. Archive for the FlashMobs Tag. http://lineadevista.lamula.pe/tag/flashmobs.(consulté en avril 2011).

8)http://es.wikipedia.org/wiki/Movilización_estudiantil_de_2006_en_Chile (consulté en avril 2011).

Sources bibliographiques

ALLARD, L., 2007. Émergence des cultures expressives, d’Internet au mobile. Médiamorphoses 21, Dossier « 2.0 ? Culture numérique, cultures expressives », numéro 21, 2007, 19-25.

ALZOUMA G., 2008, « Téléphone mobile, Internet et développement : l’Afrique dans la société de l’information ? », Tic&société, vol. 2, no 2, 20, pp. 36-58.

AKRICH, M., 1989. « La construction d’un système sociotechnique. Esquisse pour une anthropologie des techniques ». Anthropologies et sociétés, vol. 13 (2), p. 31-54.

BACHELET, M., 2006, Discurso presidenta Michelle Bachelet, 11 de marzo 2006. Dans Archivo Chile. Historia política social, Movimiento popular. www.archivochile.com/Chile_actual/Elecciones_2005/Bachelet/11_03_2006.pdf (récupéré le 10 mai 2011)

CHEVALLIER, P. et ILLIEN, G., 2011. Les Archives de l’Internet. Une étude prospective sur les représentations et les attentes des utilisateurs potentiels. Bibliothèque nationale de France, délégation à la Stratégie de la recherche. www.bnf.fr/documents/enquete_archives_web.pdf (récupéré le 15 octobre 2011).

CONDEZA, R., 2009. « Las estrategias de comunicación utilizadas por los adolescentes ».

Cuadernos de Información 24 (I), (69 :80).

DAYAN, D., & KATZ, E., 1992, Media Events : The Live Broadcasting of History, Cambridge, Mass : Harvard University Press.

DELEUZE G., GUATTARI, F. 1976, Rhizome, Paris. Editions de Minuit.

DIMINESCU, D. et RENAULT, M., 2009. « TIC et parrainage dans les mouvements militants de défense des sans-papiers en France ». Tic&Société-3 (1-2), 2009, 58-79.

JENKINS, H., 2007. La culture de la convergence. Médiamorphoses 21, Dossier « 2.0 ? Culture numérique, cultures expressives », numéro 21, 2007, 31-36.

JENKINS, H. ; Clinton, K. ; Purushotma, R. ; Robison, A. et Weigel, M., 2006. Confronting the Challenges of Participatory Culture. Chicago :The MacArthur Foundation.

LAKOFF, G. et JOHNSON, M., 2003 (2e edition). Metaphors We Live By. Chicago : University of Chicago Press.

MATEAR, A., 2007, « Equity in education in Chile : The tensions between policy and practice »,

International Journal of Educational Development, vol. 28, pp. 101-113.

PIDDUCK, J 2010, « Report : Citizen journalism » in Burma and the Graham Spry Legacy. Canadian Journal of communication 35 (3) : p. 473-485.

OURDAN, R., 2011, « Les révoltes sont-elles des révolutions 2.0 ? », Le Monde, 21 février 2011. www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/02/09/wael-ghonim-nouvelle-icone-de-la-revolution-egyptienne_1477199_3218.html

RHEINGOLD, H., 2007. Natifs numériques ou des raisons d’être optimistes. Médiamorphoses 21, Dossier « 2.0 ? Culture numérique, cultures expressives », numéro 21, 2007, 28-30.

SMOREDA, Z. et al, 2007, « Saisir les pratiques numériques dans leur globalité ». Réseaux

2007/6-n° 145-146 : p. 19-43.

VOGLER, J., 2006, « Chile : The Rise of the Penguin Revolution. Covering activism and politics in Latin America », Upside Down World, 21 juin 2006. http://upsidedownworld.org/main/content/view/330/34 (recupéré le vendredi 17 juin 2011).

Haut de page

Notes

1 Toutes les citations de ce texte, provenant des personnes impliquées dans le mouvement chilien sont des traductions libres.

2 Les chiffres entre parenthèses renvoient à la webographie citée en fin d’article.

3 Sans tomber pour autant dans un « techno-utopisme » ou un « technocentrisme » (Alzouma, 2008 :40), ni dans les débats sur le rapport entre innovation technique et émergence de nouvelles formes de démocratie.

4 L’exemple le plus récent étant celui de Speak2Tweet (Parler Pour Tweetter), né de la collaboration entre Google et Twitter, à peine une semaine après que ce dernier ait été banni du territoire égyptien et l’Internet coupé par le gouvernement. Google a alors acheté le service vocal SayNow, récemment développé. C’est de là que les gens ont pu envoyer leurs textes, écouter les autres messages et tweetter par messages vocaux, via des numéros internationaux, que ce soit au moyen de téléphones mobiles, fixes ou publics (6).

5 Ce point de vue est fort important pour rendre compte de ce qui se passe quand les personnes n’ont pas d’accès ou un accès limité au Web. Dans un pays où le gouvernement coupe l’accès à l’Internet, la population est-elle exclue de l’action collective ? Des cas récents en Chine, en Birmanie ou dans les pays Arabes montrent que les individus contournent les pratiques de censure de manière créative, ont recours aux médias plus traditionnels ou développent des réseaux alternatifs hybrides de communication. Pidduck (2010) illustre ces pratiques à partir du film « Burma VJs reporting from a closed country » (2008).

6 C’est-à-dire de recenser ou de prescrire a priori des technologies utiles à l’action collective, d’après des propriétés, caractéristiques, fonctions ou étiquettes « déjà là ».

7 Jusqu’en 2011, ces marches ont été les plus importantes de l’Histoire contemporaine du Chili, après celles correspondant aux manifestations populaires ou protestas, contre la dictature pendant les années quatre-vingt.

8 Dans une moindre mesure nous avons aussi employé www.google.ca (descripteurs employés en anglais et en français) et à l’occasion www.google.fr.

9 Notre traduction de « estudiantes secundarios+2006+marchas ».

10 Au Chili, les étudiants des lycées publics portent tous des uniformes.

11 Voir par exemple : http://flemingentoma.blogspot.com/ ;http://colegiopumahue.blogspot.com// ;http://comunidad-cgs.blogspot.com/2006/06/desalojamos-hoy-el-cgs.html ; www.fotolog.com/movimientoriente ; www.fotolog.com/pinguinos_oviedo

Haut de page

Table des illustrations

Titre La révolution des pingouins ? Pris sur un site de partage de photos
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Les rigueurs du climat et la marche difficile des pingouins
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/991/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Traces de la répression lors des manifestations de rue
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/991/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Circulation de la culture populaire et « images event » lors des manifestations.
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/991/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Photo 1 : photomontage (adresse courriel et Fotolog)
Légende http://www.fotolog.com/​tomateunliceo/​archive?month=10&year=2006
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/991/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Conférence de presse lors de l’occupation des lycées
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/991/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Un exemple de blog d’un porte-parole du mouvement
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/991/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Meunier et Rayén Condeza, « Le mouvement « 2.0 » des lycéens chiliens de mai 2006 », Terminal, 111 | 2012, 53-67.

Référence électronique

Dominique Meunier et Rayén Condeza, « Le mouvement « 2.0 » des lycéens chiliens de mai 2006 », Terminal [En ligne], 111 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://terminal.revues.org/991 ; DOI : 10.4000/terminal.991

Haut de page

Auteurs

Dominique Meunier

Professeure agrégée, Département de communication, Université de Montréal, C.P. 6128 Succ. Centre-ville, H3C 3J7. Mail : dominique.meunier@umontreal.ca.

Rayén Condeza

Professeure, Faculté des Communications, Université catholique du Chili, Avenida Libertador Bernardo O’Higgins 340, Santiago, Chili. Mail : rcondeza@uc.cl

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org