Navigation – Plan du site
Dossier : pratiques du Web

À propos du livre de Bernard Stiegler (sous la direction de)

Réseaux sociaux. Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux.
Genevière Vidal
p. 81-83
Référence(s) :

Réseaux sociaux. Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux. Bernard Stiegler (DIR.),IRI, FYP Editions, Collection du nouveau Monde industriel, 2012.

Texte intégral

1Bernard Stiegler dirige un ouvrage, composé de onze contributions dont la sienne, sur le thème des réseaux sociaux numériques. Le philosophe, directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation (IRI) du centre Pompidou, invite les auteurs à participer à la réflexion. Ils ne sont pas les seuls à s’y atteler, et l’on ne va pas s’en plaindre, surtout si l’on peut lire, comme ici, des éclairages nouveaux et des regards provenant de chercheurs de disciplines, d’horizons professionnels et de pays différents. Pour autant, nous pouvons lire des éléments historiques, contés une nouvelle fois, des problématiques comme celles relatives à la protection de la vie privée, aux relations médiatisées par les ordinateurs, maintes fois abordées.

2Mais quand ces éléments et problématiques servent une démonstration d’une teneur critique, la proposition est bienvenue. Nous pourrions nous engager à déclarer que tel chapitre est plus ou moins ambitieux, que tel autre est celui avec lequel nous nous sentons le plus proche, mais une note de lecture vise une mise en discussion de ce qui fait l’ouvrage. Aussi faut-il mentionner une certaine inégalité dans la tenue de l’ensemble, quand des chapitres se laissent aller à faire la leçon ou à rendre compte d’études, d’expérimentation, tandis que d’autres tirent le signal d’alarme en puisant dans des littératures fondatrices de la pensée de la technique dans la société, d’Aristote à Simondon, sans malheureusement passer par Harold Innis, bien trop rarement cité par ailleurs.

  • 1 Les organisateurs des Entretiens du nouveau monde industriel (PP. 6-9) sont L'IRI, L'ENSCI et Capdi (...)

3Mais ces inégalités ne ternissent pas l’engagement de chercheurs et professionnels impliqués de près ou de loin dans les travaux, sans doute préparatoires de cet ouvrage avec les « Entretiens du nouveau monde industriel »1, visant une réflexion de fond tant pour la recherche que la Recherche et Développement. Le sous-titre de l’ouvrage (Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux) fait, du reste, écho aux préoccupations des acteurs des industries concernées par les réseaux sociaux numériques. C’est la raison pour laquelle, nous lisons des représentants d’entreprises. La diversité des expériences professionnelles des auteurs, y compris un psychiatre-psychanalyste, un psychologue et un artiste (pourquoi publié à la fin de l’ouvrage ?) qui expose le fait que l’Internet est « parfaitement centralisé » (p. 226), est une force.

4Mais sans doute aussi provoque-t-elle ce sentiment d’une difficile convergence. Nous nous demandons alors si l’orchestration de l’ouvrage n’a pas justement cherché à placer les lecteurs dans une posture de travail. Celui-ci ne prend en effet pas le lecteur par la main, le laissant répondre aux questions sous-jacentes de ce qui fait le « nouveau monde industriel », du nom de la collection, mais aussi aux questions relatives aux ambivalences des réseaux sociaux eux-mêmes. Rien n’est simple, nous le savions, et cet ouvrage nous le rappelle. Aussi, faut-il non seulement entrer dans chaque pensée d’auteur, avec son cadre de références, puis tenter de faire le lien avec le ou les chapitre(s) suivant(s) ou précédent(s). Le propos du livre peut dès lors se dessiner, dépassant l’addition des chapitres et sortir de l’ouvrage lui- même. D’ailleurs, nous y sommes invités avec les liens vers la plateforme d’annotations « Ligne de temps » de l’IRI.

5Après tout, est-il question de réseaux sociaux ? Certes, nous lisons que le mot-clé est « réseaux sociaux », mais il est avant tout question d’une proposition de penser la technique dans la société, comme hier et demain (du reste, des auteurs avouent que leur chapitre engage une « discussion [qui] dépasse largement le seul cas des réseaux sociaux ». Sur le fond, l’ambition relève ainsi de la réflexion en sciences et techniques et de la recherche en sciences humaines et sociales. Sur la forme, l’ambition de l’ouvrage est de mettre les lecteurs dans une position aussi peu simple que son objet (bien qu’on aurait pu penser que nous avions déjà abondamment rapporté des travaux sur les réseaux sociaux numériques).

6De fait, au-delà d’un certain inconfort, visant la clairvoyance du métier de lecteur, dans le cadre d’une riche relation établie entre auteurs et lecteurs, nous ressentons une générosité émanant de la classique démarche rigoureuse de la citation et de la référence bibliographique de la source.

7L’ouvrage est un instrument de réflexion, une scène de débat éclairé, certes engagé dans un cercle électif (hormis l’ouverture par la plateforme d’annotations « Lignes de temps [LdT] »), une invitation à adopter la posture critique à l’égard des technologies numériques en prise avec les activités sociales de toutes natures.

8Pour conclure cette note de lecture dans ce dossier sur les pratiques du Web qui aborde, entre autres, les réseaux sociaux, nous ne pouvons pas éviter d’établir des liens entre plusieurs éléments de l’ouvrage et les contributions du présent dossier : la neutralité technologique d’Internet, la dimension idéologique des réseaux sociaux, la culture technique et informationnelle, l’appropriation sociale des technologies à des fins d’action collective, les relations interindividuelles. Et plus largement, nous pouvons établir un lien avec une des préocccupations centrales de la revue Terminal concernant les relations TICs, culture et société.

Haut de page

Notes

1 Les organisateurs des Entretiens du nouveau monde industriel (PP. 6-9) sont L'IRI, L'ENSCI et Capdigital, « Pour l’élaboration de nouvelles formes d’adresse au public et de contribution, de dispositifs critiques collaboratifs et de technologies éditoriales et relationnelles dans les domaines de la culture et des savoirs », pour « réinventer le goût de vivre ensemble et en même temps, continuer à proposer des innovations pour le marché », pour s’adresser « à tous ceux qui s’intéressent aux implications sociétales, individuelles et philosophiques des technologies numériques ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Genevière Vidal, « À propos du livre de Bernard Stiegler (sous la direction de) », Terminal, 111 | 2012, 81-83.

Référence électronique

Genevière Vidal, « À propos du livre de Bernard Stiegler (sous la direction de) », Terminal [En ligne], 111 | 2012, mis en ligne le 29 août 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://terminal.revues.org/983 ; DOI : 10.4000/terminal.983

Haut de page

Auteur

Genevière Vidal

Maître de conférences en Sciences de l'Information et de la Communication, habilitée à diriger des recherches, LabSic, Université Paris 13, Courriel gvidal@sic.univ-paris13.fr

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org