Navigation – Plan du site
Dossier : pratiques du Web

Le réseautage et ses usages : le cas d’un groupe d’anciens étudiants hébergé sur LinkedIn

Julien Mesangeau
p. 39-51

Résumé

Au même titre que la gestion de l’identité numérique, les pratiques de mise en relation constituent un aspect central des usages de sites de réseaux sociaux. Partant d’une enquête conduite au sein d’un groupe LinkedIn hébergeant d’anciens élèves d’une école parisienne, nous avons choisi d’illustrer trois tendances observées durant l’enquête : le Netmining, relevant d’une pratique exploratoire, où l’utilisateur multiplie les contacts sans stratégie particulière. Le Networking, consistant lui aussi à multiplier les contacts, mais où chaque relation est rigoureusement choisie. Le Netsticking enfin, où l’utilisateur n’est pas à la recherche de contacts « utiles », mais reproduit en ligne un réseau personnel basé sur la confiance. Ces trois tendances permettent de souligner deux caractéristiques propres aux pratiques de mise en relation. D’une part, elles reposent sur une pluralité de dispositifs de communication où LinkedIn occupe une place tantôt centrale, tantôt marginale. D’autre part, si ces pratiques peuvent dans certains cas relever de l’action stratégique, elles peuvent aussi reposer sur une action non calculée.

Haut de page

Texte intégral

1Durant ces dernières années, un certain nombre de chercheurs ont proposé différentes thèses portant sur le phénomène du social Networking. Ces thèses, complémentaires de celles portant sur la gestion de l’identité en ligne, permettent de souligner la diversité des usages des sites de réseaux sociaux. Certaines de ces thèses sont plus spécifiquement consacrées au social Networking en entreprise. C’est le cas du travail de J. DiMicco & al., fondé sur une série d’entretiens réalisés avec des utilisateurs de l’outil Beehive, réseau social propre à la R&D d’IBM. Les auteurs ont observé trois types de motivations à l’origine de la mise en relation. La première, caring, consiste à se connecter et échanger avec des collègues sur un mode amical. La seconde, campaigning, est la recherche d’appuis lors de la conduite d’un projet personnel (créer une page Web sur l’Intranet de l’entreprise). Enfin, climbing consiste à choisir stratégiquement les nouvelles relations qui devront être utiles à l’ascension professionnelle.

  • 1 Ellison N., Steinfield C., Lampe C. (2011). Connection strategies : Social capital implications of (...)

2Plus récemment, N. Ellison, C. Steinfield et C. Lampe ont étudié les pratiques de mise en relation sur Facebook1. Au terme d’une enquête quantitative, les auteurs ont conclu que trois dimensions s’avèrent pertinentes pour départager les différentes stratégies de mise en relation des utilisateurs. Initiating correspond aux pratiques de mise en relation avec des étrangers, rencontrés sur Facebook, et dans certains cas à en faire de nouveaux amis. Maintening est l’ensemble de pratiques où l’on utilise Facebook dans le but d’entretenir la relation avec nos intimes, des amis. Enfin, social informationseeking correspond aux pratiques où l’utilisateur recherche des informations concernant des personnes qu’il fréquente en dehors de Facebook.

3A l’instar des listes de contacts, mêlant amis, collègues et connaissances, les pratiques de mise en relation développées par les utilisateurs sont hétérogènes. Elles varient suivant certains paramètres. Il y a la manière dont l’utilisateur va intégrer le site de réseau social dans sa pratique professionnelle. Par exemple, pour un webdesigner, développer de nouvelles relations sur LinkedIn peut devenir décisif pour trouver des clients, ce qui l’incitera à rechercher toujours plus de contacts. Autre paramètre qui nous paraît intéressant  : la place que cet instrument occupera aux côtés du téléphone, de l’email ou du rendez-vous en face-à-face. C’est cette diversité des pratiques et le rôle qu’y jouent les autres dispositifs de communication que nous souhaitons explorer dans le cadre de cet article. À la différence des typologies évoquées ci-dessus, nous avons de notre côté cherché à mettre en valeur un panel de pratiques sur lesquelles la littérature insiste peu, celles ne relevant pas nécessairement d’usages stratégiques du site de réseau social.

Un groupe d’anciens étudiants d’une grande école pour terrain

4La recherche sur laquelle se fonde notre argumentaire fut conduite auprès d’un groupe d’utilisateurs hébergé sur le réseau social professionnel LinkedIn. Les membres de ce groupe sont d’anciens étudiants d’une grande école parisienne, que nous nommerons ici GEP. Un tel groupe d’anciens étudiants est principalement destiné à favoriser le maintien du lien entre anciens camarades de promotion. Il constitue également un espace de mise en relation entre inconnus.

5Vingt-trois membres ont accepté de participer à un entretien d’une relative complexité, celui-ci nécessitant de ses participants qu’ils détaillent, parfois sur plus de quarante minutes, les fréquences d’interactions avec certains de leurs contacts LinkedIn. Les entretiens se déroulèrent en deux phases. Durant la première, nous sommes revenus sur différents aspects de l’usage – comment les utilisateurs composent-ils leurs profils ? Comment choisissent-ils, si choix il y a, les contacts ? Communiquent-ils sur cet outil ?

  • 2 Entre 10 et 14 de leurs contacts, sélectionnés aléatoirement, furent présentés aux interviewés. Au (...)
  • 3 Les outils de communications étudiés lors de cette phase de l'entretien sont les suivants : Viadeo, (...)
  • 4 Les dix modalités proposées permettaient de partager les personnes jugées proches (les amis, les ca (...)

6Lors de la seconde phase de l’entretien, nous avons invité les interviewés à lister les outils de communication exploités pour communiquer avec certains de leurs contacts LinkedIn2. La fréquence des échanges sur ces différents outils devait être précisée3. Enfin, ces mêmes relations devaient être qualifiées selon plusieurs modalités nous permettant de nous faire une idée de leurs degrés d’intimité4.

  • 5 Flichy, P. (2005). « Les réseaux de télécommunications instruments et outils de mesure de la sociab (...)
  • 6 Plusieurs RSE (Réseaux sociaux d’entreprises) furent testés entre 2007 et 2011 par différentes équi (...)

7Dans un article consacré à l’étude des réseaux sociaux, P. Flichy5 a souligné plusieurs des limites rencontrées par les enquêtes portant sur les usages d’outils de communication. Ce que nous avons notamment exploité au cours des entretiens, un questionnaire, comporte d’après P. Flichy une limite : on est contraint de recueillir « pas vraiment les pratiques, mais l’opinion des individus sur leurs activités de communication ». C’est en connaissance de cause que l’enquête fut conduite. Son dispositif fut constitué au cours d’une recherche exploratoire de plusieurs mois. Durant celle-ci, vingt-deux entretiens ont été conduits auprès d’utilisateurs du site Internet Viadeo et d’un réseau social d’entreprise, un temps testé au sein de l’entreprise de télécommunications Orange6.

8Notre dispositif d’enquête, bien que recueillant les propos d’un petit nombre de personnes, a produit une quantité non négligeable de données qualitatives et quantitatives. Ces données nous ont permis d’apprécier la diversité des pratiques de mise en relation, une diversité attestant du caractère pluriel du phénomène nommé réseautage.

Trois tendances d’usages : Netmining, Networking, Netsticking

  • 7 Thévenot, L. (2006). L'action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, Paris : La Découvert (...)

9Le réseautage est un phénomène pluriel. Pluriel en ce qui concerne l’ancien camarade de classe comme l’étranger rencontré en ligne, ces types de relations appelant bien des manières d’entrer en contact et d’échanger. Pluriel également en ce qu’il concerne une multitude d’outils de communication, outils sans lesquels un réseau de contacts hébergés sur un site de réseau social ne « tient » pas. Cette multitude d’outils permet notamment à l’utilisateur de commuter de médium à médium, en fonction du contexte de l’échange. Un individu exploitera par exemple l’email et LinkedIn pour entrer en relation et échanger avec les personnes rencontrées en ligne, l’email et le téléphone pour les camarades de promotions, Twitter et le téléphone pour les collaborateurs, etc. C’est cette pluralité que nous cherchons à valoriser. Les trois tendances d’usage présentées ici illustrent les différents régimes d’action7 observables dans les des pratiques de mise en relation des utilisateurs de LinkedIn. Elles visent également à souligner le rôle qu’y jouent les nombreux outils de communication exploités au quotidien. Enfin, elles permettent de rappeler qu’une lecture stratégique des pratiques de mise en relation est un monisme dont il est nécessaire de s’extraire, spécifiquement dans le domaine de l’usage d’Internet et de ses services.

Le Netmining

  • 8 Auray, N. (2007). « Folksonomy : The New Way to Serendipity », in Communications and Strategies, n° (...)

10En étudiant l’utilisation d’Internet et d’Intranets, plusieurs chercheurs ont identifié des usages n’étant pas fondés sur du calcul, mais sur de l’exploration. Mathers8 notamment, note qu’il existe deux manières de chercher l’information sur l’Internet. La recherche exploratoire, durant laquelle on identifie certaines informations au fil de l’exploration. L’autre forme de recherche est celle dirigée, planifiée, où l’individu sait exactement quel contenu il cherche à recueillir.

  • 9 Beaudouin V., Cardon D., Mallard A. (2001), De clic en clic. « Créativité et rationalisation dans l (...)

11Un constat similaire a été posé au sujet des usages de l’Intranet de l’entreprise France Télécom. F. Beaudouin, D. Cardon et A. Mallard ont identifié deux types de navigation9. Il y aurait d’une part la navigation-usinage, correspondant à une recherche limitée dans le temps, où la personne vise à atteindre un objectif immédiat. Il y aurait également la navigation-butinage. Cette dernière correspondrait à un usage moins calculé, au sens où l’utilisateur naviguerait depuis les liens hypertextes, sans nécessairement attendre de chaque page consultée l’apport d’informations directement utiles à sa tâche.

12Lors de nos entretiens, nous avons pu identifier certaines pratiques reposant sur ce mode de l’exploration, c’est ce que nous appelons Netmining. A l’instar du datamining, qui consiste à collecter des données sur un domaine particulier suivant un mode exploratoire, le Netmining consiste à cumuler des relations sur un mode lui aussi exploratoire. C’est cette analogie qui est à l’origine du terme Netmining. Il s’agit en un sens d’usages où l’utilisateur est dans l’exploration. Ce que nous nommons Netmining relève d’un usage où la mise en contact est exploratoire, fondée sur des critères d’appariement minimaux voire, dans certains cas, inexistants.

« Quand j’ai vraiment voulu intensifier mes recherches d’emploi donc toute l’année 2009, j’ai cherché des groupes qui avaient le plus d’adhérents, donc les groupes qui permettent de connecter les gens qui sont des networker ouverts. J’ai dû m’inscrire à une trentaine de groupe parce que la limite est à 50 je crois ». (Clarence, analyste financier. 425 contacts LinkedIn au moment de l’entretien).

13Plusieurs métaphores ont été exploitées par les utilisateurs pour mettre en image leurs usages. Ces métaphores reposaient sur une idée de départ, celle qu’un grand nombre de contacts amène davantage d’opportunités sur le long terme. Ces contacts sont des « graines qui pousseront », des « perches tendues vers le futur ».

« C’est la raison principale pour laquelle je suis très actif sur LinkedIn, parce que voilà, je rentre en contact avec beaucoup de gens. Beaucoup de gens que j’ai jamais rencontré, mais c’est un peu le but du réseau social, c’est d’es sayer d’identifier des gens qui pourraient être intéressés ». (Charles, analyste financier. 660 contacts LinkedIn au moment de l’entretien).

14Ici, l’élément motivant la mise en contact ne réside pas dans une gestion des relations au présent. En effet, ces mises en relation sont justifiées depuis l’hypothèse qu’elles pourraient apporter quelque chose dans le futur. Il ne s’agit donc pas de tirer parti des relations tout juste établies, mais d’élargir au maximum la taille du réseau.

« Parmi mes contacts, une partie importante est faite de gens connus sur LinkedIn. Ce sont des gens avec lesquels je suis entré en contact au moment ou je voulais vraiment maximiser mes chances de trouver un emploi en Asie ou en tout cas dans la finance » (Charles).

15Nous avons également pu observer que l’essentiel des relations concernées ont tendance à n’être médiatisées que par le biais de LinkedIn.

« Il y a des gens, je dirais, que je connais par Internet, que je n’ai pas connu par ailleurs, avec qui j’ai échangé que quelques messages, enfin, voilà, des fois, y a du répondant, des fois, y en a pas ». (Théophile, analyste comptable. 231 contacts LinkedIn au moment de l’entretien).

  • 10 Granovetter, M. (1973). The strength of Weak Ties, in American Journal of Sociology, vol. 78, n° 6.
  • 11 Auray, N., Les technologies de l'information et le régime exploratoire. In : Van Andel P. et Boursi (...)
  • 12 Auray, Ibid., p. 331.

16Le site de réseau social va principalement servir à capter les contacts et exercer une veille distante sur ces derniers. Pour résumer, cette tendance d’usage que nous nommons Netmining repose sur un principe de maximisation du nombre de contacts. Un nombre justifié par le pari de l’utilisateur sur son utilité future. On pourrait ici faire référence aux travaux de Mark Granovetter10 dont la notion de « force » des liens semble adaptée à la description des relations de contacts du Netmining. Cependant, à la différence du lien faible de Granovetter, les relations développées dans le cadre du Netmining ne contiennent ni intimité, ni réciprocité, ni émotion partagée. Tout au plus, elles se résument aux quelques secondes nécessaires pour répondre à l’invitation à entrer en contact. Ne relevant pas d’une stratégie tant l’action de l’utilisateur ne semble pas anticipée, le Netmining s’apparente davantage à l’exploration curieuse décrite par Nicolas Auray11, une exploration « non déterminée » reposant sur un « état de disponibilité » visà-vis d’un « objet inconnu rencontré sur un terrain familier »12. Le terrain familier correspondant ici aux masses de contacts constituées au fil des invitations acceptées sans distinction, l’objet inconnu étant l’opportunité qui se présente à l’utilisateur :

« Il y a des choses qui ne m’intéressent pas forcément d’emblée, mais, ça m’intéresse d’être en contact avec eux, parce que qui sait  ? Voilà une opportunité peut se présenter plus tard » (Théophile).

17Il en est autrement dans le cas des usages de Networking, où l’on retrouve des réseaux constitués de connaissances, tel l’ancien camarade de promotion dont on attendra quelque chose, ou l’ex-collègue qui informe sur les postes vacants dans sa nouvelle entreprise.

Le Networking

  • 13 Thévenot, op. cit., p.119

18Lorsque nous parlons de Networking, nous désignons les pratiques de mise en relation qui reposent sur de l’intention, du choix du contact aux rôles qu’il peut occuper au sein du réseau, une intention qui semble « mise dans la forme consolidée d’un plan »13. Qu’ils soient inconnus et suivis par l’utilisateur qui exploitera le fil d’actualité du site de réseau social, ou rencontrés par le biais d’amis communs, les contacts sont sélectionnés en raison d’une caractéristique personnelle, propre à chacun. Dans ce cadre, l’exploration des réseaux personnels visibles sur LinkedIn permet aux utilisateurs de se faire une idée des contacts et contacts de contacts sur lesquels se reposer en cas de besoin.

« Personnellement je suis intéressé par le réseau des uns et des autres. Ça fait partie des informations qui sont utiles, parce que ça permet, le cas échéant, si on a besoin d’un service, de savoir à qui s’adresser, même s’il n’est qu’indirectement concerné et que c’est son contact que l’on cherche à joindre ». (Clément, consultant en ressources humaines. 94 contacts LinkedIn au moment de l’entretien).

19Si les pratiques de mise en relation du Netmining reposent sur une collecte extensive de contacts, celles du Networking supposent la mise en relation avec des individus « triés sur le volet ».

« Alors, généralement, quand je vois des mises en contact qui, potentiellement, pourraient m’intéresser, je ne saisis pas l’occasion tout de suite, mais je garde en tête que X ou Y a tel ou tel type de personnes dans ses contacts. Donc, le jour où j’en ai besoin, là, effectivement je demande à être mis en relation ». (Léon, consultant management stratégique. 140 contacts LinkedIn au moment de l’entretien).

20On observe un effort constant de rationalisation chez l’utilisateur, largement supporté par l’interface du site de réseau social qui offre une terminologie et une vision du monde clef en main, un monde de nœuds et de liens, un monde de contacts.

« Moi, ce qui m’intéresse aussi, c’est de savoir la distance et les relations communes éventuelles avec les personnes, si on a des connaissances communes ou si, éventuellement, c’est au troisième niveau, le contact d’un contact à un de mes contacts ». (Boris, gestionnaire de fonds. 159 contacts LinkedIn au moment de l’entretien).

21Enfin, les relations du Networking sont le plus souvent médiatisées par un dispositif de communication supplémentaire. On retrouve bien souvent un couplage entre deux outils : le site de réseau social d’abord, permettant de capter les relations, la boîte mails professionnelle ensuite, avec laquelle il est possible de construire une relation de confiance et, éventuellement, un partenariat débouchant sur une embauche, une collaboration, etc. Il s’agit là d’une logique qui se retrouvait déjà en 2005, avant que Facebook et LinkedIn acquièrent en France la popularité que l’on connaît aujourd’hui. Cardon, Smoreda et Beaudouin notaient ainsi que

  • 14 Cardon D., Smoreda Z., Beaudouin V. (2005). Sociabilités et entrelacements des medias, Moati P. (di (...)

« les usagers sont moins entrés dans une logique de substitution (de la téléphonie mobile par la téléphonie fixe, du mail par la téléphonie, etc.) que dans une articulation de plus en plus fine et spécialisée de leurs pratiques communicationnelles, en distribuant leurs usages sur les terminaux et les services selon des lieux et des temporalités spécifiques »14.

22La dernière tendance d’usage que nous avons identifiée n’est d’ailleurs perçue qu’à la condition de prêter attention à cette logique d’articulation. Nous avons nommé cette tendance le Netsticking.

Le Netsticking

  • 15 Boyd D., Ellison N. (2008). « Social Network Sites : definition, history and scholarship », in Jour (...)

23D’après D. Boyd et N. Ellison, les utilisateurs de sites de réseaux sociaux « ne sont pas nécessairement en train de « réseauter » ou de chercher à rencontrer de nouvelles personnes. À la place, ils communiquent avec les personnes faisant déjà partie de leur réseau social »15. C’est en effet quelque chose qui est revenu fréquemment lors de nos entretiens. Il est intéressant de noter que l’usage consistant à ne prendre en contacts que les personnes déjà fréquentées hors LinkedIn ne se fait pas sans justification. Du point de vue des utilisateurs rencontrés, il y a les « vraies relations » et les « faux contacts ». Plusieurs ont insisté sur la nature « authentique » de leurs liens.

« Si on a travaillé avec quelqu’un de manière intensive pendant plusieurs mois, je pense qu’il n’y a pas trop de problèmes pour pouvoir la recontacter à un moment donné. Ce qui est important c’est plutôt comment on a connu la personne, si on l’a connue dans la vraie vie » (Edouard, gérant d’une TPE, 132 contacts LinkedIn au moment de l’entretien).

  • 16 Anheier H, Gerhards J., Romo F.P. (1995). « Forms of capital and social structure in cultural field (...)

24Certains auteurs qualifient le capital social de « collant »16. Pour reprendre leur propos, si le capital économique est liquide, au sens où il se convertit facilement en d’autres capitaux (on peut acheter un livre, acheter une formation dans une grande école, etc.), le capital social est davantage « collant ». Il est difficilement converti, il colle à l’individu.

25C’est cette idée que nous avons voulu souligner au travers du terme Netsticking. Il y a des relations que l’on emporte avec nous, où que l’on aille, qu’on le veuille ou pas.

  • 17 Luhmann, N. (2001). « Confiance et familiarité », Réseaux 4/2001 (no 108), p. 15-35.

26Les pratiques relevant du Netsticking regroupent des usages où ce sont principalement des relations construites hors ligne que l’on retrouve dans la liste de contacts LinkedIn. Ces relations accompagnent d’ailleurs les personnes que nous avons interviewées sur à peu près tous les répertoires : adresses email, agenda, répertoire du téléphone, amis sur Facebook, etc. Aussi, si ces contacts ne concourent pas directement à l’évolution professionnelle des interviewés, ils restent des pourvoyeurs de ressources importants, des personnes de confiance pouvant offrir un soutien en certaines occasions – la recherche d’un stage de fin d’étude par exemple. Le Netsticking concerne ainsi les pratiques de mise en relation où l’utilisateur reconstitue sur LinkedIn un environnement social familier. Bien que cet utilisateur exploite des outils de communication permettant d’échanger avec des publics très différents, il ne franchit paradoxalement jamais la frontière de son réseau personnel, « il demeure un horizon qui se déplace avec [lui] »17. L’utilisateur et ses contacts partagent une expérience commune, le plus souvent un cycle d’étude supérieure (licence ou master). Ils partagent des domaines d’activités (secteur des ressources humaines, secteur du marketing). Ils partagent enfin les mêmes cercles de sociabilités (certaines soirées d’anciens étudiants à petit comité).

27Si un site de réseau social tel que LinkedIn semble inciter à la création de nouveaux contacts, à l’image de ce que nous retrouvons dans le Netmining et le Networking, le Netsticking repose à l’opposée sur la reproduction de contacts déjà présents sur d’autres répertoires.

« Oui mes contacts je les connais tous. C’est soit des anciens camarades de GEP, soit des collègues de mon ancien boulot ou des camarades de classe de l’école des Mines. C’est que des gens que je connais depuis un, deux, trois ans. C’est rarement des gens que j’ai rencontré à une soirée qui me demandent sur LinkedIn, quoi. Ceux-là, en général, ben non ça m’intéresse pas [...] Et si je veux échanger avec eux ben je passe par l’email ou on se prend un café » (Murielle, responsable marketing. 97 contacts LinkedIn au moment de l’entretien).

  • 18 Thévenot, op. cit., p. 104.

28C’est finalement là la spécificité de cette tendance d’usage où le site de réseau social occupe une place secondaire, LinkedIn endossant un rôle marginal dans la création de relations professionnelles. Les invitations n’y sont pas le fruit de calculs rationnels, mais s’inscrivent plutôt « dans un arrangement intime de choses et de gens qui viennent ensemble, sanctionné par [l’] absence de surprise devant le déroulement [des événements] »18.

« Mes contacts, qui sont-ils ? Des amis et des relations de travail des stages précédents. Sur les réseaux sociaux le lien chez moi il se fait a posteriori, je ne vais pas taper le nom d’une entreprise pour trouver la DRH et l’inviter. Je ne suis pas dans ce processus » (Hortense, brand manager. 118 contacts LinkedIn au moment de l’entretien).

Netmining, Networking, Netsticking : quels liens avec la sociologie des réseaux sociaux ?

  • 19 Kadushin, C. (2012). Understanding social networks : theory, concepts and findings, Oxford : Oxford (...)
  • 20 Kadushin, Ibid., p. 60.
  • 21 Kadushin, Ibid., p. 63.

29De nombreuses lectures peuvent être opérées à partir de ces tendances d’usage. Certains de leurs aspects évoquent différentes approches connues de la sociologie des réseaux sociaux. S’il est tentant de faire appel à ces approches tant celles-ci semblent partager de points communs avec l’objet d’étude « site de réseau social », certaines précautions sont à prendre. Le risque premier étant de perdre le pluralisme que nous cherchons ici à promouvoir au profit d’une lecture stratégique du comportement des individus. En effet, d’après Charles Kadushin19, de nombreuses recherches partent du principe que deux motivations sont à l’origine des relations créées entre individus. La première de ces motivations est la recherche de sécurité, démarche au sein de laquelle l’individu crée des liens avec ses semblables, une démarche qui lui permet de se mouvoir dans un réseau dont « l’attribut essentiel est la confiance »20. La seconde motivation est la recherche de relations efficaces, des relations mettant l’individu dans un contexte « de compétition [fait de] trous structuraux »21 donnant accès à davantage d’opportunités. Ce partage entre, d’un côté, l’intime que l’on utilise pour renforcer et sécuriser son environnement et, de l’autre, les connaissances mobilisées pour améliorer son quotidien, se retrouve dans certains des concepts centraux de la sociologie des réseaux sociaux. C’est le cas du Brokerage et Closure de Burt, et des actions instrumentales et expressives de Lin.

  • 22 Burt, R. (2005). Brokerage & Closure : an Introduction to social capital, Oxford : Oxford Universit (...)

30Il est intéressant de noter l’apparente proximité entre ce que nous avons nommé Netmining et Netsticking, et les configurations de B rokerage et Closer théorisées par Ronald Burt22. En prolongeant l’argument, nous aurions d’un côté le Netmining/Brokerage, où l’on chercherait à multiplier les sources d’information – et donc sa diversité – en multipliant les relations avec des connaissances. De l’autre, le Netsticking/Closure, où l’on disposerait d’un cercle de proches qui met à disposition des informations fiables mais peu diversifiées.

  • 23 Van Andel P. et Boursier, D., Le long voyage d'une notion. La sérendipité, de la fiction à la scien (...)

31Cependant, nous n’avons pas décrit ici des structures relationnelles où seule compte la stratégie d’un individu qui se crée un réseau dans le but de capter de l’information. Davantage, nous avons mis en exergue des situations où des construits techniques et relationnels prennent forme. Dans le cas du Netmining, ces construits peuvent servir de site d’exploration, reposant sur un processus de cumulation de contacts durant lequel « beaucoup de découvertes sont faites [en étant] à la chasse de quelque chose de très différent »23. Dans le cas du Netsticking, ces construits se forment suite à l’évolution presque naturelle d’environnements familiers, LinkedIn étant ajouté à une série d’outils de communication préexistante.

  • 24 Lin, N. (1995). « Les ressources sociales : une théorie du capital social », in Revue Française de (...)

32De la même manière, nous pourrions voir dans l’opposition entre Networking et Netsticking celle retrouvée dans la théorie des ressources sociales de Lin24, où sont opposées action instrumentale et action expressive.

33Ainsi, le Netsticking correspondrait à un réseautage centré sur les proches : des « liens forts », dotés d’attributs socioprofessionnels identiques (mêmes professions, mêmes diplômes). Le Networking correspondrait, quant à lui, à un réseautage relevant d’une action instrumentale, centrée sur la création de liens avec des contacts issus de différents milieux sociaux. Ce réseau, du fait des « liens faibles » qui le composent, serait source d’opportunités.

34En bref, le Netsticking conforterait la position sociale, le Networking permettrait une évolution de carrière. Or, rappelons que si le Networking repose en effet sur un usage stratégique de LinkedIn, fondé sur la création de liens soigneusement sélectionnés, le Netsticking est, quant à lui, très éloigné de l’action calculée.

Conclusion

  • 25 Ruiz, J.F. (2011). « Réussir avec les réseaux sociaux », Paris : Express roularta éditions.

35Utiliser les concepts de la sociologie des réseaux sociaux pour parler des usages de LinkedIn, Facebook ou Viadeo n’est plus l’apanage de la recherche universitaire. De plus en plus, le lien fort, le brokerage ou encore le trou structural sont retrouvés dans les manuels, guides et discours d’accompagnement mis à la disposition des professionnels. Nous pouvons citer par exemple Réussir avec les réseaux sociaux, ouvrage collectif coordonné par J.F. Ruiz25. Y sont proposés les concepts de deux auteurs de la sociologie des réseaux sociaux. La force des liens d’une part, faisant ici référence aux travaux de Granovetter. Le trou structural d’autre part, concept issu du travail de Burt. Au terme d’un essai de vulgarisation convainquant, ces différentes notions se voient opérationnalisées, converties en outils d’une « bonne gestion » des réseaux de contacts.

  • 26 Ruiz, Ibid., p. 71.

« Si en revanche vous prévoyez un changement de poste vers une autre filière, métier ou pays, ou encore, souhaitez développer de nouveaux partenariats, les liens faibles et les trous structuraux sont d’actualité. Sans oublier quelques liens forts, pour votre crédibilité et réputation ! »26

36Ici, il y a bien un décalage existant entre ce que les concepts font d’habitude – dire des choses sur une structure relationnelle, une structure le plus souvent indépendante de la volonté des individus – et ce qu’on leur demande de faire – rendre LinkedIn ou Facebook plus performants.

37Reste que ce type de vulgarisation illustre la perméabilité croissante de disciplines peu facile d’accès avec le monde grand public. Dans ce cadre, il semble intéressant d’entamer un dialogue où serait par exemple soulignée la pluralité des usages, qui ne se réduisent pas au calcul stratégique. Les pratiques de Netmining délaissent la planification (si j’invite le contact X j’obtiendrai le service Y) au profit de l’incertitude.

38Dans le cas du Netsticking, c’est la reproduction d’un social familier qui est retrouvée. A l’image des régimes d’action décrits par L. Thévenot et N. Auray, le réseautage n’est donc pas seulement une action en plan, c’est également de l’exploration et de la familiarité. Par ailleurs, il semble pertinent de considérer les usages d’un site tel que LinkedIn comme dépendants d’un environnement technique et humain entrelacé, où la tendance n’est pas comme le notait Cardon, Smoreda et Beaudouin, à la substitution mais davantage à la complémentarité des outils de communication.

39A titre indicatif, seulement 38 % des 320 relations étudiées lors des entretiens sont exclusivement retrouvées dans les listes de contacts LinkedIn. À l’opposé, près de 26 % de ces 320 relations sont retrouvées sur au moins quatre dispositifs de communication différents.

« J’ai une utilisation de ces réseaux pour voir un peu ce que deviennent les gens ou pour entrer en contact avec eux. Mais cette fonction-là est beaucoup plus utilisée avec Facebook et Twitter, en fait. [...] Viadeo et LinkedIn, ça sera uniquement de la veille, assez distraite. Sur Twitter, je serai beaucoup plus actif. Parce que la plateforme, justement permet beaucoup plus d’interaction. Enfin, c’est ma perception » (Jérôme, manager ressources humaines, 204 contacts LinkedIn au moment de l’entretien).

Haut de page

Bibliographie

ANHEIER H., GERHARDS J., ROMO F.P (1995). « Forms of capital and social structure in cultural fields : examining Bourdieu’s social topography », in American journal of sociology, vol. 100, n° 4.

AURAY, N., « Les technologies de l’information et le régime exploratoire ». In : Van Andel P. et Boursier, D. (2011), La sérendipité. Le hasard heureux, Paris : Hermann, p.329-343.

AURAY, N. (2007). « Folksonomy : The New Way to Serendipity », Communications and Strategies, n° 65.

BOYD, D., ELLISON, N. (2008). « Social Network Sites : definition, history and scholarship », in Journal of Computer-Mediated Communication 13, 210-230.

BURT, R. (2005). Brokerage & Closure : an introduction to social capital, Oxford : Oxford University press.

CARDON, D., SMOREDA Z., BEAUDOUIN V. (2005). « Sociabilités et entrelacements des medias », Moati P. (dir.), Nouvelles technologies et mode de vie. Aliénation ou hypermodernité ?, Paris : Éditions de l’Aube, p.99-123.

DIMICO, J., MILLEN, D.R., GEYER, W., DUGAN, C. BROWNHOLTZ, B. MULLER, M. 2008 « Motivations for social networking at work », in Proc CSW’08. ACM, New York. 711-720.

ELLISON, N., STEINFIELD C., LAMPE C. (2011). « Connection strategies : Social capital implications of Facebook-enabled communication practices », in New Media and Society, 13 : 873.

FLICHY, P. (2005). « Les réseaux de télécommunications instruments et outils de mesure de la sociabilité », in Flux 2005/4, n° 62, p. 31-37.

GRANOVETTER, M. (1973). « The strength of Weak Ties », in American Journal of Sociology, vol. 78, n° 6.

KADUSHIN, C. (2012). Understanding social networks : theory, concepts and findings, Oxford : Oxford University Press.

LIN, N. (1995). « Les ressources sociales : une théorie du capital social », in Revue Française de sociologie, vol 36, n° 4.

LUHMANN, N. (2001). « Confiance et familiarité », Réseaux 4/2001 (no 108), p. 15-35. RUIZ, J.F. (2011). Réussir avec les réseaux sociaux, Paris : Express roularta éditions.

THÉVENOT, L. (2006). L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris : La Découverte.

VAN ANDEL P. ET BOURSIER, D., « Le long voyage d’une notion. La sérendipité, de la fiction à la science » In : Van Andel P. et Boursier, D. (2011), La sérendipité. Le hasard heureux, Paris : Hermann, p.41-51.

Haut de page

Notes

1 Ellison N., Steinfield C., Lampe C. (2011). Connection strategies : Social capital implications of Facebookenabled communication practices, in New Media and Society, 13 : 873

2 Entre 10 et 14 de leurs contacts, sélectionnés aléatoirement, furent présentés aux interviewés. Au total, 320 relations ont été référencées.

3 Les outils de communications étudiés lors de cette phase de l'entretien sont les suivants : Viadeo, Twitter, Facebook, boite mail d'entreprise, boite mail personnelle et téléphone portable.

4 Les dix modalités proposées permettaient de partager les personnes jugées proches (les amis, les camarades d'association), celles avec lesquelles le répondant est peu engagé mais avec qui il partage un passé commun (camarades de promotion, ancien collègue), et les parfaits inconnus (l'étranger accepté sur LinkedIn par exemple).

5 Flichy, P. (2005). « Les réseaux de télécommunications instruments et outils de mesure de la sociabilité », in Flux 2005/4, n° 62, p. 31-37.

6 Plusieurs RSE (Réseaux sociaux d’entreprises) furent testés entre 2007 et 2011 par différentes équipes du département R&D d’Orange. Cette expérience devait permettre de choisir l’outil de réseautage le plus adapté à l’entreprise. Nous avons eu l’occasion d’étudier les usages de l’un de ces outils. Ce dernier n’a finalement pas été retenu.

7 Thévenot, L. (2006). L'action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, Paris : La Découverte.

8 Auray, N. (2007). « Folksonomy : The New Way to Serendipity », in Communications and Strategies, n° 65.

9 Beaudouin V., Cardon D., Mallard A. (2001), De clic en clic. « Créativité et rationalisation dans les usa ges des intranets d'entreprise », in Sociologie du Travail, n° 3 vol.43, p. 309-326.

10 Granovetter, M. (1973). The strength of Weak Ties, in American Journal of Sociology, vol. 78, n° 6.

11 Auray, N., Les technologies de l'information et le régime exploratoire. In : Van Andel P. et Boursier, D. (2011), La sérendipité. Le hasard heureux, Paris : Hermann, p.329-343.

12 Auray, Ibid., p. 331.

13 Thévenot, op. cit., p.119

14 Cardon D., Smoreda Z., Beaudouin V. (2005). Sociabilités et entrelacements des medias, Moati P. (dir.), Nouvelles technologies et mode de vie. Aliénation ou hypermodernité ?, Paris : Éditions de l'Aube, p.99-123.

15 Boyd D., Ellison N. (2008). « Social Network Sites : definition, history and scholarship », in Journal of computer-Mediated Communication, n° 13, p. 210-230

16 Anheier H, Gerhards J., Romo F.P. (1995). « Forms of capital and social structure in cultural fields : examining Bourdieu's social topography », in American journal of sociology, vol. 100, n° 4.

17 Luhmann, N. (2001). « Confiance et familiarité », Réseaux 4/2001 (no 108), p. 15-35.

18 Thévenot, op. cit., p. 104.

19 Kadushin, C. (2012). Understanding social networks : theory, concepts and findings, Oxford : Oxford University Press.

20 Kadushin, Ibid., p. 60.

21 Kadushin, Ibid., p. 63.

22 Burt, R. (2005). Brokerage & Closure : an Introduction to social capital, Oxford : Oxford University press

23 Van Andel P. et Boursier, D., Le long voyage d'une notion. La sérendipité, de la fiction à la science, In : Van Andel P. et Boursier, D. (2011), La sérendipité. Le hasard heureux, Paris : Hermann, p.41-51.

24 Lin, N. (1995). « Les ressources sociales : une théorie du capital social », in Revue Française de sociologie, vol 36, n° 4.

25 Ruiz, J.F. (2011). « Réussir avec les réseaux sociaux », Paris : Express roularta éditions.

26 Ruiz, Ibid., p. 71.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Mesangeau, « Le réseautage et ses usages : le cas d’un groupe d’anciens étudiants hébergé sur LinkedIn », Terminal, 111 | 2012, 39-51.

Référence électronique

Julien Mesangeau, « Le réseautage et ses usages : le cas d’un groupe d’anciens étudiants hébergé sur LinkedIn », Terminal [En ligne], 111 | 2012, mis en ligne le 29 août 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://terminal.revues.org/967 ; DOI : 10.4000/terminal.967

Haut de page

Auteur

Julien Mesangeau

Doctorant en Sociologie, Université Rennes 2 LARES, ATER, UFR Infocom Université de Lille 3 43 rue Jules Boucly, 59491 Villeneuve d'Ascq. Courriel : mesangeaujulien@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org