Navigation – Plan du site
Dossier : pratiques du Web

Internet et le Web : l’illusion du social, la fin de l’idéal égalitaire ?

Valérie Schafer et Hervé Le Crosnier
p. 15-26

Résumé

En prenant pour point de départ la neutralité de l’Internet, objet d’un vaste débat commencé aux États-Unis en 2003, cet article souhaite montrer que les questions techniques, celles qui portent sur les architectures et modèles de l’Internet, ont des implications économiques et politiques, et convoquent des valeurs et imaginaires puissants et divergents selon les acteurs. Ces réflexions ne peuvent être dissociées de celles sur les usages et les pratiques du Web et sur les rapports de pouvoir à l’œuvre dans l’économie Internet. Elles invitent à (re)penser la place de chacun des acteurs de la chaîne de l’Internet, des FAI aux usagers, en passant par celle des États, des autorités de régulation ou encore celle des citoyens, dans un écosystème à l’équilibre fragile et en perpétuel mouvement. Derrière le discours social que véhiculent les réseaux socionumériques, l’image d’horizontalité du Web 2.0, l’accent mis sur le partage et l’ouverture que permet Internet, celui-ci tend à se verticaliser, certains acteurs à se concentrer, et à cet égard « l’espace virtuel » est traversé par les tensions qui s’expriment dans la société réelle et matérielle.

Haut de page

Texte intégral

1Dans « Long Live the Web : A Call for Continued Open Standards and Neutrality »1, Tim Berners-Lee, fondateur du Web, souligne les menaces qui pèsent sur la Toile et Internet. Alors que le qualificatif de social est accolé à de nombreux services et usages en ligne, le modèle et l’universalité rêvée du réseau des réseaux encourent au contraire des menaces de balkanisation et de mise en place d’un Internet à plusieurs niveaux de services. Les intérêts des empires de la communication engendrent le développement d’applications étanches les unes aux autres, tandis que voient le jour des tentatives d’accords entre prestataires de contenus et fournisseurs d’accès pour mieux contrôler la chaîne de valeur de l’information sur Internet.

  • 2 Tim Wu, « Network neutrality, broadband discrimination », Journal of Telecommunications and High Te (...)
  • 3 Les CDN cherchent à stocker au plus près de l’utilisateur des copies des documents les plus visités (...)

2Popularisé par Tim Wu en 20032, le concept de Net Neutrality est au cœur de ce débat. L’enjeu est le maintien du principe selon lequel les paquets d’informations qui circulent dans Internet, quels qu’en soient la source et le destinataire, sont traités de façon égale. Derrière cet aspect technique, qui touche à l’équité de traitement des données et concerne la couche transport des réseaux, se jouent des rapports de force entre les fournisseurs d’accès à Internet, les prestataires de contenus et de services, les opérateurs et d’autres acteurs s’insérant dans la chaîne technique de délivrance des informations auprès des internautes, notamment les Content Delivery Networks3. Cette question a de fortes implications économiques, mais aussi sur l’innovation technique d’une part et l’accès aux informations de l’autre.

3La discrimination des données ne pouvait laisser indifférentes les autorités de régulation nationale, mais aussi la justice, les institutions politiques et la société civile, entrées dans la controverse. Couplées aux stratégies des acteurs du Web et du Web 2.0, notamment Google et Facebook, les atteintes à la neutralité de l’Internet et à l’unité du Web invitent à (re)penser les valeurs et imaginaires à l’œuvre, la place du « social », du « politique » et de l’« économique » dans la technique. Le débat sur la neutralité de l’Internet doit, dès lors, être analysé sous l’angle des rapports de force qui se modifient en permanence entre acteurs de l’écosystème Internet, mais aussi inscrit dans une réflexion plus large sur l’universalité d’un réseau des réseaux, qui risque de se verticaliser ou de se segmenter au point d’y perdre ses fondements, son caractère distribué et son ouverture.

La neutralité de l’Internet, un débat nécessaire...

4Les pays démocratiques se sont quasiment tous préoccupés de la question de la neutralité de l’Internet au cours de ces deux dernières années. Il ne s’agit pas d’un simple effet de ricochet depuis les États-Unis : cela tient à la richesse d’un concept où les discussions techniques sont rapidement dépassées par des enjeux politiques et économiques, impliquant l’avenir du réseau des réseaux.

Un débat prématuré ou déjà en retard ?

5Dans le modèle Internet originel, qui repose sur le protocole TCP/IP, dont les bases sont jetées en 1974, un message est découpé en « paquets d’informations ». Ces datagrammes suivent des routes aléatoires (routage adaptatif) avant de se rassembler à destination. À l’origine, quels qu’en soient la source et le destinataire, chaque paquet est traité de façon égale par les nœuds du réseau, les routeurs, sans garantie d’arrivée rapide des paquets à destination en cas de congestion du réseau. Internet fait « au mieux », on parle de best effort.

  • 4 Francesca Musiani, Valérie Schafer, Le modèle Internet en question, Flux, 2011/3-4 (n° 85-86, p.62- (...)

6À côté de la logique du best effort, celle de l’Internet des « pères fondateurs », dans laquelle l’opérateur doit faire au mieux pour délivrer les paquets, malgré des pointes de connexion, la taille des fichiers ou la concentration des lectures, quitte à ralentir tout le monde en cas de surchauffe, des stratégies de « qualité de service » (QoS) sont toutefois apparues. C’est particulièrement vrai avec le développement des usages commerciaux à partir de la décennie 1990 : le trafic prend la forme d’une concentration autour de serveurs qui donnent accès aux contenus et des mesures de gestion voient le jour, par exemple avec le déploiement de pare-feu, pour accroître la sécurité sur les réseaux4. Le best effort recule au profit d’une priorisation, à la fois

7« conditionnelle » et « active » [Curien, Maxwell, pp. 43-44]. La première ne suscite que peu le débat, puisqu’elle permet de résoudre des problèmes de congestion. La seconde est plus controversée. L’opérateur du réseau peut, par exemple, distinguer les paquets en fonction des protocoles utilisés ou des émetteurs. Dès lors, l’usager n’est plus réellement maître du choix des services, certains ayant une bonne qualité, d’autres subissant les fluctuations liées à l’encombrement du réseau ou des ralentissements et blocages volontaires.

8Ainsi, pour les opérateurs, la croissance globale de la qualité pourrait ne pas se résumer aux investissements et améliorations des infrastructures : elle pourrait tendre à favoriser, par exemple, certains producteurs de contenus qui accepteraient de participer économiquement. C’est dès lors l’acceptabilité et la transparence de ces mesures vis-à-vis de l’usager, ou plutôt du client, qui sont en jeu.

  • 5 Robert M. Mc Dowell, « Hands off the Internet », The Washington Post, 9 avril 2010, www.washington (...)

9Dès la fin 2002, les opérateurs du câble aux États-Unis, habitués à gérer des relations sur un marché double face (un financement par les utilisateurs, et des négociations avec les producteurs pour construire des « bouquets ») demandent à la FCC (Federal Communications Commission), l’autorité de régulation des télécommunications aux États-Unis, l’autorisation de mener des négociations spécifiques avec les producteurs sur les réseaux à large bande, refusant d’y élargir la règle de neutralité qui était la signature de l’Internet bas débit. En réponse, dans une lettre à la FCC en 2003, Tim Wu et Lawrence Lessig soulignent les dangers pour l’innovation et pour le traitement non-discriminatoire des usagers d’une rupture de la neutralité de la couche transport. En 2007, la FCC s’oppose, au nom de la neutralité du réseau, au câblo-opérateur Comcast, qui restreignait l’accès de ses usagers au protocole BitTorrent. Cette intervention de régulation n’est guère appréciée par les géants du secteur. Comcast réagit devant les tribunaux et, en avril 2010, remporte une victoire, lorsqu’en appel la FCC est désavouée, suivant une logique libérale selon laquelle une agence fédérale ne peut intervenir dans les décisions techniques d’un acteur privé. Si le modèle originel n’est plus de mise et si la neutralité pure n’existe pas, certains jugent prématurés toute intervention politique pour limiter l’augmentation des entorses, soulignant que le pragmatisme et le marché doivent prévaloir et trancher (c’est le cas du groupe de pression Hands off the Internet5, soutenu par des opérateurs et équipementiers comme ATT ou Alcatel).

L’Internet mobile renouvelle le débat

10Malgré l’affaire Comcast, la FCC, soutenue par l’administration Obama, ne change pas d’orientation et adopte le 21 décembre 2010, par 3 voix contre 2, un texte sur la Net Neutrality. Celui-ci suscite néanmoins des réactions très mitigées, notamment de la part du groupe Free Press6, car s’il fixe des règles explicites pour le réseau câblé, celles concernant le réseau mobile sont jugées insuffisantes. L’Internet mobile repose, sous couvert d’une nouvelle technologie, les questions de 2003. Bridage, restrictions d’accès à certains protocoles comme la voix sur IP.... les atteintes sont justifiées par le fait que la bande de fréquences allouée reste faible, mais doivent aussi beaucoup aux batailles industrielles. A l’été 2010, Google et Verizon discutaient du prix que le géant de l’Internet devrait payer pour que les vidéos de sa filiale YouTube bénéficient d’un traitement de faveur auprès des abonnés via cet opérateur, notamment sur les mobiles, car Verizon est un des principaux acteurs du succès des smartphones Android de Google, entrés en guerre sourde contre l’iPhone d’Apple.

11Or, c’est aujourd’hui l’Internet mobile qui fixe les règles du jeu pour les innovations à venir. Plusieurs modèles économiques cohabitent dans ce secteur : des fournisseurs d’applications peuvent passer un accord avec l’opérateur qui leur reverse une partie de la somme payée par l’usager, en général sur sa facture téléphonique. Dans le cas d’Android de Google, les applications peuvent être directement achetées auprès du fournisseur de services ou de contenus, les communications seules entrant dans le forfait de l’opérateur ; l’App Store d’Apple quant à lui offre un modèle, dans lequel les fournisseurs d’applications doivent négocier avec la firme de Cupertino pour vendre applications ou contenus. Disposant par ailleurs du terminal, Apple négocie également avec les opérateurs. Le premier modèle donne pouvoir à l’opérateur ; le second place les fournisseurs de services en position équilibrée par rapport aux fabricants de terminaux, aux producteurs de contenus et aux opérateurs ; et le troisième place Apple en position-clé, construisant une vision verticale de l’accès à l’Internet mobile. Ces rapports ne sont pas sans conséquences pour les acteurs de l’économie Internet, mais également pour les clients. Ainsi, dans le modèle Apple, les usagers sont dépendants des accords passés entre les producteurs et le géant américain et ne peuvent accéder à d’autres plateformes de services que celles autorisées par Apple.

« Le modèle de l’iPhone et ses avatars, comme la tablette Kindle d’Amazon [...] change la donne en matière de puissance de marché : le pouvoir se déplace de l’opérateur vers le fabricant de terminal, une véritable révolution par rapport à l’organisation native de l’Internet mobile » [Curien, Maxell, p 64].

12Tim Wu, dont le livre The Master Switch décrit les cycles d’ascension des grands empires de la communication, mettait en garde en 2010 :

  • 7 Guillaume Champeau, « Tim Wu redoute Apple et la quête du pouvoir de Steve Jobs », Numérama, 16/11/ (...)

« [...] Il y a des sociétés aujourd’hui qui, comme Apple, nous font douter sur le fait de savoir si Internet est quelque chose qui va durer ou si c’est juste un cycle de plus7 ».

13En outre, la multiplication des forfaits bon marché, telles les formules Red, Sosh et autres en France, pose la question d’un accès à Internet à plusieurs vitesses et qualités de service.

La chaîne de valeurs de l’Internet sous tension

14Le temps des fondateurs, des débats techniques entre spécialistes, n’est plus de mise. La question de la neutralité du réseau se pose d’abord sur le plan économique, entre opérateurs de grande taille. Elle est un résumé des tensions qui traversent l’économie d’Internet et les instances de régulation. L’explosion de la consommation des informations en réseau impose de forts investissements dans les infrastructures : l’allocation récente des fréquences de téléphonie mobile de quatrième génération (4G) en France (portant notamment sur les fréquences basses 800 MHz) s’est chiffrée en milliards d’euros, qui peuvent laisser espérer de multiplier par 50 les débits, mais devront aussi être rentabilisées.

  • 8 Hervé Le Crosnier, « Google et la neutralité du réseau », Les blogs du Diplo, 9/08/2010, http://blo (...)

15Or, les opérateurs estiment que dans le modèle « neutre » actuel, ils sont les seuls à financer les infrastructures, alors qu’ils doivent diffuser des contenus de plus en plus consommateurs de bande passante. Ils prônent également le recours à des stratégies de « qualité de service » (QoS). Si cette logique se comprend pour des actions liées à la santé en ligne, les réseaux privés ou les services gérés (télévision sur IP), la question est de savoir si l’on peut étendre ces traitements différenciés à certains prestataires Internet qui seraient prêts à en payer le prix8 (opérateurs de contenus vidéo, prestataires de publicité, moteurs de recherche...). Les opérateurs aimeraient retrouver toute liberté de négociation commerciale. Leur argumentaire s’appuie sur le fait que le Web a largement transformé l’Internet des pionniers, d’un réseau horizontal dans lequel chacun pouvait alternativement être récepteur et émetteur vers un réseau asymétrique, dans lequel les réseaux sociaux, les sites de diffusion vidéo ou les grands sites d’information doivent répondre à des millions d’utilisateurs à l’échelle mondiale et occupent largement la bande passante. La publication par le site Owni à l’été 2011 d’un document de la Fédération Française des Télécoms, réfléchissant à la fin des forfaits illimités sur l’Internet fixe, possibilité rapidement démentie par les FAI, témoigne d’une volonté de certains opérateurs de repenser également le modèle économique Internet en se tournant vers les usagers.

16Le problème est loin de se cantonner au marché américain. Cogent et Orange étaient en août 2011 devant la justice, le premier accusant le second de brider ses flux, notamment ceux issus du site de téléchargement direct Megaupload. En outre, la France n’échappe pas à la verticalisation de la chaîne Internet  : Orange en rachetant par exemple Deezer ou Skyblog suit une tendance qui voit les FAI prendre place dans les contenus, tandis que des opérateurs mondiaux de l’informatique s’installent sur le marché des réseaux, Apple y entrant par le biais des terminaux et Google en renforçant en permanence son réseau privé, en acquérant des licences d’opérateur mobile ou Motorola.

17Le secrétariat d’État à la Prospective et à l’Économie numérique a lancé en France une consultation sur la neutralité au printemps 2010. Le déplacement des frontières entre transporteurs, éditeurs de contenus, opérateurs de transit, fabricants de terminaux appelle à penser globalement une question qui ne peut être réduite au simple transport de l’information et aux aspects économiques. Internet est plus qu’une simple « autoroute de l’information» et implique des enjeux de communication et de citoyenneté qui justifient les consultations publiques, française en 2010 ou européenne en 2011 et début 2012.

Un débat nécessaire... mais non suffisant

18Si les autorités judiciaires, de régulation ou les politiques sont entrés dans le débat, le député PS Christian Paul ayant proposé une loi en faveur de la neutralité en février 2011, tandis que Laure de la Raudière (UMP) et Corine Ehrel (PS) se voyaient confier un rapport gouvernemental, c’est que cette question dépasse les seuls enjeux économiques et touche à l’évolution de l’Internet et à la protection ou l’érosion de ses principes fondateurs.

Les valeurs et imaginaires de l’Internet en question

  • 9 La notion de « démocratie technique » touche à l’intégration des citoyens dans les processus de déc (...)
  • 10 http://etherpad.org/
  • 11 Jerome Saltzer, David Reed, David Clark, « End-to-End Arguments in System Design », Second Internat (...)

19Derrière la question de la neutralité, ce sont des valeurs et imaginaires qui sont en débat, ceux de l’Internet et plus généralement du libéralisme, de la place des citoyens dans la démocratie technique9 ou encore des trajectoires de l’innovation. Ainsi la remise en cause de la neutralité de la couche transport porte, au-delà, sur l’évolution plus générale de l’Internet, sa logique de support permanent et ouvert à l’innovation technique et sociale. En repoussant « l’intelligence » dans les deux bouts de la communication (endto-end), le serveur et le poste client, l’Internet permet de construire des applications que le succès public arbitre. Le logiciel peut ainsi devenir un « service » à distance, comme dans la bureautique répartie, permettant des traitements de textes de type Google Doc, Office 365 ou IBM Docs, qui dépendent de leurs producteurs respectifs, mais aussi des solutions fondées sur du logiciel libre comme Etherpad10, que chaque serveur peut installer pour tous ses lecteurs. Dans tous ces cas, l’innovation se réalise en ne mobilisant que les outils de navigation et les capacités des serveurs de bureautique en réseau et peut faire espérer à de nouveaux entrants le succès. Cette architecture bout-en-bout est un pilier fondateur de l’Internet présenté en 1981 par Saltzer, Reed et Clark11.

  • 12 Geoff Huston, « The End of End to End ? », The ISP Column, Mai 2008. www.potaroo.net/ispcol/200805/ (...)
  • 13 La fermeture en janvier 2012 de Megaupload par les autorités américaines s’appuie, elle, sur la lég (...)

20Les acteurs des télécommunications voyaient ce principe comme une hérésie : c’est en gardant les capacités de traitement au cœur du réseau qu’ils imaginaient leur avenir technique et économique12. Ils poursuivent dans cette voie avec ce qu’ils nomment aujourd’hui les « Next Generation Networks ». Dotés de capacité de « Deep Packet Inspection », ces réseaux pourraient discriminer les paquets d’information selon l’origine, le protocole, l’usager et offrir des moyens d’interception, par exemple au nom de la cybersécurité13. Le document issu de la FFT (Fédération française des Télécoms) et divulgué par Owni à l’été 2011 soulevait, outre le problème de l’Internet fixe à la carte, celui d’une option sur certains protocoles, notamment le pair-à-pair (P2P) et les Newsgroups. Ce sont à la fois l’architecture distribuée et des usages fondateurs qui deviennent alors optionnels au profit d’un « modèle cathédrale » de diffusion, qui n’est pas sans rappeler les médias traditionnels.

  • 14 Hervé Le Crosnier, Tentative de définition du vectorialisme, In E. BROUDOUX, CHARTRON G. (Ed.), Tra (...)

21Les restrictions liées aux tentatives de discriminer certains paquets, voire certains protocoles, et les accords possibles entre opérateurs et fournisseurs de contenus pourraient créer un ticket d’entrée sur le réseau des réseaux, empêchant de nouveaux acteurs de pénétrer le marché. A terme, le risque pourrait être aussi un renforcement du « vectorialisme », c’est-à-dire la fusion des industries de compteurs (qui savent ce que vous consommez) et des industries de médias (qui savent vous influencer)14.

22En outre, certains dénoncent les diverses lois de renforcement de la propriété intellectuelle (Hadopi, ou les projets abandonnés SOPA et PIPA aux États-Unis), qui ont donné aux opérateurs de réseaux une place centrale dans les dispositifs, ou les menaces d’« écoutes numériques » (Patriot Act aux États-Unis de 2001). C’est un danger pour la « démocratie Internet » que mettent en avant les partisans de la neutralité (Free Press, La Quadrature du Net, l’Association pour la promotion du logiciel libre, la Foundation for a Free Information Infrastructure ...), posant la question de l’accès à l’information, de la surveillance et portant le débat sur le terrain des droits, de la citoyenneté, de l’égalité [Schafer, Le Crosnier, 2011].

Vers l’Internet à plusieurs « vitesses » et la balkanisation ?

23Le débat sur la neutralité de l’Internet, qui se déroule actuellement autant devant la justice qu’au sein des autorités de régulation (FCC, Arcep...), d’instances politiques (parlement français, Commission européenne...), d’associations de la société civile, etc., ne peut être détaché de celui sur les atteintes à l’universalité du Web. Les enjeux économiques sont aussi présents dans les stratégies des fournisseurs de contenus et d’applications. Alors qu’Alcatel Lucent, Orange et d’autres n’excluent pas des ententes avec les géants du Web et que l’idée d’un Internet à la carte chemine, Tim Berners-Lee s’inquiète de plusieurs tendances qui touchent le Web. En particulier les réseaux socionumériques utilisent les données personnelles des usagers pour leur fournir des services à valeur ajoutée, mais uniquement sur leurs propres sites. Ils créent ainsi des « silos d’étanchéité », qui enferment les usagers dans leur système et ne permettent pas à l’utilisateur d’exporter ou récupérer aisément ses données.

  • 15 « Facebook doit devenir une plate-forme sociale qui sous-tend l’ensemble des services du Web », Le (...)

24En mars 2011, le directeur du développement international de Facebook dévoilait au journal Le Monde les ambitions de la firme. Peuvent-elles être qualifiées de sociales quand Facebook souhaite « devenir une plateforme sociale qui sous-tend l’ensemble des services Web15 », aiguillant au mieux les utilisateurs vers des services commerciaux, développant sa propre monnaie virtuelle et récupérant 30 % de commission sur les éditeurs d’applications qui souhaitent utiliser cette fonctionnalité ? La façon dont certains prestataires de contenus s’appuient sur des applications dépendant de grands acteurs des réseaux sociaux renforce la logique de « jardins privés ». Quand un média utilise la connexion « FacebookConnect » d’un usager pour proposer un ajout de commentaire répercuté immédiatement sur son mur, il devient dépendant d’un acteur tentaculaire... et interdit à l’internaute d’avoir des comportements différenciés sur chaque site visité. Facebook peut le suivre, repérer ses habitudes de lecture avec l’accord des médias sur lesquels il navigue, et les utiliser dans des modèles publicitaires intrusifs. Les pratiques des « marques » commerciales pourraient accentuer cette balkanisation : de plus en plus de publicités comportent la mention du site « officiel » de la marque, mais aussi de la page Facebook ou du compte Twitter.

25La tendance des méga-entreprises à enfermer l’utilisateur dans leurs services se manifeste aussi du côté des fabricants de terminaux : le modèle privatif d’Apple interdit aux prestataires de contenus et de médias de proposer directement à leurs lecteurs des applications, ou de leur permettre d’acheter en dehors de l’écosystème d’Apple des biens payants (musique, livres numériques...). Cette force commerciale permet même à Apple de phagocyter les normes élaborées collectivement, comme avec son propre format de livres numériques iBooks s’éloignant de la norme ePub V3, de surcroît associé à un logiciel-auteur qui n’autorise aux livres ainsi produits qu’une diffusion commerciale sur le service iTunes d’Apple.

  • 16 Hervé Le Crosnier, « A l’ère de ‘l’informatique en nuages’ », Le Monde diplomatique, août 2008.

26Cette balkanisation de l’Internet est renforcée par la nouvelle tendance en matière de services : l’« informatique en nuages » (cloud computing)16. La répartition des données sur un nuage de machines, les centaines de milliers d’ordinateurs-serveurs dont disposent les géants du Web, permet la rapidité du transcodage des vidéos sur YouTube ou la possibilité de lire et d’archiver à distance son courrier électronique. Mais, en retour, chaque opérateur de nuage tente de conserver ses usagers, le nuage jouant le rôle de « second réseau » au-dessus du réseau de communication proprement dit. Outre les bénéfices à court terme réalisés par la publicité ou les services payants, c’est aussi la lifetime value (la valeur estimée qu’un usager peut produire pour une entreprise) qui est convoitée.

27Les ruptures de neutralité se propagent jusqu’à la couche application : les moteurs de recherche choisissent leurs réponses en fonction des revenus publicitaires. Les systèmes de valorisation (« J’aime » de Facebook, « +1 » de Google, ...) ou les réseaux socionumériques associés à des prestations (par exemple Ping, « un réseau social fait pour la musique », mais aussi fait sur mesure pour iTunes et Apple) forment un ensemble de systèmes concurrents, qui s’étendent sur toute la chaîne de valeur de l’Internet. Là encore, ils ne sont pas sans répercussions sur l’accès à l’information : avec Search Plus Your World, l’internaute peut avoir accès à des résultats du moteur de recherche Google influencés par les +1 de ses amis. Sur Facebook les recommandations automatiques vont bon train.

28La question des « exclusivités », notamment dans l’Internet mobile, les opérations de rapprochement entre les opérateurs de communication et les autres acteurs (le rachat du système de diffusion de musique Deezer par Orange, ou les rapprochements entre Spotify et Google) sont autant de symptômes de l’émergence de conglomérats verticaux. Google a, par exemple, fait l’objet d’enquêtes aux États-Unis et en Europe pour abus de position dominante : il s’agissait de déterminer si Google n’empêchait pas les fabricants de téléphones portables sous Android d’utiliser des concurrents ou encore si Google n’accordait pas des placements préférentiels à ses propres produits. La Federal Trade Commission s’intéresse aussi aux pratiques de Google à l’égard de son service Google+, dont les résultats sont intégrés à ses résultats de recherche, ce qui peut lui donner un avantage par rapport aux autres réseaux sociaux.

Conclusion

29Le débat sur la neutralité de l’Internet, comme tout débat concernant un aspect spécifique du réseau des réseaux tend immédiatement à s’élargir autour de deux axes :

  • une grande bataille économique entre acteurs ;

  • une question de démocratie et de citoyenneté : comment les individus vont-ils pouvoir se situer dans l’opacité des alliances, qui font le quotidien de la presse spécialisée de l’internet et qui quitteraient la rubrique économie pour rejoindre celle de la politique si le verrou de la neutralité de l’Internet venait à sauter ?

30Les questions techniques et économiques impliquent des débats politiques, mais un voile d’expertise propre à la technicité même de la controverse peut en masquer les enjeux. Quand des acteurs commencent à plaider en des termes techniques incompréhensibles pour les citoyens, ou au contraire, s’appuient sur des « évidences » qui ne sont pas argumentées entre spécialistes, comme celle d’une impossibilité de financer l’extension du réseau sans détruire la neutralité, la culture technique souvent faible des citoyens, couplée à l’idée que l’absence de régulation est l’avenir des réseaux, rend alors possible des mainmises qui bouleversent la donne mondiale. Tim Wu ou Tim Berners-Lee ne font pas de ces évolutions une fatalité et montrent que la question de la neutralité de l’Internet ne doit pas être abordée comme une simple mesure technique, mais bien comme un enjeu politique, qui ne peut être laissé aux négociations commerciales de quelques acteurs hyperconcentrés.

  • 17 Ceci a été montré également par Laura DeNardis dans le cas du passage de l’IPv4 à l’IPv6. Laura DeN (...)

31À la globalisation d’Internet répond la prise de conscience du caractère profondément politique des architectures17. Si, en 1990, Lawrence Lessig proclamait « The Code is the law », c’est de plus en plus, à l’instar du choix effectué par les Pays-Bas en 2011 de légiférer sur la neutralité de l’Internet, la loi qui peut être utilisée pour protéger la liberté du code. !

Haut de page

Bibliographie

BYGRAVE L. A., BING J., Internet Governance. Infrastructure and Institutions, Oxford University Press, 2009, 246 p.

CURIEN N., MAXWELL W., La neutralité d’Internet, La Découverte, Paris, 2011, 126 p.

GOLDSMITH J., WU T., Who controls the Internet  ? Illusions of a Borderless World, OUP USA, 2006, 238 p.

SCHAFER V., LE CROSNIER H., La neutralité de l’Internet, un enjeu de communication, Les Essentiels d’Hermès, CNRS Editions, 2011, 168 p.

Haut de page

Notes

1 Tim Berners-Lee, « Long Live the Web », Scientific American, 2010. www.scientificamerican.com/ article.cfm ?id=long-live-the-web&page=4

2 Tim Wu, « Network neutrality, broadband discrimination », Journal of Telecommunications and High Technology Law, 2003, vol 2, p. 141, pré-print  : http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm ? abstract_id=388863##

3 Les CDN cherchent à stocker au plus près de l’utilisateur des copies des documents les plus visités, notamment les vidéos et les publicités, pour accélérer leur diffusion. Akamai est un des plus connus, mais Amazon ou Google proposent aussi ce type de services.

4 Francesca Musiani, Valérie Schafer, Le modèle Internet en question, Flux, 2011/3-4 (n° 85-86, p.62-71).

5 Robert M. Mc Dowell, « Hands off the Internet », The Washington Post, 9 avril 2010, www.washington post.com/wp-dyn/content/article/2010/04/08/AR2010040803375.html

6 www.freepress.net/about_us

7 Guillaume Champeau, « Tim Wu redoute Apple et la quête du pouvoir de Steve Jobs », Numérama, 16/11/2010. www.numerama.com/magazine/17339-tim-wu-redoute-apple-et-la-quete-du-pouvoir-desteve-jobs.html

8 Hervé Le Crosnier, « Google et la neutralité du réseau », Les blogs du Diplo, 9/08/2010, http://blog.mon dediplo.net/2010-08-09-Google-et-la-neutralite-du-reseau

9 La notion de « démocratie technique » touche à l’intégration des citoyens dans les processus de décisions techniques et scientifiques. Alors que le monopole des scientifiques et des experts est remis en cause, des groupes sociaux revendiquent d’obtenir voix au chapitre. Certains considèrent la démocratie technique comme une réponse pour affronter les défis scientifiques et techniques à venir et sortir d’un modèle dénoncé comme technocratique et opaque. Voir Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yannick Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001, 358 p.

10 http://etherpad.org/

11 Jerome Saltzer, David Reed, David Clark, « End-to-End Arguments in System Design », Second International Conference on Distributed Computing Systems, avril 1981, pp. 509-512. http://web.mit.edu/ Saltzer/www/publications/endtoend/endtoend.pdf

12 Geoff Huston, « The End of End to End ? », The ISP Column, Mai 2008. www.potaroo.net/ispcol/200805/eoe2e.pdf

13 La fermeture en janvier 2012 de Megaupload par les autorités américaines s’appuie, elle, sur la législation qui réprime le téléchargement illégal (Digital Millenium Copyright Act) mais aussi et surtout sur la législation antimafia (loi RICO, Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act).

14 Hervé Le Crosnier, Tentative de définition du vectorialisme, In E. BROUDOUX, CHARTRON G. (Ed.), Traitements et pratiques documentaires : vers un changement de paradigme ?, « Actes de la deuxième conférence Document numérique et Société », 2008, ADBS, Sciences et techniques de l’information, 2008, 456 p, pp. 133-152. Le vectorialisme désigne la constitution de nouveaux modèles, par transformation des moteurs de recherche par exemple en médias, ou plus précisément en « vecteurs », qui disposent à la fois des revenus publicitaires, de la maîtrise des contenus et de l’autonomie de leurs infrastructures (serveurs, réseaux...), à l’instar de Google. Désigner sous le terme de « vecteurs » ou de « vectorialisme » les nouvelles structures convergentes des médias, des télécommunications et de l’informatique, permet de repérer les lignes de forces de l’économie du numérique, de pointer ce qui les distingue des formes du capital industriel traditionnel. Le vectorialisme est la rencontre entre une économie de média (économie de l’attention et financement de l’accès par un tiers sur un marché double face) et une économie de compteurs (capacité à connaître l’abonné et à tirer profit du traçage de ses activités). Les vecteurs commencent à remplir des rôles administratifs (par exemple la gestion des dossiers médicaux) ce qui renforce la dépendance des usagers, et met en question le rôle des pouvoirs publics.

15 « Facebook doit devenir une plate-forme sociale qui sous-tend l’ensemble des services du Web », Le Monde, 29/03/2011.

16 Hervé Le Crosnier, « A l’ère de ‘l’informatique en nuages’ », Le Monde diplomatique, août 2008.

17 Ceci a été montré également par Laura DeNardis dans le cas du passage de l’IPv4 à l’IPv6. Laura DeNardis, Protocol Politics, The Globalization of Internet Governance, The MIT Press, Cambridge, MA, 2009, 270 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Schafer et Hervé Le Crosnier, « Internet et le Web : l’illusion du social, la fin de l’idéal égalitaire ? », Terminal, 111 | 2012, 15-26.

Référence électronique

Valérie Schafer et Hervé Le Crosnier, « Internet et le Web : l’illusion du social, la fin de l’idéal égalitaire ? », Terminal [En ligne], 111 | 2012, mis en ligne le 29 août 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://terminal.revues.org/951 ; DOI : 10.4000/terminal.951

Haut de page

Auteurs

Valérie Schafer

Chargée de recherche, ISCC (Institut des sciences de la communication du CNRS), 20 rue Berbier-duMets, 75 013 Paris. Mail : valerie.schafer@iscc.cnrs.fr

Hervé Le Crosnier

Maître de conférence en Informatique, Université de Caen Basse-Normandie, en délégation auprès de l'ISCC (Institut des Sciences de la communication du CNRS). Mail : herve.lecrosnier@unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org