Navigation – Plan du site
Bloc-Notes

Jean-Baptiste Say et la libération des forces de production

Sous la direction d’André Tiran, Innovations, 2014, 263 p.
Henri Gautier
Référence(s) :

Jean-Baptiste Say et la libération des forces de production. Sous la direction d’André Tiran, Innovations, n°46,2014, 263 p.

Texte intégral

1De par son travail de recherche portent sur l’origine du libéralisme en France, André Tiran était particulièrement qualifié pour diriger cette édition de la revue Innovations consacrée à la figure de « l’entrepreneur » chez Jean-Baptiste Say. En effet, André Tiran est le coordonnateur de l’édition des Œuvres complètes de Jean-Baptiste Say en trois volumes.

2Cette livraison particulière, entièrement consacrée à l’œuvre de Jean-Baptiste Say, s’ouvre sur l’éditorial d’André Tiran, consacré à la liberté d’entreprendre dans le contexte de la révolution industrielle, où figurent de savoureux extraits du Catéchisme d’économie politique, dans le contexte de crise industrielle que connaissent aujourd’hui la plupart des pays développés. Puis A. Diemer et B. Laperche nous présentent la critique des corporations et des règlements de l’industrie que Jean-Baptiste Say développe à travers son Cours complet d’Économie politique et son Traité d’Économie politique. Cette contribution montre que sa critique s’inscrit dans un contexte plus général qui est celui de l’influence des institutions sur l’économie et du développement des machines sur le commerce.

3Dans une contribution complémentaire, J. Menudo souligne que pour Jean-Baptiste Say le succès de l’entrepreneur s’explique non seulement par la mise en œuvre de compétences proprement entrepreneuriales mais également par des facultés que l’on trouve chez les savants et les ouvriers. Ces facultés « industrielles » basées sur le développement des connaissances et la promotion des techniques apparaissent nécessaires à Jean-Baptiste Say pour que s’opère une convergence souhaitable parmi les États-Nations.

4Au cœur de la problématique de cette livraison, l’article de J.T. Ravix, intitulé « Jean-Baptiste Say et l’entrepreneur » rompt avec les conceptions traditionnelles en exhibant la rupture entre les conceptions de Cantillon et de Turgot d’une part, et celles de Jean-Baptiste Say d’autre part : elle porte à la fois sur la division du travail et la nature de l’incertitude pesant sur le profit.

5En 1786, Jean-Baptiste Say part en Grande-Bretagne pour s’initier aux pratiques commerciales des manufacturiers anglais alors en pleine période d’expansion. André Tiran montre l’influence déterminante de ce séjour d’un observateur curieux sur les conceptions du gestionnaire avisé de la filature d’Auchy.

6S. Boutillier et D. Uzunidis ont choisi pour leur part de confronter Jean-Baptiste Say et Joseph Schumpeter dans leur conception de l’entrepreneur comme agent et porteur d’innovation. Si ces deux auteurs ont produit leur œuvre dans un contexte de changements majeurs, autant Schumpeter théorise-t-il son objet pour le réduire à un idéaltype, autant chez Jean-Baptiste Say l’entrepreneur demeure bien réel. Cependant, les deux mettent en scène un individu qui fuit résolument la routine.

7G. Jacoud s’attache à étudier le rôle des variables monétaires dans l’analyse de l’activité économique, chez Jean-Baptiste Say. Sensible à la fonction expansionniste d’un accroissement de la quantité de monnaie en circulation, Jean-Baptiste Say demeure toutefois réservé en raison des risques de crise que fait peser l’abondance de monnaie sur l’activité économique. Un article de R. Herrera aborde un aspect moins connu de l’œuvre de Jean-Baptiste Say avec l’analyse de ses conceptions sur l’esclavage. Enfin, un article de R. Pottier conclut la partie analytique de cette livraison par une étude sur le régime industriel et commercial chez Walras dont la rigueur contraste singulièrement avec les formulations parfois approximatives de Jean-Baptiste Say, mais qui permet de constater que les développements de Walras consacrés à l’industrie se situent bien dans la lignée des intuitions de Jean-Baptiste Say.

8Cette livraison se conclut par un article biographique d’André Tiran sur Jean-Baptiste Say montrant l’aller-retour constant entre théorie et pratique, avec le compte-rendu détaillé du voyage de Say en Angleterre. Dans la même veine biographique, la contribution de G. Mignart traite de sa conception de l’entrepreneur telle qu’elle se manifeste et évolue au cours des principales étapes de la vie, entre théorie et pratiques : l’entrepreneur est un producteur d’utilité, créateur d’emplois et de revenus, mais aussi un promoteur d’innovations.

9La conclusion d’André Tiran suggère que la crise actuelle de la théorie économique devrait nous amener à considérer avec plus d’attention les auteurs ayant su combiner théorie et expérience, action politique et profondeur historique, avec autant de succès qu’un Jean-Baptiste Say, qui apparaît rétrospectivement avoir été injustement délaissé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Gautier, « Jean-Baptiste Say et la libération des forces de production », Terminal [En ligne], 116 | 2015, mis en ligne le 03 mai 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://terminal.revues.org/730

Haut de page

Auteur

Henri Gautier

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org