Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Processus synchrones d’innovation

Innovations n° 35, Cahiers d’économie de l’innovation, De Boeck, 2011, 280 p.
Henri Gautier
p. 93-95
Référence(s) :

Processus synchrones d’innovation, Innovations n° 35, Cahiers d’économie de l’innovation, De Boeck, 2011, 280 p.

Texte intégral

1Remise en question permanente des relations économiques, des rapports sociaux et des structures institutionnelles, l’innovation germe sur le terreau de l’asymétrie d’information entre producteurs mais aussi consommateurs, se nourrissant des déséquilibres micro ou macroéconomiques. La demande pouvant précéder l’offre tout autant que le schéma inverse, le temps en constitue une dimension critique, influant la capacité des agents économiques à se saisir des opportunités offertes par les imperfections du marché pour faire émerger de nouvelles combinaisons productives et de nouveaux modes de consommation.

2La synchronisation est une action de coordination de processus se déroulant de façon simultanée. En tant que processus, l’innovation s’inscrit dans la perspective dynamique d’une analyse économique, fondée sur l’incertitude, le risque et le profit. Produisant une « mise en phase » des mécanismes économiques concernés par la diffusion de nouvelles valeurs marchandes (nouveaux investissements, réorganisation des structures de production et de commercialisation), la synchronisation contribue, à travers les stratégies des entreprises, les comportements des consommateurs, et les capacités de régulation des pouvoirs publics, à organiser de nouveaux marchés et à garantir le développement économique en atténuant les risques encourus.

3Afin de mieux appréhender ce qui constitue l’un des logiciels les plus puissants du capitalisme contemporain, ce numéro spécial de la revue Innovations consacré aux processus synchrones se propose d’étudier « la phase cruciale de la synchronisation des processus socio-économiques conduisant à l’innovation », essentiellement du point de vue de l’entreprise, étudiant la localisation microéconomique, la stratégie d’expansion, de l’organisation du travail et le contexte macroéconomique.

4Reprenant dans une synthèse historique les principaux développements consacrés à la firme et à l’entrepreneur par les différentes théories économiques qui se sont succédé depuis Adam Smith, Sophie Boutiller soutient la thèse que la synchronisation des processus d’innovation s’effectue en grande partie au sein des petites entreprises qui, dans une économie où le modèle dominant reste celui de la grande entreprise, constituent des espaces de création et d’expérimentation suscitant l’ouverture de nouveaux marchés et ainsi contribuant à l’accélération du rythme de rotation des capitaux. En filiation directe de cette hypothèse, le travail de Redouane Barzi sur « l’agilité organisationnelle des PME » cherche à caractériser la réponse fournie par ces petites entreprises aux fluctuations de l’environnement économique et social.

5La chronologie du processus d’innovation est étudiée par Babacar Ndiaye en reliant l’information disponible à la temporalité du processus, pour en dégager les stratégies possibles en termes de rentabilité de l’investissement et d’avantage stratégiques sur la concurrence. En se fondant sur le concept de valeur actualisée nette, l’article examine les apports d’approches évolutionnistes en théorie des jeux intégrant dans un cadre dynamique les options réelles (attachées à un actif réel et non pas simplement à un actif financier) qui s’offrent à l’entreprise en termes d’investissement.

6Étudiant comment les régulations institutionnelles imposées par les politiques publiques sont intégrées par les entreprises dans le cadre de la responsabilité sociale d’entreprise, Giusto Barisi montre à travers dix études de cas portant sur le fonctionnement des CHSCT que le domaine de la prévention des risques professionnels accuse un retard certain par rapport aux autres dimensions de la durabilité en entreprise. Face à la marée montante des « inaptitudes professionnelles » générées par les exigences de politiques restrictives en ressources humaines, les salariés opposent le développement de systèmes de « travail soutenable », préféré aux politiques de prévention, fussent-elles « durables ».

7Pour leur part, Thierry Burger- Helmchem et Laurence Franck revisitent les différentes notions de rente à partir du constat de la coévolution au sein de l’entreprise d’une hiérarchie de compétences et de capacités dont les actions déterminent les possibilités d’investissement tangibles ou intangibles. Le constat est celui d’une relative incomplétude de la théorie de la firme en termes d’économie de la connaissance, l’intégration des options réelles à un cadre dynamique constituant une piste de recherche à privilégier.

8La production d’innovation s’effectuant de manière privilégiée en mode collaboratif ou coopératif, le contexte institutionnel en matière de propriété intellectuelle peut accélérer ou freiner les processus d’innovations. Paul Bouvier-Patron étudie les formes d’appropriation qui se développent au sein de réseaux d’entreprise ou d’entreprises en réseau, mettant en évidence le rôle stratégique de l’interorganisation dans la gestion de la propriété intellectuelle, qu’elle relève du brevet ou bien d’autres formes de protection.

9Selon l’auteur, l’adoption d’une forme d’appropriation des droits intellectuels est directement influencée par la mise en cohérence de stratégies d’acteurs dont le pouvoir de négociation est inégalement distribué. La prégnance du cadre institutionnel est également forte sur les concentrations économiques, notamment dans le cadre de phénomènes mondialisés. Paulo Burnier da Silvera montre en étudiant le cas de fusions d’entreprises globales (Boeing/McDonnell ; General Electric/Honeywell, etc.) que l’expansion économique de l’entreprise dépend alors de la synchronisation ou non d’une pluralité de décisions émanant de juridictions nationales dont les principes peuvent diverger singulièrement voire se contredire.

10Dans des contextes économiques fortement territorialisés, Blandine Laperche et Dimitri Uzunidis examinent le lien entre la gouvernance des institutions et les trajectoires d’évolution de territoires innovants, en concluant que les processus synchrones, à travers la compatibilité des choix effectués par les acteurs de l’innovation, contribuent aux inflexions de trajectoire de certaines économies territoriales, en conjuguant proximité géographique, organisationnelle et technologique. Décliné selon les différentes activités, l’effet régional influence les dynamiques individuelles des firmes selon leur localisation.

11Au moyen d’une analyse structurelle/résiduelle, Denis Carré et Nadine Levratto montrent que la synchronisation s’effectue par des rapports dialectiques entre la dynamique interne de la firme et la dynamique environnementale du territoire. Étudiant le lien entre politique de Recherche et Développement et croissance économique au moyen d’un modèle économétrique sur données de panel, Sahbi Gabsi explique les externalités supérieures engrangées par certains pays en développement du fait des stocks d’investissements directs étrangers en R&D par la présence d’un système juridique stable, accessible et efficace. La dynamique environnementale dépendrait ainsi fortement de la qualité et de la gouvernance des institutions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gautier, « Processus synchrones d’innovation », Terminal, 115 | 2014, 93-95.

Référence électronique

Henri Gautier, « Processus synchrones d’innovation », Terminal [En ligne], 115 | 2014, mis en ligne le 18 mai 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://terminal.revues.org/385

Haut de page

Auteur

Henri Gautier

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org