Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Internet : changer l’espace, changer la société

Boris Beaude Fyp éditions, 2012, 256 p.
Margot Beauchamps
p. 87-88
Référence(s) :

Internet : changer l’espace, changer la société, Boris Beaude, Fyp éditions, 2012, 256 p.

Texte intégral

1À l’occasion de la parution aux éditions Fyp de l’ouvrage Les Fins d’Internet, de Boris Beaude, Terminal revient sur son premier ouvrage, Internet. Changer l’espace, changer la société, publié en 2012, également chez Fyp. Alors que ce premier ouvrage s’attachait à montrer la radicalité des transformations spatiales et sociales engagées avec l’essor d’Internet, Les fins d’Internet sonne comme un cri d’alarme face aux dangers qui pèsent sur la capacité d’Internet à répondre aux espoirs que sa diffusion avait suscités.

2Quelles étaient ces promesses ? La démonstration faite en trois chapitres dans Internet. Changer l’espace, changer la société, issue en partie de sa thèse de géographie, consistait à mettre en lumière les fondements techniques du protocole IP qui induisent un bouleversement des modes d’interaction. Considérant, avec d’autres géographes, la dis­tance comme un obstacle à l’interaction sociale, et le lieu comme une espèce d’espace au sein duquel l’interaction peut « avoir lieu » car la dis­tance n’y est pas pertinente, Boris Beaude cherche à démontrer qu’Internet est un « espace, réel et actuel ». C’est l’affirmation qui donne son titre au premier chapitre : « Internet est un espace ». Un espace réel, ce qu’occulte sa qualifi­cation courante de « virtuel », dont Beaude rappelle que le sens premier est celui de « potentiel », à rebours de l’acception commune qui entretient la confusion entre virtuel et immatériel. Pour être immatérielles, les interactions « ayant lieu » sur Internet n’en sont pas moins réelles, et actuelles. Internet est aussi virtuel que la ville qui maximise les potentialités d’interaction et permet d’en actualiser un grand nombre, créant ainsi des lieux multiples au sein de cet espace immatériel. En explorant une série de pratiques d’interactions sociales passant par Internet (lecture et contribution sur Wikipedia, échanges sur Facebook, recherche sur Google, rencontres sur Meetic, etc.), il montre que ces sites sont des lieux réticulaires, c’est-à-dire des espaces pour lesquels la non-pertinence de la distance est fondée sur la connexité (p. 51), par opposition aux espaces dit « territoriaux » dont la contiguïté fonde la pertinence de la distance (ou sa non-pertinence lorsque l’interaction peut « avoir lieu »).

3Rendre intelligibles les nouvelles modalités de la création du lieu implique de prendre au sérieux la spatialité d’Internet non seulement dans sa dimension matérielle (bien mise en évidence par la géographie des réseaux), mais aussi pour les inter­actions qu’il permet dans un espace immatériel. Pour appréhender dans toute sa radicalité l’impact d’Internet sur notre capacité à agir, Boris Beaude insiste en effet sur la nécessité de se défaire de la conception matérialiste de l’espace qui prédomine encore dans les sciences sociales, y compris chez les géographes, malgré les apports de Leibniz et de Kant. L’espace n’est pas un support préexistant à toute expérience humaine au sein duquel nous déployons nos activités, mais l’ordre des coexistences. Il est « une des dimensions de la société correspondant à l’ensemble des relations que la distance établit entre différentes réalités », comme le définit, dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Jacques Lévy, auquel se réfère Boris Beaude pour penser l’espace.

4Or, ce qu’Internet introduit - à la suite d’une série continue d’innovations techniques, qui, de la roue à l’avion, en passant par l’écriture, le livre imprimé et le télégraphe, ont changé la manière dont les hommes, les objets et les idées circulent -, c’est précisément une transformation de l’ordre des coexistences. Internet, au même titre que les techniques de transport ou que toute technique de communication à distance est une « technique de l’espace » dans le sens où elle permet à l’interaction sociale d’avoir « lieu ».

5Pour mesurer l’ampleur du bouleversement opéré par Internet dans l’agencement des distances et des proximités, Boris Beaude met en évidence ce que ses propriétés permettent de réaliser. Théoriquement outillé par Jacques Ellul et Gilbert Simondon sur la nature du changement techni­que et du changement social, dont il rappelle qu’ils sont consubstantiels, il consacre les chapitres deux et trois à explorer la manière dont les différents dispositifs de communication du protocole IP, et essentiellement le Web (même s’il n’oublie pas que nous interagissons sur Internet également par d’autres protocoles) transforment notre espace, donc notre capacité d’agir et notre société.

6Dans le deuxième chapitre, il s’attache à montrer qu’Internet, « l’un des puissants espaces qui organisent le monde contemporain » nous offre la possibilité de « se donner un espace commun », titre du chapitre. De manière inédite, il est aujourd’hui possible de coordonner des acteurs à l’échelle mondiale. Égrenant quelques exemples de « hauts lieux » (au sens fort) d’Internet, ce chapitre est également l’occasion de pointer les risques de l’hypercentralisation d’Internet dans les mains de quelques acteurs privés, autrement appelée la « colonisation de l’espace réticulé ». La section de chapitre sur la « géographie de Google Chrome » (« l’un des plus vastes panoptiques du Monde ») et plus particulièrement le développement sur la bataille pour la position dominante des navigateurs éclaire de manière originale cet enjeu stratégique. Le navigateur, « l’une des principales médiations entre individus et Internet [...] est l’interface fondamentale entre l’espace territorial et l’espace d’Internet. [...] Contrôler le navigateur, potentiellement, c’est pouvoir intervenir sur la forme, sur l’interaction, sur la communication, [...] c’est avoir la possibilité de créer des relations privilégiées vers des espaces particuliers » (p. 108).

7Le troisième chapitre revisite de manière plus conventionnelle les facettes prometteuses, parfois pernicieuses d’Internet (modèles économiques cachés derrière la gratuité, enjeux des big data, de la maîtrise de l’information privée, etc.) et débouche sur une section consacrée à « l’hybridation de l’espace ». L’ouvrage se conclut sur les enjeux de la régulation politique d’Internet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Margot Beauchamps, « Internet : changer l’espace, changer la société », Terminal, 115 | 2014, 87-88.

Référence électronique

Margot Beauchamps, « Internet : changer l’espace, changer la société », Terminal [En ligne], 115 | 2014, mis en ligne le 19 mai 2015, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://terminal.revues.org/335

Haut de page

Auteur

Margot Beauchamps

Séminaire M@rsouin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org