Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Le profilage des Populations. Du Livret ouvrier au Cybercontrôle

Armand Mattelart, André Vitalis, La Découverte, 2014, 223 p.
Geneviève Vidal
p. 85-86
Référence(s) :

Le profilage des Populations. Du Livret ouvrier au Cybercontrôle, Armand Mattelart, André Vitalis, La Découverte, 2014, 223 p.

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage Le profilage des populations. Du livret ouvrier au cybercontrôle annonce le choix des auteurs de revenir sur l’historiographie du sujet dans un cadre théorique solide en sciences humaines et sociales. Sept chapitres déclinent une histoire des techniques de surveillance et de contrôle. Il semble que les auteurs, comme bien d’autres, ne fassent pas la distinction, générant un glissement entre les deux notions. Or le contrôle peut être considéré en amont, tandis que la surveillance opère en aval, pour notamment vérifier l’opérationnalité du contrôle, voire pour réajuster.

2Cette option historique n’empêche pas une approche critique de la tension entre émancipation et aliénation ou plus politiquement entre liberté et sécurité.

3Une temporalité assez lente de l’écriture soutient la lecture d’un processus qui s’inscrit sur le temps long, et met à distance les discours actuels sur le big data, comme si le prononcer suffisait pour agiter les colères et inquiétudes passagères, vite balayées par les usages numériques quotidiens.

4L’écriture s’inscrit par ailleurs dans une démarche pédagogique d’auteurs expérimentés en matière d’enjeux géopolitiques et sociopolitiques. Ainsi le lecteur entre aisément dans un ouvrage, qui sait se rendre indispensable pour engager et poursuivre la réflexion sur l’informatisation sociale, voire sur les relations entre technologies et société.

5Dès le premier chapitre, le ton est donné, les auteurs ancrent leur analyse dans de grandes références (Braudel, Marx, Lefèbvre, Foucault...) et dans une connaissance des documents, notamment politiques.

6Au fil des chapitres, nous lisons les problématiques relatives aux techniques de contrôle et surveillance, tels les libertés individuelles, le travail, les conceptions des populations (masse, sujets sociaux, individus). Mais ce qui est à souligner, c’est l’analyse, menée par les auteurs, de l’inextricable lien entre ces techniques et la sphère politique. Ainsi, des éléments connus de tous resurgissent pour saisir l’ancrage du contemporain en prise avec des technologies invasives. L’incontournable question de la démocratie, dans un contexte de démultiplication de techniques et technologies de l’information et de la communication potentiellement liberticides, réapparaît alors, non pas uniquement à travers la position des auteurs, mais par le truchement d’une étude fine des acteurs impliqués dans la « fabrique des don- n é es ». Reviennent alors à la mémoire tant d’éléments clés qui font l’histoire de ces techniques ; cet ouvrage nous guide vers la démonstration d’une société où les techniques, devenues technologies, sont intrusives, et où les grands acteurs institutionnels, de l’armée, à la recherche, en passant par l’industrie, et bien entendu l’État, sans obligatoire stratégie de concordance et coordination agissent en faveur de la mise en œuvre de ces technologies. Les résistances sociales, scientifiques ne sont pas oubliées, bien qu’elles ne nous apparaissent pas faire le poids face aux politiques sécuritaires, économiques, stratégiques qui orchestrent les sociétés humaines. Est-ce dû au traitement de celles-ci dans l’ouvrage ou à leur histoire dans la société ?

7Harold Innis permet de parachever la démonstration des auteurs relative à la très longue histoire des technologies de l’information et de la communication dans la société. La fin de l’ouvrage démontre au lecteur l’importance de l’acceptabilité sociale des technologies de surveillance dans le cadre d’une société de la visibilité, dans une tyrannie de la transparence. On se surprend à comprendre que nous cochons la case (opt in) pour accepter les conditions d’utilisation de nos données pour négocier nos usages dans des environnements liberticides !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Vidal, « Le profilage des Populations. Du Livret ouvrier au Cybercontrôle », Terminal, 115 | 2014, 85-86.

Référence électronique

Geneviève Vidal, « Le profilage des Populations. Du Livret ouvrier au Cybercontrôle », Terminal [En ligne], 115 | 2014, mis en ligne le 28 mai 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://terminal.revues.org/327

Haut de page

Auteur

Geneviève Vidal

Creis-Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org