Navigation – Plan du site
Pratique des outils numériques et relations sociales

« Je suis peut-être un pirate, mais je ne me sens pas du tout délinquant ! »

Note de recherche
Karine Roudaut
p. 61-71

Résumé

Karine Roudaut explique, dans cette note de recherche, le paradoxe de la pratique du téléchargement illégal, sanctionnée par la loi, mais non déviante au sens sociologique du terme, en utilisant une démarche sociologique reposant sur des entretiens avec des utilisateurs, parfois « pirates ».

Haut de page

Texte intégral

« ‘Je suis peut-être un pirate, mais je ne me sens pas du tout délinquant !’L’exemple du téléchargement illégal de biens culturels : une pratique sanctionnée par le droit, une activité courante normale. »

1Ce travail sociologique s’inscrit dans le projet de recherche Adaupi (Analyse des Décisions, Attitudes et Usages de Piratage sur Internet) financé par la région Bretagne. Il associe des chercheurs du CREM (université de Rennes 1), de M@rsouin et de Télécom Bretagne. Le but de ce projet est d’étudier l’évolution des comportements et attitudes vis-à-vis du piratage des œuvres numériques et de comprendre comment les dispositifs réglementaires et juridiques comme l’Hadopi peuvent influencer les pratiques d’échanges et de consommations de musique ou de films. Le projet d’une durée de deux ans combine des enquêtes, entretiens et expérimentations.

Le problème : une pratique illégale, mais jugée légitime par ceux qui l’ont  ?

2Réflexion entre la légalité - et les critères du droit - et la légitimité ou des formes de justification d’une pratique sanctionnée, voire jusqu’à la revendication (d’une forme assez nue) d’un « droit à la culture »...

3Le téléchargement de contenus audio ou vidéo en ligne peut être effectué à partir de sites légaux, mais aussi illégaux, qualifiés de « pirates ». C’est cette activité, illégale et accessible au grand public, qui a été posée comme un problème, pour lequel les instances politique et juridique ont été mobilisées. Ce caractère illégal du téléchargement pose aussi des questions d’ordre moral qui interroge les « principes » de ceux qui le pratiquent. Située dans le cadre plus vaste des activités culturelles, dont la dimension première est la quête de contenus culturels, cette pratique mobilise « des catégories d’appréciation » propres aux acteurs, « des critères organisationnels et des critères marchands » [Dondeyne, Lefeuvre, 2010]. Dans la lignée de ces auteures, il s’agira, donc de comprendre comment et pourquoi à un moment donné le téléchargement (illégal) de biens culturels s’intègre à leurs pratiques culturelles, et cerner les conditions dans lesquelles ce passage à l’acte s’opère (des trajectoires).

4Si l’Hadopi présente une volonté de réguler, d’éduquer, et d’unifier des conduites (compromis entre des références normatives différentes des acteurs partie-prenantes de la controverse), cette étude permet d’interroger si la mise en place du dispositif qui en découle et la perception du risque « de se faire prendre » ont influencé ou non les pratiques (vers d’autres pratiques légales ou illégales), tant dans les comportements (de contournement ou non de la loi) que dans les discours auxquels ils renvoient. Ici, on questionnera la manière dont les individus rencontrés résolvent ces « dilemmes » dans les situations courantes de la vie culturelle ordinaire.

5On verra que la connaissance (même approximative) de la norme juridique et la conscience de la sanction n’implique ni son respect ni un changement (complet) d’orientation de la pratique. Rentrent notamment en ligne de compte dans l’analyse des discours des individus rencontrés pratiquant le téléchargement illégal, des critères de : l’évaluation de leur pratique au regard de la loi, l’évaluation du risque [G. Becker, 1968], leur perception du risque [L. Lochner, 2007], ainsi que « la réponse graduée » mise en place par le dispositif de la Hadopi, le temps [M. Davis, 1988] ou la durée de cette procédure comme facteur d’appréciation du risque encouru et la crédibilité de la sanction.

6Le téléchargement (illégal) de biens culturels (musiques, films) définit une pratique illégale jugée normale par ceux qui l’ont, car répandue socialement. Il définit en ce sens une norme sociale : « tout le monde le fait » ou presque, et non étiquetée socialement [H .S. Becker, 1963], c’est-à-dire reconnue et désignée, ni comme déviante ou criminelle ni comme immorale.

  • 1 Repris de G. Lundwall (2010, p.37) citant Lawrence Lessig, Remix, Bloomsburry, 2008, p. xvii.

7Ainsi, puisque « tout le monde le fait, comment cela pourrait être mal ? » 1 Dans les discours, ces arguments renvoient à ce que Jon Elster (2009) a appelé « la force normative du statu quo ». En matière de piratage : « une normativité mimétique renforce ainsi cette normativité de statut quo », souligne G. Lundwall [2010, p.37].

8Cette dernière, poursuit l’auteur, désigne « la propension humaine à considérer comme juste un état de fait - et comme injuste un éventuel retour en arrière ». Ainsi, suivant J. Elster, l’auteur précise : « Plus la situation dure, plus elle est légitime ; plus elle devient ‘coutume’ ».

9Dans les faits, cette pratique est « un sujet dont on parle », qui n’est pas soumis à la clandestinité et pouvant même faire l’objet d’un apprentissage ou d’une transmission des techniques du ‘comment faire’ et des astuces dans les discussions quotidiennes dans les différents cercles sociaux des individus (professionnels, familiaux, amicaux). Malgré l’illégalité de la pratique, le sentiment de ne causer aucun tort à autrui est fort. Quant à la sanction, elle ne modifie pas la perception de l’acte.

10On saisit alors d’autant mieux comment le raisonnement (rationalité cognitive) et la pratique sont indissociablement mêlés. La signification donnée à cette activité par les acteurs (praticiens) se constitue dans le déroulement des échanges sociaux, et les normes sont moins perçues comme des prescriptions de l’action que comme des « repères » qui servent à donner une signification à ce qu’ils font [G. Sykes, D. Matza, 1957].

11Finalement, du point de vue juridique, il y a une norme et des critères du droit qui sanctionnent un comportement de transgression de cette norme et stigmatisent cette transgression ; mais du point de vue sociologique, la norme sociale admise apparaît, dans les discours recueillis, être inverse : le téléchargement illégal n’est pas stigmatisé [E. Goffman, 1963]. Le déviant étant définit comme celui « dont le comportement s’écarte de la norme sociale admise », comme le rappelle L. Mucchielli (1999), « pour qu’une situation de déviance existe il faut que soient réunis trois éléments : l’existence d’une norme, un comportement de transgression de cette norme, un processus de stigmatisation de cette transgression ». Dès lors, concernant la pratique illégale du téléchargement, il n’y aurait pas de « déviance » au sens sociologique.

L’enquête

  • 2 Cette enquête qualitative n’a donc aucune prétention à la représentativité (ni de la pratique, ni d (...)

12Les résultats présentés ici sont issus d’une enquête qualitative exploratoire2 fondée sur des entretiens semi-directifs réalisés de mars 2012 à avril 2013 auprès d’acteurs praticiens du téléchargement illégal de biens culturels (principalement musiques, films, séries).

  • 3 Plus précisément  : 4 employés (2 dans le commerce, 1 dans le secteur public, 1 dans le secteur ass (...)

13Elle vient en complément d’un volet d’enquête quantitatif dans le cadre du projet de recherche Adaupi. Les 11 entretiens effectués ont une durée de trente-cinq minutes à une heure et quarante minutes. Les interviewés, six hommes et cinq femmes, ont entre 18 et 55 ans. Ils sont issus de catégories socioprofessionnelles et de formations variées3 .Tous téléchargent  : cela va des modérés téléchargeant peu de fichiers de films par mois en complément d’autres pratiques culturelles existantes (sorties cinéma, concerts, streaming, télévision...), à ceux dont le téléchargement constitue quasiment l’unique source de consommation, voire d’approvisionnement de biens culturels. Ils consomment ou partagent des fichiers via le P2P (Emule, BitTorrent, Bit Comète, Torrent 411), Megaupload (avant sa disparition), des newsgroups (payants illégaux), l’échange de contenus hors ligne (supports de stockage : clés, disques durs externes, serveurs loués pour le partage de contenus en communauté restreinte et fermée, pirate box).

14Certains le font sporadiquement, d’autres ont toujours des fichiers en train d’être téléchargés. Certains détaillent plusieurs méthodes d’usage du piratage de fichiers de biens culturels. Quatre personnes font part dans leur récit d’un avertissement (par la Hadopi). « Le plus ancien pirate » l’est depuis quatorze ans ou plus, le plus récent depuis deux ans, au moment où l’entretien a été réalisé. Mais ils ne s’identifient pas à la figure du pirate.

15Comme le souligne E. Dagiral [2008, p.481], « le qualificatif de pirate, appliqué aux usagers de ces technologies [i.e. des pratiques informatiques en réseau], fait évidemment écho au contournement de la loi [les droits d’auteur], mais il prend une signification paticulière liée à l’univers informatique », ralliant celle du hacker. Avec l’auteur [Dagiral, 2008, p.481], on peut ainsi s’interroger sur l’existence d’une filiation ou non entre l’activité de piratage de biens culturels et l’activité de pirate informatique (casseur de code).

L’activité de téléchargement (illégal)4

  • 4 Il est utile de préciser que tout téléchargement n’est pas illégal. Il est question dans cette étud (...)

16Cf. « Etats des lieux des pratiques de téléchargement légales et illégales »

17[www. marsouin.org/spip.php?article499].

Des raisons au téléchargement

  • 5 Dang Nguyen G., S. Dejean, T. Pénard, « Gratuité sur Internet  : entre logiques individuelles et lo (...)

18Le téléchargement n’est pas seulement et simplement envisagé comme un moyen de ne pas payer pour un bien ou d’y accéder gratuitement, même si, comme l’ont souligné G. Dang Nguyen, S. Dejean et T. Pénard5, « la gratuité constitue le modèle dominant de production et d’échange sur Internet ». Les interviewés mettent en avant des justifications sur leurs pratiques. Des motifs différents à l’activité de téléchargement illégal peuvent donc être identifiés. Ils sont variables (et peuvent se combiner) selon les interviewés. Ils concernent tous la consommation de biens culturels (films, séries, musique, jeux vidéo). On peut les regrouper sous quatre types de motif ou justification donnée à la pratique :

    • 6 Ici il y a à la fois la question de l’accessibilité et du temps pour y accéder légalement, à laquel (...)

    La quête ou l’accès à des biens culturels (disposition ; Internet global ; contenus grand public versus contenus rares (qui ne sont plus diffusés ou non accessibles légalement en France, ou non disponibles en raison des contraintes d’un marché éditorial de petits tirages, ou rentables ;VO) ; ou qui ne seront pas distribués en France avant six mois, deux ou quatre ans6 ; la possibilité de découverte et d’échantillonnage ou de démonstration (tester, essayer, écouter...) ;

    « Mon mode de consommation était quand même supérieur à la normale ce qui fait que si je voulais assurer en fait si je voulais satisfaire cette envie de découvrir des films il fallait que je passe par l’illégalité. » (Étudiant, 23 ans).

  • L’incitation industrielle et technologique (des outils technologiques qui le rendent possible ou même l’incitent  : l’incompatibilité des formats, les supports amovibles de stockage : MP3, clé USB, disques durs externes etc. ; des outils professionnels gratuits et légaux qui permettent de se protéger) ; la facilité de l’accès, la rapidité (de l’acte de téléchargement, de la disponibilité d’un bien) ; la technologie pousse à la consommation.

    « Aujourd’hui, c’est tellement facile d’avoir accès à de la musique ou n’importe quoi que... Ce serait dommage de s’en priver en fait. » (Étudiant, 23 ans).

  • Un habitus de consommation culturelle, ou lié au mode de vie (contraintes de temps, lieux, rythmes, périodes de la vie, maîtrise et autonomie et liberté du visionnage).

  • Le coût de la consommation culturelle légale (et la gratuité de la consommation illégale)  : le téléchargement ne remplacerait pas la consommation de biens culturels (achats stables, il peut même augmenter les achats), mais certains n’auraient pas les moyens d’acheter tout ce qu’ils consomment  :

    « La place de cinéma est cher donc il ne faut pas se tromper ! » (Une responsable de magasin, 27 ans).

    « J’ai 23 ans, j’écoute énormément de musique et je regarde un certain nombre de films, moins qu’il y a quelques années mais j’en regarde quand même beaucoup et c’est vrai que c’est le téléchargement qui m’a permis justement de consommer autant de biens numériques, enfin de musiques et de films ces dernières années. Sans ça je pense que je n’aurais jamais accédé à autant de culture d’un coup. » (Étudiant, 23 ans).

Un rapport différencié à l’objet  : une appréciation de la valeur ou de l’attachement à des biens ?

  • Accéder (consommer, en avoir usage, découvrir, transporter) ‘versus’ posséder ou conserver.

  • « Quand on a aimé, on achète » (l’album, le jeu...), on « se sent redevable » (« valoriser le bon travail des développeurs », « ça fait mal au cœur de le pirater »), « quand les gens aiment un artiste, ils n’ont pas envie de le voler ». Un vrai choix de l’achat (on a écouté, on ne se trompe pas)  : « le piratage n’est pas une vente perdue mais un achat potentiel. » (Employé dans l’informatique publique, 29 ans).

  • Une hiérarchisation des biens culturels en terme de contenus (les films qui méritent d’être vus au cinéma versus les autres) et d’objets à « valeur ajoutée » symbolique ou de collection : vinyles (objet, pochette, mouvement de la platine, esthétique vs. galette du CD ou du DVD), livres de littérature ou album de BD (vs. livres utilitaires, i.e. professionnels).

  • 7 Sauf l’une d’entre-elles. L’exception qui fait la règle ou prémisses à un futur et unique mode de c (...)

19Pour les personnes interviewées7, le téléchargement dans l’ensemble ne se substitue pas à la consommation plus « classique » de biens culturels, il peut compléter les pratiques de consommation culturelles déjà existantes (ceux qui téléchargent peuvent écouter, essayer, acheter ensuite les biens qui leur plaisent) ou se cumuler avec une pratique culturelle « classique » (augmentation de la consommation culturelle et de l’accès à des biens).

Une critique ou distanciation de la télévision

20Les personnes interviewées n’ont pas toutes la télévision. Certains la critiquent vertement (« Si la télévision française se foutait moins de notre gueule à repasser du vu et du revu, inintéressant au possible ! ». Responsable de magasin, 27 ans).

21Ce qui peut entraîner un recours soit aux abonnements (payant légal : parfois un « essai sans conviction », type Canal+ « pour plus de films »), soit au téléchargement illégal : « On a la télé, mais comme il n’y a rien à la télé c’est pour ça qu’on télécharge justement. » (Ouvrier, responsable magasinier, 35 ans). L’enquête sur les pratiques culturelles des Français [O. Donnât, 2009] constatait déjà un recul de la télévision au profit d’Internet, comme C. Dondeyne, S. Lefeuvre (2010) l’avaient relevées, confirmant ainsi l’« hypothèse d’un remplacement d’écran pour écran » (2010).

Les représentations de la pratique du téléchargement illégal

Une conscience de l’illégalité

22Le téléchargement illégal est perçu comme tel, par les personnes interviewées. Il s’ajoute le plus souvent à des pratiques de consommation culturelles légales gratuites ou payantes (concerts, cinéma, abonnements payants TV ou jeux vidéo, Deezer gratuit, Spotify, ou des sites d’autoproduction de musique (« de niche » : par exemple Bandcamp, Hitunes) ou d’autoédition de créateurs de jeux vidéo, le crowdfunding ...).

23Mais il n’y a pas toujours de démarche d’information sur l’offre légale, dès lors qu’il y a une satisfaction des attentes ou des besoins de consommation par le téléchargement illégal ; la question de la légalité ou non du bien n’est pas toujours leur problème : « ils mettent des trucs en ligne, ben on en profite ! », « on nous met une interdiction sur un truc qui existe, donc c’est complètement contradictoire », « c’est là, je prends. » (Employée de commerce, 55 ans).

24Les entretiens mettent en avant un paradoxe entre d’un côté des possibilités de téléchargement multiples (des solutions techniques, Internet)  : « même sans le savoir, ça se trouve, ils piratent », « on peut l’être à l’insu de son plein gré » (employé dans l’informatique publique, auto-formé, 29 ans), et de l’autre une sanction juridique de cette pratique (rendue techniquement) possible.

Quatre récits font part d’un avertissement de la Hadopi

25L’avertissement peut freiner l’activité de téléchargement, mais il ne l’arrête pas (peur du gendarme et conscience de la surveillance des internautes). Les acteurs peuvent développer d’autres méthodes de téléchargement (qui ne rentrent pas dans le cadre de la surveillance par la Hadopi) pour se procurer des fichiers de biens culturels.

  • La fermeture de Megaupload a pu arrêter l’activité de téléchargement illégal pendant un temps car il est rendu plus complexe. Mais l’avertissement ne modifie pas la perception de l’acte : illégal, mais pas immoral. Pour ceux qui le pratiquent, l’effet du dispositif Hadopi est jugé inefficace remise en cause de l’efficacité de la sanction, contournement de la loi, changement de sites, ou activité P2P poursuivie car on a le temps avant que la sanction ne tombe, et le contexte de changement de gouvernement (dont c’était un des engagements électoraux)... Quant à ceux qui ont des connaissances techniques importantes, une expertise informatique, les sources d’informations sur les sites spécialisés, ils sont sûrs qu’ils ne risquent rien. ‘Nous ne sommes pas des pirates’ : une mise à distance et des définitions d’une figure identitaire

  • Si le téléchargement est bel et bien perçu comme illégal, il n’y a pourtant pas d’identification de l’acte comme infraction (activité criminelle, vol, hors la loi), car il n’est pas étiqueté comme déviant par l’entourage ou les proches ou dans un contexte social plus vaste. Il peut même y avoir transmission ou apprentissage à autrui ; c’est l’exemple d’un interviewé, ouvrier de 35 ans, qui a appris à son père retraité comment faire. Cette pratique est partagée socialement. Courante, elle fait presque figure de norme sociale de consommation culturelle.

  • Le bien culturel est spécifique « public et non rival », [Cohen, 2007]. Ainsi, certains interviewés soulignent que leur consommation illégale, par exemple de films, sous forme de fichiers numériques, n’empêche aucunement quelqu’un d’autre d’y accéder : leur « consommation n ’enlève rien à personne. »

  • Dans la plupart des discours, la pratique doit rester raisonnable : une quantité modérée de téléchargements illégaux, une consommation culturelle propre ou limitée à un entourage de proches (amis, famille restreinte).

  • Le pirate, c’est celui qui télécharge illégalement et de manière intensive.

  • Le pirate, c’est celui qui partage, fournit ou alimente un réseau ou un site.

  • L’intention de l’activité définit la moralité. « Pour moi, je ne pirate pas, je télécharge des biens ». « Le pirate, c’est celui qui cherche à gagner de l’argent avec. » (Informaticien professionnel, 46 ans, administrateur d’un site qui rediffuse des fichiers libres de droits).

26Des justifications morales ou « bonnes raisons »... qui opèrent comme des « techniques de neutralisation » (d’un acte illégal transformé en normal).

27Il n’y a pas une « population de téléchargeurs » (ou sous-culture) qui serait déviante et immorale dès lors que l’activité de téléchargement illégal de biens de consommation culturelle ne recouvre pas l’ensemble des engagements sociaux des individus.

28G. Sykes et D. Matza (1957) ont distingué cinq « techniques de neutralisation » ; « permettant à l’individu de maintenir sa croyance dans la validité d’un ordre légitime tout en violant les règles » [A. Ogien, 1995 : 139]. Ces processus se retrouvent dans les discours des enquêtés sur leur activité de téléchargement illégal de consommation de biens culturels :

  • Le déni de responsabilité

    L’invocation de facteurs exogènes à l’activité de téléchargement illégale : coût, type de bien culturel, indisponibilité des biens sur le marché français et légal, lieu d’habitation, technologie, enfants en bas âge, programmes de tv,... « Quand on n’a pas d’argent, c’est normal de pirater » ; « Mais c’est de la fatalité technologique ! » ; « Mais c’est quand même culturel ».

  • Le déni du mal causé

    Le sentiment de ne pas causer de tort à autrui, il n’y pas de grosses conséquences pour ces grosses industries, des films qui n’étaient plus vus le sont de nouveau.

  • Le déni de la victime

    L’idée que l’industrie du disque, les Majors mériteraient leur sort  : elles n’ont pas réussit à adopter leur modèle économique à l’évolution ; le faible % de l’argent qui revient à l’artiste ; les pratiques des grosses maisons de production et de diffusion.

  • L’accusation des accusateurs

    L’individu s’en prend aux mobiles de ceux qui les « condamnent » : la politique de la Sacem (conservation de son monopole) ; les intérêts purement financiers des sociétés commerciales et de l’industrie dominante ; le coût d’une répression vaine, la Hadopi (« une institution parasite payée avec nos impôts », « faire payer le citoyen, l’Etat, pour des Majors privées »...).

  • La soumission à des loyautés supérieures

    La question du libre accès à la culture et de la gratuité ; la liberté ; l’autonomie ; l’équité : « un dispositif qui n’est pas équitable, ce sont les plus pauvres qui vont se faire piquer », le partage ; le politique (« quelque chose d’idéologique à la limite du communisme » ; « Un réseau pair à pair c’est le peuple en direct »...).

29Ces processus de neutralisation ne se retrouvent certes pas tous dans les propos de tous les interviewés. Et le nombre avancé (et le degré) de ces justifications accroît vraisemblablement à mesure de l’engagement dans la pratique. Mais ceci est aussi perceptible, pour ceux qui, parmi ceux qui téléchargent illégalement, consomment aussi légalement des biens culturels : ils estiment payer leur part, ils soulignent notamment que leur consommation payante n’a pas diminuée, et les taxes sur le matériel technologique. De plus, quand leurs compétences techniques sont importantes, ils estiment qu’ils ne courent aucun risque de se faire prendre. Sans oublier qu’il s’agit de culture et qu’il peut sembler contradictoire, à certains, de condamner ou sanctionner l’accès à la culture (légal ou pas)  : « Les gens qui téléchargent aiment la culture, ils ne veulent pas la détruire. » (Enseignant-chercheur en informatique, 32 ans).

30Mais un point non négligeable concernant cette note est à prendre en compte : parmi les quelques interviewés rencontrés, le moins âgé a 18 ans et télécharge depuis deux ans, pour d’autres environ du même âge, la consommation, le partage et le téléchargement illégal (et gratuit) de biens culturels peut définir le mode principal, voire quasi unique, d’accéder aux biens culturels ; avec dans les propos, parfois l’idée que « tant que d’autres payent pour la culture », on peut « individuellement continuer à en profiter » gratuitement, illégalement. Ce qui n’est pas loin de faire écho à l’intérêt égoïste de la figure du « passager clandestin ».

Haut de page

Bibliographie

Deux notes complémentaires à ce texte - « Comment les internautes français perçoivent-ils l’Hadopi ? Les premiers enseignements d’une enquête en ligne » et « État des lieux des pratiques légales et illégales en ligne : la montée du piratage de proximité » - sont disponibles sur

www.marsouin.org/spip.php?article499.

BECKER G., "Crime and Punishment: An Economic Approach", Journal of Political Economy, 76 (2), 1968.

BECKER H.S., Outsiders, New York, the Free Press, (1963) 1973. (Trad. fr : Paris, A.M. Métailié, 1985).

CHAZEL F., COMMAILLE J. (eds), Normes juridiques et régulation sociale, Paris, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, 1991.

DAGIRAL E., « Pirates, hackers, hacktivistes : déplacements et dilution de la frontière électronique », Critique, 2008, n° 733-734, p. 480-495.

DANG NGUYEN G., S. DEJEAN, T. PÉNARD, « Gratuité sur Internet  : entre logiques individuelles et logiques communautaires », C@hier de Recherche, Numéro 2012/11, www.marsouin.org

Davis M., « Time and Punishment: An Intertemporal Model of crime », Journal of Political Economy, 96 (2), 1998.

DONDEYNE C., LEFEUVRE S., "Rôle et valorisation des réseaux P2P dans l’appropriation des objets culturels", Rapport final de l’enquête ethnographique, UBO ARS, Juillet 2010, 128 p.

ELSTER J., Le désintéressement, Paris, Le Seuil, 2009.

Goffman E., Stigmate, Paris, Minuit, 1975. (trad.fr.) (Edition original, Stigma, 1963).

LUNDWALL G., « Le réel, l’imaginaire et l’internet », Esprit, décembre 2010, pp. 25-40.

Mucchielli L., "La déviance : normes, transgressions et stigmatisation", Sciences Humaines, 1999, n° 99, pp. 20-25. Voir http://laurent.mucchielli.free.fr/deviance.htm

Ogien A., Sociologie de la déviance, Paris, Editions Armand Colin, coll. U, série « Sociologie », 1995, (particulièrement pp. 137-139).

Rosa H., Aliénation et accélération, Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, La Découverte, 2012

Sykes G., Matza D., « Techniques of Neutralization. A theory of Delinquency », American Sociological Review, 22, 1957.

Haut de page

Notes

1 Repris de G. Lundwall (2010, p.37) citant Lawrence Lessig, Remix, Bloomsburry, 2008, p. xvii.

2 Cette enquête qualitative n’a donc aucune prétention à la représentativité (ni de la pratique, ni des acteurs), son enjeu est de cerner les significations que des praticiens du téléchargement illégal donnent à leurs pratiques, de leurs représentations de celles-ci et au regard de la loi.

3 Plus précisément  : 4 employés (2 dans le commerce, 1 dans le secteur public, 1 dans le secteur associatif) ; 1 ouvrier ; 2 professions intellectuelles et cadres supérieurs ; 2 professions intermédiaires ; 1 étudiant ; 1 service civique.

4 Il est utile de préciser que tout téléchargement n’est pas illégal. Il est question dans cette étude surtout de la pratique de téléchargement et d’échange illégal de fichiers culturels (films, séries, musiques, essentiellement, mais aussi jeux ou logiciels payants, soumis au code de la propriété intellectuelle) ’Cf. "Etats des lieux...’.

5 Dang Nguyen G., S. Dejean, T. Pénard, « Gratuité sur Internet  : entre logiques individuelles et logiques communautaires », C@hier de Recherche, Numéro 2012/11, www.marsouin.org.

6 Ici il y a à la fois la question de l’accessibilité et du temps pour y accéder légalement, à laquelle on peut adjoindre celle des rythmes de vie. On pourrait y voir un phénomène d’accélération du temps (en référence aux travaux du sociologue allemand Hartmut Rosa, 2012, qui souligne notamment que « la technologie permet l’accélération de nos rythmes de vie, elle ne l’impose pas ») liée à l’accélération technique et celle du changement social et de nos rythmes de vie, dans laquelle Internet joue un rôle : « Ce n ’est pas forcément la technique qui génère le besoin... et le fait d’être simplement sur Internet qui fait que, il y a simplement le spoil ». « Le spoil, c’est se faire raconter la fin d’un film par quelqu’un d’autre donc... L’avantage quand on regarde en flux tendu en quelque sorte on n ’a pas ce problème-là parce que généralement on l’a vu aussi avant que tout le monde commence à en parler, et inversement et bien attendre six mois, et se rendre compte que finalement on n ’a même pas besoin de regarder parce qu ’on connaît déjà la fin de l’histoire, parce qu’on nous l’a racontée ou qu’on est tombé dessus au hasard d’une page sur Internet. » (29 ans, employé, autodidacte en informatique).

7 Sauf l’une d’entre-elles. L’exception qui fait la règle ou prémisses à un futur et unique mode de consommation généralisé ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Roudaut, « « Je suis peut-être un pirate, mais je ne me sens pas du tout délinquant ! » », Terminal, 115 | 2014, 61-71.

Référence électronique

Karine Roudaut, « « Je suis peut-être un pirate, mais je ne me sens pas du tout délinquant ! » », Terminal [En ligne], 115 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 22 avril 2017. URL : http://terminal.revues.org/320 ; DOI : 10.4000/terminal.320

Haut de page

Auteur

Karine Roudaut

Membre associé du Labers-UBO, M@rsouin.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org