Navigation – Plan du site
Bloc-Notes

Aimer le futur : La prospective, une poétique de l'inconnu

G. Amar, FYP Éditions, 2013, 168 p.
Jacques Vétois
p. 214-215
Référence(s) :

Aimer le futur : La prospective, une poétique de l'inconnu. G. Amar, FYP Éditions, 2013, 168 p.

Texte intégral

1L’homme a toujours voulu connaître le futur. Les Grecs et les Romains interprétaient les entrailles des animaux sacrifiés ; au Moyen Âge et à la Renaissance, les rois faisaient appel à l’astrologie avant de prendre des décisions importantes ou de s’engager dans des guerres.

2Notre société a appris la modestie et une des conséquences du développement scientifique a été de limiter les interrogations concernant le futur aux domaines raisonnables où la science (et les experts qui s’expriment en son nom) a des connaissances validées : la technologie, l’économie voire la sociologie et la politique.

3C’est le domaine de la « prospective standard » comme l’appelle Georges Amar qui à partir des statistiques officielles et des lois connues dresse de multiples diagrammes et courbes que l’on peut interpoler et extrapoler pour connaître les tendances de demain. Mais dans ce cas, on reste dans le domaine du « futur connu ». Par exemple, on sait dresser un tableau des besoins en énergie pour les dix prochaines années, l’évolution du parc automobile ou de la production agricole mondiale.

4Mais ce futur connu ou plutôt connaissable n’est que le prolonge- ment du monde actuel. Il suppose a priori qu’il n’y aura pas de change- ment de paradigme, de rupture, de décalage.

5Pourtant, c’est ce futur ouvert, ce futur inconnu qui, comme Georges Amar, nous intéresse. Bien qu’il ne fasse pas référence à la littérature de science-fiction, il nous donne un exemple amusant d’exercice de « paléo-prospective-fiction » : l’invention du feu au paléolithique inférieur, il y a quelque 500 000 ans.

  • 8 La guerre du feu, J.H. Rosny, 1911.

6On peut supposer que les hommes, comme dans « La guerre du feu »8 ont d’abord appris à domestiquer le feu à partir d’incendies de forêt, le conserver sous forme de braise rougeoyante surveillée en permanence par les meilleurs guerriers de la tribu sans pouvoir directement l’allumer et le recréer. Quel futur pouvait-on imaginer pour ces peuplades paléolithiques qui vivaient sous la contrainte de la conservation du feu par tous les temps ?

7Et, un jour, quelqu’un après de multiples essais, réussit à fabriquer du feu à partir des étincelles produites par des morceaux de silex, de l’herbe sèche et des brindilles de bois libérant la tribu de cette garde incessante du feu. Cela ouvrait des possibilités infinies : meilleure cuisson des aliments, protection contre certains animaux sauvages, des armes plus efficaces, la poterie, la métallurgie...

8Peut-on aujourd’hui changer de paradigme dans des domaines comme le transport urbain et la mobilité ou celui de l’énergie et changer la vision de notre avenir ? C’est ce que nous propose Georges Amar dans ce petit ouvrage qui ne demande pas une connaissance préalable des problèmes posés par la prospective.

Haut de page

Notes

8 La guerre du feu, J.H. Rosny, 1911.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Vétois, « Aimer le futur : La prospective, une poétique de l'inconnu », Terminal, 113-114 | 2013, 214-215.

Référence électronique

Jacques Vétois, « Aimer le futur : La prospective, une poétique de l'inconnu », Terminal [En ligne], 113-114 | 2013, mis en ligne le 25 décembre 2014, consulté le 24 août 2017. URL : http://terminal.revues.org/304

Haut de page

Auteur

Jacques Vétois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org