Navigation – Plan du site
Bloc-Notes

L'attention au monde : Sociologie des données personnelles à l'ère numérique

E. Kessous, Armand Colin, 2013, 316 p.
Henri Gautier
p. 212-214
Référence(s) :

L'attention au monde : Sociologie des données personnelles à l'ère numérique. E. Kessous, Armand Colin, 2013, 316 p.

Texte intégral

1Le dévoilement de soi sur Internet signe-t-il la fin du concept de vie privée (privacy) comme le clame urbi et orbi Marck Zuckerberg, le sémillant PDG de Facebook, dans ses campagnes promotionnelles ?

2Par quelles transformations s’opère le basculement d’une économie de l’offre arc-boutée sur la mercatique de masse à une économie de l’accès fondée sur les traces souvent volontaires laissées par les individus ?

  • 1 Cet ouvrage est issue de l’Habilitation à diriger des recherches soutenue par l’auteur en 2011devan (...)

3Pour répondre à ces questions, Emmanuel Kessous, sociologue au CNRS, renverse le cadre analytique traditionnel pour débusquer, derrière l’exposition volontaire de ses propres données personnelles sur la Toile numérique mondiale, une rationalité nouvelle des comportements de consommation conduite par la raréfaction des capacités individuelles d’attention devant le flot croissant d’information. Suivant ce renversement de paradigmes, l’ouvrage1 analyse « l’encastrement » dans les pratiques sociales de ce marketing des traces numériques stimulant une dynamique marchande dont les quanta d’attrition individuelle constituent désormais le numéraire. Au sein de cette économie de la grandeur basée sur les rendements croissant des effets de réseau, l’attention est en effet devenue un équivalent universel présidant à l’échange marchand.

  • 2 Cf. l’article de synthèse en collaboration avec un économiste et un ergonome, intitulé « L’économie (...)

4Dès lors, comment redéfinir dans cette nouvelle économie de l’attention les droits constitutifs de la personne et les procédures de régulation de l’économie numérique qui en découleraient ? Dynamisé par un marketing comportemental de captation qui surfe sur la connectivité de plus en plus achevée des sphères professionnelles et domestiques, l’économie de l’attention nous presse de choisir entre la défense du consommateur et celle des libertés individuelles, entre l’objectif du bien commun restituant ces traces à la collectivité pour le développement de nouveaux services et la régulation du moindre mal limitant, en application du principe de précaution, les possibilités de leur appropriation au nom de la défense des libertés individuelles. Pour la puissance publique, la voie est étroite entre la protection des ressources cognitives et la défense des possibilités d’extraction de leur valeur2.

5Analysant les déplacements de frontière entre sphère privée et publique, l’ouvrage rend compte de façon très détaillée des tensions entre porteurs d’intérêts marchands et défenseurs des libertés publiques autour de la protection de l’attention et son allocation optimale dans une perspective de maximisation des profits. Opportunité pour les uns dans l’exposition de soi sur les réseaux sociaux, risque majeur pour les autres de prédation de l’intimité individuelle dans la mise en relation numérique en tant que client ou usager, l’existence d’avatars électroniques pose de façon plus abrupte la question des modalités de gestion de l’identité numérique et données individuelles afférentes. Responsable d’un programme de recherche sur les engagements communicationnels des individus et d’un projet sur les modèles logistiques du commerce électronique, l’auteur a élaboré une « grammaire » critique des stratégies de différenciation dans l’échange de l’attention contre des biens qui fondent le compromis marchand au sein de ces cités virtuelles. Dans cette oscillation exacerbée entre phases d’exploration et de focalisation où elles s’élaborent, se précisent les figures psychocritiques de l’attention : le déni, la dépression, l’addiction et enfin la dispersion.

6Formée à l’école institutionnaliste de l’Économie des conventions, l’attention de l’auteur se focalise sur les attributs de l’information échangée et leur différenciation dans les supports d’inscription et les modes de mobilisation pour des régimes d’activité distincts. Muni de cette grammaire, le diagnostic social est alors confronté à cette tension non résolue : à quel prix peut-on préserver l’intimité de la sphère privée dans cette quête effrénée de l’attention d’autrui ? Pouvant nous entraînant vers un monde où s’abolit la distance à la sphère intime en deçà de laquelle il n’y a plus de place pour la dignité humaine, l’organisation du flux des données individuelles révèle selon l’auteur d’inquiétantes asymétries, combattues par les organisations non gouvernementales de défense des droits individuels.

  • 3 Boltanski Luc et Thévenot Laurent (1991) De la justification. Les économies de la grandeur, Gallima (...)
  • 4 Boltanski Luc et Chiapello Eve (1999) Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard.

7Née de la saturation de l’espace médiatique, l’économie de l’attention pour émergente qu’elle soit pose la question des normes et conventions nécessaires à sa régulation. S’inspirant du cadre analytique élaboré par Boltanski et Thévenot3 puis complété par Boltanski et Chiapello4, le programme de recherche compréhensive poursuivi par Emmanuel Kessous, choisit de retourner la logique centrée sur l’acceptabilité des services pour explorer l’échange de biens et d’attentions à partir d’une approche centrée sur les usages et pratiques analysant leur justification par les consommateurs.

8En résulte un tableau clinique pour la cité de l’attention qui souligne le paradoxe de la réification marchand : alors que l’attention pourrait désigner le regard politique porté désormais par un plus grand nombre aux affaires d’un monde globalisé grâce au développement des technologies de l’information et de la communication, elle se dilue désormais dans une quête effrénée d’autrui dont le sens est instrumentalisé du fait de la prédation marchande des traces numériques.

Haut de page

Notes

1 Cet ouvrage est issue de l’Habilitation à diriger des recherches soutenue par l’auteur en 2011devant un jury de l’Université de Pars- Sorbonne dont faisait partie, notamment, Eve Chiapello et Franck Cochoy.

2 Cf. l’article de synthèse en collaboration avec un économiste et un ergonome, intitulé « L’économie de l’attention : entre protection des donnés et extraction de la valeur », Sociologie du travail, vol. 52, n° 3, 2010.

3 Boltanski Luc et Thévenot Laurent (1991) De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard.

4 Boltanski Luc et Chiapello Eve (1999) Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gautier, « L'attention au monde : Sociologie des données personnelles à l'ère numérique », Terminal, 113-114 | 2013, 212-214.

Référence électronique

Henri Gautier, « L'attention au monde : Sociologie des données personnelles à l'ère numérique », Terminal [En ligne], 113-114 | 2013, mis en ligne le 25 décembre 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://terminal.revues.org/303

Haut de page

Auteur

Henri Gautier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org