Navigation – Plan du site
Bloc-Notes

Le jour où les algorithmes…

A. Laumonier, 6/5, Éditions Zones sensibles, 2013, 264 p.
Henri Gautier
p. 211-212
Référence(s) :

A. Laumonier, 6/5, Éditions Zones sensibles, 2013, 264 p.

Texte intégral

1Qu’évoque pour vous le 6 mai 2010 ? Probablement rien, si ce n’est peut-être l’anniversaire d’un proche. Pour le microcosme des services financiers spécialisés dans la gestion de titres boursiers, cette date est l’anniversaire du Flash Crash, où l’indice Dow Jones Industrial Average a baissé de 9 % en moins de dix minutes. Cinq mois plus tard, la Securities and Exchange Commission (SEC) désignait la vente de 75 000 contrats à terme (futures), réalisée par une société de gestion de titres boursiers via une plate-forme électronique pour une valeur de 4 milliards de dollars, comme le catalyseur de cette brutale dépression boursière sur le New York Stock Exchange (NYSE). Le diagnostic du SEC est formel : d’un coût estimé à 862 milliards de dollars, ce krash boursier a été déclenché par les algorithmes de transactions à haute fréquence (THF) réagissant à cette vente exceptionnellement massive de futures.

  • 1 Editions Zones sensibles, 2013, 112 p.

2Depuis sa « colocation » climatisée du New Jersey, un de ces fauteurs de troubles, obscur algorithme de trading prétendument auteur d’un ouvrage au titre insolite1, nous a relaté par le menu cette impéritie du NYSE qui par contagion provoqua une crise soudaine de liquidités générant des pertes de plusieurs dizaines de millions de dollars pour certains titres côtés sur le NYSE comme Procter & Gamble, société la plus touchée. Il ne s’agit pourtant que de la première crue du fleuve noir des révélations effectuées par Sniper. Bientôt, à nos yeux soudain dessillés, se révèle le panorama des turpitudes des gentils membres du Club de « l’Archipel » des places financières électroniques.

3En effet, dans un contexte de marché « aussi tendu et fragile » que celui dépeint par le rapport du SEC2, la quête de liquidités pour les grandes banques ensevelies sous l’avalanche des subprimes qu’elles ont imprudemment accumulées constitue un impératif de survie. En témoignent les récits édifiants dont Sniper émaille son rapport : les quelque 6 milliards de dollars siphonnés aux filiales européennes de Lehman Brothers par Richard Fuld, son PDG, ne suffiront pas à sauver la banque d’affaires new-yorkaise d’une faillite retentissante de 613 milliards de dollars. Too big to fail... eh bien non ! Henry Paulson, Secrétaire d’État au Trésor de Georges Bush et ancien PDG de Goldman Sachs le plus féroce concurrent de Lehman Brothers, venait de faire mentir l’adage.

  • 3 Aux dires de Mary Shapiro, présidente de la SEC.

4Dans cette quête pour la liquidité, les marchés d’actions sont réputés efficaces mais aussi équitables envers tous les opérateurs, investisseurs comme spéculateurs : l’avenir de la Nation américaine se joue dans la compétition actuelle pour la suprématie boursière3. Comment un pur esprit algorithmique tel Sniper, pourrait-il retracer l’histoire boursière de ces dernières décennies autrement que comme une course à l’information entre des investisseurs figurant les proies et des spéculateurs jouant leur rôle de prédateurs dans un remake sociofinancier de la survie du plus apte ?

5Cependant, contrairement au rapport du SEC fermant pudiquement les yeux sur les pratiques inavouables comme celles du bourrage d’ordres, celui de Sniper ne s’embarrasse pas de ces pudeurs bien humaines pour relater les petits accommodements avec les règles édictées par les autorités financières. Faut-il s’en émouvoir ? Depuis l’humiliation subie par William Heath démontrant la supériorité du câble sur le plus rapide des coursiers de Manhattan à la fin du XIXesiècle, le recul des humains face aux machines dopées par l’électronique est désormais patent dans les activités de courtage : 70 % des transactions sont désormais gérées en haute fréquence par des algorithmes tels que Sniper.

6Pour autant, pouvons-nous clore la lecture de ce rapport algorithmique aux accents dickiens sur un sourire entendu à l’évocation finale d’un « soulèvement des machines » ? Ce serait une erreur : l’avertissement reçu le fut à peu de frais si l’on rapporte l’ardoise boursière aux conséquences actuelles de la crise des subprimes sur l’économie réelle. Aujourd’hui, notre compréhension de l’écosystème financier des THF et notre évaluation de l’impact socioéconomique des krachs boursiers qu’ils provoquent demeurent singulièrement frustes.

7Sniper n’a pu fournir de réponses aux dernières questions posées par l’envoyé spécial de Terminal : à qui profite cette méconnaissance collective et doit-on s’en satisfaire ?

Haut de page

Notes

1 Editions Zones sensibles, 2013, 112 p.

2 « Findings Regarding the Market Events of May 6, 2010 », http://www.sec.gov/news/studies/2010/marketevents-report.pdf, dernière consultation: 3 octobre 2014.

3 Aux dires de Mary Shapiro, présidente de la SEC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gautier, « Le jour où les algorithmes… », Terminal, 113-114 | 2013, 211-212.

Référence électronique

Henri Gautier, « Le jour où les algorithmes… », Terminal [En ligne], 113-114 | 2013, mis en ligne le 25 décembre 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://terminal.revues.org/302

Haut de page

Auteur

Henri Gautier

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org