Navigation – Plan du site
Dossier

Évolution des stratégies et modèles d’affaires des éditeurs open source face au cloud computing

Robert Viseur
p. 173-193

Texte intégral

Introduction

1En 1984, Richard Stallman lançait GNU (GNU’s Not Unix), un projet de système d’exploitation libre reprenant les principes de UNIX [Stallman, 1999]. Il donnait également naissance au concept de logiciel libre et à la GNU General Public License. Le logiciel libre a été davantage popularisé dans les années nonante avec la sortie de Linux [1991], puis des premiers systèmes GNU/Linux [1992]. Le lancement par Netscape du projet Mozilla [1998] a également connu un retentissement médiatique important. Ce projet a été lancé en pleine guerre des navigateurs et constituait une initiative pionnière en matière de libération d’un logiciel propriétaire par une entreprise commerciale [Viseur, 2011a, 2013]. Aujourd’hui, près de trente ans après les débuts du projet GNU, les logiciels libres couvrent un large panel de fonctionnalités et sont à l’origine d’un secteur économique en plein développement.

2En France, le secteur du logiciel libre et open source représenterait aujourd’hui un chiffre d’affaires cumulé de 2,5 milliards d’euros, 30 000 emplois et 300 entreprises [CNLL, 2013]. Malgré le contexte de crise économique, sa croissance serait estimée à 68 %. Selon Forrester (www.forrester.com), cinq développeurs sur six feraient appel à du logiciel libre, tandis que le coût des innovations aurait été divisé par dix grâce au vivier de composants libres disponibles. Les entreprises informatiques ne peuvent donc plus aujourd’hui ignorer les logiciels libres. Ces derniers ont modifié les équilibres au sein de l’industrie informatique. D’une part, certaines technologies sont devenues des produits de commodité, ou produits génériques, souvent développés par plusieurs entreprises, parfois concurrentes [Ven et al., 2007]. D’autre part, le développement du logiciel libre s’est accompagné d’une préoccupation accrue vis-à-vis de l’utilisation de formats ou de standards ouverts, accroissant la concurrence entre fournisseurs de technologies ouvertes ou propriétaires.

3Le développement du logiciel libre a démarré grâce à l’investissement des universités et à l’engagement de contributeurs individuels souvent qualifiés de hobbyistes ou de passionnés. Il a connu dès la fin des années 1990 un engagement progressif des entreprises, qu’il s’agisse de nouveaux entrants (exemples Linagora, Red Hat, Zope Corporation...) ou d’opérateurs historiques – IBM, Microsoft, Oracle... – [Fitzgerald, 2006 ; Munga et al., 2009]. Ces entreprises ont rapidement été confrontées aux spécificités du logiciel libre avec l’apparition de nouvelles licences informatiques, la recherche de modèles d’affaires et la pratique du développement collaboratif. Les entreprises sont conscientes des nouvelles opportunités dans le domaine des logiciels libres.

4Selon le Cigref [2011], la perception des logiciels libres et open source dans l’entreprise a à ce point évolué que leur non prise en compte lors de choix technologiques doit aujourd’hui être justifiée. Les entreprises considéreraient cependant les modèles économiques du logiciel libre comme complexes. De plus, elles ne maîtriseraient pas encore les modèles de distribution et de gestion des licences. Les entreprises sont nombreuses à s’intéresser aux composants libres pour compléter leurs produits ou à la libération de leurs produits logiciels. Dans ce dernier cas, l’intérêt est tout particulièrement lié à la perspective de voir le logiciel mieux connu, maintenu et étendu avec le soutien d’une communauté. Il peut aussi être lié à des demandes de clients, comme dans le secteur public.

5L’histoire du Cloud computing est, quant à elle, plus récente et tire ses racines dans les offres d’hébergement d’applications (modèle ASP) qui sont apparues au début des années 2000. Ce phénomène est cependant amené à bouleverser profondément la manière dont les services IT « sont inventés, déployés, mis à l’échelle, mis à jour, maintenus et rémunérés » [Marston et al., 2011]. Le Cloud computing peut être défini comme « un modèle de services IT dans lequel les services informatiques (à la fois matériel et logiciel) sont fournis à la demande aux clients, au travers d’un réseau, indépendamment du terminal et du lieu » [Marston et al., 2011]. Du point de vue de l’utilisateur, le Cloud computing se décline en trois modèles distincts [Cigref, 2013 ; Marston et al., 2011]. Le modèle Software as a Service (SaaS) fournit à l’utilisateur une application, hébergée dans le Cloud (exemples Google Mail, Google Documents). Le modèle Platform as a Service (PaaS) fournit un environnement de développement et de déploiement d’applications (exemples Microsoft Azure, Google App Engine). Le modèle d’Infrastructure as a Service (IaaS) fournit du stockage et des capacités de calcul (exemples Amazon S3, Amazon EC2).

6Le phénomène prend de l’ampleur. Selon le cabinet IDC (idc.fr), le Cloud computing représentait ainsi en France un budget de près de 2 milliards d’euros en 2012, et 12 % du total des dépenses informatiques des entreprises (hors tablettes et smartphones). Selon le cabinet PAC (http://www.pac-online.com), le marché du SaaS serait le plus développé et représenterait 62 % des utilisations du Cloud computing en France. Le phénomène touche les applis dédiées aux ressources humaines, les applications métiers, les outils bureautiques et de collaboration ainsi que les outils de gestion de la relation client (CRM). Signe des temps, en 2012, le chiffre d’affaires mondial de la société Salesforce.com (www.salesforce.com), spécialiste du CRM en mode SaaS, a d’ailleurs dépassé celui de SAP (www.sap.com), traditionnel leader des progiciels de gestion [Crochet-Damais, 2013].

7La complémentarité entre open source et Cloud computing apparaît assez clairement dans le cas des modèles PaaS et IaaS. Des logiciels open source sont ainsi utilisés comme composants dans la mise en place de ces infrastructures, ou ces infrastructures peuvent proposer le support de logiciels open source existants. La situation est différente dans le cas des offres de types SaaS. Ces dernières entrent en effet en concurrence avec les logiciels open source. François Elie [2006], président de l’Adulact (www.adullact.org), qualifie ainsi le Cloud computing et le SaaS de « propriétaire 2.0 », et y voit une menace majeure contre les initiatives de maîtrise des données des utilisateurs. Les logiciels y sont en effet remplacés par des services abstraits, conduisant à les faire oublier, « en rendant bizarre et bientôt démodée l’idée de vouloir les modifier pour son usage et les maîtriser ».

8Tant le SaaS que l’open source mettent sous pression les marges des éditeurs propriétaires traditionnels [Anding, 2010]. Cependant, les applications en mode SaaS substituent aussi leurs homologues open source. En remplaçant les modèles classiques de licence et de maintenance, le SaaS menace également les revenus, souvent liés aux activités de service, des prestataires open source. Pour autant, les entreprises actives en open source ne sont pas restées passives, et des offres de versions hébergées de logiciels open source sont aujourd’hui disponibles sur le marché. Nous proposons dès lors d’étudier l’évolution des stratégies et modèles d’affaires des éditeurs open source face au Cloud computing, et plus spécifiquement aux offres de type SaaS.

9Notre article sera décomposé en trois parties. La première proposera un état de l’art sur les licences et les modèles d’affaires utilisés par les prestataires open source, ainsi que sur les rapports connus entre open source et Cloud computing. La seconde comprendra l’étude de cinq cas d’entreprises open source du secteur e-business : Compiere, Nexedi (ERP5), Magento, OpenERP et SugarCRM. La troisième partie comprendra une discussion et des perspectives.

Licences de logiciels libres

10Le logiciel libre est défini à partir de quatre libertés : la liberté d’exécuter le logiciel, de l’étudier, d’en redistribuer des copies et de le modifier (gnu.org). Les licences de logiciels libres garantissent ces quatre libertés, qui impliquent la mise à disposition du code source du logiciel. L’appellation open source est parfois préférée à celle de free software (logiciel libre). Ce terme est défini par l’OSI (opensource.org) sur base d’une liste de dix critères appelée Open Source Definition (OSD). À de très rares exceptions près, comme l’Apple Public Source License v1.0 et v1.2, une licence libre est open source, et réciproquement [Viseur, 2011b]. D’un point de vue pratique, les expressions « logiciel libre » et « logiciel open source » peuvent donc être considérées comme équivalentes.

11Les licences de logiciels libres sont généralement classées en deux grandes familles : les licences copyleft (dites aussi gauches d’auteur ou réciproques) et les licences permissives (dites aussi académiques ou non copyleft) [Alspaugh et al., 2009 ; Fitzgerald, 2006 ; Lerner et Tirole, 2005 ; Montero et al., 2005 ; Muselli, 2008a].

12Une licence permissive (exemples BSD, MIT...) autorise l’utilisateur à placer le programme sous une nouvelle licence, libre ou même propriétaire (caractère appropriable).

13Une licence copyleft (exemples LGPL, GPL, AGPL, MPL...) « lie l’octroi des droits à l’obligation de ne redistribuer le logiciel et ses modifications que sous la même licence que celle par laquelle le licencié a obtenu ces droits » [Montero et al., 2005]. Elle confère dès lors au logiciel un caractère inappropriable. On parlera de copyleft faible, lorsque le copyleft s’applique uniquement à un composant logiciel, ou de copyleft fort, dans le cas où toute œuvre dérivée doit adopter la licence copyleft du composant logiciel (caractère contaminant). Des distinctions plus fines existent. Nous pouvons ainsi citer le cas particulier des licences contextuelles, dont les effets sont modulés en fonction du contexte d’utilisation (exemple LGPL v2.1), ou le cas des licences à réciprocité de réseau (exemples AGPL, OSL), venant s’ajouter aux licences à réciprocité faible (exemple LGPL) et forte (exemple GPL) [Farcot et Viseur, 2007 ; Honkasalo, 2009].

14Les licences à réciprocité de réseau constituent une réponse au développement croissant du Cloud computing (informatique dans les nuages). Les licences copyleft sans réciprocité de réseau permettent en effet à l’entreprise proposant un logiciel libre modifié en mode hébergé (ASP, SaaS) de conserver privées les modifications du logiciel et de ne pas communiquer son code source aux utilisateurs. En plus d’imposer la communication du code source lors de la distribution du logiciel, les licences à réciprocité de réseau imposent donc en plus la communication du code source dès lors qu’un utilisateur interagit par le réseau avec une interface du logiciel.

15Les licences libres entraînent de multiples bouleversements pour les entreprises actives dans l’édition logicielle.

16D’une part, elles appliquent un régime d’appropriabilité faible [Muselli, 2008a ; Teece, 1986]. Elles conditionnent largement les modèles d’affaires applicables par les entreprises et limitent la capacité des entreprises open source à capturer les bénéfices générés par leurs innovations. Elles présentent par ailleurs des risques pour la propriété intellectuelle de l’entreprise, que ce soit vis-à-vis des portefeuilles de brevets (octroi automatique de licences) ou des mécanismes de propagation des licences aux œuvres dérivées (« viralité »). Les entreprises doivent donc adapter leurs organisations par la mise en place de processus internes, la validation juridique des architectures ou la réalisation d’audits des codes sources [Lokhman et Luoto, 2012 ; Viseur, 2012].

17D’autre part, bien qu’associées à l’idée de partage et de collaboration, elles peuvent présenter des incompatibilités les unes avec les autres. C’est particulièrement le cas entre licences à réciprocité forte. Des incompatibilités peuvent également apparaître avec les conditions générales d’utilisation des places de marché logicielles, comme le montrent les premières versions des conditions générales d’utilisation du Windows Marketplace [Phipps, 2013a ; Viseur, 2012].

Modèles d’affaires

18Le modèle d’affaires peut être vu comme « la nécessaire conjonction d’une création de valeur et d’une rémunération » [Muselli, 2008a]. Les modèles d’affaires sont plus conceptuels que financiers [Teece, 2010]. Magretta [2002] les voient d’ailleurs comme « des histoires qui expliquent comment l’entreprise fonctionne ». Le modèle d’affaires décrit les modalités de création, de distribution et de capture de valeur. Il peut être générique, partagé par plusieurs entreprises parfois en concurrence [Teece, 2010]. Il se distingue de la stratégie commerciale, qui s’attache aux sources de différenciation de l’entreprise et au maintien d’un avantage compétitif face aux concurrents [Magretta, 2002 ; Teece, 2010]. La stratégie n’est pas quelque chose de figé. L’entreprise doit savoir faire preuve d’agilité, et être capable « de réallouer ses ressources pour supporter de nouveaux modèles » [Chesbrough, 2010].

19Deux stratégies génériques existent. La stratégie de contrôle « se traduit par un contrôle de l’évolution de la technologie », tandis que la stratégie d’ouverture « mise sur l’abandon du contrôle de la technologie au profit de conditions incitatives plus favorables à son adoption par les utilisateurs » [Muselli, 2008b]. Les entreprises open source s’inscrivent davantage dans le second cadre (stratégie à dominante diffusion). L’association de codes libres et propriétaires conduit cependant à un « continuum de stratégies » [Torre, 2011]. L’industrie du logiciel a d’ailleurs vu le développement progressif de modèles mixtes, soit que les entreprises gardent des modes de valorisation propriétaires tout en s’impliquant dans le développement de logiciels libres (exemple IBM, Oracle...), soit que de nouveaux entrants adoptent des licences propriétaires s’inspirant des licences libres. Ces licences dites « hybrides » autorisent un certain contrôle sur l’évolution de la technologie licenciée. Elles permettent de stimuler la collaboration autour de leur technologie ou d’organiser une transition en douceur vers des licences libres (exemples Sun Microsystems, Jahia...) [de Laat, 2005 ; Muselli, 2007, 2008a]. Dans un marché très stable, dominé par des leaders propriétaires, la publication sous forme de logiciel libre peut permettre la construction d’un écosystème alternatif et ouvert, ou contribuer à affaiblir un concurrent en érodant la profitabilité de ses produits [Fitzgerald, 2006].

20En matière de création de valeur, l’entreprise en logiciels libres investit classiquement en recherche et développement [Viseur, 2007 ; von Hippel et von Krogh, 2003]. Elle veille en plus à stimuler les coopérations avec les utilisateurs du logiciel pour le définir, le développer ou l’améliorer. Une économie de plus de 30 % sur les dépenses de Recherche et Développement serait ainsi possible [Daffara, 2009]. L’entreprise peut également encourager la diffusion du logiciel et accroître ainsi la valeur de sa marque. Cette dernière, protégée, devient un actif important pour l’éditeur open source [Fitzgerald, 2006].

21En matière de captation de valeur, la valorisation des logiciels libres passe généralement par une valorisation indirecte. L’entreprise concède donc un droit d’utilisation gratuit et se rémunère sur les fournitures de services ou de composants propriétaires complémentaires [Muselli, 2008b]. La prestation de services peut concerner l’installation sur site, l’intégration de différents logiciels, les développements sur mesure, l’apport d’une garantie de performance, la formation, l’hébergement... Il en ira ainsi pour des entreprises éditant des logiciels comme, plus largement, pour d’autres utilisant du logiciel produit par des tiers. En tant qu’éditeur d’un logiciel, une entreprise apparaît dans une position plus avantageuse (principe du « best knowledge here ») pour apporter des services aux utilisateurs [Daffara, 2007 ; de Laat, 2005].

22La question de l’existence ou non de modèles d’affaires open source a été posée voici quelques années [Vasquez Bronfman et Miralles, 2007]. Il ressortait de cette interrogation que la majorité des prestataires en logiciels libres démarraient leur activité en tant que fournisseurs de services et sans réelle réflexion préalable sur le modèle d’affaires. Ce constat n’a rien de surprenant. Teece [2010] estime ainsi que « le bon modèle d’affaires est rarement apparent tout de suite dans les industries émergentes ». Certains modèles d’affaires plus originaux ont cependant émergé.

23Les projets de logiciels libres sont nombreux et souvent gérés de manière distincte. À la base, ils ne constituent donc pas un produit intégré, prêt à être utilisé. Partant de ce constat, des entreprises proposent des packs logiciels intégrés, testés et régulièrement mis à jour. Ces derniers sont généralement accessibles via un système d’abonnement. Ce principe est bien connu pour les distributeurs GNU/Linux (exemples Red Hat, SuSE...). Il s’applique aussi pour des produits plus spécialisés (exemple Adacore). Daffara [2007] parle de « platform provider » ; Jullien et Zimmermann [2011], de « platform manufacturer ».

24Les systèmes de double licence voient le logiciel publié sous licence propriétaire et sous licence libre [Elie, 2006 ; Välimäki, 2003 ; Viseur, 2007, 2011b]. Dans ce schéma, l’entreprise capte de la valeur par le biais de la prestation de services et de la vente de licences. Le succès économique de ce modèle dépend de la capacité à convertir une partie des utilisateurs de la version libre en clients de la version commerciale. Dans le cas de MySQL, par exemple, le taux de conversion est de l’ordre de 0,1 % [Comino et Manenti, 2011]. Les externalités de développement apportées par la version libre contribuent à améliorer la qualité du logiciel, et autoriseraient ainsi des prix plus élevés pour la branche commerciale du logiciel [Comino et Manenti, 2011]. En pratique, plusieurs formes de mise en œuvre existent :

25Premièrement, la version propriétaire peut être diffusée sous une licence chrono-dégradable (exemple Ghostscript). Le code source est passé sous licence libre après un délai spécifié (plus ou moins un an dans le cas du logiciel Ghostscript). Ce mécanisme permet la perception d’une « rente » pour financer l’investissement de l’éditeur.

26Deuxièmement, la version payante peut être diffusée sous une licence compatible avec les développements propriétaires (exemple Trolltech Qt avant l’acquisition par Nokia). La version libre est alors souvent publiée sous une licence à réciprocité forte. Ce modèle permet de discriminer les utilisateurs souhaitant participer à l’effort de développement collectif, des autres préférant payer et ne pas divulguer leur code source [Muselli, 2007 ; Välimäki, 2003]. Il nécessite de disposer des droits patrimoniaux sur le code source. Cela peut se faire par la réimplémentation des contributions (exemple MySQL), l’obligation de signer un accord de contributeur (exemple Sun Contributor Agreement) ou un incitant financier au partage des droits (exemple tarifs préférentiels chez Exo) [Comino et Manenti, 2011 ; Välimäki, 2003 ; Viseur, 2007, 2011b].

27Troisièmement, la version propriétaire peut présenter une différenciation technique. Elle apporte alors une qualité garantie ou des fonctionnalités supplémentaires (exemples Compiere, Alfresco...). L’offre commerciale inclut généralement du support technique. Ce mécanisme permet également la perception de revenus pour financer les innovations apportées au produit. Il peut cependant s’accompagner de tensions avec la communauté si cette dernière juge la version libre laissée en déshérence. La version propriétaire doit être suffisamment différenciée (et les compléments doivent apporter une réelle valeur ajoutée) pour justifier son acquisition par le client. La cannibalisation du logiciel propriétaire Netscape par son pendant libre Mozilla entre 2000 et 2003 illustre bien cette problématique [Viseur, 2011a, 2013]. En juin 2003, juste avant la fin de la société Netscape, les deux logiciels disposaient en effet de parts de marché comparables.

28Le modèle open core s’appuie sur une architecture noyau-extensions, fréquente dans le domaine logiciel. Il se caractérise par l’existence d’un noyau générique publié sous licence libre et complété par des extensions payantes [Daffara, 2009 ; Nyman, 2013]. Citons par exemple la société Zenoss (www.zenoss.com). Une version d’appel, libre, est alors utilisée comme vecteur de diffusion de l’application et de la marque associée à l’application. L’entreprise peut capter de la valeur par la vente de ses propres extensions, ou par la prise de commissions sur la vente d’extensions développées par des tiers et vendues au sein de magasins en ligne [Viseur, 2011b]. Le principe et la définition du modèle open core font débat dans la communauté [Daffara, 2009 ; Phipps, 2010b ; Prentice, 2010 ; Nyman, 2013].

29Le réseau Internet, dont les performances ont été sensiblement améliorées au cours des dernières années, apporte aujourd’hui de nouvelles façons de vendre du logiciel [Jullien et Zimmermann, 2011]. Le Cloud computing (informatique dans les nuages) en est un exemple récent. Le support de technologies open source, l’utilisation de composants d’infrastructure open source ou la mise en SaaS de logiciels open source offrent ainsi de nouvelles opportunités commerciales [Cordeiro et al., 2010 ; Daffara, 2009 ; Gayler, 2012 ; Phipps, 2013b ; Viseur, 2011b].

Open source et Cloud computing

30L’open source et le Cloud computing sont deux technologies de rupture [Marston et al., 2011 ; Onetti et Capobianco, 2005 ; Ven et al., 2007]. Toutes deux modifient profondément la manière dont les ressources informatiques sont créées, mises à disposition et monétisées.

31Une relation de substitution semble a priori s’opérer, notamment en matière de diffusion des produits et services logiciels. Dans le modèle open source, l’utilisateur peut généralement télécharger et essayer le logiciel avant d’investir davantage en temps (analyse du code source, téléchargement de la documentation, etc.) ou en argent (achat d’une licence commerciale, commande de services, etc.). L’enjeu commercial consiste à convertir un maximum de ces utilisateurs en clients. Le flux commercial est tiré par les utilisateurs plutôt que poussé par les ventes [Onetti et Capobianco, 2005]. Dans le modèle Cloud computing (SaaS), la mise à disposition de l’application est grandement facilitée. La PME peut évaluer la solution et accéder à moindre coût à des applications informatiques complexes (CRM, ERP, etc.) pour un niveau d’engagement financier limité [Cigref, 2013 ; Marston et al., 2011]. Le Cloud computing permet en effet de « passer d’une logique budgétaire d’investissement à une logique de fonctionnement » [Cigref, 2013].

32Cette relation de substitution se complète cependant par une relation de complémentarité.

33Tout d’abord, de nombreuses solutions de Cloud computing supportent des logiciels open source. C’est par exemple le cas du système PaaS Microsoft Azure. Le processus de commoditization [Ven et al., 2007] nourri par l’open source s’applique également au Cloud computing. De nombreux composants open source sont ainsi disponibles pour la construction de solutions de Cloud computing. Ces logiciels peuvent aider à la mise en place de nouvelles offres IaaS et PaaS commerciales. Une offre CloudStack est proposée chez l’hébergeur français Ikoula (www.ikoula.com). De la même façon, la mise en SaaS d’applications open source ouvre de nouvelles opportunités en termes de captation de revenus (abonnements).

34Ensuite, les applications SaaS offrent une « standardisation fonctionnelle » et permettent une moindre personnalisation que les applications traditionnelles [Cigref, 2013]. On parlera de « paramétrage » de la solution. Les applications open source, souvent modulaires, fournies avec leur code source, offrent a contrario davantage de possibilités d’adaptations pour l’entreprise. Il en va de même de l’intégration des solutions, aidée dans le cas open source, conditionnée à l’existence d’API adaptées dans le cas de solutions SaaS.

Cinq études de cas open source

Méthodologie

35Nous avons pris le cas de cinq entreprises open source proposant des logiciels de CRM, d’ERP ou d’e-commerce, et confrontées au phénomène du Cloud computing. Ces entreprises sont Compiere, Nexedi (ERP5), Magento, OpenERP et SugarCRM. Nous en avons étudié la stratégie et le modèle d’affaires (c’est-à-dire les modalités de captation et de création de valeur) de l’entreprise. Nous nous sommes fondés sur des informations publiques, publiées sur le site Web des entreprises, dans des articles de la presse informatique, sur des sites Web maintenus par des experts identifiés du domaine (créateurs d’entreprises, consultants, chercheurs, etc.) ou dans des articles scientifiques.

36Les études de cas s’appuient notamment sur les informations données sur le site des organisations citées, sur le site des cofondateurs de Compiere (www.compieresource.com), ainsi que sur Chentouf [2008], Daffara et al. [2008], de Lattre [2013], Deodhar et al. [2012], Fléchaux [2009], Gruman [2007], Passamonti [2011], Pinckaers [2011], et, enfin, Serrano et Sarriei [2006]. L’encyclopédie libre Wikipédia (versions francophone et anglophone) a par ailleurs été utilisé pour alimenter la recherche d’événements et de documents relatifs à l’historique des projets. La triangulation des sources a été appliquée.

Compiere

  • Entreprise / Produit : Compiere (www.compiere.com) est une société américaine éditrice d’un des premiers ERP open source (Compiere). Son développement a commencé en 1999 avec le soutien de Goodyear Germany. Elle a été rachetée en 2010 par la société Consona, devenue Aptean (www.aptean.com) en 2012

  • Stratégie : elle cherche principalement à se différencier des leaders propriétaires du marché par une étiquette open source, gage de visibilité et donnant la possibilité au client de tester gratuitement le produit. Le logiciel s’est, au départ, distingué par la cohérence de son modèle de données, mais a progressivement été rattrapé sur le plan technique par d’autres projets open source plus récents. Compiere bénéficie cependant d’une excellente réputation en termes de maturité. L’entreprise a joué un rôle pionnier en 2009 dans le secteur des ERP, avec le portage de son progiciel sur la plate-forme Cloud Amazon EC2 (par comparaison, SAP Business ByDesign date de 2010).

  • Captation de valeur : Le logiciel a d’abord été publié sous licence MPL. L’entreprise a été rentable dès 2003. Elle tirait principalement ses revenus de l’installation sur site et du support de premier niveau à destination des partenaires. En 2006, avec le recours au capital-risque, le logiciel est passé à un modèle de double licence, tenant vers l’open core, avec plusieurs versions commerciales payantes cohabitant avec une version communautaire sous licence GPL, moins riche fonctionnellement. Sous la pression des investisseurs, l’entreprise a progressivement augmenté ses investissements dans la version propriétaire, et privilégié les revenus tirés des ventes de licences et des abonnements. Une offre SaaS est proposée via Aptean.

  • Création de valeur : Après une première version soutenue par Goodyear Germany, le développement a suivi à partir de 2001 un modèle open source relativement fermé, l’éditeur contrôlant par exemple totalement l’évolution du modèle de données de son progiciel et privilégiant sur un réseau de partenaires. Après sa levée de fond, l’entreprise s’est encore éloignée du modèle communautaire, notamment par manque d’une infrastructure collaborative adaptée.

37Ces choix ont conduit à des tensions au sein de la communauté et au fork Adempiere (www.adempiere.org) en 2006. L’entreprise avait connu un premier fork dès 2002. Baptisé OpenBravo (www.openbravo.com), il était motivé par le développement des interfaces Web, car Compiere proposait alors uniquement un client lourd (ce type d’interface reste indisponible dans la version communautaire). OpenBravo a publié le code source en avril 2006. L’entreprise a réussi plusieurs levées de fond (dont 12 millions de dollars en 2008).

Nexedi (ERP5)

  • Entreprise / Produit : ERP5 (www.erp5.org) est un projet communautaire initié en 2002 par la société Nexedi (www.nexedi.com). Il a été financé par Coramy, une entreprise du secteur textile.

  • Stratégie : l’entreprise, dont le fondateur, Jean-Paul Smets, est un activiste bien connu dans la communauté française du logiciel libre, a dans un premier temps mis en avant la modernité de son ERP (base de données orientée objet, par exemple) et sa capacité à gérer des nomenclatures complexes. Elle a par la suite davantage investi dans les solutions hébergées avec ERP5 Express (ASP) en 2007 et TIO Live (SaaS freemium) en 2009, puis ERP5 Starter (SaaS) en 2013, suite à l’échec du modèle freemium.

38Nexedi a dans ce contexte développé, en collaboration avec la Foundation for a Free Information Infrastructure (www.ffii.org), une définition de l’open Cloud. Cette définition propose trois niveaux de liberté : TIO (pour « Total Information Outsourcing ») Libre / Open / Loyal [Scoffoni, 2012]. Le niveau TIO Loyal « suppose de fournir un cadre ayant le même niveau de secret et de transparence qu’avec son propre personne » [Scoffoni et al., 2012 ; p. 9]. Le niveau Open prévoit la liberté des données, et que ces dernières soient structurées selon un format clairement spécifié. Le niveau TIO Libre prévoit la liberté des données, la liberté des logiciels et la liberté de concurrence.

39L’entreprise est indéniablement innovante (son système SlapOS de Cloud computing a été présenté en conférence IEEE), mais surprend parfois par sa stratégie commerciale fluctuante.

  • Captation de valeur : ERP5 est publié sous licence GPL. L’entreprise était à son origine une entreprise de services. Elle s’est par la suite davantage orientée vers les services en ligne (ERP5 Express, TIO Live, SlapOS, etc.). Actuellement, les offres SaaS s’articulent autour d’ERP5 Starter et de SlapOS, un système de Cloud computing.

  • Création de valeur : la première version a été financée par un client (Coramy) de l’entreprise en 2002. L’entreprise a par la suite adopté un mode de développement communautaire. L’activité collaborative a très fortement décliné à partir de 2010, si l’on s’en tient au site de statistiques Ohloh (www.ohloh.net).

Magento

  • Entreprise / Produit : Magento (magentocommerce.com) est un logiciel de vente en ligne publié par la société américaine Varien, aujourd’hui rebaptisée Magento. La société est la propriété d’eBay depuis 2011.

  • Stratégie : l’entreprise couvre tout le cycle de vie du développement de l’e-commerce (entrepreneur en démarrage – TPE/PME mature – grande entreprise). L’activité de Magento a connu une évolution avec la sortie du produit SaaS Go (go.magento.com) en 2011. Le Cloud computing apparaît comme une nouvelle tendance dans le domaine des CMS, et arrive ici avec un argument low-cost. La stratégie de Magento est depuis 2011 liée à celle d’Ebay (ebay.com), engagé dans le projet X.commerce (www.x.com) annonçant la convergence entre les outils et les services dédiés à vente en ligne.

  • Captation de valeur : la société Magento propose les habituels services : conseils en architecture, développement de modules sur mesure, analyse de performances, formation... La société a adopté dès 2010 un modèle de double licence, avec une différenciation technique entre la version communautaire et la version commerciale. La publication open source est couverte par la licence OSL. Les versions commerciales Magento Professional et Magento Enterprise apportent davantage de supports, mais aussi des fonctionnalités complémentaires. L’entreprise propose une version hébergée, sous le nom Magento Go (go.magento.com), pour laquelle Magento revendique 150 000 utilisateurs.

  • Création de valeur : la version communautaire est supportée par les traditionnels outils de travail collaboratif (accès aux sources via SVN, bug tracker...). Magento encourage particulièrement le développement de modules complémentaires via sa plate-forme Magento Connect.

OpenERP

  • Entreprise / Produit : OpenERP (openerp.com) est un progiciel ERP belge. D’abord publié sous le nom de TinyERP, il a été rebaptisé en avril 2008. Le développement a été initié en 2000 avec un démarrage commercial en 2002 et une première version publique en 2004.

  • Stratégie : l’entreprise capitalise sur la simplicité de déploiement de sa solution pour disposer de la plus importante base installée d’un ERP open source et rivaliser avec les leaders propriétaires du secteur ERP. La diffusion passe notamment par la croissance du réseau de partenaires. Elle s’appuie aussi sur le côté viral de l’open source, qui encourage la diffusion du logiciel, et la conversion des utilisateurs en clients. Elle entend ainsi profiter des rendements croissants d’adoption [Foray, 1989 ; Muselli, 2008b].

  • Captation de valeur : le logiciel est passé de la GPL vers la AGPL en 2009 afin de prévenir de l’utilisation en mode SaaS sans reversement des modifications à la communauté. En 2011, l’entreprise a introduit une OpenERP AGPL + Private Use license, permettant de garder privées les modifications en cas d’usage SaaS. L’introduction de ce mécanisme de double licence a créé des tensions au sein de la communauté. L’entreprise a structuré son activité autour de l’édition open source (depuis 2010, le support est surtout proposé à des partenaires officiels, qui assurent l’installation chez les clients) et cherche depuis 2009 à développer son offre SaaS, avec dans un premier temps Odoo (annoncée en 2009) puis avec l’offre OpenERP Online (devenue OpenERP Enterprise) et son modèle d’apps inspiré par l’Appstore. La marque est reconnue, et les recherches en ligne croissent depuis 2008.

  • Création de valeur : le créateur du logiciel a rapidement adopté un modèle communautaire, alimenté par les développeurs externes, après publication du code en 2004, avant de développer davantage un réseau de partenaires et de structurer son rôle d’éditeur open source. Ce mouvement s’est accéléré avec la levée de fonds de 3 millions d’euros réussie en 2010. Des tensions apparaissent avec certains partenaires, accusant OpenERP de lock-in, par exemple en monétisant les scripts de migration. Le projet est géré sur Launchpad (launchpad.net) depuis 2008. Le logiciel a connu un fork en 2008, célèbre sous le nom de Tryton (www.tryton.org), mené par la société B2CK (www.b2ck.com).

SugarCRM

  • Entreprise / Produit : SugarCRM (www.sugarcrm.com) est un logiciel de CRM open source créé en 2004 aux Etats-Unis.

  • Stratégie : l’entreprise propose une version open source et quatre versions en mode SaaS. L’éditeur open source s’appuie sur un réseau de partenaires mondiaux. Plutôt actif auprès des PME, SugarCRM vise davantage les grands comptes depuis 2011/2012. Le secteur des logiciels CRM a été précocement frappé par le Cloud computing avec le développement des services de la société Salesforce.com (fondée en 1999). SugarCRM s’est positionné avec des offres hébergées dès 2004, en se différenciant par les possibilités d’intégration en local de sa version open source ou de concurrence entre fournisseurs d’infrastructure.

  • Captation de valeur : SugarCRM a connu plusieurs changements de licence. Le projet a été préalablement publié sous SPL [2004], avant de passer à la GPL [2007], puis à la AGPL [2010]48. La licence SPL est dérivée de la licence MPL. L’entreprise applique un schéma de double licence. La Sugar Community Edition dispose de moins de fonctionnalités que les versions commerciales (différenciation technique), toutes proposées en mode SaaS. Un mode hébergé existait depuis 2004 sous le nom de Sugar On-Demand.

  • Création de valeur : le développement de SugarCRM est ouvert. Cependant, SugarCRM a rapidement connu deux forks : vTiger [2004] et SplendidCRM [2005]. Tous deux soutenus par des entreprises commerciales, ils suivent une stratégie proche de celle de SugarCRM, sans en avoir la visibilité. Dès 2005, il y a eu des discussions sur le caractère réellement communautaire de SugarCRM, si le caractère open source était simplement un argument marketing et si le modèle tournait à une forme d’open core. Actuellement, les contributions peuvent se faire par formulaire, ou via la forge SugarCRM et les outils Git associés. Le lien avec la communauté est toujours recherché, notamment au travers de partenariats comme celui signé en 2011 avec le consortium OW2. SugarCRM a levé 33 millions de financement en 2012.

Discussions et perspectives

Complémentarité entre offre Cloud / offre OSS 

40Chez les éditeurs open source étudiés, le développement sur le marché des offres SaaS a été suivi par la proposition de versions hébergées de leurs applications. Parfois, comme dans le cas de Compiere et son portage sur Amazon EC2, cette transformation a été anticipée. Cette évolution rentre par ailleurs dans la logique de rémunération indirecte et de développement des activités de service suivie par les prestataires en logiciels libres et open source [Anding, 2010].

41En général, le réseau de partenaires continue à prendre en charge les installations sur l’infrastructure des clients. La plupart du temps, les éditeurs ne proposent plus de services d’intégration (sauf pour des cas particuliers) mais assurent par contre le support des intégrateurs. En développant ses offres SaaS, l’éditeur gagne une nouvelle source de revenus récurrents sous la forme d’abonnements.

42Ce modèle d’abonnement, couplé à la viralité du modèle open source (« user pull »), pourrait par exemple permettre aux éditeurs open source, tout en gardant leurs spécificités, d’atteindre les chiffres de croissance et de rentabilité attendus par les sociétés investissant dans les éditeurs open source comme SugarCRM ou OpenERP (une difficulté rencontrée par Compiere). De plus, l’offre Cloud permet aux éditeurs open source de toucher un nouveau public d’indépendants, de TPE et de PME sans ressource informatique, incapable de maîtriser la complexité d’une application de gestion.

43Les ERP open source ont notamment émergé face à leurs homologues propriétaires du fait des possibilités de personnalisation offertes par la disponibilité du code source et la relative simplicité des licences [Serrano et Sarriegi, 2006]. Ils conservent le même avantage face aux ERP en mode SaaS, que le mode de mise à disposition cantonne à des possibilités de paramétrisation plus ou moins avancée. L’argument de la sécurité et l’indépendance vis-à-vis du fournisseur pourraient également plaider en faveur d’intégrations locales basées sur des technologies open source.

Évolution du métier des prestataires open source

44Les prestataires open source ont pour la plupart vu leur métier évoluer en trois phases : de celui d’éditeurs et d’intégrateurs de leurs logiciels, à celui d’éditeurs open source travaillant en partenariat avec des intégrateurs locaux et des hébergeurs, pour enfin embrasser celui de gestionnaire de plates-formes de services en ligne avec leurs offres SaaS.

45Cette évolution suppose des acquisitions de compétences, en interne ou externe, pour adapter les logiciels, mettre en place une infrastructure privée ou gérer des fournisseurs d’infrastructure externes. La littérature scientifique donne peu de détails sur les problèmes communément rencontrés par les éditeurs dans ce cadre (en particulier pour adapter les applications), ni sur les moyens communément utilisés pour les adresser. Ces questions mériteraient d’être davantage étudiées.

46Cette évolution peut également affecter des relations de partenariat, en particulier lorsque des formules hébergées étaient préalablement proposées par des partenaires (en pratique, une complémentarité peut exister entre offres ASP et offres SaaS). Des interviews à demi structurées avec des responsables d’éditeurs open source passés aux offres SaaS permettraient de mieux comprendre cette problématique.

Choix de la licence

47Les licences open source n’ont au départ pas été écrites en prenant en considération la question de l’utilisation en réseau du logiciel. Le choix de la licence tend donc à évoluer avec les contraintes rencontrées par les prestataires open source. Les premières licences adaptées sont les licences AGPL v1 [2002] et v3 [2007], et la licence OSL [2005].

48Nous constatons que plusieurs des projets étudiés (Magento, OpenERP, SugarCRM) ont adopté à leur création ou ont évolué vers le choix de ce type de licence. Cette évolution s’observe depuis 2008 et n’est pas sans conséquence pour les éditeurs.

49D’une part, le changement de licence n’est pas toujours trivial. Dans le cas d’un logiciel développé en communauté, les droits patrimoniaux sont partagés entre tous les contributeurs. La modification de la licence nécessite donc l’accord de tous. Compte tenu du caractère évolutif des modèles d’affaires et de leur lien étroit avec la licence retenue, la signature d’un accord de contributeur, permettant à l’éditeur de disposer de la totalité des droits patrimoniaux, constitue une précaution utile (capacité d’anticipation). Dans le cas d’OpenERP, la création de la « OpenERP AGPL + Private Use license » a ainsi suscité la polémique, notamment sur la validité légale de ce changement de licence. De plus, un changement de licence peut avoir des conséquences sur des projets tiers, en termes de compatibilité.

50D’autre part, l’utilisation d’une licence AGPL ou d’une licence OSL répond à deux logiques différentes. La licence AGPL permet de conserver la compatibilité avec les licences GNU, et maintient donc des possibilités d’échanges de code source avec d’autres projets. Le passage à la licence OSL tend par contre à isoler le projet, compte tenu de l’incompatibilité avec l’AGPL et la GPL, mais aussi de la faible diffusion de la licence OSL. Utilisée par une société bien capitalisée et capable d’investir en R&D comme Magento (dont le logiciel est couvert par la licence OSL), elle peut par contre contribuer à développer un avantage comparatif face à des projets concurrents sous licence copyleft incompatible, ne pouvant donc pas réutiliser du code source couvert par licence OSL.

Liberté et Cloud computing 

51L’intérêt pour les standards ouverts et les logiciels open source tient notamment à la réduction du risque de dépendance vis-à-vis des producteurs de logiciels (lock-in) [Jullien et Zimmermann, 2002 ; Messerschmitt et Szyperski, 2001 ; Simon, 2005]. Le Cloud computing entraine un risque accru de blocage du client, dès lors que les technologies utilisées sont propriétaires ou échappent aux initiatives de standardisation [Marston et al., 2011]. Il est dès lors difficile de faire jouer la concurrence ou d’échapper aux conséquences de la faillite d’un prestataire.

52Un des éditeurs étudiés, Nexedi (à l’origine d’ERP5), a participé, dans le cadre du « FFII TIO Working Group » (tio.ffii.org), à une définition de l’open Cloud. Cette initiative intéressante, mise en avant par Nexedi pour ses services en ligne (TIO Live, SlapOS, etc.), jouit pour le moment d’une promotion limitée. Peu d’entreprises se revendiquent du label TIO. L’offre Odoo d’OpenERP respecterait par exemple le niveau TIO Libre, sans pour autant communiquer sur ce point.

53L’importance du lock-in aux yeux des utilisateurs semble toujours discutée. Selon Smets [2012], « la protection de la vie privée, le secret commercial et la liberté de migrer sont des différenciateurs sans importance pour la grande majorité du marché ». Selon Gruman [2007], par contre, la question du lock-in fait partie des préoccupations des utilisateurs de solutions de gestion d’entreprise, d’autant que le secteur a connu un mouvement de consolidation important à partir de 2002. Suivant cet avis, la mise en avant du label TIO pourrait donner aux prestataires open source un avantage comparatif lors de l’évaluation de différentes solutions. Cependant, les modalités pratiques de déploiement d’un Cloud « TIO-compatible » restent floues, et mériteraient d’être clarifiées.

54A contrario, la mise en SaaS d’applications open source donne à leurs éditeurs davantage de contrôle sur leurs clients, compte tenu des coûts de sortie du système, qui sont particulièrement élevés pour les applications de gestion [Messerschmitt et Szyperski, 2001]. Une forme de lock-in pourrait donc aussi être délibérément recherchée, afin de décourager le passage à la concurrence et pérenniser les rentrées financières issues des abonnements, au risque de s’opposer aux valeurs généralement défendues par les communautés associées aux développements sous licences libres et open source.

Haut de page

Bibliographie

ALSPAUGH, T.A., ASUNCION, H.U., SCACCHI W. (2009), « Intellectual property rights requirements for heterogeneously-licensed systems », 17th IEEE International Requirements Engineering Conference (RE’09), pp. 24-33, Augustus 31 - September 4, 2009.

ANDING, M. (2010), « SaaS : A Love-Hate Relationship for Enterprise Software Vendors », Software-as-a-Service. Gabler, pp. 43-56.

CHENTOUF, B. (2008), « Livre blanc ‘ERP open source », Smile.fr. URL : http://www.smile.fr/Livres-blancs/Erp-et-decisionnel/Erp-open-source.

CHESBROUGH, H. (2010), « Business model innovation : opportunities and barriers », Long range planning, 43(2), pp. 354-363.

CIGREF (2011), « Maturité et gouvernance de l’Open Source - La vision des grandes entreprises », Cigref.

CIGREF (2013), « Fondamentaux du cloud computing », Cigref.

CNLL (2013), « Panorama de l’Open Source en France », Conseil National du Logiciel Libre, 24 janvier 2013.

COMINO, S., MANENTI, F.M. (2011), « Dual licensing in open source software markets », Information Economics and Policy, vol. 23, pp. 234-242.

CORDEIRO, T., ET AL. (2010), « Open source cloud computing platforms », 9th IEEE International Conference on. Grid and Cooperative Computing (GCC).

CROCHET-DAMAIS, A. (2013), « Marché du CRM : Salesforce passe devant SAP », URL : http://www.journaldunet.com/solutions/saas-logiciel/marche-du-crm-0413.shtml.

DAFFARA, C. (2007), « Business models in FLOSS-based companies », Workshop presentation at the 3rd Conference on Open Source Systems (OSS 2007).

DAFFARA, C. (2009), « Economic Free Software perspectives », Open Source Business Resource, August 2009.

DAFFARA, C., BARAHONA, J. G., CARLOS, J. (2008), « Guide for SMEs », Free/Libre and Open Source Software Metrics.

DE LAAT, P.B. (2005), « Copyright or copyleft ? An analysis of property regimes for software development », Research Policy 34, pp. 1511-1532.

DE LATTRE, A. (2013), « Expérience de déploiements OpenERP dans des entreprises françaises ». URL : http://people.via.ecp.fr/~alexis/openerp (consulté le 23/10/2013).

DEODHAR, S. J., SAXENA, K. B. C., GUPTA, R. K., RUOHONEN, M. (2012), « Strategies for software-based hybrid business models », The Journal of Strategic Information Systems.

ELIE, F. (2006), Économie du logiciel libre, Eyrolles.

FARCOT, M., VISEUR, R. (2007), « YAME in the KBE ! Yet Another Mutualist Ecosystem », 12e conférence de l’Association Information et Management (AIM), Lausanne, 19 juin 2007.

FITZGERALD, B. (2006), « The transformation of open source software », MIS Quarterly, vol. 30 n° 3, pp. 587-598, September 2006.

FLÉCHAUX, R. (2009), « Larry Augustin, SugarCRM : ‘avec le cloud computing, l’Open Source se voit conforté’ », LeMagIT, septembre 2009. URL : http://www.lemagit.fr/reponse/Larry-Augustin-SugarCRM-avec-le-cloud-computing-lOpen-Source-se-voit-conforte (consulté le 23 octobre 2013).

FORAY, D. (1989), « Les modèles de compétition technologique. Une revue de la littérature. », Revue d’économie industrielle, 48(1), pp. 16-34.

GAYLER, M. (2012), « Microsoft, Open Source and the Cloud », Keynote at the Eighth International Conference on Open Source Systems (OSS 2012), Hammamet (Tunisie), September 10-13, 2012. URL : http://fr.slideshare.net/markgayler/microsoft-open-source-and-the-cloud-2012 (consulté le 3 octobre 2014).

GRUMAN, G. (2007), Is Open Source the Answer to ERP ?, CIO, February, 2007, vol. 20, pp. 23-28.

HONKASALO , P. (2009), « Reciprocity under the GNU General Public Licenses », NJCL.

JULLIEN, N., ZIMMERMANN, J. B. (2002). Le logiciel libre : une nouvelle approche de la propriété intellectuelle. Revue d’économie industrielle, 99(1), 159-178.

JULLIEN, N., ZIMMERMANN, J.-B. (2011), FLOSS in industrial economics perspective, Revue d’économie industrielle, n° 136, pp. 39-64.

LERNER, J., TIROLE, J. (2005), « The Scope of Open Source Licensing », Journal of Law, Economics, and Organization, vol. 21, issue 1, 2005, pp. 20-56.

LOKHMAN, A., LUOTO, A. (2012), « OSSLI : Architecture Level Management of Open Source Software Legality Concerns », Proceedings of the Eighth International Conference on Open Source Systems (OSS 2012), Hammamet (Tunisie), September 10-13, 2012.

MAGRETTA, J. (2002), « Why business models matter », Harvard Business Review, mai 2002.

MARSTON, S., LI, Z., BANDYOPADHYAY, S., ZHANG, J., & GHALSASI, A. (2011), « Cloud computing - The business perspective », Decision Support Systems, 51(1), pp. 176-189.

MESSERSCHMITT, D. G., SZYPERSKI, C. (2001), « Industrial and Economic Properties of Software : technology, processes and value », Computer Science Division, University of California.

MONTERO E., COOL Y., DE PATOUL F., DE ROY D., HAOUIDEG H., LAURENT P., « Les logiciels

libres face au droit », Cahier du CRID, n° 25, Bruylant, 2005.

MUNGA, N., FOGWILL, T., WILLIAMS, Q. (2009), « Adoption of open source software in business models : a Red Hat and IBM case study », Annual Research Conference of the South African Institute of Computer Scientists and Information Technologists (SAICSIT), Vanderbijlpark, South Africa, 12-14 October 2009, pp. 112-121.

MUSELLI, L. (2007), « Les licences informatiques : un outil de modulation du régime d’appropriabilité dans les stratégies d’ouverture. Une interprétation de la licence SCSL de Sun Microsystems. », 12e Conférence de l’Association Information et Management, Lausanne, juin 2007.

MUSELLI, L. (2008a), « Le rôle de licences dans les modèles économiques des éditeurs de logiciels open source », Revue française de gestion, n° 181, pp. 199-214.

MUSELLI, L. (2008b). « Les licences informatiques ». Réseaux, (3), pp. 143-174.

NYMAN, L. (2013), « Freedom and forking in open source software : the MariaDB story », Proceedings of the 22nd Nordic Academy of Management Conference, Reykjavik, Iceland, 21-23 August, 2013.

ONETTI, A., CAPOBIANCO, F. (2005), « Open source and business model innovation. The Funambol case », Proceedings of the first International Conference on Open source Systems.

PASSAMONTI, L. (2011), « Quelle stratégie pour Magento ? », 10 mars 2011. URL : http://www.ludovicpassamonti.com/archive/2011/03/10/quelle-avenir-strategie-pour-magento-go.html (consulté le 23 octobre 2013).

PHIPPS, S. (2010), « Open core is bad for you », Computerworld, 29 juin 2010. URL  : http://www.computerworlduk.com/blogs/simon-says/open-core-is-bad-for-you-3569652/ (consulté le 23 octobre 2013).

PHIPPS, S. (2013a), « How to make app stores open source-friendly », InfoWorld, January 25, 2013. URL : http://www.infoworld.com/article/2613318/open-source-software/how-to-make-app-stores-open-source-friendly.html (consulté le 19 mars 2013).

PHIPPS, S. (2013b), « Has Microsoft finally embraced open source ? », InfoWorld, February 01, 2013. URL : www.infoworld.com/d/open-source-software/has-microsoft-finally-embraced-open-source-211940 (consulté le 19 mars 2013).

PINCKAERS, F. (2011), OpenERP’s Vision. URL : http://fr.slideshare.net/OpenERP2011_CommunityDays/openerp-vision-fabien-pinckaers (consulté le 23 octobre 2013).

PRENTICE, B. (2010), « Open-Core : The Emperor’s New Clothes », Gartner Blog Network, 31 mars 2010. URL  : http://blogs.gartner.com/brian_prentice/2010/03/31/open-core-the-emperors-new-clothes/ (vérifié le 23 octobre 2013).

SCOFFONI PHILIPPE, OGEZ, P, DUBOST, E. (2012), L’Open Cloud : garder la maîtrise de son système d’information, in Methode technique et outils, documentaliste-science de l’information, 2012/ vol. 49, pp. 8-15.

SERRANO, N., SARRIEI, J. M. (2006), « Open source software ERPs : a new alternative for an old need », Software, IEEE, 23(3), pp. 94-97.

SIMON, K. D. (2005), « The value of open standards and open-source software in government environments », IBM Systems Journal, 44(2), pp. 227-238.

SMETS, J.P. (2012), « Nous annonçons le passage de TioLive à SlapOS ». URL : https://www.tiolive.com/fr/tiolive-Migration/view (consulté le 23 octobre 2013).

STALLMAN, R. (1999), « The GNU Operating System and the Free Software Movement », In DiBona, C., Ockman, S. (1999), « Open Sources Voices from the Open Source Revolution », O’Reilly Media, January 1999.

TEECE, D. J. (1986), « Profiting from technological innovation : Implications for integration, collaboration, licensing and public policy », Research policy, 15(6), pp. 285-305.

TEECE, D. J. (2010), « Business models, business strategy and innovation », Long range planning, 43(2), pp. 172-194.

TORRE, D. (2011), « Le modèle économique du logiciel Open Source : viabilité et compétitivité », Revue d’économie industrielle, (4), pp. 11-16.

VÄLIMÄKI, M. (2003), « Dual licensing in open source software industry », Systèmes d’Information et Management, vol. 8, n° 1, 2003, pp. 63-75.

VASQUEZ BRONFMAN, S., MIRALLES, F. (2007), « Business Models in Open Source Software : do they exist ? », 12e conférence de l’Association Information et Management (AIM), Lausanne (Suisse), 18-19 juin 2007.

VEN, K., VERELST, J., MANNAERT, H. (2007), « On the Relationship between Commoditization and Open Source Software », 12e conférence de l’Association Information et Management (AIM), Lausanne (Suisse), 18-19 juin 2007.

VISEUR, R. (2007), « Gestion de communautés Open Source », 12e conférence de l’Association Information et Management (AIM), Lausanne (Suisse), 18-19 juin 2007.

VISEUR, R. (2011a), « Associer commerce et logiciel libre : étude du couple Netscape / Mozilla », 16e conférence de l’Association Information et Management (AIM), Saint-Denis (France), 25 mai 2011.

VISEUR, R. (2011b), « La valorisation du logiciel libre en entreprise », Jeudis du Libre, Université de Mons, 15 septembre 2011.

VISEUR, R. (2012), « Gérer la propriété intellectuelle dans les projets à base de logiciels libres », 17e conférence de l’Association Information et Management (AIM), Bordeaux (France), 21-23 mai 2012.

VISEUR, R. (2013), « Mozilla : histoire d’une libération ». In Camille Paloque-Berges et Christophe Masutti (sous la direction de), Histoires et Cultures du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangée, Framasoft (sous presse).

VON HIPPEL, E., VON KROGH, G. (2003), « Open Source Software and the “Private-Collective” Innovation Model : Issues for Organization Science », Organization Science, vol. 14 no. 2, March / April 2003, pp. 209-223.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Viseur, « Évolution des stratégies et modèles d’affaires des éditeurs open source face au cloud computing », Terminal, 113-114 | 2013, 173-193.

Référence électronique

Robert Viseur, « Évolution des stratégies et modèles d’affaires des éditeurs open source face au cloud computing », Terminal [En ligne], 113-114 | 2013, mis en ligne le 25 décembre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://terminal.revues.org/295 ; DOI : 10.4000/terminal.295

Haut de page

Auteur

Robert Viseur

Faculté Polytechnique de Mons (UMONS) CETIC. Méls : robert.viseur@umons.ac.be ou bien robert.viseur@cetic.be

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org