Navigation – Plan du site
Dossier

VideoLan : un cas d’école dans l’industrie informatique

Clément Bert-Erboul
p. 117-135

Résumé

Dans cet article, nous l’ont montrons comment un groupe de développeurs de logiciels libres a quitté les conditions sociales qui fait naître. Initialement regroupés sous forme d’un projet d’étudiants, les développeurs de VideoLan sont caractérisés par la succession des promotions et la présence d’experts temporaires changeant chaque année. Par la suite, cette organisation se modifie avec la massification de l’utilisation du logiciel et la participation de contributeurs travaillant dans l’industrie informatique. Durant cette seconde période, des modifications importantes sont apportées au code source, et nous constatons une évolution du turn-over chez toutes les catégories de contributeurs suite à la constitution d’un réseau d’interactions centralisé autour d’un noyau stable d’administrateurs.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nous expliquons le lien existant entre la sortie d’un projet de logiciel libre de son cadre institutionnel initial et les modifications intervenues dans les interactions de ses développeurs. La plupart des analyses étudient les organisations produisant des logiciels libres une fois formés, en prenant souvent les exemples de logiciels symbolisant la réussite commerciale du modèle économique du libre, tel que Linux [Bonaccorsi et Rossi 2003, Hertel et coll. 2003]. Dans ces études à un instant t, la dynamique d’apparition du projet revêt un caractère secondaire de mise en contexte sans lien avec l’analyse de l’organisation des développeurs. En informatique [Koch, 2005], les recherches prenant une perspective longitudinale s’intéressent à l’accroissement de la complexité technique et non aux faits sociaux expliquant l’activité des développeurs. Malgré la prise en compte d’une dimension historique dans le développement des logiciels, les recherches ont tendance à homogénéiser les projets et leurs participants. Qu’il s’agisse des premières versions ou d’un logiciel bien établi, les recherches ne font pas de différence entre les cadres institutionnels qui supportent l’activité de développement et la structure du réseau de contributeurs [Madey et coll., 2002].

2Notre analyse d’un réseau d’interactions de développeurs s’inspire des recherches en sciences de l’ingénieur sur les réseaux de contributeurs en ligne [Crowston et Howison, 2005] et sur les formes d’organisations dans la production de logiciels [Raymond, 1999]. Ces recherches insistent sur la symétrie entre les structures organisationnelles et les structures techniques [Conway, 1968]. Pour sortir du déterminisme technique de ces approches, nous utilisons principalement les outils de la sociologie économique américaine, et nous focalisons notre recherche sur les effets organisationnels de l’inscription des développeurs dans des institutions telles que l’éducation, ou le travail [DiMaggio et Powell, 1991 ; Fligstein, 2001].

3Dans le cas des groupes produisant des logiciels libres, la mise en place de règles de coordination [Demazière et al., 2007 ; O’mahony et Ferraro, 2007] et de distribution de l’activité [Lakhani et von Hippel, 2003] fait l’objet d’accords informels. Les projets de logiciels libres peuvent être composés de nombreux contributeurs distants d’origines géographiques et institutionnelles variables et participant à l’activité collective durant plusieurs années ou quelques heures [Coris et Lung, 2005]. Cependant, les relations dans ces groupes ne sont pas seulement médiatisées par des ordinateurs. Les recherches sur les échanges via Internet soulignent l’importance des interactions en vis-à-vis pour le maintien des relations sociales [Hampton et Wellman, 2002; Rheingold, 1993]. Le cas du logiciel libre VideoLan apparu dans l’internat d’une Grande École et qui est devenu un projet mondial permet d’illustrer l’évolution des interactions dans un groupe de développeurs.

  • 1 Le dialogue entre le programmeur et l’ordinateur nécessite de décliner le logiciel sous deux formes (...)

4Les changements intervenus dans l’organisation de ces programmeurs sont principalement dus au partage du code source1 du logiciel. Cette pratique est apparue dans les années 1950 afin d’écrire et d’utiliser des logiciels nécessitant des compétences techniques variées souvent regroupées au sein d’une équipe de développeurs [Armer, 1980]. Dans ces circonstances la circulation du code source permettait la coordination de programmeurs travaillant sur des logiciels similaires. L’échange de code source entre les premiers développeurs informatiques a été formalisé à la fin des années 1980 par les licences libres [Williams, 2002] en opposition au copyright utilisé en informatique [Foray et Zimmermann, 2001].

  • 2 Le terme « hobbyiste » est devenu célèbre pour les passionnés de loisirs numériques suite à la lett (...)
  • 3 Le logiciel VideoLan permet de diffuser et de lire des contenus multimédias (contenant de la vidéo (...)

5Le recours aux licences libres pour réaliser collectivement un programme informatique assure aux contributeurs de pouvoir copier, étudier, modifier et redistribuer le logiciel sans qu’aucune personne ne puisse individuellement s’approprier le travail réalisé collectivement. Ces règles d’échange ont été mises en place à travers les activités d’amateurs2 en marge du circuit économique principalement basé sur la fermeture du code source des logiciels. Les clubs informatiques [Levy, 1984 ; Weber, 2004] ont joué un rôle important dans l’économie des logiciels en institutionnalisant et en légitimant la production de code source ouvert. Les développeurs de VideoLan3 s’inscrivent dans cette tradition en produisant un code source ouvert massivement utilisé par les particuliers et les professionnels.

6En prenant comme exemple le cas de VideoLan, nous étudions comment l’écriture du code source a évolué d’un engagement tous azimuts d’élèves ingénieurs de l’École Centrale de Paris (ECP), vers une participation de développeurs professionnels aux pratiques normalisées. L’association à but non lucratif VideoLan a produit grâce à l’activité de 720 auteurs développeurs bénévoles le logiciel libre VLC (VideoLan Client)4.

  • 5 VideoLan est le logiciel le plus téléchargé sur la plate-forme principale dédiée au logiciel libre, (...)

7Ce programme connaît une très large audience puisqu’il a été téléchargé gratuitement plus d’un milliard de fois5 depuis mai 2004. Une telle popularité pose la question du passage de la production basée sur des réseaux personnels au sein d’une Grande École à l’activité de production et de distribution au niveau mondial. L’analyse des interactions sur une liste de diffusion, et de données ethnographiques [Ducheneaut, 2005 ; Seaman, 1999], permet de comprendre les évolutions intervenues dans le groupe de développeurs. Dans un premier temps, nous présentons les deux étapes principales de l’histoire du projet VideoLan : sa mise en place à l’École Centrale de Paris et son départ de l’ECP. Dans un deuxième temps, nous détaillons la méthodologie de l’analyse du corpus d’échanges des mails sur une liste de diffusion montrant une rupture quand le projet VideoLan quitte l’ECP. Dans un troisième temps, nous analysons la répartition des contributeurs avant et après la période étudiante du projet dans un réseau d’interactions composé en trois groupes : le noyau d’administrateurs, les développeurs extérieurs et les utilisateurs avertis.

Une brève histoire du projet VideoLan

8Au cours de son histoire, l’organisation du projet Videolan est passée d’un groupe d’étudiants restreint, à une organisation comptant des contributeurs dans plus de vingt pays. Pour analyser ces changements, notre monographie s’appuie sur dix entretiens réalisés avec des contributeurs ayant participé à différentes périodes du projet. Ces données montrent que les développeurs de VideoLan n’évoluent pas en vase clos, et sont en interactions avec le monde informatique professionnel et amateur, mais également avec d’autres institutions nationales chargées de la régulation d’Internet et des droits d’auteurs. Les entretiens réalisés portaient systématiquement sur la participation des contributeurs, l’utilisation des licences libres, et les ressources (matérielles, économiques, symboliques) dont disposait le groupe aux différentes époques de son existence.

9Pour compléter ces informations, nous avons observé deux journées de développement entre 2010 et 2012 regroupant une centaine de personnes chaque année. Durant ces journées, des développeurs bénévoles, mais également des membres de sociétés informatiques privées se rencontrent pour discuter des futures orientations du logiciel sous forme d’ateliers et de conférences dans les locaux de l’École Telecom Paris.

10L’organisation actuelle de VideoLan fonctionne principalement avec une équipe réduite de bénévoles, anciens élèves de l’ECP pour la plupart, gérant les questions économiques, légales et techniques au travers d’une association loi 1901 créée en 1999. Ces questions socio-économiques sont d’autant plus importantes que les composants du logiciel VideoLan sont utilisés largement dans l’industrie informatique. Si cette organisation a permis le fonctionnement du projet depuis plusieurs années, un contributeur souligne la fragilité qu’une telle centralisation représente.

  • 6 Olivier 28 ans ancien centralien directeur de la technologie dans une startup française et contribu (...)

« Le premier cercle c’est cinq ou six personnes, le deuxième cercle très proche c’est une douzaine une quinzaine de personnes et ensuite c’est l’éparpillement. Tu peux avoir 100 ou 150 personnes qui apportent quelque chose et qui repartent chaque année. Qu’est-ce qu’il se passe si les cinq du premier cercle décident d’avoir une vraie vie ? »6

11Cet agencement de VideoLan en cercles concentriques a connu plusieurs périodes. Durant la période où le projet est hébergé à l’ECP l’organisation des contributeurs dépendait de la rotation des promotions d’étudiants. Par la suite, bien que le projet se soit internationalisé l’organisation est restée centralisée autour d’anciens élèves de l’ECP prolongeant leur participation durant plusieurs années.

La sortie de VideoLan de l’ECP

12VideoLan est un projet étudiant lié depuis 1996 au programme de formation des élèves de deuxième année à l’École Centrale de Paris. En plus de ce rattachement institutionnel, les étudiants ont autonomisé une partie du développement du programme et codent le logiciel durant leur temps libre. Les contributeurs du projet VideoLan se rassemblent dans un couloir de l’internat du campus de l’ECP et forment un groupe de pairs régulant l’attribution des chambres aux nouveaux arrivants par un système de cooptation intergénérationnelle. Durant cette première période de développement, VideoLan est parcourue par un paradoxe opposant la volonté des développeurs à intégrer de nouveaux contributeurs, et la maîtrise de la technique de programmation utilisée par les élèves de l’ECP pour coder le logiciel. L’absence de normalisation sur toutes les parties du code réduit sensiblement le nombre de contributeurs potentiels.

13Cette recherche réalisée par Thomas Basset [Basset 2005] sur la première période historique du projet VideoLan à l’ECP souligne la difficulté paradoxale de l’information à circuler au sein d’un groupe produisant un logiciel libre, dans un espace physique réduit à un couloir d’internat. La monographie souligne l’influence d’un noyau d’experts [Lazega, 1992 ; Waters, 1989] dans les choix techniques et organisationnels du projet. Cette organisation centralisée se retrouve dans la structure modulaire du logiciel. Les développeurs de VideoLan codent un noyau servant de moteur pour des modules de fonctionnalités spécialisées, produites par des développeurs extérieurs. Un contributeur nous explique que l’équipe de VideoLan fait en sorte que ces fonctionnalités extérieures soient compatibles avec leur noyau.

  • 7 Sylvain 31 ans ancien centralien directeur de la technologie dans une startup française et contribu (...)

« Ce qu’on prend c’est des briques fondamentales du logiciel libre qui sont utilisées par quasiment tous les projets. Par exemple QT qui est une interface graphique, c’est porté par un constructeur de téléphone mobile, et une équipe de plusieurs centaines de personnes et c’est une base Linux. »7

14Par le biais de fonctionnalités annexes, des contributeurs extérieurs participent au développement bien que dans les premiers temps la programmation du logiciel soit liée principalement à l’activité de contributeurs inscrits à l’ECP. Cette situation va évoluer avec la diversification des utilisations du logiciel et la publication du code source. À partir de 2000 le projet VideoLan permet de lire et de diffuser de la vidéo et du son dans le réseau informatique de l’ECP. En plus de cette spécificité, VLC est capable de lire des fichiers de formats multimédias variés dont ceux protégés par des brevets logiciels américains. Ces caractéristiques rendent VLC très populaire auprès des utilisateurs de vidéos et de musiques échangés sur les réseaux « peer-to-peer » [Beuscart, 2002]. En 2001 les étudiants demandent à l’administration de l’École Centrale de Paris de pouvoir publier le code source de Videolan afin de faciliter l’utilisation du logiciel. Les hésitations de la direction de l’institution quant à l’ouverture du code source portent sur le respect des droits de propriété intellectuelle et sur l’entretien du prestige de l’École.

15La direction de l’École Centrale est soucieuse de ses bonnes relations avec l’univers industriel assurant des débouchés aux élèves de l’école. Après l’ouverture du code source, le développement du logiciel est instantanément accéléré. Un développeur extérieur à l’ECP propose une version de VLC compatible avec le système d’exploitation Windows de Microsoft utilisé par la plupart des ordinateurs personnels. Cette version de VLC va populariser le projet Videolan au-delà des utilisateurs de logiciels libres.

L’entrée dans le monde professionnel

16À partir de 2006, l’équipe du projet VideoLan se forme progressivement à l’extérieur de l’École Centrale de Paris. La croissance du nombre d’utilisateurs du logiciel VLC augmente les coûts générés (bande passante, électricité) par la distribution gratuite du logiciel. L’hébergement du projet ne peut plus être assumé économiquement par l’ECP. Un fournisseur d’accès à Internet utilisant VideoLan pour ses services de télévision numérique propose par l’intermédiaire d’un contributeur travaillant dans cette société, d’héberger gratuitement sur ses serveurs la plate-forme de téléchargement du logiciel.

17Cette période est marquée par un renouvellement de l’équipe centrale du développement. Des contributeurs historiques ont pris leurs distances avec le projet logiciel de VideoLan pour se consacrer à des sociétés de télévision en ligne développant des logiciels multimédias propriétaires. De plus, un développeur nous explique (ci-dessous) que le changement du programme pédagogique de deuxième année à l’ECP, comprenant initialement le développement du projet VideoLan, remet en cause le renouvellement des contributeurs jusque-là assuré par la succession des promotions.

  • 8 Cf. note 6.

« La dernière année, les étudiants ils étaient très mauvais, c’est là où ça s’est arrêté. Car ils avaient moins de temps, et moins de formation. Ce n’est pas que le niveau des jeunes baisse, c’est juste qu’ils apprennent autre chose. »8

  • 9 Ces règles sont régies par le génie logiciel et visent à garantir la « qualité » des programmes inf (...)

18Après 2007, le code VideoLan fait l’objet d’une réécriture partielle respectant les normes techniques professionnelles9. Un développeur nous explique que le renouvellement annuel des contributeurs au sein de l’ECP avait créé des incohérences dans le code source suite aux expérimentations successives rarement reprises par la génération suivante d’élèves.

  • 10 Cf. note 6

« En fait, le code était bordélique. Les étudiants qui venaient d’une année sur l’autre, ils faisaient un truc et abandonnaient, et l’année suivante c’est un autre qui fait un truc. Donc il y avait besoin d’un grand nettoyage qui a été fait entre 2006 et 2007, 2008. On a fait ça à 3 ou 4. Pas sur tout le code, mais une partie. Maintenant que le code est corrigé, des gens peuvent venir et rapidement travailler dessus. Le code est plus compliqué donc il faut avoir un niveau que tu n’as pas quand tu es à l’école. C’est des jeunes professionnels qui sont souvent d’anciens de l’école et qui veulent continuer. Maintenant c’est très facile de venir et d’ajouter des fonctionnalités qui sont propres et faciles à maintenir et utilisables pour les gens. Les gens peuvent venir faire des projets basés sur VLC sans modifier VLC. »10

19L’évolution du nombre de modifications (commits) sur le code source (cf. figure 1) du logiciel révèle une augmentation de l’activité des développeurs entre 2007 et 2010 sur le projet et une stabilisation des contributions sur les périodes suivantes. La refonte du code par des professionnels de l’informatique respectant les normes techniques et légales permet aux contributeurs issus des métiers du multimédia d’apporter des commentaires ou des contributions à partir de leurs formations ou leurs expériences et non en fonction des pratiques informatiques construites à l’internat de l’ECP. Ces nouvelles règles liées à l’inscription dans le monde professionnel des développeurs changent les interactions entre contributeurs de relations interpersonnelles en un réseau plus vaste.

Figure 1 : Évolution du nombre de modification sur le code source de VideoLan11

Figure 1 : Évolution du nombre de modification sur le code source de VideoLan11

Méthodologie et présentation du corpus de mails

  • 12 En vis-à-vis, par téléphone, par Internet Relay Chat, les forums, les mails personnels.
  • 13 Les discussions autour d’un sujet durent en moyenne une semaine sur la liste.

20L’analyse d’une liste de diffusion permet de faire ressortir le lien existant entre le changement d’ancrage institutionnel d’un groupe de producteurs de logiciel libre et l’évolution de son réseau d’interactions [Lazega et coll., 2008]. Bien qu’il existe de nombreuses modalités différentes de communication12 notamment dans la période où VLC est développé à l’ECP, la programmation de logiciels nécessite un passage par l’écrit afin de faire circuler les modifications ou les erreurs annoncées par les machines utilisant le logiciel. Ainsi, l’analyse d’échanges mails entre développeurs donne une information significative (bien qu’incomplète) sur les interactions entre développeurs [Bird et coll., 2006 ; Mockus et coll., 2000] sur des temps courts13. Après avoir explicité la méthode d’extraction des données, nous précisons le sens attribué aux degrés de centralité obtenus grâce à notre protocole.

Extraction des données

  • 14 Excepté l’année 2001 comptant 11 mois.

21Notre analyse du réseau d’interactions porte sur les échanges de messages entre février 2001 et décembre 2011 regroupés dans des corpus de douze mois14. Chaque 1er janvier nous recommençons notre compte, en intégrant à l’enquête tous les individus ayant posté au moins un message sur la liste pendant l’année.

22Ces mails sont échangés par les participants à la liste « VlcDevel » dédiée au développement du logiciel de lecture multimédia VLC, le logiciel le plus populaire du projet VideoLan. Les messages sur la liste concernent l’utilisation des fonctionnalités du logiciel, des modifications du code, ou plus rarement la répartition des droits entre les contributeurs pour modifier le code du logiciel. L’archive récupérée est publique15, et représente 90 860 messages échangés entre 2 944 adresses e-mails différentes (cf. figure 2).

Figure 2 - Effectifs annuels des contributeurs sur la liste VlcDevel entre 2001 et 2011

Figure 2 - Effectifs annuels des contributeurs sur la liste VlcDevel entre 2001 et 2011
  • 16 Cette reconnaissance est matérialisée au travers de prix décernés par des groupes industriels tels (...)

23L’analyse longitudinale des participants à la liste permet de voir l’augmentation du nombre de contributeurs après l’ouverture du code source. Entre 2002 et 2005, le projet connaît la consécration et la population de la liste de diffusion quadruple16. Entre 2005 et 2009, le nombre de contributeurs se stabilise durant la période où le projet quitte l’ECP. Le nombre de contributeurs augmente ensuite après la réorganisation du code source. Entre 2009 et 2011, le nombre de contributeurs sur la liste diminue suite au recours de plus en plus systématique à d’autres médias de communication comme un nouveau forum créé en 2005 et qui va être de plus en plus utilisé.

Étude de la centralité de degrés

24Pour étudier les interactions engagées via les discussions nous avons établi les relations qu’entretiennent les contributeurs avec les différents sujets de discussion (thread). À partir de ces relations bimodales (contributeurs/thread/contributeur) nous avons choisi de relier toutes les personnes participant au même thread entre elles pour obtenir un réseau unimodal non dirigé (contributeur/contributeur).

25Cette mise en forme des données permet d’objectiver et de quantifier l’engagement en donnant aux messages des valeurs équivalentes. Ainsi, un remerciement a le même « poids » qu’un message plus long, un rapport de bug équivaut à une proposition de correction de bug. Si tous les messages se valent, tous les contributeurs ont également un poids identique. Un membre du noyau d’administrateurs a autant d’importance qu’un contributeur extérieur ou qu’un utilisateur averti. Cette homogénéité respecte les règles de fonctionnement égalitaires sur la liste, qui est publique et non modérée. Cette politique crée une certaine horizontalité dans les interactions ne permettant pas d’analyser les effets hiérarchiques de proximité ou d’intermédiarité dans le réseau [Freeman, 1977].

26Les interventions des abonnés sur la liste de diffusion permettent en revanche d’étudier l’évolution des réseaux de communications personnelles des développeurs du projet. En prenant en compte le degré de centralité [Degenne et Forsé, 2004], nous faisons ressortir qu’un contributeur est d’autant plus central dans le réseau qu’il est en interactions avec des individus différents. La multiplication des interlocuteurs indique l’étendue de l’expertise d’un contributeur, sa capacité à réagir sur des sujets de provenances variées et la durée de son engagement.

27Le calcul de la centralité de degrés se fait en fonction du nombre d’interlocuteurs différents avec qui un contributeur entre en interactions. Sur la liste de diffusion, la centralité d’un individu augmente de 1 quand il échange un message (qu’il le reçoive ou qu’il l’envoie) pour la première fois de l’année avec un contributeur. Si personne ne répond au message d’un individu, la centralité du participant sera de 0. Si un contributeur répond à son propre message et forme une boucle, sa centralité augmente une fois de 2.

28À partir de ce calcul, nous observons que l’évolution de l’écart type des centralités (entre les plus centraux et les moins centraux) des contributeurs est concomitante avec les changements intervenus dans l’organisation du projet (cf. figure 3). La période charnière de ce changement dans l’organisation correspond à la mise aux normes du code source à partir de 2007. Entre 2001 et 2006, l’écart type de la centralité de degré est stable aux alentours de 3,5. Cependant avec la massification de l’utilisation du logiciel, les développeurs centraux ont de plus en plus d’interlocuteurs par rapport à la moyenne des contributeurs. À partir de 2007 l’écart type fluctue entre 4,5 et 7,5 après le départ du projet de l’ECP.

29L’écart diminue en 2009 avec la baisse de fréquentation de la liste, mais reste élevé par rapport à la période initiale et confirme la mise en place d’une nouvelle organisation.

Figure 3 - Écarts types des degrés de centralité des contributeurs de la liste VlcDevel entre 2001 et 2011

Figure 3 - Écarts types des degrés de centralité des contributeurs de la liste VlcDevel entre 2001 et 2011

Les catégories de participants

30En étudiant la distribution du degré de centralité dans le groupe de participants à la liste VlcDevel, nous retrouvons une organisation concentrique souvent évoquée dans la littérature scientifique [Crowston et Howison, 2006] et par les développeurs eux-mêmes. Dans la distribution des contributeurs selon le degré de centralité nous distinguons trois ordres de grandeur représentant des proportions de la population stable quelle que soit l’année observée (cf. figure 4) : 50 % des abonnées ne reçoivent aucune réponse, 20 % ont une centralité de degré de 2, et moins de 10 % ont des centralités de 1, ou comprise entre 3 et 4 ou supérieur à 5.

Figure 4 - Répartition de la centralité de degré sur la liste VlcDevel.

Figure 4 - Répartition de la centralité de degré sur la liste VlcDevel.

31La participation des développeurs de VLC dans le réseau d’interactions se distribue autour du degré de centralité 4. Au-dessous de cette centralité, l’activité des développeurs extérieurs et des utilisateurs avertis est motivée par l’amélioration des fonctionnalités et les modules du logiciel sans pour autant entrer en interactions avec les développeurs pour améliorer le code source de VLC. Au-dessus de cette centralité, les contributeurs du noyau administrent techniquement, économiquement et juridiquement le logiciel afin qu’il reste en interface avec les règles des développeurs bénévoles et celles de l’industrie informatique.

Le noyau de développeurs administrateurs

  • 17 L’amplitude de cette tranche est liée à la massification du projet.

32Les développeurs administrateurs ont de 5 à 90 interlocuteurs différents17 et possèdent un point de vue panoptique sur l’activité du groupe. Ce noyau centralise entre 40 à 50 % des relations existant dans le réseau. Au cours du temps, les interactions sont réparties entre les développeurs selon le changement du turn-over des administrateurs. Durant les cinq premières années [2001-2005] seuls 6 contributeurs sont restés présents sur la liste et parmi eux, seuls 3 sont actifs chaque année. Le changement régulier de contributeurs durant la période ECP dans le projet VideoLan est lié à la succession des promotions d’élèves ingénieurs.

33Durant la première période, peu de contributeurs continuent de participer aux discussions du projet après leur passage dans l’école. Quand le projet Videolan est hébergé par l’École Centrale de Paris, 70 % des développeurs centraux sont renouvelés chaque année. Par la suite, le turn-over de cette catégorie ralentit fortement après le départ du projet de l’ECP. Entre 2006 et 2011, 15 contributeurs restent actifs dans le projet. En moyenne les membres du noyau après 2007 ont également participé aux discussions sur VlcDevel durant les trois ans qui précèdent. Le changement intervenu dans le positionnement institutionnel crée une nouvelle forme d’organisation dans le noyau d’administrateurs bien que les élèves de l’ECP continuent de participer au réseau des interactions après plusieurs années loin de l’école et malgré la diversification d’origine des développeurs. En effet parmi les contributeurs répartis autour du monde, peu d’entre eux souhaitent engager leur responsabilité dans des enjeux juridiques liés aux droits d’auteur. Un contributeur nous explique (ci-dessous) la place de VLC dans le paysage multimédia international et l’importance du bénévolat dans le fonctionnement de l’organisation VideoLan.

  • 18 En Europe les brevets sur les logiciels ne sont pas reconnus.
  • 19 Marc 27 ans ancien centralien sans emplois et contributeur à VideoLan depuis 2006.

« Comme c’est multimédia et qu’il y a des brevets partout, personne ne veut mettre d’argent, tout le monde a peur de se faire attaquer. C’est trop dangereux. Nous, on est en Europe18 et on n’a pas d’argent. Ça ne sert à rien de nous attaquer. Le multimédia libre est européen ». 19

34Cette remarque souligne l’influence de la massification et de la renommée sur l’engagement des développeurs. De nombreux contributeurs participent au développement de VLC et des outils qui lui sont liés dans un cadre professionnel. Cependant, la participation d’entreprises au développement de logiciels libres est occultée. Pour des raisons légales de respect des droits de propriété, des salariés développent des logiciels libres dans un cadre « bénévole », sans mentionner leur employeur. Un contributeur nous explique (ci-dessous) que participer ouvertement à un logiciel libre enfreignant des droits de propriété sur des formats multimédias concurrents, expose les entreprises à des sanctions légales et économiques.

  • 20 Cf. note 7.

« Dans le cas des logiciels libres FfmPEG (permettant à VideoLan de lire et de diffuser du son et de la vidéo), pour des raisons légales personne ne dit qu’il travaille pour son boulot, c’est encore plus dur de faire parler les développeurs. Pour éviter des problèmes légaux, des grosses boites américaines ne disent pas qu’elles participent au développement ».20

35La participation au noyau implique une expertise technique, mais également un engagement sur les autres aspects politiques, légaux et économiques concernant les différents éléments composant le logiciel. Dans ce cadre, l’engagement individuel des personnes prenant des responsabilités se fait au sein d’un groupe de pairs possédant des relations de solidarité dépassant la participation en ligne.

36Malgré la persistance d’un lien avec l’origine étudiante du projet, la situation professionnelle des développeurs marque une rupture avec l’activité des premiers élèves de l’ECP motivés par la perspective de valider leur formation, lire des films sur leurs ordinateurs et diffuser des événements sportifs sur les écrans de l’ECP.

Les contributeurs extérieurs

37Au cours des deux périodes de l’histoire de VideoLan, le profil des contributeurs extérieurs a également évolué. Quand le projet est hébergé à l’ECP, d’autres étudiants européens et américains ont proposé des contributions liées à leurs travaux académiques. Par la suite les étudiants continuent de représenter une part importante des participants, mais la géographie des contributeurs s’est étendue.

38La participation active sur la liste VlcDevel d’étudiants indiens et chinois révèle la massification des utilisations VLC et le développement de l’industrie informatique dans de nouveaux pays [Arora et Athreye, 2002]. L’ouverture géographique et académique s’est accompagnée d’une participation aux discussions d’ingénieurs travaillant dans le domaine du multimédia utilisant dans leur activité le logiciel VLC et ses modules. Afin de maintenir l’expertise nécessaire à leurs emplois [Lallement et Sarfati, 2009], ces professionnels s’informent sur les avancés du développement de VLC et proposent des fonctionnalités supplémentaires aux développeurs du noyau qui décident ou non de les intégrer à VLC.

  • 21 Une boucle augmente la centralité de 2. La centralité de degré de 3 n’indique pas nécessairement 3 (...)

39Les changements de profils des développeurs extérieurs sur la liste entre les deux périodes de l’histoire du projet se sont accompagnés de modification dans leur rythme de participation. Avant la réécriture du code source, entre 7 et 20 % des nouveaux arrivants sur la liste ont au moins un interlocuteur21. À partir de 2007 cette proportion est comprise entre 35 et 50 %. Cette croissance du nombre de nouveaux développeurs extérieurs survient après la réécriture du code source et la constitution d’un noyau de développeurs à l’extérieur de l’ECP. Durant la seconde période du développement de VideoLan, la proportion des sujets auxquels participent des contributeurs extérieurs s’est s’élargit. Entre 2001 et 2006, les contributeurs extérieurs participaient à 20 % des liens composant le réseau d’interactions. À partir de 2007, la proportion de liens existants dans le réseau reliant un contributeur extérieur est comprise entre 25 et 30 %. L’augmentation des sujets intégrant des nouveaux contributeurs extérieurs a intensifié les relations sur la liste de discussion en valeur absolue, sans pour autant modifier la répartition entre contributeurs. Ainsi, le développeur le plus central du noyau est en interaction directe avec 10 % des participants à la liste en 2004 (figure 5) et en 2010 (figure 6). Cependant, cette stabilité cache les effets de la massification, car 10 % des effectifs représentent en 2004, 29 personnes et en 2010, 55. Cet élargissement des réseaux personnels des développeurs administrateurs est lié au changement de cadre institutionnel.

Figure 5 - Le réseau des interactions sur la liste VlcDevel réduit aux contributeurs ayant un degré de centralité d’au moins 3 en 2004 (n =41 soit 17 % des adresses mails du réseau annuel).

Figure 5 - Le réseau des interactions sur la liste VlcDevel réduit aux contributeurs ayant un degré de centralité d’au moins 3 en 2004 (n =41 soit 17 % des adresses mails du réseau annuel).
  • 22 Représentation réalisée avec le logiciel Pajek (développé par Vladimir Batagelj, Andrej Mrvar et Ma (...)

Figure 6 - Le réseau des interactions sur la liste VlcDevel réduit aux contributeurs ayant un degré de centralité d’au moins 3 en 2010 (n =72 soit 19 % des adresses mails du réseau annuel).22

Figure 6 - Le réseau des interactions sur la liste VlcDevel réduit aux contributeurs ayant un degré de centralité d’au moins 3 en 2010 (n =72 soit 19 % des adresses mails du réseau annuel).22

40Les administrateurs ont d’abord été socialisés à l’informatique à travers un groupe de pairs valorisant la distribution du code source, et l’expérimentation technique. En entrant dans le milieu professionnel informatique d’autres règles se sont présentées principalement à travers les droits de propriété intellectuelle.

41Afin de concilier leur expérience professionnelle et leurs aspirations de développeurs acquises durant leur formation, les participants de la seconde période de Videolan écrivent un code source interprétable et utilisable par des développeurs extérieurs au cercle initial de codeurs « bidouilleurs amateurs » expérimentant de nouvelles fonctionnalités. Ce changement souligne la constitution d’un groupe en ligne dépassant le cadre scolaire originel de VideoLan.

Les utilisateurs avertis

42Dans le réseau d’interactions, la majeure partie des contributeurs de la liste de diffusion est très peu interconnectée. Huit individus sur dix ont un degré de centralité entre 0 et 2 et forment un ensemble d’utilisateurs avertis gravitant autour de deux autres catégories de contributeurs. Parmi ce groupe 80 % d’entre eux ne sont présents sur la liste qu’une seule année. Malgré le détachement de ces utilisateurs avertis par rapport au reste du réseau, les changements intervenus dans VideoLan se sont accompagnés d’évolution dans la versatilité de son groupe périphérique. Durant la période où le projet est hébergé à l’École centrale, en moyenne 75 % des nouveaux arrivants dans le réseau possèdent un degré de centralité compris entre 0 et 2. Dans la période qui suit les nouveaux arrivants dans le réseau semblent avoir davantage de relations puisqu’ils ne sont plus que 65 % en moyenne à avoir lors de leur première année de participation une centralité comprise entre 0 et 2.

43Les contributeurs de cette large périphérie ne sont pas homogènes comme l’indiquent les disparités de centralité (cf. figure 4). Certains relaient les bugs, posent des questions sur les usages du logiciel et matérialisent par leur nombre le succès de VLC sur Internet. Ces utilisateurs participent au projet VideoLan malgré la faiblesse de leurs liens avec les autres membres du réseau de discussion. Toutes les améliorations proposées ne nécessitent pas une expertise multiple. Des développeurs travaillant dans l’industrie informatique indiquent des bugs ou fournissent des contributions appliquées telles quelles dans VLC avec les remerciements des développeurs du noyau. La plupart du temps la coordination entre contributeurs centraux et utilisateurs avertis prend une autre forme de participation. Le degré de centralité des contributeurs de 2 est formé soit par des interactions avec plusieurs contributeurs du noyau sur des questions d’utilisation très spécifiques, soit par la réaction d’un contributeur à son propre message. Ces boucles précisent des oublis dans le message initial ou donnent des indications sur la résolution des bugs par le contributeur à l’origine du thread.

44Ces nombreuses discussions concernant peu de contributeurs réguliers sont un puissant outil de coordination, mais mobilise beaucoup de ressources (temps, expertise) de la part des contributeurs centraux. À partir de leur position d’autorité les développeurs du noyau régulent les interactions en faisant une séparation entre les activités de développement bénévole et les utilisations du logiciel. Ainsi, les messages concernant les utilisations commerciales de VLC restent sans réponse. Avec la massification de l’utilisation de VLC les entreprises privées perçoivent VideoLan comme un partenaire commercial (cf. mail ci-dessous) et ne séparent pas l’activité de production et de diffusion. Ces sociétés demandent aux bénévoles des informations légales ou techniques et ignorent bien souvent le statut associatif de l’organisation VideoLan et ses origines étudiantes.

« Je suis un architecte logiciel pour une société informatique américaine. Nous avons actuellement un problème de compatibilité avec votre VLC. […] Je pensais que cette liste serait le meilleur moyen pour vous contacter. Si cela n’est pas correct, faites-moi savoir à qui m’adresser ? »

45En dehors de la liste de diffusion et pour ne pas interférer avec l’activité des développeurs, un forum recueille les questions d’utilisation de VideoLan. Ainsi, des messages qui pouvaient faire l’objet de réponse de la part de l’équipe dans les premières phases de développement sont maintenant redirigés vers d’autres espaces de discussions plus asynchrones que la liste de diffusion. Durant la période étudiante, les interactions avec des sociétés utilisant VLC permettaient aux élèves de trouver des stages, et obtenir du matériel pour le projet. À présent, les développeurs cherchent à limiter l’effet de la massification sur les réseaux personnels composant le noyau en distinguant le développement et la distribution du logiciel.

Conclusion

46À travers une étude de cas, nous montrons comment les développeurs d’un logiciel libre ont quitté le cadre institutionnel dans lequel leur projet est apparu. L’apport de cette démarche est de faire ressortir les différents facteurs à l’œuvre dans la formation d’un groupe de développeurs de logiciels libres. Cette dynamique est souvent analysée comme étant guidée par des rationalités individuelles.

47Dans le cas étudié, la structuration du groupe est liée à un processus social encadré par des institutions telles que l’école, et le travail. VideoLan est un logiciel libre qui est d’abord développé par des étudiants de l’École Centrale Paris. Par la suite le projet sort de cette institution et est développé principalement par d’anciens élèves de l’ECP travaillant dans l’industrie informatique. Durant cette deuxième période, le logiciel a connu une massification de ses utilisations et une augmentation de contributeurs extérieurs suite à la mise du code source aux standards techniques professionnels par des développeurs.

48En analysant le nombre d’interlocuteurs avec lesquels les développeurs sont en relation sur une liste de diffusion, nous avons déterminé des catégories de participants déjà mis en évidence par la littérature scientifique. Notre apport dans ce domaine est de montrer que les niveaux d’engagement connaissent des évolutions qualitatives au cours du temps.

49Les changements touchant la participation des différentes catégories de développeurs sont liés aux enjeux techniques, juridiques, économiques traversant les professions du développement multimédia. Bien que le projet VideoLan soit encore animé par des pratiques étudiantes en marge des logiques marchandes, les problématiques de l’industrie informatique influent sur son organisation. L’exemple de VideoLan illustre les croisements institutionnels dans un secteur de l’économie où amateurs et de professionnels se coordonnent.

50Des recherches complémentaires dans d’autres secteurs (comme l’édition scolaire ou la presse en ligne) permettront de souligner les similitudes et les différences des cadres institutionnels participant au processus de construction des réseaux de contributeurs dans des projets utilisant les licences libres. Ces analyses aideront à mieux comprendre l’articulation entre les changements des profils de contributeurs et le maintien de l’activité d’organisations utilisant Internet comme moyen principal de coordination.

Haut de page

Bibliographie

ARMER, P., 1980. SHARE-A Eulogy to Cooperative Effort. Annals of the History of Computing 2, 122-129.

ARORA, A., ATHREYE, S., 2002. The software industry and India’s economic development. Information Economics and Policy 14, 253-273.

BEUSCART, J.-S., 2002. « Les usagers de Napster, entre communauté et clientèle Construction et régulation d’un collectif sociotechnique ». Sociologie du Travail 44, 461-480.

BIRD, C., GOURLEY, A., DEVANBU, P., GERTZ, M., SWAMINATHAN, A., 2006. « Mining email social networks, Proceedings of the 2006 international workshop on Mining software repositories ». ACM, Shanghai, China, pp. 137-143.

BONACCORSI, A., ROSSI, C., 2003. Why open source software can succeed, Research Policy 32, 1243-1258.

CONWAY, M.E., 1968. How do committees invent. Datamation 14, 28-31.

CORIS, M., LUNG, Y., 2005. « Les communautés virtuelles : la coordination sans proximité ? Les fondements de la coopération au sein des communautés du logiciel libre ». Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 397-420.

CROWSTON, K., HOWISON, J., 2005. The social structure of free and open source software development. First Monday 10.

CROWSTON, K., HOWISON, J., 2006. Hierarchy and centralization in free and open source software team communications. Knowledge, Technology & Policy 18, 65-85.

DEGENNE, A., FORSÉ, M., 2004. Les réseaux sociaux.

DEMAZIÈRE, D., HORN, F., ZUNE, M., 2007. Des relations de travail sans règles ? Sociétés contemporaines, 101-125.

DIMAGGIO, P.J., POWELL, W.W., 1991. « The new institutionalism in organizational analysis ». University of Chicago Press Chicago.

DUCHENEAUT, N., 2005. « Socialization in an open source software community: A socio-technical analysis ». Computer Supported Cooperative Work (CSCW) 14, 323-368.

FLIGSTEIN, N., 2001. « Le mythe du marché ». Actes de la recherche en sciences sociales, 3-12.

FORAY, D., ZIMMERMANN, J.B., 2001. « L'économie du logiciel libre. Organisation coopérative et incitation à l'innovation ». Revue économique, vol.52, pp. 77-93.

FREEMAN, L.C., 1977. « A set of measures of centrality based on betweenness ». Sociometry, 35-41.

GATES, B., 1976. « An open letter to hobbyists ». Homebrew Computer Club Newsletter.

HAMPTON, K., WELLMAN, B., 2002. « The not so global village of Netville. The Internet in everyday life », 345-371.

HERTEL, G., NIEDNER, S., HERRMANN S., 2003. « Motivation of software developers » in Open Source projects : an Internet-based survey of contributors to the Linux kernel, Research Policy 32, 1159-1177.

KOCH, S., 2005. Free/open source software development. Igi Global.

LAKHANI, K.R., VON HIPPEL, E., 2003. How open source software works : “free” user-to-user assistance. Research Policy 32, 923-943.

LALLEMENT, M., SARFATI, F., 2009. « La carrière contre le travail ? » Cahiers internationaux de sociologie, 115-130.

LAZEGA, E., 1992. « Analyse de réseaux d’une organisation collégiale : les avocats d’affaires ». Revue française de sociologie, 559-589.

LAZEGA, E., MOUNIER, L., SNIJDERS, T., 2008. « Réseaux et controverses : de l’effet des normes sur la dynamique des structures ». Revue française de sociologie 49, 467-498. LEVY, S., 1984. « Hackers : Heroes of the Computer Revolution ». O’Reilly Media.

MADEY, G., FREEH, V., TYNAN, R., 2002. The open source software development phenomenon : An analysis based on social network theory, Americas conf. on Information Systems (AMCIS2002), pp. 1806-1813.

MOCKUS, A., FIELDING, R.T., HERBSLEB, J., 2000. « A case study of open source software development : the Apache server », IEEE Proceedings of the 2000 International Conference on Software Engineering, pp. 263-272.

O’MAHONY, S., FERRARO, F., 2007. « The emergence of governance in an open source community ». Academy of Management Journal 50, 1079-1106.

RAYMOND, E., 1999. « The cathedral and the bazaar. Knowledge », Technology & Policy 12, 23-49.

RHEINGOLD, H., 1993. « The virtual community : homesteading on the electronic frontier ». MIT Press.

SEAMAN, C.B., 1999. « Qualitative methods in empirical studies of software engineering ». IEEE Transactions on Software Engineering, 25, 557-572.

WATERS, M., 1989. « Collegiality, Bureaucratization, and Professionalization : A Weberian Analysis ». American Journal of Sociology 94, 945-972.

WEBER, S., 2004. « The Success of Open Source ». Harvard University Press.

WILLIAMS, S., 2002. « Free as in Freedom : Richard Stallman and the Free : Richard Stallman’s Crusade for Free Software ». O’Reilly Media, Incorporated.

Haut de page

Notes

1 Le dialogue entre le programmeur et l’ordinateur nécessite de décliner le logiciel sous deux formes de codes. Le code source est écrit dans une écriture intelligible par l’être humain. Après « compilation » le code source devient code objet, c’est-à-dire une suite de 0 et de 1 intelligible par une machine. Une fois compilé le code objet est difficilement traduisible en code source et sa lecture est indéchiffrable pour un humain.

2 Le terme « hobbyiste » est devenu célèbre pour les passionnés de loisirs numériques suite à la lettre ouverte de Bill Gates aux amateurs d’informatique (Gates B., 1976. An open letter to hobbyists. Homebrew Computer Club Newsletter). Dans cette lettre, Bill Gates estime qu’une organisation basée sur le partage du code source et du développement volontaire ne peut pas aboutir à des logiciels grands publics de qualité.

3 Le logiciel VideoLan permet de diffuser et de lire des contenus multimédias (contenant de la vidéo et/ou du son).

4 www.videolan.org/vlc/stats/downloads.html.

5 VideoLan est le logiciel le plus téléchargé sur la plate-forme principale dédiée au logiciel libre, SourceForge.net répertoriant plus de 320 000 logiciels, en décembre 2012, (http://sourceforge.net/top).

6 Olivier 28 ans ancien centralien directeur de la technologie dans une startup française et contributeur à VideoLan depuis 2006.

7 Sylvain 31 ans ancien centralien directeur de la technologie dans une startup française et contributeur à VideoLan entre 2000 et 2004.

8 Cf. note 6.

9 Ces règles sont régies par le génie logiciel et visent à garantir la « qualité » des programmes informatiques, en procédant à des tests, à la recherche de bugs, à la documentation du code, à la maintenance et à la prise en compte d’une « esthétique » du code basée sur la réduction maximum de la longueur des expressions et la séparation des différentes tâches du programme afin qu’elles n’interfèrent pas entre elles.

10 Cf. note 6

11 Source : www.ohloh.net/p/vlc/commits/summary.

12 En vis-à-vis, par téléphone, par Internet Relay Chat, les forums, les mails personnels.

13 Les discussions autour d’un sujet durent en moyenne une semaine sur la liste.

14 Excepté l’année 2001 comptant 11 mois.

15 http://mailman.VideoLan.org/pipermail/vlc-devel.

16 Cette reconnaissance est matérialisée au travers de prix décernés par des groupes industriels tels que l’IBM Linux Challenge en 2001, l’Apple Design Award en 2003.

17 L’amplitude de cette tranche est liée à la massification du projet.

18 En Europe les brevets sur les logiciels ne sont pas reconnus.

19 Marc 27 ans ancien centralien sans emplois et contributeur à VideoLan depuis 2006.

20 Cf. note 7.

21 Une boucle augmente la centralité de 2. La centralité de degré de 3 n’indique pas nécessairement 3 interlocuteurs, mais au moins 1.

22 Représentation réalisée avec le logiciel Pajek (développé par Vladimir Batagelj, Andrej Mrvar et Matja_ Zaver_nik) et l’algorithme de positionnement libre Kamada-Kawai.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution du nombre de modification sur le code source de VideoLan11
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/291/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 2 - Effectifs annuels des contributeurs sur la liste VlcDevel entre 2001 et 2011
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/291/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 3 - Écarts types des degrés de centralité des contributeurs de la liste VlcDevel entre 2001 et 2011
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/291/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 4 - Répartition de la centralité de degré sur la liste VlcDevel.
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/291/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 5 - Le réseau des interactions sur la liste VlcDevel réduit aux contributeurs ayant un degré de centralité d’au moins 3 en 2004 (n =41 soit 17 % des adresses mails du réseau annuel).
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/291/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 6 - Le réseau des interactions sur la liste VlcDevel réduit aux contributeurs ayant un degré de centralité d’au moins 3 en 2010 (n =72 soit 19 % des adresses mails du réseau annuel).22
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/291/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Bert-Erboul, « VideoLan : un cas d’école dans l’industrie informatique », Terminal, 113-114 | 2013, 117-135.

Référence électronique

Clément Bert-Erboul, « VideoLan : un cas d’école dans l’industrie informatique », Terminal [En ligne], 113-114 | 2013, mis en ligne le 25 décembre 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://terminal.revues.org/291 ; DOI : 10.4000/terminal.291

Haut de page

Auteur

Clément Bert-Erboul

Doctorant en sociologie. E-mail : clement.bert-erboul@ed.univ-lille1.fr. Laboratoire CLERSE CNRS UMR 8019 - 59 655 Villeneuve-d’Ascq.

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org