Navigation – Plan du site
Dossier
2ème partie

Un bilan de l’enseignement Informatique et Société en IUT

Emmanuelle Barbot
p. 93-101

Texte intégral

1À l’heure de la mise en place d’un enseignement optionnel Informatique et Sciences du Numérique au lycée, il convient de faire le bilan de la discipline Informatique et Société, intégrée depuis plus de deux décennies dans les programmes des DUT Informatique et également enseignée au sein de certaines Licences Professionnelles Informatique.

2À l’instar des autres Diplômes Universitaires de Technologie, les objectifs et le contenu (horaires, coefficients et modalités pédagogiques) du DUT Informatique sont décrits dans un Programme Pédagogique National ou PPN mis à jour périodiquement en fonction des évolutions réglementaires ou technologiques. Depuis la création du DUT Informatique en 1967, plusieurs PPN se sont succédé.

3L’organisation et le contenu des enseignements ont largement évolué au fil des années en s’articulant toujours autour de deux pôles, l’Informatique d’une part, et les enseignements complémentaires d’autre part regroupant Mathématiques, Économie et Gestion des Organisations, Anglais et Communication Expression.

4À partir de 1985, la thématique Informatique et Société est abordée dans le module Économie et Gestion des Organisations du Programme Pédagogique National. Il s’agissait à l’époque de susciter une réflexion chez les étudiants sur les conséquences sociales de l’apparition et de l’essor de l’informatique.

5Le Programme Pédagogique national de 1998 évoque « la responsabilité particulière de l’informaticien, du fait des implications sociales de l’informatique » tandis qu’en 2005, Informatique et Société a été intégré dans un module de 50 heures « Environnement juridique et social », dont les objectifs sont doubles : « d’une part être capable de comprendre les droits et obligations de l’informaticien dans l’exercice de sa profession, d’autre part, appréhender les enjeux humains et sociaux liés au développement des TIC ».

6Alors que le contenu de la partie juridique est relativement détaillé, les « Enjeux sociaux et humains » sont laissés à la discrétion de l’enseignant responsable du module. Certains programmes locaux de Licence Professionnelle ont, eux aussi, intégré la dimension Informatique et Société afin de sensibiliser des étudiants issus de parcours techniques divers, mais le nombre d’heures dévolues à cet enseignement est très limité.

7À partir d’une expérience pédagogique personnelle de près de vingt années, l’objectif de cet article est de retracer une évolution de la matière enseignée liée à l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et de ses usages, des nouvelles pédagogies associées à l’essor d’Internet et de s’interroger sur la pérennisation d’Informatique et Société à l’heure des nouveaux programmes en lycée et en IUT.

8Il ne s’agit pas ici d’effectuer une présentation générale de l’enseignement d’Informatique et Société qui soit commune à tous les IUT Informatique, les pratiques étant très différentes selon les établissements et les enseignants (année d’enseignement, volume horaire…).

9Outre les cours, les sujets de travaux dirigés et d’examens archivés sur cette thématique servent de trame à cette étude qui ne se prétend pas universelle, mais contient une part de subjectivité liée à la documentation conservée, à ma démarche pédagogique personnelle, à ma « sensibilité » eu égard aux faits d’actualité et aux questionnements des générations successives d’étudiants.

10L’enseignement de ce module s’appuie sur une veille informationnelle indispensable à travers les sites juridiques, associatifs, informatiques et les articles de presse ; la mise à jour des enseignements s’avère constante.

Informatique et société : une évolution des contenus enseignés

  • 1 Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

11Ces vingt dernières années sont caractérisées par une évolution considérable des Technologies de l’Information et de la Communication qui a pour conséquence une nécessaire et perpétuelle adaptation des contenus pédagogiques autour d’un noyau central, la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 19781 dont il s’agit de dégager des questionnements et les enjeux sociaux.

12Votée à l’heure de la constitution de vastes fichiers administratifs, cette dernière, en dépit d’imperfections et de manques plus accentués à l’heure du Web 2.0 et de l’essor de la société numérique autour d’Internet, constitue la base de l’enseignement Informatique et Société en permettant d’introduire un certain nombre de questions juridiques ; s’y ajoutent évidemment d’autres textes législatifs ou réglementaires. Ces bases juridiques permettent de structurer le cours et de mettre en évidence les problèmes posés par l’extension des fichiers et l’accroissement des données personnelles. Au début des années quatre-vingt-dix, l’informatique distribuée se généralise dans les entreprises de toutes tailles et n’est plus l’apanage des grandes organisations.

13En IUT, seuls les postes de travail des enseignants sont connectés à Internet qui commence ainsi à être une source d’information pédagogique intéressante puis peu à peu incontournable. Les étudiants, quant à eux, sont peu équipés en micro-ordinateurs ; ils appréhendent donc l’usage de l’informatique surtout sous l’angle professionnel. Les travaux pratiques ou les travaux de recherche informatique ne sont qu’effectués qu’à l’IUT. Les articles et autres supports pédagogiques ne sont pas très nombreux, et à ce titre, les colloques et Journées d’Étude organisés périodiquement par le Creis vont constituer une source d’informations essentielle.

  • 2 Philippe Boucher, « Safari ou la chasse aux Français », Le Monde, 21 mars 1974.

14La thématique principale Informatique et Société s’articule toujours autour des dangers liés aux fichiers centraux, aux interconnexions de fichiers, avec une mise en exergue des risques liés à l’informatique centralisée. L’article du Monde en 1974 « Safari ou la chasse aux Français »2 demeure une introduction essentielle à l’enseignement de ce thème, permettant de présenter ensuite les différents aspects de la loi Informatique et Libertés.

15La deuxième partie des années quatre-vingt-dix marque une rupture, Internet pénètre dans notre vie quotidienne. Les étudiants s’équipent en ordinateurs personnels. Ils sont souvent les premiers abonnés à Internet, effectuent leurs premiers achats sur Internet, deviennent rapidement de grands utilisateurs du mail et en 1997 ou 1998, beaucoup iront effectuer leur stage de fin d’étude dans des start-up où ils vont développer les premiers sites Web marchands grand public. À l’IUT, quelques salles informatiques sont connectées à Internet ; néanmoins, s’appuyer sur l’utilisation d’Internet pour les enseignements est encore difficile pour des raisons principalement techniques et logistiques.

16Les années 2000 constituent un tournant, avec une mutation excessivement rapide des usages de l’informatique et d’Internet. Les connexions à haut débit se généralisent à l’ensemble du territoire, permettant ainsi l’essor du commerce électronique associé à une sécurisation accrue des transactions tandis que l’ouverture des systèmes d’information des entreprises se poursuit avec des conséquences sur le travail des salariés.

17Tous les postes informatiques des salles de TP de l’IUT possèdent une connexion réseaux rendant possible une généralisation des recherches thématiques sur Internet qui devient un véritable outil pédagogique. En outre, la très grande majorité de nos étudiants en DUT Informatique possède un micro-ordinateur personnel, leur taux d’équipement est largement supérieur à celui des foyers français. Ils en font un usage quotidien ; outre les jeux en ligne, l’arrivée des blogs et des messageries instantanées va modifier leur vision d’Internet dont ils connaissent les rouages techniques.

  • 3 Loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l’égard des trait (...)
  • 4 Loi n° 2009-669 du 12 juin 2009 favorisant la diffusion et la protection de la création sur Interne (...)

18Le milieu des années 2000 marque une nouvelle évolution liée à l’essor du Web 2.0 et aux nouveaux usages de l’Internet ; l’internaute devient acteur et nos étudiants sont les premiers à s’approprier ces outils et les nouvelles fonctionnalités du Web. L’enseignement Informatique et Société s’appuie alors sur l’évolution législative avec le vote de la nouvelle loi Informatique et Société du 6 août 20043 modifiant quelque peu la loi originelle de 1978. Avec l’explosion du téléchargement et les multiples évolutions législatives évoquées en cours à l’instar de la loi dite Hadopi4 pour combattre le téléchargement illicite, le droit d’auteur sur Internet devient un thème important et porteur.

19La notion de donnée à caractère personnel, l’évolution du rôle de la CNIL et de ses missions, la modification rédactionnelle de certains articles de loi, les obligations renforcées du responsable du traitement sont autant d’aspects à intégrer dans les enseignements. Et ces toutes dernières années, avec l’extension des réseaux sociaux et l’émergence des smartphones aux fonctionnalités toujours plus intrusives, la notion de donnée personnelle devenue marchande a pris une nouvelle dimension ; s’y ajoute désormais l’aspect sécurisation indispensable de ces données, lié à l’explosion des données ou phénomène « Big Data » et à l’essor de la cybercriminalité.

20Dans une économie qui peut désormais être qualifiée de numérique car s’articulant autour des TIC, Informatique et Société devient un thème protéiforme, donc plus difficile à appréhender pédagogiquement dans toutes ses dimensions. Par manque de temps, et en fonction de l’actualité, des choix thématiques sont à effectuer chaque année.

Informatique et société : une adaptation des pratiques pédagogiques

21L’évolution du contenu de la thématique Informatique et Société s’accompagne d’une adaptation de la forme de son enseignement associée à l’arrivée en IUT d’étudiants ayant grandi avec l’outil informatique et Internet.

22La transformation des pratiques pédagogiques peut être corrélée aux nouveaux usages d’Internet. Si dans la première partie de la décennie 90, un certain nombre de nos étudiants a une conscience citoyenne de l’usage de l’informatique et s’interroge sur les risques liés à l’informatique centralisée et au développement des premières mégabases de données, ils ne se sentent pas encore concernés dans leur quotidien par la problématique Informatique et Société. La forme des enseignements assez formelle s’articule autour d’analyses d’articles, d’exposés thématiques en cours à partir de quelques recherches personnelles effectuées en bibliothèque principalement. Les moteurs de recherche encore peu pointus permettent des recherches de définitions de concepts, les étudiants ont une démarche active de questionnement et d’analyse lors de leurs recherches et construisent leurs réponses en se basant sur différentes sources. Ils ont encore l’esprit « recherche documentaire classique ».

  • 5 André Vitalis, « Splendeurs et misères de la société informationnelle », Le Monde Informatique, 199 (...)
  • 6 Jacques Fauvet, « Informatique et Libertés, vingt ans après », Le Monde, 1er décembre 1998.

23Les premiers usages d’Internet commencent à être évoqués en cours : Deux articles utilisés pédagogiquement à cette époque montrent que l’essor d’Internet induit très tôt des questionnements qui vont permettre d’aborder différentes problématiques ; ainsi en est-il de la notion de trace informatique évoquée par André Vitalis en 1995 dans une tribune du Monde Informatique5 tandis qu’en 1998, Jacques Fauvet6 évoque notamment le risque à venir de la disparition du droit à l’oubli.

24Il s’agit ici d’un premier élargissement de la thématique Informatique et Société avec une sensibilisation des étudiants à des problématiques nouvelles pour eux : les traces informatiques apparaissent comme les prémices du développement du marketing personnalisé et de l’exploitation commerciale des données personnelles, les mégabases de données et la structure même du réseau Internet remettent en cause le droit à l’oubli, les administrations et les entreprises possèdent des applications informatiques pouvant menacer la vie privée.

25Dans cette seconde moitié des années quatre-vingt-dix, alors que d’aucuns évoquent une nouvelle révolution industrielle s’appuyant sur les nouvelles technologies de l’information, les fichiers associés à l’informatique centralisée n’apparaissent plus comme le risque informatique unique dans notre société. Le contenu des enseignements et les exposés thématiques de cette époque intègrent ces évolutions technologiques en essayant de favoriser une prise de conscience que l’apparition de ces nouvelles technologies n’est pas anodine, avec des conséquences possibles pour nos vies quotidiennes, professionnelle ou personnelle.

26Les évolutions rapides des usages informatiques vont avoir des incidences multiples sur la thématique Informatique et Société qui va s’en trouver totalement transformée. Loin de l’informatique centralisée et de ses risques que l’on peut relativement cerner, de nouvelles et nombreuses problématiques vont surgir : dans notre vie quotidienne, avec la multiplicité des badges, des cartes de fidélité ou de crédit, les premiers blogs sur Internet, les bases de données marketing, la surveillance permise par l’évolution technologique, et au travail avec les premiers litiges relatifs à la cybersurveillance des salariés…

27Le contenu de l’enseignement s’enrichit sans cesse et la veille juridique et informationnelle s’avère plus que jamais indispensable. À ce titre, Internet se révèle un outil de recherche documentaire d’une richesse sans limite.

28Mais rétrospectivement, cette période, autour de l’an 2000, peut apparaître comme étant la plus délicate pour l’enseignement de la thématique Informatique et Société. Les étudiants visualisent alors l’outil informatique et le réseau Internet comme offrant de magnifiques perspectives de jeux en ligne, de liberté et d’ouverture sur le monde. À la relecture de devoirs archivés, la très grande majorité d’entre eux tant en DUT qu’en licence professionnelle, n’appréhende pas ou peu les risques liés aux nouveaux usages des TIC dans leur quotidien ou en entreprise. Ils sont beaucoup moins réceptifs que les générations précédentes aux efforts de sensibilisation, s’interrogent moins sur les conséquences des traces laissées sur Internet alors que de multiples informations personnelles commencent à circuler sur le réseau.

29« Du moment que l’on n’a rien à se reprocher », ce message fut maintes fois entendu en cours à l’évocation du développement d’outils de surveillance, notamment après les attentats du 11 septembre 2001 et la généralisation des lois antiterroristes. L’aspect besoin de sécurité collective prend manifestement le pas sur les libertés individuelles, de manière consciente pour les étudiants ou ces derniers s’imprégnant des discours ambiants…

30Le contenu des interventions et des exposés s’articule également autour des traces informatiques que nous laissons : le marketing personnalisé, la biométrie, les déplacements (badges, radars automatiques, géolocalisation) ; les outils de surveillance au travail, et les réseaux sociaux à partir de 2007… La notion de donnée personnelle prend un sens multidimensionnel. Jamais les enjeux humains et sociaux liés aux nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication n’ont été aussi importants.

31Avec l’essor du commerce électronique et l’émergence des réseaux sociaux à partir de 2007, le regard des étudiants évolue et devient plus critique vis-à-vis de certains usages des TIC. Leur prise de conscience des dangers de ces outils, liés à des usages non contrôlés est patente. Nos étudiants sont vigilants pour eux-mêmes, pour leur entourage familial ou professionnel notamment quand ils sont apprentis ; un certain nombre de ces derniers travaillent sous couvert d’une charte informatique en entreprise.

32Ainsi, en cours, lors des séances de TD évidemment, les échanges d’expériences personnelles ou professionnelles vécues voire subies certaines fois en entreprise, nourrissent les enseignements et suscitent parfois des discussions animées.

33Pédagogiquement, il devient donc plus facile de faire réfléchir les étudiants et de les conduire à s’interroger sur les différents aspects entrant dans la thématique Informatique et Société : les données personnelles commerciales collectées bien souvent à leur insu, les informations personnelles qu’ils déposent ou sèment sur différents sites, les usages des smartphones, l’usage de l’informatique en entreprise constituent des sources de réflexion inépuisables. La très grande majorité d’entre eux verrouille désormais son profil sur Facebook et pense à sécuriser son téléphone portable…

34D’autre part, en tant que citoyens, les étudiants prennent également conscience des dangers de l’informatique dans la vie quotidienne, soit parce qu’ils sont déjà sensibilisés à cette problématique ou à travers les cas et les exemples présentés au fil des interventions. L’évocation des fichiers centraux, de police notamment peut amener des prises de position très contrastées, voire politiques.

35Compte tenu du volume horaire global imparti à la discipline, il devient nécessaire d’effectuer des choix thématiques différents chaque année, reposant sur des faits d’actualité technologique, politique, juridique : la protection numérique, la biométrie, le vote électronique, la cybersurveillance elle-même déclinée en plusieurs items, le droit à l’oubli, les traces informatiques, les réseaux sociaux, les données personnelles et le Cloud Computing sont quelques-uns des thèmes qui ont pu être abordés ces dernières années.

Perspectives de l’enseignement Informatique et Société en IUT

36Quel bilan peut-on tirer de vingt ans d’enseignement d’Informatique et Société ? L’évolution comportementale des étudiants vis-à-vis de la discipline pourrait être corrélée avec les ruptures technologiques liées à Internet : avant Internet, la découverte d’Internet simple outil, enfin le Web 2.0 et ses nouveaux usages. Les questionnements de nos étudiants sont moins avancés qu’il y a vingt ans, malgré une prise de conscience du risque d’exploitation de leurs données personnelles.

37À l’heure actuelle, la majorité de nos étudiants ayant grandi avec l’outil informatique, devenus acteurs de l’internet, ayant intégré ses nouveaux usages, quoique le taux d’utilisation de Tweeter demeure faible, ne s’approprie que partiellement ces Technologies de l’Information et de la Communication. La Génération Y ne sait pas manier les mots-clefs dans les moteurs de recherche et éprouve des difficultés à répondre aux questions ouvertes.

38Cette pratique fortement majoritaire parmi les étudiants nous conduit à faire évoluer nos pratiques pédagogiques : à travers le C2I notamment et la notion de droit d’auteur évoquée en cours, les étudiants sont sensibilisés au risque du « copier-coller » et aux règles de forme à respecter quant au rendu de leur travail. À l’heure du tout numérique et du tout téléchargeable, force est de constater que nos étudiants éprouvent des difficultés croissantes à intégrer l’importance du travail d’analyse personnelle et la non-réappropriation du travail d’autrui.

39Cette difficulté se retrouve dans le cas de la formation en ligne ou e-learning concernant la licence professionnelle Réseaux et Télécommunications en ligne : des supports de cours généralistes sont mis à la disposition d’étudiants francophones du monde entier qui effectuent également parallèlement des recherches thématiques autour d’Informatique et Société. Il s’agit ici de déterminer des thèmes qui peuvent concerner tout futur informaticien quel que soit son pays.

  • 7 Bulletin officiel de l’Éducation Nationale, n° spécial, n°8 du 13 octobre 2011, « Enseignement de s (...)

40Avec l’introduction de la discipline Informatique et Sciences du Numérique en tant qu’enseignement de spécialité en Terminale S dans le cadre de la réforme des programmes des lycées, certains enjeux juridiques et sociétaux devraient être abordés en classe, comme le souligne cet extrait du programme de terminale : « L’intégration croissante du numérique dans les activités humaines et la numérisation de l’information suscitent des transformations culturelles, socio-économiques, juridiques et politiques profondes qui font apparaître de nouvelles opportunités, de nouveaux risques et de nouvelles contraintes qu’il convient d’étudier. »7

41Certains étudiants intégreront donc l’IUT avec quelques connaissances Informatique et Société, sans doute très hétérogènes, car dépendant de la sensibilité des enseignants ayant dispensé ces cours. Mais une partie non négligeable de la promotion n’aura aucune connaissance académique préalable. L’apprentissage de ce thème devra prendre en compte cette situation, en approfondissant les différents aspects constituant la matière, et en s’appuyant sur des faits d’actualité.

42De cette analyse du contenu et de la pratique de l’enseignement Informatique et Société en IUT, il ressort que la nécessité de former nos étudiants à devenir des informaticiens responsables est davantage prégnante et devrait se perpétuer.

43Or le nouveau Programme Pédagogique National du DUT Informatique en cours de finalisation et en vigueur dès la rentrée universitaire 2013, programme plus formaté avec des modules prédéfinis par semestre, le permettra-t-il ? L’introduction au nouveau champ disciplinaire « Économie – Gestion – Organisation – Droit » évoque pourtant « la compréhension des divers systèmes d’information et de leur gestion, ainsi que les enjeux sociaux et humains du développement des technologies de l’information et de la communication ». À la lecture des modules détaillés, il est à craindre qu’Informatique et Société ne se trouve dilué dans le module juridique « Droit des TIC » au semestre 3.

44Cette mission de sensibilisation à Informatique et Société devrait se poursuivre en liaison avec les collègues informaticiens à travers les nouveaux modules de projets tutorés, afin que nos étudiants demeurent ou deviennent conscients des risques liés à l’outil informatique et à ses usages dans leur métier futur.

45À l’heure où la sécurisation des réseaux et des données personnelles est devenue primordiale, face à des utilisateurs novices d’applications informatiques dont les fonctionnalités les dépassent, et qui sont bien souvent inconscients des dangers de l’informatique, le rôle pédagogique doit être de leur donner les clefs d’une prise de conscience à transmettre : ainsi en est-il des enjeux de la neutralité du Web. Et nous devons continuer de former aussi des citoyens initiés et responsables, capables de saisir les conséquences d’une informatisation croissante de notre société avec un esprit critique, et d’en appréhender les dangers.

Haut de page

Notes

1 Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

2 Philippe Boucher, « Safari ou la chasse aux Français », Le Monde, 21 mars 1974.

3 Loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l’égard des traitements de données à caractère personnel.

4 Loi n° 2009-669 du 12 juin 2009 favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet.

5 André Vitalis, « Splendeurs et misères de la société informationnelle », Le Monde Informatique, 1995.

6 Jacques Fauvet, « Informatique et Libertés, vingt ans après », Le Monde, 1er décembre 1998.

7 Bulletin officiel de l’Éducation Nationale, n° spécial, n°8 du 13 octobre 2011, « Enseignement de spécialité d’informatique et sciences du numérique de la série scientifique - classe terminale ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Barbot, « Un bilan de l’enseignement Informatique et Société en IUT », Terminal, 113-114 | 2013, 93-101.

Référence électronique

Emmanuelle Barbot, « Un bilan de l’enseignement Informatique et Société en IUT », Terminal [En ligne], 113-114 | 2013, mis en ligne le 25 décembre 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://terminal.revues.org/280 ; DOI : 10.4000/terminal.280

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Barbot

IUT de Vélizy - Creis-Terminal.

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org