Navigation – Plan du site
Pratique des outils numériques et relations sociales

Le serveur de pages personnelles Mygale

La trajectoire d’un chaînon manquant dans l’histoire de l’Internet français
The page server Mygale
Olivier Trédan
p. 31-43

Résumé

Olivier Trédan propose, avec l’analyse de l’histoire du serveur de pages personnelles Mygale, de revenir aux débuts de l’autopublication, dès le milieu des années 1990, relisant les tensions entre velléités d’indépendance du cyberespace et la quête de modèle économique viable s’appuyant sur les contenus générés par les utilisateurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Du reste, cette vision a été contredite par l’observation de Dominique Boullier et Catherine Charli (...)

1L’imaginaire collectif oppose le Web 1.0 à la vague du Web 2.0, apparue à partir du milieu des années 2000. Schématiquement, une ère où dominerait la production des contenus des utilisateurs succéderait à une période caractérisée par la simple consultation de contenus en ligne1. Nous proposons ici une vision plus fine en levant le voile sur une zone d’ombre de l’histoire de l’Internet français qui correspond à l’augmentation très progressive du nombre d’internautes autopubliants.

  • 2 Avant Mygale, un ingénieur en informatique spécialisé dans la télématique, Valentin Lacambre, avait (...)

2En effet, pour ce qui concerne l’autopublication en France, son essor doit beaucoup aux initiatives d’utilisateurs pionniers. Ceux-ci ont développé une offre de services destinés moins à la consultation qu’à la production de contenus en ligne et à la communication entre leurs membres. Nous entendons ainsi contribuer à « la recherche historique, en examinant par exemple l’essor de plateformes gratuites d’hébergement de sites personnels comme Altern2 ou Mygale à partir de 1996, qui pourrait à l’avenir apporter des connaissances nouvelles quant aux usages des internautes de l’époque. » [Rebillard, 2012 p.74].

3De ce point de vue, le serveur de pages personnelles Mygale est un chaînon manquant entre l’Internet des mouvements contre-culturels et celui du grand public. Né d’un projet étudiant sans but lucratif, Mygale deviendra un acteur majeur, se transformant en Multimania.fr fin 1998, puis se faisant absorber en 2001 par le groupe Lycos Europe. Retracer son histoire éclaire sous un jour nouveau l’émergence de nouvelles pratiques de publication de la fin des années 1990, en particulier le mouvement des webzines et le projet d’un Web indépendant.

  • 3 Nous renvoyons le lecteur vers le célèbre texte de John Perry Barlow dans lequel l’auteur défend l’ (...)

4Cette histoire singulière met à jour une tension, déjà étudiée dans le contexte nord-américain de la même période [Flichy, 2001b], entre pionniers et colons, où s’opposent les velléités d’indépendance du cyberespace3 et la quête de modèle économique viable s’appuyant sur les contenus générés par les utilisateurs. Le chaînon manquant entre les périodes des pionniers et des colons, celui du « tournant réaliste de l’Internet » [Cardon, 2010 p.28], peut être décrit comme le moment où les utopies des pionniers se sont heurtées à la fin du mythe de la gratuité [Rebillard, 2002 p.60]. C’est ce que nous rappelle l’histoire de Mygale.

Remarques préalables : la (re)découverte d’un acteur pionnier

  • 4 Ce passage d’une logique d’indépendance à une logique entrepreneuriale explique, selon toute hypoth (...)

5Ayant marqué l’histoire de l’Internet français en tant que serveur pratiqué, puis discuté par les pionniers du blog en France, Mygale est passé sous silence dans le monde académique. À notre connaissance, il n’a fait l’objet que d’une publication portant sur la mobilisation des Mygaliens au moment du risque de la disparition de ce service [Vidal, 1998] et d’une note de bas de page développée [Rebillard, 2000 p.158]. Du reste, nous émettrons l’hypothèse que le passage de Mygale à une démarche entrepreneuriale, perçue comme la trahison du projet d’un Web indépendant, explique cet effacement de la mémoire collective4.

6Nous proposons ici un préalable pour envisager cette histoire. Méthodologiquement, nous saisir d’une zone d’ombre du Web est le résultat d’une démarche inductive. L’intérêt porté à Mygale est étroitement lié à notre travail doctoral [Trédan, 2012], centré sur l’apparition et le développement des blogs en France entre 2002 et 2009.

7Notre démarche a reposé sur le croisement de deux méthodes. Premièrement, nous avons travaillé, à l’aide d’entretiens et d’archives, sur les origines des premières plateformes de blogs françaises afin de saisir les logiques de structuration d’une offre d’hébergement. Nous avons vu apparaître ponctuellement des mentions au premier service d’hébergement de pages personnelles dans la publication de quelques blogs de référence, en particulier les blogs de Jean-Luc Raymond, Mediatic, et de Laurent Gloaguen, Embruns.net, deux métablogs, blogs monothématiques centrés sur l’actualité des blogs. Deuxièmement, nous avons suivi les trajectoires d’usage de dix blogueurs sur plusieurs années, et notamment leurs premiers pas dans l’autopublication. Trois blogueurs avaient débuté par l’animation de pages personnelles via le service Multimania. En travaillant cette double entrée, Mygale d’un côté, multimania de l’autre, nous avions affaire en réalité à un seul et même service qui a évolué à la fin des années 1990. Relier ces deux services nous a permis d’explorer une période de l’histoire du Web, marquée par la tension entre les tentatives de faire émerger un Web alternatif et les tentatives de rentabilisation de nouveaux services en ligne.

  • 5 Travailler sur des pratiques éditoriales amateur remontant à plusieurs années, voire une décennie, (...)

8Une fois les deux services identifiés, les archives Web disponibles ont été systématiquement récoltées et exploitées. D’une part, nous avons recherché les références à Mygale dans les pages de Multimania, dans les principaux webzines et dans la presse généraliste et spécialisée de l’époque - recueillies à l’aide de l’outil Wayback Machine d’Internet Archive5.

9Les publications électroniques du milieu des années 1990, ainsi que le mémoire de maîtrise de Frédéric Ciréra, créateur de Mygale, ont constitué une source d’informations importante qui nous a permis de reconstituer la brève histoire du service sous l’angle des controverses qui ont agité sa brève histoire : la disparition momentanée du service en 1997, sa transformation en la start-up Multimania en 1998. La difficulté méthodologique posée par les archives est liée à leurs dimensions parcellaires. Avec une telle distance temporelle, il n’est pas possible d’observer finement les pratiques qui s’y sont développées. Il n’en demeure pas moins qu’une telle démarche permet de retracer les principales dynamiques à l’origine d’un service pionnier.

Les débuts de Mygale : une initiative estudiantine

  • 6 Saranga Karen, « Mygale, le serveur au succès dérangeant », Lexpress.fr, mis en ligne le 24 avril 2 (...)

10Mygale a été l’un des premiers services d’hébergement de pages personnelles en France. Son originalité est d’avoir été l’œuvre d’un étudiant en informatique, Frédéric Ciréra, en 1996. Âgé de trente-cinq ans, il a entrepris des études supérieures. Autodidacte en informatique, titulaire d’un BEP d’électronicien, entre 1987 et 1996, il a occupé trois postes d’ingénieur en informatique, spécialisé dans le développement de systèmes de sécurisation des transactions bancaires. Il se disait lassé « de devoir prouver ses compétences trois fois plus que les autres »6.

Sans diplôme, on ne travaille pas en France et il est difficile d’émigrer aux États-Unis, car le gouvernement considère que vous allez prendre des jobs non qualifiés à des Américains. J’ai donc décidé de m’inscrire en fac7.

  • 8 Frédéric Ciréra, « Mygale : un serveur Web ouvert », Mémoire de maîtrise, Université de Paris 8, ju (...)

11Mygale était le support qu’il a réalisé dans le cadre d’une maîtrise à Paris 8 au cours de l’année universitaire 1996-1997. Le service de création de pages personnelles était hébergé sur les serveurs du Réseau national de télécommunications pour la Technologie l’Enseignement et la Recherche (Renater). L’objectif pratique visait à permettre la génération automatique de pages en HTML, opération qui nécessitait habituellement la maîtrise de ce langage pour coder des pages Web. « J’ai décidé de développer des outils d’automatisation [...], la création de telles pages est une tâche longue et fastidieuse »8. Comprendre le développement de ce projet nécessite que l’on se replace dans le contexte de développement des discours de promotion d’un Internet libertaire [Seekerl, 1998]. Une telle vision se retrouve dès les premières pages de son mémoire de maîtrise :

  • 9 Frédéric Ciréra, op. cit., p. 4.

Parallèlement à des considérations d’ordre technique, une réflexion sur le contenu même des informations émergeait de ma pratique du Web. En effet, les plus grandes sources d’informations de l’Internet ne se trouvent pas sur les serveurs mis à disposition par des sociétés et des institutions, mais elles sont surtout en chacun des utilisateurs de l’Internet. Le but du serveur Mygale était de [...] voir dans quelle direction évoluerait un serveur Web dont le contenu et la dynamique reposeraient principalement sur ses utilisateurs9.

  • 10 Saranga Karen, « Mygale, le serveur au succès dérangeant », L’express.fr, mis en ligne le 24 avril (...)
  • 11 Usenet, abrégé de « Usenix Network », est un des principaux réseaux de communication en ligne dével (...)
  • 12 Frédéric Ciréra, op. cit., p. 48.
  • 13 Péo Chanez, « Mygale, l’agora qui vous héberge à l’œil », Planète Internet, n° 12, octobre 1996, p. (...)
  • 14 Frédéric Ciréra, op. cit., p. 48.

12Mygale connut un succès fulgurant, au point de totaliser, en 1997, seulement huit mois après sa création, quelque 6 000 comptes ouverts, soit 30 % des pages Web francophones. La même année, il se plaçait « au troisième rang mondial pour le nombre d’accès »10. Ce succès est d’autant plus impressionnant que le nombre d’utilisateurs a été volontairement réduit. Le service est lancé en août 1996 de manière confidentielle. À l’extérieur de l’université, un jeune internaute de quatorze ans à la recherche d’un hébergement découvre son existence via les réseaux Usenet11. L’information se diffuse rapidement via un newsgroup12. Par la suite, il s’ouvre en moyenne quinze comptes par jour. Fin septembre, le magazine Planète Internet13 consacre un article à Mygale. Cette moyenne passe ensuite à 40 comptes par jour. Les 2 680 comptes ouverts à la fin du mois de novembre entraînent une première suspension de la procédure d’inscription, « la charge de la machine étant trop importante pour [un ordinateur] avec 52 Mo de mémoire. Les deux disques de 1 Go étaient remplis à 85 % chacun »14.

13En janvier 1997, grâce à un nouvel équipement fourni par la société Sun Microsystems, la moyenne de création quotidienne de comptes passe à deux cent cinquante. Lorsqu’une nouvelle suspension s’avère nécessaire, Frédéric Ciréra opte pour un système de parrainage afin de limiter l’affluence, qui se stabilisera à une moyenne de trente-huit comptes ouverts par jour.

Une première crise : l’hébergeur Mygale chassé de l’Université

14À l’instar de la trajectoire chaotique des webzines [Rebillard, 2002], Mygale s’est trouvé confronté au modèle de la gratuité et de l’indépendance. Support du mémoire de maîtrise d’un étudiant en informatique, le service est hébergé sur les serveurs de l’université. Dès mars 1997, il est menacé de fermeture. Paris 8 refuse de poursuivre. En effet, face au succès important que rencontre le site auprès des internautes, son hébergement devient incompatible avec les missions de l’Université.

  • 15 ibid., p. 50.
  • 16 Les Ours, « Menaces sur Mygale : 6 000 webs francophones en émoi », http://www.les-ours.com/editos/ (...)
  • 17 Téléstore est une société née en 1988 et spécialisée dans l’édition de services télématiques. Avec (...)
  • 18 Les Ours, op. cit.

15Deux raisons sont alors évoquées. La première est d’ordre technique. Selon le groupement d’intérêt public Renater, le serveur Mygale occuperait trop de bande passante. Elle en occupe le tiers15. Une deuxième, d’ordre économique, est avancée dans une lettre envoyée par le directeur de la direction générale des Télécommunications au président de l’université de Paris 8 : « des plaintes vont être déposées pour concurrence déloyale »16. En effet, Mygale bénéficiant de l’appui logistique de Renater et connaissant un succès important, des acteurs tels que Téléstore17 - qui a lancé la même année un service similaire, Chez.com - s’intéressent au service lancé par Frédéric Ciréra. « [Le PDG de Téléstore, Pierre-François Grimaldi] fait très vite des propositions de rachat. Et propose jusqu’à un million de francs pour récupérer les quelque 6 000 comptes »18. La sanction est rapidement prononcée par la DGRT (direction générale de la recherche et de la technologie)  : Mygale doit fermer ses portes. Le serveur est déconnecté le 26 mars 1997. « Deux jours après l’écran noir du serveur Mygale, le 28 mars 1997, la décision est prise : Mygale et ses sites [sont] transférés dans les mêmes conditions qu’initialement sur un serveur de Havas On Line » [Vidal, 1998 : 63].

16La fin de l’hébergement de Mygale sur le réseau Renater témoigne du faible soutien dont a pu bénéficié Frédéric Cirera de la part de l’université. La différence est saisissante avec Stanford au sein de la Silicon Valley, « une université, remarquablement ouverte sur son environnement économique ». [Weill, 2010, 138]. Ainsi, les fondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin, lors de leur passage à Stanford, ont bénéficié très tôt dans leur aventure de l’appui financier de Andy Bechtolsheim, co-fondateur de Sun Microsystems et enseignant au sein de l’université californienne (Levy, 2011 p.33), qui a joué le rôle de capital-risqueur.

Mygale et le projet d’un Web indépendant

  • 19 Frédéric Ciréra, op. cit., p. 53. « La rumeur s’est propagée, par voie de courrier électronique tou (...)

17Avec ses quelque 6 000 comptes encore ouverts au moment de sa disparition, en 1997, l’expérience de Mygale ne se résume pas seulement une expérience individuelle. En témoignent les trois cents messages postés en vingt-quatre heures diffusés sur la liste de diffusion mygale-beta lancée à l’annonce de la fin de l’hébergement sur la ligne Renater [Vidal, 1998]. En outre, « le site crise a été créé et près [de] 17 000 sites à travers le monde ont affiché le logo créé pour la crise »19. Service d’hébergement, Mygale était également une association d’usagers dont les membres se rencontraient régulièrement dans le sous-sol d’un bar parisien, le Sous bock.

  • 20 Ibid, p. 6.
  • 21 Ibid., p. 13.

18Mais il reste avant tout un serveur Web au sein duquel s’est structuré un espace de communication, où l’alimentation des pages personnelles était complétée par d’autres dispositifs. Mygale comptait huit newsgroups, principalement autour des thèmes de la programmation et du fonctionnement du service. L’un d’entre eux était destiné à assurer la promotion des nouveaux sites créés. Par ailleurs, il existait six mailing-lists, dont une réservée à la diffusion d’un bulletin d’information « mensuel créé par les utilisateurs du serveur et composé d’articles traitant de divers sujets de société en rapport avec Internet ou Mygale »20. La plus prisée, mygale-info@mygale.org, est devenue le point de rencontre des Mygaliens, générant une centaine de courriels quotidiens21.

  • 22 Au sens que lui confère Madeleine Pastinelli (2007), où les individus se reconnaissent mutuellement (...)

19Le moment singulier de l’annonce de la disparition du service puis du choix de l’hébergement chez le fournisseur d’accès à Internet privé Havas On Line a été l’objet d’une controverse autour de la place de l’Internet non marchand. La lecture des traces disponibles laisse entrevoir l’attachement (Hennion, 2004) des utilisateurs au dispositif que constituait Mygale, qui a incarné entre 1996 et 1997 l’espoir d’un « autre Internet ». Le registre de l’alternativité est régulièrement mobilisé pour définir ce lieu22. Ainsi un article publié sur un site en 2006 retrace-t-il un message envoyé sur une liste de discussion interne à Mygale. Envoyé en décembre 1997, il fait déjà état d’une détérioration de l’esprit de l’hébergeur :

  • 23 Olivier Duquene, « Dites les Mygaliens je vous envoie de la lecture », L’Imp’Rock Scènette, http:// (...)

Vous trouvez pas qu’il y a comme un problème là... On n’est pas censé être une communauté ? Certain(e)s regrettent le temps où Fred, le grand le vrai le beau, pouvait venir sur IRC tranquille. Pouvait discuter tranquillement, sans avoir droit à des [requêtes] du style « Dis Fred, je peux avoir plus de place sur mon compte ? Dis Fred, je peux devenir Webads ? » Et Fred a fini par ne plus venir sur IRC. Au début, il pouvait. Au début, peu de gens s’engueulaient. [...] La Mygale, pour moi, c’est des gens géniaux qui se démènent pour essayer de faire vivre ce qui est mon rêve le plus cher : un Net libre et indépendant. Un Net accessible à tous et fait par tous23.

20Saisir la place de Mygale nécessite que l’on s’attarde sur les liens progressivement noués entre la vague des wezbines et Mygale. Le serveur a en partie incarné le projet d’un autre Web, destiné à « faire entendre [leur] voix, celle de l’autopublication [...] la parole de tous les citoyens »24. De cette ambition est né le mini-rézo, collectif informel réuni « afin de confronter [sa] vision du Net et de revendiquer la place des pages indépendantes sur le réseau »25.

21En février 1997, le collectif publie un court texte programmatique, le Manifeste du Web indépendant. Celui-ci est organisé autour d’une dichotomie entre un Web indépendant et contributif et un Web mercantile, « aux sites commerciaux aux messages publicitaires agressifs, destinés à ficher et cibler les utilisateurs »26. Le mini-rézo met en place un site collectif nommé.uZine27, destiné à recevoir les contributions des internautes partageant les mêmes visions. « Un site commun, dont tous les membres du mini-rézo ont les clefs (le login et le code du FTP), chacun y postant ce qu’il désire. uZine [est] l’un des moyens de sauvegarder la place du Web amateur et contributif, face à un Web professionnel (et commercial) de plus en plus organisé et coûteux »28.

22Il est important de replacer Mygale dans le contexte d’émergence du Web comme espace de mise en circulation des productions de quelques pionniers. Mygale a incarné un modèle d’un Web indépendant pour les internautes. L’évolution du service, une fois intégré dans la société Multimania, a symbolisé la perversion de cet idéal. Le projet de développement de logiciel dit de co-publication, baptisé SPIP29, par les membres du collectif uZine, n’est pas sans lien avec la fin du service. Les promoteurs d’un Web indépendant au sein de Mygale sont les mêmes à l’origine du logiciel. SPIP a contribué à perpétuer le projet initial : faciliter l’expression sur Internet, indépendamment de la maîtrise de savoir-faire techniques. Le logiciel constituera dans la première moitié des années 2000 un cas emblématique de l’idéal promu, permettant l’expression des mouvements contestataires et anti-capitalistes30.

La difficile valorisation de l’autopublication

23La fin de Mygale est bien évidemment perçue comme une trahison par des pionniers du Web indépendant. Mais son fondateur a, quant à lui, éprouvé les limites d’un modèle fondé sur le bénévolat. La gestion quotidienne de Mygale était devenue trop laborieuse.

  • 31 Philippe Axel, « Multimania : un peu d’histoire », Le blog musical de Philippe Axel, http://www.chr (...)

24« Je me souviens d’un échange téléphonique avec Fred [Ciréra, créateur de Mygale] alors que le site commençait à prendre de l’ampleur. En gros, il m’expliquait que sa situation personnelle était délicate. Pratiquement sans ressources, viré par son proprio parce qu’il ne pouvait pas payer le loyer, il passait tout son temps libre sur la Mygale prenant du retard sur son travail universitaire. Il devait même payer de sa poche du matériel. Et comble de tout, en lieu et place de remerciement de la part des internautes usagers, il recevait régulièrement des insultes lorsque le service s’interrompait pour des questions techniques. […] Les serveurs de l’époque, le matériel et le réseau faisaient que c’était parfois lent, des coupures n’étaient pas rares....31

  • 32 Cyril Degraeve, « Une fusion pour la communauté virtuelle », Chronicart, mis en ligne le 1er novemb (...)

25La forte croissante des usagers d’Internet autopubliant a impliqué à la fois des contraintes en termes d’animation et des opportunités en termes de valorisation d’audience. De nouvelles coopérations vont alors prendre forme. Son diplôme obtenu, Frédéric Ciréra est passé d’un projet universitaire à une démarche plus entrepreneuriale. Le service a continué sa croissance. Fin 1998, 42194 sites sont recensés32, soit près de la moitié du Web francophone.

26En février de cette même année, Frédéric Cirera rencontre Michel Meyer et Olivier Heckmann, à l’origine de la start-up Multimania Production, créateurs du site Virtual Baguette, « mélange de contenu éditorial (virtuellement) drolatique, et quelques mois plus tard, de canaux de discussions en direct, organisés par sujets »33. Michel Meyer et Olivier Heckmann sont intéressés par Mygale. Le serveur leur permettrait d’éviter de perdre le « temps [nécessaire] pour construire une technologie et recruter des abonnés »34.

27En septembre, Mygale fusionne avec le site pour former Multimania.fr. Frédéric Ciréra se retrouve directeur technique de Multimania Production et propose aux Mygaliens de rejoindre la nouvelle plateforme. La collaboration tourne court assez vite. « Multimania devient un mastodonte de l’hébergement Francophone, mais perd peu à peu de son âme communautaire qui a fait son succès. Les impératifs marketing de la net-économie le font quitter ce poste pour tenter sa chance aux États-Unis »35.

28Au bout de six mois, Frédéric Cirera part s’installer dans la Silicon Valley où il participe au développement du système d’exploitation Solaris de Sun Microsystems. Parallèlement, il fonde une start-up, Ulimit Inc., spécialisée dans la redirection d’adresses de pages personnelles. En 2014, il est développeur au sein du service de micro-blogging Twitter.

  • 36 Les données suivantes sont issues d’une chronologie mis en ligne. Zecyb : http://www.zecyb.org/, «  (...)
  • 37 1 794 000 actions sont émises au prix unitaire de 36 euros.

29À la proximité entre développeurs et premiers utilisateurs ont succédé des alliances stratégiques entre de nouveaux développeurs et des partenaires économiques : investisseurs - Paribas Affaires Industrielles et Intel ont investi 60 millions de francs dans Multimania - et directeurs marketing - Multimania s’est doté d’une régie publicitaire en février 1999. La société est alors l’un des fleurons de l’Internet français. 75 millions de francs36 sont levés entre 1998 et 1999. À la fin de l’année, elle comptabilise 48 salariés et recense 593 000 visiteurs mensuels et 327 000 inscrits. En mars 2000, elle est inscrite en Bourse37. L’entreprise poursuit son expansion, et atteint les 118 salariés fin 2000. Elle revendique près de deux millions de visiteurs mensuels, se plaçant au rang de quatrième site français en termes de fréquentations, derrière les principaux portails. En février 2001, Multimania intègre le groupe Lycos.

  • 38 Document cité par Pierre Lazuly. Pierre Lazuly : « Un déficit en forte croissance », Les chroniques (...)

30Suite à l’éclatement de la bulle spéculative, le cours de l’action de Multimania est divisé par six, passant de 36 à 6 € entre mars 2000 et mars 2001. L’expérience Multimania a dû faire face à l’absence d’implication des utilisateurs, ou plutôt des « clients ouvriers » [Tillinac, 2006] à la fois chargés de produire un contenu valorisable, de cliquer sur les bandeaux publicitaires et de réaliser ses achats en ligne. Ce risque d’une absence de coopération de l’utilisateur avait été souligné par la Commission des opérations boursières38, qui faisait part de ses doutes au moment de l’introduction en Bourse de Multimania :

« La société est fortement dépendante de ses membres et de leur engagement continu à améliorer le contenu et à effectuer, en particulier, la promotion de leurs pages personnelles, et d’une manière générale, du site autour d’eux. La société dépend plus particulièrement des efforts de certains membres très motivés et très actifs dans le développement du contenu du site pour attirer de nouveaux internautes sur le site. La société compte ainsi sur la forte implication de ces membres pour réduire le besoin de ressources extérieures nécessaires à l’enrichissement du contenu du site et à la promotion de celui-ci. Toutefois, il ne peut y avoir aucune garantie que les membres continueront à créer un contenu intéressant ou à promouvoir le site. [...] Le développement et les résultats financiers de la société pourraient dès lors être affectés si les membres les plus actifs n’étaient plus satisfaits des services proposés par la société. »

  • 39 U-blog passe ainsi de quelque 150 visiteurs uniques par jour en avril 2003 à plus de 1 300 blogs cr (...)

31Multimania s’est en définitive heurtée aux difficultés d’une instrumentalisation à visée marketing des productions amateurs. Cette entreprise est d’autant plus veine qu’elle met à mal le « lien communautaire tendant vers l’idéal communicationnel et solidaire de la communauté virtuelie » [Galibert, 2005 p.4]. Sur ce dernier point, l’histoire de Mygale/Multimania est à rapprocher des plateformes de blogs françaises. La première d’importance, U-Blog, lancée en novembre 2002, est l’œuvre d’un développeur Web, Stéphane Le Solliec. Entre 2003 et 2004, il a rencontré des succès et déconvenues similaires à ceux de Frédéric Cirera. D’un côté, la plateforme a enregistré une hausse significative du nombre d’utilisateurs39. De l’autre, le coût de la gestion de la plateforme est rapidement devenu insurmontable.

32En septembre 2003, la plateforme U-blog a été achetée par Loïc Le Meur, premier investisseur français à se pencher sur les blogs. La plateforme est devenu une société, Ublog SA, et le créateur Stéphane Le Solliec a quitté peu après l’équipe d’U-blog. A l’été 2004, la jeune société a été intégrée au sein de Six Apart, alors principal éditeur de services et de logiciels liés aux blogs. La mobilisation des internautes, des partenaires et des investisseurs a reposé sur un discours affirmant le caractère novateur de l’autopublication, promouvant un « nouvel » internaute producteur de contenu, intrinsèquement actif, agent-vecteur d’informations, capable d’influencer ses pairs.

Conclusion

33L’histoire de Mygale peut se résumer comme la transformation d’un projet étudiant en un des fleurons français de l’Internet de la fin des années 1990, Multimania. Soit un seul et même service qui a évolué à mesure de la quête de modèle économique viable. Retracer son développement nous rappelle que l’opposition entre un Web 1.0 et un Web 2.0 n’a pas grand fondement empirique. De grandes similitudes apparaissent entre l’avant et l’après-éclatement de la bulle Internet. À commencer par l’activité de publication effective des internautes et la grande difficulté à tirer économiquement partie des productions générées par les utilisateurs. Le Web 2.0 est avant tout un discours, dont la finalité vise à gommer ces similitudes.

34Rechercher les origines de Mygale nous a conduit à l’intersection entre les mondes des hackers, de l’Université, du milieu contre culturel et des start-up. À la différence du modèle de la Silicon Valley, Mygale n’a pas bénéficié de synergies entre ces quatre mondes sociaux. D’abord, la trajectoire de Frédéric Ciréra entre 1996 et 1999, reprenant des études pour partir s’installer en Californie, témoigne de la faiblesse des liens entre hackers, université et écosystème entrepreneurial. Ensuite, Mygale s’est développé dans un contexte d’expérimentation des nouvelles pratiques éditoriales, les Webzines. Le serveur a été à la fois le lieu et le symbole d’un Web indépendant. Frédéric Cirera, avec Mygale, a éprouvé les limites des velléités d’indépendance et de gratuité, promues par les promoteurs d’un web alternatif. Le maintien du service et la quête d’un modèle économique viable, tourné vers la publicité intrusive, ont signifié la perversion de cet idéal. Mygale a été traversée par une tension entre « précurseurs orthodoxe-pionniers » et « hérétiques-marchands » [Granjon, 2005], tension qui a marqué l’arrivée d’un Internet grand public au tournant des années 2000.

35La recherche sur cette période oubliée de l’Internet français mériterait des approfondissements systématiques. Elle permettrait de mieux cerner le rôle des hackers et leur goût pour le développement de solutions techniques dans la production d’innovations ; celui des usagers pionniers dans l’expérimentation de nouvelles pratiques éditoriales et la circulation de nouveaux formats de publication. Nous pourrions étayer l’hypothèse d’évolutions incrémentales au sein des milieux contre-culturels technophiles plus que de ruptures. C’est ce que nous rappelle l’histoire de la première plateforme française de blogs, Joueb. Issu d’un webzine participatif c-est-tout.com, elle a progressivement évolué vers un service de créations d’espaces personnels prenant modèle sur les weblogs nord-américains. ■

Haut de page

Bibliographie

BOULLIER, D., CHARLIER, C., 1997, « A chacun son Internet. Enquête sur des usages ordinaires », Réseaux, n° 86, p. 159-181.

CARDON, D., 2010, La démocratie Internet  : promesses et limites, Paris, Seuil, coll. La République des idées, 101 p.

FLICHY, P., 2001a, L’imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte, coll. Sciences et société, 272 p.

FLICHY, P., 2001b, « Genèse du discours sur la nouvelle économie aux Etats-Unis », Revue économique, n° 7, p. 379-399.

GALIBERT, O., 2005, « Vendre, donner, discuter, une approche communicationnelle des communautés virtuelles sur Internet », Les Enjeux de l’information et de la communication, [en ligne], http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2004/Galibert/index.php Dernière consultation le 17 mai 2013.

GRANJON, F., 2005, « Une approche critique de la fracture numérique. Champ de l’Internet, pratiques télématiques et classes populaires », [en ligne], Cahier de recherche du M@rsouin, n° 1, http://www.marsouin.org/IMG/pdf/Granjon_1-2005.pdf. Dernière consultation le 17 mai 2012.

HENNION, A., 2004, « Une sociologie des attachements. D’une sociologie de la culture à une pragmatique de l’amateur », Sociétés, n° 85, p. 9-24.

LEVY, S., 2011, In the Plex : How Google thinks, works, and shapes our lives, New York, Simon & Schuster, 424 p.

PASTINELLI, M., 2007, Des souris, des hommes et des femmes au village global, parole, pratiques identitaires et lien social dans un espace de bavardage électronique, Québec,

PUL, coll. Laboratoire de communautique appliquée, 322 p.

REBILLARD, F., 2000, « La presse multimédia. Une première expérience de diversification de la presse écrite sur cédérom et sur le web », Réseaux, n° 101, p. 141-171.

REBILLARD, F., 2002, « Webzines, e-zines : quels nouveaux médias ? », Médiamorphoses, n° 4, p. 57-62.

REBILLARD, F., 2012, « La genèse de l’offre commerciale grand public en France (1995-1996)  : entre fourniture d’accès à l’Internet et services en ligne "propriétaires" », Le Temps des médias, n° 18, p. 65-75.

SEEKER1, 1998, « Cyberpunk, la contre culture des années 90 ? » , Alice, n° 1, [en ligne], http://multitudes.samizdat.net/Cyberpunk-la-contre-culture-des, dernière consultation le 17 mai 2012.

TILLINAC, J., 2006, « Le Web 2.0 ou l’avènement du client ouvrier », Quaderni, n° 60, p. 19-24.

TREDAN, O., 2012, « Les mondes du blog. Contribution à l’analyse du phénomène des blogs en France », Rennes, Université de Rennes 1, Sciences de l’information-communication, thèse de doctorat.

VIDAL, G., 1998, « Mygale-Bêta : crise et décision sur l’Internet », Terminal, n° 78, p. 51-77. WEILL, T., 2010, « Des histoires de la Silicon Valley », Entreprises et histoire, n° 58, p. 129-149.

Haut de page

Notes

1 Du reste, cette vision a été contredite par l’observation de Dominique Boullier et Catherine Charlier [Boullier, Charlie, 1997]. Leur étude, basée sur un corpus de vingt-cinq internautes, révèle un clivage des usages autour de trois types d’internautes. Le premier (50 % des internautes) se nomme « le processeur d’information ». Il est proche des milieux académiques, se connecte au Web depuis son domicile, utilise de manière intensive la messagerie et fréquente les forums de discussion. Le deuxième (30 % des internautes) est « l’accro du net ». Il diffère du premier par sa virtuosité et son goût de la technique. Le « surfeur solitaire », soit en d’autres termes l’usager grand public, ne constitue qu’une minorité (20 %).

2 Avant Mygale, un ingénieur en informatique spécialisé dans la télématique, Valentin Lacambre, avait ouvert un serveur gratuit en 1993, Altern.org. Le service a fermé en 1999 après un procès perdu contre Estelle Halliday, au terme duquel l’hébergeur a été désigné responsable des contenus hébergés.

3 Nous renvoyons le lecteur vers le célèbre texte de John Perry Barlow dans lequel l’auteur défend l’autonomie et la liberté des utilisateurs des réseaux et proclame en 1996 « la déclaration d’indépendance du cyberespace » contre le Telecommunications Act voté la même année. (John Perry Barlow, « A declaration of Independance of Cyberespace », Electronic Frontier Foundation, https ://projects.eff.org/~barlow/Declaration-Final.html, consulté le 15 juin 2013.).

4 Ce passage d’une logique d’indépendance à une logique entrepreneuriale explique, selon toute hypothèse, l’absence de reconnaissance de Mygale et de son créateur Frédéric Cirera (la requête sur Google « Ciréra +Mygale » ne donne que 126 résultats au 15 juin 2013).

5 Travailler sur des pratiques éditoriales amateur remontant à plusieurs années, voire une décennie, ne va pas sans poser des problèmes méthodologiques. Ces sites ont été abandonnés, puis supprimés par l’hébergeur. Le recours à Internet Archive, organisation à but non lucratif consacrée à l’archivage du Web, permet de pallier partiellement cette contrainte.

6 Saranga Karen, « Mygale, le serveur au succès dérangeant », Lexpress.fr, mis en ligne le 24 avril 2004, consulté le 15 juin 2013.

7 Alain Steinmann, « Back to consulting », 01net, http://www.01net.com/editorial/154171/back-to-consulting/, mis en ligne le 3 juillet 2001, consulté le 15 juin 2013.

8 Frédéric Ciréra, « Mygale : un serveur Web ouvert », Mémoire de maîtrise, Université de Paris 8, juin 1997, p. 1.

9 Frédéric Ciréra, op. cit., p. 4.

10 Saranga Karen, « Mygale, le serveur au succès dérangeant », L’express.fr, mis en ligne le 24 avril 2004, consulté le 15 juin 2010.

11 Usenet, abrégé de « Usenix Network », est un des principaux réseaux de communication en ligne développé au tournant des années 1970 et 1980. Ce réseau est structuré autour de groupes de discussion (newsgroup) préfigurant les forums de discussion. « Les documents échangés furent regroupés dans ce qu’ils appelèrent des newsgroups par référence aux newsletters. Il s’agit en fait de dossiers où le système informatique classe tous les articles envoyés sur un sujet donné et les expédie aux person nes inscrites dans le groupe. » (Flichy, 2001a : 65).

12 Frédéric Ciréra, op. cit., p. 48.

13 Péo Chanez, « Mygale, l’agora qui vous héberge à l’œil », Planète Internet, n° 12, octobre 1996, p. 32.

14 Frédéric Ciréra, op. cit., p. 48.

15 ibid., p. 50.

16 Les Ours, « Menaces sur Mygale : 6 000 webs francophones en émoi », http://www.les-ours.com/editos/archives/mygale.html, mis en ligne le 8 avril 1997, consulté le 16 jun 2013.

17 Téléstore est une société née en 1988 et spécialisée dans l’édition de services télématiques. Avec l’essor du Web, elle s’est orientée en 1996 vers les services en ligne. Elle a développé en 1996 un moteur de recherche, baptisé Ecila, un service d’hébergement de pages personnelles Chez.com en 1997, le site de ventes aux enchères iBazar en 1998 et vendu à eBay en 2001, un webmail en 1999. La société a disparu en 2002. Chez.com était à l’origine « un service minitel (3614 CHEZ), qui jouait le rôle de boîte à lettres avec des pages personnelles au format minitel. » (Philippe Guerrier, « Pierre-François Grimaldi, PDG Téléstore (iBazar, iBourse...) », Lejournaldunet, www.journaldunet.com/itws/it_grimaldi.shtml, mis en ligne le 15 juillet 1999, consulté le 15 juin 2013.

18 Les Ours, op. cit.

19 Frédéric Ciréra, op. cit., p. 53. « La rumeur s’est propagée, par voie de courrier électronique tout d’abord, puis en infiltrant les groupes de discussion, avant de se répandre - irruption de champignons tintinnesques sur une toile soudainement volcanique - par l’apparition en chaîne sur des dizaines de sites d’un logo au message intrigant  : la survie de Mygale est menacée. » (Loginz, « MYGALE ou comment faire devenir l’administration ARACHNOPHOBE », Loginz’ Homepage, http://loginz.chez.com/mygale.htm. Consulté le 15 juin 2013. Ce logo représente le logo habituel, une mygale, mais en feu.

20 Ibid, p. 6.

21 Ibid., p. 13.

22 Au sens que lui confère Madeleine Pastinelli (2007), où les individus se reconnaissent mutuellement et créent une histoire commune.

23 Olivier Duquene, « Dites les Mygaliens je vous envoie de la lecture », L’Imp’Rock Scènette, http://www.coincoin.fr.eu.org/?Dites-les-Mygaliens-je-vous-envoie, mis en ligne le 24 janvier 2006, consulté le 15 juin 2013.

24 « Le minirezo », uZine, http://www.uzine.net/article22.html, mis en ligne le 29 juillet 2000, consulté le 15 juin 2013.

25 « Le mini-rezo », uZine, le magazine du mini-rezo, http://membres.multimania.fr/uzine/rezo.html, consulté le 15 juin 2013.

26 « Manifeste du Web indépendant », uZine, http://www.uzine.net/article60.html, mis en ligne le 2 février 1997, consulté le 15 juin 2013

27 Le site Uzine constitue une référence dans la littérature consacrée aux webzines (voir notamment Rebillard, 2000 ; 2002). Il faut également souligner les liens entre uZine et le développement de logiciel dit de co-publication.

28 « Le mini-rezo », uZine, http://www.uzine.net/article22.html consulté le 15 juin 2010.

29 « SPIP a été initialement construit pour répondre aux besoins du site uZine, afin de permettre la ge tion collaborative de ce webzine : quiconque peut s’inscrire en ligne pour devenir rédacteur et proposer des articles, sans avoir besoin de taper du code html. » (« u Zin e », L’herbier de SPIP, http://www.spip-herbier.net/12, consulté le 15 juin 2013).gers, il recevait régulièrement des insultes lorsque le service s’interrompait pour des questions techniques. [...] Les serveurs de l’époque, le matériel et le réseau faisaient que c ’était parfois lent, des coupures n’étaient pas ra re s...31.

30 Philippe Rivière, « La toile de SPIP », Le Monde Diplomatique, http://www.monde-diplomatique.fr/2003/10/RIVIERE/10470 mis en ligne en octobre 2003, consulté le 15 juin 2013.

31 Philippe Axel, « Multimania : un peu d’histoire », Le blog musical de Philippe Axel, http://www.chronicart.com/digital/une-fusion-pour-la-communaute-virtuelle/

32 Cyril Degraeve, « Une fusion pour la communauté virtuelle », Chronicart, mis en ligne le 1er novembre 1998, http://www.chronicart.com/webmag/article.php?id=244, consulté le 15 juin 2013.

33 Florent Latrive, « Le portail qui ouvre sur la convivialité. Le Web Multimania est destiné à favoriser l’édition en ligne de pages personnelles. », http://www.liberation.fr/, mis en ligne le 4 novembre 1998, consulté le 15 juin 2013.

34 Walter Bouvais, « Multimania, fini de rire ! », Transfert.net, http://www.transfert.net/ARCHIVES-1-09-Multimania-fini-de, mis en ligne le 16 janvier 2001, consulté le 15 juin 2013.

35 Vu Do-Quang, « Les amis de DéjaVu sur la Toile », DejaVu, http://dejavu.free.fr/vulinks.php3, consulté le 15 juin 2013.

36 Les données suivantes sont issues d’une chronologie mis en ligne. Zecyb : http://www.zecyb.org/, « multimania », consulté le 16 juin 2013.

37 1 794 000 actions sont émises au prix unitaire de 36 euros.

38 Document cité par Pierre Lazuly. Pierre Lazuly : « Un déficit en forte croissance », Les chroniques du menteur, http://menteur.com/Un-deficit-en-forte-croissance, mis en ligne le 7 mars 2000, consulté le 17 juin 2013.

39 U-blog passe ainsi de quelque 150 visiteurs uniques par jour en avril 2003 à plus de 1 300 blogs créés au mois de juin, puis 7 294 en décembre de la même année.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Trédan, « Le serveur de pages personnelles Mygale », Terminal, 115 | 2014, 31-43.

Référence électronique

Olivier Trédan, « Le serveur de pages personnelles Mygale », Terminal [En ligne], 115 | 2014, mis en ligne le 19 mai 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://terminal.revues.org/244 ; DOI : 10.4000/terminal.244

Haut de page

Auteur

Olivier Trédan

CRAPE, Université de Rennes 1

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org