Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Économie des clusters

Un ouvrage de Jérôme Vicente (2016), Éditions La Découverte, 126 p.
Dominique Desbois
Référence(s) :

Jérôme Vicente (2016). Économie des clusters. Éditions La Découverte, 126 p.

Texte intégral

1Si le terme de cluster renvoie immédiatement à la Silicon Valley et à son florilège de startups, Jérôme Vicente rappelle dans l'introduction de cette synthèse consacrée aux clusters (grappes d'entreprises), que l'intuition princeps d'une organisation territoriale décentralisée de certains secteurs industriels revient à l'économiste Alfred Marshall, leader de l'école de Cambridge, qui à la fin du XIXe siècle attire l'attention sur l'organisation productive originale des industrial districts spécialisés dans la métallurgie au Royaume-Uni, dans l'ouvrage intitulé The Pure Theory of Domestic Values (1879).

2Les intuitions marshalliennes seront exhumées près d'un siècle plus tard par l'ouvrage de Michael Piore et Charles Sabel The Second Industrial Divide (1984), développant l'analyse des relations décentralisées face à la crise du modèle fordiste et identifiant les premiers signes d'un changement de paradigme institutionnel sur les organisations industrielles. L'émergence d'un mode de spécialisation industrielle plus flexible que l'organisation fordiste sera confirmée empiriquement par l'école de Florence, Giacomo Becattini (1979) et Sebastiano Brusco (1982), dans leurs analyses des mécanisme de croissance régionale des districts industriels italiens. La paternité académique du concept de cluster revient in fine à Michael Porter qui le définira dans un article de la Harvard Business Review (1998) comme une concentration géographique de firmes et d'institutions opérant dans un domaine industriel spécifique. Rajoutons à cette galerie proposée par l'auteur, la figure d'Alfred Chandler qui a mis en évidence dans Scale and Scope (1990) l'importance stratégique pour l'entreprise de fonder son développement sur un pôle de compétitivité.

3Après cette introduction consacrée à l'historique du concept, l'ouvrage poursuit par un chapitre consacré à l'analyse des mécanismes non marchands dans la formation des grappes d'entreprises, en particulier les facteurs qui poussent à la concentration géographique. Cette thématique de recherche est investie par la nouvelle économie géographique pour mettre en évidence les « externalités marshalliennes » directement liées à la proximité géographique d'autres firmes, permettant d'expliquer les choix de localisation indépendamment du modèle d'équilibre général avec concurrence monopolistique de Dixit et Stiglitz (1977) et du phénomène de causalité circulaire dépendant de la taille du marché pris en compte par Krugman (1991) pour expliquer l'inégale répartition des activités économiques. Ainsi, le modèle de Duranton et al. (2010) permet d'expliquer l'influence des incitations fiscales à la localisation, de la mobilité du travail, de la production de biens publics sur le lien entre productivité et taille des clusters. Les analyses des différents types d'externalité concernant les réseaux, la diffusion des informations ou l'organisation des flux de connaissances, et les normes de localisation sont présentées de manière détaillée, permettant d'éclairer la stratégie de localisation de Microsoft ou celle du « Silicon Sentier ».

4Pour autant peut-on encore parler d'externalités dans le cas de la Silicon Valley lorsqu'on sait que la colocalisation résulte de stratégies de management et d'organisation du flux des connaissances, volontairement adoptées par les différents acteurs, qu'il s'agisse de l'Université Stanford ou bien de Yahoo!, Google ou Microsoft ? Afin de répondre à cette question, d'autres formes de proximité doivent être prise en compte (organisationnelle, institutionnelle, sociale, cognitive) pour exhiber les dispositifs de coordination et les interactions permettant de tirer pleinement parti de la colocalisation et favoriser l'accessibilité et l'appropriation des connaissances. Le troisième chapitre rend compte des travaux cherchant à dépasser le déterminisme géographique des grappes d'entreprises en analysant l'ambivalence des effets de proximité, l'évolution des formes de proximité et le lien avec leur dynamique. Dans ce contexte, l'analyse des réseaux d'innovation et de la structure permet de mettre à jour les déterminants de la densité relationnelle des clusters et le lien avec les performance dans les capacités d'appropriation des firmes industrielles. Ainsi, peut-on mettre en évidence le rôle spécifique des acteurs de la recherche publique (universités, instituts de recherche) dans la circulation des connaissances au sein des clusters dans la phase de développement des technologies. La primauté accordée au rôle des réseaux locaux depuis les travaux de Porter est désormais remise en cause au profit d'études prenant en compte également les relations à distance, qualifiés de pipe-lines, dans le déterminisme des performances innovatrices, comme pour l'étude conduite sur le réseau Midi-Pyrénées d'innovation en systèmes de navigation par satellite. Les développements de la théorie des réseaux permettent désormais d'étudier les mécanismes de formation des réseaux dans un cadre d'économie géographique et de mieux comprendre les stratégies relationnelles mis en œuvre par certains acteurs au cœur des réseaux d'innovation. Ainsi, émergent de nouveau concepts dédiés à l'analyse du capital relationnel dans l'évolution des grappes d'entreprises : la fermeture triadique (triadic closure) et le pontage (bridging), comme capacités à détruire puis à reconstruire des liens au sein d'un réseau d'innovation. Ces concepts sont repris pour l'analyse des small worlds (« petits mondes »), configurations de réseaux permettant de maintenir de fortes capacités de cohésion et d'ouverture.

5Les grappes industrielles sont désormais au cœur des politiques publiques d'innovation cependant les retours attendus de la dépense publique en sont pas toujours au rendez-vous des quelques évaluations économiques réalisés sur le renouveau des politiques industrielles. Ainsi, le relatif échec de la politique des pôles de compétitivité lancée par la France en 2004 pourrait être attribuée aux relations asymétriques entre grands groupes et PME et à la faiblesse des relations entre PME et le monde de la recherche publique. Les effets pervers de sélection des territoires les plus performants sont également incriminés au niveau européen. L'application systématique du principe d'accroissement de la densité des réseaux mis en avant par Porter peut donc conduire au sous-provisionnement de certaines formes d'innovation : l'intensification des relations au sein du réseau s'effectue au détriment de la connexion à de nouveaux entrants.

6Si les grappes industrielles peuvent favoriser le développement d'une compétitivité hors-prix pour répondre aux défis sociétaux sur la base d'innovations technologiques (vieillissement de la population, réduction des gaz à effets de serre, accès aux soins, diffusion des connaissances), les risques liés à une surdétermination des politiques nationales d'innovation par le soutien apporté à des systèmes d'innovation essentiellement locaux ne doivent pas être mésestimés, en particulier pour les marchés internationaux de services. Un dépassement du cadre d'analyse proposé par Michael Porter est attendu de ce point de vue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desbois, « Économie des clusters », Terminal [En ligne], 120 | 2017, mis en ligne le 04 mai 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://terminal.revues.org/1665

Haut de page

Auteur

Dominique Desbois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org