Navigation – Plan du site
Repères

Exposition aux pesticides : de l’insuffisance des statistiques de santé publique aux promesses des applications mobiles de santé

Dominique Desbois

Texte intégral

L’auteur remercie Barbara Bindner, Jacques Vétois et Laurent Tertrais pour leur relecture attentive du texte et les suggestions d’amendement mais reste seul responsable d’éventuelles erreurs ou omissions. Une version synthétique de ce texte est à paraître dans la revue Cadres n°473, juin 2017.

1Dans le contexte d’une production agricole conventionnelle où la productivité est largement basée sur les intrants phytosanitaires, la production sociale de risques apparaît malheureusement corrélée à la production sociale de richesses. Cependant, nos connaissances sur la toxicité de certains pesticides demeurent partielles en raison des difficultés de mesure des effets conjoints, cumulatifs, ou différés des nombreux cocktails de molécules bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché (de l’ordre du millier de références commerciales). Cette ignorance se double d’une invisibilité sociale dans la population exposée de certaines catégories de personnes soumises à des risques chroniques de contamination sans pour autant être directement impliquées dans la production agricole. Le suivi de santé de la population potentiellement concernée par l’exposition professionnelle aux pesticides constitue à la fois un enjeu en matière de santé publique parce que les situations d’exposition sont susceptibles de révéler sur la pathogénicité de ces produits, et un défi statistique car cette population à risque doit être repérée parmi l,79 million de personnes ayant en 2014 une activité régulière en agriculture, selon les statistiques de la Mutualité sociale agricole1.

Les tableaux de maladies professionnelles sont susceptibles d’évoluer

  • 2 Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des ma (...)

2Sur la liste des tableaux de maladies professionnelles du régime général (RG) et du régime agricole (RA) publiés conjointement par l’INRS2 et la Mutualité sociale agricole (MSA), les pesticides sont incriminés comme responsables de la maladie de Parkinson (tableau RA 58) et d’hémopathies malignes (lymphome malin non hodgkinien, tableau RA 59). Les solvants de pesticide sont également responsables d’acné, d’accidents nerveux aigus, et de porphyrie cutanée (tableau RG 9). Toutefois, ces tableaux sont susceptibles d’évoluer en fonction de l’état des connaissances scientifiques produites par les travaux de recherche en santé humaine menés au plan national et international.

  • 3 Guyton, K.Z. et al. (2015). Carcinogenicity of tetrachlorvinphos, parathion, malathion, diazinon, a (...)

3Ainsi, le Centre international pour la Recherche sur le Cancer de l’Organisation mondiale de la Santé vient récemment de classer comme cancérigènes probables (groupe 2A) ou possibles (groupe 2B), les herbicides et insecticides organophosphorés suivants : le tétrachlorvinphos (classé 2B : cet insecticide, interdit dans l’Union européenne, continue à être utilisé aux États-Unis dans les colliers antipuces) ; le parathion (classé 2B : en fait, son utilisation est fortement limitée depuis les années 1980) ; le malathion (classé 2A : insecticide produit et utilisé en grande quantité) ; le diazinon (classé 2A : il a été appliqué en agriculture et pour le contrôle des insectes dans les habitations et les jardins) ; et, last but not least, le glyphosate (classé 2A : actuellement, l’herbicide le plus utilisé au monde)3.

L’expertise scientifique collective, préalable indispensable à l’orientation de l’action publique

  • 4 Pisani, E. (1956). Administration de mission, administration de gestion. Revue Française de Science (...)

4Face à ces risques de santé, avérés comme probables, encourus par les professionnels exposés aux pesticides, il s’avère indispensable afin d’orienter efficacement l’action publique en matière de prévention de réaliser régulièrement des expertises scientifiques pour faire le point des connaissances disponibles sur les pathologies recensées mais aussi sur les populations exposées pour mieux caractériser les processus de contamination. De ce point de vue, la capacité d’auto-saisine de l’Agence nationale de sécurité sanitaire alimentaire nationale (Anses), qui lui est conférée par son statut « d’administration de mission » selon la formule d’Edgar Pisani4, apparaît comme un élément déterminant pour la conduite de sa mission de santé publique car elle constitue une alternative à la saisine par le pouvoir politique, ouvrant aux corps intermédiaires une possibilité de médiation et d’intervention dans l’élaboration des politiques publiques de santé. C’est pourquoi l’auto-saisine en 2011 de l’Anses visant à « identifier, évaluer et caractériser les expositions aux pesticides des personnes travaillant dans l’agriculture, afin de proposer des actions de réduction et de prévention » constitue une étape importante dont il convient de tirer tous les enseignements susceptibles de contribuer à une meilleure prévention des risques associés aux traitements phytosanitaires.

L’étendue de notre méconnaissance sur les populations potentiellement exposées

  • 5 Pesticides- Effets sur la Santé. Expertise collective, Éditions Inserm, juillet 2013, 1014 p.

5Le travail d’inventaire réalisé par l’expertise collective révèle l’étendue de notre méconnaissance sur les populations potentiellement exposées. À l’issue d’une période de cinq années de travaux marquée par une saisine et un avis de la commission de déontologie relatif à la prise en compte de positions minoritaires exprimées tardivement, les conclusions de cette expertise collective font ressortir le manque cruel de données relatives aux expositions aux pesticides des personnes travaillant dans l’agriculture : «  les plans nationaux, les informations disponibles dans la littérature, comme l’expertise collective de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) « Pesticides  - Effets sur la santé »5, témoignent unanimement du déficit de données sur les expositions aux pesticides des personnes travaillant dans l’agriculture en France ». En ce qui concerne l’existant, « la centralisation, l’accessibilité et l’exploitation faite de l’ensemble des données apparaissent à ce jour insuffisantes ».

6Sur la centaine d’articles scientifiques sélectionnés pour une analyse approfondie suivant les critères de l’auto-saisine Anses, à partir de recherches bibliographiques étendues ayant recueilli environ 1 300 références sur les situations françaises d’exposition, seulement 69 articles scientifiques ont pu fournir des informations utilisables pour l’expertise collective. La grande majorité (43 sur 69) de ces articles scientifiques est constituée par des publications épidémiologiques et seulement huit d’entre eux abordent la question des expositions à une échelle susceptible de nous renseigner sur les contextes productifs (régions et orientations technico-économiques).

Les trous dans la raquette des statistiques de santé

7De l’absence d’un système unifié de catégories pour identifier les différentes sous-populations concernées, il résulte une réelle impuissance à effectuer des dénombrements pertinents, notamment pour les catégories plus difficiles à recenser ou celles dont les expositions sont les plus difficiles à observer, comme les aides familiaux non déclarés, les travailleurs saisonniers (particulièrement les migrants), les salariés d’entreprise de travaux occasionnellement agricoles, les agents de désinsectisation des bâtiments, et enfin les prestataires de service comme les vétérinaires, les conseillers, les mécaniciens ou techniciens spécialisés intervenant régulièrement ou occasionnellement sur l’exploitation agricole.

8Les informations dont nous disposons sur les expositions aux pesticides sont principalement issues de la recherche publique. Cependant la caractérisation des différentes situations d’exposition et l’analyse des déterminants d’éventuelles contaminations ne sont l’objet que de rares études, bien insuffisantes pour hiérarchiser les risques encourus lors des différentes situations d’exposition. Si certains secteurs (grandes cultures et viticulture) et certaines tâches (préparation et application de traitement de cultures) ont été étudiés, de nombreuses autres tâches sont inexplorées comme celles spécifiques au traitement des animaux ou des bâtiments, ou bien celles supposant soit une réentrée dans la parcelle ou le bâtiment, soit un contact avec des végétaux ou animaux traités, voire avec le matériel de traitement. Parmi les facteurs aggravant cette pénurie informationnelle, figurent en bonne place l’impossibilité d’accéder aux données détenues par certains organismes privés producteurs, diffuseurs ou prescripteurs de pesticides, ainsi que les difficultés institutionnelles à rapprocher les données de certains établissements publics, difficultés qu’on ne saurait entièrement imputer aux problèmes de méthodologie statistique ou de protection de la confidentialité des informations personnelles ou économiques mais malheureusement parfois à la sourde influence de certains lobbys agro-industriels.

9En effet, le poids des stratégies d’influence du lobby agro-industriel ne doit pas être mésestimé. Ainsi, dans le cadre d’une class action soumise à un tribunal fédéral en Californie par des salariés agricoles victime d’un cancer du sang (lymphome non hodgkinien), la justice fédérale américaine a déclassifié 250 pages de correspondance interne à la firme montrant que Monsanto avait bénéficié de connivences au sein de l’Agence de protection de l’environnement (EPA -Environmental Protection Agency), chargée aux États-Unis d’évaluer la sûreté du glyphosate6.

  • 7 Pesticides : Effets sur la santé. Inserm, 2013, Collection expertise collective, Paris.
  • 8 Ntzani, E., Chondrogiorgi, M., Ntritsos, G., Evangelou, E., Tzoulaki, I. (2013). Literature review (...)

10Ce constat de pénurie statistique est d’autant plus regrettable que les travaux d’expertise précédents comme ceux de l’Inserm7 ou de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (European Food Security AuthorityEFSA)8 avaient déjà conclus en 2013 de manière convergente à une situation de pénurie informationnelle. La prise en compte des expositions aux pesticides est très hétérogène selon les différentes catégories de personnes travaillant en agriculture : contrairement aux salariés agricoles, le suivi de santé pour les exploitants n’est pas systématique mais volontaire et soumis à une cotisation supplémentaire ; parmi les catégories exposées, qui sont peu suivies spécifiquement voire pas du tout, figurent le conjoint et les enfants de l’exploitant, les saisonniers et migrants ainsi que les salariés des jardineries.

Expositions professionnelles : le double défi des suivis individuel et collectif

11En matière de santé, la figure quasi-mythique du Big Data est souvent convoquée pour appeler à l’avènement d’une médecine prédictive individuelle, notamment lorsqu’il s’agit de pathologies cancéreuses. La réalité des enquêtes consacrées aux produits chimiques prête moins à l’optimisme : précédemment déployée lors des examens périodiques et d’embauche des salariés en 1986-87, 1994, 2002-2003 et 2009-2010, l’enquête "Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels" (Sumer) est actualisée en 2016-2017 par tirage au sort des salariés, de nombreux médecins du travail n’ayant plus les moyens de respecter la périodicité réglementaire pour suivre les salariés. Cependant, cette enquête ne comporte pas de questionnaire spécifique pour les activités agricoles. Pourtant, selon les derniers résultats disponibles (enquête Sumer réalisée en 2009-2010), 9% des salariés agricoles sont exposés à des produits cancérogènes, près de 25% des salariés agricoles sont exposés à au moins un produit phytopharmaceutique (herbicide, fongicide ou insecticide principalement) sur les douze derniers mois. Un code spécifique Sumer est réservé désormais aux pesticides classés cancérogènes bien que ces substances ne bénéficient pas encore de code de traçabilité aux expositions professionnelles. Seule innovation notable, un auto-questionnaire est désormais proposé au salarié pour décrire son contexte de travail : si l’auto-déclaration des expositions professionnelles était systématisée, elle pourrait en faciliter la traçabilité individuelle et collective.

12En termes d’action de prévention des risques chimiques, la traçabilité des expositions professionnelles aux produits dits CMR (Cancérogènes, Mutagènes ou Reprotoxiques) est été considérée comme une priorité depuis le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales consacré à cette problématique9. En effet, les contrôles effectués par l’inspection du travail de l’emploi et de la politique sociale agricoles révèlent que la situation ne s’est pas significativement améliorée depuis les premiers constats en 2001 : les manquements à la réglementation de protection des professionnels exposés persistent en dépit de la sensibilisation effectuée lors des formations individuelles Certiphyto. Ces manquements sont liés à la sous-estimation des risques et à la sous-déclaration des expositions salariées de la part des employeurs agricoles ainsi qu’à l’absence de responsabilisation des fournisseurs et prescripteurs.

13Malgré ces niveaux d’exposition élevés, on recense très peu d’accidents du travail mettant en cause directement un produit chimique : en 2014, sur 136 dossiers analysés seuls 8 % concernent des produits chimiques. De même, on dénombre très peu de maladies professionnelles mettant en cause des produits chimiques : entre 2002 et 2010, seules 47 maladies professionnelles ont été déclarées. Les facteurs explicatifs de cette faible incidence sont connus : le temps important de latence entre l’exposition aux produits et l’apparition de la maladie ; la relative méconnaissance de certains médecins traitants du lien entre activité professionnelle et maladie, compte-tenu de la diversité des produits utilisés et des activités réalisées dans le parcours professionnel. Cependant, le coût moyen des maladies professionnelles mettant en cause des produits chimiques est beaucoup plus élevé : environ, 1,6 fois plus élevé que la moyenne des maladies professionnelles déclarées.

14L’objectif majeur pour la statistique publique en matière de traçabilité des expositions professionnelles aux pesticides est de pouvoir tirer pleinement parti du Compte de prévention pénibilité, instauré depuis le 1er janvier 2017, partie intégrante du compte personnel d’activité, au sein duquel l’exposition aux produits chimiques dangereux figure comme critère de pénibilité. Tout employeur est désormais tenu de déclarer ces situations de pénibilité dans la déclaration annuelle des données sociales et à compter de 2017 dans la déclaration sociale nominative .

Les enseignements à tirer en matière de prévention

15Au détriment de mesures de prévention collective plus efficaces car relevant de l’organisation du travail, les politiques actuelles de prévention se focalisent essentiellement sur le comportement individuel des travailleurs exposés (port d’équipements de protection individuels, mesures d’hygiène) alors que ces mesures de prévention ne sauraient être mobilisées qu’en dernière ligne de protection selon les principes généraux des politiques de prévention. Parmi les facteurs limitant l’efficacité de la prévention, figurent l’insuffisance de moyens consacrés au développement de conseils indépendants sur la prévention et les stratégies pour diminuer l’usage des pesticides ainsi que l’accès à une formation adéquate pour réduire les expositions, trop souvent limitée à une rapide initiation dispensée lors du certificat « Certiphyto », obligatoire pour les prescripteurs de traitement phytosanitaires et leurs applicateurs.

16Malheureusement, les signaux en matière de mise en œuvre des politiques de prévention ont pu apparaître pour le moins discordants. D’un côté, Manuel Valls alors Premier ministre assurait, lors d’une assemblée de viticulteurs que le futur arrêté réglementant l’épandage des phytosanitaires serait « pour l’essentiel » celui de 2006, tout en affirmant que de nouvelles précautions d’épandage doivent aussi être prises10. De l’autre, la fédération FGA-CFDT, regroupant les salariés de l’agriculture et l’agro-alimentaire de la CFDT mais n’ayant pas été consultée par le ministère de l’Agriculture sur la révision de cet arrêté, en appelle à la vigilance « sur la définition des délais de rentrée dans les parcelles après traitement », considérant que « tout assouplissement de la réglementation relative aux délais de rentrée après traitement serait un contre-sens par rapport à la connaissance des risques relatifs à l’exposition aux produits phytosanitaires »11, car ce sont des facteurs déterminants pour limiter les expositions indirectes.

Le premier levier d’une stratégie de réduction des risques : la réduction des usages

  • 12 « Ecophyto 2018, un plan pour réduire de moitié l’usage des pesticides », communiqué de presse du M (...)
  • 13 « Note de suivi 2015. Tendances du recours aux produits phytopharmaceutiques de 2009 à 2014 ». Ecop (...)
  • 14 Rapport n°124 visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire (...)
  • 15 « L’utilisation des produits phytopharmaceutiques en France », Note de suivi 2016, Ecophyto, 301/01 (...)
  • 16 « Écophyto 2018 : les résultats de la recherche ». Les échos d’IRSTEA n°2, novembre/décembre 2012, (...)

17Premier levier d’une stratégie de réduction des risques, la consommation nationale de produits phytosanitaires semble pourtant ne pas vouloir fléchir en dépit de l’existence d’un plan d’économie des produits phytosanitaires (Ecophyto 2018) lancé en 2008 par Michel Barnier alors ministre de l’Agriculture12. Ainsi, au niveau national, le recours aux produits phytosanitaires pour des usages agricoles a significativement augmenté, soit 5,8 % entre les périodes triennales 2011-2013 et 2012-2014 pour l’indicateur du « nombre de doses utiles » (Nodu)13. Certes, le Nodu en zone non agricole a fléchi de 2,2 % entre ces deux périodes triennales, mais ces usages non-agricoles (essentiellement des herbicides dédiés à l’entretien des voiries) ne représentent en France qu’entre 5 % et 10 % du total14. Entre 2012-2014 et 2013-2015, le Nodu en moyenne triennale glissante fait toujours apparaître une hausse de 4,2 %, malgré une diminution de 2,7 % entre 2014 et 201515. Pourtant la mobilisation des chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique et des ingénieurs de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea) a permis de concevoir des technologies réduisant l’utilisation des pesticides, notamment par limitation des pertes lors des pulvérisations16. Cependant, ces améliorations techniques soit ne prennent effet qu’au renouvellement des matériels de pulvérisation, soit sont conditionnées par des changements de comportement des agriculteurs et des conseillers agricoles prescripteurs, très sensibles à l’éventualité de pertes de rendement et donc de revenu. Ainsi, la tendance de fond reste toujours orientée à la hausse.

18Même si un certain nombre de progrès ont pu être enregistrés, notamment en termes de formation des applicateurs de traitement phytosanitaires grâce au « Certiphyto » obligatoire, une trop grande incertitude demeure quant aux respects des consignes d’utilisation. Pour la plupart des très petites entreprises, la majorité des employeurs ne disposent pas d’un document d’évaluation des risques en règle. Leurs salariés permanents affectés aux tâches supposant une rentrée dans les parcelles traitées ne disposent pas tous de Certiphyto. Les saisonniers affectés aux travaux sur la végétation sont encore moins bien informés sur les risques et les comportements à éviter (fumer, manger, parler, …) lors des activités manuelles sur les parcelles traitées. Le port des équipements de protection individuels (EPI) demeure inadapté à certaines conditions climatiques et positions contraignantes. Des failles techniques et juridiques étant apparues au sein du processus de certification des combinaisons de protection17, l’Anses a rendu après expertise un avis reconnaissant que « le port d’EPI n’est pas toujours pratiqué par les applicateurs pendant les phases de travail pour lesquelles il constitue pourtant une des conditions de l’autorisation de mise sur le marché des produits utilisés »18. En cause, les EPI présentant des performances élevées en termes de perméation (type 3) ne sont guère adaptés aux situations de travail et offrent un confort très médiocre. Les EPI de type blouses sont performants et confortables mais adaptés seulement à certaines activités. En conséquence, les applicateurs portent le plus souvent des cottes en coton ou polyester/coton mieux supportées en situation de stress hydrique mais qui ne peuvent être considérées comme des vêtements de protection au sens de la directive européenne 89/686/CEE, dite « directive EPI ».

  • 19 Loi n° 2014-110 visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoir (...)

19La Loi Labbé du 6 février 2014 et la Loi de transition énergétique (article 68) vise l’interdiction d’usage des substances phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades accessibles au public dès le 1er janvier 2017 et pour les jardiniers au 1er janvier 2019, et à favoriser celui des produits de bio-contrôle, Ces deux lois constituent une étape significative pour limiter les expositions des personnels chargés de l’entretien des espaces ouverts, qu’ils relèvent du domaine public ou privé19 mais également celles des non-professionnels. Cependant, cette interdiction n’est prévue qu’au 1er janvier 2020 et ne concerne pas l’entretien des voies ferrées, des pistes d’aéroports et les autoroutes, ni d’ailleurs la destruction d’organismes nuisibles ou la prévention de leur propagation.

  • 20 Réseau de Démonstration, d’Expérimentation et de Production de références du plan Ecophyto : soit a (...)
  • 21 Rapport d’avancement du Comité d’évaluation de la politique agro-écologique, C. Villien et P. Clacq (...)

20Malgré des résultats encourageants observés pour les exploitations du réseau expérimental DEPHY engagées dans des démarches volontaires de réduction de ce type d’intrants20, l’augmentation globale des usages agricoles signe l’échec du premier plan Ecophyto, reconnu dès juillet 2012 par Stéphane Le Foll, ministre en charge de l’Agriculture, par rapport à l’objectif initial (baisse d’utilisation de 50 % à l’horizon 2018). Ainsi, se sont opéré le recentrage sur des objectifs moins ambitieux (réduction de 20 % de l’usage des pesticides en 2020 pour atteindre 50 % en 2015) et la réorientation marquée en juin 2014 par l’adoption d’un second plan (Ecophyto II) encourageant les pratiques agroécologiques21.

21Mesure-phare du plan Ecophyto II, le certificat d’économie de produits phytopharmaceutiques (CEPP) incitant les distributeurs (coopératives et négociants) à la mise en place, dans les exploitations agricoles, d’actions reconnues afin de faire diminuer l’usage, les risques et les impacts des pesticides. Bien que le CEPP ait été critiqué par certaines associations de protection de l’environnement car il induirait seulement une obligation de moyens et non de résultats, France Nature Environnement a estimé qu’il s’agissait de « mesures qui pourraient orienter intelligemment l’agriculture vers un usage réduit des pesticides »22. Cependant, la Fédération du négoce agricole, Coop de France et l’Union des industries de la protection des plantes représentant les producteurs et distributeurs de pesticides ont introduit un recours, au motif de l’absence de consultation publique contre l’ordonnance du 7 octobre 2015 instituant le CEPP pour une période expérimentale de 5 ans à compter de 2016. Statuant essentiellement sur le respect formel de la procédure, le Conseil d’État a fait droit à cette requête dont l’objectif inavoué était de retarder la mise en place du CEPP. Cependant, dans le cadre de la proposition de loi relatif à l’accaparement des terres agricoles, les députés ont voté le 18 janvier 2017 un amendement gouvernemental qui rétablit le CEPP : affaire à suivre, donc.

22Malgré ce rétablissement, il est à craindre que les mesures avancées sous l’étendard de l’agroécologie soient insuffisantes. À l’issue de la journée de restitution de l’expertise de l’Anses consacrée aux expositions professionnelles aux pesticides23, la sociologue Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), exprime ses inquiétudes. Selon cette spécialiste des risques professionnels pour la santé, le dossier des pesticides ressemble à s’y méprendre à celui de l’amiante24 : désormais, les doutes ne seraient plus guère de mise sur leurs effets cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR) ; pourtant, les mêmes stratégies resservent pour différer le plus longtemps possible les restrictions à leur usage voire leur interdiction à la commercialisation.

Des bilans internationaux insuffisants pour caractériser les expositions induites

  • 25 « Suicide by intentional ingestion of pesticides: a continuing tragedy in developing countries » D. (...)
  • 26 « A Review of Pesticide Exposure and Cancer Incidence in the Agricultural Health Study Cohort », S. (...)

23Le bilan effectué par l’Organisation mondiale de la santé est particulièrement inquiétant : trois millions de cas d’empoisonnement sont relevés chaque année avec 10 % de cas mortels immédiatement observés (principalement des suicides par ingestion) dont 99 % proviennent de pays à revenu faible ou intermédiaire25. Si producteurs et distributeurs ne peuvent être directement impliqués dans cette tragédie largement ignorée, leur coresponsabilité avec les gouvernements laxistes dans l’accès à de tels produits devrait pour le moins être examinée. Plus généralement, une revue internationale récente de 28 travaux épidémiologiques consacrés à l’incidence de cancers chez les utilisateurs de pesticides révèle un effet positif pour 12 des 32 pesticides enregistrés au Canada et aux États-Unis26. Cette revue conclut à la nécessité de poursuivre les travaux d’évaluation des risques pour la santé humaine résultant de la dispersion des pesticides dans l’environnement. En particulier, il conviendrait de multiplier les trop rares études de cohorte, comme Agrican (Agriculture et cancers) instaurée en France depuis 2005 et l’Agriculture Health Study mise en place depuis 20 ans en Iowa et Caroline du Nord, qui seules permettent d’effectuer un suivi épidémiologique des populations à risque.

  • 27 « Arrêté du 30 décembre 2010 interdisant l’emploi de certains produits phytopharmaceutiques par des (...)
  • 28 « Evaluation of models for dermal exposure assessment in farming systems in developing countries ». (...)

24Cependant, la partie immergée de l’iceberg des expositions aux pesticides concerne non seulement les usages non professionnels (« emplois autorisés dans les jardins ») dont certains produits ont déjà été exclus27, mais également les résidents riverains des épandages qui sont concernés par les effets mal connus des faibles doses et des cocktails de molécules, en particulier sur le long terme. À cet égard, la plupart des modèles disponibles pour caractériser l’exposition dermale dans les pays en développement nécessitent d’être revus pour mieux prendre en compte la variabilité dans les parties du corps exposées selon les conditions d’équipement, de durée de la tâche d’habillement, d’hygiène et de conditions climatiques28.

25Le développement d’applications mobiles pour la santé, qu’il s’agisse de soins, de diagnostic ou de prévention, est désormais largement engagé29. La mobilisation d’applications numériques accessibles au grand public sur téléphone mobile30 ou internet permettrait de promouvoir l’auto-déclaration d’expositions aux pesticides. Ainsi, l’application « Scan Eat » est capable de mesurer le taux de pesticides dans les fruits et légumes31. En corollaire, le déploiement de telles applications peut constituer un palliatif intéressant aux manques de données épidémiologiques pour fournir une base permettant de renouveler et d’étendre le champ des études environnementales, qu’il s’agisse d’exposition de professionnels ou de la population générale. Pourvu que de telles applications fassent l’objet d’une certification publique et que l’utilisation des données individuelles collectées en soit précisément réglementée, leur développement permettrait de prendre alors en considération pour l’amélioration de la santé publique les promesses parfois messianiques de la fouille de grands volumes de données par l’accessibilité au suivi individuel des expositions, démarche que les thuriféraires de l’industrie des pesticides s’emploient à entraver avec une grande constance.

Haut de page

Notes

1 « L’activité 2014 en santé sécurité au travail ». Mutualité sociale agricole, CCMSA, juillet 2014. Dernière consultation le 17/05/2017.

2 Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS).

3 Guyton, K.Z. et al. (2015). Carcinogenicity of tetrachlorvinphos, parathion, malathion, diazinon, and glyphosate. The Lancet Oncology 16(5): 490-491.

4 Pisani, E. (1956). Administration de mission, administration de gestion. Revue Française de Science Politique 6(2): 315-330.

5 Pesticides- Effets sur la Santé. Expertise collective, Éditions Inserm, juillet 2013, 1014 p.

6 Foucart, S. (2017). Ce que les « Monsanto Papers » révèlent du Roundup. Le Monde, 18 mars. Dernière consultation le 04/05/2017.

7 Pesticides : Effets sur la santé. Inserm, 2013, Collection expertise collective, Paris.

8 Ntzani, E., Chondrogiorgi, M., Ntritsos, G., Evangelou, E., Tzoulaki, I. (2013). Literature review on epidemiological studies linking exposure to pesticides and health effects. EFSA supporting publication, 159 p.

9 Lejeune, D. (2008). « La traçabilité des expositions professionnelles », Inspection générale des Affaires sociales. 2008, 180 p.

10 AgraPresse, dépêche du 24/11/2016, http://www.agrapresse.fr.

11 Communiqué de presse n°33-2016 du 22/11/2016. Dernière consultation le 17/05/2017.

12 « Ecophyto 2018, un plan pour réduire de moitié l’usage des pesticides », communiqué de presse du Ministère de du Ministère de l’Agriculture du 23/01/2008.

13 « Note de suivi 2015. Tendances du recours aux produits phytopharmaceutiques de 2009 à 2014 ». Ecophyto, 2016/03, 36 p.

14 Rapport n°124 visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national. R. Dantec, Sénat, Session 2013-2014, 49 p.

15 « L’utilisation des produits phytopharmaceutiques en France », Note de suivi 2016, Ecophyto, 301/01/2017, p. 10. Dernière consultation le 17/05/2017.

16 « Écophyto 2018 : les résultats de la recherche ». Les échos d’IRSTEA n°2, novembre/décembre 2012, 8 p.

17 Dubuc, P. (2007). Rapport sur l’inefficacité de combinaisons devant protéger des risques liés à l’usage des produits phytosanitaires : aspects juridiques. Ministère du Travail.

18 « Expositions aux pesticides des utilisateurs et des travailleurs agricoles », Anses mis à jour le 29/07/2016. Dernière consultation le 17/05/2017.

19 Loi n° 2014-110 visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national. JORF n°33, 08/02/2014, p. 2313. Les usages non-professionnels de ces produits phytosanitaires seront interdits au 1er janvier 2022.

20 Réseau de Démonstration, d’Expérimentation et de Production de références du plan Ecophyto : soit actuellement 1 900 exploitations agricoles réparties en 187 groupes animés chacun par un ingénieur.

21 Rapport d’avancement du Comité d’évaluation de la politique agro-écologique, C. Villien et P. Clacquin, décembre 2016, 74 p.

22 Communiqué « Pesticides : vendre coûte que coûte ! », France Nature Environnement, 17/01/2017. Dernière consultation le 17/05/2017.

23 Rapport d’expertise collective, Auto-saisine 2011-SA-0192 « Expositions professionnelles aux pesticides en agriculture », Anses, juillet 2016. Dernière consultation le 17/05/2017.

24 « La stratégie criminelle des industriels de l’amiante », P. Herman et A. Thébaud-Mony, Le Monde diplomatique, juin 2000, pp. 20-21.

25 « Suicide by intentional ingestion of pesticides: a continuing tragedy in developing countries » D. Gunnell et M. Eddleston, International Journal Epidemiol. 2003 ; 32(6): 902–909.

26 « A Review of Pesticide Exposure and Cancer Incidence in the Agricultural Health Study Cohort », S. Weichenthal, C. Moase, et P. Chan, Environ Health Perspect. 2010 ; 118(8): 1117–1125.

27 « Arrêté du 30 décembre 2010 interdisant l’emploi de certains produits phytopharmaceutiques par des utilisateurs non professionnels », Journal officiel de la République française, n°0009 du 12 janvier 2011 page 630.

28 « Evaluation of models for dermal exposure assessment in farming systems in developing countries ». C. Lesmes Fabian, S. Teubl, et C. R. Binder, Journal of Environmental Engineering & Ecological Science, 2014.

29 Mobile Applications for the Health Sector, C. Zhenwei Qiang, M. Yamamichi,V. Hausman et Daniel Altman, ICT Sector Unit, World Bank, décembre 2011, 101 p.

30 « Applications mobiles de santé : comment s’y retrouver ? Lesquelles utiliser ou conseiller ? ». Jean-philippe Rivière, 21/05/2013. Dernière consultation le 17/05/2017.

31 Cette application présentée par l’École nationale supérieure maritime a été récompensée par le premier prix du projet « Green Tech verte écoles » du Ministère français de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer , lui permettant de bénéficier de 9 mois d’appui technique pour être développée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desbois, « Exposition aux pesticides : de l’insuffisance des statistiques de santé publique aux promesses des applications mobiles de santé », Terminal [En ligne], 120 | 2017, mis en ligne le 17 mai 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://terminal.revues.org/1657 ; DOI : 10.4000/terminal.1657

Haut de page

Auteur

Dominique Desbois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org