Navigation – Plan du site
Us et abus de l'Internet

Humanités numériques responsables

Responsible Digital Humanities
Bernard Reber

Résumés

Les humanités numériques sont bien loin de se résumer aux seules sciences documentaires augmentées. Elles affectent les savoirs eux-mêmes. Cet article part donc des humanités dans leur origine historique pour comparer et lier de diverses manières les sciences qui lisent et celles qui comptent. Il aborde également les façons dont ces sciences se répondent, un des sens de responsabilité (responsiveness). Nous esquisserons cinq itinéraires de pensée au sein des humanités numériques, entre technologies de l’information et de communication et sciences humaines et sociales. Cela fera le lien entre les humanités numériques et la notion émergente, principalement en Europe, d’Innovation et de recherche responsables (IRR). Elle est différente des évaluations éthiques qui s’imposent déjà à toute recherche (Ethical compliance). Celles qui comportent des technologies d’information (TIC) ont détrôné par leur nombre celles qui préoccupaient la bioéthique. Nous verrons alors la richesse des conceptions de la responsabilité morale. Nous terminerons avec des problèmes liés à l’ontologie des humanités numériques, à celle de l’action, et à la décontextualisation qu’elles induisent.

Haut de page

Texte intégral

« L’outil, certes, ne fait pas la science,
mais une société qui prétend respecter les sciences
ne devrait pas se désintéresser
de leurs outils » [Bloch, 1974, p. 67].

1Interrogeons-nous tout d’abord sur les trois termes du titre de cet article. Comment comprendre leur association appartenant à des mondes dissonants chacun pour les deux autres ? Pour mener cette enquête, je vais brièvement m’appuyer sur l’histoire. La suite de mon article approfondira ce que recouvrent les humanités numériques, selon un angle particulier, qui n’est pas celui des seules sciences documentaires augmentées. Elle exploitera de diverses manières les réponses - un premier sens de responsabilité comme capacité de répondre (responsiveness) - possibles entre deux types de sciences, celles qui lisent et celles qui comptent. Ceci permettra de faire un lien entre les humanités numériques et la notion émergente, principalement en Europe, d’Innovation et de recherche responsables (IRR). Nous verrons alors la richesse des conceptions de la responsabilité morale au regard de ces nouvelles pratiques, notamment dans leurs différences avec les évaluations éthiques qui s’imposent déjà à toute recherche (ethical reviews). Les recherches qui comportent des technologies d’information ont détrôné par leur nombre celles qui préoccupaient la bioéthique. Nous aurons alors le souci de considérer les objets fabriqués par les sciences des technologies d’informations et de communication pour les mettre en relation avec tous les savoirs. Cette nouvelle forme d’humanités numériques s’inscrit dans la ligne des travaux pionniers du jésuite Roberto Busa et de ses Computers for Humanities. Nous esquisserons cinq itinéraires de pensée au sein des humanités numériques.
L’enjeu de l’article sera double : déployer une version originale et sophistiquée d’humanités numériques, s’effectuant « à même les savoirs », en adressant comme un écho ces préoccupations à la notion émergente d’IRR.

Lire et compter

2Quel est le mot important dans la triade du titre de cet article, la dominante pour le dire de façon musicale ? S’agit-il de celui qui est commun à tous les articles de ce numéro : numérique ? En effet, il est au centre. Pourtant, il recouvre des choses bien différentes dans chacune des analyses proposées.

Numérique à plusieurs géométries

  • 1 Il pense que seule la chimie comme autre science se soit transformée en industrie.

3Pour le dire rapidement, le numérique est un mille-feuille, un enchevêtrement de couches allant des supports physiques aux logiciels jusqu’à leurs usages, qui plus est mis de n façons en réseaux de réseaux. La thématique de ce numéro a retenu Internet pour en parler. On pourrait aller plus loin. L’adjectif numérique comprend numéro, calcul, mais surtout informatique. J’ajoute que cette science a très vite été associée à l’industrie. Rares sont les sciences qui, comme l’informatique, ont réussi cette transformation [Douhei, 2013, p. 2]1 ou selon le point de vue qu’on a sur ce que l’on attend d’une science, ont échoué, dans les deux sens de rater ou de dériver à la suite d’un naufrage.

4Par ailleurs, l’informatique s’est disséminée dans toutes les autres sciences, jusqu’à la philosophie comme nous le verrons. Elle s’est rendue indispensable. On pourra même dire que le numérique est devenu une culture, avec ses rites, ses formations et ses publications, dont la Revue Terminal. Il a aussi provoqué de nouveaux troubles du comportement avec des risques et des vulnérabilités comme plusieurs articles de cette livraison en témoignent. Certains laboratoires de recherche se consacrent à l’étude de ces récentes vulnérabilités.

5Peut-être n’y a-t-il pas de mot fort dans ce titre, mais, comme c’est souvent le cas en musique, une tension créée par la dissonance et sa résolution ? Et en matière de dissonance, nous en avons une en introduisant le terme « humanités ».

Les humanités comme savoirs et pas uniquement comme bibliothécologie

6Si numérique est du côté du calcul, alors humanités est à inscrire du côté de la langue, de la culture, de la philosophie. « Math spé. », « math sup. » contre hypokhâgne, khâgne pour reprendre ces qualifications toutes françaises des années de concours qui préparent, d’une part, les futurs ingénieurs, souvent dans les grandes écoles et, d’autre part, celles et ceux qui se destinent à enseigner certaines humanités. Notons le caractère stigmatisant de deux derniers termes, hypokhâgne et khâgne, recouverts d’un vernis pseudo-grec pour cacher l’origine du mot « cagneux » affublant les littéraires et donné par des élèves préparant l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, plus férus d’escrime et d’équitation que de grec ancien ou de poésie.

7Cette opposition entre numérique et humanités est faussement simple. En effet, pour les étudiants en Sorbonne au Moyen-Âge, quand elle était une école préparatoire pour des études de théologie destinée à des garçons défavorisés, ou, plus proche de nous pour les étudiants d’un collège de l’Université d’Oxford, les humanités devaient les préparer aux arts libéraux, avec le trivium (grammaire, rhétorique, dialectique) et le quadrivium (arithmétique, géométrie, astronomie et musique). Le quadrivium fut introduit après le trivium dans les monastères, par Bède le Vénérable au VIIIe siècle. Difficile donc de séparer ces savoirs mentionnés déjà vers 360 avant Jésus-Christ. On retrouve le quadrivium notamment chez Porphyre dans le fragment, Commentaire sur les harmoniques de Ptolémée. Lors d’invasions dites barbares, vikings, sarrasines et hongroises, on a oublié le quadrivium, réintroduit ensuite par un autre moine, Gerbert d’Aurillac, qui avait été en contact avec la civilisation islamique, florissante alors et répandue en Espagne.

8Aujourd’hui, nous avons perdu la musique en chemin dans ce curriculum. C’est pour réparer cet oubli qu’elle figure à l’arrière-plan ou en contre-chant discret de mon article.

Termes irréconciliables ?

9Selon moi, humanités numériques sonne comme un oxymore. À moins de réduire le périmètre des humanités numériques à une science documentaire augmentée, passant du texte à l’hypertexte, donnant plus d’accès aux supports d’information, permettant de les trouver beaucoup plus vite, voire de les traiter pour des opérations assez simples. Tout cela modifie profondément le rapport à la bibliothèque. À vrai dire, il ne s’agit plus de bibliothèques, mais de librairies. Les pages de nos écrans sont déchirées par des publicités turbulentes, avec un libraire « qui vous veut du bien » comme on le dit d’un ami, à force d’épier nos habitudes, nos us et nos abus de consommation pour faire un écho au titre du numéro. Abus indique l’exagération. Nos nouveaux médias en comportent sous des formes variées.

10L’oxymore, ou du moins la tension lovée au sein de la terminologie humanités numériques est la suivante. Calculer n’est pas lire, numériser n’est pas raconter, démontrer n’est pas interpréter, voire argumenter. Pour le dire de façon plus disciplinaire, la biologie n’est pas l’histoire ou la sociologie, les mathématiques ne sont pas le droit ou la philosophie. Certes, des chevauchements existent, fort heureusement, des cohabitations aussi. C’est le cas de la section 71 du Conseil National des Universités, Sciences de l’information et de la communication, plus couramment appelée « Infocom », véritable « arche de Noé » des disciplines sollicitées pour analyser ces deux concepts riches. Elle fut fort hospitalière jadis envers les autres disciplines avant de suivre les mêmes règles d’exclusion que les autres pour des raisons institutionnelles.

Répons 2

  • 2 Clin d’œil ici à l’œuvre de Pierre Boulez qui associe merveilleusement musique contemporaine et inf (...)

11Reste le troisième terme, qui vient de faire son entrée sur scène : responsabilité. Il s’agit sans doute d’un des concepts les plus importants pour l’éthique, mais également le droit et la politique. La responsabilité est un concept polysémique, et c’est heureux, puisque nous n’échappons pas à la tâche de l’interpréter. En effet, il est précisément un concept interprétatif.

12Certes, avec un cadrage sur la responsabilité, nous réduisons l’angle de la thématique, Éthique et humanités numériques. Ce n’est pas grave, au contraire. Pas d’éthique qui vaille sans responsabilité, ou alors nous en restons à la déconnexion, au désengagement, à la sophistique, aux velléités, voire au cynisme.

13De plus, la responsabilité connaît une actualité récente comme condition de financement des projets de recherches européens avec la conception, encore vague, d’Innovation et de recherche responsables (IRR ; Responsible research and innovation [Reber, 2016 ; Pellé et Reber, 2016 ; Owen et al., 2012 ; Owen et al., 2013]). Ce nouveau pas fait suite et essaie d’unir à la fois les travaux inscrits dans le domaine Sciences avec/et pour la société et ceux en éthique des technologies émergentes.

14Je m’appuie ici sur deux expériences de recherches collectives et interdisciplinaires distantes de sept ans. La première est l’aventure éditoriale des Humanités numériques. Nouvelles technologies cognitives et épistémologie, et son tome deux, Socio-informatique et démocratie cognitive [Reber, Brossaud, 2007 ; Brossaud, Reber, 2007 ; Reber, Brossaud, 2010]. La seconde est le projet européen auquel j’ai participé Governance for REsponsible InnovATion (GREAT)3 et l’entreprise éditoriale, que je dirige chez ISTE-Wiley, consacrée à l’IRR, abordée principalement avec les ressources de la philosophie4.

15Avec les dissonances possibles entre les trois termes de mon titre, la plus prometteuse, puisqu’elle est la plus ouverte aux harmonies/dysharmonies est sans doute la responsabilité. Elle est donc non seulement contre-chant, mais l’horizon de cet article.

La responsabilité, concept polysémique

16Reprenons et étendons l’exemple proposé par le philosophe du droit de l’université d’Oxford, Herbert Lionel Adolphus Hart (1907-1992) repris plus près de nous par les philosophes Nicole Vincent et Ibo van de Poel (2011). Un bateau coule. S’il coule, c’est parce que le capitaine était ivre. Ce seul épisode feuillette la responsabilité de treize manières : le capitaine a un 1. rôle, une 2. tâche, des 3. capacités, et une 4. autorité, quatre premiers sens de responsabilité. Il boit donc manque de responsabilité comprise comme une 5. vertu, par exemple sous la forme du soin ou d’attention (6. care) et sera blâmé moralement (7. blameworthiness) pour avoir manqué à un 8. devoir, puisque son action a pour 9. conséquence indirecte l’accident. Il a 10. causé le naufrage. Il devra s’acquitter de sa responsabilité juridique (11. liability). Si on quitte Hart, Vincent, ou même Ibo van De Poel, et ceux qui reviennent sur cet exemple, on pourra avoir des conceptions plus organisationnelles de la responsabilité comme comptes à rendre (12. accoutability) à ces douze acceptions possibles [Pellé et Reber, 2016], j’en ajoute une treizième, la responsabilité comme réactivité, capacité à répondre, responsiveness, déjà évoquée en introduction. Si nous retenions toutes les conceptions possibles de la responsabilité et toutes leurs combinaisons, nous dépasserions le format de cet article.

17Hart et Vincent ne pensent pas à l’hypothèse de Rimbaud du Bateau ivre. Je laisse de côté également cette piste matérielle incriminant le bateau. Mais la cause matérielle aurait toute sa place dans une éthique technologique comme nous le verrons plus tard.

18Voyons donc comment humanités (comprenant toutes les sciences humaines et sociales, les SHS) et sciences des technologies de l’information et de communication (STIC) peuvent être responsables les unes par rapport aux autres, quand responsable est compris comme responsiveness.

Cinq formes de responsabilité (responsiveness) pour un concerto entre SHS et STIC

19L’expression humanités numériques et redevable à des travaux très anciens. Elles ne sont pas nées dans les années 2000, heure des manifestes et des gros projets pour outiller les SHS. En 1949 déjà, le philosophe jésuite Roberto Busa tentait à grand-peine de convaincre le fondateur d’IBM, T. J. Watson (Sr.), de développer un logiciel permettant d’analyser le lexique et de se repérer dans les œuvres des philosophes médiévaux. Il est reconnu comme l’un des pionniers de la linguistique informatique et une autorité dans le domaine des Computers for Humanities, avec son fameux Index Thomisticus, balise pour se repérer dans l’œuvre de Thomas D’Aquin une référence pour la théologie catholique, mais surtout un des monuments de la pensée médiévale. Notons en passant que le genre « somme » dans lequel l’Aquinate a excellé, construit autour de questions ou sont considérées les opinions importantes plaidant pour une réponse et celles qui leur sont opposées, organise également un forme de responsiveness. Busa liait de façon originale STIC et humanités. Il est le rédacteur de la postface des deux tomes Humanités numériques.

Interdisciplinarité en action

20Ce traité en deux volumes se présente sous la forme de neuf parties, où SHS et STIC conjointes abordent, de manière réflexive, un terme proche de la responsabilité, des grandes notions reconfigurées par les TIC : le temps, l’espace, les réseaux, la textualité et l’hypertextualité, l’interprétation, (volume 1), la coopération, le politique, la socio-informatique et l’ouverture et la diffusion des sciences (volume 2).

21Les deux tomes sont marqués par le même souci de rigueur factuelle et conceptuelle, et par un esprit d’équilibre entre STIC et SHS.

22Le volume 1, Nouvelles technologies cognitives et concepts des sciences humaines et sociales, engage l’évolution épistémologique des disciplines SHS à l’aune des technologies cognitives. On peut y repérer leur impact sur les méthodes et les théories.

23Le volume 2, Socio-informatique et démocratie cognitive, inscrit plus nettement cette évolution dans une perspective sociale et politique. Il étudie davantage les rapports des technologies avec diverses sphères de la société : la délibération, la conception et la diffusion de documents scientifiques, les nouveaux dispositifs de coordination de flux transactionnels ou encore les systèmes d’expertise collective.

24Pour les concepts et les notions retenus dans chacune des parties, l’analyse combine trois entrées :

  • La première, assurée par un chercheur issu généralement des STIC, indique en quoi chaque notion, ou concept, retenue est concernée par les TIC.

  • La deuxième étudie comment la notion, ou le concept, choisie et importante pour les SHS, est retravaillée par les TIC et leur existence dans la société. Nous avions sollicité pour l’une de ces parties Serge Proulx, qui introduit ce dossier. Il avait travaillé de concert avec Anne Goldenberg sur « Politisation d’espaces sociotechniques de cognition collective : la pratique des wiki publics ».

  • La troisième présente des expérimentations montrant comment les TIC peuvent soutenir concrètement des recherches en SHS dans le traitement du concept et de la notion.

Cinq navigations dans ce livre rhizome

25Avec Herbert Hart pour parler de la responsabilité, nous avons le capitaine et le bateau. Et si nous introduisions la mer, ou mieux, la navigation ? Quelles navigations sont possibles entre sciences ?

26Avec la sociologue Claire Brossaud, nous avions suggéré cinq « navigations » ou « tracés », relatifs à des rapports différents établis ou à établir entre TIC, STIC, le numérique et SHS, les humanités. Je les présente donc ici de façon non hiérarchisée, tout en sachant que les marins peuvent être plus ou moins adeptes des grands vents.

Première navigation

  • 5 Et bien d’autres techniques ou notions plus ou moins associées figurant dans les index, notamment l (...)

27Les différentes contributions de cet ouvrage livrent une présentation précise des objets, les TIC, notamment Internet5 et sa mesure. Elles analysent également leurs usages (la technique de la technique) et leurs impacts dans diverses sphères, allant de la politique (7e partie, vol. 2) à la gestion très intime et quotidienne du temps, en passant par la réorganisation des entreprises (chapitres 2 et 3, 1ère partie, vol. 1 ; chapitre 1, 6ème partie, vol. 2 ; chapitre 1, 8ème partie, vol. 2 ), ou encore par l’élaboration, le statut et la diffusion du document savant dans les espaces publics, participant à une nouvelle organisation des savoirs (9e partie, vol. 2).

28Le volume 2 d’Humanités numériques documente en priorité des questions liées aux nouvelles technologies cognitives, qui concernent plusieurs sphères sociales en interaction (politique, vie quotidienne, société civile, communautés du logiciel libre (Open Source), économie, SHS, sciences de la nature, etc.). Avec les TIC, on a affaire non seulement à des technologies d’information, voire de communication, mais à de nouveaux types de réseaux de connaissance et de cognition distribuée.

Seconde navigation

29Loin de ne conférer aux SHS qu’un rôle exclusivement ancillaire pour étudier les usages de ces technologies une fois constituées, voire pour aider à construire leur acceptabilité sociale, le traité montre au contraire la place que ces sciences peuvent prendre en amont de l’informatique. Les cas de la coopération (6ème partie, vol. 2) ou de la socio-informatique (8ème partie, vol. 2) illustrent cette seconde posture.

30On peut même se demander parfois qui, de la technique ou de l’esprit humain, est le plus stable. En tout état de cause, des réflexions éditoriales pluridisciplinaires (9ème partie, vol. 2) précèdent l’engendrement des TIC, comprenant également les dimensions politiques, comme pour mieux « outiller » la société civile (chapitre 2, 6ème partie, vol. 2 ; chapitre 2, 7ème partie, vol. 2), aider à la concertation (chapitre 3, 7ème partie, vol. 2), mais aussi pour des actes politiques plus classiques comme le vote à distance (chapitre 1, 7ème partie, vol. 2). Dans ces différents contextes, les SHS font beaucoup plus que de s’adapter à des techniques imposées (chapitre 1, 8ème partie, vol. 2).

Troisième navigation

31Les réponses à certaines interrogations comme la mesure de l’Internet (chapitre 1, 3ème partie, vol. 1) ou la qualification du cyberespace (chapitre 2 et 3, 2ème partie, vol. 1), voire la possibilité d’un raisonnement automatique (chapitre 1, 5ème partie, vol. 1), exigent d’expliciter les choix méthodologiques et théoriques au sein même des disciplines des STIC. Ceux-ci concernent autant des questions d’architectures et d’ontologies, que la façon de sélectionner au sein des SHS les éléments dont l’informaticien pourra s’inspirer (chapitre 3, 6ème partie, vol. 2).

32Du côté des SHS, le large choix disciplinaire proposé entraîne deux types de résultats.

33D’une part, cette diversité de disciplines éclaire le concept choisi pour chaque partie du traité avec des nuances propres aux cadres de pertinence et aux méthodes de chacune d’elles. D’autre part, plusieurs articles déploient différents choix méthodologiques (chapitre 3, 3ème partie, vol. 1 ; chapitre 2, 4ème partie, vol. 1 ; chapitre 3, 8ème partie, vol. 2) et théoriques possibles au sein de chaque discipline (chapitre 3, 5ème partie, vol. 1 ; chapitre 2, 8ème partie, vol. 2), allant jusqu’à explorer l’exigence de traductions ou d’invention d’interlangages entre ces choix (chapitre 2, 5ème partie, vol. 1). C’est largement le cas avec la sociologie, dans ses versions qualitatives ou quantitatives, avec les limites que cette distinction comporte.

34La discussion plus ancienne des pluralismes méthodologiques et épistémologiques retrouve une vigueur nouvelle avec les possibilités de mise en partage des TIC, mises à disposition des chercheurs en sciences sociales, pour autant qu’ils daignent bien s’en saisir. Là aussi, on peut le déplorer : les pratiques sont parfois plus rigides que les technologies.

35Par ailleurs, les choix intradisciplinaires opérés en STIC ou en SHS n’excluent pas des hybridations disciplinaires, comme l’anthropologie et les neurosciences (chapitre 3, 4ème partie, vol. 1) ou encore l’histoire, l’ingénierie des connaissances et la sémiotique (chapitre 1, 1ère partie, vol. 1). Toutes ces disciplines et ces croisements sont à l’œuvre dans le traité.

Quatrième navigation

36Dans plusieurs résultats de recherches présentés, la rencontre entre TIC et SHS semble révolutionner un domaine. C’est le cas de l’anthropologie en milieu océanien (chapitre 3, 4ème partie, vol. 1), où l’hypertexte offre une possibilité inédite d’accès pour des peuples sans écritures, allant jusqu’à mettre au monde des techniques rêvées par l’ethnologue et préhistorien Leroi-Gourhan (1965). En effet il aspirait à la libération de la main alors asservie par les contraintes de l’écriture linéaire, imposant comme un moule de la pensée. Il est enfin entendu lui qui plaidait en faveur d’une mobilité accrue dans les dispositifs destinés à fixer la pensée dans des supports matériels [1981, p. 41].

37Un constat similaire est effectué également avec l’histoire (chapitre 1, 1ère partie, vol. 1). Toute la chaîne méthodologique de l’historiographie est affectée. Elle est bouleversée par le document numérique et les STIC, depuis l’observation, l’analyse critique, la formulation des hypothèses jusqu’à la publication des résultats. Les modalités du document traditionnel semblent ruinées par le document numérique, ce dernier ayant des formes spécifiques qui appellent au renouvellement des méthodes pour l’exploitation de sources historiques. De même, les propriétés de traçabilité des TIC influent sur les modalités de lecture et d’écriture de l’histoire.

38Si certains auteurs du traité se placent dans la continuité d’une histoire de l’écriture ou des techniques littéraires de traitement de texte et d’exégèse par exemple, pour insister sur le fait que les opérations de recherche sont déjà anciennes, ils montrent par ailleurs ce qui est rendu possible avec les TIC. C’est le cas du partage des interprétations ou de la triangulation des méthodes, rendant effectif un pluralisme herméneutique (chapitre 2, 4ème partie, vol. 1 ; chapitres 2 et 3, 5ème partie, vol. 1). Plusieurs d’entre eux accordent un soin particulier à rendre explicite certains choix effectués sur le versant propre aux SHS et d’autres qui relèvent des logiciels (fonctionnalités, algorithmes).

Cinquième navigation

39Une dernière navigation est celle du rapport entre outils et concepts, que l’on retrouve comme les deux polarités du titre du traité Humanités numériques et avec deux termes du titre de cet article.

40Premièrement, les lecteurs familiers des SHS pourront s’étonner de voir des concepts dont ils ont l’habitude, repris de façon détournée par des chercheurs en STIC. Nous pourrions intenter ici des procès en « sokalisation », en référence à cette affaire appelée « affaire Sokal », malheureuse pour quelques grandes figures, souvent françaises des SHS, dits postmodernes, pris en flagrant délit d’utilisation erronées de notions de sciences de la nature ou de l’ingénieur. Les SHS n’ont pas l’habitude de mettre des brevets sur les concepts qu’elles forgent. Toutefois, il s’agit de l’activité par excellence pour la philosophie, disait Hegel. Après lui, Deleuze s’insurgeait contre le fait que le marketing ait détourné le concept en s’en saisissant.

41Parmi ces migrations conceptuelles, nous trouvons des chercheurs en STIC qui parlent en informatique d’introspection, d’ontologies ou encore d’intercession (chapitre I, 5ème partie, vol. 1 ; chapitres 1 et 3, 6ème partie, vol. 2) ou de réseaux (chapitre 2, 3ème partie, vol. 1).

42On pourra mesurer la variation due à ces emprunts, notamment par la comparaison avec leurs usages dans le domaine des SHS (chapitre 3, 1re partie, vol. 1). On pourra appréhender aussi les risques de tels emprunts pour l’évolution de nos sociétés (chapitre 2, 1re partie, vol. 1 ; chapitre 2, 8ème partie, vol. 2).

43Deuxièmement, et dans le sens inverse, pour l’exprimer comme l’un des pionniers de la recherche en informatique pour les SHS, Jean-Claude Gardin [1994, p. 30], « loin de nous épargner toute recherche sur la représentation des connaissances dans nos domaines particuliers, (les nouvelles technologies) l’impose au contraire avec force et nous oblige à donner des réponses précises, pratiques, opératoires, à des questions que nous avions pris l’habitude d’aborder plutôt sous l’angle moins vif de la philosophie ».

44Certes, il faudrait savoir de quelle philosophie il parlait ; il ne s’agit certainement pas de la philosophie analytique, mais d’une philosophie plus grandiloquente, générale et floue.

45Afin de répondre à cette absence de vivacité, ne pourrait-on pas dire que penser les outils, « objets investis d’esprit » selon Edmund Husserl, renvoie en écho à une sorte de dette oubliée à propos de l’origine de nos schèmes de pensée et de nos concepts ? Kant lui-même le reconnaissait dans Que signifie s’orienter dans la pensée ? [1991, p. 55] : « Si haut que nous placions nos concepts et à quelque degré que nous fassions ainsi abstraction de la sensibilité, des représentations imagées leur sont toujours attachées ».

46Nous avons pour chaque navigation des formes de responsabilité, plus ou moins réflexives, réaménageant plus ou moins en profondeur les savoirs mobilisés. Certaines de ces navigations sont moins empruntées que d’autres et peuvent emmener aux stades qui suivaient les humanités au Moyen-Âge, évoqués en première partie, ceux du droit, de la philosophie ou de la théologie.

47La considération du passé de la Sorbonne, haut lieu des humanités, mentionnée plus haut rappelle qu’en plus des enseignements, des souverains venaient en Sorbonne pour prendre des conseils en droit. Ironie, le droit n’est plus enseigné dans cette université, même dans sa nouvelle association au sein de l’Idex Sorbonne Universités. Le droit reste très peu pratiqué pour sa théorie ; il est principalement une teknè.

48La théologie s’est privatisée en France, sauf dans l’est de l’Hexagone. Il ne reste donc guère que la philosophie, en reconnaissant toutefois que sa part principale aujourd’hui est dévolue à son histoire.

Les recherches sur le numérique dans le radar éthique

  • 6 C’est le cas de la Commission de réflexion sur l’Éthique et la Recherche en sciences et technologie (...)

49Le croisement entre éthique et numérique a donné lieu à la création de commissions spécialisées6. L’éthique, ou du moins ce qui est appelé « évaluation éthique », a pris une place reconnue et à respecter en matière de recherche et donc pour les projets impliquant des TIC. Une autoévaluation éthique est la condition sine qua non pour tous les projets de recherche financés par la Commission européenne dans le cadre du programme de recherche allant de 2013 à 2020, appelé Horizon 2020 [Pellé et Reber, 2016]. Appuyée sur un questionnaire, cette évaluation fait l’objet, dans un deuxième temps, d’une expertise externe prise en charge par au moins deux personnes en concertation avec des fonctionnaires de la Commission européenne.

50L’une de ses dix entrées porte spécifiquement sur des problèmes issus du monde numérique : protection des données personnelles. On cherche à savoir si des données personnelles seront collectées ou utilisées ? Si la recherche comporte des données personnelles et sensibles comme : la santé, le style de vie sexuel, l’ethnicité, les opinions politiques, les convictions religieuses ou philosophiques ? Une question à part porte sur l’usage d’informations génétiques ? On veut savoir si la recherche implique de suivre ou d’observer des participants et si elle usera de données personnelles secondaires.

51En cas de réponses positives pour l’une des questions, des exigences sont alors à honorer. Des copies d’approbations éthiques doivent être soumises pour le recueil de données personnelles par la personne – ou l’autorité – compétente pour la protection des données de l’institution contractante. Une justification doit être fournie en cas de recueil et/ou d’usages de données personnelles sensibles. Une information détaillée doit être mise à disposition, portant sur les procédures qui seront mises en place pour la collecte des données, leur stockage, leur archivage, leur protection et leur destruction, ainsi que la confirmation qu’ils répondent à la législation nationale et de l’Union européenne. Une information détaillée doit être donnée sur les procédures de consentement qui seront mises en place. Les déposants doivent explicitement confirmer que les données existantes sont disponibles pour un usage public. Dans le cas contraire, les autorisations pertinentes doivent être fournies. On laisse même une place aux déposants du projet et aux évaluateurs pour une section « autre ».

52Alors que des enseignants-chercheurs se posent encore la question de savoir ce qu’est une évaluation éthique pour un projet de recherche, qui peut même s’appliquer à un historien de la philosophie qui travaille à l’université de Macao sur des textes de Dante, pour citer un exemple récent, la Commission européenne a lancé avec Horizon 2020 la notion de Responsible Research and Innovation (RRI) que j’ai abrégée IRR. Elle la présente ainsi. L’IRR repose sur cinq, voire sur six piliers :

  • Implication des porteurs d’intérêt.

  • Égalité de genre.

  • Alphabétisation scientifique.

  • Ouverture de la science.

  • Gouvernance et (éthique).

53Ce dernier pilier est bancal ; d’où la nécessité de distinguer un sixième pilier. La gouvernance est une chose et l’éthique en est une autre. Elles peuvent partiellement se recouvrir, mais elles ne se confondent pas [Pellé et Reber, 2016].

54À y regarder de plus près, les revues (évaluations) éthiques, conditions actuelles pour des recherches financées par la Commission européenne relèvent plus du droit que de l’éthique. En effet, les chercheurs n’ont pas le choix de s’y soumettre ou non ; ils s’exposent à des sanctions dans le cas où ils s’y déroberaient. Au mieux, ces évaluations éthiques sont déontologiques au regard des théories éthiques [Reber, 2016].

55Elles se présentent sous la forme d’un questionnaire où il faut cocher ou non des cases tout en restant très sobre dans les réponses. L’IRR au contraire est continue et potentiellement plus réflexive. Aller des revues éthiques à l’IRR fait donc passer d’une conception de la responsabilité à une autre.

56Je note que les humanités numériques sont bienvenues dans l’IRR. Pas de science ouverte, voire d’implication des porteurs d’intérêts ou d’alphabétisation scientifique sans TIC, plus ou moins interactives et sophistiquées.

57Les travaux actuels sur l’IRR reviennent rarement, et on peut le déplorer, sur ce qu’est la responsabilité morale en son cœur même. Le retour à ma première partie, sur la polysémie de ce concept herméneutique par excellence est donc nécessaire. Certes, je ne dispose pas de la place nécessaire pour reprendre toutes ces définitions une à une. Cependant, je peux par exemple indiquer qu’une responsabilité pensée uniquement comme contrôle et accountability rendrait l’IRR très lourde, presque aussi lourde que les questionnaires éthiques, sans plus-value pour la recherche, mais surtout avec une vision de la responsabilité comme frein et très peu innovante. L’IRR serait un oxymore.

Responsable de quoi ?

58Quand on parle d’humanités numériques, en dehors des « navigations » évoquées plus haut, qui recouvrent principalement des problèmes épistémo-méthodologiques, de quelles ontologies parle-t-on ?

E-nvironnement

59En effet, on peut envisager les humanités numériques comme un objet de recherche (le bateau de l’exemple de Hart), mais aussi comme un instrument (le bateau pour la navigation) ou comme la mer, un environnement. Certains philosophes comme Luciano Floridi [2010, 2011] parlent de « e-nvironnement », le mariage de la physique, de l’environnement et de la technique. Des juristes comme Robert Cunningham [2014] se servent de l’éthique et de la gouvernance de l’environnement pour les appliquer à l’environnement numérique, notamment pour ce qui concerne les droits d’auteur.

Éthique en contexte et décontextualisation

60Au-delà des problèmes ontologiques se pose le problème actuel du ou des contextes. Par exemple, le travail d’une norme ou de la responsabilité en contexte, ou encore celui de l’éthique en contexte. Mais que faut-il entendre par contexte dans le cas des TIC ? N’y a-t-il qu’un contexte ? Notez qu’avec ce dernier terme, texte, c’est une référence littéraire après avoir été couturière (texture), qui est sollicitée.

61Si de rares travaux innovants s’intéressent à l’éthique en contexte, quel est le contexte des humanités numériques ? On pourrait dire que ce qui change avec les TIC est de l’ordre du/des contexte/s ou des contraintes, dont certaines sont dépassées, ou déplacées. Je pense aux contraintes temporelles. Une partie des chapitres d’Humanités numériques étaient construits sur les déplacements induits au niveau temporel. Ces analyses restent pertinentes.

62Si on est bien d’accord pour parler d’éthique ou de normes en contexte, et reconnaître que la norme ne possède pas en elle-même les conditions de son interprétation, de son application et de son effectivité, n’est-ce pas à une rupture de contexte, une décontextualisation permanente que procèdent ces technologies d’information ? La question se pose alors de la responsabilité dans un monde décontextualisé.

63Ne pouvant traiter ici cette question prometteuse, j’indique toutefois que pour chacune des façons de construire ou de découper les contextes selon des pertinences différentes, la façon de répondre à la responsabilité sera différente.

64On n’est donc pas responsable d’un objet, comme d’un instrument, comme d’un environnement, comme d’un contexte. Nous avons vu qu’avec l’IRR, les TIC peuvent soutenir celle-ci, par exemple pour ce qui est appelé la science ouverte (Open science). Mais comme tout instrument, elles ont aussi leurs effets indésirables. On retrouve alors les soucis mentionnés dans l’enquête éthique de la Commission européenne sur les données personnelles.

Nouvelle ontologie de l’action

65Un dernier problème relatif à la responsabilité est celui d’une ontologie de l’action. Qu’est-ce qu’une action à l’heure du numérique ? Je vois plusieurs types de problèmes.

66Le premier, psychologique, est celui de la responsabilité en régime virtuel et réel. Je pense ici à deux types de problèmes.

67Le premier peut être évoqué par la rencontre avec un élève en informatique qui a été à l’origine de mon intérêt pour l’éthique de la technique. En effet, il a fait irruption dans mon bureau à l’École polytechnique fédérale de Lausanne en 1999, avec cette question : « Un ami avec lequel nous jouions plusieurs heures par semaine sur des jeux de rôles sur Internet vient de se suicider après que son personnage ait disparu ».

68Le second est l’asymétrie entre tout ce qu’on sait par l’information à distance et notre faible puissance de changement. Il peut-être associé à la surcharge cognitive et à la crise de la sommation comme disent les ethnométhodologues. Par exemple, quand on se sent obligé de répondre à tous ses courriels pour ne pas faillir à la civilité, ce qui est impossible ou alors au prix d’une désorganisation perpétuelle. Avec cette asymétrie et cette surcharge notre responsabilité semble paralysée.

69Le second problème rend désuet la considération d’une action solitaire. Pour prolonger la cinquième navigation d’Humanités numériques, on peut reprendre les propos du philosophe Gilbert Simondon qui se réfère entre autres au schème du réseau : « (…) les structures réticulaires des techniques intégrées ne sont plus seulement des moyens disponibles pour une action et transposables abstraitement n’importe où, utilisables à n’importe quel moment ; on change d’outils et d’instruments, on peut construire ou réparer soi-même un outil, mais on ne change pas de réseau, on ne construit pas soi-même un réseau : on ne peut que se raccorder au réseau, s’adapter à lui, participer à lui ; le réseau domine et enserre l’action de l’être individuel, domine même chaque ensemble technique » [1989, p. 220-221].

70C’est d’ailleurs vers Simondon que renvoie l’historien des religions Milad Doueihi dans sa recherche d’une éthique du numérique. Je souligne qu’il clôt son essai avec les questions de responsabilité, mais dans une version ancienne par rapport à la richesse de l’IRR ou des ressources de la philosophie morale pour penser la responsabilité. En effet, Doueihi s’appuie sur la trop célèbre formulation wébérienne qui sépare éthique de conviction et éthique de responsabilité, beaucoup moins « pixélisée » que celle que j’ai essayé de déployer dans cet article. À suivre Weber, je ne vois pas comment il serait possible d’aller au-delà de la responsabilité comprise comme autorité ou comme rôle. Or, certaines situations exigent de désobéir au rôle attendu et de braver l’autorité. Pensons par exemple aux lanceurs d’alerte. Plus profondément, le problème de Weber est sa peur face au pluralisme éthique des valeurs, jugé comme intraitable [Reber, 2016].

Conclusion

71Il ne s’agit pas de céder à la mode du transhumanisme ou du post-humain quand l’humanisme pour notre monde fortement instrumenté, numérisé, où les palimpsestes d’aujourd’hui se font en quelques clics. L’homme augmenté est la mauvaise voie si on veut éviter l’excès, ce terme qu’on retrouve dans l’étymologie d’abus, le thème de ce numéro.

72Pour refaire autrement le parcours que j’ai proposé, modestement, je reprendrais volontiers la comparaison d’Alexandre Grothendieck, l’un des mathématiciens les plus puissants de tous les temps, qui écrivait dans son exil, puisqu’il a quitté la recherche après en avoir eu, et même refusé, tous les honneurs. Il y a tout d’abord l’art de poser les bonnes questions, cruciales, que personne n’avait vues, de dégager les notions qui manquaient et les énoncés. « Mais plus encore que vers la découverte de questions, de notions et d’énoncés nouveaux, c’est vers celle de points de vue féconds, me conduisant constamment à introduire, et à développer peu ou prou, des thèmes entièrement nouveaux, que me porte » ce qu’il appelait son génie particulier, dans Récoltes et semailles (pp. 15-16), son ouvrage de plus de 1000 pages.

73C’est donc des points de vue que j’ai essayé d’adopter ici de différentes manières, comme autant de programmes nouant de façons nouvelles méthodologies et théories de diverses sciences qui ne se rencontrent parfois jamais.

74E. Husserl dans La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, censé formuler le problème éthique du numérique à suivre Milad Doueihi, a principalement eu peur de la naturalisation de la philosophie et de toute science, ou, ce qui ne vaut pas mieux, du dualisme entre sciences et philosophie.

75Je pense que le problème est ailleurs. La plus grande menace qui pèse sur les humanités numériques pour qu’elles puissent être dignes de ce nom, responsables dans le sens de réflexives, est de l’ordre de tout ce qui empêche la méditation, pour reprendre ce thème si cher à Husserl, lecteur critique de Descartes. La sérendipité, les découvertes fortuites, ont leurs limites si elles nous font perdre ce que l’on cherche. Dans La philosophie comme science rigoureuse, Edmund Husserl déplorait le manque de réflexivité des scientifiques sur leurs sciences.

76Je souhaite finir avec Grothendieck. Il affirmait qu’il avait pu être créatif parce qu’il avait la capacité de savoir être seul.

Haut de page

Bibliographie

Bloch, M., 1974. Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien. Préface de Duby G., Paris, Armand Colin.

Brossaud, C. et Reber, B. (dir.), 2007. Traité, Humanités numériques 2. Socio-informatique et démocratie cognitive. Information – Commande – Communication, série Cognition et traitement de l’information, Paris, Hermes Science International, 2007, (10 articles, 213 p.).

Cunningham, R., 2014. Information Environmentalism. A Governance Framework for Intellectual Property Rights. Edward Elgar, Northampton, MA.

Doueihi, M., 2013. Qu’est-ce que le numérique ? Paris, Presses universitaires de France.

Floridi, L. (éd.), 2010. The Cambridge Handbook of Information and Computer Ethics. Cambridge.

Floridi, L., 2011. The Philosophy of Information. Oxford, Oxford University Press.

Gardin, J.-C, 1994. « Informatique et progrès dans les sciences de l’homme ». Revue Informatique et Statistique dans les Sciences humaines, n° 30, pp. 11-35.

Grothendieck, A. Récoltes et semailles. Réflexions et témoignage sur un passé de mathématicien. Voir : http://lipn.univ-paris13.fr/~duchamp/Books&more/Grothendieck/RS/pdf/RetS.pdf.

Husser, E. (1911), 2003. La philosophie comme science rigoureuse. Traduction Delaunay M., Epiméthée, Paris, Presses universitaires de France.

Husserl, E. (1934-1937), 2004. La Crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale. Traduction et préface de Granel G., Gallimard-Tel, Paris.

Kant, E. (1786), 1991. Vers la paix perpétuelle. Que signifie s’orienter dans la pensée ? Qu’est-ce que les Lumières ? et autres textes, intro. et trad. Proust F. et Poirier J-F., Paris, Flammarion.

Leroi-Gourhan, A., (1964) 1981. Le Geste et la parole I. Technique et langage. Paris, Albin Michel.

Leroi-Gourhan, A., 1965. Le Geste et la parole II. La Mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel.

Owen, P., Macnaghten, P., Stilgoe, J. (éd.), 2012. « Responsible research and innovation : from science in society to science for society, with society ». Science and Public Policy, n° 39, pp. 751-760.

Owen, R., Bessant, J., Heintz, M., (dir.), 2013. Responsible Innovation. Wiley, New York.

Pellé, S. et Reber B., 2016. From Ethical Review to Responsible Research and Innovation. Londres, ISTE-international-New York Wiley, 2016, (202 p.). Publié également en français, Éthique de la recherche et Innovation responsables ISTE, Londres (204 p.).

Reber B., 2008. « Quand la nouveauté technique oblige à penser autrement. Lecture de Hans Jonas, John Dewey et Gilbert Simondon », Phénoménologie et technique(s), Schmit P-E. et Chardel P-A. (dir.), Paris, Editions Cercle Herméneutique/Vrin, pp. 107-126.

Reber, B. et Brossaud, C. (dir.), 2007. Traité, Humanités numériques 1. Nouvelles technologies cognitives et épistémologie. Information – Commande – Communication, série Cognition et traitement de l’information, Paris, Hermes Science International, 2007, (15 articles, 283 p.).

Reber, B. et Brossaud, C. (dir.). 2010. Digital Cognitive Technologies. Epistemology and Knowledge Economy, ISTE, Londres - John Wiley, New York (408 p.).

Reber, B., 2016. Precautionary Principle, Pluralism, Deliberation. Sciences and Ethics. Londres, ISTE-international-New York, Wiley, 2016, (300 pages). Publié également en français, La délibération des meilleurs des mondes. Entre précaution et pluralisme.

Simondon, G., (1958), 1989. Du mode d’existence des objets techniques. Aubier, Paris.

Vincent, N. et Van de Poel, I., (dir.), 2011. Moral responsibility, beyond free will and determinism. Springer, Dordrecht.

Haut de page

Notes

1 Il pense que seule la chimie comme autre science se soit transformée en industrie.

2 Clin d’œil ici à l’œuvre de Pierre Boulez qui associe merveilleusement musique contemporaine et informatique, sans aucune crainte des dissonances.

3 Voir http://www.great-project.eu/.

4 Voir : http://iste-editions.fr/collections/serie-innovation-et-recherche-responsables.

5 Et bien d’autres techniques ou notions plus ou moins associées figurant dans les index, notamment le Web Sémantique ou Socio-sémantique, les wiki, les Documents pour l’Action numérisés (DOPA), les fils de discussion, les Environnements de Développement Intégrés (EDI), les archives ouvertes, le document savant numérisé, les revues en ligne, le Web 2.0, de nombreux logiciels (pour la sociologie, l’histoire, l’anthropologie ou la gestion), les blogs, des crawlers, des collectiels (de production ou de concertation), des plateformes et de nombreux protocoles (XML, par exemple).

6 C’est le cas de la Commission de réflexion sur l’Éthique et la Recherche en sciences et technologies du Numérique d’Allistène (CERNA) : http://cerna-ethics-allistene.org/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Reber, « Humanités numériques responsables », Terminal [En ligne], 119 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://terminal.revues.org/1575 ; DOI : 10.4000/terminal.1575

Haut de page

Auteur

Bernard Reber

CNRS, Sciences Po, Centre de Recherches politiques (Cevipof).98, rue de l’Université 75007 Paris
Sciences Po est membre de l’Université Sorbonne Paris Cité.
bernard.reber@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org