Skip to navigation – Site map
Repères

La science en action ? Luttes d’expansion institutionnelle à l’exemple de la nanomédecine en Allemagne

Science in action ? Institutional expansion struggles at the example of nanomedicine in Germany
Christian Papilloud

Abstracts

Where is nanomedicine developed in Germany, and which are the German scientific institutions working in this field ? On the Internet, there is a rich documentation about nanotechnologies, as well as about nanomedicine. According to the philosophy of Open Data, these data are freely available online, and they have been provided by two important actors of the nanomedicine. The first one is the German ministry of education and research (BMBF) which provides the nano-map localizing the research activities in the various fields of the nanotechnologies, as well as their corresponding actors in Germany. The second one is the European Technological Platform Nanomedicine (ETPN) which has built a European map of nanomedicine, and which publish publications freely available at the web-site of ETPN as well. In this paper, we compare these data, and we observe that they do not correspond each other. Rather, they act like a loupe, e.g they tend to drive the attention on what either the BMBF, or ETPN consider to be critical regarding scientific research in the field of nanomedicine in Germany. We suggest that this magnifying effect is an indicator for the institutional expansion struggles between the BMBF and ETPN which goal is to take the lead in the regulation of German nanomedicine. In order to do so, both institutions plan various control means whose one of them to which we pay attention in this article has the form of qualitative indicators of nanomdeicine. The definition and construction of such indicators are first steps toward a reorganisation of German nanomedicine – a reorganisation whose sense differe once taken from the viewpoint either of the BMBF, or ETPN.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Les polémiques autour du piratage d’articles scientifiques payant – par exemple par l’intermédiaire (...)
  • 2 Sur ce point, on pourra notamment consulter le site Internet de la World Transhumanist Association (...)

1Internet est devenu le dépositaire d’un nombre gigantesque d’informations sur tous les sujets dont certains sont susceptibles d’intéresser la recherche scientifique. Les chercheurs et les garants de la publicité de leur travail – les éditeurs de publication scientifique, les universités et organismes de recherche, les instances publiques et privées qui financent la recherche scientifique –, contribuent à ce processus en aménageant des espaces de publication sur la Toile. Ils organisent cette information à travers des base de données qui font le lien entre un objet d’investigation, des chercheurs, des institutions scientifiques, des organes de publications. L’heure est à l’Open Data qui doit garantir l’accès – même s’il est parfois payant1 –, à toute l’information scientifique possible. L’Open Data véhicule les idées de transparence et d’ouverture de la science aux citoyens. Pour les scientifiques, elle représente la promesse d’une connaissance disponible rapidement, plus précise, plus pertinente. Pour les institutions scientifiques, elle contribue à leur visibilité. Pour les institutions publiques et privées soutenant la recherche scientifique, elle est une mine d’informations dont elles peuvent se servir pour évaluer et financer la science. Dans cet article, nous nous intéressons à cette dernière question concernant la recherche scientifique en nanomédecine en Allemagne, un domaine qui suscite de nombreux espoirs et qui est l’objet de d’innombrables fantasmes sur l’évolution de la santé humaine, voire de notre espèce2. Revenons tout d’abord brièvement sur ce qu’est la nanomédecine, et expliquons les raisons pour lesquelles nous avons choisi cet exemple.

  • 3 Voir en particulier RVoco, Bainbridge, 2003 ; ONSA, 2007.
  • 4 Ce thème de la nouvelle révolution industrielle est réccurent dans la littérature sur les nanotechn (...)
  • 5 Cf. par exemple Wood et al., 2003.
  • 6 Cf. European Technology Platform on Nanomedicine, 2005
  • 7 Cette feuille de route a été réajustée dans le cadre du programme Horizon 2020 (cf. European Techno (...)

2La nanomédecine renvoie au développement de nanotechnologies pour le domaine médical. Les nanotechnologies sont des technologies transversales ou convergentes dont l’application se situe à l’échelle du nanomètre3. « Transversales » et « convergentes » renvoient à la fois aux multiples composés que ces technologies peuvent embarquer et aux différentes compétences scientifiques et techniques qu’il s’agit de réunir pour mettre au point de telles technologies. L’objectif de ce travail à l’échelle nanométrique est de fonctionnaliser la matière – le mot « matière » englobant tous les matériaux possibles (minéraux, végétaux, matériel biologique, électronique, etc.) –, c’est-à-dire d’augmenter et de diversifier les propriétés de surface de la matière pour obtenir plus de surface, et donc plus de fonctionnalités pour un matériau donné. En médecine, on attend des nanotechnologies qu’elles « révolutionnent la technologie médicale » [Unger, 2007 : 90], et qu’elles contribuent à une nouvelle révolution industrielle4. En effet, la nanomédecine ne porte pas seulement l’espoir d’unifier les nanosciences, les biotechnologies, la biomédecine, l’ingénierie génétique et les technologies de l’information et de la communication, le célèbre NBIC5, elle peut également apporter une réponse plus efficace que les solutions médicales traditionnelles aux enjeux de santé tels que la lutte contre le cancer ou la sclérose en plaques. Ce discours apparaît déjà dans le rapport Jelinski (1997) adressé au groupe informel de la National Science Foundation (NSF) américaine sous la présidence de Bill Clinton, discours repris par la Commission européenne à l’occasion de la publication de sa première feuille de route pour la nanomédecine en 20056. Cette feuille de route définit les sujets prioritaires (comme la biocompatibilité des matériaux miniaturisés à l’échelle nanométrique), les techniques à développer (moins invasives et plus précises, comme l’acheminement de médicaments par nanocapsules) en vue de pouvoir soigner des maladies graves (cancer, diabète, maladies du sang)7.

  • 8 Le BMBF estime dans son rapport de 2014 qu’à moyen terme (2015-2020), le développement de la nanomé (...)
  • 9 Entre 2006 et 2013, l’Allemagne a investit 25 millions d’Euros dans la nanomédecine, ce qui représe (...)
  • 10 Ce sont par exemple les programmes « Cell Programming by nanoscaled devices » en 2003, le champ de (...)
  • 11 Le BMBF a multiplié les initiatives pour informer sur les nanotechnologies et les promouvoir dans l (...)

3L’Allemagne s’est très tôt intéressée à la nanomédecine en raison de la promesse de produits que l’on pourrait rapidement commercialiser8, ce pourquoi le gouvernement investit de manière importante dans ce domaine9. Dès 1998, la recherche médicale en Allemagne entre dans la stratégie des « réseaux de compétence » pour restructurer les activités de recherche et de développement dans le pays [Thielbeer Consulting, 2012]. Il s’agit de stimuler les coopérations entre la science et les secteurs économiques afin de soutenir l’innovation et la croissance économique sur le long terme. Sur 114 réseaux de compétence planifiés, 21 concernent directement et indirectement la médecine. Ces réseaux doivent idéalement se situer près de villes universitaires à fort potentiel économique. Ils doivent faire l’objet d’évaluations régulières au plan de leur potentiel innovant [Institut für Innovation und Technik, 2014]. Dès novembre 1999, le ministère de l’Éducation et de la Recherche (abrégé ci-après BMBF) publie une circulaire relative au projet scientifique prioritaire « Biologischer Ersatz von Organfunktionen » [Bundesministerium für Bildung und Forschung, 1999], dans laquelle il exprime l’intérêt du gouvernement allemand pour la nanomédecine. Cette circulaire conduit à la formation de la German Medical Technology Alliance (GMTA) qui débouche sur la création de cinq réseaux d’excellence en médecine situés à Aachen, Berlin, Bochum, Hanovre et Tübingen. Le BMBF, en partenariat avec la Communauté européenne et le Fonds allemand de la Recherche scientifique (DFG), encourage au développement de programmes de recherche en nanomédecine10, programmes qui débouchent sur les premiers réseaux de la nanomédecine en Allemagne [2005 ; Bundesministerium für Bildung und Forschung, 2008b]. En octobre 2006, le gouvernement allemand lance son « initiative d’excellence » qui doit restructurer la science allemande. L’objectif est d’investir dans les universités et les pôles de recherche qui porteront la croissance du pays, et de les évaluer tous les cinq ans. La nanomédecine bénéficie de ce soutien, ce qui va accélérer le développement de groupes de recherche et d’infrastructures dédiés. Parallèlement, le BMBF entreprend un important travail de diffusion d’informations [Bundesministeriums für Wirtschaft und Technologie, 2012 : 60-69]11, en particulier sur Internet où il met en place une base de données sur les nanotechnologies en Allemagne (http://www.nano-map.de). Cette base de données répertorie les universités et les organismes de recherche investis dans les nanotechnologies, ainsi que les partenaires publics ou privés les soutenant. Elle se présente sous la forme de thèmes. La nanomédecine est liée au thème Santé/Pharma. Une fois sélectionnée, la carte (celle de l’Allemagne) nous donne la localisation des acteurs, ainsi que des liens vers leurs sites Internet et vers des sites spécialisés qui référencient ces acteurs. Elle rassemble donc une mine d’informations qu’il s’agit de dépouiller pour savoir ce que cette carte nous dit du territoire de la nanomédecine allemande.

La carte et le territoire allemands de la nanomédecine

  • 12 Ces sites sont les suivants : AKM Aachen, BalticNet PlasmaTec Greifswald, BioNanoMedTech Münster, B (...)

4En 2014, lorsque nous commençons notre enquête, la carte du BMBF indique la présence de 34 réseaux classés dans la catégorie Santé/Pharma. Hormis deux réseaux apparemment dissous, le BMBF répertorie les sites Internet de 32 réseaux présentant des informations totalisant un ensemble de 5 176 documents12. Ceux-ci sont aussi bien des publications scientifiques que des newsletters, des présentations de chercheurs ou du réseau, des billets d’actualité, de la publicité pour des cours ou des congrès en nanomédecine, etc. Comme nous désirons comprendre ce que font ces réseaux au plan scientifique en nanomédecine, nous avons réalisé un tri et une classification de la documentation que ces réseaux mettent à disposition selon les catégories suivantes :

  • Catégorie 1 – les informations générales : ce sont les documents à caractère général sur les réseaux, en particulier sur la formation aux nanotechnologies dans les universités et sur les organismes de recherche présents au sein de ces réseaux ;

  • Catégorie 2 – la promotion de la médecine : nous y rangeons les documents faisant la promotion des sciences médicales et des régions allemandes associées ;

  • Catégorie 3 – l’axe chimie-médecine : elle contient les documents à caractère publicitaire à propos des activités scientifiques à l’interface de la chimie et de la médecine ;

  • Catégorie 4 – l’axe science de la vie-ingénierie : ces documents font de la publicité pour la recherche dans les sciences de la vie et l’ingénierie décrite comme le noyau innovant de la nanomédecine ;

  • Catégorie 5 – les publications scientifiques : ces documents rendent compte de l’activité scientifique dans le domaine des nanotechnologies appliquées aux sciences de la vie et à la médecine, en particulier dans le cadre des recherches sur les cellules.

  • 13 Ce sont les réseaux suivants : Biosaxony Dresden, Exzellenzcluster Macromolecular Complexes Frankfu (...)

5Seule la catégorie 5 répond aux objectifs de notre enquête, et sur nos 32 réseaux, seuls 6 s’y retrouvent13 qui ne mettent que peu de publications scientifiques en ligne (de 1 à 30 publications selon les réseaux). Ce résultat indique que les réseaux recensés par le BMBF profitent de cette plateforme pour faire leur publicité, une publicité adressée au grand public, aux éventuels partenaires économiques intéressés et aux étudiants désirant se former à la nanomédecine. Il n’y a rien de plus légitime, puisque tel est bien l’objectif du BMBF – il s’agit avant tout de faire connaître ce qui se réalise en nanomédecine en Allemagne. Pour notre enquête, il s’agit néanmoins d’un obstacle important, car des informations tirées des sites Internet recensés par le BMBF, on ne peut déduire grand-chose, sinon que les institutions mentionnées travaillent dans la nanomédecine. Si l’on s’attache aux spécialités des scientifiques que l’on trouve sur les sites de ces 32 réseaux, il est également difficile de tirer des conclusions. On y repère des physiciens et des chimistes en grand nombre, quelques biologistes et spécialistes de science des matériaux, mais peu, voire pas du tout de médecins. Nous avons donc opté pour une autre approche : remonter aux publications de ces scientifiques. C’est le second temps de notre recherche qui va nous permettre de mettre en évidence ce que nous appelons un effet loupe ou effet de grossissement produit par la carte des nanotechnologies du BMBF.

  • 14 Nous avons recouru aux bases de données Web of Science et Pubmed/National Center for Biotechnology (...)

6Nous avons effectué un inventaire des scientifiques sur les 32 réseaux présentés par la carte du BMBF et nous avons reconstruit leur liste de publications. Ce travail n’est pas aussi laborieux qu’on peut l’imaginer grâce à l’open data. En effet, les chercheurs au sein de ces réseaux mettent à disposition sur Internet leurs publications. Pour établir nos listes, nous avons donc téléchargé les publications – la plupart en libre accès – pour la période couvrant de 2007 à 2013 marquée par le soutien appuyé du gouvernement allemand à la recherche en nanomédecine. Nous avons ensuite vérifié et complété ces listes14 en commandant les articles manquant en bibliothèque, le cas échéant. Nous avons construit une base de données pour catégoriser ces publications selon les critères suivants : les auteurs de la publication, leur institution principale d’affiliation, le titre de la publication, le texte complet, les résumés, les mots-clés, les coordonnées GPS des institutions scientifiques impliquées sur les publications, l’année de publication. Ces critères devaient nous permettre d’avoir une représentation aussi réaliste que possible des réseaux actifs dans la nanomédecine allemande, à savoir les réseaux où les scientifiques, premièrement, publient quantitativement le plus dans le domaine de la nanomédecine, et deuxièmement, où la publication est la plus régulière sur la période de temps considérée (2007-2013). Ce travail nous a permis de réunir 5 200 publications pour les 32 réseaux et la période de temps considérés. Mais très vite, l’analyse de notre base de données révèle de nombreux problèmes.

7Le premier tient à la forte disproportion des publications entre ces réseaux. En effet, le réseau Exzellenzcluster Macromulecular Complexes Frankfurt a.M. totalise à lui seul 3 017 publications, ce qui jette immédiatement le doute sur le fait que les publications de ce réseau concernent toutes la nanomédecine, doute confirmé par les « principal investigators » de ces réseaux. Ces scientifiques au bénéfice d’une forte réputation dans leur discipline et à la tête du réseau de Francfort nous ont confirmé que leur réseau n’a pas d’activité de recherche notable en nanomédecine. Cela a fait chuter drastiquement notre base de données à 2 183 publications pour 31 réseaux. Néanmoins, d’importantes différences persistent entre trois réseaux qui totalisent 1 629 publications et les 28 réseaux restants qui totalisent 554 publications (cf. Graphique 1).

8Contrairement à ce que la carte du BMBF indique, il ne semble donc y avoir que très peu de réseaux réellement actifs dans la nanomédecine en Allemagne entre 2007 et 2013, en l’occurrence le réseau Nano-Initiative München situé à Munich (NIM) avec un total de 1 007 publications, le réseau UniCat à Berlin (UNICAT) avec 509 publications, et le groupe de recherche 765 de la DFG également situé à Berlin travaillant sur le thème des multivalences en chimie (SFB-765 ; 113 publications). C’est l’effet loupe de la carte des nanotechnologies du BMBF, à savoir un effet de grossissement induit par la stratégie d’Open Data du BMBF et des réseaux répertoriés dans sa carte. Cette carte du BMBF grossit le trait. Elle donne l’impression que ce thème est porté par un nombre important d’acteurs de la recherche et du développement en nanomédecine, ce qui n’est pas le cas.

  • 15 Nous n’avons pas eu accès aux documents internes de ces réseaux. Restent quelques documents à carac (...)
  • 16 Pour l’entretien semi-dirigé, nous avons défini les six catégories de questions suivantes : 1) intr (...)

9Mais allons plus loin. Peut-on parler de nanomédecine pour les trois réseaux restant  ? Les publications qu’ils mettent en ligne se situent-elles bien en rapport avec la nanomédecine ? De plus, en admettant qu’il y ait une pratique scientifique liée à la nanomédecine dans ces réseaux, celle-ci est-elle présente a) dans l’ensemble des travaux de recherche de ces réseaux, ou au contraire, définit-elle b) un espace spécifique en regard des autres activités de recherche dans ces réseaux ? On trouve sur les sites Internet de NIM, UNICAT et du SFB-765 quelques éléments de réponse à cette question sous la forme d’organigrammes. Néanmoins, sans une connaissance plus approfondie de l’histoire de ces réseaux et de leurs acteurs, on ne peut pas tirer grand-chose de ces organigrammes. La littérature sur le sujet étant sommaire15, difficile d’aller plus loin sans le recours aux coordinateurs de ces réseaux. Nous avons donc contacté ces coordinateurs – deux personnes de NIM, deux personnes d’UNICAT et une personne du SFB-765 – avec l’espoir qu’ils puissent nous aider à identifier les chercheurs ayant travaillé et travaillant en nanomédecine. Nous les avons interrogés en face-à-face durant quarante-cinq minutes à une heure trente minutes sur la base d’un entretien semi-dirigé, exception faite du coordinateur du SFB-765 avecqui nous avons pu parler au téléphone, mais qui n’a pas souhaité d’entretien16. Cette démarche aboutit aux résultats suivants.

10Lors de notre contact téléphonique, le coordinateur du SFB-765 nous a renvoyés à la littérature en ligne sur leur site Internet, nous disant qu’il ne possède pas plus d’informations sur l’émergence du SFB-765 et sur les personnes évoluant au sein du SFB-765. Bien que les documents trouvés sur le site Internet du SFB-765 mentionnent les nanotechnologies dans le domaine de la chimie, le coordinateur du SFB-765 nous dit ne pas savoir qui travaillerait en particulier sur des applications pour le domaine médical. Selon lui, s’il est possible qu’il y ait eu l’intention de faire de la recherche dans ce domaine, il est probable que cette idée fut abandonnée. À sa connaissance, le SFB-765 ne fait rien en nanomédecine. L’explication est plus développée du côté du réseau UNICAT spécialisé dans la catalyse. « Les catalyseurs sont bien souvent de l’ordre de plus ou moins 10 nanomètres, donc dans le champ des nanotechnologies. Il y a bien un aspect médical, ce pourquoi on pourrait mettre les deux choses ensemble, mais il ne s’agit pas d’un réseau qui s’investit dans la recherche en nanomédecine » (répondant A-1). « Jusqu’ici, nous n’avons jamais utilisé le terme de nanomédecine, et nous ne l’utiliserons sans doute pas à l’avenir » (répondant A-1). Le second répondant d’UNICAT nous dit de manière correspondante : « Qu’est-ce que c’est la nanomédecine ? (…) C’est un mot-clé. (…) autrefois on appelait cela les sciences moléculaires, aujourd’hui, c’est la nanomédecine. C’est une affaire de goût » (répondant A-2). Quant aux autres informations dont nous aurions pu avoir besoin, UNICAT nous renvoie à son site Internet. Seul le réseau munichois NIM, le plus important des trois par la quantité de chercheurs qui y travaillent, présente, nous disent les coordinateurs, des activités en nanomédecine et réfléchit sur le développement de ses activités dans ce domaine : « Nous existons depuis 2006, et dès le départ nous avons pris en considération la nanomédecine » (répondant B-1). Néanmoins, notre répondant relativise son propos : « De là à dire que nous travaillons dans la nanomédecine, bon… » (répondant B-1). Le second répondant de NIM ajoute à cette relativisation : « Les nanosciences, mais pas la nanomédecine, sont au cœur de l’activité de NIM » (répondant B-2), le premier répondant complétant ainsi : « Nous avons mis quatre postes de professeur au concours, mais aucun dans le domaine de la nanomédecine » (répondant B-1). Cet avis mitigé surprend et nous voulons en savoir plus.

  • 17 La phase de restructuration de NIM correspond avant tout à un « ajustement des domaines scientifiqu (...)
  • 18 Le répondant B-1 nous dit  : « Nous sommes très orientés physique, la physique étant le pilier le p (...)

11Le répondant B-1 nous dit qu’entre 2007-2011 et 2012-2013, NIM a restructuré ses activités de recherche avec notamment l’objectif de faire une place plus importante à la nanomédecine17. Avant 2012, NIM présente sept domaines de recherche dont six contribuent plus ou moins au septième domaine intitulé « Targeted Drug Transportation » en lien avec la nanomédecine. À partir de 2012, l’ensemble des champs de recherche est réduit à cinq. Le cinquième domaine ne renvoie plus exclusivement au transport de médicaments et il est labellisé « Biomedical Nanotechnologies ». Le répondant B-1 nous donne des noms de scientifiques pour les deux domaines « Targeted Drug Transportation » et « Biomedical Nanotechnologies ». Il indique que la restructuration de NIM s’est accompagnée d’une redistribution des chercheurs au sein des domaines nouvellement labellisés, ce qui a pour effet d’augmenter le nombre de chercheurs dans le domaine des « Biomedical Nanotechnologies ». Avant 2012, le domaine intitulé « Targeted Drug Transportation » comprend huit chercheurs dont la majorité vient du milieu de la physique quantique. À partir de 2012, le domaine « Biomedical Nanotechnologies » comprend 23 chercheurs, les chercheurs supplémentaires venant également majoritairement de la physique quantique18. Nous utilisons ces noms pour filtrer notre base de données afin de comparer le nombre de contributions scientifiques tombant dans l’un et l’autre domaine. Certes, nos résultats ne seront qu’une exagération de la réalité, puisque rien ne nous dit que toutes les publications de ces scientifiques concernent seulement la nanomédecine. Mais ils auront une valeur indicative nous permettant de savoir si ce que NIM considère comme lié à la nanomédecine gagne effectivement en importance (cf. Graphique 2).

12Si l’on s’en tient aux publications, nous remarquons que les contributions dans le champ « Targeted Drug Transportation » représentent en moyenne moins de 10 % des publications produites par NIM entre 2007 et 2011, c’est-à-dire 28 publications sur cinq ans. En 2012-2013, en revanche, nous sommes à 27 % des publications totales pour le champ « Biomedical Nanotechnologies », c’est-à-dire 26 publications sur deux ans. Si maintenant l’on pondère ces publications par les chercheurs dans ces deux domaines, on s’aperçoit que pour 2007-2011, nous avons un ratio de publications par personne et par année de 0,7, et qu’il est de 0,6 pour 2012-2013. Par conséquent, l’activité de NIM en rapport à la nanomédecine n’évolue pas et reste au mieux modeste en regard des autres activités scientifiques du réseau. Le répondant B-2 n’est d’ailleurs pas loin de confirmer ce résultat  : « Alors maintenant des groupes de travail dans le domaine médical, il n’y en a chez nous que trois. Et, bien entendu, ils sont dans le domaine de la pharmacie. Il n’y a pas d’études cliniques pour le moment » (répondant B-2). En rebaptisant le champ « Targeted Drug Transportation » avec le label plus général « Biomedical Nanotechnologies » et en y mettant plus de personnel, NIM produit donc son propre effet loupe pour rester visible dans la nanomédecine en Allemagne. Cette stratégie ne fait pas que des heureux, au premier rang desquels les promoteurs de la nanomédecine en Allemagne et membres de la plateforme européenne ETPN.

La plateforme européenne de nanomédecine

13Parallèlement aux actions entreprises par le BMBF, un groupe d’acteurs de la nanomédecine ayant contribué au programme européen Nano2Life décide de promouvoir la fondation d’une plateforme européenne dédiée spécialement à la nanomédecine. Cette plateforme devient en 2005 ETPN (European Technological Platform Nanomedicine ; http://www.etp-nanomedicine.eu) que l’association des ingénieurs allemands VDI/VDE est chargée de coordonner. Il s’agit d’identifier les principaux acteurs de la nanomédecine dans les pays européens et, à l’instar de la carte des nanotechnologies du BMBF, de dresser une carte informative des acteurs de la nanomédecine à l’échelle de l’Europe (http://www.etp-nanomedicine.eu/​public/​public/​european-nanomedicine-map). Pour notre enquête, cette carte offre un élément de comparaison bienvenu.

  • 19 Cet entretien a été conduit sur les mêmes bases et en reprenant les mêmes catégories que celles uti (...)
  • 20 Les informations des membres d’ETPN sont « le coeur de l’information » disponible sur la carte de V (...)

14Contrairement à la carte du BMBF, la carte d’ETPN établie par VDI/VDE ne recense que six réseaux allemands de recherche en nanomédecine hors entreprises, compétences transversales et instances de conseil, ce qui représente 23 acteurs institutionnels. Ni NIM, ni UNICAT, ni le SFB-765 ne sont mentionnés, pas plus que la plupart des réseaux figurant dans la carte du BMBF. Comment cela est-il possible ? Pour le savoir, nous avons interrogé un responsable de VDI/VDE19. Notre répondant nous apprend que si « une grande partie des acteurs sur l’Allemagne proviennent de la base de données BMBF », VDI/VDE a procédé à un tri pour proposer une information plus fiable que celle dispensée par la carte du BMBF (répondant C-1). La carte ETPN doit donc être meilleure que celle du BMBF. D’ailleurs, VDI/VDE contrôle sa carte en se fondant sur les informations fournies par les membres d’ETPN impliqués dans la nanomédecine chacun dans leur pays. Elle l’enrichit par l’apport d’informations supplémentaires venant des réseaux européens (ERA-NET par exemple), et elle en suit l’évolution dans le temps20. Le BMBF n’a pas ces moyens et il ne dispose pas d’accès privilégiés à ces réseaux. Bien qu’étant une institution allemande, VDI/VDE préfère son alliance aux experts d’ETPN pour la nanomédecine, car ils lui garantissent la fiabilité et la plus grande portée géographique de ses relevés. La consultation de la carte d’ETPN indique d’ailleurs d’emblée qu’à la différence de la carte du BMBF, les activités des institutions de recherche dans le domaine de la nanomédecine sont décrites en faisant référence à des techniques précises spécialement développées en vue de leur application en médecine (thérapies cellulaires, acheminement de médicaments par nanotubes, pansements musculaires, hydrogels pour prothèses osseuses, etc.). Néanmoins, le contraste est si important entre les deux cartes que l’on peut se demander si la carte d’ETPN – la portion relative à l’Allemagne – reflète bien la nanomédecine allemande. La précision de la carte d’ETPN est telle que recourir aux publications des scientifiques actifs dans les institutions de recherche qu’elle référence pour évaluer cette carte devient inutile. En effet, ces publications portent sur des techniques développées ou utilisées en nanomédecine. Fournissent-elles pour autant la preuve que la nanomédecine allemande se trouve bien dans les institutions de recherche recensées par cette carte ? Pour le savoir, nous avons adopté une autre méthode.

15En Allemagne, chaque institution de recherche possède un service de référents scientifiques où atterrissent les projets élaborés au sein de ces institutions que leurs initiateurs veulent financer. Ces référents sont chargés d’évaluer le meilleur contexte de financement susceptible de correspondre aux projets qu’ils reçoivent. Ils passent donc du temps à évaluer les projets de recherche et à en discuter avec les scientifiques qui en sont responsables pour les aider à monter des dossiers de financement. Parmi ceux-ci, les référents du domaine européen sont les plus expérimentés car ils connaissent en général l’ensemble de la chaîne de financement, du local au niveau européen. Nous les avons donc contactés auprès de toutes les institutions de recherche en Allemagne en leur envoyant un courrier électronique avec deux questions :

  1. Y a-t-il des activités de recherche dans le domaine de la nanomédecine auprès de votre institution ;

  2. Si oui, pouvez-vous nous renvoyer aux scientifiques qui travaillent dans ce domaine au sein de votre institution.

16Nous avons contacté un total de 226 référents et nous avons reçu 26 réponses positives, 55 réponses négatives, 145 personnes n’ayant pas répondu à notre courrier, ou n’étant pas en mesure de nous donner des informations. Les réponses positives contenaient toujours des liens Internet vers des scientifiques, leurs projets et leur groupe de recherche, ce qui nous permettait de vérifier l’adéquation des réponses des référents par rapport à nos questions. Une fois cette vérification effectuée, il ne restait plus qu’à mettre sur une même carte de l’Allemagne les réseaux d’ETPN et les institutions tirées de notre sondage (Graphique 3).

  • 21 ETPN est subdivisé en groupes de travail qui représentent les différentes nations européennes impli (...)
  • 22 Cet entretien a été conduit sur les mêmes bases que les autres, et à partir des mêmes catégories de (...)

17La carte d’ETPN donne un nombre moins important de points que la carte que nous établissons sur la base des informations livrées par les référents européens, ce qui vient de notre manière de présenter les données. Nous avons pris en compte les six réseaux recensés par ETPN au sein desquels se répartissent les 23 institutions allemandes qu’ETPN considère comme les acteurs de la nanomédecine allemande. Nous regroupons par ville les 26 réponses positives que nous avons reçues des institutions scientifiques contactées, ce qui nous donne 23 villes où se situent les institutions scientifiques qui nous ont répondu. Nous avons plus de points qu’ETPN, mais un nombre équivalent d’institutions. Néanmoins, comme on le voit bien sur la carte ci-dessus, les relevés d’ETPN et les réponses que nous avons reçues ne se recoupent pas, à une exception près – le point violet sur la carte, renvoyant à la ville de Mainz. Pourquoi y a-t-il une telle différence entre ces deux cartes ? Nous avons contacté un membre fondateur d’ETPN-Allemagne pour en savoir plus21, entretien que nous avons confronté à celui réalisé avec le répondant de VDI/VDE22. La réponse à notre question est qu’ETPN présente sa sélection des institutions scientifiques de la nanomédecine allemande, sélection qui repose sur la conception suivante de la nanomédecine : « Le nombre d’acteurs est très large, il faut le cerner (…) ; ça va permettre de donner un cadre à la nanomédecine. (…) C’est un peu le challenge de la nanomédecine aujourd’hui, ça fait trois ans à peu près qu’on travaille beaucoup sur ce domaine-là, comment transformer les idées en produits innovants pour la médecine. Ça passe forcément à un moment donné ou à un autre par des PME, par des groupes industriels. Donc depuis trois ans, je vous dis, on met l’accent sur cette partie translation de la nanomédecine » (répondant C-1). Autrement dit, cette carte qui reflète « la collaboration d’ETPN avec différents acteurs » (répondant C-1) de la nanomédecine présente avant tout les institutions scientifiques dont ETPN pense qu’elles peuvent être favorables à l’idée de « monétariser cette recherche » en nanomédecine (répondant C-1).

18Les fonds manquent-ils ? Le répondant d’ETPN-Allemagne nous dit  : « Je crois que la recherche se passe dans des institutions de recherche et dans des petites et moyennes entreprises. Et c’est bien le problème, à savoir qu’elles ne sont pas financées de manière suffisante pour parvenir au point où l’industrie dit  : ’Ok, maintenant je te crois’. C’est là tout le problème que nous avons actuellement » (répondant D-1). Et il ajoute : « Un développement n’est bon que lorsque j’ai un acteur important qui est en mesure de l’amener sur le marché. Et de le produire bien entendu » (répondant D-1). L’action du BMBF ne suffirait donc pas, d’autant moins qu’il tend à se retirer des nanos « car le thème est connoté de manière un peu négative. (…) le BMBF n’a plus de référent pour les nanos, tout comme il n’a pas de référent pour les biotechnologies, ce qui montre que le thème n’est plus aussi bien vu » (répondant D-1).

19Sur le fond d’une collaboration entre ETPN-Allemagne et le BMBF, il y a donc chez ETPN-Allemagne une tendance à vouloir se démarquer du BMBF qui, s’il soutient les institutions de la recherche en nanomédecine, n’aide pas à la commercialisation de produits innovants dans le domaine médical. Pour ETPN-Allemagne, c’est bien ce gouffre entre la mise au point d’un produit innovant, issu de la recherche scientifique sur les nanotechnologies et destiné à la médecine, et la commercialisation de ce produit qu’il s’agit de combler. Voilà pourquoi ETPN-Allemagne prend le contre-pied du BMBF et se place résolument du côté des entreprises et des industries. Enfin, le fait que le BMBF se désinvestisse des nanotechnologies pour des raisons liées à l’image de ces technologies dans la société, encourage d’autant plus ETPN à affirmer sa position sur la régulation de la nanomédecine en Europe. Le BMBF réagit en menaçant de ne plus soutenir les représentants allemands d’ETPN si d’aventure le groupe décidait de s’affranchir des instances gouvernementales allemandes. On voit dans ce conflit que l’enjeu de la carte et du territoire est à la base des stratégies d’expansion du BMBF et d’ETPN-Allemagne pour orienter la régulation de la nanomédecine en Allemagne. Ces stratégies d’expansion ont des conséquences pour les acteurs scientifiques de la nanomédecine, car elles débouchent sur des mesures de contrôle avec lesquels ces acteurs doivent composer. L’une de ces mesures concerne les indicateurs de la nanomédecine.

Les indicateurs de la nanomédecine

  • 23 Plutôt que d’indicateurs, on parle le plus souvent de systèmes d’indicateurs qui résument sous form (...)

20La pomme de discorde entre le BMBF et ETPN vient de l’accent qu’ETPN met sur l’économie. Certes, le BMBF n’y est pas fondamentalement opposé puisqu’il contribue au financement de la recherche scientifique, en particulier les projets pouvant déboucher sur des applications destinées à soutenir l’économie au plan local, régional ou national. Néanmoins, le BMBF a une mission politique. Il doit d’une part s’assurer du bon fonctionnement de la recherche en coopération avec les instances scientifiques nationales. D’autre part, en tant qu’acteur public, il veille au respect du cadre légal et éthique de la recherche, un point particulièrement important pour ce qui concerne le domaine médical. ETPN veut changer la donne et introduire un nouveau principe susceptible de structurer la nanomédecine, qui passe par la mise en place d’une méthodologie destinée à évaluer la recherche dans ce domaine sur la base de l’économie et de ses besoins. Soutenu par la Commission européenne, ETPN propose à VDI/VDE de définir des indicateurs de la nanomédecine23. Le sujet n’est pas nouveau et il est délicat.

21En 2007, l’OCDE mandate son Directorate for Science, Technology and Industry pour qu’il identifie et mesure la recherche et le développement dans les nanotechnologies. Le 25 juin 2009, le Directorate publie un rapport dans lequel il explique que la tâche est difficile, et suppose la construction d’indicateurs dédiés [Palmberg, Dernis, Miguet, 2009 : 19] susceptibles de prendre en compte tout le champ des nanotechnologies, tout en évitant les différents problèmes liés à la définition instable des nanotechnologies, et aux sur- ou sous-évaluation des coûts de leur mise en œuvre (ibid : 25). Le Directorate livre dix indicateurs quantitatifs expérimentaux ou KNI (Key Nanotechnology Indicators) mesurant  :

  1. les entreprises actives dans le domaine des nanotechnologies (2 indicateurs) ;

  2. l’investissement en recherche et développement des entreprises dans les nanotechnologies (4 indicateurs) ;

  3. l’investissement en recherche et développement des institutions de la recherche et des organismes publics dans les nanotechnologies (2 indicateurs) ;

  4. les brevets (2 indicateurs).

  • 24 Pour une information générale sur ces systèmes d’indicateurs, voir en particulier Porter, Stern, 20 (...)

22Ces indicateurs ont été développés sur la base de l’expérience de l’OCDE avec son STIScorboard – un système d’indicateurs qui mesure l’innovation scientifique et technologique, parmi d’autres24. Dans ses rapports sur les nanotechnologies, le BMBF s’inspire de ces indicateurs pour faire des projections sur la croissance et la performance des secteurs industriels et de la recherche scientifique [cf. Bundesministerium für Bildung und Forschung, 2008a ; ibid., 2011]. La réaction d’ETPN est très différente. Les indicateurs qui mesurent la performance technologique et l’innovation sont, comme ces indicateurs généraux de l’OCDE, des indicateurs quantitatifs. ETPN se démarque de cette approche en voulant construire des indicateurs qualitatifs dans un premier temps, susceptible de mener plus tard à la formulation de mesures quantitatives. VDI/VDE est chargé de mettre en place ces indicateurs, ce qui ne signifie rien d’autre qu’établir les différentes conditions qui doivent être réunies pour que la transition de la science à l’économie se passe le mieux possible. Le répondant d’ETPN-Allemagne nous décrit le processus de la manière suivante : « De mon point de vue en tout cas, les indicateurs industriels ne jouent pas de rôle important lorsqu’on se dirige vers les applications pratiques. Donc nous avons écrit un White Paper, et dans ce White Paper nous avons mis bien en évidence la constitution d’un Translation Advisory Board. Donc un Board fait de personnes venant de l’industrie et ayant une grande expérience, qui consultent les projets scientifiques très tôt dans leur phase d’élaboration, et qui peuvent dire si un tel projet a la moindre chance d’aller vers l’hôpital. S’il correspond aux standards de la production industrielle, aux processus cliniques, ce genre de chose. De sorte que très tôt nous puissions avoir une idée quant aux chances que ça atterrisse à l’hôpital, oui ou non. Et ce sont là les critères à mon avis qu’on va devoir appliquer à ces projets, à savoir qu’un panel d’industriels seulement prenne le truc, le regarde et dise : ’Ok, pour cette ou cette raison, ça a une chance, ou ça a une chance si vous faites comme ça, et si vous faites comme ça, ça n’ira pas’. Et ça manque en ce moment. On est justement en train de faire un panel de ce type dans un projet européen, et à la prochaine General Assembly d’ETPN, donc ETPN nanomédecine, il sera là et va pour la première fois donner son avis sur des projets, on va bien voir comment ça fonctionne » (répondant D-1). Concrètement, les membres du Translation Advisory Board (ci-après TAB) sont invités à proposer des indicateurs qualitatifs susceptibles de mesurer – le répondant de VDI/VDE parle de « scoring » – les trois étapes de la démarche qui mène un projet de la recherche scientifique vers le marché économique, à savoir :

  1. l’élaboration et la soumission du projet scientifique au TAB : sur la base d’une connaissance des projets dès leur phase d’élaboration, le TAB sélectionne les projets sur lesquels il va travailler, projets susceptibles de déboucher sur des applications commercialisables ;

  2. première phase de consultation en interne : le TAB se réunit à plusieurs reprises pour décider parmi les projets retenus ceux qui présentent le meilleur potentiel de réussite ;

  3. seconde phase de consultation entre le TAB et les initiateurs du projet  : le TAB accompagne ensuite les projets sélectionnés en organisant des rencontres avec les initiateurs de ces projets pour améliorer le potentiel économique du projet. Ce « coaching » est suivi d’une phase de mise en visibilité du projet, le TAB jouant de ses réseaux pour en faire bénéficier les projets.

  • 25 La méthode développée par VDI/VDE s’inspire des propositions de Eaton (Eaton, 2007 : 251-253 ; ibid (...)

23Le TAB dispose d’une grille d’évaluation comprenant des questions, questions formulées en relation avec les membres d’ETPN. Celles-ci sont des indicateurs qualitatifs, où l’on demande par exemple s’il y a un point de chute du projet dans l’économie, et où l’on propose une échelle bipolaire avec plusieurs niveaux de gradation – par exemple de « oui, cela couvre des besoins dans tel secteur » à « non, cela ne couvre aucun besoin ». Le procédé n’en est qu’à ses débuts, et VDI/VDE développe cette méthodologie pour la première phase seulement du processus de translation25. Néanmoins, l’idée-clé de cette méthodologie et plus largement d’ETPN est d’amener les industriels à influencer directement non seulement le type de projet qui va accéder au marché économique, mais en deçà, le type de recherche qu’il s’agit de faire pour parvenir à un produit que les industriels soutiennent. Pour notre répondant d’ETPN, le TAB n’est que le prototype d’une profession qu’il s’agirait de créer à l’interface de la science et de l’économie, des « spécialistes des sciences translationnelles » (expression du répondant C-1) venant de l’industrie et des milieux de l’économie chargés d’assurer cette translation : « Les places de travail que l’on n’a pas encore considérées à mon avis sont celles que l’on pourrait avoir justement à l’interface entre le Proof of Concept scientifique et le prototype, que l’industrie peut revendiquer. Nous avons donc besoin de structures qui mettent en place ces standards, qui partent d’un système de tests ou d’un outil et qui vont jusqu’à la production, de sorte qu’une grosse entreprise puisse prendre le relais et construire ce prototype et la chaîne de production qui va avec » (répondant D-1). En d’autres termes, en voulant modifier ainsi la manière d’exploiter les résultats de la recherche scientifique sur les nanotechnologies en vue d’applications médicales, ETPN introduit une autre organisation des institutions scientifiques directement orientées par les besoins des grands acteurs économiques de la santé, les projets élus étant ceux qui répondent à ces critères. La carte d’ETPN se présente donc bien comme une autre vision de la nanomédecine, différente de celle du BMBF et de celle que nous tirons de notre sondage auprès des institutions scientifiques allemandes.

Conclusion

24Nous nous sommes demandé si l’Open Data était une source d’information directe, fiable, transparente. Nous avons choisi l’exemple de la nanomédecine en Allemagne, parce que cet exemple présente un effort significatif d’ouverture des données soutenu en Allemagne par le BMBF, et relayé au niveau européen par ETPN. Le BMBF et ETPN présentent chacun une cartographie de la nanomédecine sur Internet, cartographie renvoyant à une mine d’informations scientifiques et non scientifiques sur ces technologies.

25La carte du BMBF dédiée à la nanomédecine donne l’impression qu’un grand nombre d’acteurs scientifiques sont actifs dans ce domaine, alors qu’après analyse, un seul acteur y semble minimalement actif. À la différence de la carte du BMBF, la carte d’ETPN mentionne bien moins d’acteurs scientifiques dans le domaine de la nanomédecine, acteurs différents de ceux recensés par le BMBF, tout aussi différents que ceux que nous sommes parvenus à identifier en nous adressant directement aux institutions scientifiques allemandes. Ces cartes et les informations qu’elles permettent de récolter ne sont donc pas compatibles. Elles ne semblent pas avoir pour objectif premier une transparence de l’information sur la nanomédecine en Allemagne. En termes de fiabilité, cette information ne l’est que si on la trie, et on ne peut pas la trier de manière pertinente en se basant sur les seuls documents disponibles sur l’Internet. Pour en tirer quelque chose, il faut pouvoir recourir aux personnes qui distribuent cette information sur l’Internet ou qui sont concernées par cette information. Dans notre enquête, nous avons effectué cette démarche, ce qui nous a permis de comprendre que les données rattachées à la carte du BMBF tout comme celles rattachées à la carte d’ETPN ont avant tout l’objectif de promouvoir dans la société l’action que ces deux acteurs mènent pour réorganiser l’activité scientifique dans la nanomédecine allemande. Cette stratégie de promotion institutionnelle masque la lutte qui oppose le BMBF et ETPN au sujet de la nanomédecine allemande. Les deux institutions luttent pour étendre leur influence sur la régulation de cette recherche et sur les acteurs et les activités en nanomédecine. Pour le BMBF, cela passe par la réorganisation des institutions de recherche sur la base d’évaluation de la science allemande en lien avec les institutions fédérales de la recherche scientifique. Pour ETPN, il faut trouver des acteurs de la recherche en nanomédecine faisant le lien entre la recherche et le marché, ce pour quoi il faut disposer de nouveaux indicateurs appliqués à la nanomédecine par des évaluateurs venus des milieux industriels. L’objectif est de pouvoir orienter l’activité scientifique selon les priorités des acteurs économiques et leurs propres formes de contrôle. C’est dans ce contexte que les données disponibles sur Internet que publient le BMBF et ETPN prennent tout leur sens. Elles sont là pour mettre en scène le nombre d’affiliation à leur projet, un nombre sur lequel soit le BMBF, soit ETPN pourront établir leur statut de garant de la nanomédecine allemande, et sur lequel ils pourront s’appuyer pour façonner la nanomédecine allemande selon leurs propres exigences.

26De manière plus générale, la perspective de recherche esquissée dans ce travail – expliquer la nanomédecine sur la base des stratégies d’expansion des groupes et des institutions qui veulent les soutenir ou, au contraire, les combattre – ne se limite pas à la nanomédecine. Elle gagnerait à être étendue à d’autres domaines de l’activité scientifique et technique dans la société. Ceci permettrait d’une part de mieux comprendre comment fonctionnent ces relations entre institutions – ce que nous appellerons l’espace interinstitutionnel –, et quelles en sont les conséquences pour les acteurs particuliers. Dans notre cas, ces acteurs ne sont pas seulement les chercheurs qui travaillent dans la nanomédecine. Ce sont également les patients ou futurs patients susceptibles de bénéficier de ces avancées technologiques, et bien entendu les médecins qui vont recevoir ces nouveaux outils thérapeutiques. Ces deux aspects de la question mériteraient une attention particulière et des enquêtes futures. D’autre part, nous avons mis en évidence dans cette enquête un élément-clé qui est au centre de l’espace interinstitutionnel, et qui mérite une attention particulière, à savoir les indicateurs. Ces indicateurs sont les manifestations les plus concrètes des formes de régulation, c’est-à-dire des formes de contrôle que ces institutions mettent en place pour favoriser leur propre expansion vers les territoires de la nanomédecine et tout ce qui en dépend (chercheurs, disciplines scientifiques, institutions de la recherche, régions). Ils mériteraient également un travail approfondi qui ne se limiterait pas à savoir ce que ces indicateurs mesurent, mais qui chercherait à comprendre comment ils préparent l’annexion des nouveaux territoires qu’une institution tente de placer sous son contrôle. Ces deux terrains ouvrent des pistes de collaboration avec des domaines connexes tels que la sociologie des organisations et de l’économie, la sociologie des professions et des parcours de vie. Au-delà, ils appellent des collaborations avec les sciences de l’information et de la communication, le droit, la médecine.

Top of page

Bibliography

Anonyme. 2007. Exzellenzinitiative : Zweite Ausschreibungsrunde. Erste Entscheidungen über 305 Projektvorschläge - 35 Universitäten werden zur Antragsstellung aufgefordert. Forschung, n. 1, pp. 30-31.

Archibugi, D., Coco, A. 2005, Measuring technological capabilities at the country level : A survey and a menu for choice. Research Policy, n. 34, pp. 175-194.

Bundesministerium für Bildung und Forschung. 1999. Biologischer Ersatz von Organfunktionen. Berlin : Bundesministerium für Bildung und Forschung. Disponible sur : http://www.gesundheitsforschung-bmbf.de/de/957.php (Consulté le 25.02.2016).

Bundesministerium für Bildung und Forschung. 2008a. Nano-Initiative – Aktionsplan 2010. Berlin : Bundesministerium für Bildung und Forschung. Disponible sur : http://www.bmbf.de/pub/nano_initiative_aktionsplan_2010.pdf (Consulté le 25.02.2016).

Bundesministerium für Bildung und Forschung. 2008b. Fördern – forschen – heilen, Berlin : Bundesministerium für Bildung und Forschung. Disponible sur : http://www.gesundheitsforschung-bmbf.de/_media/Foerdern-forschen-heilen.pdf (Consulté le 25.02.2016).

Bundesministerium für Bildung und Forschung. 2011. Aktionsplan Nanotechnologie 2015. Berlin : Bundesministerium für Bildung und Forschung. Disponible sur : http://www.bmbf.de/pub/aktionsplan_nanotechnologie.pdf (Consulté le 25.02.2016).

Bundesministerium für Bildung und Forschung. 2014. nano.DE-Report 2013. Status quo der Nanotechnologie in Deutschland. Bonn : Bundesministerium für Bildung und Forschung. Disponible sur : http://www.bmbf.de/pub/nano.DE-Report_2013_bf.pdf (Consulté le 25.02.2016).

Bundesministerium für Wirtschaft und Technologie. 2012. ‛Kompetenznetze Deutschland’ : Die innovativsten Netzwerke im Überblick. Berlin : Bundesministerium für Wirtschaft und Technologie.

Deutsche Forschungsgemeinschaft. 13.10.2006. Pressekonferenz zu den Entscheidungen in der Exzellenzinitiative am Freitag. Disponible sur : http://www.dfg.de/dfg_profil/reden_stellungnahmen/archiv/2006/pk_exin_0610/index.html (Consulté le 25.02.2016).

Eaton, M.A.W.. 2007. Nanomedicine : Industry-wise research. Nature Materials, n. 6, pp. 251-253.

Eaton, M.A.W., Levy, L., Fontaine, O.M.A. 2015. Delivering nanomedicines to patients : A practical guide. Nanomedicine : Nanotechnology, Biology, and Medicine, n. 11, pp. 983-992.

European Technology Platform on Nanomedicine. 2005. Vision Paper and Basis for a Strategic Research Agenda in Nanomedicine. Luxembourg : European Commission.

European Technology Platform on Nanomedicine. 2013. Nanomedicine 2020. Contribution of Nanomedicine to Horizon 2020. Grenoble : European Commission.

Freie Universität Berlin. 23.11.2011. Sonderforschungsbereich der Freien Universität verlängert. Disponible sur : http://www.fu-berlin.de/presse/informationen/fup/2011/fup_11_363/ (Consulté le 25.02.2016).

Freudenberg, M. 2003. Composite Indicators of Country Performance : A critical assessment. OECD Science, Technology and Industry Working Papers 2003/16. Paris : OECD Publishing.

Institut für Innovation und Technik. 2014. Evaluation : Instrumente für eine bessere Politikgestaltung. Berlin : VDI/VDE Innovation + Technik GmbH.

Loikkanen, T., Ahlqvist, T., Pellinen, P. 2009. The role of the technology barometer in assessing the performance of the national innovation system. Technological Forecasting and Social Change, n. 76, pp. 1177-1186.

Ludwig-Maximilians-Universität München. Sans date. Nanosystems Initiative Munich (NIM). Disponible sur : http://www.uni-muenchen.de/ueber_die_lmu/auszeichnungen/lmu_excellent/cluster/nim/index.html (Consulté le 25.02.2016).

Nanosystems Initiative Munich. Sans date. Nanosystems Initiative Munich führt Arbeitsgruppen zusammen. Disponible sur : <http://www.nano-initiative-munich.de/de/das-ist-nim/. (Consulté le 25.02.2016).

Nanosystems Initiative Munich. 2009. Forschungszentrum für Nanotechnologie und Nanomaterialien. Erster Spatenstich für neues Forschungszentrum. Disponible sur : http://www.nano-initiativemunich.de/de/aktuelles/aktuelles/browse/12/article/9/forschungszentrum-fuer-nanotech/ (Consulté le 25.02.2016).

Nelson, R. R., Rosenberg, N. (dir.) 1993. Technical Innovation and National Systems. Oxford : Oxford University Press.

ONSA. 2007. Prospective Applications for Converging Technologies in the NanoBio-Info Innovation Space : Scoping Workshop. The Centre for Innovation Studies in collaboration with S&T Foresight Directorate : Toronto.

Palmberg, C., Dernis, H., Miguet, C. 2009. Nanotechnology : An Overview based on Indicators and Statistics. Paris : OECD.

Porter, M. E., Stern, S. 2004. Ranking National Innovative Capacity : Findings from the National Innovative Capacity Index, Schwab, K. (dir.), The Global Competitiveness Report 2003-2004. Oxford : Oxford University Press, pp. 91-116.

Roco, M. C. 2001. International Strategy for Nanotechnology Research and Development. Journal of Nanoparticle Research, n. 3, pp. 353-360.

Roco, M. C., Bainbridge, W. S. 2002. Converging Technologies for Improving Human Performance : Nanotechnology, Biotechnology, Information Technology and Cognitive Science. Arlington : National Science Foundation.

Roco, M. C., Bainbridge, W. S. 2003. Converging Technologies for Improving Human Performance : Nanotechnology, Biotechnology, Information Technology and Cognitive Science. Dordrecht  : Kluwer Academic Publishers.

Roco, M. C., Bainbridge, W. S. (dir.) 2007. Nanotechnology : Societal Implications I. New York : Springer.

Roco, M. C., Bainbridge, W. S. (dir.) 2008. Nanotechnology : Societal Implications II. New York : Springer.

Stirn, A. 2013. Das Gold der kleinen Dinge. Nanosystems Initiative Munich  : Für Daten-Übertragung, Ernergiegewinnung, Tumorbekämpfung - ultrakleine Bausteine einer Welt von morgen. Exzellenzuniversität LMU. Forschung im Fokus, Sonderheft, pp. 54-61.

Technische Universität München. 2010. Eröffnung des Zentrums für Nanotechnologie und Nanomaterialien. Neues Zentrum für Nanowissenschaft. Disponible sur : https ://portal.mytum.de/pressestelle/meldungen/news_article.2010-07-19.2975979136 (Consulté le 25.02.2016).

Technische Universität München. 2012. Pressemitteilung. Zukunftskonzepte, Graduiertenschule und Forschungscluster : TU München erneut als Exzellenzuniversität ausgezeichnet. Disponible sur : http://www.tum.de/die-tum/aktuelles/pressemitteilungen/lang/article/29937/ (Consulté le 25.02.2016).

Thielbeer Consulting. 2012. Gutachten zur Evaluation des Förderinstruments ‘Kompetenznetze in der Medizin’. Hamburg : Dr. Thielbeer Consulting.

UniCat. Sans date. UniCat erneut exzellent. Disponible sur : http://www.unicat.tu-berlin.de/index.php?id=943&L=1 (Consulté le 25.02.2016).

Unger, F. 2007. Paradigma der Medizin im 21. Jahrhundert. New York : Springer.

Wood, S., Jones, R., Geldhart, A. 2003. The Social and Economic Challenges of Nanotechnology. London : Economic and Social Research Council.

Zerges, K. R. 2007. TU bekommt Exzellenzcluster. Disponible sur : http://idwonline.de/pages/en/news ?id=231356 (Consulté le 25.02.2016).

http://www.nano-map.de (Consulté le 25.02.2016).

http://thecostofknowledge.com (Consulté le 25.02.2016).

http://humanityplus.org (Consulté le 25.02.2016).

http://www.etp-nanomedicine.eu (Consulté le 25.02.2016).

http://www.etp-nanomedicine.eu/public/public/european-nanomedicine-map (Consulté le 25.02.2016).

http://www.nanotruck.de (Consulté le 25.02.2016).

Top of page

Notes

1 Les polémiques autour du piratage d’articles scientifiques payant – par exemple par l’intermédiaire du site Internet Sci-Hub – indiquent que le problème de l’accès gratuit ou payant aux données disponibles en ligne est loin d’être résolu aujourd’hui, et qu’il pose des questions de fond relatives à l’égalité des chercheurs dans l’accès au savoir (cf. http://thecostofknowledge.com/). Bien que ces articles soient disponibles sur Internet, y accéder peut s’avérer difficile sans disposer du soutien des instances de la recerche, à moins de pouvoir s’acquitter de sommes dépassant très largement les budgets individuels dont peuvent disposer individuellement la très grande majorité des chercheurs.

2 Sur ce point, on pourra notamment consulter le site Internet de la World Transhumanist Association (http://humanityplus.org).

3 Voir en particulier RVoco, Bainbridge, 2003 ; ONSA, 2007.

4 Ce thème de la nouvelle révolution industrielle est réccurent dans la littérature sur les nanotechnologies (cf. par exemple Rocco, 2001 : 353-360 ; Roco, Bainbridge, 2002 ; ibid., 2007 ; ibid., 2008).

5 Cf. par exemple Wood et al., 2003.

6 Cf. European Technology Platform on Nanomedicine, 2005

7 Cette feuille de route a été réajustée dans le cadre du programme Horizon 2020 (cf. European Technology Platform on Nanomedicine, 2013). Le principal enseignement que l’on tire de ce réajustement est que les infrastructures développées pour la recherche en nanomédecine en Europe suffisent et doivent être mieux utilisées. Désormais également, les maladies dégénératives et les maladies inflammatoires entre dans le giron des maladies prioritaires en nanomédicine.

8 Le BMBF estime dans son rapport de 2014 qu’à moyen terme (2015-2020), le développement de la nanomédecine s’évaluait à 4.9 sur une échelle à six point, signe d’un fort potentiel économique (Bundesministerium für Bildung und Forschung, 2014 : 24 et 30). Il prévoit également que la médecine et la pharmacologie bénéficieront le plus de la recherche appliquée en nanotechnologies, ce qui devrait être à l’avantage des patients qui pourront être traités – notamment dans le cas de graves maladies – en recourant à des techniques moins invasives et plus précises.

9 Entre 2006 et 2013, l’Allemagne a investit 25 millions d’Euros dans la nanomédecine, ce qui représente 6,3 % de l’argent public investi dans les activités de recherche et de développement dans le pays (cf. Bundesministerium für Bildung und Forschung, 2008a ; 2011 ; 2014 : 30).

10 Ce sont par exemple les programmes « Cell Programming by nanoscaled devices » en 2003, le champ de recherche 777 « Nanoskalige Komposite aus unmolekularen Prekursoren », et le programme de recherche prioritaire « Lanthanoide-spezifische Funktionalitäten » en 2004. Cf. Bundesministerium für Bildung und Forschung, 2008b.

11 Le BMBF a multiplié les initiatives pour informer sur les nanotechnologies et les promouvoir dans le cadre national et européen. Son exposition ambulante Nanotruck (http://www.nanotruck.de) en est devenu le symbole.

12 Ces sites sont les suivants : AKM Aachen, BalticNet PlasmaTec Greifswald, BioNanoMedTech Münster, Biosaxony Dresden, Carbio Dresden, Center for Organic Production Technologies Düsseldorf, Centrum fur Biomedizinische Nanotechnologie Berlin, EXC 1003 Münster, EXC 314 Berlin, Exzellenzcluster Macromolecular Complexes Frankfurt a.M., Forschergruppe FOR 7212 Berlin, Forschungszentrum für Regenerative Therapien Dresden, Nanoinitiative München, SFB 594 München, SFB 677 Kiel, SFB 740 Berlin, SFB 755 Göttingen, SFB 765 Berlin, SFB 767 Konstanz, SFB TRR 37 Hannover, SFB TRR 61 Münster, SPP 1420 Potsdam, SPP 1601 Göttingen, Fraunhofer Allianz Proteinchips, International Graduate School in Molecular Medicine Ulm, Joint Lab Technische Sicherheit Berlin, MikroNano Thüringen, Nanoanalytik-Cluster Dresden, NanoBioNRW Münster, Nanoinitiative Bayern, NanoSilber Würzburg, RWTH Aachen NanoClub.

13 Ce sont les réseaux suivants : Biosaxony Dresden, Exzellenzcluster Macromolecular Complexes Frankfurt a.M., SFB 677 Kiel, SFB TRR37 Hannover, RWTH Aachen NanoClub, International Graduate School in Molecular Medicine Ulm.

14 Nous avons recouru aux bases de données Web of Science et Pubmed/National Center for Biotechnology Information NCBI pour faire ce travail de vérification.

15 Nous n’avons pas eu accès aux documents internes de ces réseaux. Restent quelques documents à caractère journalistique en particulier sur NIM (Deutsche Forschungsgemeinschaft, 13.10.2006 ; Anonyme, 2007 : 30-31 ; Stirn, 2013 : 54-61 ; Nanosystems Initiative Munich, sans date ; Ludwig-Maximilians-Universität München, sans date ; Technische Universität München, 2012 ; Nanosystems Initiative Munich, 2009 ; Technische Universität München, 2010). Ils sont plus rares au sujet d’UNICAT (cf. Zerges, 2007 ; UniCat, sans date ; 2008) et du SFB-765 (Freie Universität Berlin, 23.11.2011).

16 Pour l’entretien semi-dirigé, nous avons défini les six catégories de questions suivantes : 1) introduction à l’entretien/présentation de soi, 2) présentation du réseau, 3) la nanomédecine au sein du réseau, 4) les liens entre nanomédecine et économie, 5) les liens entre nanomédecine et société, 6) les projets d’avenir. Nous avons formulé pour chaque catégorie une question principale et deux à trois questions complémentaires destinées à expliciter la catégorie pour le répondant s’il ne devait pas immédiatement comprendre notre question principale.

17 La phase de restructuration de NIM correspond avant tout à un « ajustement des domaines scientifiques (car) dès 2011, un tiers des postes de professeur, je crois, devenaient libres, ce pourquoi il y avait la possibilité de restructurer l’activité scientifique » (répondant B-2).

18 Le répondant B-1 nous dit  : « Nous sommes très orientés physique, la physique étant le pilier le plus important de notre cluster. (…) les nanotechnologies biomédicales ne sont qu’un domaine de recherche (…) auquel appartiennent à nouveau des physiciens » (répondant B-1).

19 Cet entretien a été conduit sur les mêmes bases et en reprenant les mêmes catégories que celles utilisées pour les entretiens avec les coordinateurs des réseaux NIM, UNICAT et SBF-765.

20 Les informations des membres d’ETPN sont « le coeur de l’information » disponible sur la carte de VDI/VDE (répondant C-1), information enrichie par d’autres tirées des différents projets européens ayant porté sur la nanomédecine. Notre répondant décrit cette carte comme « un outil dynamique qui a plusieurs origines » et qui est actualisé au sens ou des informations sont ajoutées, et d’autres sont enlevées (répondant C-1).

21 ETPN est subdivisé en groupes de travail qui représentent les différentes nations européennes impliquées en nanomédecine. ETPN-Allemagne est l’un d’entre eux.

22 Cet entretien a été conduit sur les mêmes bases que les autres, et à partir des mêmes catégories de questions.

23 Plutôt que d’indicateurs, on parle le plus souvent de systèmes d’indicateurs qui résument sous forme thématique un grand nombre d’informations. En plus de la comparaison des performances, ces systèmes d’indicateurs doivent permettre d’identifier des potentiels de développement et d’innovation (cf. Schnorr-Bäcker, 2007). On peut distinguer trois grands systèmes d’indicateurs : a) les systèmes d’indicateurs thématiques ; b) les systèmes d’indicateurs individuels liés à des indicateurs plus généraux qui les résument ; c) les systèmes d’indicateurs spécifiquement liés à la mesure. Sur ces systèmes, voir Nelson, Rosenberg, 1993 ; Freudenberg, 2003 ; Loikkanen et al., 2009.

24 Pour une information générale sur ces systèmes d’indicateurs, voir en particulier Porter, Stern, 2004 : 91-116, ainsi que Archibugi, Coco, 2005 : 175-194.

25 La méthode développée par VDI/VDE s’inspire des propositions de Eaton (Eaton, 2007 : 251-253 ; ibid., 2015 : 983-992).

Top of page

List of illustrations

Title Graphique 1
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/1562/img-1.jpg
File image/jpeg, 15k
Title Graphique 2
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/1562/img-2.jpg
File image/jpeg, 13k
Title Graphique 3
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/1562/img-3.jpg
File image/jpeg, 43k
Top of page

References

Electronic reference

Christian Papilloud, « La science en action ? Luttes d’expansion institutionnelle à l’exemple de la nanomédecine en Allemagne », Terminal [Online], 119 | 2016, Online since 30 December 2016, connection on 23 April 2017. URL : http://terminal.revues.org/1562 ; DOI : 10.4000/terminal.1562

Top of page

About the author

Christian Papilloud

Institut für Soziologie, GSZ – Steintor Campus, Emil-Abderhalden-Str. 26-27, D-06099 Halle (Saale), christian.papilloud@soziologie.uni-halle.de

By this author

Top of page

Copyright

tous droits réservés

Top of page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org