Navigation – Plan du site
Us et abus de l'Internet
Libres propos

La baguette magique du tout-connecté. Entretien avec Évelyne Broudoux

Vassili Rivron et Cécile Dolbeau-Bandin

Résumé

Évelyne Broudoux est maître de conférences au laboratoire Dicen / Cnam. Dans cet entretien, elle attire l’attention sur les contradictions fortes entre le caractère magique des promesses du progrès technologique et l’évaluation de leurs effets observables, notamment à travers l’analyse des projets regroupés sous le label smart cities1, une visée utopique promue par les grands organismes de recherche et chevauchée allègrement par les départements de Recherche et Développement souhaitant bénéficier de la manne publique, en particulier dans les domaines du transport, de l’énergie et de la santé.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Lors de la journée d’étude “Us et abus de l’Internet”, vous avez présenté une communication intitulée “La baguette magique du tout-connecté”. S’agissait-il d’indiquer qu’Internet pouvait être au principe d’un nouvel enchantement du monde ?

Il faut replacer cet énoncé dans son contexte, car l’année 2014-2015 a été un moment d’offensive à la fois politique et commerciale de la part d’entreprises qui ont mis le pied dans l’exploitation des données. J’avais proposé cette expression pour réagir à une vague d’informations, de formations, de séminaires et de plateformes lancés autour du big data dans les grandes villes françaises. On a assisté à une grande campagne, à la fois d’information et de publicité, pour que ces entreprises commencent à faire de l’argent avec de nouveaux services.

J’avais pris l’exemple des smart cities, mais je me mets dans une position plus générale et très critique vis-à-vis de ce phénomène, pour montrer que ces promesses produisent un certain nombre d’illusions. On pourrait, certes, se mettre dans la position positive, mais celle-ci est déjà omniprésente et j’ai décidé plutôt d’explorer la phase actuelle qui est à questionner. Notre rôle de scientifiques est aussi de révéler ce qu’implique l’exploitation des données personnelles des utilisateurs. Qui en tire de réels bénéfices ? Quels sont les objectifs des entreprises et organismes publics qui en font la promotion ? S’agit-il d’améliorer la vie en commun ou d’optimiser les coûts de la vie en société ? Quelles en seront les conséquences sociales, énergétiques, et pour la vie privée de chacun ?

Entre la réalité de l’exploitation des données qui est quelque chose d’assez long et rébarbatif, et l’image que l’on en donne, il y a un écart énorme sur lequel je voulais réagir. Les discours sur le numérique semblent offrir des solutions magiques, mais ce sont des boîtes noires qui sont à explorer. Ces boîtes noires existent à la fois au niveau des discours, qui promeuvent les produits et occultent par des termes choisis des phénomènes problématiques. L'internet des objets est aussi une guerre commerciale et technologique pour l'imposition de standards propriétaires, et risque de provoquer des casse-têtes à résoudre pour les consommateurs, comme l'a souligné Bruno Sterling dans son ouvrage "The epic struggle of the internet of things". La fragilité des objets connectés a d'ailleurs été récemment démontrée par leur détournement en attaques par déni de services paralysant les plateformes du web2.0. Et puis, il y en a au niveau des machines elles-mêmes, de la façon dont elles fonctionnent. Tout est fait pour que l’on entre dans un mode lisse et sans aspérités, pour que rien ne nous arrête… et que, surtout, on ne questionne pas la conduite cybernétique que suppose en amont la gestion centralisée d’une ville, par exemple.

Par ailleurs, les objectifs affichés par ces promesses ne correspondent pour moi qu’en partie aux réalités du terrain. Le big data des smart cities promet des améliorations significatives dans la consommation d’énergie, l’économie des transports, la gestion du trafic ou la surveillance de la santé des personnes, avec une croissance de l’efficacité collective et du bien-être individuel... Or des contradictions évidentes apparaissent entre les objectifs affichés et leur bilan : on nous dit que le numérique et ses capteurs connectés disséminés dans notre environnement permettent de superviser et rationaliser la consommation d’énergie… mais on ne met jamais dans la balance le coût énergétique et écologique de l’hyperconnectivité que cela suppose. On va en dépenser dix fois plus en utilisant à l’excès des technologies polluantes : capteurs, entrepôts de données, équipements des usagers. Nous avons très peu d’études sur ce sujet et leurs résultats ne sont pas discutés dans l’espace public… et je pense que c’est intentionnel. L’université de Dresde a effectué un calcul et une projection pour ce qui est de la facture énergétique du numérique. En 2012, rien que les infrastructures de l’Internet dépassaient déjà les 2 % de la consommation mondiale de l’électricité. Et en 2033, l’Internet pourrait consommer l’équivalent de ce que toute l’humanité consommait en 2008 ! En plus, il ne faut pas détacher le bilan de l’Internet proprement dit des autres phénomènes économiques : quelle est la facture pétrolière du développement massif de la vente par correspondance et donc de l’accroissement de la circulation de cargos, avec Amazon, par exemple ? Dans d’autres secteurs non plus, on ne le dit pas : on ne sait pas combien consomme un TGV pour qu’il aille plus vite…

Tout ça fait partie de “la baguette magique du tout-connecté” qui paraît gommer les différences et donne l’illusion d’une accessibilité permanente à des services alors que, pour de plus en plus de personnes, la vie quotidienne est devenue plus difficile. Il y a des choses qu’on tait systématiquement, parce que ça glisse moins, ça fait moins plaisir de regarder le revers de la médaille. Et le revers de la médaille du tout-connecté, c’est en partie la consommation énergétique. Et pas seulement celle des sites Web, mais aussi celle du cloud avec toutes les centrales nucléaires qu’il faut faire fonctionner pour alimenter et refroidir les serveurs. Bien sûr, pour le calcul distribué aux informaticiens, aux mathématiciens, aux physiciens ou astronomes… il n’y a pas de problème : bravo, continuez avec le cloud ! Mais est-ce un bénéfice majeur pour l’usager commun que nous sommes d’avoir son courrier, ses photos, sa musique sur le cloud, alors que cela implique une consommation énergétique si importante et expose encore plus les données personnelles ?

Du côté pratique et social, on peut aussi se poser des questions : qu’apportent réellement ces solutions ? Certes, vous avez votre app (application) sur votre smartphone qui vous donne les horaires des trains en temps réel, mais les retards se sont multipliés avec des conducteurs non remplacés, une maintenance raréfiée sur les machines, des aiguillages défaillants, et des trains qui circulent à vitesse réduite pour ne pas dérailler sur des voies usagées. On nous dit amélioration de la gestion du trafic automobile, mais sans questionner réellement la multiplication du nombre de véhicules individuels ces vingt dernières années, leur fabrication, leur consommation. De plus, la valorisation des ressources logicielles entraîne une dévalorisation et une raréfaction des travailleurs de la médiation et de la maintenance. Dès qu’il y a un dysfonctionnement, on ne sait plus à qui faire appel, alors on jette...

Dans un autre domaine, on se demande comment le développement de la télémédecine – par exemple, dans les Ehpad – va affecter une relation aussi précieuse, thérapeutiquement parlant, que la relation patient-médecin ? Un fossé est en train de se creuser entre la réalité du terrain, la réalité du vécu des relations humaines, et puis ce monde où l’on participe, on collabore, on surfe… et on est loin de penser que ce ne sont que des solutions bénéfiques !

Est-ce que l’on ne rejoue pas quelque chose d’assez ancien, c’est-à-dire que l’on reprend le même problème et on le rejoue une énième fois avec l’arrivée d’une technologie polluante et consommatrice d’énergie ?

Que désignez-vous précisément par “le tout-connecté” ?

Le tout-connecté fait référence à la multiplication des machines, des périphériques informatiques chaque fois plus nombreux qui nous permettent d’être constamment connectés : smartphones, tablettes, voitures et autres objets de consommation qualifiés d’intelligents dans des discours que l’on devrait qualifier de publicitaires… Et il est important de rappeler au passage que ce n’est pas le monde en général auquel on se connecte, mais bien nos mondes à chacun d’entre nous… qui tendent même à se refermer sur eux-mêmes par le truchement des prescriptions algorithmiques.

Le tout-connecté, c’est aussi la proposition faite par Facebook à l’Inde d’offrir un accès gratuit à Internet, mais uniquement pour accéder à Facebook ! Heureusement, l’Inde a refusé. Car avec ces démarches “humanitaires”, on a plutôt la preuve d’entreprises constantes d’anéantissement de ce qui avait été appelé la « neutralité du Net » et qui défend l’idée que l’offre de connexion à Internet ne doit pas privilégier des services ou contenus spécifiques.

Ce principe fait l’objet d’attaques régulières que l’on peut aussi constater dans notre quotidien : par exemple, un fournisseur de l’Internet mobile privilégie son application d’accès à la télévision au détriment des applications des chaînes. Donc si j’accède plus vite aux informations par l’intermédiaire du portail d’un fournisseur d’accès que si je passe directement par la chaîne… c’est que la neutralité d’Internet est mise à mal !

En somme, le tout-connecté est un objectif dont il faut à la fois discuter du principe et des modalités de mise en œuvre.

L’électronique et les télécommunications occupent une part chaque fois plus importante dans le revenu des ménages. Mais les contenus et les services gratuits sont essentiels dans les pratiques, en échange de publicités et de données personnelles. Est-ce qu’on peut traiter cela comme une nouvelle forme de contrat social ? Un contrat tacite, car il est démontré que personne, ou presque, ne lit les contrats explicites.

Oui, c’est une idée ancienne à l’échelle du Web. Je ne serais pas aussi positive. C’est vrai que cette idée du gratuit est née de l’espace créé par le Web. Un espace soi-disant de non-droit… alors qu’on peut mettre du droit là où on veut, n’est-ce pas ? C’était un nouvel espace à explorer, on est à nouveau dans la colonisation ou pas loin. Les premiers arrivés sont les mieux servis… La gratuité, c’est un phénomène créé artificiellement, à mon avis, à la façon d’un produit d’appel, pour attirer un maximum de monde — je ne suis pas très positive sur ces aspects-là — et une fois qu’on les a bien captés, on en fait ce que l’on en veut. On les utilise au maximum.

C’est vrai qu’il existe du partage, je pense à la musique, par exemple. Il y a eu des secteurs où l’on peut y trouver des justifications. À partir du moment où la musique est numérisée, les coûts de distribution ne sont plus du tout les mêmes. Or j’ai observé les plateformes d’échange de musique en ligne se mettre en place… Et un acteur central comme la Fnac a mis très longtemps à installer une plateforme qui, d’ailleurs, était totalement dysfonctionnelle à ses débuts. Si on tenait à payer un morceau, on devait passer par une procédure compliquée pour déclencher un téléchargement et obtenir au final un fichier absolument illisible. Bref une catastrophe ! Alors que si les acteurs s’étaient mis à temps à ces technologies, s’ils avaient voulu exploiter ce dispositif d’une autre façon, on aurait eu des contenus pratiquement gratuits. Tout le monde y aurait trouvé son compte, parce qu’il y aurait eu une masse de téléchargements et les distributeurs y auraient fait leur profit. Alors que là, ils ont loupé le coche.

Il y a des secteurs où la notion de gratuité se justifie… Mais, pourquoi tout devrait être gratuit  ? L’idéologie du gratuit a été renforcée avec le Web 2.0 qui nie l’économie de la création. Paradoxalement, cela transforme les citoyens en consommateurs qui exigent d’une certaine façon que tout soit gratuit. Ils pensent que cela leur est dû, et cela transforme une attitude de vie en… « on veut ça, on a droit à ça ». Dans d’autres domaines, cette attitude est clairement problématique. Par exemple, à propos des assurances et du big data, on en vient à penser : « Pourquoi je paierais une prime d’assurance ? Je ne suis pas malade, je ne suis pas cardiaque… » Et de fil en aiguille, on pourrait arriver à la fabrication des humains avec un formulaire : « Je veux ci, je veux ça, j’y ai droit… » C’est une posture liée à des possibilités techniques qui peuvent être extrêmement lourdes de conséquences.

Comment comprendre le fait que des acteurs comme Google s’investissent à la fois dans les voitures, dans la médecine, dans l’informatique, dans des services le plus souvent gratuits chaque fois plus nombreux. Quelle est la logique, la cohérence, de cette stratégie de diversification ?

Google est une machine à innover. Pourquoi resterait-elle dans le numérique ? De toute façon, le numérique révolutionne des secteurs industriels entiers, comme la chimie.

Le fonctionnement interne de Google, c’est « une journée par semaine pour la recherche, pour n’importe quel employé. » Google est une entreprise publicitaire : son activité, c’est le placement de publicités en fonction des profils d’utilisateurs. Pour placer de la publicité et collecter des profils d’usage chaque fois plus fins et complets, il faut pouvoir croiser les traces entre de nombreux services et plateformes participatives. C’est ça qui permet à Google de dégager de la valeur. Cette entreprise suit donc la règle des “trois V” du big data : Vitesse + Volume + Variété = Valeur. C’est en captant en temps réel et en continu, des masses de données faramineuses et en même temps hétérogènes et qu’on peut recouper que l’on en est venu à penser le big data comme le pétrole du XXIe siècle. C’est ce qui fonde l’empire des GAFA.

  • 2 Rouvroy Antoinette, Berns Thomas, « Gouvernementalité algorithmique et perspectives d'émancipation. (...)
  • 3 Chartron G., Broudoux E. (dir.). « Open data, big data : quelles valeurs, quels enjeux ? ». Actes d (...)

Les usages du big data dépassent évidemment le monde des entreprises et l’on parle déjà d’une « gouvernementalité algorithmique »2 qui suppose une interconnexion des bases de données étatiques et s’appuierait sur les leçons et les prédictions dans une étape encore plus poussée du « gouvernement par les chiffres » que l’on connaît déjà de longue date. Par contre, pour des acteurs moins hégémoniques et diversifiés en termes de domaines d’activité, cette équation des “trois V” passe par l’ouverture des données. Lors de la 5e conférence « Document numérique et société » à Rabat sur la valeur dans le big data3, j’ai été surprise par le renouveau de la critique des discours s’appuyant sur la « transparence » : il faut que les données soient accessibles (open data) pour pouvoir recouper des bases de données, et élaborer de nouveaux modèles de fouille et de prescription d’un réel réinventé. Il y a toute une idéologie des « savoirs vrais », fondés sur l’objectivité apparente des données. Mais, comme chaque scientifique est censé le savoir, les « données » ne sont jamais données proprement dites, mais résultent de processus arbitraires de construction, qu’il faut maîtriser. Ce que les formes de collecte propres au big data ne permettent pas du tout de prendre en considération. Pour contourner ce problème majeur, les exploitants du big data supposent souvent que les biais de collecte des données peuvent être corrigés par leur masse, et que la « moyenne » s’approche de la vérité.

Le calcul à tout va mène d’ailleurs à une grande remise en cause des pratiques et des paradigmes scientifiques autour de la prédiction. Certains vont jusqu’à annoncer la fin de la théorie, voire des sciences fondamentales, au profit d’un savoir « pragmatique » résultant d’analyses de corrélation entre des données pourtant collectées de façon très questionnables (hétérogénéité, pas de représentativité, pas de recherche de causalité) et sans aucun contexte, affect ou recherche du sens.

Mais pour revenir à Google et à sa nouvelle organisation Alphabet, le commun des mortels a une idée extrêmement réduite des pouvoirs possédés par l’intelligence économique. Bruxelles, où siège le Parlement européen, est réputée pour être la capitale mondiale où les forces d’intelligence économique sont les plus présentes et la totalité des « agences gouvernementales » représentant les États-Unis y est présente... Google y a aussi ses agents. Autre exemple : nous venons d’être équipés, au Cnam, du dispositif de messagerie Microsoft 365 et de son système de gestion documentaire, cela me paraît être un retour en arrière par rapport aux possibilités des logiciels libres qui autorisent une certaine indépendance … Cela résulte tout simplement des campagnes que Microsoft mène depuis plusieurs années au sein des ministères… mais Google aussi ! Il y a même une liste de l’action de Google dans les différentes instances du gouvernement (voir l’article de Numerama du 7 juin 2016). Ils font du conseil, ils sont déjà placés, en fait, à tous les niveaux stratégiques de l’organigramme politique. Et ça, tous les acteurs économiques qui peuvent se le permettre, le réalisent.

De la même façon que l’écologie a émergé comme un sujet politique majeur, notamment grâce à l’organisation de la société civile, il va falloir se mobiliser pour que le numérique le devienne aussi…

C’est clair qu’il va falloir qu’il y ait une réappropriation citoyenne de ces questions. Car pour l’instant, cette influence sur le politique semble ne venir — en France du moins — que de la part de l’intelligence économique.

Dans vos travaux, vous vous intéressez à ce qui semblerait être une autre « baguette magique » : la multiplication des plateformes collaboratives…

Oui, par exemple, je me suis penchée il y a quelques années sur les pratiques collaboratives dans les musées et les bibliothèques, lorsqu’on a commencé à numériser des collections, ouvrant au public des possibilités de les commenter en ligne ou de contribuer à les ficher. Et je me suis aperçue qu’un certain nombre de projets avait mis en place des outils sophistiqués de collecte de données et de participation du public. Mais ces plateformes étaient rapidement désertées par les usagers après leur mise en ligne, car une fois en place, elles étaient censées s’animer toutes seules. Mais c’est une illusion, si on ne prévoit pas les ressources humaines nécessaires à leur animation... Alors on se rend compte que le recours au numérique est trop souvent pensé comme une solution magique permettant de faire des économies de personnel.

Par ailleurs, il y a des problèmes de participation et de collaboration liés à leur propre conception et à « l’impensé » de ce qu’est la « collaboration ». J’ai donc cherché à comprendre ce qu’est la collaboration, par opposition à d’autres formes d’interaction et, en particulier, la participation et la coopération. Je ne suis évidemment pas la seule à travailler sur ces aspects définitoires. Différentes écoles, laboratoires s’y attachent. Il me semble important de distinguer la participation, le ressort sur lesquelles s’appuient ces plateformes dites collaboratives alors qu’en fait, la plupart ne le sont pas du tout  : l’objectif est plus souvent de rassembler un maximal de personnes pour des activités qui relèvent du partage d’informations, d’avis, de documents. Participer consiste à prendre part à une initiative en acceptant des règles et en se conformant à des attendus. Si vous posez un commentaire critique dans un blog, vous participez à son dispositif éditorial. Si vous ajoutez une vidéo sur Dailymotion ou éditez les métadonnées sur l’image d’une plateforme de photos, vous participez à son dispositif.

Un nouveau mot est à la mode : le coopérativisme. Les Anglo-Saxons commencent à le découvrir ou du moins, à le redécouvrir. La coopération, c’est encore autre chose : si vous coopérez, vous contribuez à une œuvre commune tout en respectant une hiérarchie et une division des tâches, sans remettre en cause les objectifs communs. Mais l’expression la plus courante est celle de plateforme collaborative. Et « collaborer » est encore différent, car cela suppose une implication accrue dans la gestion et l’accomplissement des tâches, y compris en allant jusqu’à discuter et remettre en cause les règles. Sur une plateforme collaborative, les commentaires des participants peuvent être conduits à modifier ou à adapter la plateforme elle-même, ses objectifs et son fonctionnement.

Dans le contexte de captation des usages du Web par les différentes formes de plateformes, il y a eu en réalité très peu d’exemples proprement collaboratifs. Il est vrai qu’au départ — et on aurait dû les conserver — il y avait des exemples d’usages de plateformes où, quand l’initiateur modifiait les règles de fonctionnement, les usagers réagissaient et faisaient des campagnes pour rétablir des fonctionnalités ou possibilités. Cela a même été le cas aux débuts de Facebook ou Reddit. Et, il y a même eu des retours en arrière, même si ces remises en cause collaboratives avaient trait à des usages un peu douteux comme la disparition des liens pour cracker des films… Mais le mode de fonctionnement était bien, dans ce cas, d’ordre collaboratif : les règles étaient collectivement discutées.

Pour moi, une vraie plateforme collaborative serait une plateforme qui se modifierait suivant les intérêts des personnes en place. Elle s’auto-adapterait à l’usage qui en est fait. Je pense qu’on n’est pas loin de cette possibilité. Mais là aussi, c’est une volonté politique qui manque.

Quelle importance doit-on accorder au développement de ces modes d’interaction ?

Je suis plutôt d’avis que tout doit s’ancrer dans le réel de la vie quotidienne. Cette histoire de partage, de coopération, ne peut prendre sens que s’il y a quelque chose qui se modifie dans toutes les dimensions de la vie des gens.

On a l’impression qu’on assiste à une sorte de basculement massif de la vie sociale dans le numérique. Par exemple, je me lance dans une activité pour fabriquer du pain. Et je vais m’appuyer sur le Web pour le faire. N’ayant jamais touché de farine de ma vie, je vais me mettre sur une plateforme collaborative pour regarder des conseils, des vidéos, y poser des questions. Et après je me mets dans mon coin… Est-ce que ça c’est possible ? Moi je serais plutôt d’avis que l’échange se fasse en interaction de visu avec les autres. Et on peut toujours s’appuyer sur des supports du Web.

Ça peut paraître vieux jeu… Mais lorsqu’on constate les excès auxquels nous mène cette course en avant du tout-connecté, qui est toujours forcément mieux, par principe, je m’interroge. On en est, par exemple, arrivés au comble de la « couche connectée » avertissant les parents des besoins du bébé, alors que l’enfant dès son plus jeune âge sait communiquer à ce propos : il pleure ! Cela juste pour indiquer que les promesses du tout-connecté suivent avant tout une logique de l’offre, sous couvert de répondre rationnellement à des besoins.

Les écrans et l’Internet ont un effet paradoxal : ils nous relient, mais ils nous isolent aussi en même temps. On est moins présents avec les gens qui nous entourent. La réalité augmentée, par exemple, nous renseigne sur notre environnement, mais c’est aussi une forme de filtrage, de réduction du monde qui nous entoure : le GPS nous facilite la vie en nous donnant un chemin fiable, mais il réduit l’intérêt de chacun à se repérer directement, à lire un paysage. Dans la pratique, il y a une sorte de transitivité du tout-connecté : le smartphone fait le lien entre différentes activités (trouver son chemin, faire ses courses, jouer, éduquer ses enfants, etc.).

Autre paradoxe du tout-connecté, il concerne cette fois la médiation automatisée. Un grand nombre d’intermédiations humaines risque de disparaître à court terme, dès que ces dernières sont automatisables. Et ceci, pour des choix politiques : on nous chante les louanges du numérique pour la croissance et on promeut moteurs de recommandation, plateformes d’échanges de consommation collaboratives, calculs d’autorité… Mais il existe des dangers très importants dans les différentes offres émergentes qui ont été qualifiées d’ubérisation de l’économie : d’une part, l’automatisation fait disparaître des interlocuteurs humains, professionnels et compréhensifs, pouvant faire face à des scénarios non prévus, capables d’improvisation. Donc on a une baisse de qualité des services. De l’autre, on va devoir faire face à de gros problèmes de destruction des emplois, mais aussi de transformation du droit du travail : couverture sociale, assurance, salaire, dumping social… Voyez, par exemple, le prix de la tâche sur la plateforme de crowdsourcing Amazon Mechanical Turk !

Mais alors, est-ce que ce tout-connecté est un processus inéluctable ? Doit-on y poser des limites ? Et quel rôle le scientifique doit-il jouer dans la définition de ces limites ?

En sciences de l’information et communication, la question se pose encore plus, peut-être, que dans d’autres domaines, étant donné qu’il s’agit d’une discipline qui se définit par un champ thématique où les médias, les supports documentaires sont centraux. Théoriquement, on devrait être aux premières loges des phénomènes de communication de masse. Des professionnels, des scientifiques de la communication se sont déjà chargés de formuler des mises en garde. Mais comme dans n’importe quel métier ou activité, on se doit de réagir aux dangers. Sur le plan scientifique, c’est peut-être l’un des enjeux majeurs des transformations actuelles.

Ce que je souhaiterais, c’est que les scientifiques agissent de façon beaucoup plus responsable à propos de leurs recherches, notamment en les exposant plus systématiquement au public. Beaucoup de recherches ont des effets importants sur la vie des hommes et il faut anticiper, ou du moins s’interroger longuement sur la portée non seulement matérielle, mais symbolique de ces innovations. La trituration du génome, par exemple, est extrêmement sensible et les conséquences de chaque manipulation peuvent être irréversibles.

Cette question s’ancre aussi dans l’évolution de nos pratiques scientifiques. On a des objets de recherche fascinants, qui nous interpellent, nous motivent pour enquêter ou penser. Mais avec le développement des financements par projets à court terme et leurs taux d’échec très importants, on incorpore progressivement des logiques qui nous sont imposées.

Personnellement, j’ai cessé de monter ces projets, après en avoir vu refuser un certain nombre… Franck Ghitalla en avait fait l’une de ses premières études. Cet enseignant-chercheur de l’université de Technologie de Compiègne a largement participé au montage d’équipes d’ingénieurs qui ont fondé des outils d’observation du réseautage social (RTGI, Linkfluence, Gephi…). Il a réalisé une étude sur les projets ANR et s’est aperçu que ceux qui évaluaient les projets ANR étaient, en fait, les mêmes qui proposaient ensuite des projets ANR. Ça peut avoir sa logique, mais on a quand même une espèce de circuit vicieux qui s’était mis en place où les évaluateurs étaient des porteurs de projet. Et il a démontré le même processus pour d’autres domaines…

Il est utile de revoir l’histoire des sciences pour comprendre comment on faisait de la science avant et aujourd’hui. Pendant la période du XVIIIe au XIXe siècle, les expériences scientifiques se réalisaient avec le public comme témoin. La population parisienne se rassemblait par milliers ou dizaines de milliers, ce qui était énorme à l’époque, pour assister à des expériences publiques. Même si c’était de loin, les gens étaient là pour voir, commenter, critiquer. La science et ses retombées applicatives s’effectuaient en public. Depuis, elle s’est enfermée dans les laboratoires et ses circuits académiques… Et je pense qu’elle fonctionne trop en autonomie actuellement. C’est une autonomie paradoxale, car en même temps, il existe une énorme pression pour faire des recherches applicatives.

On assiste à une réactivation de la catégorie « critique » dans les sciences de l’information et communication (sociologie critique, critique des humanités numériques, réactivation de traditions critiques plus anciennes). Comment percevez-vous ce phénomène ?

La catégorie critique, en général, participe de cette binarité que l’on peut observer. Certains vont pourfendre le progrès technique et d’autres vont surfer dessus et considèrent que cela peut nous aider à nous autodéterminer. Le danger est de voir l’un sans regarder l’autre. Il nous faut parvenir à fabriquer un regard multifacette.

Mais je dirais que la réactivation d’une posture critique est plutôt un bon signe, cela impose de la réflexivité à la pratique scientifique : « qu’est-ce qu’on est en train de faire ? » Dans le domaine de l’information et communication où je suis arrivée assez tardivement, vers 2000, il y avait alors un vaste rejet d’Internet en général, par ceux qui allaient devenir mes collègues. Internet était le lieu de tous les dangers. Après cette phase de rejet, ce fut une phase d’appropriation. C’était « le tournant du numérique » : tout le monde s’est mis à l’étudier, à étudier les mêmes objets, à croire que plus rien d’autre n’existait. Maintenant c’est peut-être la troisième phase : celle où on peut faire le point entre ces deux premières phases. C’est plutôt un signe de bonne santé, de maturité, permettant d’articuler les différentes approches.

Mais la posture critique, c’est aussi facile, c’est se mettre un peu en dehors pour avoir des attitudes normatives : « ça c’est critiquable » ou pas. Mais je pense surtout que ce sont des phases de prise de distance, de réflexivité. Il faut qu’on se regarde nous-mêmes dans nos propres pratiques avant d’aller critiquer ce que d’autres font… Je prépare justement une publication sur le champ scientifique, après un colloque sur l’autorité. Et j’ai été amenée à relire Bourdieu, car je trouve qu’on ne regarde pas assez la façon dont on fonctionne. Si déjà on était un peu conscients, si on prenait de la distance par rapport à notre pratique, je suis sûre que cela fonctionnerait mieux, cela serait plus léger. C’est la première règle. Ce n’est qu’ensuite que l’on pourrait commencer à élaborer une posture critique sur des objets de recherche eux-mêmes.

La recherche française est très autoréférencée, en sociologie comme en sciences de l’information et communication. Y a-t-il une spécificité française de la recherche en information et communication ? Le retour de la posture critique ne serait-il pas aussi une réaffirmation de la tradition française, du moins en sociologie ?

Une grande différence existe avec la recherche nord-américaine, parce que nous, par exemple, nous sommes labellisés “information et communication”. Alors qu’aux États-Unis, ces champs sont séparés : les sciences de l’information et des bibliothèques d’un côté, et les sciences de la communication de l’autre ; ce sont bien deux disciplines différentes, alors qu’ici elles sont rassemblées. Des problèmes d’identité au sein de cette discipline se posent notamment pour savoir de quel côté on est… En plus, elle est toute jeune et pour l’instant, ça demeure une discipline scientifique en construction avec des méthodes, des traditions et des paradigmes spécifiques. On sera plus anglophone du côté des sciences de l’information : si j’ai un état de l’art à faire, je vais effectivement plus regarder ce qu’ont effectué mes collègues qui publient en anglais.

Après des problèmes de compétences linguistiques peuvent subsister. En France, on est capables de lire, mais plus rarement d’écrire dans un bon anglais… Pour le coup, des idées importantes auraient pu être exprimées en anglais depuis longtemps, si on avait mieux maîtrisé la langue.

Mais il ne faut pas tomber dans l’extrême inverse : par exemple, au Dicen-Cnam, nous avons eu l’occasion d’organiser, à l’université de Zagreb en Croatie, la 4e conférence « Document numérique et société ». Les collègues de cette université avaient adhéré au processus de Bologne. Ils communiquaient et publiaient tous en anglais tout en nous expliquant que cela risquait de poser un jour ou l’autre un problème notamment qu’il n’y ait plus rien d’écrit en croate ! Car il ne faut pas perdre de vue les spécificités eurorégionales, continentales, de la langue. C’est une diversité à préserver, y compris sur le plan scientifique.

De plus, d’une tradition linguistique à une autre, on n’écrit pas de la même manière. En sciences de l’information, la façon dont sont écrits les papiers nord-américains est vraiment stéréotypée. Une fois qu’on a délimité le corpus à étudier, la démonstration se réalise presque mécaniquement. Nous, on ne fonctionne pas du tout de cette façon…

Alors, je m’intéresse justement aux modifications de la publication dans ce travail en cours sur le champ scientifique, notamment à travers Dokielli, le système de publication scientifique « sémantisé » de Sarven Capadisli. C’est à la fois d’une grande ouverture avec la richesse des références, de « l’écrilecture », de l’anticipation sur l’appropriation des lecteurs des publications scientifiques. Mais c’est aussi une normalisation extrêmement importante à venir. L’article scientifique se normalise de plus en plus, avec l’accès aux données : les éditeurs scientifiques ont déjà bien formaté les publications, l’accès aux résultats et aux données pour reproductibilité de ceux-ci. Et c’est une contrainte importante. Mais avec la prochaine vague de normalisation, on va quasiment écrire dans un formulaire. On risque de subir le même processus par lequel les journalistes sont passés, quand ils ont quitté le traitement de texte pour écrire dans des systèmes de gestion de publication et qu’ils ont dû eux-mêmes réaliser le « secrétariat de rédaction ». La publication formatée ne facilite pas le cheminement de la pensée… Et ce n’est pas pour rien que les Nord-Américains passent leur temps à citer les travaux des Européens, et notamment Foucault et l’École critique. La science a aussi besoin de sortir des cadres normatifs pour pouvoir avancer.

Haut de page

Notes

1 La smart city ou ville intelligente désigne une ville qui exploite la technologie et l’innovation pour rendre plus efficace l’utilisation des ressources et réduire notamment la taille de l’empreinte écologique.

2 Rouvroy Antoinette, Berns Thomas, « Gouvernementalité algorithmique et perspectives d'émancipation. Le disparate comme condition d'individuation par la relation ? », Réseaux, 1/2013 (n° 177), p. 163-196. URL : http://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-1-page-163.htm.

3 Chartron G., Broudoux E. (dir.). « Open data, big data : quelles valeurs, quels enjeux ? ». Actes de la 5e conférence « Document numérique et Société ». Rabat. DeBoeck/Information & Stratégie, octobre 2015, 282 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vassili Rivron et Cécile Dolbeau-Bandin, « La baguette magique du tout-connecté. Entretien avec Évelyne Broudoux », Terminal [En ligne], 119 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://terminal.revues.org/1552 ; DOI : 10.4000/terminal.1552

Haut de page

Auteurs

Vassili Rivron

MADYNES / Inria, 615, rue du Jardin Botanique, 54 600 Villers-lès-Nancy, 06 50 83 29 84, vassili.rivron@inria.fr

Articles du même auteur

Cécile Dolbeau-Bandin

Université de Caen, Esplanade de la Paix, 14000 Caen, cecile.dolbeau@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org