Skip to navigation – Site map
Us et abus de l'Internet
Libres propos

Us ou abus… pour le sociologue, la réalité sociale est grise. Entretien avec Rémy Rieffel

Vassili Rivron and Cécile Dolbeau-Bandin

Abstract

Rémy Rieffel est professeur en Sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 2 Panthéon-Assas et sociologue des médias. Il est directeur du Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (Carism) et enseignant à l’Institut français de presse (IFP) de l’université Paris II. En s’appuyant sur une enquête menée entre 2009 et 2012, Rémy Rieffel nous présente l’évolution des modalités d’accès aux médias d’information d’actualité. L’approche statistique et qualitative ne semble pas indiquer d’évolution brutale dans l’accès à l’information d’actualité, du moins si l’on considère les paramètres sociodémographiques classiques.

Top of page

Index terms

Top of page

Full text

Pour aborder la problématique de la journée d’étude “Us et abus de l’Internet”, vous avez choisi de rendre compte de certains résultats de l’enquête que vous avez dirigée avec Josiane Jouët, sur les pratiques d’information des Français. Pourriez-vous nous en parler ?

  • 1

C’est une enquête qui a été menée ici, par le laboratoire Carism et dont la publication a été codirigée par Josiane Jouët et moi-même1. Elle a eu lieu entre 2009 et 2011, avec un prolongement en 2012. Nous sommes aujourd’hui en 2016, et en quatre ans les choses ont pu évoluer. Mais globalement, les grandes lignes de ce que nous avions dégagé me semblent toujours pertinentes. Simplement, il y a eu peut-être une accélération, une intensification d’un certain nombre de pratiques.

Cette étude avait essentiellement deux objectifs : le premier était d’essayer de comprendre comment, en raison de l’essor des nouvelles technologies numériques, les Français aujourd’hui s’informent. C’est-à-dire, sur quels supports, selon quelles modalités et comment ils faisaient le lien entre les médias dits traditionnels ou classiques, et les médias dits numériques. Le second objectif était plus précis et visait à observer comment le rapport à l’information d’actualité se combine avec un engagement citoyen, ou en tout cas, avec une forme d’engagement dans le débat de la cité. Donc nous avons pris l’angle volontairement restreint du rapport des Français avec l’actualité politique nationale et internationale. Il me semble important de le préciser parce qu’on ne peut pas totalement extrapoler à d’autres types de thématiques d’actualité.

Pour y parvenir, nous avons combiné l’analyse de contenus de sites en ligne et de plateformes avec une enquête sociologique. Un certain nombre d’entre nous a travaillé sur l’observation en ligne des sites des médias du type le forum de France 2, lemonde.fr, http://lepost.fr/​, ainsi que celui de l’émission de radio de France Inter, qui a aujourd’hui disparu, et qui s’appelait “Là-bas, si j’y suis“ (http://labas.org/​). Il y a donc eu des captures d’écrans et l’analyse des commentaires, des réactions face à l’actualité. Nous avons également observé en détail les pages internationales Facebook de huit médias. D’autres d’entre nous ont mené une approche de terrain, qui a consisté à réaliser de nombreux entretiens avec un petit échantillon de la population française, plutôt d’Ile-de-France. Mais pas uniquement, parce que nous avons aussi travaillé en Bretagne et dans le sud-ouest de la France, notamment. Nous avons surtout réalisé des entretiens individuels pour interroger ces personnes sur leurs pratiques d’information et leur rapport à l’actualité. Mais aussi des entretiens en focus group — d’amis, de gens qui se connaissaient —, c’est-à-dire des groupes de 4 à 7 personnes qu’on enregistrait, qu’on filmait et qu’on interrogeait sur différentes thématiques liées à l’actualité. Le fait d’avoir réalisé à la fois de l’observation en ligne et de l’enquête de terrain, cela a permis d’aller un peu plus loin que les approches traditionnelles. Voilà, rapidement, pour la méthodologie. Les grands résultats, auxquels nous sommes parvenus montrent que d’un côté il y a des permanences ou des continuités dans les pratiques d’information. et que d’un autre côté, évidemment, il y a des inflexions, voire quelquefois des ruptures, dans les manières de s’approprier l’information.

En ce qui concerne les continuités, nous avons constaté qu’il y a une persistance de ce que nous avons appelé des routines d’information, des habitudes qui sont bien ancrées dans les pratiques des gens. Il y a toujours, chez une bonne partie de la population, un rapport assez important à l’information télévisuelle. Au moment où nous avons effectué cette enquête, la télévision restait le média d’information principal des Français. Ce n’était pas Internet. En 2016, cela commence probablement à basculer, mais à l’époque ce n’était pas encore le cas. Donc des routines, avec des rituels, des habitudes familiales, des habitudes de visionnage entre amis, qui ont été parfois modifiées, mais pas totalement bouleversées. Les Français combinent en fait de plus en plus l’information lue, vue ou entendue dans les médias traditionnels tels que la presse écrite, la radio ou la télévision et l’information captée sur des sites d’information en ligne ou sur des réseaux sociaux. Il y a une complémentarité très nette entre les deux modes d’accès à l’information.

L’autre continuité, qui n’est pas vraiment une surprise mais simplement une confirmation, c’est le poids important des variables traditionnelles que sont celles de l’âge, de la profession, ou du niveau d’études. Le rapport à l’information d’actualité, malgré l’essor des nouvelles technologies et des nouveaux supports, reste socialement très distribué. Un exemple très simple : on a pu voir que chez les membres des classes populaires, les pratiques d’information, notamment télévisuelle, restent ancrées dans des formats courts. Alors que chez ceux des classes dites supérieures, il y a une lecture de l’information qui est beaucoup plus exigeante et avec des formats longs, approfondis. Rien de nouveau en soi. Au niveau de la variable de l’âge, il y a toutefois des évolutions : on voit très bien que chez les jeunes, essentiellement les 16-24 ans, le rapport à l’information passe de plus en plus par les réseaux sociaux alors que les personnes plus âgées sont davantage axées sur les médias traditionnels.

À propos des continuités, un point que nous avons effleuré, sans vraiment l’approfondir, c’est le poids de la profession. C’est un sujet sur lequel on n’a pas beaucoup travaillé jusqu’à présent en France. On s’est rendu compte, en interrogeant certains de nos interlocuteurs, qu’il y a des professions touchant notamment aux mondes de la communication, du marketing, de la publicité, du journalisme, de l’audiovisuel qui sont hyperconnectés, hyperbranchés, qui ont des pratiques multitâches en matière d’information. Ces professionnels sont sur plusieurs écrans à la fois et sont donc à la pointe, à l’avant-garde. Cela devient un argument de reconnaissance professionnelle fort pour eux. Nous nous sommes dit que ce critère de la profession devrait peut-être être élargi et étudié dans le détail pour voir ce que cela donnerait dans d’autres types de profession : la santé, la justice, l’enseignement, les professions intellectuelles, artistiques, etc. Ce n’est pas en soi une surprise : il y a toujours eu des pionniers en matière d’usage des innovations technologiques, des avant-gardes qui sont là aussi socialement assez clairement définies, qui ont un certain type de profil.

En ce qui concerne les inflexions et les ruptures, on peut premièrement souligner le fait que dorénavant de plus en plus de gens s’informent en utilisant les médias en ligne, les pure players ou les réseaux sociaux, et que cela induit par définition un élargissement du répertoire d’usages de l’information. On n’est plus dans des schémas classiques, traditionnels : il y a une diversité de l’offre qui fait que les pratiques sont plus labiles, plus flexibles, plus ouvertes. Cela se voit quasiment partout, avec des nuances d’intensité selon les catégories sociales. Mais c’est un élargissement des répertoires d’usage de l’information qui est frappant. J’ajoute qu’il y a un autre aspect qu’on oublie trop souvent, c’est la matérialité du support qui a des effets sur la lecture et l’appropriation de l’information. On n’est pas dans un monde totalement hors-sol et on a été confrontés au fait que certaines personnes utilisant des ordinateurs ou des tablettes sont déstabilisées par le déroulement, le scrolling, etc., qui imposent un processus d’adaptation qui ne leur paraît pas évident. Certaines d’entre elles éprouvent également des difficultés à identifier la fiabilité ou la crédibilité de l’information en ligne. Elles ne savent pas d’où elle vient… d’ailleurs certaines d’entre elles ne s’y intéressent même pas. Donc dès qu’elles tombent sur quelque chose, sur Facebook ou sur un autre réseau social, elles regardent et cela entraîne des conséquences dont on reparlera. Et puis il y a des personnes qui ont des lectures extrêmement cursives, des lectures interrompues. D’autres sont gênées par les publicités qui clignotent ou les rubans défilants, etc. Donc il y a énormément de pratiques différentes dans l’appropriation des informations sur écran. L’information d’actualité par Internet impose un système de contraintes qu’elles ne maîtrisent pas totalement ou en tout cas de façon inégale. Il ne faut donc pas oublier ces multimodalités d’appropriation lorsqu’on se penche sur les usages contemporains des médias.

Le deuxième constat concernant les ruptures, c’est que le fait d’avoir accès à des informations immédiatement et en continu a visiblement un impact sur les formes de sociabilité. La sociabilité traditionnelle que l’on connaissait à travers nos amis et nos rencontres, au sens physique du terme, cette sociabilité se déplace de plus en plus en ligne et l’on voit que le rapport à l’actualité devient un rapport fondé sur le partage, le commentaire, l’échange. Et cet échange élargit le nombre de personnes avec lesquelles on discute de l’actualité. On discute toujours avec des amis proches ou des collègues, mais beaucoup plus aussi avec des personnes qu’on connaît moins bien. Et donc se met en place ce qu’on a appelé une sociabilité conversationnelle de l’actualité qui me semble être, là vraiment, une nouveauté. On prend davantage position, on n’hésite pas à donner son avis, souvent d’ailleurs de matière brutale et un peu intransigeante. Mais, du coup, le rapport entre les considérations d’ordre privé et les considérations d’ordre public est un petit peu brouillé. Nous pensons notamment que dans le rapport à la politique, aux opinions politiques, cela a un impact.

Troisième point concernant les changements ou les inflexions. Il faut d’abord rappeler qu’Internet, en termes d’usages, n’est pas un outil qui sert essentiellement à s’informer. C’est avant tout un outil qui sert à se divertir, à se renseigner pour obtenir des informations pratiques, faire des repérages, aller sur Leboncoin, commander une pizza, etc. ; et ensuite seulement à s’informer à propos de l’actualité. Les gens utilisent aussi prioritairement Internet pour discuter, pour s’exprimer, c’est un média dit « expressiviste ». Nous pensons que malgré un certain nombre de difficultés, on voit peu à peu émerger une forme de quête de lien social, une parole politique au sens large, qui est plus répandue qu’auparavant. D’une certaine manière, le Web est une arène où l’on exprime ses opinions par rapport à l’actualité et où l’on prend souvent position. Et ceux qui expriment leur opinion politique à propos de l’actualité ne sont pas forcément toujours des membres de classes supérieures. On s’est rendu compte que beaucoup d’intervenants sur les plateformes ou les pages Facebook des médias étaient des personnes plutôt issues de classes moyennes, ou des personnes en déclassement social qui avaient envie de dire des choses qu’elles n’entendent pas ou qu’elles ne voient pas ailleurs. C’est une forme de parole libératoire. C’est une parole qui essaye aussi d’élargir la mise en discussion de l’actualité. Une parole profane, si vous voulez, qui est souvent très critique, très dure à l’égard des institutions établies et du monde politique. Enfin, dernière remarque, pour une petite minorité d’entre elles, ce rapport à l’actualité sur les médias sociaux, c’est aussi une forme de vigilance citoyenne : cela permet de vérifier ce que disent les journalistes en qui on n’a pas confiance, de vérifier la fiabilité de la parole politique et d’échanger à ce sujet.

Comment est-ce que ces transformations peuvent affecter les dynamiques de l’opinion proprement dites ?

Nous nous sommes appuyés sur les travaux de Pierre Rosanvallon qui évoque dans certains de ses ouvrages la montée en puissance des médias numériques et considère lui aussi qu’on assiste à un élargissement de la prise de parole par rapport à la parole des représentants officiels, des élus, des élus syndicaux, voire des journalistes en qui on n’a plus confiance. Et de ce point de vue, la constitution de ce qu’on peut appeler un peu rapidement l’opinion publique est un peu modifiée. À côté des principes habituels de représentativité qui fondent une démocratie, on a basculé, me semble-t-il, dans une démocratie d’opinion. Cette démocratie d’opinion est caractérisée par la montée en puissance des sondages, ce que l’on sait depuis très longtemps. Et maintenant, par la montée en puissance de la parole des profanes qui se font davantage entendre grâce à Internet, qui interviennent sur de très nombreux sujets et qui donnent leurs points de vue. D’où une certaine cacophonie qui est encore difficile à analyser. À ce stade, on observe des discussions qui partent dans tous les sens. Et nous, cela nous a frappés sur les plateformes dont on observait les commentaires : il y a des tonalités, des intensités, des styles de parole très variables. Cela va de l’engueulade pure et simple, de l’agressivité gratuite à la volonté de modération.

Je pensais à la figure de l’arène que vous avez mobilisée, on a justement l’impression de ne pas cerner quelle est l’arène à laquelle on s’adresse…

Ce sont souvent des débats fort peu construits, car c’est l’émotion, la réactivité qui priment. C’est une parole qui se libère : “j’ai besoin de dire ce que je pense, donc je le dis”. Quitte à ne pas comprendre autrui, à ne pas écouter les autres. Il y a une forme d’intolérance sur certaines de ces plateformes et de ces réseaux sociaux. Mais en même temps, c’est une soupape qui permet à des gens qui ne se sentent pas représentés, pas écoutés, de prendre position.

Mais il ne faut pas totalement généraliser, parce qu’il y a tout de même des endroits où les propos sont un peu plus posés, où des arguments s’échangent. C’est par exemple le cas sur des sites du style lemonde.fr où on observe une modération prise en charge par les journalistes qui retiennent certaines choses, qui cadrent les échanges. Mais en dépit de ces imperfections, je trouve qu’Internet et les réseaux sociaux permettent de faire entendre ce qu’on a appelé “la parole des sans-voix”, la parole des gens qu’on entend pas ou peu dans les médias traditionnels. Car il ne faut pas se leurrer : le public qu’on voit à la télévision ou que l’on écoute à l’antenne est souvent moyennement représentatif. Les intervenants sont sélectionnés sur un certain nombre de critères de télégénie, d’élocution, etc. Or sur le Web, vous n’avez pas ce contrôle ou très peu. Même si vous avez une parole qui est maladroite, vous pouvez l’exprimer. Cela change donc un peu la donne : les arènes de prise de parole se multiplient.

Alors, quelle est l’incidence de tout cela sur le fonctionnement démocratique ? Est-ce que cette expressivité du Web améliore la discussion, le débat  ? Je dirais que cela reste encore assez flou, à ce stade. On a du mal à voir par moments sur quoi cela débouche : s’agit-il d’une nouvelle forme de participation et d’engagement démocratique ? Les études réalisées dans de nombreux pays à ce sujet aboutissent à des résultats souvent contradictoires Mais on sent bien que la parole politique, au sens noble du terme, n’est plus simplement réservée aux représentants traditionnels.

Peut-on penser qu’il y a une dimension proprement émancipatrice de l’Internet ? Comment doit-on penser l’engagement des publics dans la coconstruction de l’actualité ?

L’idée de l’émergence d’une parole émancipatrice me paraît paradoxalement à la fois juste et fausse. Il y a une ambivalence dans ce type d’analyse. Oui, il y a indéniablement une parole émancipatrice qui s’entend, qui se voit davantage, qui circule davantage. Cela se voit sur un certain nombre de sites, de plateformes, de réseaux. Mais cela reste quand même circonscrit à une certaine catégorie de la population. Ceux qui parlent d’actualité et d’actualité politique en ligne, c’est une minorité de personnes, il faut le rappeler. Cela fait longtemps que cela a été démontré par un certain nombre de chercheurs : pour s’intéresser à la politique, il faut une certaine compétence. Ça ne s’improvise pas : il y a des codes, des clés, des connaissances qu’il faut acquérir. On sait bien que cette pratique est socialement distribuée. Alors est-ce qu’Internet et les réseaux sociaux permettent à des gens qui a priori ne se déclarent pas intéressés par la politique, de le faire ? Oui, mais à la marge… Ou peut-être un peu plus chez les jeunes. Mais cela serait à vérifier.

Donc oui, il y a une parole libératoire, une certaine forme d’émancipation sur le Web que je ne nie absolument pas. Mais elle ne pèse pas autant qu’on pourrait le penser, dans le jeu institutionnel. Un exemple qui m’a frappé, c’est celui de la dernière élection présidentielle de 2012 en France, où les moments décisifs ont eu lieu, non pas sur les réseaux sociaux, mais à la télévision. Cela va probablement basculer un jour. À la différence des États-Unis où Internet et les réseaux sociaux ont indéniablement eu un effet sur la campagne d’Obama. Mais en France nous ne sommes pas tout à fait dans cette configuration-là, même si les réseaux sociaux montent en puissance.

Ce qui nous a également frappés, c’est que lorsque les internautes vont sur le Web pour chercher de l’information, ils vont prioritairement sur les grands portails ou les agrégateurs de contenus : Google actualités, Yahoo, MSN, etc. Ils ne vont pas voir prioritairement lemonde.fr ou d’autres organes de presse classiques. Nous avons montré dans l’enquête que les sites de grands médias reconnus n’arrivent pas en première position et que les pure players ne sont consultés que par une minorité d’internautes. La démarche dominante est de prendre l’information telle qu’elle vient, l’information mainstream. Celle qui est la plus visible, celle qui est la plus courte et donc celle qui est la moins approfondie. Je pense que nous sommes vraiment, à ce sujet, dans une société à deux vitesses : ceux qui sont les mieux informés et qui approfondissent, ce sont ceux qui ont la capacité de payer l’information sur le Web, l’information pointue, les dossiers analytiques, etc.… La majorité des autres internautes vont se contenter de ce qui circule gratuitement. On voit bien le décalage entre le discours sur les vertus d’émancipation du Web et la réalité effective des pratiques.

Le rapport critique à l’information peut-il jouer dans l’émergence de nouvelles radicalités politiques ?

Une chose m’a frappé lorsque je suis allé faire des entretiens collectifs en Bretagne (il y avait une secrétaire d’un cabinet vétérinaire, un maître nageur, un employé de mairie, une enseignante, etc. des gens de classe moyenne)  : ils n’avaient pas un usage de l’information sur Internet très développé, mais cela ne les empêchait pas d’avoir un discours politique extrêmement critique à l’égard des médias, de la classe politique, du système en général, etc. Et ils étaient dans une pratique du Web qui est celle qui consiste à tourner en dérision, à partager des vidéos sur les hommes politiques, etc.… Ils restaient dans un discours assez stéréotypé, mais très sévère à l’égard de ceux qui nous gouvernent. Bref, un discours politique assez radicalisé, mais au final peu d’engagement et de mobilisation collective ; plutôt une forme de désenchantement à l’égard du monde politique.

Les dispositifs numériques de mesure de l’audience offrent aux médias des retours très précis sur les pratiques des usagers. Est-ce que ce feed-back aide à réfléchir à une nouvelle économie des médias ou une publicité raisonnée, par exemple ?

Je ne suis pas un spécialiste de la publicité et des mesures d’audience, mais je peux y répondre de façon indirecte, car j’ai beaucoup travaillé sur les journalistes et les pratiques journalistiques. On voit bien que l’audience est devenue l’un des critères d’évaluation des articles que rédigent les journalistes. Dans de nombreuses rédactions aujourd’hui, vous avez dorénavant des écrans dédiés avec des logiciels comme Chartbeat, où l’on voit en temps réel quel est l’article qui est le plus visité, qui est le plus lu, pendant combien de temps, etc. Les journalistes savent ce qui marche et ce qui ne plait pas. On est dans une logique de réponse à la demande et non pas de l’offre. Ce qui conduit parfois les journalistes à adopter des stratégies marketing très simples : il faut mettre en « une » du site tel article parce qu’il a un titre accrocheur, ou tel sujet parce qu’on sait qu’il va faire le buzz. Cela fait venir de l’audience, ce que les responsables des rédactions et les journalistes savent parfaitement. En soi, ce n’est pas dramatique. La question est de savoir comment en interne, ils gèrent ça. Ce n’est pas parce qu’un article fait énormément de clics qu’il va être lu très longtemps. Vous pouvez, à l’inverse, avoir des sujets qui sont lus de manière peu importante pendant plusieurs mois et qui vont finalement faire autant d’audience que ceux qui font le buzz pendant un jour ou deux. Donc, le véritable défi pour les médias est de trouver le juste équilibre entre la logique marketing et la logique informationnelle. D’une part, capter l’attention des internautes avec des titres accrocheurs en une (ils savent le faire : ils ne gardent pas le même titre pour l’article en version papier et Web, ils savent ce qui marche avec le référencement Google). Et d’autre part, ne pas limiter le travail journalistique à ce type de calcul à court terme et traiter l’information en profondeur par des enquêtes, des données, etc.

Alors il y a des logiques divergentes au sein d’un même journal. Est-ce que vous savez comment les journalistes préservent l’autonomie de leur métier ?

Cela dépend des rédactions. C’est très variable. Il y en a qui jouent à fond la carte de la visibilité maximale, du titre accrocheur, en espérant que l’internaute continuera à rester sur le site et ira voir d’autres pages. C’est un peu une utopie puisqu’il a été montré que la majorité des internautes ne reste que quelques secondes sur la page d’un site d’information, avant de zapper.

Très récemment, une étude réalisée à Oxford sur les pratiques d’information dans 26 pays a été publiée. Elle souligne très bien qu’avec les smartphones, les gens court-circuitent de plus en plus les médias classiques ou traditionnels, et obtiennent uniquement leurs informations à travers Facebook, par exemple sans tenir compte du nom du média producteur de cette information. Donc l’image de marque des médias traditionnels ne sert plus à rien puisque les internautes, notamment les jeunes, s’en moquent. Il y a là d’énormes enjeux pour la qualité, pour la fiabilité de l’information.

Est-ce que l’approche interdisciplinaire que vous défendez au Carism vous semble plus nécessaire dans le domaine des études sur le numérique que dans d’autres champs thématiques ? Quel serait le rôle des sciences informatiques dans ces plateformes interdisciplinaires ?

Au Carism, pour l’instant, nous ne collaborons pas encore avec des spécialistes de l’informatique et nous n’avons pas encore beaucoup travaillé sur les big data, sauf un ou deux collègues qui viennent d’arriver. Cela fait partie des avancées scientifiques évidentes. Mais ce n’est pas la panacée et on a tendance à trop survaloriser les études et enquêtes qui collectent des masses de données pour en extraire ensuite des interprétations. Cela me frappe quand je vois tout ce qui se fait actuellement. Mais, on bute sur le qualitatif : que faites-vous de tout cela, quand vous ne savez pas comment les gens se l’approprient  ?

Je reste persuadé que l’approche sociologique traditionnelle – qui consiste à interroger les gens voire, dans l’idéal, à les observer dans leurs pratiques – reste un élément essentiel de compréhension de ce qu’il se passe. Et en France, je pense qu’on est en retard dans les études dites de réception des médias. Elles existent, mais ne sont pas suffisamment nombreuses sur les usages de l’information, sur les modalités d’appropriation de l’information dans la vie quotidienne des gens. La difficulté, et là on entre dans la cuisine de la recherche, c’est que cela nécessite des budgets importants et énormément de temps. Et il ne suffit pas d’avoir des données chiffrées, qui peuvent bien sûr être utiles, mais qui restent souvent insuffisamment contextualisées.

Dans notre enquête, ce qui nous intéressait sur le terrain, c’était de voir comment les gens vivent ces changements, comment ils les ressentent et l’expriment. Donc on apparaît un peu marginalisés par rapport à la tendance dominante actuellement dans la recherche, qui gère des masses de données informatiques. Mais on y tient, parce que je pense qu’il y a en partie un effet de mode avec cette fascination pour les big data. Ce sont des démarches indéniablement intéressantes, mais qui butent sur des limites : on travaille sur des êtres humains qui sont dans des contextes politiques, économiques, sociaux, culturels particuliers qu’il convient de prendre en compte. Les big data ne disent rien là-dessus. Il faudrait relier les données quantitatives aux contextes et à la structure sociale dans lesquels les gens vivent. Cela me semble fondamental. L’idéal serait bien sûr de mêler les deux approches.

Les enquêtes “pratiques culturelles des Français” réalisées depuis 1978 et qui ont servi de matière première à des générations de sociologues, sont remises en cause dans leur continuité, notamment du fait de la dissociation des supports et des contenus culturels. Et la tentation de les substituer par des démarches électroniques se heurte à différents obstacles, dont celui des difficultés à obtenir des données électroniques qui soient représentatives de la population. Qu’en pensez-vous ?

Il y a peut-être une solution qui consisterait non pas seulement à faire des enquêtes ponctuelles, mais des enquêtes longitudinales. Par exemple, partir d’une cohorte de jeunes enfants et les suivre sur plusieurs années pour voir comment tout cela s’intègre et comment ils intériorisent leur rapport au numérique. Cela a été effectué par certains chercheurs (notamment Pierre Merklé et Sylvie Octobre qui ont suivi pendant plusieurs années près de 4 000 enfants entrés en CP en 1997). Ils montrent très bien que l’appropriation des ordinateurs dans les classes n’est pas liée au simple fait de leur mettre un ordinateur en main. Le rapport à la technique dépend du milieu familial, de ce que les frères et sœurs leur ont appris ou pas, de la compétence des parents. Et on se rend compte rapidement que ceux qui en tirent le plus profit sont souvent ceux qui sont déjà les plus acclimatés à l’informatique. L’observation sur la durée a du sens, mais du coup, l’étude devient encore plus compliquée qu’auparavant…

Pour revenir aux big data, il y a aussi un leurre dans le fait de penser que cela peut-être plus économique car le travail à effectuer sur les données brutes est absolument énorme. Mais il ne faut pas les négliger non plus. Ici au Carism, nous avons des générations de chercheurs différents. Et certains de mes jeunes collègues se concentrent pleinement sur l’analyse de l’impact économique ou technique des réseaux sociaux, sur la collecte des données, etc.. Sans doute ont-ils raison de se lancer dans ce type d’étude. Mais il ne faut pas négliger l’intérêt du travail plus terre à terre, plus prosaïque, où il faut se colleter avec le terrain… Or l’observation des pratiques, la collecte des récits de vie par rapport à l’utilisation des médias sont essentiels dans notre travail. Il faut inventer des solutions : on bricole encore aujourd’hui de nouvelles méthodes d’analyse, parce qu’on est effectivement un peu dépourvus.

Qu’est-ce qui a motivé la composition interdisciplinaire de votre laboratoire ?

Le Carism a une dizaine d’années (il a été officiellement créé en 2005). C’est assez récent parce qu’à l’Institut français de Presse, il n’y avait pas de véritable laboratoire institutionnel. Sa composition interdisciplinaire est due au fait que les membres de l’IFP ont des spécialités très diverses. Nous avons cinq ou six spécialités en information-communication, mais aussi deux historiens des médias, ce qui est assez rare dans les laboratoires d’info-com, et nous en sommes très heureux parce qu’ils nous obligent souvent à relativiser certains discours sur la nouveauté. Le Carism comprend des juristes de la communication, des économistes, des sociologues et des sémiologues des médias, des spécialistes de sciences politiques. Tout ce petit monde essaye de travailler ensemble. Ce n’est pas toujours évident, mais l’idée de travailler sur un même objet en croisant les regards me paraît fondamentale. Vous ne pouvez pas analyser l’information au sens large si vous ne croisez pas les compétences et les regards. Parce qu’aucune discipline stricto sensu ne peut tout comprendre. Par exemple, quand nous avons mené cette enquête, nous étions essentiellement des sociologues et des sémiologues, des spécialistes de l’analyse de l’image et du discours. Et je crois beaucoup à ce partage et à ces échanges entre disciplines différentes.

En conclusion de la journée d’étude Catherine Caleca a invoqué la figure du Pharmakón, et de Janus bifront  : Internet serait à la fois le remède et le poison. Or l’enjeu pour le scientifique c’est de parvenir à faire tenir ensemble ces deux dimensions et à élaborer un discours qui tienne en compte ces polarités. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

C’est Bernard Stiegler qui au départ avait utilisé cette formule. Et il se trouve que dans mon livre Révolution numérique, révolution culturelle ? j’arrive justement à cette même conclusion : l’essor du numérique présente des aspects extrêmement positifs, émancipateurs, qui laissent entrevoir une démocratisation de l’accès à la culture, un élargissement de la palette de l’offre disponible puisque les pratiques sont de plus en plus multiples et plurielles. Et parallèlement, il y a énormément d’enjeux qui posent problème : le monde de la surveillance, du traçage de nos comportements, mais aussi une certaine superficialité dans l’appropriation de l’information ou dans les pratiques culturelles ; des phénomènes de rumeur et de désinformation qui se décuplent… Je suis intimement persuadé que la bonne approche, c’est de montrer que le monde social dans lequel nous vivons n’est pas manichéen. Les pratiques et les usages, ce n’est ni blanc, ni noir. J’ai tendance à dire que la réalité sociale est grise, qu’elle est complexe et ambivalente. On ne comprend pas la réalité sociale si on ne tient pas compte du fait qu’il y a des pratiques et des enjeux souvent contradictoires. L’approche par des valeurs absolues me semble simplificatrice.

Comment appréhendez-vous les injonctions à des postures normatives qui nous sont proposées ou imposées régulièrement, dans la pratique scientifique ? Est-ce que le scientifique doit défendre des valeurs, participer à des procédures d’évaluation, s’engager pour défendre des réglementations ?

Je pense d’abord que notre rôle de chercheurs, qui étudient les médias ou les technologies numériques, est de travailler indépendamment de tout type de pression, de volonté politique. On est là pour décrire, analyser, interpréter ce que l’on observe. Et la recherche progresse de cette manière-là.

Ensuite, il y a une deuxième mission de l’enseignant-chercheur à laquelle je tiens beaucoup et que je mets en pratique, c’est de nous adresser au grand public. Nous sommes là pour faire de la pédagogie sur ce que nous pensons savoir ou comprendre. La vulgarisation auprès de tout type de public est fondamentale. Mais elle ne doit pas se faire dans n’importe quelles conditions. Par exemple, je suis souvent sollicité par les médias, mais je ne réponds qu’une ou deux fois sur dix. Car dans ces cadres-là, notre parole est souvent réduite à très peu de chose… En revanche, je donne souvent des conférences en région auprès de jeunes lycéens ou de publics du troisième âge.

Quant à savoir s’il faut s’engager auprès d’instances, pour donner des recommandations, par exemple, ma réponse est nuancée. Certains collègues le font. Moi je crains toujours que ce que l’on dit ne soit détourné à d’autres fins, qu’on soit instrumentalisés. Il faut voir au cas par cas. Pourquoi pas ? Ce n’est pas pour moi une question de principe. S’il s’agit de participer à une réflexion collective pour aider les pouvoirs publics ou certaines institutions à prendre des décisions, on peut y aller en tant qu’experts. Mais vous savez très bien que la parole des experts est réduite à des rapports qui finissent dans des tiroirs, ou alors, on en fait ce que l’on veut… Donc je suis assez méfiant, sans porter de jugement sur mes collègues qui le font.

On assiste à la réactivation de la catégorie “critique”, dans des instances officielles, dans des publications, avec des significations très diverses. Que pensez-vous de ce mouvement ?

Effectivement, j’ai aussi constaté cela. Mais il me semble que par essence, la posture du scientifique c’est d’avoir du recul et donc d’avoir l’esprit critique. Donc je n’ai pas besoin qu’on rajoute ce qualificatif pour faire ce type de travail. Nous ne sommes pas là pour avaliser le discours ambiant, ni pour nous y opposer systématiquement. Notre rôle est d’essayer de comprendre les pratiques, les usages, notre rapport aux médias. Dans mes enseignements avec des étudiants de première année par exemple, je leur explique que le sociologue est là pour essayer de leur faire prendre conscience de la manière dont la société fonctionne. Et par définition, le sociologue des médias est là pour décrypter la réalité sociale, pour leur ouvrir les yeux sur un certain nombre d’enjeux économiques, culturels, sociaux, sous-jacents. Et donc j’adopte par principe une posture critique.

De là à entrer dans la logique de la sociologie « critique », inspirée de l’école de Francfort ou d’autres écoles de pensée du même type, pourquoi pas ? Mais ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, même si je lis leurs travaux et si je ne nie pas l’intérêt de certaines de leurs analyses. Je pense qu’ils ont une manière de penser forte et stimulante, mais que, très souvent, ils n’écoutent pas suffisamment les autres chercheurs. Ce qui n’entre pas dans leurs catégories est souvent considéré comme nul et non avenu. Le dialogue est parfois difficile. Il y a cependant plus de tolérance qu’avant dans la communauté scientifique, notamment en information-communication. Mais dans certaines écoles de pensée, on reste assez insensibles à ce que peuvent dire et écrire les autres. Et cela me gêne.

Est-ce que cette réactivation de la critique ne révélerait pas une structuration du champ scientifique sur cette thématique ? Ne serait-ce pas un effet de génération ou une stratégie de différenciation face aux logiques croissantes d’une pratique scientifique par « commande » ou par « projet » ?

Oui, c’est bien ce qui est sous-jacent  : comment faire sans subventions des pouvoirs publics ? Quand on travaille en sciences sociales et humaines, on voit bien qu’on travaille avec la part congrue des financements de la recherche. Cela pose problème. Nos gouvernants financent en priorité les sciences exactes ou appliquées qui ont une efficacité immédiate. Et ils marginalisent de plus en plus les sciences sociales et humaines, alors que leur apport est fondamental pour la compréhension du monde dans lequel nous vivons.

Et face aux nouvelles opportunités d’une recherche plus appliquée, sur commande ou par projet, on comprend que le regain du discours “critique” vise aussi à défendre l’autonomie du travail scientifique par rapport à toutes les injonctions, à toutes les attentes que supposent ces nouvelles façons de fonctionner. Je suis un peu inquiet vis-à-vis des logiques de fonctionnement de la recherche aujourd’hui… À l’ANR par exemple, les projets acceptés en information-communication se font de plus en plus rares ! C’est quand même problématique. Nous n’entrons pas dans les cases préétablies et nous ne répondons pas suffisamment aux critères de performance qui sont imposés par les sciences dures (combien de publications, de citations, etc.) Ces logiques quantitatives sont préjudiciables au bon fonctionnement des sciences sociales.

Vous avez publié un manuel, Sociologie des médias, qui est devenu un outil fondamental pour nos étudiants en information-communication et qui a été réédité et révisé plusieurs fois depuis sa première édition en 2001. Comment êtes-vous parvenu à prendre en compte les innovations scientifiques liées à l’informatique connectée dans la pensée de la sociologie des médias en général ?

J’ai actualisé le manuel pour une quatrième édition l’année dernière et je me suis rendu compte qu’il faudrait en fait que je réécrive presque tout l’ouvrage. Jusque-là, je pouvais rajouter des éléments dans certains chapitres, ajuster le propos. Mais là, j’ai été confronté à un nouveau problème : mes catégories anciennes fonctionnent de moins en moins. J’ai donc pas mal modifié le contenu du livre, mais honnêtement, il faudrait que je le réécrive. Les catégories centrales sont bousculées. Je le vois à un autre niveau, celui de mes enseignements : les médias traditionnels, commencent à devenir très marginaux dans les préoccupations des étudiants. Je donne un cours en première année de Droit d’introduction aux médias. Je passe la moitié du cours à leur présenter le monde de la presse, de la radio et la télévision avant de leur parler d’Internet et des réseaux sociaux. Pour beaucoup d’entre eux, les médias traditionnels, c’est de la préhistoire. Ils baignent dans le numérique. Il est pourtant fondamental de leur faire comprendre qu’il y a encore autre chose à côté et de remettre le monde des médias en perspective afin de mieux en saisir les mutations contemporaines.

Top of page

Bibliography

Il y a une sorte de fascination pour la nouveauté. Et ce constat ne vaut pas seulement pour les étudiants : regardez en France le nombre d’instituts ou de départements en information-communication qui sont centrés prioritairement sur les médias comme l’IFP et le Carism : on peut les compter sur les doigts de la main. Il y a très peu d’études actuellement sur la presse écrite, sur la radio, peut-être un peu plus sur la télévision. Tout ce que je vois circuler dans les colloques et séminaires est centré sur le numérique, quitte à quasiment ne plus se préoccuper du reste.

Reiffel, R., « La sociabilité des journalistes sur Twitter : entre performativité, ambivalence et multidimensionnalité » (avec J. Jouët), Sur le Journalisme, vol. 4, n° 1, 2015.

Reiffel, R., Révolution numérique, révolution culturelle ?, Gallimard, col. Folio Actuel, Paris, 2014.

Reiffel, R., S’informer à l’ère numérique (avec Josiane Jouët co-dir et Jean-Baptiste Comby, Valérie Devillard, Charlotte Dolez, Coralie Le Caroff, Guillaume Le Saulnier, Alan Ouakrat), Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013.

Top of page

Notes

1

 Jouët, J. & Rieffel, R. (dir.) (2013), S’informer à l’ère numérique, Presses universitaires de Rennes, coll. « RES Public », Rennes.

Top of page

References

Electronic reference

Vassili Rivron and Cécile Dolbeau-Bandin, « Us ou abus… pour le sociologue, la réalité sociale est grise. Entretien avec Rémy Rieffel », Terminal [Online], 119 | 2016, Online since 30 December 2016, connection on 24 August 2017. URL : http://terminal.revues.org/1547 ; DOI : 10.4000/terminal.1547

Top of page

About the authors

Vassili Rivron

MADYNES / Inria, 615, rue du Jardin Botanique, 54 600 Villers-lès-Nancy, 06 50 83 29 84, vassili.rivron@inria.fr

By this author

Cécile Dolbeau-Bandin

Université de Caen, Esplanade de la Paix, 14000 Caen, cecile.dolbeau@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

tous droits réservés

Top of page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org