Navigation – Plan du site

À la mémoire de Michel Burnier

Comité de rédaction de Terminal

Michel aurait dû participer au dossier « Contrôle social, surveillance et dispositifs numériques » que nous publions dans ce numéro en collaboration avec la revue tic&société. La maladie en a décidé autrement. Pessimiste sur l’évolution de son état, il a rapidement quitté le groupe qui pilotait ce dossier. Il est décédé le 4 août dernier.

  • 1 « Faire de la politique sans parti, l’expérience du CINEL », Multitudes, n° 29 été 2007, http://www (...)

Associé depuis le début à la publication de Terminal magazine, il a continué lors de la transformation du magazine en revue en animant la rubrique « Travail » dont il était spécialiste comme sociologue. Il avait participé au Cinel (Centre d’Initiative pour de Nouveaux Espaces de Liberté) de Félix Guattari avec Emmanuel Videcoq, un des fondateurs de Terminal. Il a retracé ce parcours dans un article de la revue Multitudes1. Il avait réalisé dans les années 80 un film « Triste tertiaire » sur la vie de bureau dans une compagnie d’assurances, à Paris : la relation avec le travail, les conséquences de l’informatisation, mais aussi le repli sur soi, les détournements, la manière de s’organiser pour échapper à l’ennui, les relations avec les collègues.

  • 2 Les technopoles, Michel Burnier et Guy Lacroix, Presses Universitaires de France, Que sais-je ?, n° (...)
  • 3 « Le droit de savoir », réalisé et monté par Marc François Deligne en 2008, visible sur https://www (...)

Analysant la constellation internationale des technopoles2, Michel a mis en évidence sur la division internationale du travail l’impact de l’élargissement du champ productif à l’information consacrée comme bien stratégique, et les contradictions sociales qui résultent de la globalisation de l’économie post-fordienne. Il a continué dans les années 2004-2006 cette sociologie militante en interviewant une vingtaine de scientifiques autour du thème de l’avenir de notre société3.

En tant que membre du comité de rédaction de Terminal, Michel a dirigé un dossier sur le « Net’activisme » (n° 103-104) et contribué à celui sur « Travail et TIC » (n° 110).

Pour les 25 ans de Terminal, dans un article paru dans le numéro 93-94 sous le titre « Guetter l’imprévu », il exprimait sa vision un peu désenchantée de l’avenir de la société de l’information :

« À brève échéance, le grand village changera de style d’expression. Délaissant la langue classique et écrite, il apprendra, grâce aux machines universelles, à écrire avec la parole, parole hiéroglyphique en quelque sorte. L’oralité et l’icônique seront les modes d’expression privilégiés de la société de l’information. L’hyper médiation machinique et rationalisée finira donc par laisser toute sa place à l’émotion directe et immédiate, ce qui n’est pas le moindre paradoxe de la société techno-scientifique.
Concluons en insistant sur une perspective : si la technique, pas plus que la religion ou la politique, ne nous ont libérés, alors peut-être que le complet mélange de la vie publique et de la vie privée, du travail et de l’oisiveté, de l’homme et du robot, de la vie et de la mort, nous obligeront à inventer de nouvelles manières de vivre, des manières vraiment nouvelles, c’est-à-dire totalement imprévues. »

Notes

1 « Faire de la politique sans parti, l’expérience du CINEL », Multitudes, n° 29 été 2007, http://www.multitudes.net/faire-de-la-politique-sans-parti-l/.

2 Les technopoles, Michel Burnier et Guy Lacroix, Presses Universitaires de France, Que sais-je ?, n°3053, 1996, 127 p.

3 « Le droit de savoir », réalisé et monté par Marc François Deligne en 2008, visible sur https://www.youtube.com/watch?v=dgNziHGe1oU.

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org