Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Les nouvelles technologies dans l’enseignement et l’apprentissage

Besoins, utilisations et rentabilités
Jacques Vétois
Référence(s) :

Les nouvelles technologies dans l’enseignement et l’apprentissage, Alain Claude Ngouem, Éditions Academia, Louvains-la-Neuve (Belgique), 298p, 2015

Texte intégral

  • 1 Massive Open Online Course

1Je ne sais pas si une partie des enseignants et des élèves rêve de pouvoir transmettre et recevoir des connaissances sans passer leurs journées dans une salle de classe, comme le pense l’auteur. Selon lui, il faut réfléchir comment les TICE permettront d’enseigner et d’apprendre à tout temps et en tout lieu. L’utilisation des outils informatiques a commencé dans l’exemple de la France dans les années 70 au siècle dernier. Avons-nous avancé depuis ces débuts ? Certes, l’offre technologique a grandement évolué, s’est renouvelée et a intégré, à travers Internet et les réseaux de communication une composante média importante. Les grandes universités peuvent offrir des MOOC1, enseignements universitaires en ligne facilement accessibles sur Internet et souvent gratuits. L’enjeu est de taille pour elles en terme de notoriété. L’augmentation de la bande passante des réseaux et de la puissance des serveurs permettent de diffuser des vidéos , des supports de cours et des exercices. Mais en fait, nous assistons à un cours universitaire ex cathédra filmé ; les supports de cours sont souvent réduits à des PowerPoint et les exercices à des quiz. Leur succès est réel dans les disciplines scientifiques et techniques. L’étudiant a ainsi le cours du professeur en permanence à sa disposition ; il peut communiquer avec les autres apprenants et les enseignants par le truchement du courrier électronique. Mais en dehors de la disponibilité quasi permanente (mais c’est important dans le cadre de la formation permanente et pour une partie des étudiants qui doivent financer leurs études) on revient à une pédagogie du cours magistral somme toute assez classique dans les universités et qui avait été très critiquée pour les échecs massifs observés dans les premiers cycles universitaires. Le contrôle des connaissances reste le point faible de ces nouvelles offres d’enseignement à distance. Pour l’instant, la plupart de ces cours donne aux étudiants qui ont suivi le cursus complet et répondu correctement aux évaluations en ligne des attestations de réussite mais celles-ci ne sont pas reconnues sur le plan universitaire et ne peuvent servir de compléments pour l’obtention d’un diplôme (sous forme de crédits comme les autres cours ). Le nombre important de participants à un MOOC entraîne souvent un contrôle sous forme de tests automatisés plus ou moins astucieux, mais limités sur le plan pédagogique. Sans parler des problèmes plus triviaux comme celui de l’identité de ceux ou celles sensés participer à l’examen. On voit que même dans ces initiatives prises par les universités, c’est la possibilité technologique, c’est à dire l’offre qui a primé.

  • 2 « l’ensemble des connaissances que l’éducation procure à un individu participe à l’accumulation d’u (...)
  • 3 Interview de Stanislas Dehaene, Le Monde science et médecine, 25 mai 2016

2C’est souvent la même logique qui est à l’œuvre quand on dote tous les élèves des collèges d’un département ou d’une région d’un ordinateur portable ou ceux d’une école élémentaire de tablette numérique. L’auteur décrit tous les outils informatiques à la disposition des enseignants et des apprenants ( documents en ligne, liseuse, livre audio, agendas numériques, jeux éducatifs en ligne …) et le choix parmi eux est difficile et fait le bonheur des pédagogues qui veulent expérimenter de nouvelles méthodes d’enseignement basées sur l’autonomie de l’élève. L’importation des concepts issus de l’économie comme celui de « capital humain 2 » ou des notions comme le « retour sur investissement » n’ont pas empêché gouvernements et entreprises privées de se lancer dans des expériences qui n’ont pas convaincu. Et j’ai du mal à croire qu’elles peuvent servir de base à la réflexion sur le rôle que peuvent jouer les nouvelles technologies dans l’apprentissage. Aujourd’hui les sciences cognitives sont à l’origine de démarches pédagogiques nouvelles basées sur des preuves3 obtenues par imagerie cérébrale sur des sujets apprenants. Peuvent-elles être une source de renouvellement pour les technologies dans le domaine de l’enseignement  ? La question est posée.

Haut de page

Notes

1 Massive Open Online Course

2 « l’ensemble des connaissances que l’éducation procure à un individu participe à l’accumulation d’un stock de connaissances qui peut être vendu sur un marché du travail »

3 Interview de Stanislas Dehaene, Le Monde science et médecine, 25 mai 2016

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Vétois, « Les nouvelles technologies dans l’enseignement et l’apprentissage », Terminal [En ligne], 118 | 2016, mis en ligne le 22 septembre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://terminal.revues.org/1401

Haut de page

Auteur

Jacques Vétois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org