Navigation – Plan du site
Repères

A la mémoire d’Emmanuel Videcoq

Jacques Vétois et Bernard Prince
p. 191-193

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Emmanuel, un des fondateurs de Terminal ( J.Vétois)

1Emmanuel fut l’un des fondateurs du magazine Terminal, créé au début des années 1980. Cette initiative faisait suite au colloque « L’informatisation contre la société ? » lancé par des revues politiques, féministes et écologistes dont Emmanuel fut l’un des animateurs comme militant syndical et politique d’une des plus grandes entreprises d’informatique de l’époque, la CII.

2Rapidement, il s’investit dans l’association CIII qui naquit à la suite du colloque et devint le secrétaire de rédaction de ce nouveau magazine. Pendant une dizaine d’années, il mit toute son énergie dans le développement de l’association. A l’époque, Emmanuel était très représentatif de cette tendance, notre inspiration « doctrinale » se trouvait en partie chez Jacques Ellul (et dans la philosophie de la technique ), Marx et Orwell (de 1984 que nous avions repris dans le titre du magazine).

3Emmanuel comme économiste s’intéressait évidemment à la politique industrielle menée par le gouvernement socialiste avec la nationalisation de l’entreprise Bull en 1981 et il a beaucoup contribué à Terminal dans ce domaine. Mais il restait ouvert à d’autres problématiques comme l’informatique alternative avec le développement de la micro-informatique et la défense des libertés contre la carte d’identité « infalsifiable » de Charles Pasqua. De nous tous, il fut un des premiers à comprendre que dans la société des années 1980, les utopies faisaient mauvais ménage avec la gestion des entreprises publiques et les projets du pouvoir politique (Centre mondial de la micro-informatique, le Minitel, la nationalisation de Bull pour ne citer qu’une partie des initiatives prises au cours de cette décennie).

4Il contribua, ce qui n’allait pas de soi à l’époque à la prise en compte des problèmes de l’écologie dans la revue, notamment avec l’ouverture dans le magazine d’une chronique régulière de Félix Guattari. Nos chemins se sont séparés en 1993 sur le constat de divergences d’appréciation du rôle joué par les TIC dans l’évolution de la société.

Emmanuel et l’écologie de l’esprit (B. Prince)

5J’ai rencontré Emmanuel en 1986 sur la recommandation de Félix Guattari. Je faisais partie à l’époque de la mouvance « guattarienne » et Félix, sachant que je travaillais dans les télécommunications, avait eu l’idée d’utiliser le réseau Minitel (à l’époque le Web n’existait pas et le Minitel en avait été un peu le précurseur) pour constituer un « réseau social » avant l’heure, au travers duquel l’ensemble de la planète militante pourrait communiquer. Il m’avait désigné Emmanuel comme la personne ressource qui pourrait aider à monter ce projet.

6Lorsque nous avons commencé à élaborer le projet, Emmanuel et la revue Terminal avaient déjà créé un embryon d’un tel réseau et déposé un service : 3615 TERM. L’aventure du 3615 ALTER a notamment été racontée dans un article de la revue Multitudes (n° 21) disponible sur Internet.

7Emmanuel m’a ensuite fait entrer dans le cercle qui me paraissait très fermé de Terminal car je n’étais ni universitaire, ni activiste de la pensée critique de la techno science. Il m’a encouragé à y écrire quelques articles sur les mutations des télécommunications, domaine qui m’était plus familier.

8De mon côté, je l’ai introduit à Chimères, revue fondée en 1987 par les animateurs du « séminaire de Félix Guattari » dont j’étais l’un des participants. Nous naviguions de concert entre Terminal, Alter, Chimères et bien d’autres initiatives comme un périodique créé avec des journalistes pendant la première guerre du Golfe (1990-91) qui s’appelait l’Envers des Médias et qui dénonçait la désinformation.

9Le décès soudain de Félix Guattari, en 1992, a été un cataclysme pour le petit groupe que nous formions autour de Chimères.

10Emmanuel a alors souhaité, dans la lignée des « trois écologies » développées par Félix Guattari, faire de la revue Terminal un périodique qui associerait les approches sociétales, environnementales et mentales (écologie de l’esprit). Il n’a pas été suivi par la majorité des membres du comité de rédaction et a pris la décision de quitter la revue.

11À cette époque, Gus Massiah avait lancé le projet de l’achat d’un immeuble interassociatif au 21ter, rue Voltaire. Il cherchait des associations qui prendraient des participations dans celui-ci. Ensemble, nous avons créé une entité : la « Maison de Toutes Les Chimères » (MTLC) qui a permis de doter la revue Chimères d’un local de travail, de stockage et de réunions. Emmanuel a eu l’initiative d’un petit périodique de la MTLC qui s’appelait En Attendant. En attendant quoi ? L’avènement de la pensée écosophique sans doute.

12Sans attendre, Emmanuel s’est engagé chez les Verts à Montigny le Bretonneux où il avait décidé de s’installer et dont il a aidé à monter la section. Il a été l’un des premiers élus verts à Montigny et se passionnait pour les débats autour de l’organisation de la ville nouvelle de SaintQuentin, il m’en parlait longuement et avec passion. Il a été aussi responsable de la commission sociale des Verts de 1996 à 2000.

13A cette époque, nous avons beaucoup fréquenté le « séminaire de Toni Négri » qui se tenait au collège de philosophie autour de la revue Futur Antérieur. Emmanuel y a collaboré de 1990 à 1996. La revue Futur Antérieur a été la matrice de la revue Multitudes.

14Nous nous sommes vus moins régulièrement à partir de 1998, période où j’ai eu d’autres projets personnels qui m’ont conduit au Maroc. En 2004-2006, je suis revenu en France, et aussitôt Emmanuel m’a introduit dans le cercle de Multitudes. C’est à cette époque que nous avons écrit l’article sur Radio-Tomate et Alter. J’ai participé à plusieurs réunions du secrétariat de rédaction de Multitudes dont beaucoup se tenaient chez Emmanuel, qui commençait à avoir de sérieuses difficultés à se déplacer. La maladie est venue prendre une place de plus en plus importante dans sa vie. Il a dû limiter ses engagements et s’est dévoué à Multitudes dont son appartement à Montigny était devenu une sorte d’annexe. Les hospitalisations, les soins, la peur de perdre son pied... Plusieurs affections le menaçaient. En plus du diabète, il souffrait du cœur, des reins et les indications thérapeutiques se contrecarraient. Son pied ne parvenait pas à guérir et le faisait terriblement souffrir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Vétois et Bernard Prince, « A la mémoire d’Emmanuel Videcoq », Terminal, 108-109 | 2011, 191-193.

Référence électronique

Jacques Vétois et Bernard Prince, « A la mémoire d’Emmanuel Videcoq », Terminal [En ligne], 108-109 | 2011, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://terminal.revues.org/1356 ; DOI : 10.4000/terminal.1356

Haut de page

Auteurs

Jacques Vétois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Bernard Prince

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org