Navigation – Plan du site
Les réseaux sociaux sur Internet

Les réseaux sociaux menacent-ils nos libertés individuelles ?

David Fayon
p. 61-63

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les réseaux sociaux sur Internet utilisent des ressources classiques du Web, comme la messagerie ou les forums de discussion. Outre le profil que l’internaute renseigne parfois avec des informations sensibles au sens de la Cnil (opinions politiques, religieuses, philosophiques, appartenance syndicale, santé, orientation sexuelle), le pivot d’un réseau social est constitué par le carnet d’adresses du membre. Ainsi, les réseaux sociaux permettent de constituer des gigantesques bases de données sur les personnes. Facebook crée ainsi une base de données de profils, qui permet des ciblages très précis connaissant le profil du consommateur, ses centres d’intérêt, etc. Le profil d’un internaute est réalisé à partir des données que celui-ci renseigne, des informations qu’il publie, mais aussi de ses contacts selon l’adage « Dis-moi qui sont tes contacts, je te dirai qui tu es ». Il est à noter que le profil de l’internaute est enrichi au fur et à mesure de ses connexions à l’outil où il va publier, interagir avec les autres, modifier ses centres d’intérêt.

2Les opportunités offertes par les réseaux sociaux sont réelles (présence sur Internet et par exemple disposer d’un CV en ligne sur des réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou Viadeo, recherche de partenaires/fournisseurs/clients, retrouvaille avec des personnes perdues de vue, etc.), mais les risques nombreux :

  • L’usurpation d’identité existe. On peut endosser facilement l’identité d’un tiers. Ayant collecté sa photo sur le Web, connaissant quelques informations de nature personnelle (date de naissance, profession), la création d’un faux profil sur un réseau social donné est rapide et facile. Il est alors possible de rentrer en contact avec des personnes susceptibles de connaître la personne incarnée.

  • Les bases de données des internautes peuvent faire l’objet de piratage : des données stockées peuvent être indûment copiées, modifiées, effacées, vendues à des tiers. Ces risques sont accrus avec l’interopérabilité permise entre les réseaux sociaux laquelle induit de nouvelles failles même si de nouveaux processus d’identification/authentification (par exemple fonction d’import de ses contacts de messagerie vers un réseau social donné) sont mis en œuvre. Dès lors que des informations sont indûment captées, toute utilisation à des fins malveillantes est possible, le travers commercial étant de réutiliser ces données à des fins de publicités non sollicitées mais le plus gros risque étant celui d’une utilisation par un gouvernement autoritaire qui ségrégerait des catégories de citoyens.

  • Les données collectées par les réseaux sociaux peuvent être utilisées à des fins commerciales – par exemple affichage de publicités personnalisées sur la colonne de droite avec Facebook –, sachant que les conditions générales d’utilisation d’un outil peuvent changer dans le temps. Ces derniers mois, les conditions d’utilisation des sites Facebook et Twitter ont ainsi évolué.

    • 1 Selon Umberto Eco dans l’une de ses nouvelles sur le téléphone mobile où il affirme que les seules (...)

    Les réseaux sociaux feront l’objet de plus en plus d’applications faisant appel à la géolocalisation (Facebook Places, Foursquare, etc.) et outre le fichage de la personne, sa traçabilité sera mise en application faisant planer un risque de « bigbrotherisation ». Le principe du « droit à la déconnexion » pour ne pas être joint ou localisable lorsqu’on le souhaite risque d’être un privilège de classes aisées1.

  • L’utilisation des données relatives à l’internaute, en dehors de leur contexte ou de façon succincte ou dénaturée, peut lui causer préjudice. En outre la persistance des données va à l’encontre du « droit à l’oubli » revendiqué par la Cnil.

  • 2 Pour aller plus loin, lire Facebook, Twitter et les autres… de Christine Balagué et David Fayon, Pe (...)

3En dépit de tous ces risques, il est légitime de se demander quelle est la conduite à tenir sur les réseaux sociaux. Ne pas être présent pourrait paraître comme suspect, comme si l’on n’avait rien à dire ou pire, des choses à cacher. Aussi la solution serait une utilisation intelligente des réseaux sociaux en les apprivoisant et en ayant conscience des risques pour mieux les maîtriser. Pour le bon usage des réseaux sociaux2, dix commandements sont ainsi proposés :

  1. Déterminer une stratégie pour votre présence sur le réseau social considéré (Pour quoi faire ?, quel est le bénéfice escompté ?) et s’assurer que l’image véhiculée est en phase avec cette stratégie.

    • 3 Celle-ci peut évoluer dans le temps. Ainsi les informations qui figurent sur Facebook sont propriét (...)

    Préalablement, avant toute inscription à un réseau social, lire la charte3 d’utilisation du réseau social, la propriété des données publiées (textes, photos, vidéos) et les éventuelles sessions à des tiers, etc. Paramétrer son profil pour décider quelles informations personnelles vous souhaitez afficher (auprès de vos amis, des autres utilisateurs du réseau social).

  2. Sélectionner ses amis et importer des contacts via ses messageries.

  3. Créer des groupes sélectifs dans différentes sphères : travail, famille, amis, etc. Et segmenter son activité.

  4. Renseigner son profil en étant vigilant en ce qui concerne les informations sensibles.

  5. Réciproquement, faire des liens depuis son site/blog vers ses réseaux sociaux.

  6. Veiller aux informations communiquées, en particulier celles relatives à la vie privée.

  7. Créer plusieurs profils si nécessaire pour séparer le cas échéant son identité professionnelle de son identité privée.

  8. Mettre à jour votre statut en fonction de la stratégie poursuivie.

  9. Participer à des groupes de discussion selon ses intérêts et ses objectifs en étant également vigilant.

4En outre, il est important de surveiller son identité numérique, ce que l’on appelle le Personal branding. Celle-ci est facile à mettre en œuvre en s’abonnant à des alertes relatives à son identité sur Google et Twitter principalement. Si des informations communiquées par des tiers sont erronées ou portent atteinte à la vie privée ou à l’image, il est important d’apporter un démenti ou des précisions le plus rapidement possible, avant que le contenu soit lu (et repris sur d’autres outils) par un nombre croissant d’internautes, d’autant qu’avec la viralité de ces outils, des informations peuvent vite faire boule de neige et essaimer durablement sur le Web.

5Contrairement aux États-Unis, la France a été marquée par la collaboration et le rapport aux données n’est pas le même (le principe de l’opt-in prévaut). Les réseaux sociaux transforment notre façon de penser, d’agir et notre rapport au temps, à l’espace et à autrui. Aussi il devient plus que nécessaire d’être vigilant et d’agir avec discernement pour préserver nos libertés individuelles.”

Haut de page

Notes

1 Selon Umberto Eco dans l’une de ses nouvelles sur le téléphone mobile où il affirme que les seules per sonnes ayant du pouvoir dans le monde sont celles qui n’ont pas de téléphone portable et qui ne sont pas soumises aux appels incessants.

2 Pour aller plus loin, lire Facebook, Twitter et les autres… de Christine Balagué et David Fayon, Pearson, 2010.

3 Celle-ci peut évoluer dans le temps. Ainsi les informations qui figurent sur Facebook sont propriété de Facebook y compris le contenu que l’on publie. L’article deux de la Déclaration des droits et responsabilités indique que pour le contenu protégé par les droits de propriété intellectuelle, l’abonné accorde une licence non-exclusive, transférable, sous-licenciable, sans redevance et mondiale pour l’utilisation des contenus de propriété intellectuelle qu’il publie sur Facebook. Facebook a ainsi la permission de donner le droit à n’importe qui d’exploiter les photos, vidéos, textes et autre contenu qui figurent sur son compte. Cette licence se termine lors de la fermeture définitive du compte, mais des fichiers peuvent être conservés dans les copies de sauvegarde. En outre, étant donné que la licence est sous-licenciable, des tiers peuvent avoir obtenu le droit de diffuser des éléments avant la fermeture de votre compte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Fayon, « Les réseaux sociaux menacent-ils nos libertés individuelles ? », Terminal, 108-109 | 2011, 61-63.

Référence électronique

David Fayon, « Les réseaux sociaux menacent-ils nos libertés individuelles ? », Terminal [En ligne], 108-109 | 2011, mis en ligne le 22 avril 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://terminal.revues.org/1315 ; DOI : 10.4000/terminal.1315

Haut de page

Auteur

David Fayon

David Fayon (@fayon) anime le site www.davidfayon.fr. Il est auteur de « Web 2.0 et au-delà », Économica, 2e édition, 2010 et de « Facebook, Twitter et les autres… », Pearson, 2010.

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org