Navigation – Plan du site
Bloc-notes

La fracture cryptographique

Jacques Vétois
p. 146
Référence(s) :

La fracture cryptographique

Serge Vaudenay Presses polytechniques

et universitaires romandes, Lausanne, 2011, 202 p.

Texte intégral

1La cryptographie est souvent utilisée en boîte noire, même par les professionnels de l’informatique comme les administrateurs système. On fait confiance aux logiciels utilisés, on se rassure par des arguments pseudotechniques comme la longueur des clefs à la base de l’algorithme. Les méthodes cryptographiques en usage à l’heure actuelle sont-elles fiables ? Quelles sont leurs limites et leurs faiblesses ?

2C’est à ces questions que Serge Vaudenay répond en tant que spécialiste. Il montre qu’il existe une fracture importante entre l’idée que nous nous faisons des possibilités de cette discipline et son utilisation réelle. La cryptographie à clef publique est fondée soit sur la complexité de la factorisation de grands entiers, soit sur celle du calcul du logarithme discret de grands nombres. La fragilité de ces méthodes est reconnue : elle est à la merci d’un algorithme astucieux, sans parler des progrès dans la structure des machines, qui réduise à quelques secondes un calcul annoncé comme devant durer des centaines d’années ou d’un « effet de bord » facilité par l’inattention de l’utilisateur. L’auteur est un spécialiste reconnu de la cryptographie. Son livre est ardu, surtout les premières parties qui décrivent les principaux algorithmes mais reste accessible au lecteur muni de quelques notions de mathématiques élémentaires et familier avec le traitement de l’information. Il montre que la cryptographie actuelle repose sur des hypothèses non vérifiées et la sécurité apportée par les logiciels ne fait que diminuer au fil des progrès technologiques et des résultats de la recherche académique.

3Un des chapitres importants de cet ouvrage est consacré à la téléphonie sans fil et aux techniques utilisées par la téléphonie mobile GSM ou par la communication entre machines par Wifi ou BlueTooth. Le passeport biométrique qui utilise des techniques de lecture sans contact ne serait pas fiable car un maquillage pourrait tromper le dispositif de reconnaissance faciale et un faux doigt facilement fabriqué être accepté par le lecteur des empreintes digitales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Vétois, « La fracture cryptographique », Terminal, 110 | 2012, 146.

Référence électronique

Jacques Vétois, « La fracture cryptographique », Terminal [En ligne], 110 | 2012, mis en ligne le 09 mars 2016, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://terminal.revues.org/1271

Haut de page

Auteur

Jacques Vétois

Comité de rédaction – Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org