Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Anonymous - Peuvent-ils changer le monde ?

Robert Panico
p. 145
Référence(s) :

Anonymous Peuvent-ils changer le monde ?

Frédéric Bardeau, Nicolas Danet, Fyp Editions, Paris, 2011

Texte intégral

1Anonymous, ce n’est ni un groupe de hackers, ni une association d’internautes militants. Ça n’a pas de contours. On n’en connaît pas le nombre. Seule indication en forme de slogan : « Anonymous est légion ». Pas de profil type de l’anonymous de base, il ne faut pas non plus y chercher de chef : si l’on prétend sérieusement ici changer le monde, c’est dans l’esprit des utopies communautaires du début du Net, et donc sans prendre le pouvoir. Anonymous est donc en un mot indéfinissable. Pourtant, depuis 2007, date de leur apparition sur le Net et de leur premier combat, via le Réseau, contre la Scientologie, il semble que les Anonymous soient partout, sur tous les fronts de la planète où les valeurs de liberté attachées depuis sa naissance au Réseau sont bafouées, et ce quel qu’en soit le motif.

2Dans un ouvrage passionnant qui se lit un peu comme un roman policier – dont on n’aurait toutefois pas le dénouement final – Frédéric Bardeau et Nicolas Danet, spécialistes en communication institutionnelle responsable, et militants du Net, nous invitent à découvrir Anonymous et plus largement cette face cachée du Réseau réservée jusque-là à quelques initiés, ce monde obscur où se joue pourtant un véritable Yalta numérique et dont les connexions avec le « off », l’autre monde, celui que vous et moi habitons, sont de plus en plus denses et déterminantes pour nos vies.

3Les auteurs consacrent une première partie à la genèse d’Anonymous ; s’ils nous replongent dans la contre-culture des années 1960 d’où Internet a jailli et qui l’a façonné, c’est pour bien montrer à la fois les ressemblances des Anonymous avec les hackers et le hacktivisme qui les ont inspirés, et ce cri de ralliement large, très large, qui les caractérise et les rattache plutôt à la culture populaire des années 1980, puis à la cyberculture d’aujourd’hui.

4C’est la rencontre avec WikiLeaks et Julian Assange qui va sortir les Anonymous de leur image de vilains garçons arrogants et narcissiques, et faire qu’ils se synchronisent avec la rue, se rendant particulièrement présents dans les révolutions du printemps arabe. La seconde partie relate cette ouverture au monde et le pouvoir conquis en retour par ces doublements anonymes, ces inconnus auxquels sont offertes des actions sensées, sécurisées du fait de l’anonymat et, d’un point de vue plus idéologique, qui restent à la portée de leur engagement.

5La troisième et dernière partie envisage trois scénarios possibles pour l’avenir des Anonymous et de leurs rapports aux puissances en tous genres qu’ils défient et parfois effraient ; si elle reste forcément plus discutable, on ne bascule toutefois jamais dans le registre de la fiction, et c’est ce qui caractérise cet ouvrage, sa démarche ouvertement sociologique, étayée par une grande richesse factuelle qui fait rempart aux opinions des auteurs, que l’on pressent parfois mais auxquelles on ne reste jamais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Panico, « Anonymous - Peuvent-ils changer le monde ? », Terminal, 110 | 2012, 145.

Référence électronique

Robert Panico, « Anonymous - Peuvent-ils changer le monde ? », Terminal [En ligne], 110 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://terminal.revues.org/1270

Haut de page

Auteur

Robert Panico

Comité de rédaction – Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org