Navigation – Plan du site
Dossier : les libertés à l'épreuve de l'informatique

Nanotechnologies, économie et société

Christian Papilloud
p. 105-113

Résumé

Le champ des nanotechnologies représente une des zones frontières où se rencontrent les nouvelles technologies et les nouvelles connaissances scientifiques. Il émerge au cours du XXe siècle, lorsqu’il devient possible de faire des observations à l’échelle moléculaire. Une étape importante est franchie au début des années 1990 avec la possibilité de manipuler des cel-

lules et des matériaux à cette échelle.

La littérature sur les nanotechnologies croît constamment depuis la fin des années 1990. Elle déborde le seul champ des sciences de l’ingénieur, des sciences naturelles et de la physique. Elle se caractérise par une ambivalence. La nouvelle révolution industrielle que promettraient ces technologies côtoie les nombreuses inquiétudes au sujet des risques potentiels que les nanotechnologies pourraient faire courir à l’homme, à la société et à l’environnement. Ces préoccupations n’ont jamais reçu de réponse satisfaisante.

Aussi comprend-on que la question du risque intervienne au cœur des débats sur les nanotechnologies. Elle structure le discours des experts et leur positionnement les uns vis-à-vis des autres sur la base d’une perspective commune : organiser la gouvernance des nanotechnologies. Pour comprendre ce qui la conditionne, nous avons mené l’enquête dans deux villes où la recherche et le développement des nanotechnologies sont particulièrement soutenus, Grenoble (France) et Hambourg (Allemagne).

Cette contribution s’appuie sur les résultats d’une enquête publiée sous le titre Gouverner l’infiniment petit. Les nanotechnologies à Grenoble et Hamburg, parue en 2010, aux éditions L’Harmattan.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Roco (2001), ETC-Group (2003), Bundesministerium für Bildung und Forschung (2004, (...)
  • 2 Nano signifie « nain » en latin. Pour une petite histoire des controverses au sujet du préfixe « na (...)

1Selon de nombreux rapports d’experts gouvernementaux et non gouvernementaux1, les nanotechnologies vont dominer les décennies à venir2. Les nanotechnologies ne sont pas de nouveaux objets technologiques mais des technologies conventionnelles et des procédés de fabrication correspondant miniaturisés au milliardième de mètre. Elles ne désignent pas seulement la miniaturisation de technologies existantes. Elles caractérisent également la miniaturisation de la matière. Les nanotechnologies décrivent aussi les matériaux dont on modifie la structure atomique à l’aide d’un microscope électronique à effet tunnel pour obtenir par exemple des surfaces plus résistantes ou plus lisses. Enfin, on parle de nanoparticules plutôt que de nanotechnologies lorsque l’on modifie en laboratoire des particules présentes dans l’environnement naturel pour en tirer de nouvelles fonctionnalités.

  • 3 Cf. le recensement 2010 du Woodrow Wilson International Center for Scholars, qui fait état de 1 015 (...)

2Actuellement, 1015 nanoproduits seraient présents sur le marché de la consommation grand public3. On en trouve dans les cosmétiques (les crèmes solaires, les parfums, les crèmes antirides, les déodorants, les savons), les produits ménagers (les produits pour sols, les produits de vaisselle), les textiles (combinaisons de sport sans couture, vêtements anti-plis, les chaussettes et les bandages médicaux) et l’électronique (microprocesseurs, puces électroniques). C’est quatre fois plus de produits qu’en 2006, signe que le marché des nanotechnologies connaît un développement rapide. Mais il est difficile à contrôler.

3En effet, malgré les nombreuses initiatives gouvernementales et non gouvernementales développées internationalement depuis plus de dix ans, il n’est pas facile de savoir qui fait des nanos et quel produit en contient. Ceci se répercute sur la contrôlabilité des risques éventuels que peuvent représenter les nanotechnologies pour la santé humaine et l’environnement. Ainsi, la question de la toxicité des nanomatériaux – qui représentent environ 90 % du marché des nanotechnologies – n’est pas entièrement clarifiée, de quoi jeter le doute sur la régulation de ces technologies et des risques qui y sont liés. Ce doute est-il justifié ? Pour le savoir, nous avons mené une enquête comparative à Grenoble et Hambourg entre 2006 et 2009.

  • 4 Cf. Joly (2005).

4Riches métropoles universitaires, Grenoble et Hambourg partagent une longue tradition industrielle qui prédispose à l’accueil favorable des nanotechnologies. Depuis le début des années 2000 le développement des nanotechnologies devient un enjeu majeur dans ces deux villes. Il est soutenu par les autorités politiques locales et régionales qui y investissent 2/3 à 3/4 des ressources financières qui ne sont pas pré-affectées dans les grands projets pluriannuels4.

5Notre enquête devait problématiser trois dimensions complémentaires, à savoir les risques liés aux nanotechnologies, la représentation des nanotechnologies dans la société et l’impact de ces technologies sur l’économie régionale (croissance/emplois).

6Pour aborder la question des risques, nous avons sollicité des experts en nanotechnologies. Par experts, nous entendons les scientifiques dont le travail porte sur les nanotechnologies, les promoteurs privés et publics de la culture scientifique et technique ainsi que les associations impliquées dans les débats sur les nanotechnologies. Nous avons utilisé la technique de l’entretien expert, et nous avons sollicité les mêmes experts en début et en fin d’enquête (mars 2006 et mars 2009) sur la base du même type de questionnaire.

  • 5 Nous avons interrogé quatre groupes de personnes respectivement en mars 2007, en décembre 2007, en (...)

7Pour comprendre l’attitude du public vis-à-vis des nanotechnologies, nous avons élaboré un questionnaire basé sur une association de mots et des échelles attitudinales, questionnaire adressé en face-à-face à des répondants tirés au sort à Grenoble et Hambourg. Nous avons répété ces enquêtes quatre fois pour analyser la variabilité des représentations liées aux nanotechnologies5.

8Pour décrire le rôle innovant des nanotechnologies, nous avons mené un web-survey sur les entreprises investissant tout ou partie de leurs activités dans ce domaine. Dans la littérature, les nanotechnologies devraient avoir un impact majeur sur l’emploi et le chiffre d’affaire des entreprises. Nous avons voulu savoir si on retrouvait les traces d’un tel impact dans l’économie régionale. Disons le tout de suite, ce fut la partie la plus difficile de notre enquête et celle qui a eu le moins de succès. En effet, les offices régionaux et nationaux de la statistique ne possèdent pas de chiffre sur cette question. De plus, il fut difficile d’obtenir la collaboration des industriels et des entreprises malgré le soutien des chambres de commerce de Grenoble et Hambourg et des acteurs politiques et scientifiques locaux. Après deux ans de démarches, seules 128 entreprises allemandes nous ont répondu.

9Enfin, pour mieux comprendre le contexte régional de la recherche et du développement des nanotechnologies, nous avons également sollicité les élus locaux et les institutions gouvernementales et non gouvernementales impliqués sur le dossier des nanotechnologies. Dans ce qui suit, nous présentons les principaux résultats de notre enquête en commençant par exposer la manière dont a évolué la position des experts interrogés entre 2006 et 2009.

Les experts

10En mars 2006, l’opposition relative entre d’un côté les scientifiques et les promoteurs de la culture scientifique et technique, et de l’autre les associations, porte sur qui est légitimé à produire un discours sur les risques potentiels que les nanotechnologies feraient courir à l’homme, la société et l’environnement. Les scientifiques et les promoteurs de la culture scientifique et technique se considèrent comme les seuls acteurs fondés à se positionner sur cette question. Les associations pensent au contraire que la question des risques doit concerner toute la société, et que les citoyens sont aussi fondés à se positionner sur ces questions que les scientifiques et les promoteurs de la culture scientifique et technique.

11Cette opposition et néanmoins relative, car tous les experts tombent d’accord pour marginaliser la question des risques nanotechnologiques, jugée trop vague. Mais chaque expert ne le fait pas pour les mêmes raisons. Ici aussi, nous retrouvons les scientifiques et les promoteurs de la culture scientifique et technique opposés aux associations. Pour les premiers, on parle de risques alors qu’il n’y a que peu de mesure fiable de la toxicité d’une nanoparticule, ou de la nocivité des matériaux nanostructurés. Pour les seconds, axer le discours sur les risques nanotechnologiques contribue à paralyser le débat public sur ces technologies en éludant d’autres questions tout aussi importantes, comme la question de la convergence des disciplines scientifiques, des acteurs de l’innovation, ou de la gouvernance des nanos.

12À Grenoble comme à Hambourg, les experts légitiment leur position par rapport à leur propre représentation des réactions possibles de la société à la question des nanos. À Grenoble, l’idée d’une résistance potentielle de la société aux nanotechnologies prédomine chez tous les experts. Ils la justifient en référant aux opposants locaux, en particulier le groupe Pièce et Main d’Œuvre (PMO). Par conséquent, il faut dépassionner la question des nanos, et pour les experts à Grenoble, cela signifie éviter de parler des risques. À Hambourg, l’absence d’opposition aux nanotechnologies fait dire aux experts que la population n’a pas d’avis sur la question. Aussi, inutile de faire trop de publicité autour des nanos. Il ne faudrait pas susciter inutilement la méfiance de la population.

13En mars 2009, le discours des experts a évolué. D’une part, la question des risques est systématiquement évitée. D’autre part, il n’y a plus d’opposition véritable entre les experts. Ils campent sur une même position, affirmant que la question des nanotechnologies doit être l’objet d’un débat entre experts uniquement. Les associations se sont repositionnées dans un rôle de coordination de ces différents acteurs, et elles désertent le terrain du débat public. Si cette reconfiguration de la position des experts atteste de leur volonté de dépassionner le débat autour des nanotechnologies, une volonté déjà exprimée en 2006, il faut également tenir compte d’éléments supplémentaires pour comprendre l’évolution de leur discours.

  • 6 Selon Donaldson et al. (2009), il n’y a que très peu de progrès faits sur la toxicité des nanoparti (...)

14Tout d’abord, les investigations des scientifiques sur les risques liés aux nanotechnologies, en particulier la toxicité des nanoparticules de carbone, piétinent. Pour vaincre cette difficulté, il faudrait pratiquer des tests in vivo actuellement peu nombreux6.

  • 7 Ce débat est toujours d’actualité. Preuve en est la dernière initiative de l’agence américaine pour (...)

15Deuxièmement, la mesure des taux de particules nanométriques dans l’air susceptible de déterminer la toxicité potentielle des nanoparticules achoppe sur les débats entre scientifiques relatifs à la nature nanométrique ou non-nanométrique de ce qui est mesuré7. Troisièmement, les débats organisés sur les nanotechnologies ont frustré aussi bien le public que les organisateurs et les experts qui y ont participé. Les recommandations formulées à l’issue de ces débats n’ont pas été prises en compte par les autorités politiques locales. Le public et les experts se sont souvent sentis instrumentalisés, ce qui les conduit à s’éloigner les uns des autres.

Le public

16Face à l’immobilisme des politiques locaux, le discours critique sur les nanotechnologies porté notamment par les Verts s’essouffle. Seul PMO à Grenoble poursuit sa critique radicale des nanotechnologies, contribuant paradoxalement à renforcer le discours des experts sur la nécessité de ne pas décréter de débat public sur ces technologies et de privilégier le dialogue entre experts sur les risques nanotechnologiques.

17De 2006 à 2009, c’est également la représentation que les experts se font des réactions du public à la question des nanotechnologies qui change. Si en 2006 ils se méfient d’un public qui pourrait résister au progrès scientifique et technique, ils pensent en 2009 que le public n’a pas véritablement de position sur la question des nanotechnologies, les oppositions aux nanotechnologies restant marginales. Leur opinion est renforcée par des enquêtes essentiellement nord-américaines et par les sondages du baromètre européen des technologies dont les résultats convergent vers une même conclusion : le public aime les nanos. Nos enquêtes réalisées à Grenoble et Hambourg indiquent que le problème est plus complexe.

18La première vague d’enquêtes (mars-décembre 2007) a permis de constater que les Grenoblois et les Hambourgeois interrogés ont une image vague des nanotechnologies. Pour l’ensemble des répondants, nanotechnologies signifie miniaturisation. Les répondants grenoblois insistent sur le caractère instrumental de ces technologies. Les répondants hambourgeois y voient un domaine de pointe de la recherche scientifique. De plus, les répondants interrogés en mars et en décembre 2007 ne sont ni vraiment méfiants, ni vraiment enthousiastes vis-à-vis des nanotechnologies. Ils veulent en savoir plus, sans que ce savoir ne se réduise à un plus d’informations. Dans l’attente, ils font part de leur réserve. En quoi ces technologies peuvent-elles nous être utiles, semblent dire les Grenoblois ? Dans quelle mesure font-elles avancer la science, semblent dire les Hambourgeois ?

19La reproduction de nos enquêtes en mars et en décembre 2008 est venue confirmer cette tendance. L’image que ces répondants ont des nanotechnologies se distingue peu de celle relevée chez les répondants de mars et décembre 2007. Pour les Grenoblois, les nanotechnologies sont des objets miniaturisés qui symbolisent le progrès scientifique. Pour les Hambourgeois, les nanotechnologies sont un domaine de la recherche scientifique. De même, les Grenoblois et les Hambourgeois sollicités en 2008 affichent leur retenue vis-à-vis des nanotechnologies dont ils peinent à voir l’utilité pratique, ce qui suscite leur méfiance vis-à-vis de la science et des industriels produisant ces technologies.

  • 8 Cf. Macoubrie J. (2006), « Nanotechnology : public concerns, reasoning and trust in government », P (...)

20Des enquêtes similaires effectuées aux États-Unis et en Europe8 relèvent une tendance proche de celle que nous avons dégagée non seulement à propos des nanotechnologies, mais également à l’instar d’autres technologies, telles les biotechnologies ou le nucléaire. Elle se comprend comme un double scepticisme exprimé vis-à-vis de ces nouvelles technologies et des acteurs qui les représentent et les soutiennent. Cette attitude est souvent fustigée par les politiques et les industriels, car elle pourrait éteindre les espoirs de croissance et d’emplois souvent associés à l’ère de l’abondance que les nanotechnologies devraient nous ouvrir.

L’abondance

  • 9 En France, voir par exemple le rapport de l’Afsset (2006) et les deux rapports du Ministère de l’Ec (...)
  • 10 L’un des rapports les plus critiques sur ce point a été publié par le cabinet de consultants Cienti (...)

21Habituellement, on estime que le marché mondial des nanotechnologies se déterminera aux alentours de 3 000 milliards de dollars de revenus en 20159. Or, ce chiffre est très controversé10. Les rapports économiques les moins optimistes le divisent par deux, pointant le fait que la plupart des estimations actuelles ne distinguent pas la production de nanotechnologies et la valeur ajoutée par l’implantation de nanotechnologies dans des produits existant. Autrement dit, si un produit vendu 100 dollars contient des nanotechnologies pour une valeur de 1 cent, les estimations prennent en compte la valeur totale du produit, c’est-à-dire 100 dollars.

22Il est d’autant plus difficile de gagner en clarté sur ces estimations qu’aucun indicateur économique ne circonscrit la part de la richesse générée par la production de nanotechnologies et celle générée par la valeur ajoutée des produits contenant des nanotechnologies. De manière analogue, les chiffres de l’emploi sont souvent exagérés car ils sont directement déduits des estimations les plus haussières des revenus générés par le marché mondial des nanotechnologies.

23Enfin, il faut constater que tous les rapports gouvernementaux et non gouvernementaux se reprennent ces chiffres sans les mettre en question, pour une raison souvent très simple : il est impossible de pouvoir les rapporter à une réalité économique des nanotechnologies, réalité qui reste le plus souvent protégée par le secret industriel, voire par le secret d’État. Le problème se retrouve à Hambourg comme à Grenoble. Si la croissance économique dans les deux métropoles reste en moyenne stable depuis dix ans, si par conséquent on ne voit pas d’effet notable de l’impact des nanotechnologies à ce niveau, Hambourg revendique 5 000 emplois créés dans ce secteur, et Grenoble 13 500 en dix ans. Or, lorsqu’on rapporte ces chiffres aux statistiques officielles, on s’aperçoit que les 5 000 emplois de Hambourg sont en fait le chiffre des emplois créés dans tout le secteur industriel hambourgeois. Quant aux 13 500 emplois sur Grenoble, ce sont l’ensemble des emplois de Minalogic.

24Voilà pourquoi nous avons mené notre enquêtes sur les entreprises et les industries investissant tout ou partie de leur activité dans les nanos. Étant donné les difficultés mentionnées plus haut, nous synthétisons les résultats obtenus pour Hambourg seulement.

25La majorité des industries et des entreprises qui nous ont répondu tirent leurs revenus sur les nanotechnologies en restant dans leur domaine de spécialisation. Elles se portent relativement peu vers des activités autres. La plupart de ces industries et de ces entreprises puisent à une source commune de revenus sur les nanotechnologies, les nouveaux matériaux. Toutes cherchent à diversifier cette source en investissant un marché potentiellement porteur, l’environnement. En d’autres termes, l’idéal de convergence des secteurs économiques souvent mis en évidence pour justifier la manne financière que les nanotechnologies devraient apporter n’existe pour ainsi dire pas.

26Qu’en est-il de l’emploi ? Les entreprises tirant une part de leurs revenus des nanotechnologies sont au deux tiers des unités de moins de 50 employés. Si l’on considère souvent que ces entreprises sont en pointe de l’innovation et qu’elles sont une source majeure d’emplois, on sait également que leur situation fluctue dans le temps et en fonction des conditions du marché. Ajoutons que dans le cas particulier de Hambourg, 50 % du personnel de ces entreprises possède un titre universitaire, ce qui les distingue significativement des entreprises de plus de 50 employés et des industries. Par conséquent, les micro et les petites entreprises qui investissent dans les nanotechnologies sur Hambourg sont susceptibles de rechercher une main d’œuvre possédant un niveau de qualification élevé. Compte tenu de ces deux critères, on peut imaginer que le nombre d’emplois générés par l’activité de ces entreprises dans les nanotechnologies sera modeste à court comme à moyen terme. Les résultats récoltés sur Hambourg mènent ainsi à deux conclusions. Premièrement, les entreprises et les industries interrogées sont très peu nombreuses à construire des liens de complémentarité forts en dehors de leur champ d’activité, ce qui mène à supposer qu’elles utilisent les nanotechnologies avant tout comme une innovation incrémentielle. Deuxièmement, cette absence de complémentarité rend plus difficile l’alimentation du processus d’innovation et la réduction de son coût. Dans les deux cas, les résultats récoltés sur Hambourg indiquent que l’exploitation du potentiel innovant des nanotechnologies est actuellement sinon marginal, du moins sous-optimal.

Conclusion

27La rhétorique des lendemains qui chantent n’a pas l’avantage de la nouveauté. Dans notre contexte, elle caractérise le discours des promoteurs de nanotechnologies et elle n’opère pas en liant directement « contrôle des risques » et « profits socio-économiques ». Elle mise sur un thème médiateur : l’incertitude. L’incertitude joue un rôle de signifiant vide pour la rhétorique des risques/bénéfices susceptible de neutraliser les prises de position les plus contraires à son profit. Comment cela fonctionne-t-il ?

28D’une part, en affirmant que la recherche et le développement des nanotechnologies n’en sont qu’à leur début ; il va donc de soi que l’incertitude règne sur les risques et les bénéfices que l’on pourra en retirer. Cet énoncé normalise le lien établi entre les risques et les bénéfices en jouant sur la dimension temporelle de l’incertitude. Plus le temps passe, plus les risques seront clarifiés et plus probables seront les bénéfices socio-économiques.

29D’autre part, dire que l’incertitude est le lieu commun de la recherche et du développement des nanotechnologies est incertain. Les efforts investis dans les nanotechnologies sont là pour le prouver. Ils contribuent à réduire l’incertitude. Le caractère unilatéral de la promotion des nanotechnologies s’en trouve renforcé. Dès lors, si l’incertitude est le lot commun en matière de nanotechnologies, toute la société doit se mobiliser.

30Cette rhétorique permet aux gouvernements et aux promoteurs des nanotechnologies de décharger le rapport de force réel ou potentiel avec les critiques et les opposants aux nanotechnologies. Elle permet également de contourner le problème de l’autorité de la science et des asymétries qui en découlent, d’une part entre la connaissance scientifique et la connaissance collective, d’autre part entre la science et la société.

31L’incertitude susceptible de relativiser les différences entre les positions des acteurs sur les nanotechnologies et leurs discours favorise un déplacement des attentes. Elles doivent s’établir par rapport à un futur porteur d’opportunités dont les promoteurs des nanotechnologies se veulent les garants.

32Cette conception du futur permet de valoriser l’appropriation des enjeux que les nanotechnologies et leur gouvernance posent dans le présent. Toute participation à la promotion des nanotechnologies contribue à la concrétisation du bien-être général. L’appel à la participation de tous demeure ainsi le moyen de légitimer l’intégration de la société au cœur du progrès technologique. Mais désormais, sa pertinence pratique et sa légitimité politique se mesurent à la capacité d’accepter des risques indéterminés.

Haut de page

Bibliographie

AFFSET (2006), Les nanomatériaux. Effets sur la santé de l’homme et sur l’environnement, Paris, Affset.

BMBF (2004a), Bundesbericht Forschung, Berlin, Bundesministerium für Bildung und Forschung.

BMBF (2004b), Nanotechnologie erobert Märkte, Berlin, Bundesministerium für Bildung und Forschung.

BMBF (2008), http://www.bmbf.de/pub/nano\initiative\aktionsplan\2010.pdf (vérifié le 17.04.2011).

FRIENDS OF THE EARTH IN AUSTRALIA. Chain Reaction (2006), Size Does Matter. Nanotechnology Small Science, Big Questions !, Melbourne, 97.

CIENTIFICA Ltd. (2007), Half-Way to the Trillion Dollar Market?, London, Cientifica. DONALDSON, K., BORM, P.J.A., CASTRANOVA, V., GULUMIAN, M. (2009), http://www.parti-

cleandfibretoxicology.com/content/6/1/13 (vérifié le 17.04.2011).

ETC-GROUP (2003), From Genomes to Atoms. The Big Down. Atomtech  : Technologies Converging at the Nano-Scale, Winnipeg : 84 pages.

EUROPEAN NANOTECHNOLOGY GATEWAY (2005), The Ethical Aspects and Political Implications of Nanotechnology, Nanoforum.org. 4th Nanoforum Report  : Benefits, Risks, Ethical, Legal and Social Aspects of Nanotechnology. Part 5, Bruxelles, European Nanotechnology Gateway.

FRIENDS OF THE EARTH (2009),

http://www.foe.org/sites/default/files/SunscreensReport.pdf (vérifié le 17.04.2011).

JOACHIM C., PLÉVERT L. (2008), Nanosciences. La révolution invisible, Paris, Seuil.

JOLY B. (dir.) (2005), Démocratie locale et maîtrise sociale des nanotechnologies. Les publics grenoblois peuvent-ils participer aux choix scientifiques et techniques ?, Paris : 58 pages.

KLING J. (2007), Nanotech under scrutiny, but tighter regulation remains distant, Nature Biotechnology, 25 (10)  : 1068.

MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L’INDUSTRIE (2006), Technologies clés

Paris, Éditions de l’Industrie.

MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L’INDUSTRIE (2008),

www.industrie.gouv.fr/enjeux/rapport\nanosecurite\2008.pdf (vérifié le 17.04.2011).

PAPILLOUD C. (2010), Gouverner l’infiniment petit. Les nanotechnologies à Grenoble et Hambourg, Paris, L’Harmattan.

ROCO M.C. (2001), International strategy for nanotechnology research and development, Journal of Nanoparticle Research, 3 : 353-360.

VINCK D. (2009), Les nanotechnologies, Paris, Le Cavalier Bleu. WOODROW WILSON INTERNATIONAL CENTER FOR SCHOLARS (2009),

www.nanotechproject.org/news/archive/8309/ (vérifié le 17.04.2011).

WOODROW WILSON INTERNATIONAL CENTER FOR SCHOLARS (2010),

www.nanotechproject.org/inventories/consumer/analysis\draft (vérifié le 17.04.2011).

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Roco (2001), ETC-Group (2003), Bundesministerium für Bildung und Forschung (2004, 2004b), European Nanotechnology Gateway (2005), Chain Reaction (2006), Vinck (2009).

2 Nano signifie « nain » en latin. Pour une petite histoire des controverses au sujet du préfixe « nano » et des différents malentendus générés par sa double sémantique (« nano » du latin nanus et « nanno » du grec ancien nannos), cf. Joachim C., Plévert L. (2008).

3 Cf. le recensement 2010 du Woodrow Wilson International Center for Scholars, qui fait état de 1 015 produits fabriqués par 484 industriels dans 24 pays.

4 Cf. Joly (2005).

5 Nous avons interrogé quatre groupes de personnes respectivement en mars 2007, en décembre 2007, en mars 2008 et en décembre 2008. Au total, nous avons sollicité plus de 1 500 personnes.

6 Selon Donaldson et al. (2009), il n’y a que très peu de progrès faits sur la toxicité des nanoparticules car la recherche in vivo est quasi inexistante. La recherche in vitro domine et elle ne favorise pas une prise en compte des effets systémiques des nanoparticules sur la santé humaine (notamment les dégradations des tissus cellulaires et de l’ADN). Voir également l’article de J. Kling (2007, p. 1068) et la mise en garde publiée par Friends of the Earth sur les crèmes solaires contenant des nanomatériaux (2009).

7 Ce débat est toujours d’actualité. Preuve en est la dernière initiative de l’agence américaine pour la protection de l’environnement EPA qui propose fin 2009 de définir la nanotechnologie comme un « ingrédient contenant des particules intentionnellement produites pour avoir une taille se situant approximativement entre 1 et 100 nanomètres » (cf. Woodrow Wilson International Center for Scholars, 2009). Si cette définition pourraît influencer la recherche et le développement en matière de nanotechnologies dans le monde, force est de constater que pour l’instant, elle n’est entérinée ni par la communauté scientifique, ni par les industriels, ni par les gouvernements. De plus, cette définition ne devraît s’appliquer qu’aux nanomatériaux, et non à toutes les nanotechnologies.

8 Cf. Macoubrie J. (2006), « Nanotechnology : public concerns, reasoning and trust in government », Public Understanding of Science, 15 (2)  : 221-241 ; Scheufele D.A., Corley E.A., Shih T.-J., Dalrymple K.E., Ho S.S. (2008)  : 1-4 ; Werwatz A., Belitz H., Kirn T., Schmidt-Ehmcke J. (2007), Innovationsindikator Deutschland 2007, Berlin, DIW.

9 En France, voir par exemple le rapport de l’Afsset (2006) et les deux rapports du Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie (2006, 2008) largement inspirés des estimations de Roco (op.cit., p. 354).

10 L’un des rapports les plus critiques sur ce point a été publié par le cabinet de consultants Cientifica Ltd. (2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Papilloud, « Nanotechnologies, économie et société », Terminal, 110 | 2012, 105-113.

Référence électronique

Christian Papilloud, « Nanotechnologies, économie et société », Terminal [En ligne], 110 | 2012, mis en ligne le 07 mars 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://terminal.revues.org/1245 ; DOI : 10.4000/terminal.1245

Haut de page

Auteur

Christian Papilloud

Professeur des universités, Laboratoire CERReV, Dpt. de Sociologie, UFR des Sciences de l’Homme, Université deCaen Basse-Normandie. Courriel : christian.papilloud@unicaen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org