Navigation – Plan du site
Dossier : travail et TIC

Fabrication des diapositives numériques et mise en scène des collectifs de projet

Gérald Gaglio et Michel Marcoccia
p. 55-67

Résumé

En analysant le cas spécifique de production des diaporamas (slides) à partir des outils et des moyens matériels mis en oeuvre, Gérald Gaglio et Michel Marcoccia montrent comment dans ces nouveaux processus, le travail n’est plus séquentiel mais simultané, typique des collectifs par projet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On estime aujourd’hui à 500 millions le nombre d’utilisateurs du logiciel dans le monde et à 30 mil (...)

1L’omniprésence des diapositives numériques (DN)1, spécialement en milieu professionnel, est la cible de critiques acerbes. Les propriétés du format et de la technologie entraîneraient ainsi une pensée dégradée. On trouve aussi sur le sujet une littérature prescriptive visant à rendre optimale la présentation des DN, en s’attaquant à des dérives comme la redondance entre l’écrit et l’oral [Jamet, 2008]. Enfin, une posture situationniste est proposée. Elle s’intéresse aux réunions de présentation de DN, en les analysant, notamment, comme une performance scénique [Paravel, Stark, 2008].

2Ces perspectives laissent insatisfaits pour deux raisons. D’une part, elles s’arrêtent sur quelques slides jugés emblématiques, sans conter l’histoire qui y a mené et les versions préparatoires du document dans lequel ils s’insèrent. D’autre part, cette littérature néglige que « Power Point » est un réseau sociotechnique dont les DN ne sont qu’une partie : il comprend les ordinateurs à partir desquels les DN sont façonnés, les vidéoprojecteurs pour les exposer et les composer directement dans des salles de réunion équipées, des individus pour les rédiger en co-présence ou à distance, des présentateurs qui les compléteront et les publics les réceptionnant.

  • 2 L’hypothèse sous-jacente est que les collectifs de projet, selon les environnements, peuvent être c (...)

3Cette distribution fait écho aux collectifs de travail contemporains. L’accomplissement pratique de leur activité est pris dans des agencements sociotechniques hétérogènes ; les lieux de réalisation du travail sont pluriels et les salariés sont éclatés dans les différents « projets » auxquels ils doivent contribuer. Au-delà du discours idéologique faisant de la notion de réseau son bras armé [Boltanski, Chiapello, 1999], le mode projet enjoint les acteurs à entrer en relation et à se coordonner dans un cadre prescrit. De ce fait, il est possible de prendre la réalité empirique « collectifs de projet » comme point de départ. Le terme de collectif s’apparentera alors, en première instance2, à un regroupement d’individus aux expertises diversifiées devant œuvrer ensemble, alors que la littérature sur les collectifs de travail présuppose généralement l’appartenance à un même métier [Cru, 1988].

4Dans cet article, la façon dont ces collectifs de projet sont figurés à l’intérieur des jeux de DN sera prise pour objet. Transitivement, nous nous demanderons ce que la fabrication de présentations de DN apprend du travail au sein de ces collectifs. Dans des économies fortement empreintes par les TIC où l’activité se concrétise rarement par des productions matérielles, l’enjeu est d’étudier comment des contributions à un projet se montrent, en insistant sur l’attribution de ces contributions dans les versions successives de documents.

5Le terrain étudié, la nature du matériau collecté et la méthodologie d’analyse vont être d’abord indiqués. Puis notre problématique sera étayée. Dans un troisième temps, la mise en scène des collectifs de projets sera rapportée à des phénomènes énonciatifs. Pour finir, nous nous pencherons sur le fonctionnement des collectifs de projet, au travers de la fabrication des présentations de DN.

Terrain, données collectées et méthodologie

6Notre matériau provient d’une observation participante. De janvier à novembre 2005, un des auteurs est chargé d’études marketing dans la direction « nouveaux services » d’un opérateur de téléphonie mobile français (Telecomob). Cette observation fut incidente : l’embauche n’avait pas pour dessein secret de donner lieu à des écrits de recherche, en masquant ce but aux personnes environnantes. Elle n’a pas non plus été diligentée par l’entreprise.

7Très vite, cet emploi a donné à vivre des expériences intéressantes en tant que sociologue. La position occupée a en outre permis de collecter un corpus conséquent (plus de 1 000 documents) de DN : nous en étions destinataire (par e-mail) ou y avions accès via des bases de données. Cette masse de documents a ensuite été classée thématiquement et conservée informatiquement après le départ de l’entreprise. Elle couvre l’activité organisationnelle de Telecomob (séminaires, projets divers, bilans financiers, support à des groupes de travail ...). Nous nous focaliserons sur des documents relatifs au segment organisationnel enquêté, à savoir des entités marketing missionnées pour concevoir des nouveaux services sur le téléphone mobile (géolocalisation, paiement, télévision sur mobile, Internet mobile...). Ce poste a enfin autorisé à assister à l’élaboration puis la présentation de plusieurs de ces documents. Nous nous sommes également adonné à ces activités. Tous ces éléments font que les interprétations qui suivent proviennent d’une connaissance intime du terrain.

8La démarche est donc ethnographique. Elle a consisté à relater sur des carnets de bord des situations et des analyses « à chaud », à collecter des documents et à observer des situations. Le corpus de documents a ensuite été partagé avec un linguiste. Une « jurisprudence ethnographique » a été par la suite construite [Bazsanger & Dodier, 1997]. Deux cas ont été approfondis, sans prétendre à une quelconque « totalisation » (ibid). Ils concernent de nouveaux services envisagés par l’entreprise enquêtée autour de la télévision et du paiement sur mobile. Rajoutons que le principe, contingent, d’ouverture du corpus a été la participation à la réalisation d’une étude de marketing qualitatif portant sur les projets concernés, alors que la clôture correspond à la présentation d’un état des lieux du projet, demandée par le management. Cela représente une période de six mois, dans les deux cas.

9Les DN dans les organisations sont souvent les produits d’un processus d’élaboration collectif, mettant en jeu divers acteurs. Ainsi, un diaporama dit

10« final » (DF, tel l’état des lieux concernant un projet), résulte d’une chaîne de documents préalables : documentation, versions intermédiaires, brouillons, etc. Pour analyser la manière dont un diaporama présenté dans une organisation contribue à rendre visible le collectif qui l’a produit, il paraît pertinent d’adopter une démarche génétique. Cela revient à faire l’analyse sémio-linguistique du document final non pas pour lui-même, mais pour analyser son processus d’élaboration, ou, plus précisément, d’analyser le document final à travers son processus d’élaboration. Cette démarche correspond à celle utilisée dans le champ des études littéraires depuis les années 1970 [de Biasi, 2000] : on appelle « génétique des textes » ou « critique génétique » l’interprétation des œuvres littéraires à la lumière de leurs brouillons ou de leurs documents préparatoires.

11L’intérêt de cette approche réside ici dans sa capacité à observer la manière dont un collectif se manifeste à l’occasion du processus d’élaboration de DN. Ainsi, le lien entre DN et collectif sera analysé de deux manières : en observant comment le DF met en scène ou reflète un collectif, par des moyens verbaux et visuels, mais aussi en analysant les traces de la genèse de ce document comme des indices visibles de constitution de ce collectif. Quelles contributions sont retenues et écartées ? Que nous disent ces mécanismes énonciatifs et discursifs des principes d’organisation et de leadership du collectif ?

12L’étude sémio-linguistique portera sur deux phénomènes. Tout d’abord, on s’intéressera à la mise en scène énonciative des documents, c’est-à-dire à la manière dont les DN manifestent / masquent et caractérisent les acteurs qui ont participé à la production de documents préalables au DF, qui ponctue une chaîne documentaire. Par ailleurs, on observera le phénomène de circulation de discours entre les documents. Qu’est-ce qui, dans le DF, est repris ou non des documents préparatoires et, pour les mécanismes de reprise, comment ces éléments de discours sont reformulés et transformés ? Ainsi, cette démarche permettra d’identifier dans le DF des indices de sa réalisation et de la manifestation du collectif de travail qui l’a porté.

13L’analyse sociologique proposera une interprétation des principaux résultats obtenus par l’étude énonciative : nature des discours circulant et émergeant, hétérogénéité énonciative peu manifestée, processus de « Powerpointisation » plus le DF s’approche. Avant d’y venir, explicitons davantage la mise en relation de la confection ordinaire de documents numérisés et la problématique des collectifs de travail.

Diapositives numériques et collectifs, une mise en tension

  • 3 Car cela a été réalisé préalablement, dans une optique diachronique, en envisageant successivement (...)

14De prime abord, ce rapprochement peut sembler disproportionné. D’autant que nous ne mobilisons pas les discours formulés par les acteurs sur cette activité scripturale accaparante3, ni les interactions en situation de présentation, à la manière des workplace studies : en plus de cadrer les réunions, la projection des DN modifie, en partie au moins, la réalisation du travail, « PowerPoint » n’est pas simplement un médium permettant de l’effectuer [Norman, 1993]. Plus précisément, le présentateur met en valeur certains contenus des DN par des effets visuels, des compléments oraux ou à l’aide d’un pointeur laser [Knoblauch, 2008], ce qui n’est pas neutre.

15Deux aspects justifient toutefois notre approche orientée documents. Premièrement, les présentations de DN recoupent tous les secteurs de l’entreprise investiguée (finance, marketing, ressources humaines, etc.). Ces présentations sont ancrées dans l’organisation du travail en projet. Elles le cadencent, en même temps qu’elles constituent les « livrables » des projets. En outre, ces présentations empruntent toujours une forme provisoire, à compléter, non stabilisée. Elles sont fréquemment en chantier, notamment parce qu’elles s’écrivent à plusieurs mains et sont le produit de sources disparates voire masquées. Elles revivent aussi sous d’autres formes, des parties sont récupérées. Au total, ces présentations sont au cœur de l’activité des collectifs de projet, du fait de leur prégnance et du spectre qu’elles embrassent. Malgré la complainte récurrente des salariés côtoyés (« je ne fais plus que ça ! »), elles ne constituent pas une activité annexe au travail mais en sont une composante [Gaglio, 2009].

16Toujours en transformation, elles font aussi écho au débat sur les collectifs de travail contemporains. Les recherches pensant ensemble les collectifs de travail et l’usage des technologies numériques se superposent à l’appréhension générale de l’impact des TIC sur le travail. D’un côté, l’on considère que les usages des technologies numériques éclatent les collectifs, au même titre que le travail en projet, qui se généralise. À ceci s’ajoute l’affaiblissement des collectifs traditionnels (de métier, syndicaux) au sein d’un modèle productif difficilement définissable, qui contraste avec la clarté des oppositions dans le taylorisme. « Travailler ensemble séparément » via les TIC [Craipeau, 2001] entraîne alors un éclatement, une déterritorialisation de la coopération et une spirale de l’urgence qui nuisent à l’apparition de solidarités et de confiance.

17A contrario, d’autres chercheurs soutiennent que de nouveaux collectifs émergent. Ceux-ci sont plus individualisés, labiles, « entrecroisés et transitoires » [Bercot & Coninck, 2003]. L’expression de « communautarisation molle » [Courpasson, 2000] subsume cette fragilité, ces liens moins durables qu’auparavant, plus négociés et intéressés. En outre l’appartenance simultanée à plusieurs de ces groupes favoriserait l’intégration au travail [Bercot & Coninck, 2003]. En étudiant l’usage des mails dans de grandes firmes industrielles, J. Rosanvallon [2007] propose à ce titre la catégorie de « collectifs de co-activité ». Ils sont marqués par la distance géographique, la diversité professionnelle, la coordination et œuvrent à une tâche commune.

18Les collectifs de projet s’en rapprochent. Ils sont provisoires (les projets se succédant), ses membres émargent d’expertises plurielles et doivent se coordonner pour parvenir à une production collective : concevoir des nouveaux services avant de passer la main aux équipes de commercialisation. Pour ce faire, ils confectionnent des écrits, en particulier des jeux de DN. La question n’est plus alors de savoir si les collectifs traditionnels s’effritent ou si d’autres émergent. Il s’agit d’examiner comment les collectifs de projet, préexistants (quoique flous) car institués par l’organisation, sont incarnés à travers cette activité collaborative et comment ils opèrent, au moins dans ce cadre.

DN, énonciation et mise en scène du collectif

Une chaîne de documents

19Pour analyser le processus de production d’un document, l’approche génétique se donne pour objectif de reconstituer l’avant-texte, c’est-à-dire l’ensemble matériel des documents se rapportant à la genèse du document étudié [De Biasi, 2000]. Il s’agit d’inventorier et de classer les pièces du dossier de genèse. Cette démarche s’illustrera par l’exemple suivant  : l’élaboration d’une série de DN au sein de Telecomob, qui débute par une étude de créativité sur « la télévision en mobilité » (« quels contenus télévisuels pourraient être proposés en accès à partir d’un téléphone portable ? Quelles sont les attentes des clients ? ») et s’achève dans un DF, l’état à date du projet « télévision sur mobile ». Le processus d’élaboration sera découpé en trois phases et est alimenté par cinq types de documents. Tout d’abord, une première phase (pré-rédactionnelle) est alimentée par divers documents : une commande (un service de l’entreprise définit le brief d’une étude sur les services à venir de télévision sur mobile, les enjeux de l’étude, les questions à traiter. L’étude sera réalisée par un institut externe à l’entreprise), une étude (l’institut choisi pour l’étude livre sa réalisation, sous la forme d’un diaporama), des documents de travail (l’étude livrée fait l’objet de diverses synthèses au sein de l’entreprise commanditaire). Dans une seconde phase (rédactionnelle), un diaporama de synthèse est réalisé par un chargé d’étude de l’entreprise. C’est un brouillon du DF, visant à mettre en évidence les éléments de l’étude susceptibles de devenir des « éléments d’exploitation » pour l’entreprise commanditaire. Dans une troisième phase (d’édition), est réalisée une présentation organisationnelle, servant de support à un exposé du chef de projet (qui fait partie de ceux qui ont élaboré la commande) aux dirigeants de l’entreprise.

Organisation textuelle et visuelle des DN : un processus de « PowerPointisation »

20Les séries de DN étudiées reposent sur différents principes d’organisation textuelle et visuelle, assez caractéristiques, pour certains, de ce que F. Frommer [2010] appelle la « syntaxe ppt » : style télégraphique, utilisation de nominalisations et de verbes à l’infinitif, utilisation de l’article indéfini « un », organisation en listes, usage prépondérant de la communication visuelle et graphique, abondance de photographies et d’illustrations à des fins informatives ou décoratives. Cependant, contrairement à ce qu’avancent les travaux critiques sur l’usage de Power Point, cet outil n’incite pas nécessairement ses utilisateurs à utiliser la « syntaxe ppt ». De ce point de vue, l’analyse génétique de notre corpus nous permet d’observer un phénomène intéressant  : plus l’on se rapproche du DF, plus les documents sont proches de la syntaxe ppt.

21Ainsi, les documents préparatoires ont une organisation textuelle et visuelle qui les inscrit dans un registre hybride, entre le document écrit standard et la « pure » diapositive numérique. Par exemple, dans l’étude initiale, les titres des diapositives sont rédigés de manière assez académique, et annoncent le contenu des diapositives sans le résumer (« Les spécificités de la TV/Vidéo mobile Vs TV fixe »). Quantitativement, le texte a autant d’importance que la communication visuelle (près de 50 % des DN sont constituées uniquement de texte). Ce texte est parfois très rédigé : « L’étude s’inscrit dans une perspective de planning à moyen et long terme. Aussi, notre objectif a été de mettre en avant ces nouvelles idées de services sans préjuger de leur niveau de complexité, de technicité, voire d’opérabilité. « Ce style textuel et visuel est sans doute lié à la fois à une « rhétorique de l’étude » (marquée par les usages académiques de l’écriture) et l’autonomie de la présentation, également conçue pour être lue de manière autonome.

22Globalement, les documents préparatoires et le diaporama de synthèse empruntent plus nettement à la « syntaxe ppt » : on y trouve des titres résumés (« principal résultat  : émergence d’un registre de projection prioritaire ») , l’utilisation de nominalisations (« volonté d’un style télévisuel nouveau »), d’attributs indéfinis (« un objet autant individuel que mobile ») . L’organisation textuelle repose évidemment sur l’établissement de listes et, du coup, privilégie les classements, typologies, hiérarchisations, mais ces DN utilisent néanmoins plus de texte que de communication visuelle. On observe quand même des procédés iconiques, comme les smileys souriants et tristes pour signaler les leviers et les obstacles au développement de nouveaux usages (« Difficulté pour les “clients” à appréhender le mobile comme un média, il demeure principalement un objet de communication  ») .

23En comparaison, le DF est totalement régi par la syntaxe ppt. On y trouve de nombreux titres résumés, des titres avec effets de suspense (« Une offre télévisuelle large...mais à deux vitesses... »), de nombreux anglicismes (« Roadmap des services vidéo et Mobile TV »). Peu de place est accordée au texte seul (à peine 10 % des DN) ; la communication visuelle l’emporte, avec de nombreux schémas, diagrammes, graphiques et mappings, lourdement illustrés de photographies et d’illustrations.

24Ainsi, l’analyse génétique des documents permet d’observer un processus au cours duquel les documents produits ressemblent de plus en plus à des DN caricaturaux et s’éloignent progressivement du registre écrit. On peut parler d’un processus de « PowerPointisation » des documents.

Hétérogénéité énonciative et circulation des discours

25D’un point de vue discursif, le processus de production du DF implique plusieurs instances d’énonciation : les rédacteurs de la commande, l’institut ayant réalisé l’étude, les acteurs ayant contribué à l’élaboration des documents de travail et de la synthèse et le chef de projet (pour le DF). Parmi ces différents documents, le DF occupe une place privilégiée dans la mesure où il est la seule trace du processus qui sera exposée aux destinataires finaux. Ainsi, il peut être analysé comme une mise en scène du processus et, surtout, des différents acteurs qui y ont participé.

26Même s’il est présenté ou pris en charge par une seule personne, le document met en scène plusieurs instances d’énonciation (qui seront rendues visibles comme auteurs ou non). En analyste de discours, on dira que ce document se caractérise par une forte hétérogénéité énonciative (AuthierRevuz, 1982] dont on peut analyser le régime de visibilité, c’est-à-dire la manière dont le document la manifeste ou la masque.

27Au cours de la genèse du DF, cette hétérogénéité est parfois manifestée. Deux procédés peuvent être relevés. Tout d’abord, la première diapositive d’un DN, qui constitue sa page de titre, peut être logiquement un espace utilisé pour rendre visible le collectif. Ainsi, sur la première page du DN de synthèse, l’hétérogénéité énonciative est manifestée par l’indication des plusieurs instances ayant participé à l’élaboration des DN : le service interne de l’entreprise, l’institut d’études externe, et, en position haute, l’entreprise. Chacune de ces instances est représentée par un logo. Par ailleurs, la présence d’un discours autre peut être manifestée par l’explicitation de la source du discours et par son marquage par des guillemets (« Pour un téléspectateur d’un nouveau genre... « le mobispectateur »... (Source : Atelier créatif / Sens Public / mai 2005) »).

28Ces formes typiques de manifestation d’hétérogénéité énonciative sont rares dans notre corpus, plutôt marqué par des phénomènes de masquage. Ainsi, le discours porté par le DF se présente comme n’étant assumé que par une seule source énonciative. Par exemple, les contenus de certaines diapositives du diaporama de synthèse sont totalement repris dans le DF (avec une légère modification du titre et, le plus souvent, de la mise en forme) sans indication de la source. Pour les destinataires finaux, il est impossible d’identifier d’autres sources énonciatives que celle du présentateur.

29Lorsque l’on s’intéresse à la circulation des discours d’un diaporama à un autre, on note quelques phénomènes de reprise lexicale. Par exemple, le document commande insiste sur l’argument de la « personnalisation » des services (« le véritable lancement de la vidéo mobile avec une forte mise en avant de la thématique personnalisation »). Ce terme est alors repris de nombreuses fois dans l’étude, dans les documents préparatoires et dans le DF, sans que cela ne s’accompagne d’une mise en visibilité des discours d’origine. Par ailleurs, il s’établit une sélection des termes ou des thématiques au cours du processus d’élaboration du DF.

30Ainsi, à la différence du thème de la personnalisation, d’autres thématiques ne circulent pas d’un document à l’autre : par exemple, l’étude décrit les services à développer comme « attractifs, simples, ludiques, porteurs ». Seule la thématique de la simplicité était initiée dans le document commande (« interactivité simple ») et seule celle du jeu est reprise dans la DN de synthèse et le DF (« ludique, humour, légèreté »). De la même manière, l’étude propose une typologie des services susceptibles d’être mis en marché (« les fractionnés, les contextualisés, les thématiques, les personnalisés, les localisés ») qui est reformulée : une restriction s’opère dans un des documents de travail, dans lequel ne sont plus présentés que les « fractionnés », les « thématiques » et les « personnalisés ». Une nouvelle restriction est observable dans le DN de synthèse, où on ne parle plus que de « fractionner des programmes ».

31Au long de la genèse du DF, on observe en réalité la succession de différents genres de documents : la commande correspond à un discours assertif et directif (un état des lieux assorti de questions), l’étude emprunte aux registres didactiques ou scientifiques : il s’agit de décrire, d’analyser, de classer. Mais, les documents préparatoires utilisent l’étude en essayant d’en tirer des « éléments d’exploitation » pour l’entreprise. On observe ainsi une reconfiguration sémantique et pragmatique des thèmes au cours du processus, allant de l’étude jusqu’au document orienté vers l’action et la décision.

Fonctionnement des collectifs de projet au travers de la fabrication de DN

DN et mode projet

32En plus d’une reterritorialisation du travail engendrée par la multiplication des réunions, la confection des DN chez Telecomob matérialise l’existence des collectifs de projet. Cette incarnation est discursive, sémiotique, symbolique et provisoire (jusqu’au prochain DF). Le mode projet est une forme d’organisation du travail qui a pour but de réduire le temps moyen menant à la commercialisation, tout en augmentant le niveau de qualité.

33Dans le cas de la conception puis de la fabrication de la Twingo par Renault à la fin des années 1980, l’instauration du mode projet a donné lieu à un apprentissage organisationnel probant [Midler, 1993], quoique conflictuel, à telle enseigne que C. Midler parle d’« organisation créatrice ». Les auteurs insistent davantage aujourd’hui sur la difficulté d’instaurer des relations de confiance du fait des débordements temporels des projets, de même que sur la fragilisation identitaire des professionnels [Cihuelo, 2008] engendrée par cette modalité de coopération.

34Le mode projet substitue à la « séquentialité « (chaque corps de métier isolé se passant le relais pour parvenir à une mise en marché) une simultanéité : notamment, le marketing, l’ingénierie, le juridique, les études travaillent de concert sur des mêmes projets. Il institue aussi des collectifs non pérennes (un projet a un début et une fin) et aux frontières parfois nébuleuses (qui participe au projet  ?). La confection de DN atteste de l’activité de ces collectifs institués. De quelle façon ?

Un travail en paroles et en icônes

35Nous l’avons vu, la fabrication des DN demande à être analysée en tant que chaîne documentaire. Les jeux de DN se produisent même à la chaîne, tant ils sont nombreux et confectionnés à une cadence soutenue. Rajoutons qu’ils sont quelquefois réalisés « en live », lors d’une réunion prévue à cet effet. Le plus souvent, ils s’élaborent suite à une commande. Plusieurs experts identifiés vont alors piocher, notamment, dans un stock de présentations disponibles. Ils transmettront ensuite par e-mail leurs DN à un chef de projet lissant l’ensemble.

36Dans ces collectifs de projet, la circulation d’un langage commun, voire convenu et dénué de signification précise (la « personnalisation ») est de mise, afin d’être écouté, de ne pas détonner et de convaincre. La prime est au conformisme. Les salariés récupèrent des expressions, des sigles, qui essaiment dans l’entreprise et favorisent une intercompréhension parfois de façade. Le terme « usage », présent à l’envi sur les DN, est par exemple éminemment polysémique.

37Mais les DN ne se contentent pas de refléter et de reproduire un interdiscours figé. Des figures sont parfois créées, enrichissant le répertoire commun. Il en est ainsi du « mobispectateur », expression issue de l’étude d’un institut et diffusée par un chargé d’étude de Telecomob. Elle se fait peu à peu omniprésente et attire le regard sur une mutation possible : un consommateur « nouveau » émergerait au carrefour de l’utilisateur de mobile et du téléspectateur. En d’autres termes, pour le collectif de projet concerné, le néologisme « mobispectateur » sert à résumer une « cible » et à créer un effet de réalité.

38Cela étant, cette cristallisation autour d’un terme devenant un slogan ne doit pas occulter la diversité des expertises mobilisées lorsqu’un DF est préparé. Cette diversité s’étiole néanmoins au fil des versions intermédiaires. Ainsi, à la base, la rhétorique professionnelle du marketing (privilégiant la synthèse et la formule percutante), qui a pour visée de persuader du bien fondé d’un projet en interne, diffère de celle des métiers d’étude (préférant l’effort typologique et la catégorisation). Or, le langage du marketing s’impose peu à peu, ce qui recoupe le résultat selon lequel la « syntaxe Ppt » devient dominante plus l’on s’approche du DF : la « syntaxe Ppt » et le marketing ont des atomes crochus (style télégraphique, usage d’anglicismes, etc.). En outre, la communication visuelle s’accentue progressivement. De ce fait, la mise en icônes des DN, patente dans les DF, occulte qu’un langage professionnel l’a emporté sur d’autres au long de la trajectoire d’un projet.

Des collectifs pilotés et projetés dans le temps

39Ces collectifs ne sont pas sans tête mais pilotés par des chefs de projet qui tentent de leur conférer une homogénéité. Cette position n’est pas toujours acquise. Dans des circonstances où les périmètres sont à clarifier, indiquer son nom au début d’une présentation est signe qu’une personne essaie de s’imposer. Ce cas s’est produit dans le projet « télévision sur mobile ». En effet, une salariée expérimentée d’un grand groupe audiovisuel appartenant au même actionnaire que Telecomob intègre la « direction des services » en janvier 2005, sans attributions définies. Son nom apparaît dans une présentation dès février, à côté de celui qui a, pense-t-on, la charge du dossier. Ce dernier sera formellement réaffecté à une autre mission deux mois plus tard.

40De fait, le chef de projet devient l’éditeur des diaporamas écrits collectivement par les représentants des divers métiers œuvrant dans un projet. Cela actualise son rôle de chef de projet. Cela constitue également un moyen de capter l’intentionnalité collective issue du processus de fabrication du DF : valoriser une offre en vue de sa mise sur le marché. Ce rôle d’éditeur s’apprend et est un volet de la professionnalité de ces micro-entrepreneurs internes aux organisations. Tirer partie du travail d’experts (en finance, étude, droit...) en le rendant quasi invisible par lissage, tout en préservant une cohérence d’ensemble, représente une compétence. Dans l’entreprise enquêtée, le chef de projet met en scène et constitue un énonciateur collectif, qui dépasse les appartenances professionnelles spécifiques : il devient alors le porteparole d’un collectif qui assume le document.

41En raisonnant par l’absurde, on pourrait imaginer a contrario que tous les contributeurs soient cités, que les slides conçus par le service financier, par exemple, aient une couleur spécifique, etc. Il s’agit plutôt de parvenir à une cohérence des DF, aussi bien du point de vue du contenu (focalisation thématique) que de la structure (organisation du plan), de leur forme et de leur visée pragmatique. Un sentiment d’incohérence, à l’écoute ou la lecture des DN, de ces assemblages, mettra à mal la réputation du chef de projet concerné. Aussi, l’équilibre est difficile à trouver entre l’utilisation consentie du travail d’autrui et l’impression de spoliation, ce qui peut nuire aux relations interpersonnelles.

42Enfin, dans les traces que constituent les présentations, les « plans d’actions », « planning prévisionnel » et autres « roadmap » sont pléthore. Il faut prévoir l’avenir, juguler les aléas qu’il recèle, dans une organisation érigeant pourtant l’adaptabilité en credo. Ces plannings débordent le plus souvent la périodicité prévue ; les orientations d’actions ou le partage des tâches ne sont pas toujours suivis d’effets, ou pas suivis du tout. L’important ne réside pas là. En effet, cet effort témoigne d’un balisage dans le temps de l’action d’un collectif, d’une tentative de montrer son contrôle des échéances et des soubresauts du marché. Les collectifs de projet ne sont donc pas solubles dans la flexibilité ; ils doivent se montrer aptes à tenir un cap, à anticiper des difficultés. On attend d’eux une capacité à planifier une série d’initiatives.

43Les DN rendent donc visibles un collectif et l’inscrivent dans une temporalité en paroles, qui ne correspondra pas au déroulement réel des activités du collectif. Le présentateur est sans doute de bonne foi. Cela étant, sa parole ne l’engage pas véritablement, tant les plannings sont nombreux, rituels, remplacés vite par d’autres : ici, dire ce que l’on va faire, c’est faire. Il ne sera pas vérifié que le projet s’est déroulé comme prévu, tant qu’il arrive à terme, c’est-à-dire entraîne une commercialisation. De surcroît, on trouve parfois des points d’interrogation derrière les dates prévues de l’utilisation courante du paiement sur mobile, par exemple, comme pour rappeler l’incertitude radicale du marché de la téléphonie mobile en 2005. La projection dans le temps des collectifs de projets est donc une figure imposée mais ambivalente.

Conclusion

44La fabrication collective des DN est une activité de travail originale occasionnant des négociations et de la créativité. Elle suscite des regroupements de salariés, un travail en commun ou en parallèle. Elle est en somme révélatrice du fonctionnement des collectifs de projet et les figure. Paradoxalement, cette figuration et cette mise en mouvement d’entités de travail (le chef de projet doit montrer qu’il réussit à faire travailler ses partenaires) s’obtiennent au prix d’une homogénéisation par effacement des parties, à même les DN. Le dispositif est donc performatif mais d’une façon particulière : un collectif (l’équipe projet) est mis en scène et il a fallu qu’il s’active pour produire un DF.

45Pour autant, ce lissage rend peu justice à ses composantes et cette activité d’écriture collective n’est pas une condition suffisante pour conjecturer l’existence d’un collectif fort, consistant, solidaire, ou celle de l’émergence d’un nouveau type de collectif. Ainsi, notre propos consiste principalement à brosser la collaboration en mode projet à l’aide d’une TIC, qui tire dans notre cas plus du côté de la coordination que de la coopération. En l’espèce, il est même difficile de considérer les jeux de DN comme des objets frontières [Star, Griesemer, 1989] ou intermédiaires [Jeantet, 1998] : la profusion des présentations, leur succession rendent les arrangements quasi insaisissables. De plus, le chef de projet bénéficie souvent seul du travail collectif.

46Pour terminer, gageons que dans d’autres contextes professionnels où l’interdépendance est encore plus forte et la concurrence interne moindre, l’effet performatif de certaines présentations va plus loin que l’incarnation scripturale d’une entité de travail et l’attestation de sa bonne marche, ce qui n’est déjà pas négligeable. 

Haut de page

Bibliographie

AUTHIER-REVUZ, J. (1982). Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive : éléments pour une approche de l’autre dans le discours. DRLAV, 26, 91-151.

BAZSANGER, I. DODIER, N., (1997). Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique.

Revue Française de Sociologie. Vol. 38, 37-66.

BERCOT R., CONINCK (DE) F. (2003). Que devient le travail collectif dans les groupes entre croisés et transitoires ? Gérer et comprendre, n° 72, 69-78.

BIASI, P. M. DE (2000). La génétique des textes. Paris, Nathan Université. BOLTANSKI L., CHIAPELLO E., 1999. Le nouvel esprit du capitalisme. Paris, Gallimard.

CIHUELO J., 2008. La dynamique sociale de la confiance au cœur du projet. Paris, L’Harmattan.

COURPASSON D., 2000. L’action contrainte. Paris, PUF. CRAIPEAU S., 2001. L’entreprise commutante. Paris, Hermès.

CRU, D., 1988. Collectif et travail de métier. In C. Dejours, Plaisir et souffrance dans le travail,

43-49. Éditions de l’AOCIP, Paris.

FROMMER F., 2010. La pensée Power Point, Paris, La Découverte.

GAGLIO G., 2009, Faire des présentations, c’est travailler, mais comment  ? @ctivités, vol. 6, numéro 1, 111-138.

KNOBLAUCH H., 2008. The performance of knowledge : pointing and knowledge in PowerPoint presentations. Cultural sociology. vol.2, n° 1, 75-97.

JAMET, E., 2008. Peut-on concevoir des documents électroniques plus efficaces ? L’exemple des diaporamas. Revue Européenne de Psychologie Appliquée, vol. 58, n° 3, 185-198.

JEANTET A., 1998. Les objets intermédiaires dans la conception. Sociologie du travail, n° 3, 291-316.

MIDLER C., 1993. L’auto qui n’existait pas, management des projets et transformation de l’en treprise. Paris, Interéditions.

NORMAN, D., 1993. Les artefacts cognitifs. Raisons pratiques, n° 4, 15-33.

PARAVEL, V., STARK, D., 2008. PowerPoint in Public : digital technologies and the new mor phology of demonstration. Theory, culture & society, vol. 25, n° 5, 30-55.

ROSANVALLON J. Le travail à distance au carrefour de deux types de collectif. In : Durand J.P., Gasparini W. (dir.). 2007. Le travail à l’épreuve des paradigmes technologiques, 303-314, Toulouse, Octarés.

STAR S.L., GRIESEMER J., 1989. Institutionnal ecology, Translations and Boundary objects.

Social Studies of Science, 19 (3), 387-420.

Haut de page

Notes

1 On estime aujourd’hui à 500 millions le nombre d’utilisateurs du logiciel dans le monde et à 30 millions le nombre de présentations confectionnées par jour, rien qu’en 2001 (Frommer, 2010).

2 L’hypothèse sous-jacente est que les collectifs de projet, selon les environnements, peuvent être consistants, solidaires ou au contraire très individualisés. L’observation de la fabrication des diaporamas permet, entre autres moyens empiriques, de trancher cette interrogation.

3 Car cela a été réalisé préalablement, dans une optique diachronique, en envisageant successivement la préparation, la présentation puis ses suites (Gaglio, 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Gaglio et Michel Marcoccia, « Fabrication des diapositives numériques et mise en scène des collectifs de projet », Terminal, 110 | 2012, 55-67.

Référence électronique

Gérald Gaglio et Michel Marcoccia, « Fabrication des diapositives numériques et mise en scène des collectifs de projet », Terminal [En ligne], 110 | 2012, mis en ligne le 05 mars 2016, consulté le 19 juillet 2017. URL : http://terminal.revues.org/1231 ; DOI : 10.4000/terminal.1231

Haut de page

Auteurs

Gérald Gaglio

Tech-CICO, ICD, Université de Technologie de Troyes UTT

Michel Marcoccia

Tech-CICO, ICD, Université de Technologie de Troyes UTT

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org