Navigation – Plan du site
Dossier : travail et TIC

Représentations et usages des TIC dans le secteur agricole en Aquitaine

Nadège Soubiale
p. 9-26

Résumé

L’informatisation des exploitations agricoles amorcée dans les années 1980 affecte leurs modes de gestion, de production et de commercialisation. En dehors de l’ordinateur et de l’Internet, organisations professionnelles comme vendeurs de solutions informatiques offrent aux agriculteurs une gamme d’outils numériques spécifiquement dédiés à la gestion comptable, à la production, à la communication professionnelle et avec la clientèle

L’équipement des exploitations en technologies de l’information et de la communication (TIC), tout comme les usages qu’en font les exploitants, sont néanmoins très variables selon les caractéristiques économiques et organisationnelles des structures agricoles et les caractéristiques sociodémographiques des agriculteurs. De même, les représentations des TIC dans le travail en agriculture diffèrent chez les agriculteurs en fonction de leur profil professionnel.

Ces diverses dimensions des TIC en agriculture dans le cadre de la professionnalisation du métier ont été appréhendées chez des agriculteurs aquitains, dans une enquête quantitative et une enquête qualitative.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

La professionnalisation du métier d’agriculteur

1Depuis la fin des années 1950, l’agriculture française s’est modernisée en empruntant les voies de la spécialisation et du progrès technique. Grignon [1982] a analysé ce processus en termes de professionnalisation. Cette dernière se traduit par l’adoption des principes de l’économie capitaliste dans le système de production, associée à l’introduction de dispositifs techniques de plus en plus sophistiqués pour accompagner les modes de gestion et de production des exploitations.

  • 1 Pour avoir un exemple de l’importance de la transmission générationnelle du capital social et cultu (...)

2Cette évolution a durablement et profondément transformé l’agriculture. Elle s’est notamment traduite par une redéfinition de l’identité « paysanne » et traditionnelle. Une élite d’agriculteurs « professionnels » est apparue, désormais distincte de la catégorie des exploitants plus en retrait de l’innovation. La première, dotée d’un capital culturel et intellectuel le plus souvent transmis par sa famille1, occupe une position sociale qui lui donne accès au capital économique et technique indispensable à la modernisation. La seconde, moins bien pourvue sur ces dimensions, résiste difficilement à une forme de marginalisation à la fois sociale et matérielle.

  • 2 Par organisations professionnelles et ses représentants, rappelons qu’il s’agit-là de l’ensemble de (...)

Mais comment définir les agriculteurs « professionnels » ? Sur ce point, Grignon prévient des risques de confusion entre « modernisme », « progrès technique » et « professionnalisme » : « L’agriculteur professionnel n’est pas seulement et à la limite pas nécessairement celui qui se tient à l’avantgarde du progrès technique (...) ; c’est d’abord celui qui fait partie de la profession, qui accepte de dépendre des organisations professionnelles et de leurs représentants2 » (p. 63).

3De même, il met en garde contre les interprétations déterministes de la modernisation. A savoir que ce qu’il nomme lui-même « la dépaysannisation » n’est pas simplement une conséquence directe de la professionnalisation, mais est également produite et entretenue de l’intérieur par les agriculteurs eux-mêmes :

« (...) il faut aussi faire voir que la professionnalisation dépaysannise parce qu’elle va de pair avec une véritable symbiose entre l’élite des « professionnels » et « l’appareil » de représentation et d’encadrement de la profession » (p. 65).

4L’agriculteur professionnel des années 1970-1980 est ainsi plus proche des conseillers et techniciens du domaine para-agricole que du ‘producteur de terrain’.

Professionnalisation et spécificités du système économique agroalimentaire

  • 3 Candau et Rémy citent, entre autres, un article de Pierre Bourdieu, paru en 1962, « Célibat et cond (...)

5Qu’en est-il aujourd’hui de ces recompositions de l’identité professionnelle liées à la professionnalisation du métier ? On peut noter à ce propos que l’agriculture, et l’agriculteur, ne sont désormais plus considérés comme les figures dominantes de la ruralité. Candau et Rémy [2009] notent ainsi que les travaux de sociologie rurale sur les transformations du « monde paysan », depuis la fin des années 1950, ont été fortement imprégnés par l’idéologie de leurs auteurs3. Celle-ci les prédisposant à ne voir dans les campagnes, et plus encore dans les « communautés » paysannes, que des univers clos assimilables à des « sociétés précapitalistes » [Eizner, 1974, citée in Candau et Rémy, 2008, p. 89].

6La dichotomie radicale entre ruralité et urbanité n’est désormais plus de mise s’agissant de la professionnalisation des agriculteurs :

« L’agriculture est de moins en moins affaire rurale pour devenir de plus en plus affaire d’une profession, d’un milieu social professionnel dans une société » [Darré, 1985, cité in Candau et Rémy, 2008, p. 90].

7Professionnalisation et spécialisation sont bien sûr inhérentes à l’intégration du monde agricole dans l’économie de marché. Néanmoins, selon certains auteurs, le système agroalimentaire présente des particularités par rapport à l’économie plus classique du secteur industriel. Aggeri et Hatchuel [2003], Aggeri, Fixari et Hatchuel [1998], par exemple, rappellent que l’agriculture obéit à des mécanismes de régulations impliquant des partenaires variés et nombreux (coopératives, instituts techniques, chambres d’agricultures...). Ils identifient ainsi au sein du secteur agricole plusieurs « ordres socio-économiques (OSE) » qu’ils nomment aussi des « économies organisées ». Sans entrer dans le détail des différentes formes d’OSE, il est simplement intéressant de noter ici que ces OSE, véritables « écosystèmes » [Aggeri et Hatchuel, 2003, p. 122] permettent de comprendre comment, dans le secteur agricole, interagissent les contraintes extérieures aux exploitations (émanant des politiques agricoles, des marchés, environnementales, des consommateurs...) et les normes propres aux formes organisationnelles des exploitations. Les OSE sont ainsi susceptibles de subir des variations dans le temps et peuvent constituer tout autant « une condition qu’un obstacle à l’innovation » [ibid, p. 122].

Nouveaux impératifs de modernisation et diversification des formes de professionnalisation

8Dans un contexte de diminution du nombre des exploitations agricoles [Desriers, 2007]4, où la productivité agricole s’est néanmoins maintenue, la tendance à la spécialisation s’affirme sur des exploitations de moins en moins nombreuses qui s’agrandissent [Rattin, 2006]5. La modernisation a désormais recours à l’informatisation. Selon Bessières et al. [2008] :

« Après la mécanisation, c’est désormais l’informatisation qui transforme les techniques de production, de gestion et de commercialisation (...). Environ un quart des exploitants déclarent aujourd’hui utiliser Internet pour leur exploitation. De nouvelles formes juridiques accompagnent ces transformations structurelles et techniques (p. 5) ».

9Dans cette nouvelle étape de modernisation, les interrogations sur le sens du métier semblent occuper une place grandissante dans les préoccupations du monde agricole aujourd’hui. Certains auteurs identifient cette phase comme une période de crise qui bouleverse les identités professionnelles des agriculteurs. Lémery [2003] a par exemple analysé comment des éleveurs bovins en Bourgogne redéfinissent leur rôle, leur métier, leur place dans la société et l’espace productif dans cette situation de crise.

10Il ressort des entretiens qu’il a menés trois modèles assez contrastés de références professionnelles. Tout d’abord celui des éleveurs au capital scolaire le plus faible, exploitants de petites entreprises, pour la plupart sans affiliation à des organisations professionnelles. Ceux-ci évoquent avec nostalgie un savoirfaire traditionnel et un « âge d’or » révolu de la modernisation – celui des années 1960-1970.

11Ensuite, aux antipodes de ce premier modèle, on trouve les éleveurs qui revendiquent une identité d’entrepreneurs, investissant dans des systèmes techniques assez sophistiqués d’aide à la production et à la commercialisation, très impliqués dans les structures collectives locales. Un troisième et dernier groupe, plus minoritaire, critique vis-à-vis de l’élevage « intensif », mais également visà-vis des éleveurs traditionnels qu’ils considèrent comme « passéistes », s’engage dans des reconversions vers l’agriculture biologique, et se considère également porteur d’un projet de société aux dimensions politique et philosophique. Ils se distinguent des deux autres groupes d’éleveurs par leur rejet de « l’élevage conventionnel » (p. 20), et leur attachement à des engagements « militants » (ibid, p. 21) qui se traduit par l’adhésion à des syndicats agricoles.

12Au travers de cet exemple, nous pouvons conclure que les agriculteurs, face aux nouvelles injonctions de modernisation, peuvent développer des attitudes et des stratégies diversifiées. Ces dernières ne sont par ailleurs pas indépendantes des « écosystèmes » (pour reprendre le vocable d’Aggeri et Hatchuel) au sein desquels les agriculteurs évoluent.

DEUX ETUDES SUR LES TIC DANS L’AGRICULTURE EN AQUITAINE

Rapports aux TIC et perceptions du métier en agriculture

13Dans cet article, nous nous intéressons à un aspect spécifique de la spécialisation professionnelle : l’utilisation et les représentations des dispositifs numériques dans le cadre du travail agricole.

  • 6 Cette enquête s’inscrit dans le cadre du projet RAUDIN : Recherches Aquitaines sur les Usages pour (...)
  • 7 Enquête menée sous la direction de N. Soubiale, entretiens effectués par N. Soubiale et des étudian (...)

14Nous illustrerons ce point à partir des résultats d’une enquête quantitative, « Equipement, usages et perception des TIC dans les exploitations aquitaines », menée en 2010 auprès de 504 agriculteurs aquitains [Laborde et Soubiale]6, ainsi qu’à partir des propos recueillis auprès de 23 agriculteurs girondins au cours d’une pré-enquête qualitative menée entre décembre 2009 et février 20107.

15Avant de présenter les données de ces enquêtes, il est important de rappeler que les modes d’appropriation, autant que les motivations sous-tendant l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) en agriculture, varient en fonction des secteurs, des modes de production agricole, et des caractéristiques sociodémographiques des agriculteurs [voir par exemple Nicaud, 1991] ; et plus récemment dans l’agriculture durable, Dondeyne [2010] ; voir également l’enquête de Boutet [2009] sur la filière pêche en Bretagne).

16L’informatisation constitue de fait depuis les années 1980 un véritable enjeu de modernisation pour certaines institutions encadrant le métier d’agriculteur, comme le rappelle Rieu [1993].

17Une enquête menée par Bages [1991] en Midi-Pyrénées auprès de 200 agriculteurs a ainsi permis de dégager quelques caractéristiques des utilisateurs de l’informatique. Ils sont plutôt jeunes, à la tête d’exploitations individuelles assez importantes, avec un niveau de formation relativement élevé (type BTA ou BTS), et ils se réfèrent à une logique entrepreneuriale pour décrire leur métier et le fonctionnement de leur exploitation.

18Les données font également ressortir que la comptabilité constitue la sphère privilégiée de l’usage de l’informatique. Autre enseignement que l’on peut tirer de cette enquête : le fait que les tâches administratives liées à la comptabilité s’informatisent n’a pas pour autant conduit à une véritable redéfinition des rôles sexués au sein des exploitations. En effet, l’usage que les femmes font de l’informatique appliquée à la gestion reste le plus souvent cantonné au domaine du secrétariat et ne leur permet pas d’accéder au statut d’agricultrice ou de prendre une part active à la gestion de l’exploitation.

19En tous les cas, note Rieu [1983], et malgré tout,

« c’est une image fortement moderniste de la conception de l’agriculture qui s’exprime dans les réponses nettement favorables à l’innovation, aussi bien pour les hommes que pour les femmes » (p. 72).

Une enquête quantitative sur l’utilisation et la représentation des TIC dans le travail agricole en Aquitaine

20Il semble intéressant de comparer les résultats obtenus dans l’étude réalisée en Midi-Pyrénées en 1991 avec les données recueillies dans l’enquête « Equipement, usages et perception des TIC dans les exploitations aquitaines » [Laborde et Soubiale, 2010] menée auprès de 504 agriculteurs aquitains.

21D’après des données socio-économiques datant de mai 20088, l’Aquitaine demeure, après Midi-Pyrénées, la deuxième région française en termes d’exploitations agricoles. Elle n’échappe pas néanmoins au phénomène national de réduction du nombre des exploitations, en particulier dans le secteur de la polyculture (élevage et céréales). La viticulture reste le secteur dominant, en particulier en Gironde9.

22L’agriculture aquitaine est également caractérisée par une grande diversité de ses systèmes d’exploitation et des situations professionnelles des exploitants. Néanmoins, les agriculteurs exploitants (chefs d’entreprise) et les salariés (ouvriers agricoles) restent les deux catégories socioprofessionnelles les plus représentatives de l’agriculture aquitaine.

23Nous ne présentons dans le cadre de cet article qu’une synthèse des résultats relatifs aux usages et représentations des TIC.

  • 10 Les agriculteurs de cette enquête appartiennent aux 5 grands secteurs agricoles : viticulture, mara (...)
  • 11 Trois grandes familles d’outils ont été retenues dans l’enquête quantitative : les équipements « co (...)

24L’enquête 2010 en Aquitaine fait état d’un usage des TIC encore modéré dans les exploitations de cette région. Tous secteurs agricoles confondus10, et bien que plus de 70 % possèdent un ordinateur et une connexion Internet au domicile, et que plus de 60 % utilisent Internet pour le travail, ils sont encore peu nombreux à utiliser des dispositifs numériques spécifiquement dédiés à la gestion, à la production et à la communication pour leur exploitation. Comme dans l’enquête de Bages de 1991, l’utilisation d’outils de gestion comptable prédomine encore. Mais ce type de dispositif ne concerne seulement qu’un peu plus du tiers de l’échantillon. 8 % seulement des interrogés utilisent au moins trois dispositifs numériques11 (autres que l’ordinateur ou Internet) pour leur exploitation.

25Dans cette enquête comme dans celle de Bages, la taille des exploitations est un facteur important d’informatisation en agriculture. Sur ce point, tous secteurs confondus, nous retrouvons pour l’Aquitaine des résultats de même nature : les exploitations de taille importante fonctionnant sur le modèle de l’entreprise et les exploitants les plus diplômés (bac à bac +3) sont les mieux dotés en équipement TIC pour leur travail.

26Autre similitude entre cette enquête et celle de Bages, les TIC dans le travail font dans l’ensemble l’objet d’attitudes positives parmi les agriculteurs aquitains. Ils pensent en effet que les TIC ont modifié leur pratique professionnelle, et apprécient ces changements. Ils considèrent en particulier qu’elles servent à mieux structurer leurs activités et qu’elles sont source d’une plus grande autonomie et d’un gain de temps dans le travail. On peut toutefois noter qu’ils adhèrent simultanément à l’idée que ces outils ont accru la part du travail administratif.

27Nous allons voir, en l’illustrant par des extraits d’entretiens cette fois-ci, comment l’utilisation des TIC est liée aux caractéristiques des agriculteurs, de leurs exploitations, ainsi qu’à leur conception du métier.

Représentations des TIC et conceptions du métier dans le discours d’agriculteurs

  • 12 Voir quelques données pour l’agriculture en Gironde par exemple sur le site : www.aquitainagri.org/ (...)
  • 13 Pour rappel, dans notre propre enquête quantitative, les viticulteurs interrogés proviennent pour 8 (...)

28Les propos qui suivent sont donc extraits d’un corpus de 23 entretiens recueillis auprès d’agriculteurs girondins dans une enquête qualitative exploratoire préalable à l’enquête quantitative aquitaine. Nous avons choisi de ne pas interroger de viticulteurs, bien qu’ils représentent 81 % des exploitations agricoles du département12. Ce choix a été motivé par le fait que la modernisation de ce secteur via les TIC faisait déjà l’objet de recherches spécifiques au sein du projet RAUDIN13. Nous avons donc voulu explorer ce qu’il en était d’autres secteurs agricoles.

  • 14 Une autre contrainte a conditionné la décision de mener les entretiens en Gironde : la distance. Le (...)
  • 15 Malgré tout, deux céréaliers dans l’échantillon possèdent quelques hectares de vignoble.

29Cette phase d’enquête qualitative est purement exploratoire. Les 23 agriculteurs interrogés n’ont donc pas été sélectionnés sur la base d’un échantillonnage représentatif des agriculteurs girondins. Nous avons simplement veillé à interroger des agriculteurs14 de secteurs et filières agricoles différents, mais autres que vitivinicoles15.

Les profils des agriculteurs interrogés

30Au final, l’échantillon se compose de 7 agriculteurs en production fruits et légumes, 6 agriculteurs en production animale, 3 agriculteurs en polyculture, 6 en production céréalière, et enfin d’un salarié principal de l’agriculture pharmaceutique.

31Les caractéristiques de ces agriculteurs et de leurs exploitations sont assez disparates. Cette disparité tient probablement en partie à une spécificité inhérente aux exploitations agricoles aquitaines. Nous allons voir également, en détaillant l’origine et la trajectoire professionnelles de certains d’entre eux, qu’il est possible que les profils de certains interviewés illustrent ce que certains chercheurs, après Grigon [1982], ont souligné quant aux changements dans la composition sociologique du groupe des agriculteurs :

« Mais l’installation comme exploitant, constatait Grignon, de plus en plus difficile, ne suppose plus seulement, conformément à la coutume corporative, l’hérédité de métier, autant que possible directe » [1982, p. 64].

32Plus récemment, Mer [2004-2005] affirme que

« La composition sociologique du milieu agricole s’est également diversifiée avec la multiplication des itinéraires professionnels, la quasi-disparition des aides familiaux, le travail à l’extérieur croissant des conjoints, le retour à la terre de « néoruraux » d’origine non agricole, condition aujourd’hui acceptée de son renouvellement, sans oublier la croissance du salariat. Le métier reste encore majoritairement hérité, mais l’héritage est passé au crible de nouvelles attentes et de nouvelles logiques sociales (en termes de travail, de conditions de vie...). Enfin « s’installer » agriculteur ou paysan représente de plus en plus un choix, qui intervient après une expérience professionnelle, plus ou moins longue » (pp. 103-104).

  • 16 Et très rarement de leurs beaux-parents pour les hommes : deux seulement ont épousé des filles d’ag (...)

33Si l’on se réfère à notre propre échantillon, sur les 23 agriculteurs girondins, et tous secteurs confondus, 14 d’entre eux sont installés sur l’exploitation de leurs parents ou de leurs grands-parents16.

34Six sont à la tête d’exploitations céréalières de 30 à 250 hectares, et parmi eux, l’un est en double activité (entreprise de travaux publics en plus de ses 50 hectares de maïs), et deux autres ont également une trentaine d’hectares de vignes en plus de leur production céréalière (l’un étant à la tête d’une exploitation de 160 hectares et l’autre de 35 hectares).

35Cinq sont dans le maraîchage. Deux d’entre eux sont spécialisés dans la pomme (une femme à la tête d’une exploitation de plus de 800 hectares et un homme exploitant d’une petite structure qui ne fait que de la vente directe). Un autre est spécialisé dans la production intensive raisonnée de carottes (exploitation de 1 300 hectares). Un autre fait de la vente directe de plants de légumes et de fleurs. Enfin, un dernier maraîcher d’une très petite exploitation familiale produisant des salades, des tomates et des concombres en zone périurbaine est en cessation progressive d’activité. Deux sont éleveurs, l’un possède 250 truies, et l’autre 20 vaches laitières. Un dernier fait de la polyculture (50 hectares de maïs et troupeau de 25 agneaux).

36Parmi les 9 autres n’ayant pas repris une exploitation familiale, 5 sont issus de familles agricoles et 4 ont d’autres origines familiales. Ils présentent des profils et des trajectoires professionnels également variés.

37Parmi les 5 premiers, d’origine familiale agricole, on trouve un gérant d’un domaine de 800 hectares avec 20 salariés, dont le propriétaire a opté pour la diversification dans la production végétale (légumes, fleurs et maïs). Âgé de 36 ans, il explique que fils d’agriculteur, il n’a pas voulu être agriculteur lui-même, et a commencé par travailler comme conseiller agricole. Il a ensuite découvert que « le contact avec le terrain lui manquait », et a choisi de devenir gérant pour intégrer une exploitation.

38Un autre est un éleveur de 37 ans, associé dans une exploitation porcine importante (2 000 têtes) qui fait aussi des vaches allaitantes (60). Il possède un bac technique agricole et a choisi de s’associer à deux frères qui ont repris une exploitation familiale. Il est lui-même fils d’éleveur bovin (mais l’exploitation n’a pu lui être transmise).

39Un autre, fils d’éleveur de bovins, âgé de 56 ans, s’est lancé dans la production de foie gras depuis plus de vingt ans, en choisissant délibérément de produire en petite quantité sur une petite structure qui fait de la vente directe grâce au « bouche à oreille ».

40Un autre, âgé de 45 ans, fils d’éleveur de moutons, en possession d’un bac technique agricole, a opté pour l’élevage de chèvres angora dont il commercialise la laine. Il produit également des vêtements avec la laine de ses animaux (vente directe à la ferme et via Internet).

41Un dernier, âgé de 44 ans, est petit-fils d’agriculteurs (ses parents ayant épousé un autre métier). Il fait de la polyculture (250 porcs et 200 hectares de céréales, principalement pour nourrir ses animaux). Il a monté son exploitation en free-lance avec un associé, comme lui en possession d’un bac technique agricole. Il vend la viande de ses animaux directement aux boucherscharcutiers de la région.

42Parmi les 4 agriculteurs qui n’ont aucune filiation avec le milieu agricole, on trouve une femme de 52 ans, ancienne botaniste en bureau d’études, qui possède une petite exploitation spécialisée en fruits (filière biologique), et qui produit des confitures qu’elle vend sur les marchés et sur sa ferme.

43Un homme de 47 ans, en possession d’un bac agricole, est salarié principal d’une exploitation d’agriculture pharmaceutique dont le siège social est à Paris. Un éleveur de 41 ans, dont le père était professeur dans un lycée agricole, et qui possède un bac agricole en élevage, est exploitant associé dans une exploitation d’élevage porcin (200 porcs) qui fait de la vente directe de viande sur des marchés de Dordogne.

44Un autre, âgé de 41 ans, également en possession d’un bac technique agricole, est exploitant principal d’une exploitation en polyculture de 50 brebis et de 40 hectares de céréales. Il travaille seul mais est affilié à une Coopérative d’Utilisation de Matériel Agricole (CUMA).

Caractéristiques et identité professionnelle des exploitants ; utilisation et représentation des TIC dans leur métier

45Une analyse de contenu a été effectuée sur les réponses des 23 exploitants aux questions portant, d’une part, sur leur utilisation et leurs représentations des TIC dans le travail, et d’autre part, sur leurs conceptions du métier.

Une utilisation et une appropriation des TIC plus caractéristiques des diplômés, des « néoruraux » agricoles, des exploitants de grandes structures ou de productions « alternatives »

46Une première classification des interrogés sur la base de leur utilisation habituelle des TIC dans le travail montre que les utilisateurs directs de ces outils, qu’ils soient exploitants, salariés ou techniciens du monde agricole, se retrouvent chez les plus diplômés et souvent, même si ce n’est pas systématique, chez les plus jeunes.

47Parmi les 23 agriculteurs, 14 sont ainsi des utilisateurs réguliers d’au moins l’ordinateur et Internet, et certains d’entre eux font preuve d’un niveau d’appropriation élevé en mobilisant plusieurs outils numériques dans leur activité quotidienne.

48On trouve également chez ces utilisateurs réguliers plus de profils relevant de la catégorie des « néoruraux » du monde agricole (9 non issus de familles agricoles et/ou n’ayant pas repris l’exploitation familiale, contre 5 issus de familles d’agriculteurs et/ou ayant repris l’exploitation familiale). Leurs trajectoires professionnelles sont assez diversifiées.

49Ce qui reste leur dénominateur commun est leur niveau de formation : ils possèdent tous au moins un bac technique agricole (deux d’entre eux possédant un niveau d’études supérieures de bac +2/3).

50On trouve ainsi dans la catégorie des utilisateurs l’ex-botaniste en bureau d’études qui est devenue productrice de fruits bio, le salarié principal de l’agriculture pharmaceutique, l’ex-conseiller agricole devenu gérant de domaine, les associés et l’exploitant principal en élevage porcin, le céréalier qui fait du maïs et du blé, un autre qui fait de la vigne en plus des céréales (exploitation importante), les producteurs maraîchers des deux grandes exploitations spécialisées l’une en carottes et l’autre en pommes, et l’éleveur de chèvres angora.

51Ceux qui sont à la tête des structures les plus importantes et qui emploient du personnel pour la production et la gestion ne sont pas forcément les utilisateurs directs au quotidien des dispositifs numériques installés sur leur exploitation. Ils gèrent et coordonnent néanmoins les usages qu’en font leur personnel, et ils connaissent et maîtrisent eux-mêmes ces outils.

52Un autre groupe de 6 exploitants se caractérise par ce que nous pouvons qualifier d’usage « indirect » des TIC. Cinq ont recours à leur épouse pour gérer la comptabilité informatisée, et un seul d’entre eux emploie une secrétaire qualifiée. Ces six cas de figure sont caractéristiques d’exploitations familiales de taille plutôt modeste, à l’exception d’une exploitation céréalière de taille assez importante mais dont l’organisation demeure familiale et traditionnelle. Ces agriculteurs qui se refusent à effectuer eux-mêmes la gestion comptable informatisée de leur exploitation sont en moyenne un peu plus âgés (de 50 à 62 ans) et surtout moins diplômés que les exploitants du premier groupe qui se sont approprié les TIC. Ils ont une conception très traditionnelle de leur métier et des rôles sexués en agriculture.

53On y trouve le petit producteur de pommes de 62 ans qui fait de la vente directe. Sa femme est une ex-documentaliste. Le couple déclare spontanément au cours de l’entretien qu’ils se sont réparti les rôles : lui s’occupe de la production et elle de la comptabilité et de l’administration. Le producteur de plants de légumes et de fleurs de 55 ans qui fait aussi de la vente directe relève également de ce profil. Sa femme a fait une formation de deux jours pour apprendre à utiliser le logiciel de comptabilité. Le céréalier de 55 ans, à la tête d’une exploitation pourtant assez importante (250 hectares), fait lui aussi appel à sa femme pour utiliser un logiciel de gestion comptable. Elle est ex-éducatrice et a suivi un stage de formation de 200 heures en informatique.

54L’autre céréalier d’une petite exploitation (35 hectares, et qui possède aussi 30 hectares de vignoble), a de même délégué l’utilisation du logiciel de comptabilité à sa femme et sa belle-mère, pourtant moins diplômées que lui dans ce cas précis (il possède un bac technique agricole). L’éleveur bovin de 50 ans, à la tête d’une petite exploitation qui vend directement aux boucheries, a quant à lui délégué à sa femme la tâche spécifique de déclaration du troupeau sur Internet. Le clivage perçu entre activité productive et activité administrative et de gestion est nettement affiché par cet agriculteur lorsqu’il déclare :

« Il faut être sur le terrain pour travailler ! ».

  • 17 Il est à noter que cet agriculteur est célibataire.

55Le céréalier de 57 ans qui exerce une deuxième activité dans les travaux publics, a pour sa part employé une secrétaire17 qui utilise le logiciel de télédéclaration PAC et un logiciel de comptabilité interne. Elle transmet ensuite tout au comptable. L’ensemble de ces situations pourrait illustrer l’analyse développée par Rieu [1993] quant aux effets de l’informatique sur les rapports sexués en agriculture.

56Enfin, trois exploitants seulement ne sont pas du tout équipés et n’utilisent pas du tout les TIC pour leur exploitation : le maraîcher de 55 ans en cessation progressive d’activités ; l’éleveur en polyculture (25 agneaux et 30 hectares de maïs) de 56 ans, dont l’exploitation fait partie d’un regroupement de parcelles ; et enfin le petit producteur de foie gras de 56 ans qui fait aussi de la vente directe. L’exploitant en polyculture déclare ne pas avoir besoin de ces outils car

« pour le maïs, c’est Euralis qui gère tout »,

57et pour l’agneau, il ne fait que de la vente directe à des particuliers, et

« il a suffisamment de clients ».

58Le producteur de foie gras déclare avoir peur des « risques » associés à l’Internet et préférer

« la vente directe par bouche à oreille ».

Des représentations et usages des TIC différenciés en fonction de la conception du métier

  • 18 Extraits de réponse à la question : « Pensez-vous qu’avec les TIC votre métier a changé ? »

59Nous ne passerons pas en revue l’ensemble des entretiens ni la totalité des résultats de l’analyse de contenu, mais nous illustrerons nos propos à l’aide de quelques verbatim relatifs aux conséquences des TIC sur le métier d’agriculteur18.

Des utilisateurs convaincus de l’utilité des TIC, mais qui restent des producteurs

60Cette représentation est défendue par les exploitants qui, dans l’échantillon, bien que très bien équipés en TIC pour leur travail, se considèrent comme des producteurs avant tout. Voici quelques exemples des propos tenus par certains d’entre eux.

61Gérant d’un domaine de 800 hectares (production de légumes, fleurs et maïs en agriculture raisonnée), ex-consultant agricole, 37 ans :

« L’outil informatique que l’on a aujourd’hui ne doit pas nous déconnecter de la partie terrain. (...) On fait des économies sur le temps de travail, sur le fioul, sur les pesticides, sur les engrais. (...) C’est une révolution mais il ne faut pas que cela nous enferme dans notre bureau et ne faire confiance qu’à ça ».

62Céréalier d’une exploitation de 160 hectares (et vignoble de 30 hectares), 34 ans, détenteur d’un bac technique agricole. Utilise un GPS et un logiciel dans l’épandeur d’engrais. Suit les cours de la bourse sur son portable avec Agritel :

« Pour moi ça ne change pas le métier d’agriculteur, ça l’aide à progresser. Pour moi ce sont des outils indispensables, comme quand on est passé du cheval au tracteur ».

63Éleveur de porcs (250), 42 ans, bac technique agricole. Utilise plusieurs logiciels (comptabilité, gestion et traçabilité, logiciel d’engraissement), un pocket i-poche, et Internet pour communiquer avec ses fournisseurs, rechercher des produits et des résultats d’analyse :

« Je pense que ça n’a pas changé le métier, c’est un outil pour être plus précis dans ce que l’on fait, la base n’a pas changé. Pour moi dans l’élevage un animal c’est toujours un animal. L’électronique ne l’a pas modifié, ça permet de faire des bases de données, des synthèses et être plus précis dans les descriptions des aliments, pour faire des économies derrière. Mais la base est toujours la même ».

Des utilisateurs sceptiques et ambivalents envers l’utilité des TIC dans le métier

64Deux éleveurs porcins manifestent ce type d’attitude. Ils voient dans les

65TIC un instrument de simplification de certaines procédures qui peut aussi occasionner soit des difficultés d’utilisation, soit une perte de temps. Ils semblent également méfiants quant aux enjeux réels de ces outils en agriculture : leur finalité est-elle simplement d’accompagner et de simplifier la gestion et la production, ou plutôt de permettre un contrôle supplémentaire des agriculteurs ?

66Éleveur de porcs (2 000) et de vaches allaitantes (60), 37 ans. Exploitant associé. Possède un bac technique agricole. Se sert de logiciels de comptabilité et de facturation :

« Ça rend service mais ça reste compliqué. Donc les TIC ne sont pas aussi simples que l’on peut croire et puis ce n’est pas mon métier, je ne suis pas toujours paré et j’ai autre chose à faire (...). Ça permet aux différents services de savoir parfaitement ce qui se passe chez nous (...). Donc ça leur a rendu service à eux, à nous je n’en suis pas sûr. Je trouve cela positif dans le sens où ça nous aide à appliquer et à suivre les règles nécessaires ».

67Éleveur de porcs (200), 41 ans. Exploitant associé. Possède un bac technique agricole. Utilise un logiciel de gestion du troupeau :

« Ce sont de superbes outils qui me laissent relativement et même complètement indifférent. On a déjà un calendrier papier donc ce logiciel n’est pas très utile, il est mieux pour les gros élevages (...). Nous sommes des utilisateurs volontaristes, mais en faisant le bilan je n’en retire pas toutes les utilités que je pourrais (...). C’est un outil de gestion supplémentaire mais ça ne joue pas sur l’activité même de l’agriculture. Donc ça ne change pas l’activité mais ça a facilité des choses aberrantes comme l’industrialisation de l’agriculture (...). Pour moi Internet est un superbe outil de découverte autant qu’un magnifique outil (...) de surveillance (...). Mon avis est plutôt ambivalent ».

La revendication du professionnalisme avec les TIC

68Ce discours est surtout porté par les deux exploitants de structures de grande taille employant du personnel en nombre important. Ces outils sont considérés tout autant comme des outils de standardisation et de rationalisation du travail que comme des outils de veille et d’anticipation dans le métier. Selon eux, en permettant de reconfigurer le métier d’agriculteur, ils confèrent également à l’agriculture et aux agriculteurs une meilleure image auprès du public. Ces agriculteurs expriment également des craintes liées aux clivages que l’introduction des TIC risque de provoquer au sein de la profession entre les « producteurs » et les « chefs d’entreprises gestionnaires » (catégorie professionnelle à laquelle ces agriculteurs déclarent s’identifier).

69Productrice de pommes, 53 ans, bac +2 en pharmacie, exploitation de 800 hectares, plus de 10 salariés :

« La veille informationnelle est indispensable. Le problème c’est moi qui fais tout. Les hommes de terrain n’ont pas le temps. Je dois être l’intermédiaire de tout, tout le temps. (...)

Il y a un grand décalage entre ceux qui savent utiliser ces outils et les autres segments du personnel, administratifs et à la production. Un grand clivage production/gestion ».

70Producteur de carottes (production « intensive raisonnée »), 50 ans, 1 300 hectares, plus de 20 salariés :

« Ça a permis des gains de productivité et une meilleure connaissance, un meilleur archivage des données, une meilleure possibilité d’exploiter les données du passé et aussi, une façon d’être plus précis dans l’organisation des travaux. (...) Nous avons un métier en mode projet. (...) L’un des véritables apports des TIC réside dans le recueil de données d’analyse aussi fines que dans les laboratoires. (...) Le développement de la technologie nécessite d’innover, de s’adapter en permanence, ce qui handicape les petites structures ».

Les TIC au service de la communication et de la relation client, mais aussi de l’information professionnelle et « citoyenne »

71Cette catégorie de représentations et d’usages est caractéristique d’une agricultrice engagée dans l’agriculture biologique, et d’un agriculteur qui élève des chèvres angora pour la laine (production marginale dans le département). Les TIC ne sont pas envisagées seulement comme des outils de gestion permettant de faciliter les tâches administratives. Elles sont perçues comme des vecteurs de communication qui offrent un potentiel pour développer l’activité commerciale, mais également pour se tenir informé au sein du réseau professionnel, et éventuellement pour informer l’extérieur de la profession sur le métier.

72Éleveur de chèvres angora et producteur de vêtements en laine mohaïr, 45 ans, bac technique agricole. Utilise des outils de gestion comptable et de gestion clientèle. Possède un site pour présenter son exploitation et commercialiser ses produits :

« On est obligés d’avoir une démarche commerciale, c’està-dire faire parler de nous, de nos produits. (...) Il faut que je contacte mes clients d’une part et d’autre part que j’essaie de trouver d’autres clients avec le site Internet ».

  • 19 Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne.

73Productrice de fruits et confitures « bio », membre d’un réseau AMAP19, ex-botaniste en bureau d’études, 52 ans. Planifie de se faire un site internet pour vendre ses produits :

« On fait plus facilement le lien avec certains trucs autour (...) car les initiatives sont un peu isolées et c’est vrai qu’on fonctionne avec des réseaux qui interconnectent... Et on finit par rentrer en contact avec des gens qui font un peu la même chose et qui font autre chose, on arrive quand même plus à fonctionner ensemble ».

Un cas particulier : un ex-utilisateur des TIC « abandonniste »

74Il s’agit d’un éleveur de brebis (50) âgé de 41 ans qui fait de la polyculture (40 hectares de céréales pour autoconsommation). Il utilisait un logiciel pour l’enregistrement du troupeau et un logiciel de comptabilité, et possédait un i-poche. Il est revenu aux versions papiers (avec délégation à un comptable pour la gestion comptable). Il est affilié à une CUMA et travaille en coopérative.

75Il est très pessimiste sur l’avenir de son métier :

« Bon c’est bien l’élevage mais où on va ? (...) On est pessimistes, on commence à ne plus avoir l’amour qu’on avait pour l’agriculture ». Sa critique des évolutions du métier porte sur la dépendance à l’égard des aides publiques, l’industrialisation des exploitations, les contrôles (de la PAC notamment). Il évoque plusieurs raisons à son abandon des TIC, tout d’abord d’ordre temporel : « (...) ça faisait du travail en plus donc j’ai arrêté. Quand on fait 70 heures par semaine pour devoir après travailler sur l’ordinateur 7 ou 8 heures pour faire la compta et à la fin payer pareil, on préfère refiler à la comptable ». Puis des contraintes d’utilisation : « J’avais un i-pod pour saisir les données directement quand on était dans la bergerie, mais j’ai oublié de le recharger donc ça ne marchait plus donc ça a certaines contraintes ».

INFORMATIQUE ET RAPPORTS DE GENRE

  • 20 Les entretiens qui ont été menés auprès de ces agriculteurs ‘conservateurs’ présentent également un (...)

76L’enquête qualitative fait également ressortir la façon dont l’informatique peut contribuer à pérenniser la division sexuée des rôles au sein des exploitations familiales traditionnelles [Rieu, 1983]. Nous citerons ici en guise d’illustration quelques propos choisis issus des entretiens20.

77Petite exploitation familiale en production de pommes. Exploitant 62 ans et son épouse, ex-documentaliste, 56 ans, responsable d’un groupe de formation sur la gestion comptable informatisée dans le cadre d’une association d’aide à la gestion des entreprises agricoles :

« Moi je gère tout ce qui est le commerce, la partie vente, et puis la compta, la gestion, parce que je suis complètement incompétente pour le reste, c’est tout » (propos de l’épouse de l’exploitant).

78Petite exploitation familiale de plants de légumes et de fleurs (sous serre) qui fait de la vente directe. Couple de 55 ans. Elle qui utilise un logiciel de comptabilité après avoir suivi une formation de deux jours. Elle déclare passer environ deux jours par mois à utiliser ce logiciel :

« Ce n’est pas un outil de travail pour nous l’ordinateur. Notre outil de travail est dans les serres » (l’exploitant).

« On est une petite entreprise familiale qui tourne avec le moins de salariés possible, ce qui fait qu’on fait des heures plus qu’importantes, donc si en plus de ça on doit se mettre sur l’ordinateur tous les soirs, ce n’est pas possible » (l’épouse).

79Exploitation céréalière de 250 hectares dont l’organisation est de type familial traditionnel. Exploitant (55 ans) et son fils (31 ans) qui travaillent à la production et utilisent le GPS. Épouse (52 ans), ancienne éducatrice, qui s’occupe de la comptabilité et de l’administration. Utilise un logiciel comptable. A fait un stage de 200 h en informatique de gestion comptable pour les exploitations agricoles. Les propos ont été recueillis directement auprès de l’épouse de l’exploitant  :

« Enfin, moi j’aide la comptable, j’enregistre, mais mon mari vérifie parce que comme je vous le disais moi j’ai des problèmes avec les chiffres... parce que moi je ne vais pas forcément tilter si j’ai fait une erreur, que lui il va tout de suite la voir, donc même s’il ne va pas dessus spontanément, il est derrière, il voit... (...) mais l’outil informatique ce n’est pas encore sa tasse de thé. Puis je vous dis, notre fils est là donc... il y a la génération qui suit, sa femme pour faire ce qu’il faut faire (...) mais par rapport à l’informatique embarquée il s’y était mis (...). Mais pour tout ce qui est bureautique et tout ça, non. Là c’est moi, dans la limite de mes moyens ».

80Petite exploitation de vaches laitières qui vend directement aux boucheries. Éleveur de 50 ans qui délègue la déclaration du troupeau via Internet à sa femme :

« Maintenant il y a de nouvelles règles, de nouvelles déclarations qui s’ajoutent, on passe plus de temps dans les papiers, sachant que je fais l’agriculteur, je fais le mécanicien, je fais le vétérinaire, je fais la main d’œuvre, je fais tout ce que vous voulez, mais bon, chacun a son rôle... ».

Conclusion

81La présentation sélective de quelques résultats d’enquêtes menées dans le cadre du projet RAUDIN en Aquitaine a servi à illustrer les constats de plusieurs auteurs sur les caractéristiques de la modernisation de l’agriculture depuis les années 1980.

82Au travers de l’usage et des représentations des TIC dans l’agriculture aquitaine, nous avons pu à nouveau mesurer la disparité des situations des exploitations et des profils d’exploitants face aux exigences de professionnalisation du secteur.

83Comme l’expriment eux-mêmes certains agriculteurs dans les entretiens que nous avons menés, cette étape de modernisation via l’informatisation et le numérique contient tout à la fois une source de nouvelles potentialités pour les agriculteurs et un risque de renforcement de clivages existant dans le métier (entre formes organisationnelles traditionnelles et modernistes, entre hommes et femmes, entre générations...).

84Néanmoins, les exemples tirés de l’enquête qualitative montrent que le recours aux TIC n’est pas systématiquement, même si la tendance se confirme dans l’enquête quantitative, l’apanage des seules exploitations « productivistes ».

85Concluons qu’en l’état actuel, et comme le note Lémery [2003], il est de fait impossible de prédire avec certitude les formes que prendront à l’avenir les modèles professionnels en agriculture.

Haut de page

Bibliographie

AGGERI F., FIXARI D. ET HATCHUEL A. L’innovation à l’INRA. Vers de nouveaux principes d’intégration du rapport science/innovation. Cahier n° 15, février 1998.

AGGERI F. ET HATCHUEL A. Ordres socio-économiques et polarisation de la recherche dans l’agriculture : pour une critique des rapports science/société. Sociologie du travail, 45, pp. 113-133, 2003.

BAGES R. Pratiques de l’informatique chez les agriculteurs et degrés d’appropriation.

Une enquête dans la région Midi-Pyrénées. Économie Rurale, n° 210, 1992, pp. 10-16.

BESSIÈRES C., GIRAUD, C. ET RENAHY, N. Famille, travail, école et agriculture. Revue d’Études en Agriculture et Environnement, 88(3), pp. 5-19, 2008.

BOUTET A. Les TIC dans la filière de la pêche maritime, in LICOPPE C. (Dir.). L’évolution des cultures numériques. De la mutation du lien social à l’organisation du travail. Éditions FYP, 2009.

CANDAU J. ET RÉMY J. Sociabilités rurales. Les agriculteurs et les autres. Études Rurales, n° 183, pp. 83-100, 2009.

DONDEYNE V. Les technologies numériques de l’information et de la communication au service d’une agriculture durable ? Terminal, déc. 2010, pp. 20-38.

GRIGNON C. . Professionnalisation et transformation de la hiérarchie sociale des agriculteurs. Économie Rurale, n° 152, pp. 61-66, 1982.

LÉMERY B. . Les agriculteurs dans la fabrique d’une nouvelle agriculture. Sociologie du travail, n° 45, pp. 9-25, 2003.

MER R. Agriculteurs, paysans & co. : crise d’identité et identité de crises. Quaderni, n° 56, pp. 101-113, 2004-2005.

NICAUD A. Quel bilan pour l’informatisation de nos campagnes ? Économie Rurale, n° 206, pp. 88-92, 1991.

RIEU A.M. . L’enjeu de l’informatique dans les rapports entre les sexes en agriculture.

Sociétés Contemporaines, n° 16, pp. 63-76, 1993.

Haut de page

Notes

1 Pour avoir un exemple de l’importance de la transmission générationnelle du capital social et culturel dans le monde agricole, le lecteur intéressé peut se reporter à l’étude de cas portant sur des agriculteurs finistériens, développée par Grignon (1982, p. 64).

2 Par organisations professionnelles et ses représentants, rappelons qu’il s’agit-là de l’ensemble des organismes de tutelle (chambres d’agriculture...) et des organismes issus, pour la plupart, des syndicats agricoles, tels que structures coopératives, mutualistes, de crédit... et également, des organismes en charge du conseil auprès des exploitants.

3 Candau et Rémy citent, entre autres, un article de Pierre Bourdieu, paru en 1962, « Célibat et condition paysanne », ou encore les travaux de Placide Rambaud (1963), et bien entendu l’ouvrage de Mendras, La fin des paysans, 1964.

4 Desriers M. (2007). Article en ligne : www.agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/AGRIFRA07c-2.pdf

5 Rattin S. (2006). Article en ligne : www.agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/articles06124A1.pdf

6 Cette enquête s’inscrit dans le cadre du projet RAUDIN : Recherches Aquitaines sur les Usages pour le Développement des Dispositifs numériques, recherche cofinancée par l’Europe, la Région Aquitaine et l’université de Bordeaux. Les premiers résultats de l’enquête (mars 2010) sont disponibles sur le site RAUDIN-OAT  : http://raudin.u-bordeaux3.fr/oat/wp-content/uploads/livret-avril2011-AgriTIC.pdf

7 Enquête menée sous la direction de N. Soubiale, entretiens effectués par N. Soubiale et des étudiants du master Communication des Organisations de l’université Bordeaux 3, Elsa Jalran, Wojciech Lewandowski, Marlène Martinez, Marie Offresson et Karine Vija. Une synthèse des premiers résultats est accessible sur :

http://raudin.u-bordeaux3.fr/oat/wp-content/uploads/Synthese-risques-psychosociaux.pdf

8 Se reporter à : http://achat-formation.aquitaine.fr/achat-formation/IMG/pdf/GFE_01_PRODUCTION_ AGRICOLE_-_SYLVICOLE_-_ELEVAGE.pdf

9 Dans notre enquête quantitative, 83 % des viticulteurs interrogés sont de la Gironde.

10 Les agriculteurs de cette enquête appartiennent aux 5 grands secteurs agricoles : viticulture, maraîchage, élevage, polyculture, céréaliculture. La méthode des quotas a été appliquée sur la taille des exploitations.

11 Trois grandes familles d’outils ont été retenues dans l’enquête quantitative : les équipements « courants » (ordinateur, accès Internet et téléphonie mobile) ; les dispositifs de gestion (applications spécifiques de gestion comptable, de contrôle et traçabilité et de gestion de la production) ; les dispositifs de communication électronique (vers les consommateurs et interprofessionnels).

12 Voir quelques données pour l’agriculture en Gironde par exemple sur le site : www.aquitainagri.org/PDF/pdf_prospective/pr %C3 %A9sentationCRAA33.pdf

13 Pour rappel, dans notre propre enquête quantitative, les viticulteurs interrogés proviennent pour 83 % de la Gironde. Voir les thématiques de recherche sur http://raudin.u-bordeaux3.fr/oat/?p=18 (« Modernisation des organisations vitivinicoles et web 2.0 »)

14 Une autre contrainte a conditionné la décision de mener les entretiens en Gironde : la distance. Les enquêteurs étant des étudiants de master (et non des chercheurs du groupe RAUDIN), ils n’ont pu obtenir l’autorisation de déplacement en dehors de la Gironde. La sélection d’un seul département aquitain ne nous a néanmoins pas posé de problèmes puisque nous ne nous sommes pas souciés de la représentativité de l’échantillon interrogé.

15 Malgré tout, deux céréaliers dans l’échantillon possèdent quelques hectares de vignoble.

16 Et très rarement de leurs beaux-parents pour les hommes : deux seulement ont épousé des filles d’agricultrices et sont devenus agriculteurs.

17 Il est à noter que cet agriculteur est célibataire.

18 Extraits de réponse à la question : « Pensez-vous qu’avec les TIC votre métier a changé ? »

19 Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne.

20 Les entretiens qui ont été menés auprès de ces agriculteurs ‘conservateurs’ présentent également une autre particularité : les enquêteurs ont été amenés dans 4 cas à conduire l’entretien avec le couple, l’épouse étant présente sur l’exploitation au moment de l’enquête.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadège Soubiale, « Représentations et usages des TIC dans le secteur agricole en Aquitaine », Terminal, 110 | 2012, 9-26.

Référence électronique

Nadège Soubiale, « Représentations et usages des TIC dans le secteur agricole en Aquitaine », Terminal [En ligne], 110 | 2012, mis en ligne le 23 février 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://terminal.revues.org/1212 ; DOI : 10.4000/terminal.1212

Haut de page

Auteur

Nadège Soubiale

Laboratoire MICA, EA 4426, Université Bordeaux 3.

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org