Navigation – Plan du site
Pratique des outils numériques
Libres propos

Pratiques numériques en éducation : l’exemple des usages de Twitter en milieu scolaire

Cécile Delesalle et Gérard Marquié

Résumé

Une enquête annuelle auprès de professionnels de l’éducation a été réalisée par l’INJEP1 et Vérès Consultants depuis 2011 sur les usages de Twitter en milieu scolaire. Elle fait partie d’une série d’études et d’expérimentations initiées dans le cadre d’une recherche-formation-action plus générale concernant le développement d’outils de suivi des pratiques d’Internet des jeunes et des professionnels de l’éducation et de la jeunesse. Les résultats de cette enquête montrent que ce type de pratique numérique réinterroge la relation éducative. Ils éclairent également sur les compétences développées par les acteurs, tant les jeunes que les professionnels, et sur les apports d’outils numériques, que ce soit en termes pédagogiques, de réseau ou de co-formation, ceci dans un contexte institutionnel encore perçu par les professionnels comme peu favorisant.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Cette recherche-formation-action s’intitule « Le défi d’internet pour l’information des jeunes : dé (...)
  • 3 Les outils testés sont les suivants : 1. Le carnet de bord, « Journal de recherche » (scolaire et p (...)

1Observer et accompagner les changements apportés par le numérique dans les pratiques des jeunes et les démarches des professionnels de jeunesse et d’éducation, telle est la mission de l’INJEP qui la met en œuvre avec différents partenaires (collectivités, Éducation nationale, Éducation populaire…). Une démarche de recherche-formation-action a été initiée en 2009 centrée sur des observations participatives des pratiques numériques des jeunes et des professionnels, menées dans différents environnements (scolaire, socioculturel, culturel, information jeunesse…), qui a permis de développer des contenus de formation et des outils de suivi2. Dans ce cadre, l’INJEP, Vérès Consultants, le CIDJ et différents partenaires (établissements scolaires, MJC, bibliothèques, Information Jeunesse) ont expérimenté ensemble ces outils (Delesalle, C., Marquié G., 2012)3. Pour chacune de ces expérimentations, une équipe partenariale propose des situations d’observation et/ou d’enquête, dont certaines impliquent des jeunes, « témoins-acteurs » de leurs pratiques. Ces expérimentations révèlent, à certaines conditions, la capacité des jeunes à prendre du recul, à se mettre dans une posture réflexive, à analyser leurs propres pratiques et celles de leurs pairs. Ceci se constate pour toutes les tranches d’âge avec lesquelles nous avons travaillé (12-20 ans).

2Les travaux présentés ici, portant sur les usages de Twitter en milieu scolaire, représentent un des volets de cette démarche de recherche-formation-action. Ils apportent des éléments précis sur les compétences développées par les acteurs et mettent en lumière l’importance de la dimension relationnelle, physique ou en ligne, permise par les fonctions réseau de Twitter : interactions avec les parents, les collègues, avec une « salle des professeurs virtuelle »… Ils éclairent aussi sur les nouvelles formes de co-formation entre professionnels, dans un contexte institutionnel encore souvent perçu comme très peu favorisant. (Delesalle C., Marquié G., 2014).

Réseaux sociaux numériques et éducation : quelles nouvelles dynamiques ?

3Les développements récents des outils du web semblent aller dans le sens de l’intégration des différents modes d’entrée (moteurs, forums, réseaux sociaux…) et des circulations multiples entre eux. Les moteurs de recherche peuvent envoyer l’utilisateur vers un réseau social, ou bien le rediriger vers le web à partir d’un réseau social (Morris, M.R., Teevan, J., Panovich, K., 2010). Un processus dialectique est perceptible entre les outils et les usages, les outils numériques prenant de plus en plus en compte les usages, qui eux-mêmes sont impactés par chaque nouvel outil. Par exemple, des outils sont expérimentés pour mettre en synergie des réseaux sociaux et des portails de bibliothèques universitaires, en visant une meilleure efficacité, dans les deux sens, en termes de recherche de sources, de démultiplication des usages et de collaboration scientifique (Mutschke, P., Thamm, M., 2012). Dans le même temps, les bibliothèques sont amenées à faire évoluer leur « paradigme » dans une direction prenant davantage en compte les comportements en ligne de leurs usagers (Hobohm, H.-C., 2012).

4Les réseaux sociaux en ligne ont changé les pratiques communicationnelles entre jeunes (Travaux de Boyd,D., Ito, M., Metton C.), toutefois on sait que les pratiques quotidiennes concernent des réseaux restreints, où les pairs sont au centre. Quant aux pratiques d’information sur les réseaux sociaux, elles ne sont pas perçues comme telles par les jeunes et sont donc très difficiles à visibiliser et analyser. Mais les études précises sur les usages informationnels des réseaux sociaux se multiplient, faisant référence, par exemple, à la notion de capital social (Ellison, N. B., Gray, R., Vitak J., Lampe, C., Fiore, A.T., 2013). Toutefois, la nature même de ce que l’on entend par « réseaux sociaux » ne cesse d ‘évoluer, la dimension sociale étant de plus en plus présente dans tous les outils du web, et faisant désormais partie intégrante des ressources mobilisées dans l’éducation et dans les systèmes d’information… Ce qui vient renforcer les apprentissages entre pairs, (à la fois pour les jeunes et les professionnels), et susciter de nouvelles formes de tutorat. Dans le même temps, les déterminants socio-économico-culturels-familiaux continuent de jouer un rôle majeur (Robinson, L., 2012).

5Les réseaux sociaux numériques réinterrogent donc d’une part, la question de la médiation et d’autre part, celle des relations entre le scolaire et le hors scolaire, et entre le local et le distanciel. (Dauphin, F., 2012). Les enquêtes nationales montrent que l’utilisation des TICE par les enseignants avec les élèves se développe beaucoup plus lentement que leurs autres usages professionnels des outils sociaux du web (préparation des cours, veille, administration…). (R. Thibert, 2012 ; enquêtes Profetic, Ministère de l’Éducation nationale, 2012, 2014). L’urgence de la diffusion d’une vraie culture du numérique est reconnue, culture qui, de toute évidence, ne peut qu’être transdisciplinaire, multi-supports et surtout transversale par rapport aux différents environnements de vie des jeunes. Pour l’environnement scolaire, par exemple, O. Le Deuff (2011) plaide pour un « new deal » comportant un « curriculum » de formation à l’information à partir de la fin du primaire, « établissant une progression régulière de l’élève » et « des logiques de projets avec production de travaux de la part des élèves et conservations de leurs traces pour évaluer leur progression. »

Problématique et hypothèses : Un champ en perpétuelle mutation, des compétences cachées

6La spécificité de ce champ d’étude, qui en fait la difficulté, tient au fait qu’il est en perpétuelle mutation et que ses contours se redéfinissent régulièrement et très rapidement. Une autre difficulté est celle, constatée par la recherche, de la grande hétérogénéité des pratiques des jeunes sur internet. Des différences interindividuelles très importantes existent, y compris parmi des profils semblables (Aillerie, K., 2011). Par ailleurs, l’analyse des pratiques et des savoir-faire révèle des compétences cachées, c’est à dire peu visibles, peu conscientes et surtout peu réinvesties d’un champ de pratique à l’autre : du loisir au scolaire, du relationnel au stratégique, par exemple pour le parcours d’orientation ou d’insertion… (Hargittai, 2012). Nos expérimentations avec un lycée professionnel mentionnées ci-dessus (note 3) nous montrent à quel point les pratiques non scolaires sont difficiles à rendre explicites.

7Des aspirations sont identifiées du côté des professionnels à s’approprier des compétences dans le domaine du numérique, afin de se sentir moins démunis en face de jeunes, perçus comme plus qualifiés. Ils expriment le besoin de pouvoir développer une approche numérique/physique dans leurs pédagogies ou dans leurs missions de service public (que ce soit en orientation, en animation, en information-documentation, en éducation aux médias…).

8Tous ces éléments de connaissance ont conduit à la mise en œuvre des investigations sur les usages de Twitter en éducation présentés ici. Rappelons que, dans ces explorations, Twitter est abordé, non pas comme un champ d’études en soi, mais comme un exemple concret de pratiques numériques en éducation, de nouvelles formes de communication entre professionnels, entre enseignants et élèves, et de nouveaux rapports entre lieux éducatifs, domicile et espaces publics. Approfondir les usages d’une plateforme sociale particulière permet d’en discerner les modes d’appropriation par les professionnels et par les jeunes.

9Dans un contexte de montée en puissance de l’utilisation de Twitter par les adolescents (étude HabiloMédias, 2014 ; GlobalWebIndex, 2014) ainsi que par des enseignants, il devenait pertinent de se poser les questions suivantes : Quel peut être le rôle éducatif des réseaux sociaux ? Quelles sont les modalités concrètes des modes « socialisés » d’apprentissage ? Pour les différents niveaux scolaires, que fait-on avec Twitter dans un cadre scolaire et avec quels résultats ?

10À l’instar d’autres chercheurs, nous formulions l’hypothèse d’effets multiples des réseaux socio-numériques sur les pratiques communicationnelles, informationnelles et sur les professionnalités… effets qui demandaient à être spécifiés, déclinés selon les publics et les environnements. Il s’agissait d’analyser en profondeur et en participatif les usages d’internet et des réseaux sociaux par les jeunes et par les professionnels. C’est ce que visent les enquêtes et observations participatives sur les usages de Twitter en milieu scolaire présentées ici.

11Une deuxième hypothèse est celle de la pertinence du développement d’outils d’observation participatifs pour la production à la fois de connaissances et de stratégies éducatives et formatives. La démarche de recherche-formation-action, - dans la mesure où elle implique le rôle de « témoin-acteur » de la part des jeunes et des professionnels -, fournit en effet l’occasion de sessions formatives à destination de ces deux publics. Par exemple, dans une des expérimentations menées, les prises de vue d’écrans des recherches d’information réalisées par les élèves en lycée professionnel sont utilisées ensuite en classe : à partir de l’analyse de ce matériel vidéo, l’enseignant a construit une séance d’éducation à l’information sur internet. À cette occasion, les élèves prennent conscience de leurs compétences dites informelles, d’où l’intérêt de partir de leurs pratiques, observées et analysées ensemble. Ce matériau a également servi à alimenter des contenus de formations de professionnels de jeunesse.

Méthodologie : Observations sur la plateforme Twitter, enquêtes en ligne, analyses menées en itération avec une partie des répondants

12Le protocole mis en œuvre combine une observation des pratiques via Twitter, un questionnaire en ligne et des entretiens qualitatifs, auprès de deux publics : les professionnels qui utilisent Twitter dans le cadre scolaire et les professionnels qui observent cette utilisation. Il parait en effet important d’analyser en parallèle le témoignage des professionnels qui utilisent l’outil et celui d’autres acteurs qui bénéficient d’un recul leur permettant d’apporter un point de vue plus détaché.

13L’enquête en ligne sur les usages de Twitter dans le cadre scolaire a été répétée annuellement depuis 2011, avec la collaboration de personnels de l’Éducation nationale. En 2013, on constate un renouvellement des répondants (78 % ont répondu pour la première fois à l’enquête en ligne qui s’est déroulée entre février et avril 2013). Au total, 130 questionnaires ont été renseignés (dont 76 par des utilisateurs). Il s’agit donc d’une étude exploratoire, même si ce nombre est à rapprocher de celui des 364 classes recensées par le site www.twittclasses.fr. au moment de l’enquête. Certains répondants (4 utilisateurs et 4 observateurs) ont été sollicités pour un entretien qualitatif en aval de l’enquête en ligne, afin de leur en présenter les résultats, de recueillir leurs hypothèses d’interprétation et de les confronter à celles des porteurs de la recherche-formation-action (INJEP / Vérès Consultants).

14Même si les enseignants et professionnels de l’éducation répondant à ces enquêtes sont parmi ceux qui se passionnent pour le numérique et ne forment pas un échantillon représentatif de l’ensemble de cette population, leurs pratiques, leurs observations, leurs projets et leurs analyses prospectives illustrent des tendances, des transformations en cours du paysage éducatif, pour toutes les tranches d’âge (de la maternelle à l’enseignement supérieur). Certains sont des pionniers qui ont montré le chemin à beaucoup d’autres, tandis que d’autres se définissent comme des « utilisateurs lambda » de Twitter et d’autres outils numériques.

Résultats des enquêtes sur Twitter en milieu scolaire

Des élèves davantage acteurs de leurs apprentissages

  • 4 Dans ce paragraphe résumant les résultats, les guillemets renvoient soit aux formulations du questi (...)
  • 5 Framapad.org : permet des moments d’écriture collaborative en classe ou dans des activités personne (...)

15Tout d’abord, Twitter facilite et potentialise la valorisation des productions des élèves, et ceci sur une durée car aisément conservées. Dans l’enquête en ligne, parmi les activités Twitter « pratiquées en priorité »4, celles qui ont pour objectif la valorisation des activités des élèves sont le plus souvent mentionnées et sont en progression. Certaines activités menées avec Twitter produisent des déblocages spectaculaires car elles « donnent un sens à l’intention d’écrire », dit un enseignant, par le lien que cette plateforme de micro-blogging établit avec un lectorat étendu au-delà des murs de l’établissement – ou avec les parents, pour les petits. Les productions des élèves sont archivées plus facilement qu’avec d’autres outils d’écriture collaborative (tel Framapad5 en collège) et mènent par exemple à la réalisation de livrets illustrés (CP, CM1).

Activités réalisées en priorité avec les élèves :

Question : Merci de préciser l’activité Twitter que vous réalisez en priorité avec les élèves (4 réponses maximum)  ?

16Un cercle vertueux de la valorisation à la motivation et aux réussites se produit pour certains élèves. Pour tous, les enseignants constatent un engagement plus fort dans les apprentissages et une meilleure participation. Différentes formes collaboratives de travail des élèves en classe sont mises en œuvre. Les élèves en difficulté bénéficient beaucoup de ces modes d’interaction en classe. L’utilisation de Twitter permet des interactions avec l’extérieur qui motivent. (Par exemple, des enseignants exploitent les sorties scolaires en réalisant un historique des tweets.). Enfin, l’enquête en ligne révèle combien les relations enseignant-élève évoluent. Une forte majorité d’utilisateurs considère que « le professeur communique mieux avec ses élèves ». Une majorité également relève qu’avec Twitter « la posture de l’enseignant change » et plus de 40 % pensent que « L’enseignant n’est plus le seul référent ». Un outil comme Twitter fait que « l’enseignant n’est plus dans le contrôle. » (Proviseur adjoint en lycée professionnel).

Une éducation aux médias et à la gestion de l’identité numérique

  • 6 Brevet Informatique et Internet

17L’intérêt de Twitter en éducation aux médias fait consensus et les activités d’éducation aux médias menées avec Twitter sont en progression. Toutefois, les positions divergent sur l’âge auquel commencer cette éducation, certains commençant dès la maternelle : un enseignant, par exemple, explique à ses élèves par qui on peut être suivi ou pas, ce que l’on y dit ou pas. La gestion de l’identité numérique s’acquiert rapidement et Twitter se révèle un outil particulièrement efficace pour enseigner le domaine 2 du B2i6 sur l’identité numérique, que les enseignants ne savent pas toujours comment traiter. Avec Twitter, ils le font « sur un usage précis, concret. C’est comment on écrit, qu’est-ce qu’on écrit... et c’est l’occasion d’aborder tous les sujets qui correspondent à la protection de soi-même, et aussi d’évoquer le droit d’auteur. » (Enseignante en collège)

18Dès la maternelle, des enseignants utilisent Twitter pour sensibiliser les enfants… et leurs parents. La plateforme permet de réfléchir aux relations entre la sphère privée et la sphère publique. Le lien école-maison se renforce grâce au réseau social dédié. Que ce soit en primaire ou en secondaire, des élèves se mettent à tweeter de leur classe et depuis leur domicile. Les jeunes prennent conscience des risques en pratiquant par eux-mêmes. On évite ainsi une pédagogie des réseaux sociaux trop moralisatrice ou trop centrée sur les dangers, qui montre peu d’efficacité.

La diversité des usages professionnels de Twitter en milieu scolaire s’accroît

  • 7 Plate-forme en ligne de la communauté européenne, pour mener des projets avec des classes d’autres (...)
  • 8 Espace numérique de travail : ensemble intégré de services numériques, choisi, organisé et mis à di (...)

19Le choix de Twitter se fait souvent de préférence à des outils ou plates-formes plus classiques et moins ouverts. Par exemple, pour l’une, Twitter permet un échange « plus rapide » et plus synchrone que le réseau européen e-twinning7 (enseignante en CM1). Twitter est choisi parce qu’il permet tout à la fois de communiquer (en interne et en externe), d’informer, de s’informer et de faire savoir à d’autres ce que l’on fait. (Le réseau social ici paraît répondre à un besoin de partage d’expériences). Il peut être préféré aux ENT8 qui « sont des milieux trop fermés où il faut aller se connecter exprès » (Chef d’établissement). Twitter peut aussi être rejeté ou abandonné pour des raisons déontologiques ou fonctionnelles (« une marque américaine », pas de garantie de protection des données…).

20Des passerelles existent entre pratiques personnelles et pratiques professionnelles de Twitter, dans les deux sens, toutefois le « saut » vers des usages pédagogiques à proprement parler peut se révéler difficile à réaliser. Pour les enseignants réticents à se lancer, l’argument de l’équipement insuffisant de leur établissement en informatique et numérique est utilisé.

21Les enquêtes montrent des utilisations de la plate-forme fréquentes et diversifiées. Dans la passation de 2013, ce sont 82 % des utilisateurs qui s’en servent au moins une fois par semaine, cette fréquence étant plutôt en baisse. Pour une partie des utilisateurs, Twitter est un outil à la fois central et transversal, c’est à dire utilisable dans plusieurs contextes pédagogiques et/ou disciplinaires. « Aujourd’hui je n’envisage pas de faire la classe sans Twitter » (Enseignante en CP). Ceux qui en font une utilisation quotidienne disent par exemple : « cela oblige à faire une activité écrite tous les jours, c’est un rituel » (Enseignant en Maternelle). La diversité des activités réalisées avec Twitter est en augmentation, une vingtaine d’activités différentes sont repérées dans l’enquête en ligne. Notons cependant que ces pratiques évoluent dans le temps pour chaque enseignant et que Twitter est toujours utilisé en fonction d’objectifs pédagogiques précis.

Des synergies entre outils numériques qui se développent et se personnalisent

  • 9 Tableau Blanc Interactif

22Des synergies fertiles se construisent entre Twitter et les autres outils numériques. Dans l’enquête, l’utilisation de Twitter « en complémentarité avec d’autres outils » concerne 86 % des utilisateurs (en nette progression par rapport à 2012). Il est souvent relevé, par exemple, que TBI9 ou vidéoprojecteur facilitent l’utilisation des réseaux sociaux en classe car cela permet de « diffuser en grand à la classe l’interface, montrer comment ça se présente, où est-ce qu’on clique, comment on peut lire la ‘timeline’ » (Enseignante en CM1). C’est sûrement l’un des enseignements marquants de l’enquête 2013, suggérant que l’utilisation de Twitter suscite ou renforce d’autres appétences, incite à la découverte et à la maitrise d’autres outils.

Autres outils ou supports utilisés par les enseignants en complémentarité avec Twitter :

Autres outils ou supports utilisés par les enseignants en complémentarité avec Twitter :

23Utilisateurs comme observateurs perçoivent Twitter comme « un outil parmi d’autres » (46 % dans l’enquête en ligne) et considèrent que « Twitter seul n’est pas suffisant » (66 %). Des enseignants, par exemple, « individualisent » leurs propositions d’outils numériques en fonction des élèves et de l’étape du programme. « Il y a des élèves qui vont plus se saisir de la carte heuristique, d’autres vont plus publier des articles sur le site, d’autres sont plus à l’aise pour faire des billets sur le blog parce que c’est moins structuré, etc. » (Enseignante en collège).

Twitter à la fois objet et lieu de formation pour les professionnels

24Dans l’enquête, une forte majorité déclare avoir bénéficié d’une formation dans le domaine des TIC ou du numérique durant les trois dernières années. S’il est vrai que Twitter convient bien aux enseignants peu férus d’informatique, les lacunes en formation n’en sont pas moins très importantes et de l’entraide se pratique entre enseignants. Comme d’autres réseaux sociaux ou plateformes, Twitter est à la fois objet de formation (en autoformation, en co-formation ou par l’institution), lieu de formation (sessions en ligne, communautés de spécialistes), support de contenus et de ressources et outil de veille et de perfectionnement de compétences dans la durée. On note ici l’importance de la mise en relation dans l’acquisition de ces compétences numériques. Des enseignants rejoignent les réseaux sociaux pour rompre leur isolement, pour avoir davantage d’échanges entre collègues. Twitter est un puissant outil de réseau professionnel. Cette dimension relationnelle se constate dans l’enquête en ligne : les utilisations de Twitter « dans le cadre scolaire mais en dehors de la classe » portent d’abord sur la veille informationnelle (76 %) mais aussi majoritairement sur « des échanges avec d’autres enseignants » (59 %) et sur « des apprentissages informels » (55 %).

Utilisation de Twitter, dans le cadre scolaire, en dehors de la classe :

Utilisation de Twitter, dans le cadre scolaire, en dehors de la classe :

25Les enseignants apprécient de pouvoir sur un seul et même support à la fois se former, veiller et mutualiser des outils pédagogiques. C’est « ma salle des professeurs virtuelle », dit l’un d’eux. Ces modes de formation en temps réel et « horizontaux » permettent aussi de court-circuiter les niveaux hiérarchiques, des habitudes sont prises de co-formation en dehors du « regard de l’institution » (Enseignant). Certains d’ailleurs soulignent les contradictions entre les discours institutionnels nationaux sur le numérique et les politiques menées localement  : « Il y a un paradoxe entre le message “allez sur les réseaux sociaux” et les contraintes imposées en matière d’hébergement des plateformes utilisées. » Ces contradictions, d’ailleurs, ne sont pas spécifiques à l’Éducation nationale, elles sont le fait également de certaines collectivités qui incitent les professionnels à communiquer sur les réseaux sociaux mais interdisent aux jeunes de les utiliser dans les structures sous leur responsabilité.

Conclusion : Des outils qui ont une utilité sociale à condition d’être bien appropriés

26Les professionnels qui innovent avec ces outils depuis longtemps insistent sur leur potentiel de lien social, dès lors que des objectifs clairs leur sont assignés. Twitter représente un exemple de ces outils versatiles et modelables qui sont performants dans les environnements complexes comme l’éducation. Ce type d’outil introduit de la transversalité entre les disciplines, entre les professionnels (coopérations inter-classes, binômes, projets montés avec le CDI ou la BCD), entre les niveaux hiérarchiques et également entre l’éducation formelle et non formelle. Il ne se substitue évidemment pas à la réflexion pédagogique, celle-ci doit primer, c’est la condition d’une appropriation pertinente de ces outils, en les mobilisant pour des objectifs bien identifiés.

27Toutefois, une posture d’expérimentateur d’outils numériques divers et sans cesse renouvelés est observée chez certains. Ceci interroge et est peut-être à relier à la rareté de points de repères fixes, tant sur les processus que sur les outils : validation par les institutions de pratiques pédagogiques (numériques et mixtes), méthodes de sensibilisation des parents ou soutien méthodologique des professionnels en temps réel.

Haut de page

Bibliographie

Aillerie, K. (2011). Pratiques informationnelles informelles des adolescents (14-18 ans) sur le Web. Thèse de Doctorat, Université Paris 13, Sciences de l’Information et de la Communication.

Dauphin, F. (2012). Cultures et pratiques numériques juvéniles : quels usages pour quelles compétences ? Questions Vives Vol. 7 n° 17.

Delesalle, C., G. Marquié, G. dir. (2012). L’information des jeunes sur internet  : observer, accompagner. Expérimentation d’outils avec des professionnels de jeunesse. Cahiers de l’action n° 36, INJEP.

Delesalle, C., Marquié, G. (2014). Twitter : outil de transformation dans le champ éducatif ? Jeunesses Études et Synthèses, Observatoire de la Jeunesse. n° 18.

Ellison, N. B., Gray, R., Vitak J., Lampe, C., Fiore, A.T. (2013). Calling All Facebook Friends : Exploring Requests for Help on Facebook. Association for the Advancement of Artificial Intelligence. www.aaai.org.

GlobalWeIndex (2014). Social Summary. Quarterly Report on the Latest Global Trends in Social Network Usage.

HabiloMédias (2014). Jeunes Canadiens dans un monde branché. Phase III : La vie en ligne.

Hargittai, E., Hsieh, Y.P. (2012). Succinct Survey Measures of Web-Use Skills. Social Computer Review, pre-print. http://webuse.org/p/a34

Hobohm, H.-C. (2012). Can Digital Libraries Generate Knowledge ? Contribution to the Cologne Dialogue on Digital Humanities @ Wahn Manor House,.

Ito, M. (2010). Hanging Out, Messing Around and Geeking Out  : Kids Living and Learning With New Media. The John D. and Catherine T. Mac Arthur Foundation Series on Digital Media and Learning. MIT Press.

Le Deuff. O. (2011). La formation aux cultures numériques. Une nouvelle pédagogie pour une culture de l’information à l’heure du numérique. FYP Éditions.

Ministère de l’éducation nationale (2012). Enquête « PROFETIC » auprès de 6000 enseignants du second degré.

(2014) Enquête « PROFETIC » auprès de 5000 enseignants du second degré. JCA Développement.

Morris, M.R., Teevan, J., Panovich, K.,. (2010). A Comparison of Information Seeking Using Search Engines and Social Networks. Association for the Advancement of Artificial Intelligence (www.aaai.org).

Mutschke, P., Thamm, M. (2012). Linking Social Networking Sites to Scholarly Information Portals by ScholarLib. WebSci.

Robinson, L. (2012). Information-Seeking 2.0. The Effects of Informational Advantage. RESET n° 1

Thibert, R. (2012). Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0. Dossier d’actualité Veille et Analyses, n° 79. IFÉ. En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accu eil&dossier=79&lang=fr

Haut de page

Notes

2 Cette recherche-formation-action s’intitule « Le défi d’internet pour l’information des jeunes : développement d’outils pérennes de suivi des pratiques (jeunes, professionnels, parents) ».

3 Les outils testés sont les suivants : 1. Le carnet de bord, « Journal de recherche » (scolaire et personnelle avec des élèves de collège. 2. La carte mentale, pour concevoir un projet d’orientation (élèves de collège). 3. L’interview de jeunes par des jeunes, filmé par des jeunes (lycée professionnel). 4. Le reportage vidéo sur les écrans de navigation pour la recherche d’information : les jeunes sont tour à tour cameraman, discutant et chercheur sur le web (lycée professionnel). 5. L’observation participante de sessions de formation de professionnels de l’information jeunesse. 6. L’enquête en ligne auprès de professionnels (de l’éducation, de bibliothèques, de Points Cyb…). 7. L’enquête sur ordinateur auto-administrée auprès de jeunes utilisateurs dans une bibliothèque d’écrans dédiés pour le travail scolaire ou l’orientation.

4 Dans ce paragraphe résumant les résultats, les guillemets renvoient soit aux formulations du questionnaire soit au verbatim des répondants (identifié dans ce cas par le niveau scolaire de leurs enseignements ou observations).

5 Framapad.org : permet des moments d’écriture collaborative en classe ou dans des activités personnelles ou professionnelles.

6 Brevet Informatique et Internet

7 Plate-forme en ligne de la communauté européenne, pour mener des projets avec des classes d’autres établissements en Europe

8 Espace numérique de travail : ensemble intégré de services numériques, choisi, organisé et mis à disposition de la communauté éducative par l’établissement scolaire ou l’Université.

9 Tableau Blanc Interactif

1 Institut National de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire, établissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la jeunesse

Haut de page

Table des illustrations

URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/1144/img-1.png
Fichier image/png, 63k
Titre Autres outils ou supports utilisés par les enseignants en complémentarité avec Twitter :
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/1144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Utilisation de Twitter, dans le cadre scolaire, en dehors de la classe :
URL http://terminal.revues.org/docannexe/image/1144/img-3.png
Fichier image/png, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Delesalle et Gérard Marquié, « Pratiques numériques en éducation : l’exemple des usages de Twitter en milieu scolaire  », Terminal [En ligne], 117 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://terminal.revues.org/1144 ; DOI : 10.4000/terminal.1144

Haut de page

Auteurs

Cécile Delesalle

Cabinet Vérès Consultants

Gérard Marquié

Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org