Navigation – Plan du site
Pratique des outils numériques

Différenciations sociales des présentations numériques de soi

Alex Alber, Guilhem Anzalone et Marie-Laure Bernon

Résumés

Cet article explicite les différenciations sociales des présentations numériques de soi.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les manières de parler de soi sur Internet renouvellent les questionnements relatifs aux modalités contemporaines d’expression identitaire et aux effets des déterminismes sociaux traditionnels hors ligne. Les enjeux soulevés par ces élaborations identitaires renvoient à des inégalités d’accès, et plus encore d’usage, de l’outil numérique, permettant la production d’une image contrôlée et potentiellement valorisante de soi. La généralisation de l’accès à l’Internet a en effet conduit à considérer l’existence d’une « fracture numérique » (Ben Youssef, 2004 ; Houzet, Grasland, 2004) d’un nouvel ordre, dite de « second degré », relative à un différentiel de compétences et de savoir-faire pratiques qui permettent une utilisation adéquate de l’informatique connectée (Hargittaï, 2002 ; Vendramin et Valenduc, 2003). Émerge ainsi la notion d’« inégalités numériques » (Granjon, Lelong, 2006) que mobilise un vaste champ de recherches sur la structuration sociale d’Internet, distinguant l’accès à l’outil informatique et à l’univers numérique d’une part, et les usages culturels qui en sont faits, socialement situés, d’autre part.

2Le passage de la question des inégalités d’accès à celle des compétences liées à Internet (Kling, 1998) amène à considérer de manière complexe les usages sociaux d’Internet en analysant les multiples fractures numériques (Van Dijk, 2005, De Haan, 2004). Celles-ci peuvent résulter de facteurs sociaux d’utilisation, de mobilisation de compétences et de connaissances, ou encore de perception des plateformes sociales comme instrument de valorisation sociale. L’étude des réseaux sociaux permet dans cette perspective de souligner le lien entre « culture numérique » et » inscription sociale » des internautes (Glassey et Pfister-Giauque, 2006 ; Le Guel, 2004). Saisis comme « modalités différenciées d’appropriation produites par des [dotations en] capitaux ou de compétences […] qui sont les produits intériorisés de formes de [structuration] sociale » (Granjon, 2009, p. 27), les différents usages des réseaux sociaux numériques sont analysés selon le type et la quantité de « capital » possédé par les internautes. L’étude des utilisations différenciées d’Internet et plus spécifiquement des réseaux sociaux permet en ce sens de mettre à l’épreuve la validité actuelle des concepts bourdieusiens dans la compréhension des modes contemporains de (re)présentation de soi, en termes de dotation en capital (économique, social, culturel et symbolique) dont le volume et la répartition structurent l’espace social (Bourdieu, 1980). Le pouvoir explicatif du concept de classe sociale, entendue selon un critère économique fondant son acceptation marxiste, comme générant des modes de vie spécifiques (Halbwachs, 1913), ou encore en termes de « communautés de chances de vie » (Weber, 1971), se retrouve également confronté à l’analyse des comportements numériques. Les usages numériques sont ainsi saisis comme révélateurs d’une position spécifique occupée dans l’espace social, en termes de capacité à utiliser l’outil de manière efficiente d’une part, et à orienter les comportements d’autre part, notamment en matière de présentation de soi sur la toile.

3Les réseaux sociaux et les blogs offrent diverses possibilités d’élaboration d’une image virtuelle de soi, entendue au sens de projection ou de simulation de soi (Cardon, 2008, p. 101), obtenues par ajustement des traits de définition de soi à disposition sur la plateforme. Ces dispositifs numériques se caractérisent en effet par l’importance accordée à la « mise en visibilité de soi », entendue comme l’expression virtuelle de sa personnalité, structurée par l’outil informatique et l’interface numérique, qui donnent lieu à des configurations identitaires particulières. Cette « Communication Médiée par Ordinateur » (Georges, 2009) produit en effet une sémiotique propre (Peraya, 1999 ; Proulx, 2004), un langage spécifique par lequel le soi se représente. L’analyse de l’identité dans le contexte d’Internet s’effectue ainsi à travers les signes de définition de soi et les activités en lignes déclarés par les internautes. Les plateformes numériques sont dans ce cadre considérées comme constituant des supports de présentation et d’expression de soi (Coutant, Stenger, 2010 ; Caradec, Martuccelli 2004 ; Martuccelli 2002), et même d’invention de soi (Kaufmann 2004). Celles-ci modifient les cadres traditionnels, par « face à face », de l’interaction sociale et de la mise en scène de soi (Goffman, 1973). Les TIC renouvellent ainsi les cadres de l’interaction par lesquels s’opère la construction identitaire : les nouvelles visibilités du soi sur Internet semblent libérées de la co-présence (Thompson, 2005), pour permettre une élaboration en apparence moins contrainte de l’identité sociale. Il ne faut toutefois pas pour autant négliger la persistance de l’aspect interactif dans la définition de soi sur les plateformes numériques, où le public peut commenter et exprimer son avis sur l’identité mise en ligne.

4Les blogs et profils Facebook peuvent alors être saisis comme des expressions identitaires numérisées (Allard, Blondeau, 2007 ; Cardon, 2008 ; Granjon, Denouël, 2010). Ces supports de présentation de soi par lesquels l’individu se raconte, se présente, se différencient par la syntaxe spécifique produite par des agencements d’éléments mis à disposition par la plateforme (Coutant, Stenger, 2010). Les identités numériques produites par les internautes sont alors conçues dans une démarche de négociation entre une volonté de se distinguer, s’identifier, élaborer une identité, donc une spécificité, et une utilisation d’éléments communs à l’ensemble des utilisateurs de la plateforme. C’est ainsi que l’individu construit une identité numérique, à la manière d’un patchwork (De Singly, 2005). L’identité sous sa forme numérisée apparaît dans une tension entre injonction de distinction, originalité, et conformité aux modalités d’expression identitaire. Si ces mécanismes concernent l’ensemble des acteurs étudiés, on peut cependant se demander quels rôles jouent les appartenances sociales dans les choix faits par les internautes en matière d’exposition d’eux-mêmes sur les réseaux sociaux. C’est à cette question que se consacre cet article, sur la base de données quantitatives récoltées par questionnaires auprès d’étudiants de l’université de Tours en 2011.

5En nous appuyant sur les résultats de l’enquête, nous montrerons que si le niveau socioculturel (défini par la PCS des parents) ne semble pas déterminer le fait d’utiliser telle ou telle plateforme numérique, il apparaît néanmoins au fondement d’une différenciation fine des pratiques en fonction des milieux sociaux. Les classes supérieures tendent à se dévoiler un peu moins sur Internet, à protéger plus consciencieusement leur vie privée, et à développer des stratégies pour faire de la toile un espace de mise en valeur de leur personnalité. Toutefois, il faut noter d’emblée que ces différences – bien réelles – n’apparaissent généralement que sous forme de tendances, ce qui doit beaucoup aux spécificités sociodémographiques de la population étudiante. Si les étudiants forment, aux côtés des cadres supérieurs et des professions intermédiaires, la majorité des internautes français (Donnat, 2009, p. 54), les effets éventuels de la stratification sociale sont, en leur sein, difficiles à démêler de ceux qu’exerce la condition étudiante.

6Il s’agit donc de comprendre l’effet de l’origine sociale sur les pratiques numériques, avant de s’intéresser plus spécifiquement aux enjeux de mise en scène de soi, et particulièrement à l’attention portée à son image plus importante des enfants de catégories supérieures. Nous montrerons tout d’abord qu’il existe, à l’intérieur de la population enquêtée, une homogénéité relativement forte des pratiques numériques, en notant cependant que des différences significatives subsistent dans la chronologie de l’accès à ces pratiques. Elles traduisent en filigrane une certaine spécificité des classes sociales supérieures. Puis nous verrons, dans une seconde partie, comment l’origine sociale des étudiants produit des différences dans l’exposition de soi sur les blogs et sur les sites de réseaux sociaux, à l’image de Facebook.

Une socialisation familiale au numérique plus précoce chez les catégories sociales supérieures

7Les résultats de l’enquête témoignent d’abord de la faiblesse des inégalités d’accès à Internet et aux différents services numériques. L’origine sociale, que ce soit à travers la PCS du père ou de la mère, est en effet très rarement corrélée aux variables du questionnaire décrivant les sites fréquentés, les services utilisés, et les représentations d’Internet. Mais si une fracture numérique d’accès semble résorbée, les enfants des catégories sociales supérieures se distinguent cependant par une socialisation familiale plus précoce à Internet et aux réseaux sociaux.

Un investissement très large des réseaux sociaux

8L’une des caractéristiques premières de Facebook, qui explique une partie de son succès, est sa logique sélective : à la différence du modèle du « phare » caractérisé par une facilité d’accès à de nombreux traits identitaires pour un grand nombre d’individus inscrits sur le réseau et une recherche accrue de visibilité et qui sous-tend le fonctionnement d’un réseau comme Myspace (Cardon, 2008), le profil et les informations personnelles des abonnés de Facebook n’y sont montrés qu’à des « amis » dûment triés et sélectionnés. Facebook apparaît donc, dans son intention première, comme un outil tendant à préserver l’homophilie des internautes.

9Il ne s’agit cependant pas d’un outil élitiste, comme le montre l’analyse du taux de présence des répondants (cf. tableau 1). Plus de 80 % d’entre eux possèdent un compte Facebook, et les catégories sociales les plus adeptes sont les employés et les ouvriers. Les enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures sont d’ailleurs légèrement moins présents sur Facebook que les autres catégories. Le fait d’être inscrit sur Facebook semble donc peu corrélé avec le milieu socioculturel des parents.

Tableau 1 - Possession d’un compte Facebook en fonction de la PCS du père

          Père

     Non, jamais

Oui, avant mais plus maintenant

Oui, à l’heure actuelle

     Total

Agriculteurs Artisans

     13,7 %

          3,2 %

     83,1 %

     100 %

Commerçants chefs d’entreprises

     9,8 %

          8,2 %

     82,0 %

     100 %

Cadres et Prof intel sup

     13,8 %

          5,9 %

     80,3 %

     100 %

Professions intermédiaires

     11,5 %

          6,2 %

     82,2 %

     100 %

Employés

     8,7 %

          4,9 %

     86,4 %

     100 %

Ouvriers

     7,1 %

          4,4 %

     88,4 %

     100 %

Total

     11,38 %

          5,42 %

     83,20 %

     100 %

Probabilité associée au khi-deux = 15,8 %

Source : Enquête VNE – Tours 2010/2011

Champ : Tous répondants (hors non réponses et parents inactifs/retraités)

10L’usage de services de réseaux sociaux numériques n’apparaît pas révélateur d’inégalité entre catégories sociales et peut limiter la portée explicative du modèle théorique bourdieusien sur les manières de parler de soi sur l’Internet, en empêchant toute réduction des comportements individuels à une logique d’appartenance de classe générant un habitus ou mode de vie spécifique. Cet apparent « lissage » des pratiques numériques amène à considérer l’impact du parcours biographique, de l’appartenance de genre ou d’âge ; les jeunes des catégories populaires âgés de 12 à 25 ans étant marqués par une fréquence et une durée plus importantes d’utilisation de l’outil numérique (Granjon, 2009).

11Ces résultats cachent cependant bien d’autres écarts, notamment liés à la vitesse d’appropriation de l’univers virtuel, permettant de percevoir les effets durables des inégalités d’accès aux services numériques, généralement provisoires mais souvent relancées par l’innovation, et dont les effets se font ressentir dans les façons d’utiliser les réseaux sociaux pour parler de soi.

Une pratique plus ancienne de Facebook

12La précocité de l’appropriation de l’outil Facebook apparaît en premier lieu corrélée au milieu social : ainsi, plus de 23 % des répondants dont le père est cadre ont un compte Facebook depuis plus de 3 ans, contre 13 % des étudiants dont le père est ouvrier (cf. tableau 2).

Tableau 2 – Ancienneté de l’ouverture de compte sur Facebook en fonction de la PCS des parents

          Père

moins de deux ans

de 2 à 3 ans

de 3 à 5 ans

5 ans et +

     Total

Agriculteurs Artisans

     39 %

     47 %

     13 %

     1 %

     100 %

Commerçants chefs d’entreprises

     38 %

     42 %

     16 %

     3 %

     100 %

Cadres et Prof intel sup

     37 %

     40 %

     21 %

     2 %

     100 %

Professions intermédiaires

     47 %

     39 %

     15 %

     0 %

     100 %

Employés

     45 %

     40 %

     14 %

     2 %

     100 %

Ouvriers

     47 %

     40 %

     12 %

     1 %

     100 %

          Total

     42 %

     41 %

     16 %

     1 %

     100 %

Probabilité associée au khi-deux = 2,2 % **

Source : Enquête VNE – Tours 2010/2011

Champ : Tous répondants (hors non réponses et parents inactifs/retraités)

13Les étudiants issus des milieux les plus aisés ont donc à la fois une ancienneté moyenne sur Facebook tendanciellement plus importante et, comme nous l’avons vu précédemment, une pratique légèrement moins fréquente du réseau social. Il est donc possible qu’une partie de ces étudiants soit d’anciens usagers, du fait d’une possession plus ancienne de l’outil informatique témoignant d’un rythme différent de démocratisation de l’équipement selon les catégories sociales (Le Gall, Le Van, 2009), ou d’une une stratégie de distinction consistant à abandonner des pratiques anciennement distinctives dès lors qu’elles se diffusent dans les groupes sociaux inférieurs, à l’image de ce que l’on a pu observer au sujet des prénoms (Besnard, 1979). L’analyse de la fréquence des fermetures de compte Facebook, et de l’intention de le clôturer dans un avenir proche, en fonction de la catégorie sociale des parents, ne laisse pourtant pas entrevoir de différence notable. C’est peut-être, par un jeu de positionnement des plus subtils, la non-présence sur ce qui est devenu un média de masse qui constitue la démarche la plus distinctive aujourd’hui.

14Au-delà de l’évidence de la massification de l’accès à Internet et aux réseaux sociaux parmi les étudiants de l’université de Tours ayant répondu à l’enquête, l’introduction d’une dimension chronologique et l’étude de certaines pratiques font donc apparaître une situation plus complexe qu’il n’y paraît. Nous ne pouvons donc pas conclure à une homogénéisation des usages d’Internet dans les différents milieux sociaux. L’analyse de la mise en visibilité de soi au sein des blogs et des réseaux sociaux renforce ce constat. Les normes et les pratiques, en ce domaine, semblent en effet plus fortement marquées par l’origine sociale.

Une « mise en visibilité de soi » différente chez les enfants de cadres ?

15Les effets de l’origine sociale sur les manières de parler de soi sur le réseaux sociaux dépendent des « formats de visibilité » (Cardon, 2008) spécifiques qu’ils offrent, et sont définis selon deux axes qui mettent en tension les signes d’expression de soi par l’ «  être » (attributs personnels relatifs à soi) et le « faire » dans les formes d’extériorisation de soi d’une part, et d’autre part la dimension réelle et projetée des traits de définition de soi. Les dispositifs numériques étudiés présentent dans ce cadre des modes différents d’élaboration identitaire. Les blogs privilégient un format spécifique de visibilité, en « clair-obscur » de leur identité exposant une intimité à un cercle restreint de connaissance, ou selon le modèle du phare, notamment révélé par l’existence d’indicateurs de réputation. Facebook présente quant à lui l’originalité de se situer à la rencontre de ces deux modèles identitaires. Provenant du monde du « clair-obscur » du fait de sa clôture universitaire, il paraît évoluer vers le modèle du « phare » en développant des possibilités de partage de contenus et de groupes.

Le weblogging : une pratique peu déterminée par le milieu social

16Le weblogging, désignant la possession d’un site Internet (Barret, 1999) davantage dédié à la publication antéchronologique (du plus récent au plus ancien) d’articles qu’à la mise en relations d’internautes, est fortement lié à l’âge, à plusieurs titres. Sa pratique semble tout d’abord liée aux âges de la vie : elle appartient d’abord aux jeunes adolescents (Fluckiger, 2006) et aux lycéens (Donnat, 2009, p. 63). En outre, elle est surtout le fait d’une génération donnée, et a été très concurrencée par les réseaux sociaux depuis quelques années. De fait, l’écriture régulière d’un blog est une pratique plutôt minoritaire chez les répondants de l’enquête par rapport à l’usage de Facebook. Alors que le réseau social touche près de 90 % des étudiants de l’enquête (désinscrits compris), seul un peu moins d’un enquêté sur deux possède ou a possédé un blog (48,6 %, avec une nette surreprésentation des femmes : 54 % contre 39 % des hommes).

17Lorsque l’on considère l’origine sociale, il apparaît de prime abord que les étudiants les mieux dotés socialement ne sont pas les plus enclins à tenir un blog (cf. tableau 3). Les catégories les plus fréquemment blogueuses sont les enfants de professions intermédiaires, de commerçants et chefs d’entreprises, et d’employés. Avec 47 %, les enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures sont même les moins enclins à s’adonner à cette pratique, à un niveau cependant assez proche de celui enfants d’ouvriers (50 %). Cette proximité des extrêmes interdit toute lecture linéaire du lien entre niveau social et pratique des blogs.

Tableau 3 – Possession d’un blog en fonction de la PCS du père

                    Pourcentages en lignes

     Possèdent un blog

Agriculteurs Artisans

     52 %

Commerçants chefs d’entreprise

     55 %

Cadres et professions intellectuelles supérieures

     47 %

Professions intermédiaires

     57 %

Employés

     57 %

Ouvriers

     50 %

                    Total

     52 %

Probabilité associée au khi² = 5,4 % *

Source : Enquête VNE – Tours 2010/2011

Champ : Tous répondants hors non réponses

De quoi parlent les blogs des étudiants ?

18Au-delà de l’usage, ou non, du blog, la différenciation des pratiques des étudiants de catégories sociales distinctes peut également passer par le contenu des blogs. Une analyse des correspondances multiples portant sur des variables décrivant les différentes thématiques possibles des blogs, leurs publics et les raisons de leur existence montre ainsi que ceux-là peuvent être divisés en deux grandes catégories : les blogs tournés vers l’extérieur (sur la partie gauche du plan), avec des sujets généraux (cuisine, politique, vie culturelle, actualités) et les blogs tournés vers l’intime (parler de soi, de sa vie quotidienne). Au premier type de contenu correspond assez logiquement un public large (pour d’autres passionnés, pour tout le monde) et au second un réseau affinitaire plus resserré (pour les amis).

19Sur son deuxième facteur (vertical), le plan factoriel nous suggère également que, parmi les blogs tournés vers l’extérieur, la distinction doit être faite entre les blogs traitant de sujets « people » ou de « stars » et les autres.

Figure 1 – Plan factoriel (Analyse des correspondances multiples)

20Si l’on interroge la position des variables illustratives mobilisées (sexe, âge, PCS des parents), la partition la plus visible est le genre : les hommes semblent plutôt portés sur les blogs ouverts (modèle du phare) tandis que les femmes sont en attraction avec les blogs plus intimistes. Mais la PCS des parents n’apparaît pas sur le plan, du fait du filtrage des points opérés par niveau de contribution par facteur (CPF = 13). Cela implique que cette variable n’induit pas des corrélations particulièrement importantes avec les types de blogs, leurs sujets et leurs publics ou, du moins, que d’autres variables ont un effet plus décisif.

21Sur un plan thématique, les enfants de cadres se signalent par leur propension à tenir des blogs consacrés à la cuisine ou à la vie culturelle mais il apparaît surtout que les liaisons les plus fortes que l’on observe pour la modalité « deux parents cadres » sont des répulsions : les étudiants dont les deux parents sont cadres ont notablement moins que la moyenne des blogs où ils parlent d’eux ou de blogs où ils partagent un intérêt pour les « stars ». La littérature sociologique souligne de fait l’ancrage de la figure de la célébrité et des pratiques de fans dans l’univers des cultures populaires les plus dévalorisées, rejetées par un élitisme culturel dominant (Hoggart, 1970 ; Heinich, 2011), ce qui pourrait expliquer la distance prise par les enfants de catégories sociales supérieures. Le refus de « parler de soi » pourrait, de la même manière, être l’effet d’un rapport plus étroit à la pudeur et d’un important autocontrôle. L’établissement des normes de comportement constitue en effet le support d’une dynamique de différenciation sociale (Élias, 1973) et l’analyse de leur mise en visibilité sur Facebook nous permettra de vérifier ces hypothèses. A noter cependant que les plus récents travaux des fan studies invitent à reconnaître des pratiques de fans chez des publics de produits culturels plus légitimes, mais qui refusent cette étiquette (Pearson, 2007).

22Si l’origine sociale des étudiants semble influencer les modalités de présentation de soi sur les blogs, c’est clairement le genre qui apparaît comme étant le plus décisif dans la détermination de cette pratique. Le genre semble ainsi posséder un rôle plus prépondérant que l’origine sociale dans la détermination des façons de parler de soi sur la toile. Le lien entre le milieu social d’origine et les modalités de présentation numérique de soi apparaît en fait plus lisible à travers les stratégies de contrôle des éléments identitaires publiés sur Facebook.

Que mettent en ligne les étudiants sur Facebook ?

23Les manières de se présenter sur le réseau social peuvent d’abord être mesurées par le degré de visibilité du profil, révélant une politique de contrôle du degré d’intimité. L’exposition de leur identité « réelle » (relative aux attributs définissant l’individu hors-ligne ; Cardon, 2008) dépend du contrôle des paramètres de confidentialité, permettant une visibilité du profil restreinte aux amis pour la majorité des utilisateurs (81,41 % ; N = 1479) ou à certains amis uniquement (13,05 %).

24Le lien entre le statut social des parents et la propension à diffuser des informations sur Facebook n’apparaît d’abord pas clairement. L’origine sociale n’influence pas significativement la quantité d’informations publiées, mais révèlent de légères différences dans le niveau de visibilité de celles-ci.

25La mise en visibilité de soi sur cette plateforme numérique, mesurée par l’autorisation concédée à consulter son profil à des individus potentiellement triés, fait apparaître des liens significatifs avec l’appartenance socioprofessionnelle du père. Bien que peu nombreux, ceux-ci ne sont pourtant pas dénués d’intérêt : ils montrent une tendance des enfants de cadres à ne pas posséder un profil visible par tout le monde, quand les fils d’ouvriers déclarent significativement davantage ne pas connaître cette information (cf. tableau 4). Si ce dernier élément peut être interprété comme un désintérêt pour une gestion de la visibilité de son identité numérique, il peut également être compris par l’effet d’une familiarisation plus précoce de ces étudiants à la plateforme numérique, tel qu’exposé précédemment.

Tableau 4 – Visibilité du profil Facebook en fonction de la PCS du père.

                    Père

     Par certains amis seulement

     Par tous vos amis

     Par tout le monde, y compris les non inscrits sur FB

     Je ne sais pas

Agriculteurs et Artisans

     12,5 %

     80,7 %

     21 %

     0 %

Commerçants et chefs d’entreprise

     13,5 %

     82,3 %

     19 %

     3,1 %

Cadres et Prof. intermédiaires

     13,3 %

     82,8 %

     20 %

     2,5 %

Prof. inter.

     12,9 %

     79,8 %

     27 %

     0,70 %

Employés

     14,4 %

     80,2 %

     19 %

     3,6 %

Ouvriers

     12,3 %

     81,0 %

     22 %

     4,6 %

                    Total

     13,16 %

     81,21 %

     22 %

     2,34 %

Probabilité associée au khi-deux = 37.7

Source : Enquête VNE – Tours 2010/2011

Champ : Possesseurs d’un compte Facebook (hors non réponses et parents inactifs/retraités)

26Les résultats de l’enquête tendent ainsi à confirmer les tendances identifiées par l’enquête Sociogeek (Cardon, 2009) démontrant une plus faible inhibition des milieux populaires sur la toile.

27L’analyse du contenu de ces murs permet d’approfondir la question d’une mise en visibilité socialement différenciée de soi sur Facebook. Les informations relatives à l’apparence physique et l’identité civile qui définissent l’internaute dans son « être » et ce « qu’il a de plus personnel » (Cardon, 2008, p. 100) permettent de comprendre les modalités d’exposition de soi sur l’Internet. Les résultats de l’enquête montrent une tendance des enfants d’ouvriers à être plus enclins à dévoiler leur date de naissance (70,7 % contre 65,5 % en moyenne avec une légère sous-représentation des enfants de cadres à 62,9 % sans que ce lien de répulsion soit très significatif – khi-deux à 18,1), et moins leur situation professionnelle (55,3 % contre 60,2 % en moyenne et 63,5 % chez les fils de cadres et de professions intellectuelles supérieures).

28L’analyse des photos publiées par les utilisateurs de la plateforme permet d’informer les modalités d’exposition sur la toile en fonction du degré de pudeur toléré (Cardon, 2009). Si le nombre d’albums photos mis en ligne ne fait pas apparaître d’écarts notables entre les catégories sociales (les deux tiers des étudiants environ publient des photos), certaines différences sensibles émergent toutefois lorsque l’on s’intéresse aux types de photos publiées. Le contrôle de celles mettant en scène les individus dans des situations relevant du domaine de l’intime constituent l’expression d’une stratégie de contrôle de l’image numérique de soi. Les stratifications sociales semblent alors avoir un impact, même faible, sur les modalités d’exposition de soi sur Facebook en matière d’« exposition pudique » ou « traditionnelle », formes spécifiques de visibilité numérique notamment révélée par l’étude des photos publiées (Cardon, 2009).

29Les photos concernant la vie nocturne sont notablement moins diffusées par les étudiants dont les deux parents sont cadres que chez ceux dont les deux parents sont soit ouvriers, soit employés (-11 points ; cf. tableau 5). À l’inverse, les enfants de cadres diffusent plus de photographies ayant trait à leurs passions (+8 points) et, pour des raisons qui tiennent sans doute à des pratiques de loisirs différenciées, tendent à mettre plus souvent en ligne des photos de vacances (+ 14 points).

30Il semble donc bien y avoir, chez les étudiants les mieux dotés socialement, une plus grande réticence à mettre en scène sa vie nocturne, sans doute pour des raisons de respectabilité, à l’inverse d’autres aspects plus neutres ou socialement plus valorisants de leur vie. Cette différence persiste par ailleurs à âge et sexe égal. Il s’agit donc très probablement bien d’un effet propre du statut social des parents.

Tableau 5- Types de photographies mises en ligne en fonction de la PCS des parents.

               Père

     Vous

     Vos soirées

     Vos passions

     Vos vacances/voyages

Agriculteurs/Artisans

     73 %

     61 %

     21 %

     45 %

Commerçants/chefs d’entreprise

     61 %

     45 %

     19 %

     42 %

Cadres et Pl

     66 %

     47 %

     20 %

     50 %

Prof. inter.

     68 %

     51 %

     27 %

     47 %

Employés

     65 %

     52 %

     19 %

     41 %

Ouvriers

     71 %

     52 %

     22 %

     47 %

               Total

     67 %

     51 %

     22 %

     46 %

Source : Enquête VNE – Tours 2010/2011

Champ : Possesseurs d’un compte Facebook ayant des photographies en ligne (hors non réponses et parents inactifs/retraités)

31Émergent ainsi des identités sociales reconfigurées sur la toile par l’élaboration de profils, de virtualisations ou fictions de soi raconté, impliquant des formes d’extimité (Tisseron, 2001) ou « trivialisation de l’intime » (Pierre, 2011) extériorisé de la sphère privée.

32On ne peut exclure qu’il s’agisse d’un effet de sélection (les enfants de cadres feraient tendanciellement moins de soirées photographiées) mais il est plus probable que ce phénomène traduise une méfiance plus prononcée des étudiants les mieux dotés socialement vis-à-vis des usages possibles des photographies jugées comme étant potentiellement dévalorisantes. Cette approche plus stratégique de son image renvoie probablement à une anticipation du futur impératif de maintenir une « face » suffisamment lisse (Goffman, 1973) pour pouvoir exercer un métier incluant une part importante de représentation. Une manière d’apporter des éléments de réponse peut être trouvée dans l’analyse de la politique suivie en matière de « tags », c’est-à-dire de marquage de photos.

Une gestion peu différenciée des « tags »

33Il était demandé aux répondants de l’enquête VNE d’indiquer s’ils procédaient parfois à l’effacement des étiquettes (« tags ») permettant de les identifier nommément sur des photos mises en ligne par d’autres internautes. En suivant l’hypothèse d’un contrôle accru de sa visibilité en ligne chez les enfants de cadres, on pourrait anticiper une tendance plus fréquente à opérer ce genre de filtrage dans les catégories sociales les plus favorisées. Or, il n’y a pas de différence statistiquement significative entre les milieux sociaux s’agissant de la propension à effacer des tags sur soi : un pourcentage oscillant autour de 70 % des possesseurs de compte Facebook a déjà procédé à ce type de nettoyage, et ce dans toutes les catégories sociales, sans qu’apparaissent de différences marquées.

34Par contre, les raisons pour lesquelles cet effacement est opéré laissent apparaître certaines différences. Plusieurs modalités permettaient d’envisager les principales situations dans lesquelles un individu pouvait demander à être « détagué ». Parmi celles-ci, des motivations d’ordre esthétique (« parce que vous ne vous trouvez pas à votre avantage »), qui est la plus fréquemment choisie ( 44 %), d’ordre relationnel (« parce que vous n’appréciez pas les gens avec qui vous êtes en photo ») (8 %) , le refus d’apparaître en ligne (« parce que vous ne voulez pas qu’il y ait de photo où vous êtes reconnaissable sur Facebook ») (7 %), la volonté de ne pas divulguer certaines relations (« parce que vous ne voudriez pas être vu(e) en compagnie de quelqu’un que vous n’êtes pas censé(e) voir ») (2 %), et enfin, la « respectabilité », le travail de l’image, avec la modalité « parce que je ne suis pas dans une situation où j’aimerais que l’on me voie » (30 %).

35Il est notable que cette dernière modalité soit la seule à être corrélée avec la PCS du père. Elle est en effet plus fréquemment mobilisée par les étudiant(e)s dont le père est cadre que par toutes les autres PCS (36 % contre 30 % en moyenne). Il est donc tentant d’estimer que des interdits liés à leur habitus de classe les retiennent plus fortement que des étudiants issus d’autres milieux sociaux d’apparaître à la vue de tous dans une position qu’ils jugent inconvenante ou dévalorisante. On perçoit sans doute ici, de manière il est vrai tendancielle, un souci légèrement plus affirmé de sa propre image chez les enfants de cadres.

Tableau 6 - Raisons de supprimer des tags en fonction de la PCS du père

     Pourcentages en lignes

     Vous n’êtes pas dans une situation où vous aimeriez qu’on vous voie

Agriculteurs Artisans

                    27 %

Commerçants chefs d’ent

                    31 %

Cadres et Prof intel sup

                    37 %

Professions intermédiaires

                    30 %

Employés

                    27 %

Ouvriers

                    27 %

               Total

                    31 %

Probabilité associée au khi-deux = 3,7 % **

Source : VNE

Champ : Possesseurs d’un compte Facebook qui ont déjà supprimé des tags sur eux.

36Cette prudence appelle des approfondissements au sujet des questions de confidentialité ou de sélectivité des contacts. Or, la piste des paramètres de confidentialité n’est pas probante : toutes les catégories sociales déclarent les modifier à plus de 90 %. Autre piste, on peut supposer que s’agissant de la politique amicale, les enfants de cadres sont plus portés sur une certaine forme d’entre soi en sélectionnant plus drastiquement leurs contacts, ne serait-ce que pour conserver un meilleur contrôle de la diffusion de leurs informations. Nous n’avons cependant pas les moyens, compte tenu des données à notre disposition, d’approfondir cette hypothèse.

Conclusion

37Les résultats de l’enquête VNE sont donc nuancés. L’origine sociale n’apparaît pas primordiale pour expliquer la présence des étudiants sur les services nés avec Internet que sont les blogs ou les réseaux sociaux. Pour autant, les étudiants n’ont pas tous, dans ces espaces, la même pratique, et l’on voit se déployer ici aussi des différences liées aux habitus propres à certaines positions dans l’espace social. Ainsi, certains éléments laissent penser que les étudiants issus des classes sociales supérieures s’appuient sur un ensemble de normes et de valeurs transmises dans le cadre de leur groupe social d’appartenance pour définir les modalités par lesquelles ils mettent en scène leur identité. Nous l’avons notamment observé à l’étude des sujets abordés par les blogs des étudiants, avec une moindre tendance des enfants de cadres à rendre publique leur vie quotidienne ou leur goût pour les « people » sur Internet. Restant en retrait quant à l’exposition de leur vie personnelle, ils se positionnent en tant qu’amateurs éclairés exprimant un point de vue sur le monde extérieur, alors que les étudiants issus des classes populaires tendent plus que la moyenne à adopter une place de "fan" et à dévoiler leur intimité. D’autres éléments attestent cette hypothèse, comme la peur d’être vu dans une situation jugée inconvenante sur Facebook, ce qui va également dans le sens d’une plus grande attention portée à leur propre image chez les enfants de cadres.

38L’introduction d’une variable de stratification sociale induit donc des différences légères qui n’apparaissent pas incohérentes avec ce que les sociologues ont pu mettre en lumière s’agissant des pratiques culturelles ou de sociabilité. Cependant, au regard des écarts observés, souvent ténus, et des limites de la significativité statistique, toute généralisation de ces résultats devrait prendre en compte, rappelons-le, les conditions spécifiques de la passation de l’enquête.

39Le pouvoir explicatif de l’origine sociale des étudiants sur la mise en visibilité de soi sur Internet apparaît en effet limité, par rapport, en tous cas, au genre et à l’âge. L’impact nuancé des appartenances traditionnelles de classe peut ainsi amener à conclure au lissage relatif des pratiques numériques : certains de ces usages, ceux qu’a mesurés l’enquête, se sont diffusés dans tout l’espace social ; cependant, les écarts resurgissent dans la chronologie d’accès comme dans les manières de mobiliser ces services numériques. Il semble dès lors nécessaire d’étudier plus précisément les façons de faire, et de s’intéresser aux produits les plus confidentiels d’une industrie reposant sur l’innovation si l’on souhaite confirmer, ou infirmer, l’hypothèse d’une continuité de la stratification sociale des pratiques d’Internet.

Haut de page

Bibliographie

Allard Laurence, Blondeau, Olivier (dir.) (2007) « 2.O ? Culture Numérique, Cultures Expressives », Médiamorphoses, n° 21.

Barrett, Cameron (1999) « Anatomy of a weblog », Camworld, vol. 6, n° 1, cité dans Blood, Rebecca, (2000) « Weblogs: A history and perspective », Rebecca’s Pocket, 2000, vol. 7, n° 9, p. 3

Ben Youssef, Adel (2004) « Les quatre dimensions de la fracture numérique », Réseaux, n° 127-128, pp. 181-209.

Besnard, Philippe (1979) « Pour une étude empirique du phénomène de mode dans la consommation des biens symboliques : le cas des prénoms », European Journal of Sociology, vol. 20, n° 2, pp. 343-351.

Boullier, Dominique (2001) « Les conventions pour une appropriation durable des TIC. Utiliser un ordinateur et conduire une voiture », Sociologie du travail, 3/2001, pp. 369-387.

Bourdieu, Pierre (1980) Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.

Caradec, Vincent, Martuccelli, Danilo (ed.) (2004) Matériaux pour une sociologie de l’individu : perspectives et débats, vol. 922, Presses Univ. Septentrion

Cardon, Dominique, Delaunay-Teterel, Hélène (2006) « La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics », Réseaux, n° 138, pp. 15- 71.

Cardon, Dominique (2008) « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0 », Réseaux, n° 152, pp. 93-137.

Cardon, Dominique (2009) Sociogeek, identité numérique et réseaux sociaux, Enquête conduite par FaberNovel, Orange Labs et la Fondation.

Coutant, Alexandre, Stenger, Thomas (2010) « Processus identitaire et ordre de l’interaction sur les réseaux socionumériques », Les Enjeux de l’information et de la communication, article mis en ligne le 13 août 2010| http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux

Donnat, Olivier (2009) « Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique », Culture études, n° 5, pp. 1-12.

De Haan, Jos (2004) « A multifaceted dynamic model of the digital divide », IT and society, vol. 1, n° 7, Stanford University, pp. 66-88.

Elias, Norbert (1973) [1939] La Civilisation des mœurs, Calmann-Lévy, Paris.

Fluckiger, Cédric (2006) « La sociabilité juvénile instrumentée. L’appropriation des blogs dans un groupe de collégiens », Réseaux, n° 138, pp. 109-138.

Georges, Fanny (2009) « Représentation de soi et identité numérique. Une approche sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0 », Réseaux, n° 154, pp. 165-193.

Goffman, Erving (1973) La mise en scène de la vie quotidienne. Tome 1. La Présentation de soi, Éditions de Minuit, Paris.

Glassey, Olivier, Pfister-Giauque, Barbara (2006) « Liens numériques, lien social ? Analyse des rapports entre innovations technologiques et dynamiques sociales », Terminal, n° 95-96, L’Harmattan, Paris, pp. 173-184.

Granjon, Fabien (2009) « PC et Internet dans les classes populaires », in Granjon, Fabien, Lelong, Benoît, Metzder Jean-Luc (éd.) (2009) Inégalités numériques. Clivages sociaux et mode d’appropriation des TIC, chap. 1, Hermès Lavoisier, Paris.

Granjon, Fabien, (2009) « Inégalités numériques et reconnaissance sociale. Des usages populaires de l’informatique connectée », Les cahiers du numérique, 2009/1, vol. 5, pp. 19-44. En ligne : http://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2009-1-page-19.htm

Granjon, Fabien, Denouël, Julie (2010) « Exposition de soi et reconnaissance de singularités subjectives sur les sites de réseaux sociaux », Sociologie, n° 1.

Granjon, Fabien, Lelong Benoît (2006) « Capital social, stratifications et technologies de l’information et de la communication », Réseaux, n° 5, pp. 147-181.

Granjon, Fabien, Lelong, Benoît, Metzger, Jean-Luc (éd.) (2009) Inégalités numériques. Clivages sociaux et mode d’appropriation des TIC, Hermès Lavoisier, Paris.

Halbwachs, Maurice (1913) La classe ouvrière et les niveaux de vie. Alcan.

Hargittaï Ezter (2002) « Second-order digital divide : differences in people’s online skills », First Monday, vol. 7, n° 4, University of Illinois, Chicago.

Heinich, Nathalie (2011) « La culture de la célébrité en France et dans les pays anglophones », Revue française de sociologie, vol. 52, n° 2, pp. 353-372.

Hoggart, Richard (1970) [1957] La Culture du pauvre, Ed. de Minuit, Paris.

Houzet, Sophie, Grasland, Loïc (2004) « Les dimensions spatiales de la fracture numérique en France », Réseaux, n° 5, pp. 115-140.

Kaufmann, Jean-Claude (2004) L’invention de soi. Une théorie de l’identité, Armand Colin, Paris.

Kling, Rob (1998) « Technological and Social Access on Computing, Information and Communication Technologies », White Paper for Presidential Advisory Committee on High-Performance Computing and Communications, Information, Technology, and the Next Generation Internet. En ligne : http://www.slis.indiana.edu/kling/pubs/NGI.htm

Le Gall, Didier, Le Van, Charlotte (2009) « S’équiper à domicile. Micro-informatique domestique et clivages sociaux », in Granjon, Fabien, Lelong, Benoît, Metzder Jean-Luc (éd.) Inégalités numériques. Clivages sociaux et mode d’appropriation des TIC, chap. 3, Hermès Lavoisier, Paris.

Le Guel, Fabrice (2004) « Comment pourrait-on mesurer la double « fracture numérique » ? », Réseaux, vol. 22, n° 127-128, Hermès, Paris, pp. 55-82.

Le Wita, Béatrix (1988) Ni vue, ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise, Éd. de la MSH, Paris.

Martuccelli, Danilo (2002) Grammaires de l’individu, Gallimard, Paris.

Pearson, Roberta E. (2007) « Bachies, Bardies, Trekkies and Sherlockians », in Gray, Jonathan, Harrington, C. Lee, Sandvoss, Cornel (eds.), Fandom : Identities and communities in a mediated world, New York University Press, New York, pp. 98-109Peraya, Daniel (1999), « Les changements induits par les technologies », Actes du Colloque CETSIS-EEA 99, Montpellier, université de Montpellier II, Cépaduès, 4 et 5 novembre.

Pierre, Julien (2011). « Génétique de l’identité numérique », Les Cahiers du numérique, vol. 7, n° 1, pp. 15-29.

Proulx, Serge (2004) La révolution Internet en question, Québec-Amérique, Montréal.

Singly (de), François (2005), L’individualisme est un humanisme, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues.

Thompson, John B. (2005), « La nouvelle visibilité », Réseaux, n° 129-130, pp. 59-87.

Tisseron, Serge (2001), L’intimité surexposée, Ramsay, Paris.

Van Dijk, Jan (2005) The deepening divide – Inequality in the Information Society, Sage, London.

Vendramin, Patricia, Valenduc, Gérard (2003) Internet et inégalités : une radiographie de la fracture numérique. Labor.

Weber, Max (1995) [1971] Économie et Société, Press Pocket, Plon, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alex Alber, Guilhem Anzalone et Marie-Laure Bernon, « Différenciations sociales des présentations numériques de soi », Terminal [En ligne], 117 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://terminal.revues.org/1085 ; DOI : 10.4000/terminal.1085

Haut de page

Auteurs

Alex Alber

Université de Tours (CITERES/CNRS) ; CEE

Guilhem Anzalone

INP-ENSAT ; CSO (CNRS / FNSP)

Marie-Laure Bernon

Université d’Orléans (CEDETE)

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org