Navigation – Plan du site
Données environnementales massives

Les conservateurs de données satellitales

Histoire d’une invisibilisation
Satellite data curators: A history of an invisibilisation
Gemma Cirac Claveras

Résumés

Les études sur la variabilité et les tendances du climat de la Terre nécessitent des séries de données sur le long-terme du fait qu’un bon nombre des changements environnementaux sont minuscules aux échelles annuelles ou décennales. La stabilité des données sur le long terme implique donc un travail de conservation des données collectées. Si cette agenda est bien établi, il est moins clair qui va s’en occuper dans le contexte qui est le nôtre, marqué par les sociétés de l’information. Nous retraçons l’évolution historique de la production, de l’archivage et de la diffusion des données satellitales en France entre 1960 et 2005, ce qui nous permet de montrer comment le travail de conservation des données satellitaires a progressivement été rendu invisible (aux yeux de certains) au sein d’une organisation sociotechnique qui s’est configurée et reconfigurée au cours des années. Ce papier explore donc l’organisation de la conservation de données satellitales et met en lumière un des enjeux pour les groupes qui sont mandatés pour une telle tâche : la reconnaissance sociale de leur travail.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, publié en 2013, le chapitre intitulé « Sea Level Change » confirme que le niveau de la mer est monté à une vitesse de 3,2 mm par an entre 1920 et 2010. Ce chiffre est le résultat de l’analyse de deux types de données : les mesures collectées par satellite depuis 1992, et les mesures effectuées par des marégraphes placés in situ, dont les plus anciennes datent de 1700 (Church et al, 2013).

2Les océans tout comme les surfaces continentales et l’atmosphère sont maillés d’instruments destinés à la collecte, à la production et à la diffusion de données sur l’environnement. Pour certains paramètres, en particulier les variables météorologiques et océaniques, on trouve des almanachs conservés depuis le XVIIIe siècle. À partir du XIXe siècle, des réseaux ont progressivement été mis en place pour prendre des mesures dans les domaines de la météorologie, du magnétisme ou de la sismologie (Fleming, 1998, Edwards, 2010). À partir de la fin des années 1970, et surtout au cours de la décennie suivante, des satellites destinés à la mesure des paramètres spécifiques du système Terre ont été planifiés pour un lancement entre 10 et 15 années plus tard (Conway, 2008, Cirac, 2014). Par exemple, c’est le 10 août 1992 qu’un lanceur Ariane-4 plaça en orbite le satellite Topex/Poseidon, planifié depuis 1987 et fruit d’une collaboration entre les agences spatiales française et américaine. Les principaux instruments de Topex/Poseidon consistaient en deux radars altimètres mesurant le temps mis par un signal radar pour faire l’aller-retour entre le satellite et la surface de la mer, ce qui permettait d’en déduire la distance et le niveau par rapport à une surface de référence. Le but était de topographier les océans avec une précision de l’ordre du centimètre, les données altimétriques fournies par ce satellite étant particulièrement utiles pour étudier les marées et la dynamique des océans, y compris dans le cas de phénomènes comme le courant El Niño qui a causé des événements dramatiques en 1982-1983. En parallèle, Topex/Poseidon s’intégrait au programme scientifique international « World Ocean Circulation Experiment », hébergé par le « World Climate Research Program, WOCE » ouvert en 1990 et consacré à la détermination de la circulation océanique. Un autre satellite, l’ERS-1 de l’Agence spatiale européenne, équipé entre autres d’un diffusiomètre pour mesurer la vitesse des vents sur les surfaces marines ainsi que d’un radar altimètre, avait été lancé à peine quelques mois auparavant, également sous l’égide de ce programme. Ce dernier se complétait par des dispositifs au sol : des réseaux extensifs de mesures physiques, biochimiques et météorologiques, par ballon et avion, des systèmes de communication et de stockage des données. S’y ajoutaient des aides financières versées aux laboratoires afin d’améliorer la modélisation numérique de la circulation océanique. La phase de terrain du WOCE a pris fin en 1998, mais la collecte de données sur les surfaces marines continue de nos jours avec un réseau de plus de 3 000 marégraphes distribués sur tous les océans et grâce à des satellites successeurs d’ERS-1 et de Topex/Poseidon (ERS-2, lancé en 1995 ; Jason-1, lancé en 2001 ; Jason-2, lancé en 2008 ; Jason-3, lancement prévu en 2015). L’instrumentation déployée hier et aujourd’hui pour mesurer le niveau des mers constitue un exemple d’« infrastructures globales informationnelles » telles que celles décrites par l’historien des sciences Paul Edwards, à savoir des réseaux de personnes, des artefacts et des institutions qui génèrent, partagent et conservent le savoir (Edwards, 2010).

  • 1 Entretien avec Kevin Trenberth, National Center of Atmospheric Research, 2013.

3Si les sciences de la Terre ont grandement bénéficié des activités de collecte et de partage de données de portée globale, ces réseaux posent le défi de la pérennisation des données sur lesquelles repose la production du savoir dans ces domaines. D’un côté, les données sont la trace d’événements qui ne se reproduiront plus ; il faut donc en conserver indéfiniment le souvenir dans la perspective de nouvelles investigations. « Nous ne pouvons pas revenir en arrière dans le temps et mesurer ce que nous avons raté », entend-on dire aux climatologues, « tout doit être conservé tant que nous n’avons pas la certitude que cela sera inutile sur le long terme »1. Un exemple très souvent cité par les chercheurs réside dans les séries de mesures de la concentration de CO2 à Hawaï conservées depuis les années 1950 et qui sont apparues, 50 ans plus tard, décisives dans les controverses autour des gaz à effet de serre. Cet argument qui met en avant la « valeur optionnelle » des données en prospective est complété par un argument qui accentue leur « valeur d’usage » dans le présent (Bowker, 2005). Le point de vue climatologique fournit encore un argument de même nature : la capacité à déceler des tendances sur le long terme implique de tout conserver. Dans cet esprit, même les jeux de données collectés sur des échéances temporelles courtes peuvent devenir intégrables à un corpus plus étendu, et participer à la reconstruction d’archives de données dans la durée, qui seules permettent de détecter, d’identifier et d’évaluer des variabilités environnementales sur le long terme.

  • 2 Il est possible d’interpoler les séries de données disponibles en rendant compte des contraintes in (...)

4Des études empiriques ont permis de mettre en lumière les différents enjeux techniques, épistémiques et politiques de la production, conservation et diffusion de données (Hopwood et al., 2010, Gitelman, 2011, Sepkoski et al., 2016) et de métadonnées – c’est-à-dire toutes les informations nécessaires à leur interprétation (Millerand et al., 2009, Leonelli et al., 2012). Les données circulent entre divers réseaux de personnes, entre divers endroits, institutions, technologies et documents : à chaque mouvement, elles rencontrent de la « friction » (Edwards, 2010) ; à chaque mouvement, elles peuvent se perdre ou se corrompre, compromettant la production de séries de données sur le long terme. De plus, les inhomogénéités causées par la diversité des instruments et des technologies, des protocoles de mesure, des conditions expérimentales, des méthodes de traitement et d’analyse, du contrôle de qualité, de l’archivage ou de la mise en circulation sont parfois plus importantes que celles des signaux climatiques que l’on aspire à détecter. Une des difficultés majeures pour comprendre les variabilités sur le long terme réside donc dans la construction elle-même de séries de données sur la durée cohérentes à partir de sources hétérogènes (Bowker, 2001 ; Gitelman, 2011 ; Strasser, 2012)2.

5Depuis l’avènement du numérique, des études se sont intéressées aux formes de travail associées au développement de systèmes d’information, notamment en prenant comme terrain les champs de la biomédecine, de la biologie moléculaire et de la génétique où le recours à des bases de données en ligne est devenu systématique. Les masses de données disponibles dans ces bases élargissent non seulement la gamme des instruments de travail des chercheurs, elles font aussi émerger de nouvelles possibilités d’utilisation des données pour des acteurs éloignés des lieux d’acquisition et de production de celles-ci (Leonelli et Ankony, 2012). Elles modifient également les relations entre acteurs, en introduisant de nouvelles formes d’organisation du travail et en redistribuant l’autorité épistémique (Hine, 2006 ; Weinberger, 2011). Certaines de ces études ont avancé que les acteurs de la conservation des données entraient en résonance avec la figure du « technicien invisible » décrite par Steven Shapin (Shapin, 1989), dont le rôle est essentiel pour le travail de laboratoire tout en n’étant pas reconnu institutionnellement (Dagiral et Peerbaye, 2012). La conservation des données satellitaires sur l’environnement offre un nouveau terrain d’étude pour explorer ces effets d’invisibilité.

6L’objectif de ce papier est donc de mettre en lumière un des enjeux de la conservation des données satellitaires sur l’environnement : la reconnaissance sociale de ceux qui sont mandatés pour une telle tâche. Tracer l’évolution de la production, de l’archivage et de la diffusion des données satellitaires en France entre 1960 et 2005 nous permet de montrer comment le travail de conservation des données satellitaires a progressivement été rendu invisible au sein d’une organisation sociotechnique qui s’est configurée et reconfigurée au fil du temps. Nous illustrons également la diversité de la perception de cette invisibilité selon différentes formes organisationnelles : l’invisibilité assumée par les uns peut être conflictuelle pour d’autres. Nous soulignons enfin, au-delà de la conservation des données, deux développements illustrant la pénétration de nouveaux acteurs dans la sphère de la production, de l’archivage et de la diffusion des données.

Histoire d’une invisibilisation : des données « faites maison » aux usines de production

  • 3 Des expériences spatiales dans les domaines de l’aéronomie, de l’ionosphère, de la stratosphère ou (...)

7En France, à l’exception de certaines expériences satellitaires dans les domaines de la géodésie et de la météorologie développées depuis la fin des années 1960, les expériences satellitaires mesurant les propriétés de la Terre et de son environnement commencent à être proposées dans les années 1980 en vue d’être lancées environ 15 à 20 années plus tard3.

Le terrain du physicien expérimentateur : quand le traitement de données est au cœur du métier scientifique (1965-1985)

  • 4 « Résolution du Conseil d’administration du CNES », 14 octobre 1965. Ref. 19980096/1-59, Archives N (...)

8Ce type d’investigation, telles que les expériences Poseidon en 1979, Vegetation en 1983, ScaRaB en 1984, BEST en 1985, Alissa ou encore POLDER en 1986, est proposé par des physiciens appartenant à deux catégories d’experts. D’un côté se trouvent les physiciens des laboratoires « sélectionnés », avec lesquels l’Agence spatiale française (Centre national d’études spatiales, CNES) a formalisé depuis 1965 « des liens privilégiés […] et sur lesquels [le CNES] s’appuie[ra] désormais pour développer ou regrouper l’essentiel des activités de recherche dans le domaine spatial »4. Vers 1975, onze laboratoires sont ainsi choisis par le CNES : tout en maintenant leur autonomie institutionnelle, ils sont soutenus sur les plans technique, logistique, humain et budgétaire par l’agence spatiale –les plus proches du domaine des sciences de la Terre étant le Service d’Aéronomie du CNRS (créé en 1958), le Laboratoire de Météorologie Dynamique du CNRS (créé en 1968), le Groupe de Recherche de Géodésie Spatiale regroupant l’IGN, le CNES, le CERGA et le Bureau des Longitudes (créé en 1971) ainsi que le Centre de Recherche en Physique de l’Environnement Terrestre et Planétaire placé sous la tutelle du CNRS et du CNET (créé en 1973). Les chercheurs impliqués ont été, pour la plupart, formés en physique et spécialisés dans des domaines tels que l’étude des couches atmosphériques, du rayonnement solaire et cosmique, ou encore des champs magnétiques et gravimétriques. Ils s’intéressent à l’instrumentation, la calibration et la correction de données expérimentales comme moyens d’améliorer leur connaissance dans ces domaines. À leurs yeux, le satellite représente un laboratoire, l’instrument est une expérience, les mesures sont des données à exploiter. Ils en assument toute la responsabilité et contrôlent dès la conception de l’instrument les tests, la calibration et l’exploitation des données compilées. C’est le cœur du métier de l’expérimentateur que de récupérer les mesures (radiances, réflectances, spectres, etc.), de les repixéliser et reformater, de les corriger, de les calibrer, de les assembler avec d’autres données et de les transformer, enfin, en variables pertinentes pour une analyse dans un cadre épistémique concret en lien avec l’atmosphère, le rayonnement solaire ou le champ magnétique (température, contenu en vapeur d’eau atmosphérique, concentration d’électrons, etc.). Les données ainsi produites sont « faites maison » et, une fois qu’elles ont été exploitées par l’expérimentateur et que les résultats ont été publiés, l’expérience est terminée. Elles sont donc rarement partagées entre les équipes –de plus, il n’existe pas de standards sur les codes, les formats ou les médias de stockage, ce qui rend difficile l’utilisation des données par quiconque ne possède pas les logiciels de lecture compatibles. Les données restent la propriété des expérimentateurs, qui n’en assurent pas toujours la conservation.

9De l’autre côté, vers la fin des années 1970, le CNES commence à soutenir davantage des chercheurs appartenant à des laboratoires « non sélectionnés ». Cette stratégie d’élargissement vise notamment à maximiser les retours scientifiques de la mission Système Probatoire d’Observation de la Terre (SPOT) proposée en 1973 et qui reçoit l’approbation du gouvernement en 1977. C’est alors que, conjointement avec le CNRS, le CNES promeut des programmes d’analyse des données satellitaires, comme à partir de 1978 les « Actions Thématiques Programmées ». Celles-ci qui permettent à des chercheurs français de participer au travail des équipes scientifiques de calibration, validation ou interprétation des données obtenues essentiellement grâce à des capteurs américains de la NASA et de la NOAA. Très souvent, ces chercheurs sont aussi des physiciens de formation intéressés par l’instrumentation. Contrairement à leurs collègues des laboratoires « sélectionnés », ces physiciens ne sont pas forcément experts dans les domaines d’application des données satellitales, mais plutôt en théorie optique, en modélisation de la propagation, en absorption et diffusion du rayonnement électromagnétique à travers différents milieux ainsi qu’en la résolution d’équations de transfert radiatif permettant d’inverser les mesures de radiation. De plus, ils travaillent sur des données produites par autrui, ce qui apporte de la souplesse au principe selon lequel les données sont la propriété exclusive des expérimentateurs, sans toutefois totalement l’abandonner.

  • 5 « Projet de Convention : Règles d’organisation et de fonctionnement du laboratoire mixte CNES-CNRS (...)
  • 6 « Convention entre le CNES et le CNRS concernant les règles d’organisation et de fonctionnement du (...)

10Certaines de ces équipes « non sélectionnées » se consolident du point de vue institutionnel vers la moitié des années 1980. Ainsi, entre 1984 et 1987 le CNES participe à la création de deux laboratoires dits « mixtes » du fait de leur tutelle conjointe entre le CNES et le CNRS : le Laboratoire d’Études et Recherches en Télédétection Spatiale (LERTS)5, et la Mission Océanographique Utilisant l’Étude des Données de Traceurs et de l’Espace (MOUETTE)6. Tous deux disposent de programmes de recherche centrés sur la réalisation d’expériences satellitaires et sur l’analyse des données dans le domaine de recherche concernant la végétation continentale et l’océanographie dynamique. Le nombre de chercheurs recrutés donne une idée du poids respectif des tutelles : par exemple, cinq des six chercheurs qui composent le LERTS, lors de sa création en 1984 sont des ingénieurs qui proviennent des départements techniques du Centre spatial de Toulouse ; seul le sixième est un chercheur du CNRS. Les chercheurs de ces laboratoires sont donc très proches de la culture technologique du CNES, où la physique de la mesure et le traitement de données sont essentiels –les applications de ces données dans les domaines scientifiques liés aux sciences de la Terre restent souvent cantonnées au second plan.

Déplacement du centre d’intérêt : du traitement de données à l’utilisation de données (1985-1998)

  • 7 « Quelques idées directrices pour la conception de systèmes d’information et de données spatiales», (...)

11Au cours des années 1980 et 1990, les programmes de recherche poursuivis par ces deux catégories de physiciens, les spécialistes dans les thèmes d’application et les spécialistes en optique, se modifient. À l’origine centrés sur les instruments et les mesures, ils se tournent peu à peu vers les applications de données, et ce pour trois raisons non dissociées. Premièrement, au fur et à mesure que le développement des expériences proposées avance, les expérimentateurs prennent conscience que les volumes de données qui seront collectés par ces instruments ne pourront être traités par une poignée de physiciens, en raison des avancées dans les technologies de détection, de traitement et de stockage dues, entre autres, à l’introduction des dispositifs électroniques. Manquant à la fois d’expertise dans le traitement numérique et de capacités techniques, budgétaires et humaines pour gérer ces masses de données, les physiciens sont amenés à se reconvertir dans l’application de ces données, après qu’elles aient été traitées ailleurs. Deuxièmement, cette tendance trouve un écho au sein des départements des sciences de l’information du CNES. Vers 1988, le débat autour de la vocation des agences spatiales vis-à-vis des systèmes d’information de données environnementales s’accentue sur la scène internationale. En France, « en résulte pour le CNES l’obligation d’organiser les archives plus ou moins dormantes dont il est le gestionnaire en conservant sous forme active un patrimoine appelé à une réutilisation continue »7. Pour certains, le CNES est donc l’institution moralement responsable de l’organisation des données qu’elle contribue à collecter. Par ailleurs, n’oublions pas la compétition sur le plan international qui alimente l’urgence : dans un contexte où les agences spatiales les plus importantes, telles que la NASA, l’ESA et la NASDA, sont en train de soutenir ce type de développement, le CNES peut-il se permettre de ne pas y participer ? Troisièmement, dans les années 1980 le CNES s’est efforcé d’acquérir de la visibilité au sein d’une communauté scientifique plus large que celle des physiciens expérimentateurs, des chimistes de l’atmosphère, des océanographes, des biologistes marins, des écologues ou des climatologues. Par conséquent, au tournant des années 1990 ces chercheurs commencent en France à s’intéresser aux données satellitaires afin de les utiliser dans leurs domaines de recherche respectifs. Leurs communautés sont distinctes de celles des expérimentateurs : elles ne sont pas instrumentalistes, elles ne sont pas associées aux expériences sur satellites, elles ne maîtrisent pas les techniques de calibration, de traitement d’erreurs et d’inversion, mais s’intéressent aux applications de cet outil, au même titre que des données collectées à travers des campagnes in situ ou que les modèles numériques.

  • 8 « Note au LERTS : Banques de données satellitaires », Yann Kerr, janvier 1988. Ref. 20111087/382, A (...)

12Un indicateur de ce déplacement progressif des technologies de collecte de mesures vers les technologies d’utilisation de données est fourni par la lettre suivante rédigée par Yann Kerr, un des cinq ingénieurs du CNES initialement recrutés au LERTS, durant un séjour au Jet Propulsion Laboratory de la NASA en 1988. Elle est adressée à ses collègues du laboratoire et aux directeurs de projets et de programmes du CNES8 :

« La Télédétection se caractérise par l’emploi de données satellitaires en provenance de différents capteurs et même de différentes sources de diffusion. Ceux-ci sont multiples et se différencient par leur formats, mode de commande, etc. de ce fait, tout chercheur se heurte donc rapidement au problème de l’accession aux données et au prétraitement de celles-ci.
La solution couramment pratiquée en France dans les laboratoires est donc de rechercher la source de données la plus appropriée (ou souvent la plus facilement accessible), de récupérer celles-ci ainsi que toute documentation nécessaire, d’écrire avec plus ou moins de bonheur les programmes de lecture et de mise en forme de données géophysiques, avant de pouvoir commencer à travailler. Cette procédure prend au mieux plusieurs semaines et parfois plusieurs années. Une fois ces opérations terminées, le chercheur aura tendance à se cantonner à son jeu de données afin de ne pas avoir à refaire ce « parcours du combattant », d’où une certaine sclérose et surtout un grand conservatisme. De plus, par son cloisonnement, cette pratique donne lieu à une multiplication d’archives redondantes de traitement incessamment refaits, d’où une perte considérable de temps, d’argent et d’efficacité. […]
Dans les prochaines années il existera aux États-Unis un système d’archivage et de diffusion des données permettant (encore plus qu’actuellement !) aux chercheurs de faire de la recherche et non de la chasse aux données, d’écrire des algorithmes d’analyse et non des algorithmes de prétraitement. [Aux États-Unis] cet effort est financé par la NASA et ne recouvre pas uniquement les données satellitaires ».

13Le travail de récupération des données et leur (pré)traitement, repixeling, reformatage, codage, filtrage, datation ou calcul d’erreurs est, selon lui, fastidieux. Ce qui importe c’est l’analyse des données et non « la chasse aux données » ; le centre d’intérêt n’est alors plus porté sur l’instrument et les mesures, mais sur les données dites « géophysiques » et sur leur interprétation en lien avec les sciences de la Terre. Autre signe de ce déplacement : Yann Kerr lui-même, formé en tant qu’ingénieur expert en électronique, obtiendra un doctorat portant sur les applications des bandes en micro-ondes pour la caractérisation de la végétation continentale à l’Université Paul Sabatier de Toulouse en 1992, et deviendra un expert reconnu internationalement dans le domaine des bilans hydriques et énergétiques des surfaces végétales. C’est un bon exemple d’ouverture professionnelle très en vogue chez les expérimentateurs au cours des années 1990.

14C’est donc la convergence entre la complexité exponentielle du traitement des données digitales, l’interventionnisme accru des agences spatiales et l’arrivée de chercheurs non experts en télédétection qui conduit au déplacement progressif d’un centre d’intérêt porté sur les mesures instrumentales vers les données de nature géophysique. Le travail de (pré)traitement des mesures est alors perçu comme « un parcours du combattant », lourd et sans intérêt scientifique pour l’étude des océans, de l’atmosphère ou des surfaces continentales. Il est perçu comme relevant du domaine technique et est conféré aux ingénieurs du CNES qui l’assument, comme nous le montrerons plus loin, avec un engagement variable selon les circonstances. Il est donc progressivement rendu invisible aux yeux de l’institution scientifique –représentée dans cet article par le CNRS. Au fur et au mesure que la collecte, la correction, la calibration, le formatage, la valorisation, l’analyse et l’interprétation des données satellitaires devient une activité collective fractionnée, la distribution du travail entre différents acteurs s’accompagne de conséquences sur la perception du statut social de chacun (Gieryn, 1999).

Reconfigurations institutionnelles : les usines de production, d’archivage et de diffusion de données « géophysiques », 1998-2005

15Les missions satellitaires dédiées spécifiquement à la collecte des données sur l’environnement, qu’elles soient proposées par les physiciens des laboratoires « sélectionnés » ou par ceux des laboratoires « mixtes », sont conçues tout au long des années 1980 et 1990 selon un système de gestion où le CNES assure une partie de la production, de l’archivage et de la diffusion industrielle des données « géophysiques » mises ensuite à la disposition des chercheurs. Il s’agit d’un système de production en chaîne, emprunté à la NASA, qui distingue différents niveaux de données en fonction de leur traitement. Selon ce système, seules les données les plus externes, celles dites « géophysiques » qui sont liées aux processus gouvernant l’environnement, sont livrables aux communautés scientifiques au sens large, après une période dévolue au contrôle de qualité. Quant aux expérimentateurs, ils bénéficient d’un droit d’accès privilégié aux mesures, qui restent toutefois la propriété des agences spatiales.

16La question des limites temporelles ou celle du droit d’accès privilégié des expérimentateurs, qui retardent l’accessibilité des données, ont fait l’objet de polémiques tout au long des années 1990. Deux raisons sont avancées par les expérimentateurs : la nécessité de consacrer du temps au contrôle de qualité, et le fait que le délai d’exclusivité leur permette d’être les premiers à exploiter les données par le biais d’une publication, perçue comme une récompense vis-à-vis des investissements effectués pour la préparation de l’instrument et des données. Or, l’embargo sur les données nuit au développement d’applications dans le secteur socio-économique, comme par exemple la prévision météorologique, le contrôle de la pollution ou le suivi de l’état de la mer, étant des applications qui nécessitent de la rapidité et de la régularité dans la disponibilité des données. De plus, certains soutiennent qu’un accès large aux données favorise la compétition scientifique, ce qui constitue un argument efficace pour une exploitation optimale de ces dernières –nous y reviendrons dans la dernière partie de l’article.

  • 9 « Proposition d’organisation des activités de traitement en océanographie spatiale au CST », J. Bre (...)
  • 10 « Groupe ALGOS pour le traitement des données du satellite ERS-1 (projet CERSAT) », Michel Avignon, (...)
  • 11 « Pour un Institut Spatial de l’Environnement Terrestre », Gérard Mégie, 11 octobre 1990. Ref. 2011 (...)
  • 12 ETHER est mise en place en vue de la gestion des données de nombreuses missions françaises, europée (...)

17Si le débat reste ouvert, c’est sur ces bases de production « en usine » que plusieurs systèmes d’information ont été mis en place. Par exemple, en 1989, le CNES installe le système AVISO (Archivage, Validation, Interprétation des données des Satellites Océanographiques) pour gérer les données altimétriques du futur satellite Topex/Poseidon, et en 1991 l’ESA9 établit un système équivalent pour les données collectées par ERS-1 (le Centre d’Archivage et de Traitement, CERSAT)10. Depuis 1989, Gérard Mégie, physicien d’un laboratoire « sélectionné » du Service d’Aéronomie du CNRS, milite pour la création d’un système de données au sein de la future fédération de laboratoires franciliens en cours de création : l’Institut spatial de l’environnement terrestre (lors de sa création en 1994, cette fédération prendra le nom d’Institut Pierre Simon Laplace IPSL)11. Ainsi, en 1997 ETHER est lancé par l’IPSL dans le domaine de la chimie de l’atmosphère12. Bientôt la liste d’initiatives similaires se complète : le Network for Detection of Stratospheric Changes du Service d’Aéronomie, le CLIMSERV implanté au Laboratoire de Météorologie Dynamique (qui diffuse des données sur le bilan radiatif, la nébulosité ou la vapeur d’eau), le Centre de Données de Physique du Plasma du CNES et CNRS, etc. Ce sont cependant des développements dispersés, très souvent fabriqués sur mesure pour une communauté. Dans leur majorité, les choix technologiques retenus le sont dans une perspective de pérennité ne dépassant pas la durée de vie prévue pour chaque mission satellitaire. En pratique, donc, la stratégie de gestion des données environnementales semble s’appuyer sur des décisions prises au coup par coup.

  • 13 « Les bases de données pour les géosciences. Éléments pour un schéma directeur », aussi connu comme (...)

18Une décision importante, qui contribuera à la coordination de ces efforts, a lieu en 1998. Durant la cinquième réunion scientifique sponsorisée par le CNES à Arcachon, la nécessité de définir une vision programmatique de la gestion des données environnementales sur le plan national fait consensus chez un grand nombre de physiciens expérimentateurs, de chercheurs en sciences de la Terre, d’ingénieurs de l’information, et des cadres de l’agence spatiale. Une étude est donc commandée à un groupe de travail CNES-CNRS dirigé par le physicien Philippe Waldteufel du Service d’Aéronomie, qui reconnaît que le principal défi des systèmes d’information du futur est de mettre à disposition d’une population nombreuse et diversifiée des données riches et variées, dispersées géographiquement, organisées différemment, d’origines multiples, et recoupant une multitude de thématiques en évolution constante. Les conclusions rapportées en 1999 sont claires : la mise en place de bases de données n’est possible que moyennant une coopération forte entre le CNES et les institutions scientifiques (au premier rang desquelles, mais sans exclusivité, le CNRS), dans le but de développer et de maintenir des centres spécifiquement dédiés à la production, diffusion et conservation de données « géophysiques », distribués sur tout le territoire et concentrés par thèmes de recherche –ces centres seront appelés « pôles thématiques »13.

19Dans la foulée, de nombreux « pôles thématiques » sont projetés ; leur création intervient au début des années 2000, comme par exemple ICARE, basé à Lille et consacré au domaine de la physique de l’atmosphère ou POSTEL, à Toulouse, dédié aux surfaces continentales, tous deux fondés en 2004. D’autres systèmes préexistants, comme ceux consacrés à l’océanographie dynamique et à la chimie de l’atmosphère, sont adaptés pour remplir les fonctions des « pôles ». Tels que définis en 1999, ces pôles sont engagés à la fois dans la recherche, le développement technique et l’exploitation opérationnelle. Ils reposent sur deux piliers qui reflètent et renforcent la stratification du travail. D’un côté une branche dite « scientifique », où des physiciens de laboratoires (« sélectionnés », « mixtes » ou autres) proposent des instruments et développent des algorithmes pour produire des données « géophysiques » à partir des mesures collectées. De l’autre, une branche « technique » avec des centres équipés d’ordinateurs puissants chargés d’optimiser ces algorithmes dans le but de créer des chaînes de production de données, de retraiter ces dernières au fur et à mesure de la mise au point de nouveaux algorithmes, de les archiver dans le temps, et de maintenir des bases de données accessibles aux chercheurs en sciences de la Terre.

20Nous suggérons, pour conclure sur cette question, que la mise en place de ces « pôles » a contribué à la normalisation, vers 2005, des modes de production et de diffusion des données satellitaires en France, selon lesquels seules les données de nature « géophysique » sont partagées et archivées (après un embargo temporaire des expérimentateurs), les données au niveau des mesures restant la propriété exclusive du CNES. Nous suggérons aussi que ces « usines industrielles » contribuent à une division de la communauté scientifique entre des « producteurs » de données (expérimentateurs et agences spatiales), des « utilisateurs » de données (chercheurs en sciences de la Terre), et des « conservateurs » de données (personnel des centres de données). Une des façons de mettre en lumière l’invisibilité (ou pas) de ce groupe intermédiaire est d’analyser les différents formes institutionnelles que prennent ces centres. C’est ce sujet que nous développons à présent, non sans discuter des dommages causés par cette invisibilité.

Entre production et utilisation : l’occupation du champ

21Les modes d’organisation et de fonctionnement varient suivant les centres de données, notamment au regard des quotas d’intervention respectifs des acteurs principaux, le CNES et le CNRS. Ces différences relèvent des décisions particulières prises lors de leur création suite aux négociations sur les objectifs, les frontières et l’autorité que chaque institution, et chaque sphère « technique » et « scientifique » en leur sein, ont réussi à imposer. Dans certains cas, le résultat est un vide institutionnel où les frontières entre les champs de la production, de la conservation et de l’utilisation restent floues. Ce flottement autorise la pénétration de nouveaux acteurs, au-delà des institutions qui ont participé à la gestion des données satellitaires en France depuis les années 1960.

Conservateurs de données de l’ombre : des sentiments d’invisibilité

  • 14 « Demande de reconnaissance d’une équipe de recherche Laboratoire d’Océanographie et de Géophysique (...)
  • 15 « Les bases de données en océanographie spatiale », Groupe de Recherche et étude en Océanographie S (...)

22Le CNES est très présent dans le domaine de l’océanographie dynamique, aussi bien sur le plan scientifique que technique. L’agence spatiale est l’une des tutelles du principal laboratoire de recherche spécialisé en France (le laboratoire MOUETTE qui deviendra en 1995 le Laboratoire d’Études en Géophysique et Océanographie Spatiales LEGOS)14. Elle s’est engagée dans le lancement de plusieurs satellites afin de garantir la continuité des mesures d’altimétrie radar (de Topex/Poseidon en 1992 à Jason-3 en 2015), et elle développe et maintient le système de gestion des données altimétriques AVISO depuis 1989. De plus, elle a en 1985 créé une société filiale appelée Collecte-Localisation-Satellites (CLS), consacrée au développement de produits commercialisables à partir des données sur la surface de la mer. Enfin, le CNES a mis en place des départements entiers au Centre Spatial de Toulouse consacrés à la gestion de ces données, comme le Service d’Altimétrie et Localisation Précise (SALP) et le Segment Sol multi-missions d’ALTimétrie, d’Orbitographie et de localisation précise (Ssalto)15. Entre 1990 et 1999, le CNES a recruté sept ingénieurs auprès du Centre Spatial de Toulouse pour travailler en tant que « conservateurs de données » au Ssalto : ils ont pour tâches de rendre opérationnelle la production des données, d’effectuer des retraitements périodiques, de développer des architectures informatiques, de créer et maintenir des directoires, des catalogues et des bibliothèques, de choisir les structures des fichiers et le type de codage, de maintenir à jour la base de données, de rapatrier les données obtenues ailleurs, de changer périodiquement de médias, de distribuer des logiciels de base et des progiciels, de rendre publiques et disponibles les données, d’assister les utilisateurs, et de proposer des améliorations ou de nouveaux produits et d’en assurer la promotion.

  • 16 « Convention de création de la fédération d’unités Institut Pierre Simon Laplace », Juillet 1994. R (...)
  • 17 Nous avons observé des effets analogues dans le domaine de la modélisation du climat. Les modèles c (...)
  • 18 L’invisibilité de cette communauté évoque, dans une certaine mesure, les serviteurs éclipsés par le (...)
  • 19 « Les bases de données pour les géosciences. Éléments pour un schéma directeur », aussi connu comme (...)

23Le pôle ETHER, dévolu à la chimie de l’atmosphère, présente un cas opposé. Occupant les installations de l’Institut Pierre Simon Laplace, il est constitué en 1997 avec le statut juridique d’« Observatoire des Sciences de l’Univers » du CNRS16. Le personnel destiné à la conservation des données est donc composé de chargés de recherche du CNRS. En tant que tels, afin d’avancer dans leur carrière ces derniers sont soumis à des allégeances et à des pressions dictées par l’institution comme la publication d’articles, la supervision de travaux d’étudiant, la participation à des conférences, l’organisation de colloques, etc. Or, leurs travaux sont rarement acceptés par les revues spécialisées car ils se situent entre la télédétection (qui s’intéresse aux instruments et aux algorithmes de traitement) et la chimie atmosphérique (qui s’intéresse aux applications des données en lien avec les processus physico-chimiques ou climatiques gouvernant l’atmosphère). De plus, il n’existe pas en France de formations universitaires dédiées à la conservation des données satellitaires. Il est donc difficile de trouver des doctorants pour travailler sur des données qui seront au final utilisées par des tiers –leur priorité étant d’obtenir un doctorat, de mettre leur nom sur une publication et d’atteindre progressivement la reconnaissance de leur milieu social17. Ce sont là, selon nous, des tensions qui apparaissent lorsque des chercheurs doivent mener des tâches qui ne sont pas reconnues socialement : ces tensions, liées aux formes de reconnaissance, rendent invisible le travail de conservation des données au sein d’ETHER18. En effet, la complexification croissante de l’activité de production de données satellitaires conduit au fait que le travail « technique » de conservation des données ne fait pas partie des ontologies des expérimentateurs (les producteurs) ni de celles des experts en sciences de la Terre (les utilisateurs). Cela résulte en un conflit entre un travail au profit de la collectivité et un travail au profit de l’avancement de la carrière professionnelle. Alors que la conservation des données chez ETHER a une valeur indéniable pour la communauté travaillant sur la chimie de l’atmosphère, cette tâche n’a rien à offrir à ceux qui sont chargés de la mener à bien. Un chiffre suffit à illustrer ce point de vue : en 1998 trois postes de chargé de recherche du CNRS (deux à temps plein et un à mi-temps) ont été ouverts pour intégrer ETHER, mais seul un chercheur y a postulé ; le CNES a alors recruté un ingénieur en CDD pour remplir cette fonction19.

  • 20 Nous avons très souvent entendu cette expression au cours de nos entretiens.

24Les centres de données se situent donc entre les secteurs de production et d’utilisation, et constituent de ce fait un terrain propice à des situations paradoxales. Tandis que les structures institutionnelles mises en place dans le cas des données d’altimétrie radar ont composé un ordre social où les ingénieurs de différents départements du CNES assument le travail de conservation des données, l’organisation établie dans le cas des données de chimie atmosphérique génère pour ceux qui doivent accomplir cette tâche une invisibilité de nature conflictuelle. En effet, les chercheurs sont censés effectuer un travail dont plusieurs estiment que « ce n’est pas de la recherche »20, travail perçu comme appartenant à un statut social peu élevé et qui, de plus, ne bénéficie pas d’une reconnaissance institutionnelle parce qu’il ne permet pas de progresser dans la carrière. Ces différences dans la perception du travail de conservation des données, jugé invisible pour certains, visible pour d’autres, nous amène à la conclusion qu’il n’est pas invisible en soi mais qu’il est rendu tel par une organisation sociotechnique concrète.

Sciences citoyennes et marchands de l’information

25Là où l’invisibilité est problématique, la régulation du champ de conservation des données (et les frontières des champs de production et d’utilisation) est plus souple. Elle permet en effet la participation d’un plus grand nombre d’acteurs, au-delà des institutions comme le CNES et le CNRS. C’est le cas pour le travail de récupération des données anciennes et pour celui de la production et distribution des données « non géophysiques », deux tâches qui, en France, ne sont pas assumées par les « pôles thématiques ».

26Une étude sur le long terme, comme nous l’avons mentionné en introduction, nécessite des séries de données prises sur de longues périodes temporelles. Pour reprendre l’exemple du niveau de la mer, les données obtenues par le satellite Topex/Poseidon entre 1992 et 2006 doivent être mises en série avec celles prises par les satellites successifs jusqu’à nos jours. Lorsqu’on s’intéresse à des dynamiques océaniques, il est souvent nécessaire de prendre en compte des mesures bien plus anciennes, comme celles des marégraphes des 50, 100 ou 300 dernières années. Les chercheurs comparent également ces mesures avec des paléo-données datant de plus de 3 000 ans. La stabilité des données sur le long terme implique, entre autres, que les données soient transférées d’un support matériel à un autre de façon périodique : les cartes perforées doivent être copiées sur des disquettes puis sur des DVD, les photographies doivent être scannées et les valeurs des almanachs écrites à la main doivent être saisies. Ces mesures doivent alors être datées et localisées, les méthodes avec lesquelles elles ont été traitées doivent être identifiées, et les changements dans les conditions expérimentales être rapportés. Les difficultés ne concernent pas seulement le coût en termes de temps, de force de travail et de budget : nous l’avons compris, les chercheurs experts en télédétection ou en sciences de la Terre n’ont pas la motivation nécessaire pour consacrer leur carrière à la récupération de données dont l’interprétation pourrait bénéficier, essentiellement, aux générations suivantes.

27À partir de la fin des années 2000, des formes alternatives dans l’organisation de la conservation des données sont inventées pour occuper cet espace vide : les projets de sciences citoyennes. Ces projets profitent du levier d’amateurs enthousiastes motivés pour saisir, scanner, localiser et dater de gros volumes de données environnementales, satellitaires ou non. Par exemple, le projet « oldweather.org », développé par la NOAA et le service météorologique britannique, fait appel à des citoyens pour transcrire les rapports météorologiques rédigés à la main par les équipages de navires depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Plus de 30 000 rapports ont été ainsi numérisés depuis sa création en 2010. Quant au « Nimbus Data Rescue Project » de la NASA, il consiste à scanner des pellicules correspondant aux mesures collectées par les satellites Nimbus 1, Nimbus 2 et Nimbus 3, lancés en 1964, 1966 et 1969, et stockées sous la forme de cartouches de films de 35 millimètres. Ce projet a été applaudi par la communauté scientifique et il a reçu le prix « International Data Rescue Award in the Geosciences » en 2013, ce qui souligne l’importance de « sauver » les données en sciences de la Terre et met en avant le rôle d’initiatives citoyennes pour ce faire. Dernier exemple, le projet « surfacestations.org » qui utilise des bénévoles pour visiter régulièrement les stations de mesure distribuées sur le territoire, y prendre des photographies, et informer sur leur état (par exemple, des anémomètres situés derrière un mur, des thermomètres situés à côté d’un radiateur, ou la récente déforestation de la zone censée être surveillée par un instrument)21.

  • 22 Ceci soulève des questions relatives à la confiance et à la crédibilité : quels sont les groupes so (...)

28Les projets de sciences citoyennes constituent selon nous une solution au problème de reconnaissance institutionnelle de la tâche de récupération des données. À moins que les chercheurs ne trouvent une motivation pour prendre des photographies de stations, pour scanner les images satellites des années 1960 ou pour saisir manuellement les cahiers de bord des navires du XIXe siècle, ces tâches resteront déléguées à des anonymes non qualifiés qui n’appartiennent pas à des institutions académiques22. La foule d’anonymes, quant à elle, semble se satisfaire de cette organisation sociotechnique qui la laisse dans l’invisibilité, et accepte la division nette qui la sépare des experts crédités chargés d’interpréter les données et de générer du savoir. Contrairement à d’autres secteurs comme le nucléaire, les OGM ou la biomédecine, ces citoyens n’aspirent pas, du moins pour l’instant, à s’engager dans l’analyse scientifique de ces données, à intervenir dans la régulation de la recherche, ou à orienter les débats publics concernant l’environnement ou le changement climatique.

29En occupant l’espace institutionnellement vide de la récupération des données anciennes, les sciences citoyennes complexifient davantage la distribution du travail de gestion des données, tout en mettant en avant un groupe social constitué d’amateurs anonymes. Nous terminerons par un dernier développement, qui met en avant un groupe de nature opposée : les professionnels marchands de l’information. Il s’agit de développeurs de logiciels privés qui produisent des données sophistiquées à partir de la combinaison de données satellitaires « géophysiques » avec des données d’autres origines. Par exemple, en combinant les données satellitaires sur la biochimie des océans, les prévisions des courants marins et les prix du pétrole brut, ces développeurs créent des fonctions qui aident à optimiser le coût des activités de la pêche. En combinant des données sur la température saisonnière avec celles de la consommation énergétique, ils créent des produits permettant de fixer les prix du chauffage ; en combinant des données sur la composition atmosphérique avec celles de l’incidence des allergies, ils créent des indicateurs pour aider l’administration publique à définir les politiques de santé publique –et les stratégies de vente des laboratoires pharmaceutiques. Dans le cas de l’altimétrie radar, pour continuer avec notre exemple, en plus de la société pionnière Collecte-Localisation-Satellites créée en 1985 en tant que filiale du CNES, une myriade de sociétés privées se sont développées depuis la fin des années 2000, profitant du marché des produits fabriqués à partir de données satellitaires sur le niveau des mers, comme ACRI, STARLAB ou encore EDISOFT.

30Parmi les développements matérialisant la pénétration progressive de ces acteurs privés dans la production, la conservation et la livraison de données environnementales, on trouve le programme d’observation de la planète appelé « Copernicus ». Proposé en 1998 et lancé en 2003, fruit d’une collaboration entre la Commission européenne et l’Agence spatiale européenne, il vise à fournir « des informations pour améliorer la gestion de l’environnement, comprendre et atténuer les effets du changement climatique, améliorer la sécurité en mer et soutenir les opérations de secours durant les événements météorologiques extrêmes, les catastrophes naturelles, ou les crises humanitaires »23. Avec 30 satellites programmés (dont le premier a été lancé en 2014) et ses réseaux permettant des mesures en surface, par ballon ou avion, il collecte des mesures et permet d’en déduire des informations sur l’environnement. Ces informations doivent permettre non seulement de progresser dans les connaissances scientifiques sur la planète et son environnement, mais aussi d’avoir des conséquences sur l’action politique (santé publique, sécurité maritime, services énergétiques, gestion de l’eau, aide et secours, etc.) et sur la croissance économique (compagnies de transport, d’assurances, compagnies pétrolières, associations de pêcheurs, etc.). Dans un contexte de concurrence accrue, les données satellitaires « géophysiques » délivrées par les centres de données sont appelées à être utilisées, au sein du programme Copernicus, par des développeurs de logiciels privés pour générer des produits sophistiqués, qui doivent ensuite être commercialisés sur le marché de l’information.

31Une telle marchandisation soulève au moins deux sujets de polémique parmi la communauté scientifique et les agences spatiales. Du point de vue de l’accès des chercheurs aux données, le message de la communauté scientifique est clair : quelle que soit la finalité de la collecte de données, les chercheurs (expérimentateurs ou spécialistes en sciences de la Terre) souhaitent y avoir accès gratuitement. L’enjeu est de même évident : la préservation du contrôle des chercheurs et de l’agence spatiale sur les expériences et sur les données. Deuxièmement, se pose la question déjà signalée précédemment des contraintes temporelles qui retardent la distribution des données sur lesquelles l’économie de l’information repose. Un facteur récent s’ajoute à ce débat : actuellement, il n’est pas dans l’intérêt des scientifiques de maintenir un embargo définitif sur les données, car la synergie entre des données d’origines ou de natures différentes, y compris des statistiques de consommation énergétique, de flux démographiques ou de mobilité en transports en commun, est source de nouvelles connaissances y compris dans leurs propres domaines de recherche. Nous constatons donc une absence de consensus sur la politique d’accès aux données à usage scientifique.

Conclusions

32Nous avons montré que l’invisibilisation des tâches relatives à la conservation des données entre 1980 et 2005 était liée à des configurations institutionnelles résultant d’une stratification du travail de plus en plus poussée entre les deux institutions majeures détentrices, durant cette période, du pouvoir de gérer les données satellitaires (le CNES et la communauté scientifique représentée, dans ce papier, par le CNRS). Dans le même temps, on atteste d’un divorce entre les « producteurs » et les « utilisateurs » ; au milieu, le champ de la « conservation » est géré de façon variable en fonction des circonstances. Après 2005, cette instabilité est progressivement capitalisée par de nouveaux acteurs, les amateurs non qualifiés et les marchands d’information.

  • 24 La question de la récompense du travail s’est résolue de façon très variée selon les laboratoires, (...)

33Ce phénomène reflète une tension plus générale observable dans le contexte de l’économie de l’information en lien avec l’utilisation et le contrôle des données par les scientifiques. D’un côté il existe une demande croissante pour accéder à un plus grand nombre de données, à des données plus complexes, et de l’autre un travail perçu comme étant d’un statut social bas, par conséquent peu attractif pour les étudiants qui souhaitent devenir chercheurs en télédétection ou en sciences de la Terre. Comment restructurer les carrières et les disciplines scientifiques de sorte que la conservation des données devienne un parcours attractif ? Comment surmonter les frictions institutionnelles qui rendent invisible ce groupe professionnel ? Comment récompenser le travail au sein d’une entreprise scientifique qui devient de plus en plus fractionnée et spécialisée ?24 Si nos sociétés se dirigent vers des sociétés de l’information fondées sur les données, comme Manuel Castells et d’autres l’avancent, et si les données (data) ne sont pas « données » (given) mais qu’elles doivent être laborieusement préparées (« cooked with care », pour reprendre la métaphore de Geoffrey Bowker), alors les processus, les personnes, les institutions, les pratiques, les expertises et les technologies consacrées à leur production, à leur conservation et à leur utilisation ne doivent pas être négligées par les institutions.

34Cette invisibilisation du métier de conservation de données, pour en finir, peut avoir aussi des impacts sur le mode de financement de cette activité (public ou privé) et donc sur les règles d’accès aux données ainsi que leurs conditions d’usage. Elle peut aussi affecter la qualité de ces données si des professionnels ne sont pas attirés, formés et recrutés. Elle peut, tout simplement, conduire à l’impossibilité de les traiter, d’autant plus que les volumes ne cessent d’augmenter, ou encore introduire de nouvelles formes de traitement totalement automatisées, ce qui soulève l’éternelle question sur les rôles de l’humain et la machine dans la production savante. Cette courte liste d’enjeux nous suggère que nous qui observons les évolutions des sciences et des technologies contemporaines en qualité d’historien, de philosophe, de sociologue, de juriste, d’économiste ou d’anthropologue, nous avons aussi le devoir de nous y intéresser.

Acronymes

35AVISO : Archivage, Validation, Interprétation des données des Satellites Océanographiques

36CERGA : Centre d’Études et de Recherches en Géodynamique et Astrométrie

37CERSAT : Centre d’Archivage et de Traitement de données ERS

38CLS : Collecte-Localisation-Satellite

39CNES : Centre National d’Études Spatiales

40CNET : Centre national d’études des télécommunications

41CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique

42ERS: Earth Remote-sensing Satellite

43ESA: European Space Agency

44GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

45ICARE : Interactions Clouds Aerosols Radiation Energy

46IGN : Institut Géographique National

47IPSL : Institut Pierre Simon Laplace

48LEGOS : Laboratoire d’Études en Géophysique et Océanographie Spatiales

49LERTS : Laboratoire d’Études et Recherches en Télédétection Spatiale

50LMD : Laboratoire de Météorologie Dynamique

51MOUETTE : Mission Océanographique Utilisant l’Étude des Données de Traceurs et de l’Espace

52NASA: National Aeronautics and Space Administration

53NASDA: National Space Development Agency (Japan)

54NOAA: National Oceanic and Atmospheric Administration

55POSTEL : Pôle d’Observation des Surfaces continentales par TELédétection

56Ssalto : Segment Sol multi-missions d’ALTimétrie, d’Orbitographie et de localisation précise

57SPOT : Système Probatoire d’Observation de la Terre du CNES

Haut de page

Bibliographie

Bowker, G.C. (2001), Biodiversity Datadiversity. Social Studies of Science, vol. 30, no. 5, p. 643-684.

Bowker, G.C. (2005), Memory Practices in the Sciences, MIT Press.

Church, J.A., Clark, P.U., Cazenave, A., Gregory, J.M., Jevrejeva, S., Levermann, A., Merrifield, M.A., Milne, G.A., Nerem, R.S., Nunn, P.D., Payne, A.J., Pfeffer, W.T., Stammer, D. et Unnikrishnan, A.S. (2013). Sea Level Change - Climate Change 2013: The Physical Science Basis. In Contribution of Working Group I to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Stocker, T.F., Qin, D., Plattner, G.K., Tignor, M., Allen, S.K., Boschung, J., Nauels, A., Xia, Y., Bex, V. et Midgley, P.M. (eds.), Cambridge University Press.

Cirac Claveras, G. (2014). POLDER and the Age of Space Earth Sciences. A Study of Technological Satellite. Thèse de doctorat soutenue au Centre Alexandre Koyré le 19 décembre 2014, http://www.theses.fr/2014EHES0142.

Conway, E.M. (2008). Atmospheric sciences at NASA: A History Johns Hopkins University Press.

Dagiral, E. et Peerbaye, A. (2012). Les mains dans les bases de données : connaître et faire reconnaître le travail invisible. Revue danthropologie des connaissances, vol. 6, no. 1, p. 191-216.

Edwards, P.N. (2010). A Vast Machine: Computer Models, Climate Data, and the politics of Global Warming, MIT Press.

Fleming, J. (1998). Historical perspectives on climate change, Oxford University Press.

Gieryn, T.F. (1999). Cultural Boundaries of Science: Credibility on the line, University of Chicago Press.

Gitelman, L. (2013). “Raw Data” is an Oxymoron, MIT Press.

Hine, C. (1996). Databases as scientific instruments and their role in the ordering of scientific work. Social Studies of Science, vol. 36, no. 2, p. 269-298.

Hopwood N., Schaffer S., Secord J. (2010) (eds). Seriality and scientific objects in the nineteenth century. History of Science, vol. 48, parts 3/4, no. 161.

Leonelli, S. et Ankony, R.A. (2012). Re-Thinking Organisms: The Impact of Databases on Model Organism Biology. Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, vol. 43, no.1, p. 29-36.

Leonelli, S., Moss, L., Nicholson, D.J. (2012) (eds). Data-driven Research in the Biological and Biomedical Sciences. Studies in the History and the Philosophy of the Biological and Biomedical Sciences, vol. 43, no. 1.

Millerand, F. et Bowker, G.F. (2009). Metadata Standards: Trajectories and Enactment in the Life of an Ontology. In Lampland, M. et Star, S.L. (eds.), Standards and their Stories, Cornell University Press.

Sepkoski, D., Aronova, E., Von Oertzen, C. (2016, forthcoming). Histories of Data. Osiris.

Shapin, S. (1989). The Invisible Technician. American Scientist, vol. 77, no. 6, p. 554-563.

Strasser, B. (2012). Data-driven sciences : From wonder cabinets to electronic databases. Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, vol. 43, no. 1, p. 85-87.

Weinberger, D. (2011). Too Big to Know: Rethinking Knowledge Now that Facts aren’t the Facts, Experts are Everywhere, and the Smartest Person in the Room is the Room, Basic Books.

Haut de page

Notes

1 Entretien avec Kevin Trenberth, National Center of Atmospheric Research, 2013.

2 Il est possible d’interpoler les séries de données disponibles en rendant compte des contraintes induites par les lois de la physique, et d’imposer ainsi une cohérence à des données intrinsèquement hétérogènes. On peut par exemple nourrir les modèles numériques représentant des composantes du système Terre avec des données disponibles et générer une simulation de toutes les variables propres au système.

3 Des expériences spatiales dans les domaines de l’aéronomie, de l’ionosphère, de la stratosphère ou de la météorologie ont lieu en France bien avant les années 1980, mais elles sont pour la plupart menées par le biais des fusées-sondes, des ballons ou des avions, et non par des satellites.

4 « Résolution du Conseil d’administration du CNES », 14 octobre 1965. Ref. 19980096/1-59, Archives Nationales.

5 « Projet de Convention : Règles d’organisation et de fonctionnement du laboratoire mixte CNES-CNRS de Toulouse », 1984. Ref. 20111087/382, Archives Nationales.

6 « Convention entre le CNES et le CNRS concernant les règles d’organisation et de fonctionnement du laboratoire mixte CNES-CNRS de Toulouse intitulé MOUETTE », signée le 9 juillet 1987. Ref. 20111087/383, Archives Nationales.

7 « Quelques idées directrices pour la conception de systèmes d’information et de données spatiales», Paul Kopp, Centre spatial de Toulouse, juin 1995. Ref. 19980096/1-59, Archives Nationales.

8 « Note au LERTS : Banques de données satellitaires », Yann Kerr, janvier 1988. Ref. 20111087/382, Archives Nationales.

9 « Proposition d’organisation des activités de traitement en océanographie spatiale au CST », J. Breton et D. Hermelin, 30 mai 1985. Le CST est le Centre Spatial de Toulouse. Ref. 19980096/1-59, Archives Nationales.

10 « Groupe ALGOS pour le traitement des données du satellite ERS-1 (projet CERSAT) », Michel Avignon, 15 juin 1985. Ref. 20000404/12, Archives Nationales.

11 « Pour un Institut Spatial de l’Environnement Terrestre », Gérard Mégie, 11 octobre 1990. Ref. 20111087/113, Archives Nationales.

12 ETHER est mise en place en vue de la gestion des données de nombreuses missions françaises, européennes et américaines, comme les instruments à bord UARS lancés en 1991, SPOT-3 et ADEOS-1 lancés en 1996 et ODIN en 2001.

13 « Les bases de données pour les géosciences. Éléments pour un schéma directeur », aussi connu comme « Rapport Waldteufel », octobre 1999. Ref. 19980096/1-59, Archives Nationales.

14 « Demande de reconnaissance d’une équipe de recherche Laboratoire d’Océanographie et de Géophysique », rédigé par Jean-François Minster et Anny Cazenave en 1995. Ref. 20111087/383, Archives Nationales.

15 « Les bases de données en océanographie spatiale », Groupe de Recherche et étude en Océanographie Spatiale CNES/CNEXO/CNRS, 24 mai 1985. Ref. 20000404/12, Archives Nationales.

16 « Convention de création de la fédération d’unités Institut Pierre Simon Laplace », Juillet 1994. Ref. 20111087/113, Archives Nationales.

17 Nous avons observé des effets analogues dans le domaine de la modélisation du climat. Les modèles climatiques sont tellement complexes qu’ils réclament de plus en plus de temps pour comprendre leur structure interne. La temporalité du doctorat ou du post-doctorat n’est pas propice pour s’y consacrer, ce qui conduit à des programmes de recherche orientés vers l’évaluation de petites portions de modèles, comme des paramétrisations particulières ou la simulation de phénomènes concrets.

18 L’invisibilité de cette communauté évoque, dans une certaine mesure, les serviteurs éclipsés par leurs maîtres dans l’attribution du crédit des expérimentations scientifiques au XVIIe siècle ou encore les « calculatrices » non reconnues, toujours des femmes, résumant et préparant les données pour les astronomes, des hommes, dans les observatoires du XIXe siècle.

19 « Les bases de données pour les géosciences. Éléments pour un schéma directeur », aussi connu comme « Rapport Waldteufel », octobre 1999. Réf. 19980096/1-59, Archives Nationales.

20 Nous avons très souvent entendu cette expression au cours de nos entretiens.

21 Disponible sur : http://www.oldweather.org, http://nsidc.org/data/nimbus/index.html, http://www.surfacestations.org/ (sites consultés le 26 avril 2015).

22 Ceci soulève des questions relatives à la confiance et à la crédibilité : quels sont les groupes sociaux légitimes pour diriger la recherche scientifique ? À qui fait-on confiance pour parler au nom de la science ?

23 Disponibles sur : http://ec.europa.eu/archives/commission_2010-2014/feroci/priorities/earth-observation/index_fr.htm (site consulté le 26 avril 2015).

24 La question de la récompense du travail s’est résolue de façon très variée selon les laboratoires, les structures institutionnelles, les disciplines et les époques. En physique des hautes énergies, par exemple, la stratégie a été d’inclure le nom de tous les collaborateurs dans la publication dans un ordre protocolaire – d’où, dans de nombreux cas, un nombre d’auteurs de l’ordre de la centaine pour un même article. Dans les domaines de la biomédecine, de la biologie moléculaire et de la génétique, par exemple, une nouvelle discipline est en train de naître aux États-Unis, la bio-informatique, avec une présence dans les départements universitaires, des formations spécifiques à la fois en biologie et en informatique et des revues spécialisées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gemma Cirac Claveras, « Les conservateurs de données satellitales », Terminal [En ligne], 117 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://terminal.revues.org/1064 ; DOI : 10.4000/terminal.1064

Haut de page

Auteur

Gemma Cirac Claveras

Institut Pierre Simon Laplace, 11 boulevard d’Alembert, Quartier des Garennes, 78280 – Guyancourt, France, tel. : 06 34 10 70 53, mél : Gemma.cirac@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org