Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Le travail politique par et pour les médias

Henri Gautier
Référence(s) :

Le travail politique par et pour les médias, Clément Desrumaux et Jérémie Nollet (éditeurs)

Réseaux, La Découverte, 251 p.

Texte intégral

1Cet opus de la revue Réseaux se donne pour objet d’étude les effets structuraux des médias et de la médiatisation sur les activités politiques. Il s’agit d’un champ de recherches qui s’est largement internationalisé depuis la fin des années 70, sous la pression de l’extension dans la sphère publique des médias de masse. En effet, une littérature scientifique s’est développée autour du concept de médiatisation du débat public, d’abord pour décrire l’impact médiatique de la télévision sur l’opinion et les comportements électoraux (video malaise) au cours de la décennie 70, puis au cours des années 80 la logique médiatique (media logic) colonisant les différents compartiments de l’espace public, pour enfin analyser au début des années 90 les stratégies de publicization visant à contourner la négociation (bargaining). C’est ainsi que « la médiatisation du politique » (mediated politics) a rassemblé sous la bannière du concept de « médiation » (les « médias » étant supposés la principale source d’information des citoyens) un vaste courant de recherche dont l’un des terrains d’investigation fut fourni par les campagnes électorales, en particulier celles menées en milieu rural. Fin des années 2000, ce champ de recherche se structure au niveau international autour de la théorie de la « médiatisation » modélisant la construction des sociétés contemporaines autour d’une processus fondé sur des technologies médiatiques analysées comme un prolongement des capacités de communication humaine., avec deux traditions : la première institutionnaliste où les médias sont pensés comme une institution autonome, la seconde constructiviste où les médias sont intégrés au processus de construction de la réalité sociale.

2Pour autant, cette littérature anglophone a été relativement ignorée par les manuels universitaires et les revues académiques de science politique francophones. En France, on ne trouve guère que quelques rares analyses structurales sur la transformation des jeux et enjeux politiques à la faveur de la médiatisation. Les travaux sur la sociologie des communicants et la division du travail au sein du personnel politique constitue le plus actif des chantiers de recherche sur la communication politique médiatisée : il s’agit le plus souvent d’enquêtes empiriques plus localisées à la différence des travaux précédents qui s’orient plutôt vers la théorisation de processus globaux.

3Si les théories de la médiatisation permettent de reposer en des termes nouveaux la question du pouvoir des médias par le biais des investigations menées sur les effets structurants des médias, certains travaux produits dans ce champ n’échappent pas aux travers du substantialisme, réduisant parfois des ressorts sociaux très hétérogène à une logique médiatique excessivement réductionniste. D’autres critiques ont été formulées : d’une part, l’occultation du caractère hétéronome d’influences transverses aux institutions médiatiques autonomes, comme celles relevant de régulations étatiques ou économiques ; d’autre part, la « médiatisation des systèmes sociaux » suscitée par les institutions médiatiques laisse parfois dans l’ombre les relations bi ou multilatérales entre médias qui fondent leur pouvoir, substituant ainsi les choses de la raison à la raison des choses.

4Selon les éditeurs de cet opus, l’analyse relationnelle en tant que méthodologie « s’impose pour saisir les mécanismes sociaux pris pour objet par les théories de la médiatisation ». Ainsi, l’analyse du travail politique selon cette perspective permettrait de réintégrer cette question de la médiatisation dans le flux des activités sociales et l’habitus des agents sociaux sans pour autant faire des médias une catégorie exogène. Les prises de position politique produiraient dans le champ journalistique (au sens bourdieusien) une accumulation de capital médiatique, vécue comme une ressource stratégique pour l’affrontement politique. Cette question est abordée d’une part par l’article de Davis et Seymour montrant que le capital médiatique est efficient dans le débat politique mais également dans la compétition électorale, d’autre par l’article de Leroux et Riutort analysant les stratégies d’investissement en capital médiatique comme liées aux trajectoires ascendantes.

5Cet opus comporte également des articles hors dossiers intéressant comme celui de Bretesché, de Corbière et Geffroy sur la surinformation des cadres, celui de Plantin sur les cartes de radiation comme médiation citoyenne à Fukushima, et enfin celui de Patriarche et Dufrasne s’interrogeant sur la pertinence du concept de réseau dans les études d’audience.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Gautier, « Le travail politique par et pour les médias », Terminal [En ligne], 117 | 2015, mis en ligne le 16 décembre 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://terminal.revues.org/1061

Haut de page

Auteur

Henri Gautier

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org