Navigation – Plan du site
Repères

Le thème du contrôle social au cœur de la question de l’éthique dans les technologies de l’information et de la communication

Une expérience d’enseignement en école d’ingénieurs
Laetitia Piet  et Bernard Prince 

Résumés

Depuis 2011, chaque année, 20 à 40 étudiants de l’Ecole Centrale de Marseille préparent des présentations sur des conflits de valeur posés par le développement des technologies de l’information et de la communication. Quel que soit le sujet abordé, la question du contrôle social est présente sous une forme ou sous une autre. Cet article présente notre pratique de terrain ces cinq dernières années et montre comment ce thème se décline dans les préoccupations des étudiants. Notre contribution constitue aussi un témoignage sur la légitimité et la pertinence d’un enseignement de l’éthique dans une école généraliste qui ambitionne de former des ingénieurs éclairés sur leurs pratiques et leurs responsabilités.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre du cursus d’ingénieur généraliste, l’Ecole Centrale Marseille propose aux élèves de 2ème année de suivre un semestre thématique croisant des problématiques scientifiques et techniques mais également économiques et sociétales. Depuis 2011, entre 20 et 40 étudiants choisissent ainsi de suivre un semestre intitulé « Sciences de l’Information et Société Numérique ». Le programme comporte une unité d’enseignement « Economie et Régulation de la Société Numérique », dans laquelle nous co-animons un module concernant spécifiquement les enjeux éthiques des technologies de l’information et de la communication.

2L’objectif de notre enseignement est d’amener les étudiants à réfléchir et argumenter autour des controverses éthiques soulevées par les technologies d’information et de la communication, en mettant en exergue les acteurs concernés, leurs positions, les enjeux et les conflits de valeur sous-jacents.

3Quel que soit le sujet que les étudiants choisissent, la question du contrôle social est présente. Elle se pose d’abord directement dans les termes de la surveillance et questionne l’étendue des libertés publiques et de la privacy face aux enjeux de sécurité publique (géolocalisation, vidéosurveillance, fichiers nationaux, traçabilité numérique). Elle se décline également dans les termes de « la prise de contrôle » quand les outils numériques sont interrogés dans leur dimension prescriptive, comme vecteurs de façons de penser, d’agir et de consommer (profilage publicitaire, capitalisme sémiotique, …).

4Dans cet article, nous proposons une présentation réflexive d’une pratique de terrain de cinq années alors que ces questions sont au cœur de l’actualité. Notre contribution constitue aussi un témoignage sur la légitimité et la pertinence d’un enseignement de l’éthique dans une école généraliste qui ambitionne de former des ingénieurs éclairés sur leurs pratiques et leurs responsabilités. Déjà utilisateurs des T.I.C., ces ingénieurs sont peut-être aussi futurs concepteurs de dispositifs techniques qui pourront renforcer les moyens du contrôle social ou s’avérer de formidables vecteurs d’émancipation. Nous commençons par expliciter les enjeux d’une formation des ingénieurs à un questionnement éthique sur les T.I.C. avant de montrer comment la question du contrôle social se décline dans les différents sujets que les étudiants choisissent de traiter.

L’éthique des T.I.C. dans la formation des ingénieurs

Qu’entend-on par l’éthique dans les T.I.C. ?

5L’éthique des T.I.C. relève de l’éthique pratique ou appliquée, qui cherche à articuler les problématiques de la philosophie morale avec les questions pratiques relatives à des domaines substantiels tels que la médecine, l’environnement et le développement durable, les technologies de l’information et de la communication. L’essor de l’éthique appliquée correspond à la prise en compte des situations concrètes dans lesquelles se déploient les activités humaines (Marzano, 2008). Ainsi la réflexion éthique sur les T.I.C. s’enracine dans une analyse de leurs usages dans toute leur diversité.

6Désignant l’ensemble des techniques utilisées pour le stockage, le traitement, la transmission, la représentation des informations, les technologies de l’information et de la communication se déploient dans de multiples domaines de la vie politique, économique et sociale. Qu’il s’agisse d’informatique, de dispositifs de télécommunication ou de l’internet, les T.I.C. modèlent notre vie privée, publique et professionnelle. D’un côté, elles apportent commodités, confort et distraction, facilitent les transactions, les démarches administratives, donnent accès à quantité de nouveaux services, améliorent l’efficacité des chaînes productives et des flux de biens et de services. Elles sont connues aussi pour apporter des solutions à des besoins humains fondamentaux non satisfaits. Dans son dernier rapport annuel, l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) souligne ainsi les corrélations partielles significatives entre l’indice IDI de diffusion des T.I.C. et un grand nombre des indicateurs des Objectifs du Millénaire pour le Développement, en particulier ceux concernant la réduction de la pauvreté, la santé et l’environnement durable1.

7Les usages des technologies de l’information et de la communication ont toutefois aussi leur côté sombre, quand ils facilitent la diffusion de contenus offensants, la violation des données personnelles, la déshumanisation ou la surveillance généralisée, au mépris des libertés fondamentales. Ces technologies s’avèrent aussi de plus en plus intrusives. Elles modèlent nos comportements jusqu’à nos rapports avec autrui.

8Si l’on considère spécifiquement la question du contrôle social et de la surveillance, on retrouve cette tension entre les opportunités offertes par les T.I.C., par exemple pour apporter aux Etats des moyens d’assurer leurs missions régaliennes, et les dérives auxquelles elles exposent pour la préservation des libertés individuelles.

9Entre les fantasmes et la réalité, une étude sérieuse des techniques en jeu et des stratégies des acteurs permet de tracer la frontière entre les avantages de ces technologies, les nécessaires contrôles et les traitements de données abusifs.

10La plupart des questions éthiques soulevées par la mise en œuvre des T.I.C. ne sont toutefois pas vraiment nouvelles. Ce qui change, ce sont les capacités de plus en plus grandes d’identification, de stockage et de traitement de ces données et le caractère ubiquitaire de ces technologies, par leur intégration aux objets (R.F.I.D.) ou du fait de l’hyper-connectivité des usagers qui embarquent avec eux quotidiennes les moyens de leur propre contrôle et de celui des autres.

11Les problèmes peuvent aussi venir des différences de législations entre les pays qui font qu’on peut se croire protégé dans son pays alors que la collecte de données est effectuée en dehors de ce cadre géographique. Enfin le consommateur, le travailleur ou l’entreprise sont en général mal informés des risques, des droits et des règles concernant ces questions.

Pourquoi aborder ces questions dans un cursus d’ingénieur ?

  • 2 Le Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France (devenu association des Ingénieurs et (...)
  • 3 Aramis ou L’amour des techniques, Paris, La Découverte, « Textes à l’appui. Anthropologie des scien (...)

12Les travaux académiques analysent la faible présence voire l’absence d’une formation à l’éthique à destination des ingénieurs en France et l’expliquent par la faible institutionnalisation de la profession, contrairement à ce qui est observé aux Etats-Unis ou encore au Canada, par exemple, où les ingénieurs sont constitués en groupe professionnel autour d’un code de déontologie contraignant et où l’engineering ethics trouve sa place dans les curriculums (Didier, 2008)2. D’une façon plus générale, la question des risques éthiques liés au développement des technologies est parfois renvoyée au politique qui lui-même bien souvent ne dispose pas de l’expertise suffisante pour envisager les conséquences sociétales possibles de la technique (Latour, 1992)3.

13A la lumière de notre propre parcours professionnel ou de celui de nos étudiants, nous avons acquis la conviction que les questionnements éthiques autour des T.I.C. participaient pleinement de la formation humaine et professionnelle des ingénieurs. Un ingénieur sera amené le plus souvent à travailler en entreprise et sur des projets. Face à la prise de conscience des dangers de l’informatisation à outrance et de l’utilisation non contrôlée des données qu’elle produit, les entreprises s’engagent de plus en plus dans des démarches de responsabilité sociétale. Dans le cas inverse, c’est l’entreprise qui prend le risque d’être la cible de critiques soit de la part d’« activistes » (ou citoyens conscients) soit de concurrents. La vigilance sur ces questions est donc attendue comme une compétence professionnelle. Repérer les éventuels conflits de valeur le plus tôt possible peut être très bénéfique. L’ingénieur est aussi un citoyen, en tant que « spécialiste », il est amené à être consulté par son entourage pour aider à décrypter la réalité des enjeux sociétaux des T.I.C.

14Les objectifs du cours sont d’apprendre à identifier et expliciter les conflits de valeurs et les situations de choix liés à la conception et à l’usage des T.I.C., d’apporter des éléments de réponse ou des instruments d’analyse pour considérer ce type de problèmes. S’exercer à l’argumentation éthique favorise la prise de conscience de la complexité des enjeux, des différents points de vue et intérêts engagés dans les débats éthiques et de l’articulation problématique entre le niveau des pratiques individuelles et les enjeux collectifs, sociétaux.

15Notre ambition est d’amener les étudiants à réfléchir de façon concrète aux enjeux du développement des T.I.C., en examinant une application ou une question plus générale sans s’arrêter à une analyse superficielle ou partisane. Il leur est demandé d’identifier et d’étudier une problématique technique dans un contexte sociétal, de décrypter les enjeux, les acteurs, les forces en présence. Ils produisent, en équipe, une présentation qui s’attache à la cohérence d’ensemble de l’argumentation autour des conflits de valeur identifiés.

Méthode de travail et organisation du module d’éthique

16Depuis 5 années, ce sont près de 150 étudiants qui ont participé à ce module d’éthique des T.I.C. Parmi eux, 37 % d’étudiants internationaux, essentiellement venus de Chine (21,2 % de l’effectif total) et du Brésil (9,6 %).

17Un cours introductif est destiné à cerner les enjeux et à exposer la méthode de travail. Au cours de la première séance de travail pratique les étudiants sont invités à un « remue-méninges » autour des technologies, des applications et des services rendus par les T.I.C. Dans un second temps on évoque, toujours dans le désordre, les avantages et les inconvénients de ces services et technologies, dans un troisième temps les enjeux et les acteurs.

18Dans ce « brouillard » on tâche de mettre de l’ordre et de repérer des questionnements, des conflits de valeurs pouvant donner lieu à des thèmes d’étude. On en repère une douzaine. Des équipes de 3-4 étudiants se forment autour de ces questionnements.

19Au cours de séances de travaux pratiques et d’une « pré-soutenance », les étudiants apprennent à développer leur argumentation et à approfondir le sujet choisi.

20Le travail en groupe a pour finalité une présentation argumentée d’une quinzaine de minutes au cours de laquelle chacun des étudiant intervient. Un rapport écrit détaillé comportant une bibliographie est de plus remis au Jury par avance.

21Les critères d’évaluation des travaux portent sur le fond du discours : sujet délimité et bien posé, argumentation claire, points de vue identifiés, maîtrise du sujet, capacité à problématiser, à prendre de la hauteur par rapport au sujet, richesse du contenu, qualité et diversité des sources et des informations. Le rapport écrit et la présentation orale sont aussi évalués sur la forme.

22Depuis 5 ans, ce sont ainsi 38 groupes d’étudiants qui ont étudié 31 sujets différents. Si les thèmes étudiés sont assez variés, la question du contrôle social et de la surveillance apparaît de façon récurrente comme l’un des termes du conflit de valeurs qui est décelé dans l’examen des usages et des acteurs en jeu. La suite de notre contribution expose les différentes déclinaisons de cette thématique en fonction des sujets. Nous verrons comment les dispositifs de contrôle sont envisagés classiquement comme moyens au service des missions régaliennes de l’Etat, mais leur présence est aussi décelée dans des dispositifs permettant l’intermédiation technologique des relations humaines (relations de travail, cercle familial ou amical, ...) ou encore dans la diffusion et l’usage marchand des données personnelles.

Contrôle, surveillance versus libertés

Contrôle et surveillance étatiques au service de la sécurité publique ?

23Une première direction concerne le contrôle social. Les collectivités à tous niveaux veulent se prémunir contre les « troubles de l’ordre public » (délinquance, « terrorisme »). Traiter les questions sur le fond en attaquant les problèmes à la racine (politiques sociales, lutte contre la précarité,...) est très onéreux, produit des résultats non garantis (les données peuvent changer) et sur le long terme. Il est plus efficace politiquement (flatter l’opinion publique, donner l’impression de traiter le problème) et financièrement, de mettre en place des politiques sécuritaires à base de fichage, de croisement de fichiers ou de caméras.

24Vidéosurveillance et géolocalisation sont ainsi deux sujets d’étude choisis presque chaque année par les étudiants. Dans leur mise en oeuvre par l’Etat, les collectivités publiques ou l’institution judiciaire, l’une et l’autre de ces technologies illustrent le glissement vers une “société du contrôle” (Foucault, Deleuze, Négri).

25Dans le registre des missions régaliennes, la géolocalisation est étudiée en tant que dispositif de contrôle judiciaire et de suivi des délinquants sexuels. La vidéosurveillance a retenu plus souvent encore l’attention des élèves-ingénieurs. Elle soulève le conflit de valeurs entre la sécurité et l’ordre public, d’une part, les libertés individuelles et la vie privée, d’autre part. Dans un rapport de 2012, la CNIL estimait déjà à près d’un million le nombre de caméras de vidéosurveillance installées en France4. Présentée souvent comme un dispositif de vidéo-protection ayant un rôle essentiellement sécuritaire, la vidéosurveillance déployée à grande échelle sur la voie publique conduit à s’interroger sur l’atteinte à la vie privée et aux libertés personnelles, notamment celle d’aller et venir en tout anonymat. Le maillage de caméras est tel qu’il devient bien difficile d’échapper à la captation et à l’enregistrement de nos déplacements. Les résultats de la vidéosurveillance en termes de diminution de la criminalité sont controversés tandis que son coût, lui, ne fait guère de doute. Les citoyens consentent-ils à cet investissement public significatif pour abandonner à une préoccupation sécuritaire une part de leur liberté et de leur vie privée ?

26Un traitement original du thème de la vidéosurveillance a une fois été proposé ; les étudiants ont insisté sur le service internet-eyes de surveillance des magasins par les internautes, suggérant que tout un chacun pouvait devenir comme délégataire d’une mission de sécurité publique… Le caractère ubiquitaire des dispositifs de vidéosurveillance a également été suggéré de façon originale dans un sujet couplant ce thème avec l’étude des drones.

27Avec les révélations d’Edward Snowden en juin 2013, l’ampleur des dispositifs consacrés à la surveillance des citoyens par la N.S.A. (projet PRISM) est apparue au grand jour et a été très largement dénoncée. Mais depuis les attentats du 7 janvier 2015 qui ont terrassé la rédaction de Charlie Hebdo, on voit combien le conflit éthique entre la sécurité des citoyens et la défense de leurs libertés est exacerbé dans un contexte où la menace terroriste (jamais clairement définie) devient la préoccupation principale des services de renseignement. Des étudiants ont ainsi choisi de se questionner sur ce thème : les T.I.C. sont-elles un instrument de libération ou d’oppression pour les citoyens ? Les récents débats autour du projet de loi sur le renseignement montrent l’actualité de cette question.

Contrôle et surveillance dans le rapport salarial  

28Le recours à la géolocalisation et à la vidéosurveillance par les entreprises a également été étudié à partir de la question suivante : jusqu’où la recherche de l’efficacité et de la performance productive peut-elle justifier le déploiement des technologies de contrôle des salariés ? Elles peuvent être déployées dans l’enceinte des locaux de l’entreprise ou fonctionner à distance, lorsqu’il s’agit de systèmes de géolocalisation embarqués dans les véhicules, intégrés dans les téléphones et ordinateurs des salariés. La géolocalisation des véhicules permet de les situer à tout moment, de connaître des informations comme le temps d’immobilisation ou la vitesse, autant d’éléments facilitant l’optimisation des tournées avec une consommation minimale de carburant, une meilleure réactivité pour répondre à la demande d’un client, ou encore la recherche du véhicule en cas de vol. Ces facilités technologiques peuvent toutefois devenir intentatoires à la vie privée et déboucher sur une véritable “filature électronique” des salariés car il n’est pas toujours facile de dessiner la frontière entre le temps de travail et le temps personnel, notamment dans les situations où les téléphones ou les véhicules sont laissés à disposition des salariés en dehors des horaires de travail. La même question peut se poser avec le développement du télétravail selon la façon dont il est appliqué.

29Pour s’entourer de collaborateurs dociles, en adéquation avec leurs objectifs assignés, les gestionnaires des ressources humaines pourraient être tentés de recourir à différentes formes de cyber-surveillance. En amont, le recrutement des collaborateurs futurs pourrait aussi prendre en compte des éléments discriminatoires issus de données personnelles (directe ou indirectes), par exemple sur les appartenances politiques ou syndicales, l’origine ethnique ou encore l’orientation sexuelle des individus.

30Cette surveillance peut aussi viser la clientèle : solvabilité présente ou passée, ou encore les fournisseurs : qualité, délais, incidents…

Contrôle et surveillance dans les relations humaines

31Les systèmes de géolocalisation des individus par le biais de leur téléphone portable, voire par l’implantation sous-cutanée d’une puce RFID (identification par radio-fréquence), sont utilisés pour surveiller les personnes vulnérables, en particulier les personnes âgées et les enfants. Solution alternative à l’enfermement à domicile ou en institution, la géolocalisation des personnes âgées atteintes de démence peut leur apporter davantage de liberté et d’autonomie ; elle devient cependant vite problématique quand elle se substitue au contact humain avec les soignants ou avec la famille. Le recours aux techniques de géolocalisation de la part des adultes soucieux de savoir où se trouvent leurs enfants comporte le même risque de dérive quand les technologies de surveillance se substituent à l’accompagnement et au dialogue. Si la possibilité de se déplacer seul est conditionnée à la surveillance à distance de la part des adultes, alors les technologies numériques ne sont pas vraiment favorables au développement de l’autonomie des individus. L’intermédiation technique des relations humaines nous place ainsi face à une tension forte entre la protection des personnes (et la tranquillité d’esprit de ceux qui en ont la charge) et le risque d’une surveillance permanente, et cela au prix de carences affectives préjudiciables à ceux que l’on entendait d’abord protéger.

32Les formes de surveillance “classique” que permettent les technologies de l’information et de la communication telles que la vidéosurveillance et la géolocalisation restent des sujets régulièrement retenus par les étudiants pour leur travail. Néanmoins, d’année en année, leur attention semble se déplacer vers des thèmes d’étude qui mettent les données personnelles et leur marchandisation au coeur des mécanismes du contrôle social. A l’ère numérique, les procédures de fichage qui étaient la cible privilégiée des défenseurs des libertés fondamentales ne sont plus les seules à venir chatouiller le droit à l’oubli. En effet, Internet forme aujourd’hui une gigantesque mémoire capable de restituer la moindre information fusse-t-elle gênante. De nombreux sites et réseaux sociaux collectent une masse considérable de données, et sans doute dans une mesure plus impressionnante encore que celle des procédures de fichage employées par les gouvernements. C’est souvent sous des formes plus diffuses, à l’insu même des utilisateurs des services “offerts” par les géants de l’internet et des réseaux sociaux, que s’exerce ce contrôle sur les citoyens-consommateurs. La suite de notre contribution s’attache à rendre compte de l’ampleur de cette forme contemporaine de contrôle par l’exploitation des données personnelles.

Contrôle, données personnelles et prescriptions

Contrôle et prescription des comportements d’achat  : la marchandisation des données personnelles

33Le développement du marketing numérique, facilité par l’hyper-connectivité des individus, s’appuie sur la captation des données de connexion et de navigation, ainsi que sur l’ensemble des traces que nous laissons au quotidien à partir de nos cartes de crédit, de fidélité, de transport, de nos échanges et activités sur les réseaux sociaux… Alors que le marketing et la publicité indifférenciée coûtent très cher, sont peu efficaces, et souvent rejetées de la part du consommateur, la publicité ciblée offre l’incomparable avantage d’être adaptée au style du consommateur, à ses goûts, pour lui proposer un produit susceptible de l’intéresser, adapté à son budget ou à ses préoccupations du moment.

34Les enjeux sont énormes en termes de chiffre d’affaires ; ainsi, déjà en 2011, on estimait la vente des données personnelles collectées à 315 milliards d’euros ! La collecte de ces données est la ressource clé de la puissance économique des géants du web. Un utilisateur souhaitant profiter des services qu’ils offrent, doit s’exposer à la perte de contrôle quant à l’utilisation de ses données. Ces informations servent ensuite à catégoriser grossièrement les individus. L’ipse d’un individu est alors véritablement substitué par une identité tronquée et simplifiée. De plus, la réduction d’un individu à certaines caractéristiques pourrait conduire à des dérives discriminatoires. La diminution des choix qui sont proposés peut être envisagée comme une forme de manipulation et d’atteinte au libre arbitre, tendant à uniformiser les identités, les goûts et les comportements. Les différences de législation d’un Etat à l’autre compliquent considérablement les efforts des organismes tels que la C.N.I.L. pour réguler l’usage des données personnelles. Enfin, une autre difficulté vient de ce que les données à caractère personnel, une fois appropriées par les sociétés de l’internet, tombent sous le coup de la protection de la propriété intellectuelle.

35La marchandisation à outrance des individus à travers la vente de leurs données personnelles induit donc une véritable prise de contrôle, par la prescription de comportements d’achat, et par l’appropriation durable d’une masse considérable d’informations personnelles dont l’individu se trouve véritablement dépossédé.

Quand les objets connectés prennent le contrôle de nos comportements et de nos décisions.

36Les questionnements éthiques relatifs à la traçabilité numérique par les données personnelles ont trouvé un nouveau champ d’application avec l’émergence de l’internet des objets. Les objets connectés à internet, équipés de capteurs et capables de communiquer entre eux ainsi qu’avec des bases de données, ont fait leur apparition parmi les plus récents sujets que les étudiants ont choisis d’étudier.

37La domotique offre des applications pratiques pour sécuriser les particuliers (contre le risque de vol ou d’incendie), faciliter leur quotidien (grâce au réfrigérateur intelligent, par exemple), leur apporter plus de confort, ou participer à une meilleure maîtrise des dépenses énergétiques dans l’intérêt de tous. Les industries qui commercialisent ces dispositifs, les acteurs économiques des secteurs de l’assurance et de l’énergie, ainsi que les services de secours et de police, ont certainement tout intérêt à insister sur ces commodités. L’installation de ces technologies de la domotique soulève toutefois le problème de la captation de données au cœur de l’espace domestique, questionnant ainsi les contours de l’intimité. Le privacy paradox, mis en évidence au sujet de l’usage des réseaux sociaux, se retrouve ici dans la contradiction entre la tendance à rendre ses données accessibles et la conscience des risques que représentent leur diffusion et leur accessibilité permanente.

38Cette même contradiction est illustrée par les technologies numériques associées à la “M-santé” (santé “mobile”), dont l’expansion va de paire avec celle des smartphones. Selon différentes études, les applications permettant le suivi des informations relatives à la condition physique, à la santé ou au bien être des particuliers connaissent un succès croissant. La M-santé est présentée comme un ensemble de solutions permettant une autonomisation des individus dans la maîtrise de leur état de santé ; certaines applications permettent par exemple aux personnes diabétiques de mieux réguler leur taux de glycémie. Une plus grande autonomie des individus peut cependant déboucher sur une plus grande capacité de contrôle et de contrainte, si les données personnelles collectées ne sont pas protégées et leur usage convenablement régulé. Que devient le secret médical qui encadre aujourd’hui la relation des individus à leur médecin ? On conçoit aisément l’intérêt que ces données pourraient présenter pour les assureurs, voire pour les recruteurs dans le monde du travail ; on perçoit tout aussi facilement les risques de dérives. Certains objets connectés illustrent qu’en matière de santé la contrainte peut être intégrée à l’objet lui-même : ainsi en est-il d’une fourchette intelligente qui refuserait de délivrer à une personne plus de calories qu’elle n’en a besoin, étant donné sa condition physique. La prise de contrôle de nos comportements et de nos décisions par les objets connectés est un horizon techniquement envisageable aujourd’hui. Dans une forme peut-être plus extrême encore, le courant transhumaniste pose les mêmes questions des limites de l’humain repoussées par la technologie.

Réseaux sociaux et surveillance mutuelle : le formatage des comportements et la fabrique de soi

39On peut être surpris de la relative absence des réseaux sociaux parmi les thèmes d’étude choisis par les étudiants, comme s’ils restaient aveugles aux risques de contrôle social induit par des dispositifs dont ils sont pourtant des usagers quotidiens. Que ce soit dans le recueil des informations nécessaires à la création des profils d’utilisateurs ou dans les mécanismes de recommandation si présents sur les interfaces de connexion, les réseaux sociaux comme facebook, twitter ou linked-in, conduisent pourtant clairement à un formatage dans la présentation de soi et dans les modalités de relations à autrui (George, 2001) .

Evolution des thématiques traitées par les étudiants

40Même si quelques grandes thématiques sont récurrentes (surveillance, restrictions aux échanges horizontaux, données personnelles et droit à l’oubli numérique, liberté d’expression et d’investigation, déshumanisation et risque de rupture du lien social), la façon de les aborder a varié au cours des 5 années d’observation. C’est ce que nous relatons dans cette dernière partie.

La vidéo-surveillance

41La vidéosurveillance est la technologie par excellence du contrôle social au moyen des TIC. Chaque année un groupe d’étudiants au moins a retenu ce thème comme posant un problème éthique. Comment concilier le désir de sécurité collective incarné par ce dispositif et la liberté individuelle de circuler sans avoir en permanence la sensation d’être surveillé ? Les étudiants chinois ont particulièrement été intéressés de voir comment le législateur français avait tenté d’en limiter les excès. En Chine, la vidéosurveillance généralisée jusque dans les salles de classe ne semble pas émouvoir les citoyens.

42En 2011, les étudiants ont identifié le problème suivant  : pour être vraiment efficace un système de vidéosurveillance devrait disposer de personnel visionnant les images en permanence, ce qui est impossible voire inhumain. De plus, pour constituer des preuves légales, les images doivent être de haute qualité. L’analyse d’image permettant déjà la reconnaissance faciale, elle devrait être capable de détecter des gestes suspects et de les enregistrer. On peut donc imaginer de puissants systèmes de vidéosurveillance automatisés. Notre vie privée n’aurait alors plus de secret.

43En 2012, les étudiants ont mis en doute l’efficacité actuelle des systèmes de vidéo-surveillance et leur prix exorbitant ; ils en concluaient que leur seul effet était de créer un sentiment d’espionnage dans la population et de juteux marchés.

44En 2013, ils se sont intéressés à l’application « internet eyes » qui, au Royaume Uni, invite les habitants à surveiller contre rémunération les magasins qui mettent en ligne les images captées par leurs caméras de surveillance.

45Avec les drones la vidéosurveillance peut être encore plus efficace et plus ciblée sans parler bien sûr des drones qui tuent...

46Un autre phénomène a retenu en 2014 l’attention ; ce sont les vidéos mises en ligne sur youtube contre rémunération. La vidéosurveillance est ainsi poussée à son paroxysme où chacun se donne à surveiller sur le net pour de l’argent.... En 2015, les étudiants orientent leur étude sur le consentement à être filmé.

La géolocalisation

47La géolocalisation, si elle est une commodité pour le pilotage et l’augmentation de l’efficacité, peut être utilisée pour pister des collaborateurs, des amis ou des membres de la famille.

48En 2011 et 2012, les étudiants ont pointé les services qu’elle peut rendre pour éviter aux personnes âgées ou ayant perdu la notion de l’espace de se perdre. Ils décèlent, dans cette façon de remplacer le contact humain par la machine, un risque de deshumanisation des rapports et d’isolement renforcé.

49En 2013, s’y est ajouté le harcèlement consumériste voire le harcèlement tout court. Avec l’application « Foursquare », on va encore plus loin puisqu’on diffuse sa géolocalisation à ses amis. Mais attention à ne pas aussi donner des indications aux voleurs ; l’application « pleaserobme » met en garde les imprudents.

50En 2014, ce sont surtout les dérives liées à une surveillance excessive du personnel qui ont fait réagir.

51En 2015, le sujet semble avoir disparu des préoccupations, comme si la géolocalisation était en passe d’être intégrée, à l’instar des cookies, comme un mal inévitable voire nécessaire....

Les restrictions mises à l’accès ou à l’échange de contenus

52Les restrictions mises à l’accès ou à l’échange de contenus apparaissent antinomiques à la culture de l’internet comme espace d’échanges et de libertés. Le fait d’empêcher les internautes d’échanger directement entre eux des contenus est ainsi ressenti à tort ou à raison comme un moyen de contrôle social. En effet, en étant obligé pour accéder à des contenus, de passer par des plates-formes centralisées (itunes, youtube, dailymotion ou autres), non seulement on reste dans l’aire marchande ou publicitaire, mais encore on laisse sa signature en quelque sorte. Il est possible de compléter un « profil » grâce à ce qui est téléchargé.

53En 2011, les étudiants ont réagi face aux restrictions mises en place pour interdire le « peer to peer » ; ce sont les débuts contestés de la loi Hadopi.

54En 2012, le sujet de la loi hadopi continue à interroger et est complété par un exposé plus général sur la politique de défense des brevets, la lutte contre la contrefaçon et la manière dont le traité ACTA, négocié dans le secret, vient d’être ratifié par la France.

55Les étudiants sont aussi choqués par la façon dont le service « mégaupload » a été interdit, pas tant sur le fond que sur la méthode brutale employée par le gouvernement américain.

56En 2013, alors que de plus en plus de contenus gratuits sont disponibles, la question du droit d’auteur sur internet est interrogée. Derrière le droit d’auteur se cachent des intérêts économiques mais aussi une réticence à faire évoluer le système de rémunération des artistes et créateurs. En toile de fond, on interroge la question du brevetage généralisé et du bien commun.

57Un groupe d’étudiants s’attaque au problème difficile de la pornographie en ligne. Sans méconnaître les aspects criminels qui côtoient ce gigantesque marché (prostitution, pédopornographie), les étudiants s’interrogent sur l’hypocrisie d’une censure basée sur la « protection de la jeunesse » alors qu’en soi la pornographie n’est pas un délit et que l’exposition des corps largement dénudés envahit l’espace public notamment dans la publicité. Les étudiants notent toutefois, parallèlement à un retour des tabous, une marchandisation de la vie privée dans le cadre de la mise en ligne rétribuée de vidéos privées.

58En 2014, les étudiants prennent acte que 70 % des internautes ne pensent pas qu’il y ait quelque chose de mauvais dans le piratage en ligne, pourtant illégal. Le phénomène est si grand que 22 % de tous les transferts de données en ligne correspondent à du piratage. Ne peut-on pas mettre en oeuvre un nouveau modèle fondé sur la décentralisation et le partage ? Les étudiants notent les succès des partis pirates dans beaucoup de pays d’Europe.

59En 2015, c’est la question de la culture sur internet qui est interrogée : l’accès à la culture sur internet doit-il être monétisé ? Quelles en sont les conséquences, les alternatives ? Comment lutter contre les dérives et le piratage ? Faut-il trouver un compromis entre acceptation du piratage et monétisation du contenu ?

Données personnelles et droit à l’oubli

60La question de l’utilisation des données personnelles, mises en ligne volontairement ou involontairement par l’observation des navigations, donne de plus en plus un sentiment d’une surveillance permanente et de contrôle des internautes. Cette constitution de bases de données personnelles, si elle est de plus en plus le fait des géants du net, a commencé par les bases de données constituées par les autorités administratives.

61En 2011, en pleine discussion sur la nouvelle Loi LOPSSI 2, les étudiants se penchent sur le cas du fichier Edvige : pour eux, la présomption d’innocence semble dorénavant remplacée par la présomption de culpabilité. Ils se posent aussi la question du « droit à l’oubli » : y a-t-il une « prescription » numérique ?

62Alors que l’internet alimente aujourd’hui une gigantesque mémoire, l’oubli numérique est une notion floue, et mal maîtrisée par le particulier. De nombreux organismes ne sont pas signataires de la « Charte sur le droit à l’oubli numérique » ; le développement des TIC contribuera à l’augmentation des problèmes, et seule l’information et la vigilance de l’utilisateur semblent être une solution efficace.

63En 2012, les étudiants traitent le cas de Google. Contre un meilleur confort de recherche, nous sommes soumis à une plus grande sollicitation commerciale, Pour eux toutefois, le véritable but de Google n’est pas de devenir le nouveau Big Brother, contrôlant et surveillant chaque mouvement de chaque habitant de la planète (du moins, ses utilisateurs), mais bien de simplifier la vie de ses utilisateurs. Mais le seul fait qu’il puisse en être éventuellement capable, sans forcément d’institutions ayant assez de pouvoir pour l’arrêter, suffit à brosser un tableau inquiétant de la situation.

64En 2013, c’est facebook et la publicité ciblée qui sont interrogés : Facebook est un service gratuit, mais à quel prix ? Les étudiants notent une marchandisation de plus en plus poussée des « profils » auxquels nous sommes réduits. Même si les normes de la vie privée ont évolué, les abus sont monnaie courante. Une éducation des utilisateurs est nécessaire en parallèle avec une réglementation. En 2014, un nouveau groupe décrypte les mécanismes de la publicité ciblée, en mettant en évidence le processus de catégorisation qui conduit à dissoudre l’identité des internautes dans le profilage marketing à partir de la marchandisation à outrance de leurs données personnelles.

65En 2013, un autre groupe à propos du service « Google street view », lance une réflexion sur la numérisation de notre espace de vie quotidienne. A vouloir offrir une « expérience » toujours plus proche de la réalité, on en oublie les limites de la vie privée et des données personnelles. La question du consentement est posée.

66En 2015, cette question de la collecte et de l’utilisation des données personnelles sera au cœur de plusieurs exposés. D’abord au sujet de la M-Santé : avec l’apparition récente de capteurs capables d’enregistrer et transmettre des paramètres de santé à des applications mobiles, émerge la question de savoir comment et à quelles conditions une nouvelle forme de santé dite “mobile”, pourrait transformer durablement les pratiques de prévention et de soins actuelles. Les données ainsi recueillies dans l’utilisation de ces outils sont de plus en plus « intimes ». Qu’est-ce qui nous garantit qu’elles ne seront pas utilisées contre nous ?

67La mise en place des réseaux électriques intelligents (Smart grids) va être une occasion pour les producteurs et distributeurs d’électricité, de recueillir un grand nombre d’informations sur notre vie quotidienne. Sous prétexte de conseils ou de services destinés à optimiser notre consommation, c’est l’intimité du foyer qui est dévoilée.

68Le développement de la domotique pourrait être encore plus intrusif : en nous offrant un nouveau confort dans la vie quotidienne, ces nouvelles technologies apportent également avec elles des changements dans nos comportements. Dans quelle mesure présentent-elles un risque d’isolement social et d’une prise en main de notre vie quotidienne ?

Liberté de parole et d’investigation

69Avant d’être une immense place de marché, l’internet dans l’esprit de ses promoteurs a été un grand espoir d’une nouvelle démocratie. La question de la liberté de la presse et de la liberté de parole tout court est au cœur de l’utopie internet (Cardon, 2011).

70En 2011, les révélations de Wikileaks posent la question d’un nouvel équilibre entre secret et droit de savoir. Une certaine confidentialité est probablement nécessaire pour assurer la sécurité des citoyens (diplomatie) et le droit à la vie privée. Tous les moyens sont-ils bons pour accéder à l’information ? Peut-on et doit-on tout révéler ? Se posent aussi les questions de la transparence et du secret des sources. La proposition est la suivante : tant qu’une information n’affecte personne dans sa vie privée ni ne le met en danger, si elle représente un intérêt ne serait-ce que minime pour le public, il devrait être normal de pouvoir la divulguer.

71En 2012, les étudiants s’intéressent au mouvement « Anonymous » : d’un simple groupe qui voulait protester contre la Scientologie, Anonymous a bouleversé la sécurité sur Internet et est devenu un acteur majeur de la défense de la liberté et du libre partage du contenu online. Un « partenariat » avec Wikileaks fait peur aux gouvernements et aux grandes entreprises. Le grand public veut les secrets de la crise économique, de la guerre, des scandales politiques. Une possible jonction avec des mouvements contestataires comme celui des indignés et d’Occupy Wall Street questionne l’émergence d’une démocratie participative à l’heure de l’internet.

72En 2014, la question est complétée par les possibilités d’anonymat offertes par le réseau TOR, qui préserverait un espace à la liberté d’expression alors même que les révélations sur PRISM semblent sonner le glas de la vie privée sur internet. Mais jusqu’à quand l’anonymat sur internet sera-t-il possible ? Les étudiants se sont demandés si l’anonymat sur internet ne devrait pas être géré par une autorité indépendante et des lois mondiales bien établies.

73En 2015, après les attentats de janvier à Paris, la question de la surveillance des réseaux est à l’ordre du jour. Le développement de l’utilisation des réseaux et du Web a fait émerger la nécessité d’une surveillance. On note aujourd’hui que ce contrôle empiète sur la vie privée des utilisateurs : quelle en est la limite ? La lutte contre la cyber-criminalité doit-elle se traduire par une perte des libertés et de la cyber-démocratie ?

74Parallèlement, d’autres étudiants notent le paradoxe suivant  : Internet est un espace de liberté et d’anonymat dans lequel nous sommes appelés à participer et à nous exprimer. Mais l’anonymat ne provoque-t-il pas certaines dérives ? Comment alors réguler l’expression ? A la fois par les autorités administratives et à la fois par la responsabilité des internautes eux-mêmes.

Renforcement ou délitement du lien social ?

75Formidable outil de communication, l’internet est en tant que tel un moyen de créer du lien social. Les étudiants constatent aussi le risque que chacun derrière son écran et dans l’illusion d’appartenir à des communautés virtuelles s’isole de plus en plus. Ainsi isolé, l’internaute devient la cible des sollicitations commerciales, politiques voire criminelles (djihadisme). Le lien social se délite-t-il, laissant l’internaute pris dans les mailles du contrôle social (et commercial)  ?

76En 2011, un groupe s’est posé la question du temps et de l’espace à l’ère du numérique : nous allons vers une instantanéité et une abolition des distances. Il y a toutefois des limites à cette réduction des espaces et du temps. Le monde virtuel est un reflet du monde réel et par là même en reproduit les inégalités. Ainsi, si Internet à tendance à rapprocher les personnes qui y ont accès, il amplifie aussi l’exclusion des individus non-connectés ou dont les compétences sont moins assurées.

77En 2014, apparaissent deux nouvelles thématiques liées au risque de dissolution du lien social avec pour corollaire une plus forte emprise du contrôle sur les individus : les TIC dans le monde du travail et le jeu vidéo.

78La promesse du télétravail est que nous puissions être libérés de la charge des déplacements et rester plus près de nos familles et de nos quartiers, mais nous ne sommes pas sûrs que le télétravail en sera le moyen. Les employés qui travaillent à la maison risquent en effet de devenir une main d’œuvre contractuelle, sans assurance médicale, sans le soutien de l’équipement ou d’autres avantages d’un employé ordinaire ; il est également facile d’imaginer le travail envahir la vie familiale et les relations.

79Le jeu-vidéo, comme toute œuvre de notre siècle, est soumis à la mondialisation et à l’uniformisation de son contenu. Il permet de véhiculer de nombreuses idées, dont certaines peuvent choquer et déranger, l’anonymat et le manque de règle laissant un champ libre à ses utilisateurs. Grace à sa diversité, il y aura toujours un jeu vidéo qui vous plaira, il y aura aussi toujours un jeu-vidéo pour aller à l’encontre de votre code éthique.

80En 2015, ces questions seront approfondies. Sur le thème du travail, un groupe va interroger l’ « économie à la demande », celle rendue possible par le smartphone et la connectivité permanente qu’il entraîne. Des applications commerciales vont permettent l’émergence d’une nouvelle forme d’économie caractérisée par la fluidité, la rapidité et la simplicité (Uber, Handy). En quoi redéfinira-t-elle notre manière de travailler ? Ces nouvelles opportunités de créer du travail ne risquent-elle pas par une dérégulation de ce marché, de détruire l’emploi, entrainant une précarisation des conditions de travail et la fin de la notion de « carrière professionnelle » ? Chaque individu isolé ne serait plus qu’une simple marchandise sur le grand supermarché du travail...

81Les jeux vidéo revendiquent le titre de e- sport  : malgré tous les clichés à leur sujet, les jeux vidéos sont-ils vraiment source d’isolement  ? Les étudiant vont s’efforcer de démontrer le contraire.

82Lien social, isolement, monde réel, monde virtuel : un groupe d’étudiants va se poser cette année la question des hybridations à travers le transhumanisme et l’utilisation des neurotechnologies. Ces technologies ont été développées pour venir au secours des handicapés moteurs et restent principalement utilisées pour cela. Toutefois, les technologies se développant, on peut imaginer d’autres utilisations beaucoup plus discutables.

Conclusion

83De l’ensemble des travaux que nous venons de relater, des lignes de forces se dégagent  : tout d’abord, la crainte de la mise en fiche généralisée qui avait été à l’origine des premières prises de conscience des dangers des TIC sur la vie privée et de la mise en place d’un contrôle social renforcé semble faire place à une autre crainte : celle de la marchandisation de la vie privée, voulue ou subie. On passerait d’une société du contrôle à la société de la marchandisation à outrance, déshumanisée. La nouvelle dystopie serait le contrôle de tout un chacun par la sphère marchande, beaucoup plus puissante et beaucoup plus difficile à réguler que les puissances étatiques démocratiques. A la différence des « Etats démocratiques » qui théoriquement sont régulés par la politique, la sphère marchande est de plus en plus déterritorialisée. De plus ses moyens sont considérables et s’affranchissent des contraintes posées par les Etats. Face à cette situation, un risque d’isolement et de prise de contrôle menace les individus les plus vulnérables.

84L’analyse des productions des étudiants conduit à souligner l’évolution des préoccupations sociétales autour de l’informatisation et des TIC. Dans le contexte d’émergence de ces technologies, les critiques qui étaient adressées traditionnellement, notamment dans les milieux « techniciens » , portaient sur les pertes d’emplois, les délocalisations, la taylorisation poussée à l’extrême, la hiérarchisation accrue, une nouvelle organisation et une accélération des échanges au niveau mondial, les disparités et la fracture numérique, les rentes de situation (opérateurs, fabricants de matériel et de logiciel...) et les limitations apportées à la libre circulation sur Internet, les questions économiques, la dépendance de plus en plus grande aux « béquilles » informatiques (P.Virillo)5, l’asservissement de plus en plus grand à la machine. Puis sont apparues les questions liées aux mésusages, au piratage, aux droits d’auteur avec la disparition de secteurs entiers de l’économie (disquaires, libraires). La question du contrôle social était principalement pointée par quelques philosophes (Foucault, Deleuze...). Même dans la revue Terminal, si on regarde, dans la somme des articles publiés, très peu portent sur la question du contrôle social.

85D’année en année, il est frappant que cette question devienne de plus en plus souvent le deuxième terme du conflit de valeur que nous demandons aux étudiants de travailler. Il semblerait que ces derniers aient plus ou moins conscience que :

  • nous sommes résolument sortis de l’ère industrielle : la « révolution informatique » est derrière nous et désormais, les gains de productivité seront acquis au prix d’un contrôle social accru sur le monde du travail ;

  • la question du coût n’existe plus ; « c’est gratuit » comme le souhaitaient les cyber-utopistes mais c’est au prix de la transformation en marchandise de nos faits et gestes de plus en plus contrôlés ;

  • la dépendance aux « béquilles technologiques » est largement acceptée (cookies, GPS, portables...) mais leur contrepartie en termes de contrôle commence à être clairement perçue.

86La perception des étudiants sur la prégnance des enjeux liés au contrôle et à la surveillance apparaît de plus en plus forte, au moins au niveau du discours. Reste à savoir si cette perception est réelle ou si elle correspond à un effet de mode. Peut-être est-ce nous qui suggérons fortement cette interprétation dans nos enseignements…

Haut de page

Bibliographie

CARDON, D., 2011, La Démocratie internet. Promesses et limites. Paris, Seuil.

DELEUZE G., 1990, “Post-scriptum sur les sociétés de contrôle”, L’autre journal.

DIDIER C., 2008. Penser l’éthique des ingénieurs. Paris, Presses Universitaires de France.

GEORGES F., 2001, « L’identité numérique sous emprise culturelle. De l’expression de soi à sa standardisation » , Les cahiers du numérique, vol.7, n° 1, p.140.

LATOUR B., 1992, Aramis ou L’amour des techniques, Paris, La Découverte, « Textes à l’appui. Anthropologie des sciences et des techniques »,

MARZANO M., 2008, L’éthique appliquée, Paris, Presses Universitaires de France.

VIVILIO P. 1984 L’espace critique : essai sur l’urbanisme et les nouvelles technologies, éd. Christian Bourgois.

Haut de page

Notes

1 http://www.itu.int/en/ITU-D/Statistics/Documents/publications/mis2014/MIS_2014_Exec-sum-F.pdf consulté le 22 mars 2015.

2 Le Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France (devenu association des Ingénieurs et scientifiques de France) entend fédérer et représenter la profession. Cette vocation que se donne l’association s’est notamment traduite par la rédaction d’une charte d’éthique en 2001. Mais contrairement à ce que l’on observe dans d’autres pays ou en France pour d’autres professions dotées d’une charte déontologique, la charte d’éthique de l’ingénieur n’a aucun caractère contraignant et ne conditionne pas l’obtention du titre d’ingénieur.http://www.iesf.fr/page_dyn.php?lang=FR&page_id=MDAwMDAwMDA2Mg==

3 Aramis ou L’amour des techniques, Paris, La Découverte, « Textes à l’appui. Anthropologie des sciences et des techniques », 1992. (ISBN 2-7071-2120-7)

4 http://www.lesinrocks.com/2012/06/21/actualite/les-cinq-chiffres-fous-de-la-videosurveillance-11272131/ consulté le 29 mars 2015

5 L’espace critique : essai sur l’urbanisme et les nouvelles technologies, éd. Christian Bourgois, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Piet  et Bernard Prince , « Le thème du contrôle social au cœur de la question de l’éthique dans les technologies de l’information et de la communication », Terminal [En ligne], 117 | 2015, mis en ligne le 25 novembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://terminal.revues.org/1037 ; DOI : 10.4000/terminal.1037

Haut de page

Auteurs

Laetitia Piet 

 Professeur agrégée de sciences économiques et sociales, et ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, enseigne la sociologie à l’Ecole Centrale de Marseille depuis 2007.

Ecole Centrale Marseille. Technopôle de Château Gombert. Pôle de l’Etoile. 38 rue Joliot Curie. 13 451 Marseille Cedex 13. laetitia.piet@centrale-marseille.fr

Bernard Prince 

Ingénieur ENSEEIHT, a fait toute sa carrière à France-Télécom (initialement DGT, aujourd’hui Orange) dans les domaines de la recherche et développement, de l’image et du spatial, en France et à l’international. Il a été syndicaliste d’abord à la cfdt-ptt puis à sud-ptt depuis 1995. Il est membre du comité de rédaction de la revue « Terminal » depuis 1990. Bernard-prince@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org