Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Pour une agriculture mondiale, productive et durable

Henri Gautier
p. 125-126
Référence(s) :

Pour une agriculture mondiale, productive et durable

Michel Petit, Éditions Quae, 112 p., 2011

Texte intégral

1Ancien directeur du département Agriculture et développement durable de la Banque mondiale, Michel Petit nous livre un essai directement inspiré de son expérience au service des agricultures du monde. La critique du productivisme, en particulier de son impact sur les ressources naturelles, peut-elle faire l’impasse sur le rôle déterminant de la productivité agricole dans les processus de développement économique ?

2Dans la lignée des travaux de Théodore Schultz, prix Nobel d’économie en 1979 pour son ouvrage Transforming Traditional Agriculture, l’auteur analyse les processus de l’indispensable modernisation des agricultures traditionnelles qui n’impliquent pas nécessairement la constitution d’unités de production consommatrices d’intrants et à haute intensité capitalistique.

3En effet, la mise en œuvre d’indicateurs environnementaux a montré l’impact délétère de certains modes de production agricole.

4L’examen des indicateurs globaux de la productivité des facteurs révèle le rôle central joué par la modernisation de l’agriculture. En effet, les études sur la productivité totale des facteurs montrent clairement qu’une part importante de l’augmentation des rendements est attribuable au changement technique. Ainsi, les progrès de l’agriculture en Asie ont été réalisés dans un contexte structurel dominé par les petites, voire très petites exploitations, notamment en Chine.

5Mais les indicateurs globaux peuvent masquer des situations contrastées sinon ambivalentes, ainsi que le montre l’auteur. Les pays les plus pauvres, notamment en Afrique subsaharienne, sont restés à l’écart de ces progrès. Reprenant certaines études de cas, notamment sur la modernisation de l’agriculture chinoise, le bilan contrasté de l’OGM Bt du coton en Inde, le développement des Corrados au Brésil et certains progrès enregistrés en Afrique de l’Ouest dans les années soixante-dix, l’ouvrage plaide pour une mobilisation des connaissances scientifiques et du développement technologique pas nécessairement contradictoire avec la promotion d’une agriculture familiale et paysanne qui demeure exposé au risque d’accaparemment des terres.

6En somme, Michel Petit nous exhorte à ne pas renoncer au progrès, en particulier agronomique, pour combattre pauvreté et malnutrition résultant de la marginalisation économique et sociale des zones rurales à faible potentiel de production. Il en va de la survie de cette classe de producteurs, certes, pauvres mais fort nombreux et, quoiqu’en pensent les tenants d’une mondialisation autiste, véritablement efficients au plan économique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gautier, « Pour une agriculture mondiale, productive et durable », Terminal, 111 | 2012, 125-126.

Référence électronique

Henri Gautier, « Pour une agriculture mondiale, productive et durable », Terminal [En ligne], 111 | 2012, mis en ligne le 29 juin 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://terminal.revues.org/1019

Haut de page

Auteur

Henri Gautier

Comité de rédaction – Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org