Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Open data

Jacques Vétois
p. 117
Référence(s) :

Open Data, Simon Chignard Fyp Éditions, 192 p. Paris, 2012

Texte intégral

1Open Data peut se traduire par « ouverture des données publiques ». Ce mouvement a été initié en 2007 dans les pays anglo-saxons. On utilise la puissance des serveurs de données et la capacité des réseaux pour mettre à la disposition de tout un chacun les données publiques concernant les services de transport, les informations administratives, culturelles d’une ville ou d’une région soit sous forme brute, soit avec une présentation adéquate, utilisant les ressources des logiciels Web 2.0. Le mouvement est parti des villes et des régions avant de gagner les sphères gouvernementales.

2En France pourtant, en 1978, pour compléter la loi Informatique et Libertés, le Gouvernement avait promulgué la loi CADA qui précisait la notion de données publiques et la façon de les rendre accessibles aux citoyens. Cette loi CADA a été modifiée en 2005 par une directive européenne.

3Il y a plusieurs points de vue sur l’ouverture des données publiques qui souvent se recoupent  : on peut y voir une occasion pour certaines entreprises de développer de nouveaux marchés, pour des associations de contrôler l’activité de l’administration et du pouvoir politique ou pour d’autres de créer des synergies entre les citoyens et l’administration afin d’offrir de nouveaux services à tous. Ces conceptions « politiques » sur l’open data se cristallisent sur le problème de la gratuité de ces services ou de l’ouverture au marché : paiement d’un coût marginal de mise à disposition des données à travers l’Internet (qui devient négligeable avec les technologies les plus récentes) ou création de nouvelles entreprises rentabilisées par l’offre de nouveaux logiciels offrant des mises en forme plus ou moins personnalisées des données publiques.

4Le premier chapitre du livre de Simon Chignard revient sur les démarches qui ont abouti à l’open data et explicite l’évolution de l’administration française sur ce phénomène d’origine anglo-saxonne. Le deuxième chapitre détaille les premières applications qui ont vu le jour depuis 2008. Le troisième chapitre conclut sur les mesures et les actions à entreprendre pour les détenteurs de données. Cette dernière partie intéressera particulièrement ceux qui veulent promouvoir une démarche open data dans leur administration ou leur entreprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Vétois, « Open data », Terminal, 111 | 2012, 117.

Référence électronique

Jacques Vétois, « Open data », Terminal [En ligne], 111 | 2012, mis en ligne le 28 juin 2015, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://terminal.revues.org/1009

Haut de page

Auteur

Jacques Vétois

Comité de rédaction - Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • Revues.org